Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 22 mars 2017

AndiamoFerre et Ferrat ça vous va ?

Leo Ferre avait chanté "Les Tziganes", une chanson très peu connue...

Ce sont nos parents anciens

Les Indo Européens, les Tziganes...

Personnellement je l'aime beaucoup, alors je partage.

Jean Ferrat avait chanté "Les nomades", c'est un peu la même affaire !

Ils ont habité la roulotte

Les quatre planches qui cahotent...

(Cht'iots crobards Andiamo)

samedi 11 mars 2017

AndiamoSarkmania.

J'ai écrit (et chanté) ce billet en 2010, Quelques noms de notre actualité ont changés, quoique...

Pourquoi ressortir ce billet ? Biscotte y'a que des feignasses qui veulent pas en jouer, et TOC ! J'balance ];-D (Meuh non je les aime bien)

J’ai fait un grand retour en arrière, il y en a des talents sur ce BLOG, des chanteurs (euses) incroyables !

Bien sûr, les membres fondateurs :

- SAOUL-FIFRE

- TANT-BOURRIN

... Et les guest-stars :

- CALUNE (que nous n'oublions pas), et même CALUNETTE (sa fille) à l’occasion de l’anniversaire de Choufifrounet (Saoul-Fifre) !

- BILLY et ses talents d’imitateur !

- LA POULE et son café du pauvre….

Il y en a peut-être eu d’autres, manifestez-vous. (j'ajoute : Tant-Bourrin me l'a affirmé... Il n'y en a pas d'autres)

Alors je me suis dit (à mon âge on parle souvent seul) : "pourquoi pas ?"

J’ai voulu pasticher à ma manière STARMANIA l’opéra-rock de Michel Berger et Luc Plamendon.

Vous rendez vous compte ? Il aura bientôt 40 ans, cet opéra-rock ! On dirait un nouveau-né… Un peu comme moi ! Je l'ai vu sur scène, et oui nananèreu.

Bien sûr, je ne suis ni Caruso ni Bocelli, ça se saurait sinon !

Un grand merci à TANT-BOURRIN que j'ai mis une fois de plus à contribution afin de "nettoyer" les enregistrements, souffle, parasites, etc.

Tout d’abord :

La blouse du prolo’s man

La blouse du prolo’s man







Après ce chef-d’œuvre (y’en a qui ricanent), voici :

Bonne.

Bonne






Voulez-vous une suite ? Si oui : envoyez une enveloppe "garnie" (pas moins de cent euros) à Blogbo qui transmettra (peut-être) !

... Ou alors des oranges à la Santé !

samedi 25 février 2017

AndiamoPiaf... Encore et toujours.

Je me suis souvenu de cette goualante (non pas celle du pauvre Jean), elle date de 1954, y'en a des qu'étaient même pas né(e)s ! Moi non plus d'ailleurs, Tonton pourquoi tu tousses ?

Ils ont troué la nuit

D'un éclair de paillettes d'argent

Ils vont tuer l'ennui

Pour un soir dans la tête des gens

A danser sur un fil

A marcher sur les mains

Ils vont faire des tours

A se briser les reins

Les forains...

Quelques mots et le décor est planté, la voix superbe d'Edith Piaf, sur ces paroles de Jean DREJAC, qui avait écrit également :

- Ah le petit vin blanc, Sous le ciel de Paris, entre autres, et la musique est de Henri Sauguet.

Elle a l'air simple, facile, cette chanson... Fredonnez la, et bien elle n'est pas si simple qu'elle n'y paraît ! Comme les musiques de Charles Trenet !

Je vous ai refait un ch'tiot crobard, j'aime bien dessiner la môme, et puis nous sommes nés dans le même village !

. Dernière minute Tonton DAN nous a envoyé ce dessin à la manière de Gervais.

samedi 4 février 2017

AndiamoNotreEdam est parti (rebelote)

Personne ne s'y colle ? C'est le Doyen qui doit tout faire ? Ca fait bientôt 20 balais que je suis à la retraite, et je dois ENCORE bosser !

Alors voilà : j'ai exhumé un vieux billet ( Janvier 2010) je chante mais oui ! Alors écoutez religieusement, j'ai dit religieusement.

Notre Edam est parti...

Je me Saoulfifrelise, sans toutefois égaler le maître, mais que voulez-vous ? C’est contagieux, bien plus que la grippe H-hein ?-n’a rien.

Je suis allé voir l’exxxxcellente comédie musicale de Luc Plamendon et Richard Cocciante : Notre Dame de Paris.

A cette époque, les comédiens la jouaient depuis un mois seulement, le spectacle était suffisamment rôdé et les comédiens avaient leur fraîcheur intacte.

Je… Nous nous sommes régalés ! Plus de deux heures assis sans sentir mon cul ! C’est un signe qui ne trompe pas : quand tu ne sens pas tes fesses au cours d’un spectacle, c’est qu’il est bon ! (le spectacle, pas ton cul !)… Quoique.


P.S. : par avance je décline toutes les offres qui me seront faites, tant les "music Awards" que les éventuelles propositions de Patricia Coquatrix en vue d’un passage à l’Olympia.

Idem en ce qui concerne la "Starac" : j’ai passé l’âge de prendre des douches en public !

Croyez bien, cher Monsieur Manouchian, que j'en suis profondément désolé.


Après Sarkmania, voici : Notre Edam est parti.



Le temps des p’tits casse-dalles



Pelle



Ouais, bien sûr, c’est une vieille voix, mais je serais curieux de vous entendre chanter, juste un peu, histoire de me rendre compte…

lundi 21 novembre 2016

AndiamoPaname...

Magnifique chanson de ce cher Leo ! Elle doit dater de 1962, j'avais 23 ans, un cœur tout neuf, qui n'attendait que VOUS Mesdames, vous ne m'avez pas vu ? Tant pis pour vos pauvres vies !

Modeste moi ? Bien sûr !

Alors j'ai rouvert un carton à dessin et j'en ai extrait quelques ch'tiots crobards...



Paname, tu n'es pas pour moi qu'un frisson, qu'une idée, qu'une fille à chanson, et c'est pour ça que j'crie ton nom..



Paname, quand tu t'habilles avec du gris, les couturiers n'ont qu'un souci, c'est d'foutre en gris toutes les souris.



Paname, on t'a chanté sur tous les tons, y'a plein d'paroles dans tes chansons, qui parlent de qui ? De quoi ? D'quoi donc ?



Paname, quand tu t'ennuies tu fais les quais, tu fais la Seine et ses noyés, ça fait prend' l'air, et ça distrait.



Paname, monte avec moi combien veux tu ? Y'a deux mille ans qu't'es dans la rue, des fois que j'te r'fasse une vertu..



Paname, quand tu t'habilles avec du bleu, ça fait sortir les amoureux, qui disent "à Paris tous les deux".



Paname, ce soir j'ai envie de danser, de danser avec tes pavés, que l'monde regarde avec ses pieds.

(ch'tiots crobards et Daguerréotype Andiamo)

vendredi 14 octobre 2016

AndiamoUn acteur, un film.

Edward G Robinson, un acteur qui a surtout tourné dans les années 40-50, mais sa carrière a continué jusque dans les années 70.

Le Monsieur a tourné dans Key Largo de John Huston, il a joué un enquêteur tenace et obstiné, employé d'une compagnie d'assurances, dans "Assurance sur la mort", et n'oublions pas non plus un joli rôle dans "Les 10 commandements" de Cécil B. DeMille.

Edward G. Robinson, une tête et un corps massifs, pas une gueule à jouer les enfants de chœur ! Une vraie tronche de dur, ceux à la Peter Cheyney, dans la lignée des Jack Palance, Peter Lorre, ou Robert Mitchum. Un taciturne à la Gary Cooper ou Spencer Tracy.

Des vieux me direz vous ? Oui mais quels acteurs ! Le film dont au sujet duquel que j'vais causer (hein t'as vu le style Célestine ) ? C'est : SOLEIL VERT. de Richard Fleischer, avec également Charlton Heston, tourné en 1973.

Un film que je qualifie de glauque, gênant, dérangeant. New-York en 2022, surpeuplé, hyper pollué, des habitants qui crêvent littéralement de faim, qui s'entassent dans des cages d'escaliers, des S.D.F. comme on ne les appelait pas encore, ça ne vous rappelle rien ? Un visionnaire ce Fleischer !

Les habitants contraints de ne manger que de la bouffe de synthèse, le peu de nourriture naturelle qui subsiste, coûte un bras ! Une scène magnifique : Sol Roth (Edward G. Robinson) prépare un véritable repas, la nourriture a été obtenue suite à un chantage, de son ami Thorn, flic de premier ordre (Charlton Heston) à voir et revoir.

La scène suivante, représente la séquence où Sol Roth, a demandé à être euthanasié, car trop vieux, et ultime cadeau de l'administration, on lui offre juste avant la mort, une séance sur écran panoramique des séquences de vie "d'avant", Images projetées sur des musiques de Beethoven ( sixième symphonie, La pastorale) puis Peer Gynt (au jardin). Âmes sensibles s'abstenir !

La fin ? Guillerette comme tout le film, je ne vous la dévoilerai pas, car peut-être certaines et certains n'ont pas vu ce film, et je ne voudrais pas vous priver de la surprise.

J'aimais bien Charlton Heston, décédé en 2008, paix à son âme, selon l'expression consacrée. Mais depuis que j'ai appris qu'il était un irréductible défenseur du port d'armes, il a beaucoup baissé dans mon estime, toutefois cela ne lui retire en rien son immense talent d'acteur

(Ch'tiot crobard Andiamo)

dimanche 9 octobre 2016

AndiamoIl suffirait...

Allons, allons, ça ne vous est jamais arrivé ? Une rencontre, ou bien des retrouvailles après nombre d'années, comme ça fortuitement, ou après des recherches sur internénette ?... Une (vieille) copine, quand je dis vieille, rien à voir avec l'âge, mais avec le temps qui nous a séparé, et s'est écoulé saloperie de sablier !!

Alors on se dit qu'il était beau le temps d''avant... Ce qui était beau en fait, c'était nos vingt berges, point barre !

Des chailles bien rangées, des ronces sur le caillou, un cœur qui battait comme un métronome, t'avais pas les articulations qui grinçaient mon pépère... Et LE reste je n'en parle même pas, par pudeur, et par modestie ^^.

Et puis il y a peut-être eu dans votre vie, d'autres rencontres, "décalées" celles là, je dis décalées car ce putain de Chronos nous joue parfois des tours pendables.

Une rencontre avec un beaucoup moins vieux, ou avec une beaucoup plus jeune, et là on pense immanquablement à la magnifique chanson interprétée par Serge Reggiani : Il suffirait de presque rien

Paroles : Jean Max Rivière... Musique : Gérard Bourgeois. Ce duo a beaucoup collaboré notamment poiur B.B (La Madrague).

.

Il suffirait de presque rien,

Peut-être dix années de moins,

Pour que je te dise "Je t'aime".

Que je te prenne par la main

Pour t'emmener à Saint-Germain,

T'offrir un autre café-crème.''

.

Mais pourquoi faire du cinéma,

Fillette allons regarde-moi,

Et vois les rides qui nous séparent.

A quoi bon jouer la comédie

Du vieil amant qui rajeunit,

Toi même ferait semblant d'y croire.

.

Vraiment de quoi aurions-nous l'air ?

J'entends déjà les commentaires,

"Elle est jolie, comment peut-il encore lui plaire

Elle au printemps, lui en hiver".

.

Il suffirait de presque rien,

Pourtant personne tu le sais bien

Ne repasse par sa jeunesse.

Ne sois pas stupide et comprends,

Si j'avais comme toi vingt ans,

Je te couvrirais de promesses.

.

Allons bon voilà ton sourire,

Qui tourne à l'eau et qui chavire,

Je ne veux pas que tu sois triste.

Imagine ta vie demain,

Tout à côté d'un clown en train,

De faire son dernier tour de piste.

.

Vraiment de quoi aurais-tu l'air ?

J'entends déjà les commentaires,

"Elle est jolie, comment peut-il encore lui plaire ?

Elle au printemps, lui en hiver".

.

C'est un autre que moi demain,

Qui t'emmènera à St-Germain

Prendre le premier café crème.

Il suffisait de presque rien,

Peut-être dix années de moins

Pour que je te dise "Je t'aime"

.



Deux Serge Reggiani, l'un en noir et blanc, l'autre rehaussé à l'aquarelle.

.

J'ai essayé de mettre la musique, mais plus moyen avec ce DEEZER devenu complètement pourri, il est où le temps où c'était gratos ? Inflation "zéro" ? Mon cul, oui !

(ch'tiot crobards Andiamo)

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 >