Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 15 décembre 2017

AndiamoTourner les pages.

Castelniquon, féodal château qui se dresse fièrement sur son piton rocheux, dominant la campagne Périgourdine.

Le seigneur Acelin de Castelniquon preux chevalier , qui eût l'honneur de participer à la quatrième croisade , en l'an de grâce 1202, et ne revînt que deux années plus tard. Le Pape Innocent III avait ordonné cette croisade afin de reprendre le Saint sépulcre tombé aux mains des impies... Des Musulmans ! Elle fut placée sous le commandement de Boniface de Montserrat, Baudoin de Flandre, sans oublier Geoffroy de Villehardouin. (merci wiki... etc)

Une fois Acelin avait aperçu le noble visage de Boniface de Montserrat, son âme en avait été transfigurée, d'autant que la rencontre s'était faite alors que le Seigneur Boniface besognait allègrement une robuste gardeuse d'oies, Acelin n'avait eu à ce jour nulle pensée lubrique d'aucune sorte, cela avait été une révélation, ni plus ni moins.

Rentré en son domaine, le jeune Acelin de Castelniquon se mit en devoir de quérir noble et légitime épouse, il rentra aux vendanges, aux moissons ce fut chose faite.

Le chapelain unit le seigneur de Castelniquon et la douce Mahaut , fille du Seigneur de la Troussette son lointain cousin. ( ouais ben ça s'faisait beaucoup à l'époque... Hein ? )

Dès la nuit des épousailles le Seigneur se rendit compte que la douce Mahaut n'était plus encombrée par sa capsule de garantie, une luronne cette Mahaut, qui en moins de temps qu'il en faut à un tire-laine pour te goupiller la bourse, lui avait appris en une seule nuit, le joyeux laboureur et son araire diabolique, le curage des douves, les machicoulis magiques, et le pont levis Teuton !

Flapi, retourné comme une vieille poulaine, le pourpoint en loques, Castelniquon n'avait point fière allure dès matines. De ces assauts sauvages naquirent deux beaux marmots... Des jumeaux, une Damoiselle, un Damoiseau, La Damoiselle fut prénommée Gersinde (vous marrez pas) et le Damoiseau Hildebran (repos vous pouvez fumer).

Ils grandirent, le chapelain s'occupait de les instruire, leur apprenant l'écriture, le latin et le grec, quelques saints cantiques, et autres prières. Puis vînt l'adolescence, hormones, testostérone, et poussée d'acné commencèrent à les tourmenter.

Un beau jour de Printemps, le chapelain tout estransiné fit irruption dans la grande salle dans laquelle Messire Acelin, et sa juste épouse Mahaut se reposaient

- Messire, Messire, le chapelain tout estransiné fit irruption dans la grande salle dans laquelle Messire Acelin, et sa juste épouse Mahaut se reposaient.

- Parle chapelain, ordonna le Seigneur.

- Ah Messire je suis en grande confusion, je viens de surprendre le jeune Hildebran votre fils, louchant sous la jupaille retroussée de sa sœur Gersinde !

- Ne te trouble point chapelain, ordonne à mes enfants de venir céans ! Il est temps qu'on les instruise des choses de la vie.

- Certes sire .

Gersinde et Hildebran se tiennent droit, la tête légèrement inclinée en signe de respect devant leurs parents.

- Ma descendance oyez moi attentivement et prestement, nous avons à notre dépendance des pages qui sont là afin de satisfaire nos besoins coutumiers. Vous ma fille afin de parfaire votre instruction, vous irez de page en page, et vous mon fils, vous tournerez les pages !

dimanche 10 décembre 2017

AndiamoL'effet papillon.

Préambule : Ce billet je l'avais écrit en 2008 ! Une pure fiction à l'époque, et voilà qu'aujourd'hui il est d'une brûlante actualité, dans la première version il s'agissait du Président du Kamtchatka, je l'ai remplacé par le bouillant Kim Jong Un ! Pour les voyages dans le passé il faudra attendre encore un peu.

Depuis quinze jours les chaînes de télévision, les stations radios, les journaux, internet, tout ce qui touchait de près ou de loin à l'information, suivaient, minute par minute, l'actualité brûlante en ce début de juillet 2030.

Aurons nous la guerre ? La Corée du nord indépendante depuis 1953 suite aux accords de Panmunjon, reprenait ses hostilités à l'encontre du monde occidental, déjà en 2017 son président Kim Jong Un, plus jeune alors avait défié les Etats Unis, le président Trump avait failli suite aux provocations de ce truglion, déclencher une troisième guerre mondiale. La tension avait baissée, la Chine ayant réussi à calmer ce petit Coréen un peu trop nerveux.

Et puis, fin Août, le président de la Corée du nord, toujours Kim Jong Un, (réélu avec 98,5% des voix) ! Avait fait brusquement volte-face, on murmurait à titre officieux que la Chine aurait menacé le président Kim Jong Un, des pires sévices, si ce dernier ne se calmait pas.

Le calme était revenu, et pour longtemps. Un matin, on avait retrouvé le bouillant et très démocratique président de la Corée du nord, pendue dans sa résidence secondaire, située dans la banlieue de Pyongyang la capitale !

Rodolphe Mézières, planté devant l'affiche en 3D 4x3, lisait la pub de la très sérieuse agence "RETRO-TEMPO" : de la reine Margot à Mao, rien n'est impossible pour RETRO-TEMPO ! Un peu débile, leur slogan qui proposait pour 2000 "Mondos" seulement un voyage dans le passé (le Mondo était devenu la monnaie internationale officielle en 2019, après le crack de Wall Street, tous les pays l'avaient adopté, sauf bien sûr ceux en voie de développement qui avaient été écartés, trop pauvres pour partager le gâteau, comme d'habitude !). Quant aux Suisses : ils n'étaient ni pour ni contre, bien au contraire !

Deux mois plus tôt, Rodolphe avait gagné 2000 Mondos au grand jeu Internet-Bol, l'animateur demandait le nom de la capitale du Kamtchatka et, bizarrement, il venait tout juste de l'écrire à l'ancienne sur une feuille de papier, aussi avait-il été le premier à faire courir ses doigts sur le clavier : Petropavslovsk-Kamcatskij, et avait gagné, devançant de deux centièmes de seconde son plus proche concurrent.

Ayant pris rendez-vous via Internet, Rodolphe se rendit dans l'immeuble cossu de l'avenue d'Iena, qui abritait les luxueux bureaux et laboratoires de Rétro-Tempo. Là, une hôtesse genre "top-modèle", tailleur bleu pétrole, escarpins assortis, décolleté vertigineux, l'accueillit, sourire "Ultra-Brite" sur ses dents carnassières.

- Bonjour Monsieur, vous désirez ?

- Euh...Bonjour Mademoiselle, je suis Monsieur Mézières, j'ai rendez-vous aujourd'hui avec Monsieur Dampierre.

L'hôtesse coiffée de son casque-micro, manipula un minuscule interrupteur placé à son poignet.

- Monsieur Dampierre ? Pouvez-vous venir un instant, votre rendez-vous vient d'arriver, merci.

Un homme d'une quarantaine d'années s'avança, main tendue, sourire éclatant sur un visage légèrement hâlé, poignée de main virile : Monsieur Mézières ?

- Oui

- Si vous voulez bien me suivre...

Après s'être calé dans un profond fauteuil, Rodolphe, un peu gêné, expliqua à son interlocuteur que son fantasme absolu serait de voir Marilyn Monroe, pouvoir respirer son parfum, juste humer le numéro 5 de Chanel laissé dans son sillage !

Dampierre sourit : je vous comprends parfaitement Monsieur Mézières, moi-même, voyez-vous...

- Ah bon vous aussi ? Et les voilà partis à se rappeler : 7 ans de réflexion, Bus-Stop, Comment épouser un millionnaire, The misfits, etc, etc.

Monsieur Mézières, rien de plus facile, nous pouvons parfaitement satisfaire votre désir, toutefois, vous devrez nous laisser un petit délai : juste le temps de nous assurer que votre petit séjour dans le passé, ne risque pas, et ce en aucune manière, d'influer sur l'avenir. Le fameux "effet papillon".

L'effet papillon ? interrogea Rodolphe. Dampierre lui sourit, puis calmement lui expliqua : un battement d'aile de papillon au Chili, peut-il provoquer une tornade au Texas ? Cela vous fait sourire Monsieur Mézières, mais écoutez ceci :

A cause d'un embouteillage, une voiture dut s'arrêter.

A cause du passager qui se trouvait à bord, un homme s'approcha.

A cause de sa haine pour l'homme qui se trouvait à bord, l'homme sortit un pistolet de sa poche, et tira.

A cause de la mort du passager, un pays entra en guerre contre un autre pays.

A cause des alliances internationales de ces deux pays, le continent s'embrasa.

A cause de l'importance du continent sur la scène mondiale, la terre entière bascula dans la guerre.

Tout cela au départ, à cause d'un embouteillage !

Comme vous l'avez compris Monsieur Mézières, ça s'est passé le 28 Juin 1914 à Sarajevo, Gravilo Princip venait d'assassiner François-Ferdinand, héritier de l'empire Austro-Hongrois, cet assassinat a déclenché la guerre de 14-18.

Un embouteillage, Monsieur Mézières, un simple embouteillage, vous comprenez maintenant notre prudence, il nous FAUT prendre toutes les précautions possibles et imaginables avant votre "télé-portation".

Deux semaines plus tard, Rodolphe reçut dans sa boîte à mails, un message lui donnant rendez-vous pour le lendemain. Munissez-vous de votre carte de crédit, était-il mentionné à la fin du message !

Même accueil que précédemment, sauf que l'hôtesse avait troqué son tailleur bleu pétrole, pour une tenue hyper sexy : pull jersey beige moulant, ne cachant pas grand-chose de son anatomie, micro-jupe brun de madère, et enfin bottes cuissardes en box-calf, assorties au pull complétaient la tenue de la jeune femme.

Rodolphe, après avoir acquitté la totalité de son "transfert", fut conduit dans la partie laboratoire de l'établissement, cette pièce était située au sixième et dernier sous-sol de l'immeuble. Serré contre l'hôtesse dans l'étroit ascenseur, il louchait sans vergogne sur les courbes généreuses de la bimbo.

L'ascenseur s'immobilisa, la jeune femme sortit la première, large sourire à l'adresse de Rodolphe, puis elle s'engouffra dans l'étroite cabine et disparut.

Dans la grande salle aux murs en inox "brossés", étaient présents : Monsieur Dampierre, portant une blouse blanche, ainsi qu'un assistant habillé de blanc également, le long du mur une rangée d'ordinateurs, au centre de la pièce un grand fauteuil métallique.

L'assistant conduisit Mézières jusqu'à une cabine d'essayage placée dans un des coins de la pièce : "Monsieur Mézières, je vous prie de vous changer, vous trouverez dans cette cabine les vêtements que nous vous avons préparés, quand vous serez prêt, venez nous rejoindre s'il vous plaît".

Voilà un "machino" plus vrai que nature ! s'écria Dampierre en voyant arriver Rodolphe dans sa combinaison grise, avec dans le dos écrit en lettres rouges : 20th Century Fox.

Vous allez être heureux, Monsieur Mézières ! Nous allons vous transporter à Hollywood, dans les studios de la 20th Century Fox, sur le tournage de "Sept ans de réflexion" ! Vous assisterez à la "mise en boîte" de la scène culte sur la bouche de métro !

Alors Monsieur Mézières, heureux ?

- Ah oui alors, plus que ça même, c'est comment dire... WAOUH !

Mais je vous rappelle que vous ne devrez toucher à rien, ne pas vous faire remarquer, on vous a habillé en "machino", vous passerez inaperçu, votre séjour sera bref, cinq minutes à peine, mais de grâce pas d'incidents, l'effet "papillon" n'oubliez pas !

Dites voir, s'il se produisait une panne de courant interroge le futur "voyageur" ? Aucun risque, cher Monsieur, nous sommes alimentés par deux groupes électrogènes, eux-mêmes fonctionnant grâce à une pile à combustible, autonomie totale, allons détendez-vous, tout ira bien. Et puis une fois le processus enclenché, tout est automatiquement géré par notre batterie de supers ordinateurs, connectés entre eux. Si, par le plus grand des hasards, l'un d'eux tombait en panne, les autres le relairaient, et puis que voulez-vous qui arrive de fâcheux ? Nous sommes bien protégés au sixième sous-sol. Allez, keep cool, comme on dit en Auvergne, ah ah ah !

Rodolphe n'en mène pas large, malgré les efforts de Dampierre pour détendre l'atmosphère. Ce dernier s'affaire sur le clavier, l'assistant, lui, est aux manettes.

Léger bourdonnement, une petite sensation d'apesanteur, l'odeur d'ozone qui lui pique légèrement les narines, sensation de vertige...

Soudain, Rodolphe plisse les yeux, un énorme projecteur l'aveugle, il porte la main à son front, pour en faire une visière. Et là, au milieu du plateau, il aperçoit son idole, elle est debout sur une grille, un énorme ventilo est placé dessous, le courant d'air soulève sa jolie robe blanche. Marilyn a beaucoup de mal à retenir le tissu qui virevolte dans tous les sens, elle rit de bon coeur : "Oh my God" ! lâche-t-elle à tout instant.

Calé dans un fauteuil de toile, Billy Wilder observe la scène. A coté de la belle Marilyn, Tom Ewell sourit, l'air goguenard, les caméras ne tournent pas encore, une répétition en somme. La jolie blonde sort de son décolleté un Kleenex et s'essuie les yeux, le courant d'air lui a fait couler une petite larme.

Action ! hurle Wilder. Marilyn lâche le petit mouchoir, celui-ci, porté par le courant d'air, atterrit aux pieds de Rodolphe, il hésite un instant, puis n'y tenant plus, il se baisse, le ramasse et le glisse rapidement dans sa poche.

Le parfum de Marilyn, porté par l'air brassé grâce au ventilo, vient réjouir l'odorat du faux machino, il s'en gave les fosses nasales, quel spectacle ! La robe blanche se soulevant, découvrant les jambes de Norma Jean, le numéro 5 lui parvenant en pleine face,et puis ce plus qu'il serre dans sa main, le petit mouchoir de papier qui a essuyé une larme de Marilyn, peut-être sera-t-il imprégné de SON parfum ?

Sans transition, l'ôdeur d'ozone remplace le numéro 5, la désagréable sensation d'apesanteur, les légers picotements, puis Rodolphe se retrouve dans le labo, il est vide, personne pour l'accueillir, il descend du fauteuil métallique, appelle : oh ! il y a quelqu'un ? Personne, sa voix résonne contre les murs en inox.

Il se dirige vers le petit ascenseur, appuie sur le bouton d'appel, rien ne se produit. Alors il emprunte l'escalier. Merde, songe-t-il, 2000 Mondos, bonjour la technique !

Il traverse le hall, vide lui aussi, l'hôtesse n'y est plus, pourtant mon "voyage" n'a duré que cinq minutes, songe-t-il, que s'est-il passé ?

Il se retrouve sur l'avenue... Le chaos, des immeubles en ruines, les voitures enchevêtrées, des cadavres jonchent les trottoirs, façades noircies... Rodolphe se dirige vers la place de l'Etoile, même spectacle de désolation.

Puis il commence à descendre les Champs Elysées, un homme hagard surgit du Drugstore Publicis, des boîtes de conserves plein les bras, putain de Kim Jong Un, grommelle-t-il !

Il l'a fait, songe Rodolphe, il l'a fait, comment est-ce-possible ? Pourtant il est mort : PENDU !

Alors, il plonge la main dans la poche de la combinaison grise, sort le petit Kleenex, le porte à son visage, identifie immédiatement la fragance : Numéro 5 de CHANEL.

(ch'tiot crobard Andiamo)

mercredi 6 décembre 2017

Andiamoj'ai oublié de vivre.

C'est lui Johnny qui ce matin a oublié de vivre...

Bien sûr nous nous y attendions, mais il n'empêche que Andiamette et moi sommes tristes.

Il était mes vingt berges, il n'avait que quatre ans de moins que moi, et sa voix était comme un grand cru : elle s'améliorait en prenant de l'âge !

Ce qui est sûr c'est que là haut "ils" ont préparé une scène pour toi, et chaque fois qu'il y aura de l'orage désormais je penserai : "Johnny allume le feu" !

Salut l'Artiste.

(ch'tiot crobard Andiamo)

jeudi 30 novembre 2017

AndiamoBillet à la sauce piquante.

Préambule : Ce texte je l'avais écrit pour les impromptus littéraires, il y avait des contraintes, les voici :

-Acupuncteur

-Dans un salon de beauté

-Un caleçon

-Après la venue d'un gendarme dans le quartier

-Un coup de fil anonyme.

Et démerde toi avec ça !!!

Athanase Deté, se lève comme chaque jour à sept heures, s'étire, baîlle bruyamment, puis de son pas traînant se dirige vers l'étroite fenêtre de son studio niché au sixième étage du 16 de la rue des Abbesses, une moue dubitative : il pleut encore !

Il se prépare son "Nescafé" quotidien, pas trop de poudre, Athanase est pingre, il préfère voir gonfler son bas de laine plutôt que de se faire plaisir, un vieux garçon, qui chaque jour passe devant les prostiputes qui tapinent en bas de chez lui, elles lui ont souvent proposé la botte, mais lui plus par radinerie que par timidité, n'est jamais "grimpé" !

Autrefois il y a bien longtemps il avait exercé la profession d'acupuncteur, il louait pour se livrer à son activité professionnelle un petit local au 13 de la rue du Mont Cenis, pas très loin, une petite balade quotidienne pour s'y rendre, dans ce Montmartre qu'il affectionnait tant.

Après une (très) rapide toilette, un brossage de dents plus symbolique qu'efficace, il ouvre le grand tiroir de la commode en chêne ciré, et en sort une poupée de chiffon, une poupée du genre "vaudou", à côté une longue boîte en bois, un couvercle à glissière comme les plumiers des écoliers d'autrefois ferme le précieux coffret. Précautionneusement il tire le couvercle, une vingtaine d'aiguilles fines comme des dards de guêpes, et longues d'une dizaine de centimètres sont présentes, elles sont faites d'or !

Délicatement Athanase en saisit une, puis prenant la poupée de l'autre main, enfonce l'aiguille dans l'épaule... Au même instant chez Capucine, le salon de beauté du Boulevard Haussmann dans le très chic neuvième arrondissement, Vanessa la préposée aux soins esthétiques, pousse un cri tout en portant la main à son épaule droite, Madame Riboulet de Valombreuse à laquelle elle fait le maillot pousse également un cri horrible, dans son geste, Vanessa (de son vrai nom Germaine, mais pour un salon d'une telle classe, un blase pareil ça n'était pas possible) vient d'arracher une touffe de poils pourtant solidement implantée sur la noble foufoune de Madame Riboulet de Valombreuse !

Bien sûr Athanase n'imagine pas les conséquences inouies et inespérées de sa petite vengeance, Germaine (alias Vanessa) perdra sa place bien entendu, s'il avait su il en aurait éprouvé davantage de satisfaction, mais après tout elle l'a bien cherché, car figurez vous que trois mois auparavant ...

Traînant son ennui du côté des galeries Lafayette au moment de Noël, il avait malencontreusement croisé la trajectoire de Germaine (alias Vanessa) distrait comme il l'était, il ne l'avait pas vu, car il admirait à cet instant précis une vitrine animée des galeries Lafayette, justement.

Germaine avait chuté, un mec s'était précipité pour lui porter secours, et avait sévèrement enguirlandé Athanase devant les badauds agglutinés, allant jusqu'à le traiter de pédé ! Lui !

Discrètement, Athanase après avoir fait semblant de s'éclipser, les avait suivi, il apprit plus tard que l'homme n'était autre qu'un gendarme en goguette de passage dans le quartier, qui avait flairé la bonne aubaine en portant secours à l'accorte Germaine (alias Vanessa), puis en l'accompagnant jusqu'au salon de beauté, espérant un furtif de porte cochère ! C'est ainsi que notre acupuncteur avait repéré l'endroit où officiait Germaine (alias Vanessa).

Seul luxe que se permettait Athanase, le téléphone, un vieux bigorno à cadran circulaire, les gros tout gris tout moches, cadran que l'on fait tourner avec l'index... (Mais si t'as connu, un p'tit effort de mémoire) ! On ne l'appelle jamais, mais lui adore balancer des coups de grelots anonymes, et il y a vingt ans, aucune chance d'être repéré.

Un jour alors qu'il passait devant chez Michou, rue des Martyrs, un grand con maquillé comme une drag queen, le bouscule du haut de ses pompes à talons d'une quinzaine de centimètres de haut, il le traîte de "nabot" ! Certes Athanase n'est pas très grand 1 m.69 quand il monte sur une brique, mais tout de même, de là à le traiter de nabot !

Renseignements pris, cette grande folle n'est autre que "Zaza" qui imite entre autres Sylvie Vartan, à la perfection c'est vrai !

A traîner dans les bistrots de la place des Abbesses, il a appris que Zaza s'appelait en fait Roger Cagolle, un ancien docker de Marseille qui en avait chié des boules de pétanque afin de perdre son accent. Qu'importe il allait payer lui aussi.

Samedi soir, neuf heures, chez Michou la salle est pleine à craquer, on dîne avant le spectacle, les serveurs ne sont autres que les artistes qui tout à l'heure feront le show, l'ambiance est bon enfant, simple, pas guindée du tout.

Dix heures trente, les tables ont été débarrassées, sur scène les "Michettes" entonnent l'hymne de chez Michou :

Quand j'étais petit, on m'appelait Mimi

Plus tard quand j'ai grandi, on me nomma Chouchou

Un beau jour j'ai choisi, ni Chouchou, ni Mimi

Je n'ai plus qu'un nom, pour vous, moi c'est Michou...Etc.

Les numéros défilent, plus époustouflants les uns que les autres, enfin Michou en personne, lunettes assorties au costume bleu bien entendu, annonce dans un sourire jusqu'aux oreilles : "la grande Zaza"

Epoustouflant ! On jurerait Sylvie Vartan en personne qui s'avance sur scène, bien sûr Zaza ne chante pas, c'est une bande son qui diffuse "ce soir je serai la plus belle", Zaza (alias Roger Cagolle) est gracieux comme Sylvie, c'est incroyable.

Dans son tout petit logement de la rue des Abbesses, Athanase qui connaît par cœur le "timing" du cabaret, plante dans la partie charnue de la poupée vaudou à l'effigie de Zaza, l'une de ses aiguilles fine et longue, longue, longue. A quelques centaines de mètres de là, Zaza pousse soudain un cri horrible ! Arrache littéralement sa robe, porte le main à son fessier sous l'œil amusé des spectateurs qui s'aperçoivent alors que Zaza porte un caleçon blanc à pois rouges, comme celui de Belmondo dans "Le Guignolo" !

(Affiche "Le Guignolo" prélevée sur internet)

vendredi 24 novembre 2017

AndiamoCigarettes whisky et p'tites pépées...

Dieu est un fumeur de Havanes, même Dieu fume !!!

Je viens d'entendre que nos esprits illuminés veulent INTERDIRE la clope dans les films !!!

Je suis un ancien fumeur, comme pratiquement tous les hommes de ma génération, avec mon vieux pote nous parlions justement des compagnons qui fumaient lorsque nous étions encore au charbon.

Au bout d'un moment nous avons préféré nous souvenir de ceux qui ne fumaient pas, il n' y en avait pratiquement pas ! Sur quatre vingts copains que nous étions, peut-être une dizaine de "vertueux" (et encore) ne fumaient pas.

Alors vous imaginez Le Capitaine Haddock sans whisky "LOCH LOMOND" et sans sa bouffarde ? Lucky Luke désormais mâchouille un brin d'herbe... Quelle horreur ! Blueberry sans cigare tout comme Rastapopoulos, sans oublier Nestor Halambique qui dans le sceptre d'Ottokar allume une clope avec le mégot de la précédente... Etc.

Que dire de Brel, Brassens, Bogie, Monsieur Hulot (pas Nicolas), Ventura, Simenon sans sa knaup ? Impensable nan mais sans blague (à tabac, Saoul-Fifre), j'ai souvenir des vieux films en noir et blanc, "Touchez pas au grisbi" dans le quel Gabin et Ventura fument à qui mieux mieux, Bogie dans "Casablanca", le commissaire Maigret sans brûle gueule, Nestor Burma Léo Malet retire moi cette pipe que je ne saurais voir ! Et enfin Chauguise sans ses "boyards" papier maïs !!!

Je trouve agréable qu'on ne puisse plus fumer dans les établissements publics, déguster un bon plat aavec un "clopeur" à côté de soi c'était horrible. Mais de là à interdire même la vision d'un fumeur, c'est tout de même moins indécent que de voir un Trump ou un Macron nous bourrer le mou ! Non ?

Je vous ai dessiné quelques grands acteurs ou chanteurs, vous les reconnaitrez peut-être, imaginez les sans clope, ni pipe.

Galant mais point galeux, les Dames d'abord, MADAME Signoret, excusez du peu !

(ch'tiots crobards Andiamo)

dimanche 19 novembre 2017

AndiamoQuand on grandit... Tout rapetisse !

La première fois que j'ai constaté ce curieux phénomène, c'est lorsque l'un de mes petits fils que j'emmenais jouer dans un parc situé près de chez moi...

C'était un garçon plein de vie, sportif, intrépide, il aimait courir, et appréciait plus particulièrement des modules en béton peints de jolies couleurs, ces modules lui servaient de rochers d'escalade. Il s'en est payé des parties, escaladant, sautant, courant comme un fou sous l'œil un peu inquiet du Papi, mais je n'intervenais que rarement, il fallait bien qu'il se défoule !

Et puis un jour il avait dix huit ans environ, nous sommes allés nous promener dans ce parc, il était devenu un grand et beau jeune homme, voyant les modules il m'a déclaré de sa voix d'homme :

- Mais dis voir ils ont changé les modules Papi ? Je me souviens qu'ils étaient bien plus grands !

- Tu sais mon grand ai je répondu, le béton ne grandit ni ne rapetisse, par contre toi, tu as pris pas mal de centimètres !

Plus tard une de mes petites fillottes, m'a confronté au même phénomène.

Je l'appelais "le petit bois" c'était lui faire beauoup d'honneur à ce boqueteau planté là au bout de ma rue, une vingtaine de bouleaux fièrement dressés sur un carré de quinze mètres de côté. Et puis avouez que planter des bouleaux dans une banlieue bouffée par le chômage... Hein ?

Je traversais le petit bois chaque fois que je gardais ma petite fillotte, nous allions acheter la sacro sainte baguette quotidienne. Je la revois encore du haut de ses trois ans, serrant fort ma main, quand nous arrivions face au petit sentier qui serpentait entre les arbres, elle chantait :

- Nananou (pour promenons nous) dans les bois

Pendant que le loup n'y est pas ...

L'automne arrivant elle ramassait les feuilles jaunies afin d'en faire un bouquet "pour Mamie", qui ravie les mettait aussitôt dans un petit vase.

Et puis un jour alors que nous arrivions devant l'immense piste forêstière (un quinzaine de mètres tout de même) elle me déclare du haut de ses trois ans :

- Papi aujourd'hui je traverse le petit bois toute seule, attends moi à l'autre bout !

Bien vite je contourne le bosquet, trente secondes plus tard je suis posté à l'autre bout du chemin, alors, fièrement, bravant les multiples dangers d'une pareille aventure, elle a traversé seule le Mato Grosso, la forêt primaire du Gabon, affronté les anacondas, les gorilles, ainsi que le redoutable jaguar !

Papi l'attendait bras ouverts, et ma petite bonne femme encore émue par son exploit m'a déclaré : "t'as vu Papi je suis grande maintenant", en levant les bras au ciel.

Je suis repassé une fois avec elle devant ce bosquet...

- Mais il était bien plus grand autrefois Papi ?

- Non ma chérie, il n'a pas rapetissé, par contre tu as grandi !

Ma puce a vingt ans aujourd'hui, elle est à Sydney pour ses études, elle y restera un an et demi, c'est long pour un Papi un an et demi !

mardi 14 novembre 2017

AndiamoOn joue de nouveau ?

Décidément on joue sur ce blog, et c'est tant mieux, je vous propose de trouver (encore) des titres de chansons à partir de ch'tiots crobards.

Facile ! Trop facile, je ne vous dirai même pas de quel interprète dont au sujet duquel il s'agit, oui j'ai été prof de français dans une autre vie ! Tant ça va être fastoche, j'ai fait plaisir à une de nos participantes, maintenant j'espère faire plaisir à une autre tout aussi charmante... SLURP, SLURP !

Allez au taf !


DESSIN N° 1


DESSIN N° 2


DESSIN N° 3


DESSIN N° 4


PHOTO N° 5

(ch'tiots crobards Andiamo, photo n°5 empruntée au WEB)

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 >