Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 14 décembre 2019

BlutchMais que font les RG ?

J’vous jure M’seu ?-Dames, tout fout le camp :

Il fut un temps où le pouvoir savait comment faire cesser une grève à la SNCF. Mais là décidément, Micron est en dessous de tout.

Ils foutent quoi dans les RG ( enfin la DCRI maintenant) du temps de Sarko ils savaient organiser des sabotages de lignes TGV en laissant supposer que la base SNCF se mettait à déborder les syndicats. Le dernier en lice sur le front des grèves, Sud-Rail, avait eu peur que ça devienne incontrôlable.

Très à propos, Pepy avait lâché des picaillons pour les cheminots et Sud-Rail les avait acceptés pour éviter un embrasement. Fin de partie sur fond de cocufiage intégral, puisque les sabotages ne venaient pas du personnel SNCF.

Il fallait donc trouver d’urgence un autre Coupat – ble. Julien avait fait l’affaire. C’était évident qu’un type bardé de diplôme universitaire ne peut pas devenir épicier au fin fond d’un bled perdu sans que ça cache quelques malversations. Rappelez-vous l’arrestation par le GIGN de cet épicier de campagne…

150 Robocops, des avions, des hélicos, la totale… (Eh, rigole pas, c’est avec ton fric qu’ils ont fait ça…)

7 mois de mise au secret pour Coupat et, en finalité, la mise au placard des Sinistres con-cernés et sternés. MAM et Hortefeux ont rejoint la cohorte des inutiles de la politique. Presque 10 ans de procédure avec la complicité de Flamby pour déboucher sur un non-lieu.

Par l’étang qui courre, ils auraient dû insister que Coupat avait violé la SNCF… Il serait encore au trou.

Là, maintenant, avec cette grève que le gouvernement à, fort à propos, provoquée en décembre pour bien emmerder le peuple, et qu’il se mette à vomir ces salopards qui s’occupent de protéger la retraite de tout le monde, alors que le peuple voudrait juste pouvoir remplir les poches d’Arnaud, Munier, Leclerc et consort avec leurs primes de fin d’année.

Faudra bien voir ce qu’il faudra voir pour cesser cette prédation du grand capital avant que les géants de la distribution et de l’hôtellerie fassent un caca nerveux à la porte de Micron. Ca le rend désagréable et c’est la pauvre Bribri qui trinque.

Alors il vous faut quoi, les planqués des RG…. Vous avez encore les plans pour fabriquer les crochets de caténaires… deux-trois heures sup. au tarif de nuit et c’est fini…

Ils étaient tombés sur le paletot de Coupat car il AURAIT écrit le livre « La révolution qui vient » et qu’il avait, dans sa ferme, de quoi fabriquer les crochets attentatoires à la pérennité des lignes électriques SNCF. Et là je me demande si j’ai bien fait d’écrire ce billet car j’ai un atelier complet de mécano-serrurerie et que j’ai écrit un roman qui peut sembler quelque-peu subversif aux yeux des Régents de la France :

« Le point de bascule ou l’éloge de la bio-destruction »

Une sorte de méthode à Mimile pour inciter les industriels-pollueurs à cesser de pourrir la vie du petit peuple. Un livre qui était prémonitoire pour la disparition des barons du gaullisme…

jeudi 5 décembre 2019

AndiamoElle s'appelait Sarah...

La petite Sarah était née il y a... PFIUUUU… C’était exactement l’année - si ma mémoire est Bonn (comme on dit outre-Rhin) et elle l’est ! - l’année où la récolte des châtaignes fût si abondante, qu’on en distribua même aux pauvres ! Car habituellement on ne donne qu’aux riches ! De mémoire d’ovaires peints, on n’avait jamais vu ça !

La famille Fouchtra habitait à la fin du village… Ou au début, tout dépend d’où vous venez. J’ai toujours pensé que c’était con de déterminer l’entrée ou la fin d’un village. A moins d’habiter un bled qui se termine en trou du cul de lazor (cul de sac pour les puristes, y’en a je le sais), je ne vois pas bien comment on pourrait décider, arbitrairement et réciproquement, du début ou de la fin.

En tout cas, c’était une pauvre masure, faite de bouses de vaches en guise de murs, et de paille tressée en guise de toit. Le père Fouchtra labourait et la mère Fouchtra mastiquait : elle était employée chez un vitrier (j’en vois qui rigolent, toujours l’esprit à la gaudriole, nos commentateurs et commentatrices). Ce bonhomme était un besogneux, lutineur de grande classe, ne lésinant jamais sur le devoir conjugal, une épée de plumard, pouvait-on dire.

- Ch’est gratis, autant qu’j’en profite... Cha alors ! répétait-il à la cantonade !

La mère Fouchtra, une luronne, ne crachait pas non plus sur le guignol, et à force de taquiner l’animal, elle se retrouva engrossée de belle manière.

La gestation dura vingt-deux mois, y’avait toujours kékechose à faire ! Et point moyen de trouver le temps de se poser pour mettre bas, expliquait-elle dans son langage un peu rustre à ses voisines, curieuses, intriguées, de la voir trimballer pareille « devanture » aussi longtemps !

- Point besoin de le nourrir tant qu’il est là, disait-elle en tapotant son bide démesurément arrondi, dévoilant dans un large sourire, le désert de sa bouche, dans laquelle s’emmerdaient encore quelques chicots bien noirs.

Enfin, la délivrance arriva le neuf octobre. Ce beau matin, la mère Fouchtra n’avait rien de spécial à faire. Il faisait un temps de chien, la tempête soufflait en rafales violentes sur la chaîne des Puys, père Fouchtra, désœuvré, commençait à loucher de façon lubrique sur sa femme…

- Ch’vas encore y passer ! songeait-elle en voyant son vieux tomber les bretelles.

C’est alors que la première douleur la tordit littéralement ! Elle s’allongea sur le sol et accoucha comme une bête, à même la terre battue !

Se penchant au-dessus de sa femme, père Fouchtra s’exclama :

- Crévindiou, chè une fumelle ! J’aurions préférence pour un garçu, ma ché une fumelle… Tant pire ! Ch’fra avec…

- Au lieu d’raconter des conneries, prends ton « Laguiole » et coupe moé ch’cordon !

- Ché vré cha ! Coupe z’y chon cordon, che me les chèle moé !

La voix provenait de la fillette nouvellement née ! Médusés les deux péquenots reluquaient leur progéniture.

- Cha alors, elle cause, articula père Fouchtra.

- Dis point d’conneries mon homme, articula la nouvelle maman.

- Ch’t’assure la mère que ch’en dis point !

C’était tout de même invraisemblable, une nouvelle née qui parlait !

Comme elle était née un dix octobre, on la baptisa Sarah du nom de la sainte du jour.

Tout le village venait voir et surtout entendre le phénomène. Des journalistes de « La Montagne », très sérieux journal du centre de la France, étaient même venus, crayons et calepins en main, afin de noter les mots et phrases proférés par la petite Sarah.

- Ché vous ches cons d’journaleux ? Interrogeait la petite depuis son berceau, fabriqué à partir d’un vieux tonneau coupé dans le sens de la longueur par son bricoleur de paternel.

- Ça alors, ne cessaient de répéter les visiteurs, ça alors !

- Eh oui ! Elle répète tout ch’qu’elle a entendu dans le ventre de cha mère… expliquait le père pas peu fier.

A la une du canard, Gravillon Jolieflaque (un ancêtre de Pierre Bellemare) avait écrit un article, dans lequel il relatait les exploits verbaux de la petite paysanne. Le journal avait triplé son tirage durant plusieurs jours !

Tout se déroula pour le mieux jusqu’au jour où... Félicien, le colporteur qui passait par ces montagnes une fois l’an, tirant sa carriole à bras, remplie d'un fouillis invraisemblable : lacets, rubans, boutons, œillets, ciseaux de couturière, aiguilles, quelques jolies pièces de dentelles qui serviraient à parer les robes que les femmes confectionnaient pour les cérémonies. Enfin toutes sortes d’objets bien utiles que l’on ne fabriquait pas soi-même.

Donc ce Félicien ayant appris, comme tout un chacun, l’évènement incroyable que représentait la petite Sarah, se rendit d’un bon pas jusqu’au pauvre logis des heureux parents.

La nuit tombait, étendant son ombre inquiétante sur la verdoyante vallée (c’est beau, n’est-il pas ?)

Toc, toc, toc… Il tira la chevillette et la bobinette chût !... Ou le contraire, démerdez-vous !

Le père Fouchtra ouvrit…

- Chalut Félichien, quel bon vent t’amène ?

A ce moment précis une petite voix monta du demi tonneau

- Félichien, tu « m’arranges » bien mieux que mon connard de père Fouchtra !

- Tais-toi donc, chale mioche ! Hurla la mère Fouchtra, se précipitant vers le berceau, et appliquant derechef sa main sur la bouche un peu trop bavarde.

- Chalop, tu m’as donc fait les cornes, fumelard ! S’écria père Fouchtra.

Saisissant son esclop, il en asséna un vilain coup sur la tronche du colporteur, dont la cervelle en profita pour prendre son indépendance !

Les gendarmes montèrent, puis emmenèrent père Fouchtra, menottes aux poignets, jusqu’à Riom. Le jugement intervînt quelques mois plus tard. A l’époque la bascule à Charlot n’avait guère le temps de rouiller. Père Fouchtra fût condamné à être raccourci, et la sentence exécutée quelques semaines plus tard !

Quant à Gravillon Jolieflaque (toujours ancêtre de Pierre Bellemare), il écrivit un superbe article, relatant l’incroyable évènement. Depuis la naissance de la petite Sarah, jusqu’à l' éxécution de son pauvre papa.

Il conclut son article par cette phrase : « AINSI PARLAIT SARAH FOUCHTRA »

mardi 19 novembre 2019

AndiamoLa journée

Vous l'aviez sans doute remarqué ? On fait des journées pour TOUT ! La journée de la femme, la journée du patrimoine, la journée sans tabac, la journée ajournée... Nan j'déconne !

Aujourd'hui, c'est la journée des toilettes, et là je ne déconne pas, j'ai entendu ça ce matin l'oreille collée sur mon poste à galène, alors j'ai dit à Andiamette : "ce sera une journée de merde !"... Honnit soit qui mal y pense.

jeudi 14 novembre 2019

AndiamoDans Paris à vélo...

Ah ! C'est la maire Hidalgo qui va être con... tente (Quecha), les Parisiennes ont trouvé une charmante façon d'aller à la selle !

(ch'tiot crobard Andiamo)

dimanche 10 novembre 2019

AndiamoClimat.

- Y'a pas d'cerises en Alaska

- Sur la banquise pas d'mimosas...

Chantait Antoine, mais il n'est pas idiot d'imaginer qu'un jour on cueille des cerises, et que l'on ramasse des brassées de mimosas, dans la banlieue d'Anchorage.

L'accord de Paris sur le climat date de 2015, et v'là t'y pas que ce cher Donald va renier l'engagement des se tâte... Pardon des States, mais enfin quand on élit un canard à la tête d'un pays, il faut s'attendre à des couacs ! (pardon je n'ai pas pu m'en empêcher)

Ah ! Ce Donald ce serait dommage de ne pas le réélire, personnellement il me surprend chaque jour le buisiness man !

Je vous ai fait un ch'tiot crobard, histoire de se détendre.



- Alfred : "Sois sympa Donald, regarde la banquise rétrécit comme une peau de chagrin" !
- Donald : "ça va chercher dans les combien en dollars, une peau de chagrin" ?

(ch'tiot crobard Andiamo)

mardi 5 novembre 2019

AndiamoTes yeux...

Des yeux

On pourrait dire des mirettes

Ou des quinquets qui s' mettent en fête

On pourrait dire en tenue de soirée

Des yeux

On pourrait dire la taverne

Où l'on s'enivre, où l'on hiverne

On pourrait dire les lanternes

Où mon ombre s'en va gueusant

Tellement, tellement

C'est une chanson du grand Leo, qui fût avec Marie Laforêt, les deux artistes que j'aimais le plus, le premier pour son écriture, un poète rare... Et méconnu !

La seconde pour sa beauté bien sûr, mais pas que, elle avait son franc parler, chanteuse arrivée en pleine "yéyé mania" elle avait su se marginaliser, ne pas hurler avec les loups.

Un réel talent de comédienne à qui on avait fait dire des horreurs, j'en veux pour exemple cette réplique culte dans "Les morfalous" de Henri Verneuil avec Jean-Paul Belmondo, et Michel Constantin entre autres, Marie Laforêt contemple le cadavre de son mari (François Perrot dans le film), qui vient de s'électrocuter en pissant sur un câble électrique dénudé :

- C'est bien la première fois qu'il fait des étincelles avec sa bite !

Lors d'une interview elle avait déclaré : " Chaque fois que l'on m'invite sur un plateau, on me demande de retirer mes lunettes, si j'avais eu le cul de Brigitte Bardot, je me demande ce que l'on m'aurait demandé de retirer" !

La Dame était ainsi, belle, spontanée, et drôle... Adieu l'artiste.

(ch'tiot crobard Andiamo)

vendredi 1 novembre 2019

AndiamoAl dente

Les Italiennes ont une façon bien particulière de mettre la main à la pâte !

(ch'tiot crobard Andiamo)

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 >