Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 13 avril 2018

BlutchLes détournements de lois

Il y a des poncifs qui sont des règles d'or:

- Le devoir de réserve des fonctionnaires.

- L'école obligatoire.

- La fatalité du compteur Linky.

Et pourtant, en y regardant de près.....

C'est juste 3 exemples, mais je suis certain que votre sagacité en trouvera d'autres. J'ouvre une chasse au trésor et le/la gagnant/e aura doit à ma considération, ce qui, par l'étang qui coule n'est pas la moindre des choses.

Lire la suite

samedi 7 avril 2018

AndiamoMaternelles : armons nos enseignants !

Provocation de ma part ? A peine, je viens d'apprendre qu'une enseignante de l'école Jules Ferry de Colomiers, ville située près de Toulouse, a été méchamment agressée par trois de ses élèves, alors qu'elle tentait de séparer deux autres petits anges qui se battaient au moment de la récré !

- On a cru que l'institutrice agressait nos copains ont déclaré les bisounours agresseurs pour toute explication.

Bien sûr c'est la faute de l'éducation nationale, pas assez d'enseignants !!

Alors voilà : au sortir de la guerre (celle de 39-45, pas celle de 14-18 je vous vois venir) je suis entré à l'école primaire, sans passer par la case maternelle, puisqu'il n'y en n'avait pas !

Cinquante élèves par classe ! Vous avez dit manque d'effectifs ? Et bien nous nous levions lorsqu'un adulte entrait en classe, idem quand il en sortait !

L'école primaire de l'époque accueillait les enfants jusqu'à la classe du certificat d'études, c'est à dire 14 ans, il y avait des gaillards, des costauds, jamais l'un d'eux n'aurait osé agresser un enseignant.

Je viens de lire dans "la dépêche du midi" que l'on avait nommé un psy afin de répondre aux questions qui ne manqueraient pas d'être posées suite à cette agression. Il y a 70 ans tu te serais pris une poignée de phalanges dans la tronche en guise de psychothérapie, si par malheur un inconscient avait osé seulement répondre grossièrement à un instit, et plus tard à un prof.

Aujourd'hui ils se font traiter de connard, et ne peuvent pas sévir sous peine de radiation de l'E.N !

On trouve ridicule l'époque où l'on se mettait en rangs avant de rentrer en classe, on restait debout à sa place en attendant que l'enseignant nous fasse asseoir, une petite histoire lue par le maître ou la maîtresse, puis une morale à en tirer... Ridicule ? Cette courte action nous permettait de bien commencer la journée, une petite histoire c'est plus intéressant qu'un cours de maths, non ?

On ne parlait qu'après y avoir été invités par la maîtresse ou le maître, nous étions des élèves et non pas des "apprenants".

Nous les appelions Madame ou Monsieur, mais jamais par leur prénom. Elles ou ils nous appelaient par notre patronyme, jamais par notre prénom, et c'était très bien comme ça, d'ailleurs mes copains d'école je les appelais par leur patronyme également, il n'y avait que mes potes de quartier que j'appelais par leur prénom. Chacun à sa place, les élèves seront bien gardés !

Je ne juge pas, je raconte, je relate, j'explique, et sincèrement je plains les institutrices... Pardon les professeurs des écoles, et professeurs tout court, de ce qui les attend.

A Diù siatz comme on disait à Colommiers .

samedi 31 mars 2018

AndiamoLes ourses (grandes ou petites).

La référence à ces constellations, c'est pour faire plaisir aux astrologues !

Mais là n'est pas le propos, j'ai appris cette semaine après avoir allumé mon brave poste de T.S.F , en acajou verni ( 7 couches comme les canots Riva), avec lequel il faut être patient, le temps que les lampes chauffent, un bon vieux poste qui a connu : Saint Granier, Geneviève Tabouis, Georges Briquet, Jean Nohain, Jeanne Sourza et Raymond Souplex alias Carmen et La Hurlette (sur le banc) sans oublier, Marcel Fort, et Zappy Max ! (et tout ça de mémoire).

Après cette petite digression, j'ai appris disais-je que l'on allait relâcher des ourses dans les Pyrénées

Ah la la ça n'a pas fini de faire gueuler les bergers ! Fini le bon fromage de brebis ! Ossau Iraty... Entre les loups alpins, et les ours pyrénéens, les gaspards de Paris (un par habitant) les poux de vos mômes, et les morbacks de vos maîtresses Messieurs, qu'est ce qu'on est emmerdés avec les bestioles !

J'avais il y a très longtemps déjà évoqué le problème à l'aide de deux ch'tiots crobards... Que voilou, que voilà ! On notera la finesse, la délicatesse, ainsi que l'allusion à peine marquée à des pratiques zoophiles que je réprouve entièrement. Pine d'ours ? Ne serait ce qu'une légende ?

(Ch'tiots crobards Andiamo)

dimanche 25 mars 2018

AndiamoLes temps changent

Je vous ai dégotté ces deux pubs années 60, l'une pour la Renault 8, l'autre pour la Renault 12.

Vous imaginez la levée de boucliers si on diffusait ça aujourd'hui ? On va rouler à 80 Kms/ heure, moi je vais carrément rouler en marche arrière !

Mais où va t-on ? Les premières limitations de vitesse en 1971 si ma mémoire est bonne, c'était : 60 en ville, 110 sur nationales et voies secondaires, et enfin 150 sur autoroutes, un ou deux ans plus tard, c'est passé à 50 en ville, 90 sur voies secondaires et nationales puis 130 sur autoroutes.

C'était très raisonnable me semble t-il, mais bon des bonnes âmes notamment les associations contre "la violence routière" ont fait pression afin d' abaisser la vitesse à 80 Kms/ heure !

Ces gens là ont sans doute payé un horrible tribut à la route, dans ma famille il a été extrêmement lourd ce tribut, je ne vais pas me raconter ça n'est pas mon style, mais ça n'est pas pour autant que j'emmerde la population avec mes ressentis, il faut apprendre à encaisser les vilains moments, les horreurs, et comme disait ma grand'mère, tu mets ça dans ta poche, et ton mouchoir par dessus.

Alors évidemment j'ai eu une R8, je l'avais équipée avec un kit "Abarth", pipes d'admission et d'échappement, carburateur double corps Wéber, etc... La pub disait : "Qu'est ce qu'un lièvre ? C'est un lapin qui est passé chez Abarth" ! Bien sûr je roulais comme un malade, les limitations de vitesse c'est très bien, je suis pour, mais quand c'est trop, c'est trop, et je crains l'effet inverse !

Régalez vous avec ces pubs surannées des années 60... Des petits chef d'œuvres ! Il me revient aussi qu'une autre pub disait, afin de vanter l'efficacité des 4 freins à disques dont la R8 était pourvue : debout sur les freins, j'allume ma cigarette !

Et surtout regardez bien au début de la pub R8, pour un peu le conducteur écraserait les piétons !!

La pub R12 vaut aussi son pesant de cacahuètes.

samedi 17 février 2018

FrançoiseLE CONTREMAITRE AVAIT DU GOÛT

Sorti de ma boîte à malices, un texte qui garde toute son actualité mâtiné d'une dose d'humour noir pour faire passer le sérieux du propos...

Lire la suite

jeudi 8 février 2018

AndiamoIl a neigé yesterday.

Il a neigé à Paris ! En plein hiver... Vous vous rendez compte ? De la neige l'hiver en plus, y'a plus d'saisons ma bonne Dame.

Pour une fois (ou deux) rendons hommage aux : Dhéliat, Bodin et z'autres qui avaient averti les Franciliens de la venue de chutes de neige importantes, notamment dans les Yvelines et les Hauts de Seine.

Sur la carte on voyait nettement la poche sur laquelle ces précipitations allaient se concentrer. Et bien c'est arrivé ! Mais oui, pas de surprise donc, et malgré tout pas d'anticipation, surprenant n'est il pas ? Ne croyez vous pas que les employés, ouvriers et autres n'auraient pas pu quitter leur boulot avant que la situation devienne catastrophique ? De toutes façons au delà de 5 centimètres de poudreuse, le salage ne sert strictement à rien.

Souvent je suis allé à la montagne l'hiver, pneus cloutés lorsque ceux ci étaient autorisés, et toujours les chaînes dans le coffre (au-dessus des valises) j'en ai vu des connards qui déballaient le coffre afin d'accéder aux chaînes, quand ils en avaient, car beaucoup n'en avaient point.

Et puis aussi chaque année répétition dans mon garage de la fastidieuse mise en place des dites chaînes, car ça n'est pas dans 20 centimètres de poudreuse que l'on s'aperçoit que le crochet "A" rentre dans la boucle "B" après que le caoutchouc "D" est été tendu de manière raisonnable !

Alors je me demande, comment faisions nous autrefois ? Je sais vous allez me prendre pour un vieux grincheux, mais avant la téloche, on nous refilait un vague bulletin météo à la radio, sans préciser la hauteur des chutes de neige, et quand tu te levais le matin, tu avais la surprise, aller à l'usine à vélo, ou prendre le bus, bonjour la galère ! Et bien on n'engueulait personne, putain de neige disait on... C'est tout !

J'ai entendu ce soir à la téloche des journaleux de mes deux qui engueulaient presque les prévisionnistes, car ils avaient annoncé 10 centimètres de poudreuse et il en est tombé entre 12 et 15 ! Quelle horreur.

Je respecte les journalistes qui font un boulot sérieux, bien documenté, et qui publient des articles qui tiennent la route, mais ces connards qui discutent le cul au chaud autour d'une table, avec bouffe et boissons roboratives, je les ignore.



La neige dans mon jardinet (12 cms sans la tête)



La même, et toujours mon jardinet. !



Ma fillotte m'a envoyé cette photo ce matin, elle travaille dans un quartier miséreux...!

(Daguerréotypes Andiamo, et sa fillotte)

dimanche 4 février 2018

AndiamoLes J.O 2024

En vue des J.O de 2024 qui se dérouleront à Paris, nos équipes de canoé kayak s'entrainent sérieusement dans un bassin tenu secret.

Le team Blogbo a suivi les équipes, je vous invite à suivre leur entraînement très sérieux comme vous pouvez le constater.

Le zouave prend un bain de siège actuellement, en 1910 il avait de l'eau aux épaules, en 2018 elle s'arrête à Popaul !

(vidéo prise sur le web)

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 >