Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 24 novembre 2017

AndiamoCigarettes whisky et p'tites pépées...

Dieu est un fumeur de Havanes, même Dieu fume !!!

Je viens d'entendre que nos esprits illuminés veulent INTERDIRE la clope dans les films !!!

Je suis un ancien fumeur, comme pratiquement tous les hommes de ma génération, avec mon vieux pote nous parlions justement des compagnons qui fumaient lorsque nous étions encore au charbon.

Au bout d'un moment nous avons préféré nous souvenir de ceux qui ne fumaient pas, il n' y en avait pratiquement pas ! Sur quatre vingts copains que nous étions, peut-être une dizaine de "vertueux" (et encore) ne fumaient pas.

Alors vous imaginez Le Capitaine Haddock sans whisky "LOCH LOMOND" et sans sa bouffarde ? Lucky Luke désormais mâchouille un brin d'herbe... Quelle horreur ! Blueberry sans cigare tout comme Rastapopoulos, sans oublier Nestor Halambique qui dans le sceptre d'Ottokar allume une clope avec le mégot de la précédente... Etc.

Que dire de Brel, Brassens, Bogie, Monsieur Hulot (pas Nicolas), Ventura, Simenon sans sa knaup ? Impensable nan mais sans blague (à tabac, Saoul-Fifre), j'ai souvenir des vieux films en noir et blanc, "Touchez pas au grisbi" dans le quel Gabin et Ventura fument à qui mieux mieux, Bogie dans "Casablanca", le commissaire Maigret sans brûle gueule, Nestor Burma Léo Malet retire moi cette pipe que je ne saurais voir ! Et enfin Chauguise sans ses "boyards" papier maïs !!!

Je trouve agréable qu'on ne puisse plus fumer dans les établissements publics, déguster un bon plat aavec un "clopeur" à côté de soi c'était horrible. Mais de là à interdire même la vision d'un fumeur, c'est tout de même moins indécent que de voir un Trump ou un Macron nous bourrer le mou ! Non ?

Je vous ai dessiné quelques grands acteurs ou chanteurs, vous les reconnaitrez peut-être, imaginez les sans clope, ni pipe.

Galant mais point galeux, les Dames d'abord, MADAME Signoret, excusez du peu !

(ch'tiots crobards Andiamo)

dimanche 19 novembre 2017

AndiamoQuand on grandit... Tout rapetisse !

La première fois que j'ai constaté ce curieux phénomène, c'est lorsque l'un de mes petits fils que j'emmenais jouer dans un parc situé près de chez moi...

C'était un garçon plein de vie, sportif, intrépide, il aimait courir, et appréciait plus particulièrement des modules en béton peints de jolies couleurs, ces modules lui servaient de rochers d'escalade. Il s'en est payé des parties, escaladant, sautant, courant comme un fou sous l'œil un peu inquiet du Papi, mais je n'intervenais que rarement, il fallait bien qu'il se défoule !

Et puis un jour il avait dix huit ans environ, nous sommes allés nous promener dans ce parc, il était devenu un grand et beau jeune homme, voyant les modules il m'a déclaré de sa voix d'homme :

- Mais dis voir ils ont changé les modules Papi ? Je me souviens qu'ils étaient bien plus grands !

- Tu sais mon grand ai je répondu, le béton ne grandit ni ne rapetisse, par contre toi, tu as pris pas mal de centimètres !

Plus tard une de mes petites fillottes, m'a confronté au même phénomène.

Je l'appelais "le petit bois" c'était lui faire beauoup d'honneur à ce boqueteau planté là au bout de ma rue, une vingtaine de bouleaux fièrement dressés sur un carré de quinze mètres de côté. Et puis avouez que planter des bouleaux dans une banlieue bouffée par le chômage... Hein ?

Je traversais le petit bois chaque fois que je gardais ma petite fillotte, nous allions acheter la sacro sainte baguette quotidienne. Je la revois encore du haut de ses trois ans, serrant fort ma main, quand nous arrivions face au petit sentier qui serpentait entre les arbres, elle chantait :

- Nananou (pour promenons nous) dans les bois

Pendant que le loup n'y est pas ...

L'automne arrivant elle ramassait les feuilles jaunies afin d'en faire un bouquet "pour Mamie", qui ravie les mettait aussitôt dans un petit vase.

Et puis un jour alors que nous arrivions devant l'immense piste forêstière (un quinzaine de mètres tout de même) elle me déclare du haut de ses trois ans :

- Papi aujourd'hui je traverse le petit bois toute seule, attends moi à l'autre bout !

Bien vite je contourne le bosquet, trente secondes plus tard je suis posté à l'autre bout du chemin, alors, fièrement, bravant les multiples dangers d'une pareille aventure, elle a traversé seule le Mato Grosso, la forêt primaire du Gabon, affronté les anacondas, les gorilles, ainsi que le redoutable jaguar !

Papi l'attendait bras ouverts, et ma petite bonne femme encore émue par son exploit m'a déclaré : "t'as vu Papi je suis grande maintenant", en levant les bras au ciel.

Je suis repassé une fois avec elle devant ce bosquet...

- Mais il était bien plus grand autrefois Papi ?

- Non ma chérie, il n'a pas rapetissé, par contre tu as grandi !

Ma puce a vingt ans aujourd'hui, elle est à Sydney pour ses études, elle y restera un an et demi, c'est long pour un Papi un an et demi !

mardi 14 novembre 2017

AndiamoOn joue de nouveau ?

Décidément on joue sur ce blog, et c'est tant mieux, je vous propose de trouver (encore) des titres de chansons à partir de ch'tiots crobards.

Facile ! Trop facile, je ne vous dirai même pas de quel interprète dont au sujet duquel il s'agit, oui j'ai été prof de français dans une autre vie ! Tant ça va être fastoche, j'ai fait plaisir à une de nos participantes, maintenant j'espère faire plaisir à une autre tout aussi charmante... SLURP, SLURP !

Allez au taf !


DESSIN N° 1


DESSIN N° 2


DESSIN N° 3


DESSIN N° 4


PHOTO N° 5

(ch'tiots crobards Andiamo, photo n°5 empruntée au WEB)

jeudi 9 novembre 2017

FrançoiseCOMME ARRIVE L'HIVER...

Suivant le valeureux exemple de l'ancêtre, je vous propose un jeu à base de chansons. Vu la frisquetude ambiante, il s'agit de trouver un maximum de chansons comportant le mot "neige" dans le titre ou le texte, avec le nom de l'interprète:

Pour exciter vos papilles, en voici quelques unes, à vous de compléter:

Tombe la neige (Adamo)

Les neiges du kilimandjaro (Pascal Danel)

Les souliers (dans la neige, y avait deux souliers) (Félix Leclerc)

Etoile des neiges (Tino Rossi, je crois...)

Le lac majeur (il neige sur le lac majeur) (Mort Shuman)

J'avais pensé au départ vous proposer des chansons avec le mot "amour", mais y en a trop. On peut décliner ce jeu sur tous les thèmes, mais il faut avouer qu'il est plus marrant dans la vraie vie- in real life comme disent les geek- lorsque chaque joueur qui propose une chanson doit aussi en chanter quelques bribes.

Il va de soi que chaque participant s'interdit d'aller chercher des solutions sur Internet sinon ça n'a plus d'intérêt.

lundi 6 novembre 2017

AndiamoOn joue ?

Ô rien de compliqué ! Je trouve que tout va bien, l'Espagne qui se divise, le harcèlement dont on commence à vraiment parler (il serait temps), car enfin des sagouins parce qu'ils sont investis d'un semblant de pouvoir, se croient obligés de bénéficier d'un droit de cuissage ! C'est bien ce dont il s'agit ! Un droit de cuissage ni plus ni moins.

Alors qu'il est si simple de séduire (pour le moins essayer).

Mais le pire à mon sens, c'est que tout le monde savait, mais tout le monde fermait sa gueule ! Même Jane Fonda la grande gueule qui hurlait dans les rues :"Paix au Viet Nam", elle a avoué qu'elles savait pour Harvey Wenstein, bien sûr il ne s'est pas interessé à moi il y a quelques années j'étais trop vieille déclare t-elle, mais enfin si elle savait, pourquoi n'a t-elle rien dit ? Paix au Wenstein sans doute ?

Bon ce petit coup de gueule passé revenons au petit jeu que je vous propose, fastoche on débute n'est ce pas, si cela vous plaît j'en ferai d'autres, je verrai.

Il suffit tout benoîtement de reconnaître des chansons de l'ami Georges.


DESSIN N° 1


DESSIN N° 2


DESSIN N° 3


DESSIN N° 4


DESSIN N° 5


DESSIN N° 6

(Ch'tiots crobards Andiamo)

mercredi 1 novembre 2017

BlutchLa céleste colline

Comme expliqué il y a peu, le symposium au pays de Tsipras ayant connu pas mal de défections techniques aqua et aérophobes,

(Voir : http://blogborygmes.free.fr/blog/index.php/?q=serifos

Une session de rattrapage des recalés du ferry (ben oui, ce n’était pas le bac d’Escartefigues qui nous amena à Sérifos.) eut lieu en août et en pays Diois sous le haut patronage de Fée Lestine. Elle fut plus terrienne et caillouteuse (la session, pas la Fée) et il fallut à la fois des dents au cul et une dose certaine d’abnégation pour assumer les grimpettes... C'était d'ailleurs le point commun avec la session de printemps.

Ont donc répondus à l’appel des cimes :

Célestine sans sa bouée canard, mais avec Gertrude.

Saoul Fifre et Margotte qui décidément préfère les airbags au parachute en mohair.

Scherlokine et votre séviceur …Rheum ! votre serviteur (mais il y a des limites) qui ne craignant rien, pas même que le ciel leur tombe sur la tête, ont cumulé les deux symposia.

Françoise était excusée pour cause de family-sitter.

Andiamo n’est pas venu, car il n’a pas voulu compromettre l’intégrité de ses mocassins milanais dont les semelles de cuir ne supportent pas d’autre contact que le moelleux de l’asphalte.

Ayant eu l’audace et la témérité de vous narrer le symposium grec, je me suis trouvé missionné d’office de vous relater le drômois. Ne manquez pas la narration de cette éporque épique car, privilège rare, vous y découvrirez la photo des participants.

Lire la suite

vendredi 27 octobre 2017

AndiamoLa nature... Et moi.

Il fallait tout de même que" j'en cause" de La nature, car enfin quand j'écoute mes contemporains parler de la nature, ils en ont plein la bouche (et je suis poli).

Mais dès qu'ils font construire une maison, leur premier souci c'est de bétonner une grande terrasse, poser des pavés autobloquants partrout ! La nature oui, mais chez les autres !

Moi j'aime tellement la nature, je la respecte tant, que je n'y mets pas les pieds ! Ah ça n'est pas moi qui dérangerait les marmottes, écraserait une coccinelle, hameçonnerai un pauvre goujon ! Respectueux de l'environnement je suis ! Ainsi je ne foule que le bitume, La campagne aux campagnards, la ville aux villageois, chacun chez soi, les sauterelles seront préservées !

Tiens un exemple parmi tant d'autres, on voyage en avion ? Si, si ne mentez pas je le sais, fort bien mais on ne veut pas d'aéroports !

Il m'est arrivé de me promener en milieu naturel, pas trop tout de même, toujours une route dans mon champ de vision, une fois dans ma vie je m'étaais aaventuré en forêt... Je me suis paumé ! Une heure à l'aise avant d'apercevoir un chemin goudronné... Non plus jamais ça !

Il y a un bon moment j'avais cédé, me voilà embarqué pour une balade en bord deSeine, non, non pas quai de la Mégisserie ou quai de l'horloge en pleine cambrousse, mais oui !

Et là que vois je ? Des arbres gigantesques quasiment des séquoïas ! Je n'exagère pas, alors face à cette débâcle, cette démesure, je me suis pris à rêver... Vous venez ?



Tout d'abord je plante le décor, âmes sensibles cliquez en haut à droite.



Rectitude du tronc, quels beaaux poteaux télégraphiques ils feraient !.
!



à votre avis : combien d'allumettes pourrait on tirer d'un arbre pareil ?.
!



Dé; Pri. Mant, non ? Ciel bleu, eau tranquille, tronc ridé, pas même une bordure de trottoir ou un feu tricolore... Soupir.



Sur un arbre mort ton nom j'ai écrit
Ton nom était si joli, que l'arbre a refleuri.

(Daguerréotypes : Andiamo)

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 >