Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 29 septembre 2006

Tant-BourrinDétail

L'homme au costume gris acier marchait tranquillement sur le trottoir, au milieu des passants, d'une démarche un peu raide. Il scrutait alentour, les bâtiments, les voitures, les gens, d'un regard froid, presque métallique. Personne ne faisait particulièrement attention à lui. Et pourtant...


- La translation ondulaire du droïde s'est parfaitement déroulée. Les êtres frustres peuplant cette planète semblent le prendre pour un des leurs. Nous avons donc bien réussi à reproduire leur apparence physique et leurs vêtements.
- Parfait ! La transmission de données est-elle satisfaisante ?
- Transmission parfaite : aucune défaillance de capteur à signaler. La mission "éclaireur" est un succès total.
- Tant mieux pour les habitants de cette planète : si tout continue de bien se passer, nous allons pouvoir les placer en phase d'observation pour quelques siècles avant colonisation éventuelle. Restez quand même prêts à actionner la procédure de destruction si le droïde venait à être démasqué.
- Ce sera fait si besoin est. Même si...
- Même si ?
- Même si je trouve cela un peu cruel. Ces êtres sont certes frustres et leur apparence est monstrueuse, certes, mais j'imagine qu'ils éprouvent certaines formes de sentiments, d'émotions, et les détruire uniquement parce que le droïde éclaireur est découvert me semble...
- ...semble entièrement normal et relève de la prudence la plus élémentaire ! Nous ne disposons pas encore de suffisamment d'informations pour connaître le degré de développement technologique de ces êtres. Qui sait si, sous des dehors frustres, ils ne possèdent pas de moyens techniques leur permettant d'attaquer notre galaxie s'ils venaient à en deviner l'existence ? Nous ne pouvons pas faire courir le moindre risque à notre civilisation : si le droïde est démasqué, nous devons instantanément vitrifier cette planète, que cela soit clair.
- Clair. Je respecterai la procédure.


Les yeux métalliques de l'homme au costume gris acier continuaient d'enregistrer des milliards d'informations et à les stocker dans les circuits internes, au plus profond de lui-même, dans ce que les humains alentours auraient appelé son ventre. Et sur sa face impavide et figée, on ne lisait aucune vie, que la froideur du métal sous une fine pellicule couleur chair.


- Alerte niveau 2 ! Un échauffement trop élevé est signalé dans les circuits internes ventraux du droïde. Le niveau de refroidissement par aération est insuffisant !
- Comment est-ce possible ?
- Je crains que les étoffes que nous avons tâché d'imiter pour vêtir le droïde ne soient trop peu perméables à l'atmosphère de cette planète et que la prise d'air ventrale ne peine à évacuer la chaleur... Température toujours en hausse ! Nous approchons de la limite autorisée, les circuits ne vont pas résister !
- Il n'y a pas des centaines de solutions : envoyez l'ordre au droïde d'aménager un passage pour l'atmosphère ambiante au travers de ses vêtements !


L'homme au costume gris acier obéit immédiatement à l'ordre qui lui venait de là-haut, à plusieurs milliers de kilomètres au-dessus de sa tête, permettant une meilleure aération de ses circuits internes. Puis il reprit sa marche raide et mécanique.


- Ouf, la température interne a chuté. Tous les relevés reviennent à la normale.
- Les habitants de cette planète viennent sans le savoir de l'échapper belle !


Quelques milliers de kilomètres plus bas, la main d'un vieillard tapotait l'épaule de l'homme au costume gris acier.
- Excusez-moi de vous déranger, Monsieur, mais je tenais à vous signaler que votre braguette est ouverte...

lundi 25 septembre 2006

Saoul-FifreVinaï

Passé le col de Larche
De l'autre côté du brouillard
Les rochers sont en marche
Suspendant leur espoir
Dans le Fort Albertino
Où l'un soudé à l'autre
Les autres sur les uns se juchant
Très fous, très hauts, très costauds
Barrant le vallon et son ruisseau.

Courageuses fortifications
Qui tentent maladroitement
D'endiguer l'invasion
De touristes en mal de piments.

samedi 23 septembre 2006

Tant-BourrinPing-pong

Pour : steeve.duboudou@grosseboite.com
De : paul.rondouillet@grosseboite.com
Date : 19/09/2006 08:31
Objet : Budget août

Bonjour Steve,

je suis vraiment désolé de te relancer, mais il ne me manque plus que les éléments du Service Informatique pour boucler mon suivi budgétaire d'août. Je sais hélas que le mois de septembre est toujours un peu chargé côté boulot, mais ça m'arrangerait beaucoup si tu pouvais me retourner le tableau ci-joint rempli (onglet "SI" pour ce qui te concerne) le plus rapidement possible.

A part ça, comment va la petite famille ? Faudra qu'on mange ensemble à la cantine un de ces quatre, ça fait longtemps.

Paul

Pièce(s) jointe(s) :


Pour : paul.rondouillet@grosseboite.com
De : steeve.duboudou@grosseboite.com
Date : 19/09/2006 10:08
Objet : Re: Budget août

Bonjour Paul,

oups, mille excuses ! Ça m'était effectivement complètement sorti de la tête ! Voilà le tableau complété. Tu verras que j'ai un peu agrégé certains types de prestations, par souci de simplification.

Et pour la cantine, c'est quand tu veux, ça me fera plaisir de causer un peu d'autre chose que du boulot avec toi.

Steve

Pièce(s) jointe(s) :


Pour : steeve.duboudou@grosseboite.com
De : paul.rondouillet@grosseboite.com
Date : 19/09/2006 10:47
Objet : Re: Re: Budget août

Re,

merci de ta réponse rapide malgré ton activité que j'imagine débordante actuellement, mais cela ne me convient hélas pas tout à fait. Ce n'est malheureusement pas moi qui fixe la doctrine du contrôle de gestion interne, mais je me dois de l'appliquer à la lettre, et les regroupements de prestations que tu proposes ne me permette pas de suivre et d'affecter correctement les charges de ton service. Est-ce que tu pourrais, quitte à y consacrer un tout petit peu plus de temps, remplir de nouveau le tableau en respectant bien le formalisme STP ?

Merci d'avance

Paul

Pièce(s) jointe(s) :


Pour : paul.rondouillet@grosseboite.com
De : steeve.duboudou@grosseboite.com
Date : 19/09/2006 12:28
Objet : Re: Re: Re: Budget août

Re,

excuse-moi, j'avais oublié la rigidité féroce de nos amis du contrôle de gestion ! ;-)

Bon, pour le coup, j'aurai perdu une matinée pour ce satané contrôle de gestion. Voilà mes éléments, et cette fois j'ai bien rempli toutes les petites cases !

Bonne journée

Steve

Pièce(s) jointe(s) :


Pour : steeve.duboudou@grosseboite.com
De : paul.rondouillet@grosseboite.com
Date : 19/09/2006 14:06
Objet : Re: Re: Re: Re: Budget août

Je te remercie d'avoir cette fois-ci respecté le formalisme et renseigné tous les champs, mais je te soupçonne de l'avoir fait via un processus aléatoire. En particulier, j'ai du mal à m'expliquer comment la masse salariale a pu être divisée par 14 en août alors que les effectifs de ton service n'ont, à ma connaissance, pas bougé d'un pouce. Je reste également perplexe devant le budget "fournitures machine à café" : si j'en crois tes chiffres, ton service aurait ingurgité en août l'équivalent de 60000 cartouches de café. A 10 cl environ par café, ça ferait plus de 15 litres de café par jour et par personne, et encore sans tenir compte des congés. Je comprends que vous soyez toujours sur les nerfs dans ton service !

Bon, trève de plaisanterie, moi aussi je suis en train de passer beaucoup de temps sur ce suivi budgétaire. Est-ce que tu pourrais me remplir sérieusement le tableau ce coup-ci ?

Paul

Pièce(s) jointe(s) :


Pour : paul.rondouillet@grosseboite.com
De : steeve.duboudou@grosseboite.com
Date : 19/09/2006 15:18
Objet : Re: Re: Re: Re: Re: Budget août

En toute franchise et en toute amitié, tu commences à me fatiguer sérieusement avec tes foutus tableaux de chiffres à remplir tous les mois. Il est possible que j'ai interverti deux ou trois lignes en faisant des mauvais copier/coller, mais l'essentiel est que le total soit bon. Si tu veux être puriste, réfère-toi au suivi budgétaire de juillet et remets les chiffres dans l'ordre, moi je n'ai vraiment pas de temps à perdre avec ça.


Pour : steeve.duboudou@grosseboite.com
De : paul.rondouillet@grosseboite.com
Date : 19/09/2006 15:33
Objet : Re: Re: Re: Re: Re: Re: Budget août

Bin voyons, je vais faire ton boulot ! Tu ne manques quand même pas d'air ! Si tu le prends comme ça, je peux jouer au con moi aussi et balancer directement tes chiffres dans le tableau de bord. On verra ce que pense le boss de la gestion de son service informatique !


Pour : paul.rondouillet@grosseboite.com
De : steeve.duboudou@grosseboite.com
Date : 19/09/2006 16:01
Objet : Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Budget août

Balance ce que tu veux si ça te chante, le boss sait où sont les VRAIS productifs qui font avancer la boîte et ceux qui font juste mumuse avec des tableaux de chiffres. Dans le genre contrôleur des travaux finis, permets-moi de te dire que tu te poses un peu là !


Pour : steeve.duboudou@grosseboite.com
De : paul.rondouillet@grosseboite.com
Date : 19/09/2006 16:13
Objet : Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Budget août

Parce que tu t'imagines que la boîte a besoin de zozos comme toi pour avancer peut-être ? Tu crois que détenir le record du monde au démineur et au solitaire améliore notre bénéfice ? On a des postes de travail qui ressemblent plus à des tracteurs soviétiques qu'à autre chose et qui plantent sans arrêt, le serveur est out la moitié du temps et tu viens me donner des leçons ? Faudrait peut-être d'abord balayer devant ta porte !


Pour : paul.rondouillet@grosseboite.com
De : steeve.duboudou@grosseboite.com
Date : 19/09/2006 16:22
Objet : Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Budget août

Si tu le prends sur ce ton, sache qu'on a encore un vieux PC XT dans la réserve avec un écran 12 pouces monochrome. T'auras une bonne surprise demain matin ! Tu vas regretter ton tracteur soviétique et tu la ramèneras peut-être un peu moins.


Pour : steeve.duboudou@grosseboite.com
De : paul.rondouillet@grosseboite.com
Date : 19/09/2006 16:32
Objet : Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Budget août

Amuse-toi à ça et tu vas entendre parler de moi, petit crétin prétentieux ! En deux coups de cuillères à pot, je peux torcher un dossier pour le conseil d'administration prouvant noir sur blanc qu'on aurait tout à gagner à externaliser les services informatiques. D'ailleurs, je m'y attelle tout de suite, juste pour le plaisir de te rabattre le caquet.


Pour : paul.rondouillet@grosseboite.com
De : steeve.duboudou@grosseboite.com
Date : 19/09/2006 16:39
Objet : Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Budget août

> Petit crétin prétentieux
> rabattre le caquet

J'ai l'impression d'entendre parler mon grand-père quand il essayait d'imiter son grand-père. T'es vraiment qu'un vieux croûton défraichi qui fait un boulot de rat, j'espère que t'as déjà réservé ta place en maison de retraite, ça urge sévère !


Pour : steeve.duboudou@grosseboite.com
De : paul.rondouillet@grosseboite.com
Date : 19/09/2006 16:44
Objet : Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Budget août

Petit con, tu crois que tu me fais peur ? T'avises pas de passer à l'étage ou il pourrait y avoir du grabuge pour ton compte !


Pour : paul.rondouillet@grosseboite.com
De : steeve.duboudou@grosseboite.com
Date : 19/09/2006 16:48
Objet : Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Budget août

Je t'attends, vieux débri !

Et tiens, un petit cadeau pour toi en pièce jointe !

Pièce(s) jointe(s) :


Pour : steeve.duboudou@grosseboite.com
De : paul.rondouillet@grosseboite.com
Date : 19/09/2006 16:52
Objet : Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Budget août

Crevure ! Résidu de fond de capote ! Fumier de lapin ! OK, je vais actionner mon arme fatale : regarde un peu la jolie pièce jointe que je vais envoyer au boss... Elle recense toutes les irrégularités flagrantes (commandes non justifiées, factures douteuses et autres joyeusetés) que j'ai relevées ces derniers mois dans le budget de ton service de merde. Ça va te coûter cher, tes petites magouilles véreuses. Prépare-toi à pointer à l'Assedic, connard !

Pièce(s) jointe(s) :


Pour : paul.rondouillet@grosseboite.com
De : steeve.duboudou@grosseboite.com
Date : 19/09/2006 16:56
Objet : Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Budget août

Paul,

Nous nous sommes peut-être légèrement laissés emporter pour pas grand chose, non ? Je réserve ma journée de demain pour te peaufiner ton tableau de suivi budgétaire avec le plus grand soin.

Steve

PS : juste pour info, voici en pièce jointe le listing de tes connections internet sur des sites olé olé ou carrément illégaux que tu as faites ces trois derniers mois au boulot.

Pièce(s) jointe(s) :


Pour : steeve.duboudou@grosseboite.com
De : paul.rondouillet@grosseboite.com
Date : 19/09/2006 16:59
Objet : Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Budget août

Cher Steve,

Tu as raison : on s'excite, on s'excite, et on se laisse emporter. C'est très chic de ta part de bien vouloir faire mon tableau demain. Je tâcherai de t'embêter le moins possible à l'avenir avec ça.

Tu sais quoi ? Ça serait sympa de manger ensemble à la cantine un de ces quatre !

Amicalement

Paul


Pour : paul.rondouillet@grosseboite.com
De : steeve.duboudou@grosseboite.com
Date : 19/09/2006 17:02
Objet : Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Budget août

Cher Paul,

quelle excellente idée ! Je te propose qu'on se retrouve demain à 12h30 devant l'entrée du self... Ça me fera plaisir de parler d'autre chose que du boulot avec toi !

Très amicalement

Steeve

dimanche 17 septembre 2006

Saoul-FifreElfe rap

Ce billet fait suite à çui-ci . En fait, à cet anniversaire, il y avait une consigne : il fallait amener de quoi bouffer et préparer "quelque chose" pour notre amie, vous savez, un sketch, une chanson, un compliment avec révérence... Obéissant et soumis comme vous me connaissez, j'avais obtempéré et pondu un texte rap sur le théâtre (Elle fait partie d'une troupe de théâtre) (Et elle frappe) pendant les heures de train. Je n'ai pas d'affinités particulière avec cette musique, même si je lui reconnais un très net penchant à la recherche textuelle. Les Svinkels sont un bon exemple de la perfection que l'on peut atteindre. Et donc bon, j'angoissais sec à l'idée de devoir interpréter ce truc en public. J'ai l'air, comme ça, mais je suis très timide. À l'arrivée, joie : personne avait rien préparé du tout, héhé, une corvée en moins, je me suis juste contenté de lui glisser le texte à lire. Ce texte que voici, et qu'il faut imaginer "dit" en rythme hip hop par une racaille du 9-3. N'insistez pas, vous n'aurez pas de fichier MP3, mais si vous voulez vous essayer à poser une "musique rap" sur ces paroles, ce sera avec plaisir que je les publierai...

D'accord OK ça s'voit
j'ai pas l'format
du p'tit rat
mais j'veux faire une OPA
une opération-voix
sur la scène de l'opéra
tu vois ?

J'veux brûler les planches
pas les planches à billets
comme Gainsbarre ce barge
j'veux just' m'en payer un' tranche
pas jouer comme un manche
si j'ai d'la chance

J'suis pas en toc
pas un' loque
j't'en croque
des locutions bien glauques
j't'en cloque
de l'élocution sans qu'on s'moque

Dire des monologues
avec ma voix rauque
rogue
c'est ma drogue

Quand j'saute sur scène
sous l'jaune des projos
comme un acteur pro
j'suis dans l'fog
j'crains plus l'bug
j'mords dans les mots
comme un bull-dog

Les dialogues du Docteur Knock
c'est pas d'la gnognotte
ça m'épate
ça plaît à mes pôtes
ça leur pète les pattes

Mais faut pas confondre
avec les tragi-comiques
les trisomiques
de la politicardie
qui t'sortent de la politesse qui t'nique
qui te donnent de la tachycardie

Ho mais dis ?
tous les cons d'ministres
tous les Kennedys
tous les Khomeynis
qui nous jouent leur sarkomédie
c'est pas 'cor fini ?

C'qu'ils veulent eux
ma main au feu
c'est les ro-€us dans not' po-cheu

C'des bouffons
qui veulent nous bouffer
et s'payer et tacler
le spectatélecteur

Eux ils jouent un jeu
leur jeu
ils disent tout l'temps
Moi je
partageux
comme des seigneurs moyennageux

Le vrai Théatre c'est pas ça
c'est faire mumuse
avec Thalie la muse
en abuser
sans qu'ça s'use

T'as bien lu :
jouer les ingénus
l'âme à nu
les adieux les débuts
être d'la r'vue

Dire des trucs durs
c'est du hard avec le débit
descendre et danser
faire la roue dans la rue
faut s'arracher l'doigt du cul

Parce que mettre un masque
faire sa mue
être sa propre doublure
c'est s'mettre en danger
comme un funambule

Pas s'ranger
ni s'les manger
ni s'les ronger

Ça fout les boules
les moules
la pantomine
l'arlequine
la colombine
c'est un gros shoot d'adrénaline.

vendredi 15 septembre 2006

Tant-BourrinWindows XP Epictete Edition

Peut-être l'ignorez-vous, mais la firme de Redmond (paraphrase pompeuse servant à désigner Microsoft chez les journaleux qui veulent se la péter) vient de sortir une édition limitée de son célèbre logiciel d'exploitation Windows XP.

Et - je vous l'annonce moi-même car il est bien trop modeste pour le faire lui-même - notre ami Epictete a été approché par Bill Gates pour être le conseiller philosophique de cette nouvelle mouture, prestation bien évidemment payée à prix d'or comme il se doit, de même que la licence pour apposer "Epictete Edition" sur le logo d'ouverture du système d'exploitation.



Hormis cette griffe supplémentaire (mais ô combien prestigieuse), les apports de cette version sont relativement minimes d'un point de vue purement informatique.

Non, ce qui change en profondeur, c'est la nature des messages que l'utilisateur voit apparaître lors de l'utilisation de son ordinateur. Ces messages ont en effet été conçus par Epictete, qui honore par ailleurs régulièrement ce blog de ses réflexions (et dont le transfert dans l'équipe a coûté bonbon au club).

J'ai testé pour vous. Voilà quelques exemples...







Et même après avoir éteint l'ordinateur...



... vous vous sentirez tout autre dans votre tête.

Bref, précipitez-vous chez votre revendeur informatique, il n'y en aura pas pour tout le monde !

jeudi 7 septembre 2006

Tant-BourrinGrosse patate pourrie

Je l'aime pas, ma nouvelle maîtresse, c'est une grosse patate pourrie.

Je l'aime pas depuis le premier jour de la rentrée où elle m'a punie parce que je chahutais avec Khalil et Dylan. "J'exige de vous que vous ayez une conduite irréprochable", qu'elle a dit. J'l'aime pas, elle est vieille, elle est moche et pas gentille.

Le jour d'après la rentrée, elle m'a chopé en train d'envoyer une boulette de papier mâché en soufflant dans mon stylo bic et elle s'est mise à me gronder. Elle m'a filé cent lignes à faire et m'a amené chez le dirlo. C'est une grosse patate pourrie.

En plus, elle s'appelle Mme Duchon. C'est moche comme nom ! Moi, je l'appelle Mme Dunichon ou Mme Cochon pour faire marrer les copains. Elle, par contre, ça l'a fait pas rire : elle m'a entendu l'autre jour et là, ça a sacrément gueulé et j'ai dû passer la fin de la matinée dans le coin de la classe. Et depuis, je l'aime encore moins que pas du tout.

Et hier, quand j'ai levé le doigt et que j'ai dit que j'avais envie d'aller pisser, elle est devenue toute rouge et m'a fait tout un cinéma, comme quoi il faut pas dire "pisser" mais "aller aux toilettes" en ajoutant "s'il vous plaît Madame". Comme si c'était à elle que ça plaît quand j'ai envie de pisser ! Et puis elle a ajouté que ça allait pour cette fois mais que c'était la dernière, que je n'avais qu'à prendre mes précautions et que la prochaine fois, elle me laisserait me faire pipi dessus et que ça m'apprendrait. Je suis sorti de la classe et les copains se foutaient de moi et ça m'a pas plu du tout.

Une fois dans les chiottes, j'ai eu le temps de réfléchir à la façon de me venger de Dunichon, surtout qu'en fait j'avais pas du tout envie de pisser, c'était juste histoire de sortir de la classe. J'ai regardé autour de moi pour trouver une idée. Dans le bâtiment des chiottes, à côté des trois cabines, j'ai vu la porte du placard à balais de Momo.

Momo, c'est celui qui travaille à nettoyer les salles de classe. Comme il est à moitié débile, je pense qu'il coûte moins cher et d'ailleurs, avec les copains, on passe notre temps à se fiche de lui. Enfin, un peu et pas de trop près, parce que le Momo, il peut devenir méchant : l'autre jour, il a couru avec son balai après Lucas qui l'avait traité, et Lucas, il en menait pas large.

Le truc cool avec Momo, c'est que la moitié du temps, il oublie de fermer à clé son placard à balais et qu'avec les copains, on vient s'y amuser à la récré avec tout le fourbi qu'il y a dedans.

Et là, justement, j'ai vu que le placard était ouvert, et j'ai regardé dedans. Et là, j'ai trouvé une super idée en voyant le seau en plastique de Momo : j'allais faire à la maîtresse le coup du saut sur la porte !

J'ai pris le seau, j'ai versé dedans les deux bouteilles d'eau qu'il y avait dans le placard, et j'ai réussi à mettre le seau en équilibre sur la porte entrouverte en montant sur le lavabo. Cinq minutes après, j'ai vu la Dunichon qui sortait de la classe et se dirigeait vers les toilettes, l'air très en colère. Faut dire que ça faisait un bon quart d'heure que j'étais sorti et qu'elle devait se demander ce que je faisais. Je suis sorti par la petite fenêtre sur le côté du bâtiment des chiottes, histoire qu'elle ne me voit pas, et j'ai attendu le bon moment pour courir vers la classe pour aller me rasseoir, histoire que personne sache que c'était moi qu'avais fait le coup.

J'étais en train de courir quand j'ai entendu le cri de la maîtresse derrière moi. C'était un drôle de cri, comme si elle avait très mal. Elle devait être sacrément en pétard pour hurler comme ça, je me suis dit.

Quand je suis rentré dans la classe, tous les copains étaient le nez à la fenêtre, à regarder pourquoi la maîtresse hurlait en courant et en se tenant le visage dans les mains. Et puis les autres maîtres et maîtresses sont sortis, tout le monde avait l'air de s'affoler. Et puis un peu plus tard, les pompiers sont arrivés et ont emmené la maîtresse dans leur camionnette. Les copains étaient vachement contents : c'est pas souvent qu'on voit les pompiers d'aussi près. Et en plus, il n'y avait plus de maîtresse et on pouvait faire le chahut !

Par contre, ça s'est gâté pour moi après : la police est venue à l'école et ils ont posés des questions aux copains. Il y en a qui ont dû cafter et dire que c'était moi, et, après ça, je me suis fait gronder très très fort, comme jamais je m'étais fait gronder.

Et puis on m'a amené chez les policiers, ma mère est venue, elle a pleuré et m'a grondé très très fort elle aussi. Et on m'a dit que demain je vais voir le juge pour enfant.

Il paraît que ce n'était pas de l'eau qu'il y avait dans les bouteilles, mais de la soude post-it ou quelque chose comme ça, un truc à Momo qu'il utilise pour déboucher les chiottes quand y'en a besoin. Et il paraît aussi que la maîtresse, elle serait toute défigurée, mais j'ai pas pu voir encore.

De toute façon, je m'en fous, je l'aime pas. C'est juste une grosse patate pourrie.

mardi 5 septembre 2006

Saoul-FifreSi

Si la médecine
Faisait moins de bruit,
La pénicilline
Mourrait dans la nuit.

Si les pénélopes
Allaient au bordel,
Le mot de "salope"
Les mettrait hors d'elles.

Si les véhicules
Faisaient de la bile,
Toutes les vésicules
Quitteraient la ville.

Si les canonnières
Buvaient des canons,
Les marchants de bière
Seraient au cabanon.

Si la présidente
Était fille publique,
J'irais lire Dante
Dans sa raie publique.

Si les mecs en taule
Ont capitulé,
C'est qu'au Capitole,
Eux, ils ont du lait.

Si l'œuf de colombe
Était trop opale,
Ce serait une bombe
Sur le Christ au bal.

Si la clarinette
Jouait plus obscur,
La petite rainette
Partirait en cure.

Si l'électrophone
Chantait Giraudoux,
Chez ma nièce aphone,
Moi, j'irais tout doux.

Si la Forêt noire
Couvait des grizzlis,
Adolf, en peignoir,
Resterait au lit.

Si purpre la gourme
Rovait l'agre tulne,
garsinnate l'ourme
Soulanerait l'ulne.

Si les couvertures
Demain faisaient grève,
Chérie, la toiture
Verrait tous nos rêves.

Si la camelote
Était interdite,
Certain que sa côte
Monterait très vite.

Si la marguerite
Perdait ses pétales,
Riraient les guérites
Connes et génitales.

Si son frigidaire
Avait des orgasmes,
Ce vieux milliardaire
Aurait bien moins d'asthme.

Si l'hebdomadaire
reçoit quelques bosses,
C'est le ministère
Qui le trouve trop rosse.

Si la poésie
Rendait l'âme en teigne,
Par La Boëtie,
Je prendrais une beigne.

Et si Tant-Bourrin
S'inscrit à Vincennes,
C'est la course obcène
D'un grand broute-en-train !

1 2 >