Je suis tombé l'autre jour sur un vieux magazine des années 20, le numéro 233 du 25 novembre 1926 de ''Madame''. Je le gardais précieusement par-devers moi en prévision d'un éventuel manque d'inspiration ou de temps pour faire un billet : un petit scan d'une ou deux pages, un commentaire du genre "regardez comme tout ceci est délicieusement désuet", et le tour serait joué, me disais-je.



Mais en parcourant les pages jaunies, je suis tombé sur une rubrique intitulée ''De l'une à l'autre''. Et j'en suis resté saisi par l'incroyable modernité qui s'en dégageait.

Le principe de cette rubrique était celui d'échanges entre lecteurs, via le courrier. Les lecteurs écrivaient en choisissant un pseudo et en précisant éventuellement à quel message précédent ils répondaient (chaque intervention était affectée d'un numéro). Il en résulte l'impression étrange, bien des décennies avant l'explosion d'internet,... d'un forum informatique !

Oui, un forum. Stylé, certes - point de MDR et autres LOL ici -, mais un forum tout de même, avec ses débats, ses conseils, ses amitiés... Ces gens-là étaient des précurseurs de génie sans le savoir.

Pour vous en faire profiter, j'ai retranscrit une partie des quatre pages d'échanges ci-dessous. Hélas, ici, point d'historique des débats : on a des réponses à des messages publiés dans des numéros précédents de la revue et dont on ignore la teneur, ce qui donne parfois un caractère abscons à celles-ci. Mais, mystérieusement, alors qu'initialement je pensais dégager un effet humoristique de tout cela, je me suis peu à peu senti gagné par l'émotion en découvrant ces tranches de vie étalées, cette humanité, ces doutes, ces manières surannées, ces auteurs aujourd'hui tous dans la tombe. Et même les messages futiles, les publicités cachées, n'arrivent pas à effacer totalement cette sensation.

Je vous laisse apprécier...

Lire la suite