Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 18 juillet 2016

Oncle DanLa horde sauvage

Ils sont entrés, se sont assis bruyamment et ont hurlé qu’on leur serve à boire.

Ils étaient bien une trentaine à avoir laissé leurs machines encore fumantes devant le petit café, des engins d’apocalypse, décorés sur le thème des pires monstres des mythologies les plus dévoyées.

Le chef de la bande était matelassé de cuir et criblé d’une clouterie rutilante agrémentée d’une impressionnante collection de pin’s publicitaires.

Il retira son casque intégral recouvert d’autocollants et le tendit à l’obséquieux crapaud eczémateux dont il était flanqué.

Sa crête de huron rouge et verte, libérée d’un long voyage, se redressa en frissonnant, et les multiples anneaux qui ornaient le pourtour de son oreille gauche cliquetèrent lugubrement.

Devant l’immobilisme de la serveuse pétrifiée de terreur, le monstre se leva et la fixa de son unique œil vivant au fond duquel brillait l’éclat fiévreux d’une haine définitive vouée à l’humanité toute entière.

Le reste de la bande retenait son souffle. L’air poussiéreux, aux relents de transpirations et d’hydrocarbures, était palpable.

Il se pencha lentement au dessus de la table sur laquelle était alignée une collection de bols blancs à l’usage incertain et articula en détachant chaque syllabe : « Et que ça sau-teu, ou je te sau-teu ».

Ce mot d’esprit provoqua un éclat de rire collectif et un réflexe de survie de la soubrette qui saisit le premier bol à sa portée et le remplit de bière pression.

A cet instant précis, traversant le rideau de perles qui servait de séparation entre le bar-tabac et l’épicerie-journaux-souvenirs-postes et dépôts divers contiguë, une éléphantesque patronne à la poitrine fellinienne et au regard chalumeau surgit avec des propos peu amènes pour cette bande de voyous, les abreuvant d’insultes et de moqueries sur leurs accoutrements ridicules, leur faiblesse d’esprit et leur virilité défaillante.

….

Le prince du macadam blêmit. Son œil de verre roula dans son orbite cependant que l’autre se fendillait de veinules rougeâtres. De toute évidence, les deux hémisphères de son maigre cerveau se livraient un combat sans merci dont l’issue dévastatrice ne faisait aucun doute.

Il était sur le point d’exploser lorsque P’tit Pierre, au bord de l’apoplexie, entra en hurlant qu’on leur volait leurs bécanes.

La horde s’évanouit en moins de dix secondes pour se lancer dans une course poursuite jusqu’à l’autre bout du monde.

Le nuage de poussière mit beaucoup plus de temps à disparaître.

samedi 16 juillet 2016

AndiamoNice Baie des Anges...

Jamais Nice n'aura autant méritée son nom : LA BAIE DES ANGES

ARME DE DESTRUCTION MASSIVE...

(Dessin Andiamo pour Blogbo)

mercredi 13 juillet 2016

AndiamoMa banlieue...


Éric CHARDEN C’est boum la vie par ChrisGabin

C'est boum la vie... Vous ne vous en souvenez sans doute pas de cette jolie chanson d'Eric Charden, et Didier Barbelivien, bande de bleu-bites !

Voilà je l'ai en fin retrouvée cette chanson ! Elle me trottait dans la tête, mais impossible d'en retrouver ni l'auteur, ni le titre, puis à force de persévérance : "patience et longueur de temps, gna gna gna" Sauf que moi quand je veux vraiment quelque chose, je m'accroche ! Un vrai morback !!

Et je l'ai trouvée cette jolie chanson d'Eric Charden, je l'aimais bien, il a écrit des jolies choses : "14 ans les gauloises" (tellement vrais ses souvenirs).

Peut-être pas "un cador" pour certains, n'est pas Brel ou Brassens qui veut, mais pour moi Charden c'était un répertoire de bonne humeur, et bon dieu qu'est ce que ça manque , la bonne humeur parfois !

En couple avec la jolie Stone, plus jolie que bonne chanteuse, mais bon ils formaient un duo charmant.



Regarde la banlieue, c'est la Méditerranée, c'est même beaucoup mieux !

(Daguerréotype Andiamo...)

vendredi 8 juillet 2016

FrançoiseMonologue désespéré de l'acheteur responsable.

Fruits et légumes, où sont les bios? Pommes bios, indispensables car 24 traitements sur les pommes classiques, ça fait beaucoup, même en les lavant, ça laisse des résidus. Mais zut! Elles viennent d'Argentine, ces pommes bios, c'est pas possible, ça, une empreinte carbone d'enfer, tant pis, j'achète des bananes bios de Martinique ou Guadeloupe, au moins ça aide ces îles sinistrées. Après les pommes, c'est la vigne qui reçoit le plus d’intrants, comme on dit pudiquement. Heureusement que "Le vert et le vin" ( http://www.levertetlevinbio.com/) nous fournit en vins exclusivement bios, car je subodore que peu de viticulteurs lavent soigneusement les grappes avant de les presser, et que le plus savoureux des Pomerol contient sa dose bien tassée de pesticides...

Envie d'avocats: en salade avec des concombres et des tomates, c'est top, mais pas d'avocats d'Israël, because la colonisation, ni du Pérou, viennent de trop loin. Avocats d'Espagne, donc, avec le dérèglement climatique l'Espagne se spécialise en légumes des tropiques... Les tomates cerises sont délicieuses cette année, mais putain de chères, optons pour des cœurs de boeuf, goûteuses aussi, sauf qu'elles sont aujourd'hui neuf fois sur dix de fausses coeur-de-boeuf, je l'ai lu dans un magazine. Celles qu'on a plantées dans le jardin mûriront en juillet... pendant nos vacances. Penser à dire aux voisins de les arroser, puis de les manger :(

A propos de potager, acheter de la bière pour éliminer les limaces qui ont dévasté le carré de roquette! Mourir alcoolisées, ça reste plus humain qu'un veau à l'abattoir...

Poisson: pas de thon, en voie d'extinction avec la mode des sushis. Pas de saumon d'élevage, sont nourris n'importe comment. Pas de sabre, poisson des profondeurs trop prédaté, ni de tilapia, parfois OGM et nourri avec des aliments qui font 4000 km avant d'être déversés dans les élevages. Va pour des sardines et des maquereaux, c'est bon et on ne risque que la brouille avec les voisins à cause de l'odeur de la sardine au barbecue. Réflexion faite, pas de barbeuque, c'est cancérigène, je les ferais au four avec des légumes et du jus de citron.

Acheter de la farine pour faire du pain, mais vérifier "qu'ils" n'y ont pas ajouté du gluten. C'est pas nocif, le gluten, mais l'excès de gluten, si, et maintenant y en a partout, ça augmente le volume pour pas cher. Lire la composition sur tous les emballages, en constatant qu'il ne faut pas être presbyte pour déchiffrer la liste complète des ingrédients qui laisse parfois perplexe: pourquoi de la farine de riz dans des chips en sachets, ou du sucre dans la moutarde? Lire sur un sachet de chips "composition: pommes de terre sélectionnées, huile de tournesol, sel" procure un état proche de la béatitude. Tant de simplicité a quelque chose de beau, de simple, quasiment de sacré! Vérifier aussi les additifs, pas seulement les E... quelque chose, mais les trucs anodins, même le lactose, depuis que les copains sont tous intolérants au gluten, au lactose, aux noix de pécan, aux fruits de mer... les nourrir devient un casse-tête.

Se réapprovisionner en chocolat et constater, dépitée, que si le Côte d'or noir ou au lait reste acceptable, les versions plus complexes, avec noisettes, grains de sel ou éclats de caramel contiennent de l'huile de palme, pas terrible pour la santé et pour l'environnement (ça ruine aussi les planteurs de cacao). Chercher les tablettes avec juste du cacao, du beurre de cacao et du sucre demande un temps de lecture non négligeable. Certains ont troqué l'huile de palme pour l'huile de tournesol: c'est mieux, mais pourquoi de l'huile plutôt que du beurre de cacao? Bientôt on ne trouvera de beurre de cacao que dans les suppositoires, mais qui en utilise encore?

A propos de suppositoires, rayon PQ: comment acheter responsable quand on sait que le PQ classique détruit les forêts, mais que le PQ recyclé est blanchi avec des produits chimiques responsables de démangeaisons anales, voire de fissures du même nom, quelle horreur! Depuis qu'on a installé un "kit propreté", à savoir un robinet relié à la chasse d'eau, ma vie a changé, mais certains détestent se doucher les fesses à l'eau froide...

Détergents: vinaigre blanc et bicarbonate de soude nettoient à peu près tout, mais c'est compter sans la revendication des femmes de ménage qui exigent la crème à récurer X, le rénovateur parquet Y ou le produit à vaisselle Z. Je soupçonne les annonceurs de leur offrir des bons de réduction si elles arrivent à persuader leurs employeurs/ses d'acheter telle ou telle marque.

La caisse, enfin! Dernier dilemme: caisse autonome, je scanne mes produits et je paie par carte, c'est rapide et évite de faire la queue, mais ce faisant je menace l'emploi des caissiers et caissières. Mais en passant à la caisse, je perpétue cet esclavage des temps modernes: "Bonjour, sourire, "avez-vous la carte du magasin?", merci, au revoir".

Dimanche, j'irai au marché, le vendeur m'appellera "ma gazelle", me fera goûter des cerises et m'offrira un bouquet de persil. Enfin de l'humanité! Sauf qu'il ne vend rien de "bio", il dit que "c'est des conneries pour les parisiens".

dimanche 3 juillet 2016

AndiamoMonsieur Montand

Yves Montand : qui n'a jamais rêvé de chanter comme lui ? Yves Montand est l'un des très rares chanteurs français connu aux Etats Unis, et pourtant il y a chanté en Français, bien sûr quelques une de ses chansons ont été adaptées en anglais "Syracuse".pour ne pas la citer.

La chanson que j'ai choisi est celle du film "L'été meurtrier" de Jean Becker, avec la sublime Isabelle Adjani. Une anecdote à propos de ce film, quand Isabelle Adjani a tourné ce film, elle venait d'accoucher, et dans un premier temps elle avait refusé de se mettre nue, au prétexte qu'elle se trouvait grosse !

Et puis tiens ! J'en ai rajouté une autre composée par Jean Constantin (mes pantoufles, le pacha, et... Mon manège à moi, pour Edith Piaf) Quel talent ce Monsieur Constantin, et puis et surtout il écrivait dans une langue que je connais un peu : le français !

"Ma gigolette", une chanson très peu connue, pour vous ! Veinards.



Ma gigolette, ça fait vieux
Mais c'est chouette,
On sera vieux si tu veux,
Que je m'entête à t'appeler Gigolette.

(ch'tiot crobard Andiamo)

mardi 28 juin 2016

Oncle DanBonjour l'ambiance (6)

On se plaint qu'il n'y a plus de discipline, et de la capitulation générale des parents, des enseignants, etc. Il me reste à vous décrire quelque chose de totalement surréaliste aujourd'hui : la discipline chez les Jésuites.

Au collège, c'était avec beaucoup de mal que nous composions à grands renforts de compositions notre bagage intellectuel, et que nous le chargions sur une diligence qu'il nous fallait mener jusqu'au pays de la liberté.

Il n'est pas question ici de western. je veux parler des contrôles périodiques de nos fraîches connaissances dont les résultats étaient consignés dans un bulletin de notes mensuel appelé "Diligence" en langage jésuite. Ces contrôles étaient donc sanctionnés par des "notes de diligence", lourdes de conséquences pour nos perspectives d'évasion qui se limitaient, ainsi que je l'ai dit dans les épisodes précédents, à une seule sortie par mois, dans sa famille ou chez un correspondant en ville. Mais attention, votre assiduité à la tâche, cultivée à l'engrais de votre exceptionnelle intelligence pouvait être anéantie par une seule note de discipline, symbolisée par une lettre.

Prenez de suite une aspirine, car nous allons rentrer dans l'infernale spirale des notes de discipline. Une mauvaise conduite pouvait provoquer l'attribution d'un "ae" ("ae" souligné), d'un "e" ou d'un "e". Insuffisant, MAL !, TRES MAL !! Mais soyons précis et reportons nous ensemble page 15 de notre inséparable petit éphéméride.

"ae" : Note d'avertissement. Suppose beaucoup trop de négligences, sans fait absolument grave en soi. Résultat d'un manque permanent d'efforts après les remarques répétées du surveillant ou du professeur. Trois ae consécutifs se traduiront par un "e" la semaine suivante si aucune amélioration ne se manifeste chez l'élève. Le "ae" peut aussi sanctionner une négligence grave accidentelle.

"e" : Sanctionne une mauvaise volonté notoire, une paresse habituelle ou un fait grave (désobéissance, insolence, manquement important au règlement)...

"e" : Cette mauvaise note est donnée en cas de mépris des avertissements, de mauvais esprit, de manquements graves récidivés...etc. Trois e entraînent un "ei".

Tournons la page... ae : C'est la première des mauvaises notes. Elle entraîne pour l'élève interne:

- la suppression de la sortie du jeudi,
- la présence aux études du matin et du soir du dimanche.
e : Entraîne pour les internes la suppression de sortie du jeudi et du dimanche.
ei : Ajoute aux sanctions précédentes une retenue de deux heures le dimanche matin.

Une heure de colle, deux heures de colle, quatre heures de colle ! Adieu veaux, vaches, grands jeux, cinémas, sorties, liberté. Bonjour tristesse. Cent lignes, deux cents lignes, cinq cents lignes pour ces grands pêcheurs. Avertissements pour ces déments. Blâmes pour ces infâmes.

Ces maudits qui n'avaient rien compris aux règles sacrées de ce grand monopoly jésuite, et croulaient sous des sanctions en cascade et cumulatives, n'avaient pour se consoler que la maigre satisfaction d'avoir échappé au "ei". Le "ei", c'était le conseil de discipline. Dans tous les cas, des semaines de colle et des mois sans sortie, parfois le renvoi temporaire ou définitif.

"ei" : Très mauvaise note donnée pour un motif grave : insubordination répétée, déloyauté, copiage, vol, immoralité... Deux ou trois "ei" peuvent entraîner le renvoi. Il ajoute aux sanctions précédentes une seconde retenue de deux heures le dimanche après-midi. Il prive en plus d'un jour de vacances.

... et au paragraphe "Conseil de discipline" :

Les sanctions importantes relèvent de la décision du Conseil de discipline.

- Le "Petit Conseil" réunit le Préfet et les surveillants de l'élève.
- Le "Grand Conseil" réunit le Père Supérieur, le Préfet, les Professeurs et les surveillants de l'élève.

C'est au Grand Conseil de Discipline que revient la décision du renvoi définitif d'un élève.

A l'opposé, planait au dessus des nuages le "Grand A". Une espèce de disque d'or pour l'excellent élève qui s'est distingué 500.000 fois par l'exemplarité de son comportement studieux et zélé, persévérance de chaque instant que le règlement traduisait laconiquement par :

A :Note donnée exceptionnellement et soulignant une très bonne volonté.

Le nécessairement odieux fayot honoré de cet inaccessible hommage se voyait remettre un "Témoignage Très Bien", sorte de bon point au format 9 cm x 12 cm, qu'il aurait la possibilité de "monnayer" en cas de défaillance ou de coup dur.

Le "A" rachète d'un degré toute autre mauvaise note de la semaine (ou de la quinzaine) en cours (sauf un e ou un ei qui exige pour être réparé un ensemble de bonnes notes). Peut racheter une colle pendant le mois qui suit.

D'autres cartes "Chance" récompensaient également les places de premier (témoignage très bien) et de second (témoignage bien) aux compositions.

De la même façon, des "Témoignages Bien" étaient remis aux bûcheurs appliqués qui recevaient la note de discipline "petit a", mais nous étions déjà loin de la perfection.

a : Note donnée à l'élève à qui on ne peut reprocher que quelques légères négligences. Quand un élève la mérite habituellement, c'est un élève appliqué. Ce "a" peut aussi récompenser l'effort constant d'un garçon, malgré ses négligences encore trop nombreuses.

Point d'honneur, en revanche, pour la majorité, la fade populace. Pour elle, des notes tièdes et sans conséquence qui ne traduisent aucun mérite particulier : celles des apprentis jésuites que nous étions, avec une variante toutefois, selon que nous avions plutôt bien ou plutôt moins bien enfariné nos boulangers ou dupé nos censeurs qui ne trouvaient rien à signaler mais se doutaient bien qu'ils étaient abusés quelque part. Dans le premier cas, il s'agissait du "a" (a souligné) qui signifiait "assez bien" et dans le second cas, du "ae" qui correspondait à l'appréciation "passable" et donnait lieu à un avertissement de principe.

"a" : Note correspondant à une certaine suite de négligences. Toute note soulignée est donnée à titre d'avertissement. Un garçon qui aura eu trois a consécutifs méritera un "ae" la semaine suivante, si le même manque d'effort se manifeste.

"ae": Indique un certain laisser-aller dans la conduite ou le travail. Aucun fait grave, mais négligence trop coutumière par insuffisance d'efforts.

Très économe de ma bonne volonté que je réservais à de plus grands desseins, je faisais partie des collectionneurs de "ae" qui se mettaient ainsi à l'abri des sanctions les plus graves mais limitaient toutefois leurs possibilités d'évasions, ne disposant pas de ces indispensables visas que constituaient les témoignages "Bien" et "Très Bien". Car pour mériter ces jokers, il ne fallait pas avoir dépassé quatre "a" et n'avoir eu aucun "ae". Aussi, les parents qui désiraient faire sortir leurs enfants devaient-ils s'assurer auprès du Père Préfet (et au préalable) que ceux-ci avaient bien les notes suffisantes ou une sortie "en réserve". Une carte Chance restant valable durant toute l'année scolaire, il était en effet possible de l'exhiber à tout moment si le besoin s'en faisait sentir. A défaut d'avoir encore des atouts dans son jeu, il ne restait plus qu'à regarder jouer les autres depuis sa case "prison" sans passer, naturellement, par la case "départ"! Pas de "sortie de témoignage" ! Ni même de "demie-sortie", cette invention 100 % jésuite induite par la complexité d'un règlement dont certaines subtilités nous échappaient parfois. Attendez vous à savoir, comme eut dit Geneviève, que donnait droit à une sortie de témoignage :

1 - Un témoignage Très Bien ou deux témoignages Bien,
2 - Une place de premier ou de second à la composition d'Instruction religieuse,
3 - Une place de premier ou de second à l'examen trimestriel.

Sans cela point de sortie de témoignage. Toutefois, si vous étiez le meilleur de tous et aviez obtenu de ce fait la place de premier en excellence ou en diligence, il vous était consenti une demie-sortie de témoignage. Celle-ci vous était également accordée en échange d'un témoignage Bien. Tout cela ne s'invente pas et je sens que la migraine vous gagne. Je vais donc conclure. Si vous aviez écopé d'un "e" récemment, vous restiez à la case "prison" avec vos témoignages ou vos places de premier dans la poche…

Je sais, je vous agace. Vous n'en pouvez plus et vous demandez toujours en quoi peut bien consister une demie-sortie. Vous vous demandez si vous n'êtes autorisé à sortir qu'avec un seul de vos parents ou bien que vous ne pouvez mettre qu'un pied dehors… Non, bien sûr… Une demie-sortie est bien la moitié d'une sortie. Une sortie de témoignage se prend du samedi soir 19 h 15 au dimanche soir 20 h 15, alors que la demie-sortie de témoignage se prend du dimanche matin, après la messe, au dimanche soir, même heure.

L'avantage de la sortie complète saute aux yeux puisqu'elle permet de sucrer la messe du dimanche matin et d'amorcer ainsi un début de désintoxication.

Sous mon apparence de "ae" je cachais une âme de "ei".

jeudi 23 juin 2016

BlutchLe Cul des Roches

C'était bien avant l'arrivée de la sorcière Electricité....

L'homme ayant toujours été un faignant par nature depuis qu'il a découvert qu'il ne fallait pas traîner sa femme par les cheveux sur le sol, mais la laisser sur ses pattes pour qu'elle puisse porter sa part de fardeau, depuis donc ce temps béni qui marque pour la femme son droit à l'indépendance laborieuse, l'homme a toujours cherché à en faire le moins possible.

De cette idée générale, il a développé la traction animale et l'utilisation des forces de la nature; le vent et l'eau.

Deux cas de figure qui font l'essentiel des possibilités: Si c'est plat, il y a du vent. Si c'est pentu, il y a des rivières en eaux vives.

Et puis, il y a la plaine du Locle. C'est plat comme la main, mais entouré de montagnes, donc pas un pet de vent. Un seul cours d'eau, exploitable au bas du Crêt du Locle. Après, il se repend en zone semi marécageuse, donc pas question d'y mettre une roue. Le lieu est déjà squatté par la Scierie des Enfers, et le meunier du coin est salement dans la mouise pour mécaniser son boulot. Au bout de cette plaine fermée, il y a "le Cul des Roches" une barrière naturelle infranchissable avant les pentes escarpées s'affalant sur un coin de la France comme un beauf dans son canapé, avec une saucisse (de Morteau) dans une main et un verre d'absinthe dans l'autre (ben oui, il faut être local...).

Lire la suite

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 >