A l’international :

On se fait abreuver des bilans de l’Italie, de l’Espagne, du Brésil, des USA.

On peut aussi choisir de voir ceux qui ont fait mieux, ça changerait … Mais le gouvernement se sent plus à l’aise dans la nullité que dans l’excellence.

Pour les » nuls ».

- L’Italie a un service hospitalier encore plus délabré que la France (si si, c’est possible) avec 2,8 lits de soins intensifs pour 1000 habitants. (Pour mémoire, la France c’était 3 lits/1000 habitants au printemps) C’est aussi un pays de vieux car les expatriés du travail reviennent assez systématiquement dans la mère patrie à la retraite.

Faut dire aussi que l’Italie a 30 ans d’avance sur la prédation financière puisqu’elle a eu le bonheur de subir Berlusconi alors que Macron était encore en culottes courtes. La moyenne d’âge des décès est similaire à l’Europe à 81,2 ans

- L’Espagne, c’est assez semblable.

- Le Brésil et le Mexique sont encore socialement au moyen-âge et ont bien des points communs avec les USA.

- Les USA ont le record absolu. Il faut savoir que 40 millions d’Américains n’ont aucune assurance maladie, et comme ce sont aussi les plus fauchés, les moins instruits et les plus obèses (donc les plus malades), c’est un terrain de prédilection pour le virus.

Les mieux :

- Le Japon : 126 millions, une population globalement plus âgée qu’en France. Systématisation volontaire du masque. Aucun confinement forcé, les personnes malades s’auto-confinent d’elles-mêmes. Bilan : Moins de 1000 morts. Le Japon dispose d’un service hospitalier performant avec 7 lits en soins intensifs par 1000 habitants. Durant la crise du Covid, Tokyo a augmenté sa capacité en soins intensifs de 3000 lits.

- La Corée du Sud : 51 millions d’habitants. systématisation volontaire du masque, aucun confinement. Systématisation des tests et des prises de température. Bilan : moins de trois cents morts La Corée du Sud a aussi un bon système hospitalier avec 6,8 lits en soins intensifs /1000 habitants. Les précautions individuelles ont ralenti l’économie, sans la bloquer.

- La Suède : 10 millions d’habitants. Aucune mesure de confinement. Le pari a été pris de laisser la population s’auto-immuniser. Bilan : 5'000 morts, soit un bilan assez semblable à la France, mais sans les mesures de contraintes violentes. Le plus gros palmarès se situant dans les maisons de retraites qui ont été fort mal gérées.

- Le Portugal : 10 millions d’habitants Confinement souple, sans verbalisation ni contraintes. Les gens sont incités à rester chez eux. Bilan 1'500 morts. Le gouvernement a pris le parti de convaincre plutôt que réprimer.

- La Suisse : 8,57 millions d’habitants. Confinement souple et volontaire. Aucune restriction de sortie. La police veille au respect de la distanciation de 2 mètres pour les personnes ne faisant pas ménage commun. Parcs, jardins publics sont restés ouverts. En cas de non-respect, un simple rappel à l’ordre expliquant la nécessité de prendre des précautions. Limitation des rassemblements à 300 personnes au plus fort de la crise. La Suisse a une position particulière en étant une plaque tournante importante. Elle cumule la difficulté d’avoir à gérer plus de 160 nationalités différentes avec les organisations internationales. Elle a en plus une importante migration journalière avec les frontaliers venant de France, d’Italie, d’Allemagne. Bilan 1700 morts. (Proportionnellement 2,5 fois moins que la France)

- Allemagne : 85 millions d’habitants. Si elle a fermé beaucoup de commerces non-essentiels, il n’y a pas eu de confinement. Les Allemands étaient totalement libres de se déplacer. Les parcs et jardins sont restés accessibles. Seules mesures : la distanciation à 2 mètres et pas d’attroupements de plus de 2 personnes (sauf familles). Bilan 8'000 morts.

Sans faire l’inventaire complet, il est à noter que les pays ayant choisi de convaincre leur population ont un meilleur bilan que ceux qui ont optés pour des mesures répressives démesurées. Les pays qui ont confiné ont un bilan plus catastrophique que ceux qui ne l’ont pas fait.

Il y a un cas significatif dans l’hémisphère sud. Au début de l’année, ils étaient en été et le virus n’en faisait pas des tonnes… Sauf dans une région :

Mayotte.

Appartenant à la France, le département a été confiné sans la moindre réflexion gouvernementale.

Les habitations à Mayotte ne sont pas isolées et recouvertes de tôles ondulées.

Or la tôle ondulée en plein soleil peut dépasser 100°C et être confiné sous une poêle à frire, j’aimerais que les Enarques tentent l’expérience. Les Mayottains tombaient comme les mouches…