Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 15 février 2007

Tant-BourrinLe blogbobac

Ce blog, comme vous le savez, vise depuis longtemps l'excellence et nous nous dépensons, mes co-blogueurs et moi, sans compter pour vous délivrer jour après jour des billets d'une qualité telle qu'ils seront, selon toute probabilité, étudiés dans les écoles d'ici quelques années.

Mais vous, oui, vous, au fait, êtes-vous à la hauteur de ce blog ? Car, après tout, si vous exigez l'excellence de notre part, pourquoi n'exigerions-nous pas l'excellence de la part de nos lecteurs, hein ?

J'ai donc décidé de juger votre niveau culturel et vous propose de passer le blogbobac en répondant au test ci-dessous. Mais attention, il ne s'agit pas, comme pour ce pseudo-diplôme à trois sous qu'on appelle le bac, de décrocher péniblement la moyenne. Non, l'excellence de ce blog exige un lectorat à 10/10, ou à 9/10 à l'extrême limite.

Mais assez bavardé, place à l'examen... Répondez aux dix questions ci-dessous, puis cliquez ensuite sur le bouton pour avoir le verdict...



1 HISTOIRE : Napoléon est mort...
a Hein ?
b en mangeant une poire Belle-Hélène
c électrocuté, en voulant redresser une applique de sa salle de bain
d victime de la cuisine anglaise
e oui

2 GÉOGRAPHIE : La Principauté du Liechtenstein se trouve...
a Hein ?
b entre la Suisse et la Confédération Helvétique
c en prenant la direction "Porte de Clignancourt" à Montparnasse-Bienvenüe
d au fond du couloir, à gauche
e difficilement

3 PHILOSOPHIE : Que vous évoque le nihilisme ?
a Hein ?
b Heu...
c C'est quoi ces questions à la con ?
d Bin... à vrai dire...
e Rien

4 LANGUES VIVANTES : En anglais, que signifie "What ?"
a Hein ?
b Quoi ?
c Coton ?
d C'est combien, la puissance de tes baffles ?
e Pourriez-vous s'il vous plaît m'indiquer l'adresse du pressing le plus proche car j'ai malencontreusement fait une tâche de crème de marron sur mon costume pied-de-poule auquel j'attache une très grande valeur sentimentale ?

5 FRANÇAIS : donnez un exemple de paronomase
a Hein ?
b Je ne comprends même pas la question !
c C'est vraiment n'importe nawak !
d Je déteste ce genre de tests !
e Je refuse de répondre !

6 GÉOMÉTRIE : Le cercle passant par les trois sommets d'un triangle est...
a Hein ?
b le cercle polaire
c le cercle des poètes disparus
d le cercle circoncis
e rond

7 PHYSIQUE : Une sphère de 31,2 cm de diamètre et de densité 3,561 est en équilibre instable au sommet d'un cône de révolution dont la génératrice décrit un angle de 60° avec l'axe de rotation. Le facteur de frottement de la sphère sur le cône est considéré comme constant et égal à 0,28. Calculer la force maximale pouvant être appliquée au centre de gravité de la sphère perpendiculairement à l'axe de rotation du cône sans mettre la sphère en mouvement.
a Hein ?
b Non, là, je trouve que c'est trop !
c Faut pas pousser !
d J'ai passé l'âge de répondre à ce genre de questions
e A vue de nez, une petite centaine de Newton

8 CHIMIE : Quelle réaction est-on susceptible d'obtenir en présence de H2S ?
a Hein ?
b Ça craint de plus en plus, ce test !
c Ça pue vraiment !
d Je me demande pourquoi je continue à répondre à ces questions débiles !
e Une réaction catalytique exothermique incontrôlée conduisant à la destruction de toute forme de vie sur Terre

9 SCIENCES NATURELLES : Les principaux organes du corps humain sont le coeur, les poumons, le foie, le pancréas, l'estomac, les reins et...
a Hein ?
b le téléphone portable
c la télécommande
d la canette de bière
e tout le reste

10 CALCUL MENTAL : De tête, combien font (246312 x 562) + (781429 x 64) - (15941 x 11817) - (6 x 10667) ?
a Hein ?
b Ça va pas la tête ?
c Je t'en pose des questions ?
d Y'a pas marqué Bertrand Renard, là !
e Beaucoup



Voilà. Vous êtes désormais conscient de votre vrai niveau. Merci qui ? Merci Blogborygmes !

mercredi 14 février 2007

EpicteteRéflexion du 14 Février

L’esprit est mémoire, à quelque niveau que je le considère et quel que soit le nom que je lui donne. L’esprit est le produit du passé, il est fondé sur le passé, lequel est mémoire, un état conditionné. Et c’est avec cette mémoire que j’aborde la vie, que je reçois ses nouvelles provocations. La provocation est toujours neuve et ma réaction toujours vieille, parce qu’elle est le résultat du passé.

mardi 13 février 2007

Saoul-FifreEn mes fesses, c'qui te plaît

Il y a les tenants des vieux proverbes à la rime pauvre, désuets et désormais inadaptés au changement climatique que plus personne ne nie, même les scientifiques dont l'objectif (être grassement rémunérés par les pollueurs) entache l'objectivité. "Noël au balcon, Pâques aux tisons" n'est plus de saison. Il faut dire dorénavant : "Noël au balcon, Pâques au balcon", à la rime beaucoup plus riche, mais à l'intérêt moindre, surtout si on a pas de balcon.

Oui, nous devons chercher d'autres symboles pour fêter la défloration de la Sainte Vierge par la sortie et non l'entrée du petit Jésus. Foin de flocons virevoltant, trêve d'épais manteaux rouges à cols de fourrure blanche, le traîneau est immobilisé , l'étoile obscurcie par le nuage de fumées de raffineries, le berger ouvre le ventre du loup pour récupérer son agneau, l'âne est à l'Elysée et le bœuf vote pour lui...

Non, je verrais bien un bikini et son bustier pigeonnant pour évoquer la Nativité et toutes ces nanas bronzant sur les terrasses ?

Et un nouveau proverbe au bon sens de béton vibré, bien finaud, bien paysan, pour stigmatiser les conards qui freinent à mettre en place des politiques réductrices d'émissions de gaz carbonique :

Noël Ô quels cons
Du monde au balcon

lundi 12 février 2007

ManouThèses créationnistes - "Le Monde" du 9 février



"Récemment diffusé en France, l'Atlas de la création" est l'oeuvre d'un prédicateur turc dont l'organisation est proche de l'extrême droite. Dans un quartier populaire d'Istanbul, les bureaux asptisé de la maison d'édition Global ne laissent rien deviner de son activité. Sur la table de réunion prône pourtant un grand livre rouge illustré. C'est le luxueux Atlas de la création, signé Harun Yahya, qui a été envoyé fin janvier aux médias, écoles et universités françaises. Global, fondé en 2001, emploie 92 personnes et publie exclusivement l'oeuvre du prolixe Hrun Yahya: livres, films et sites Internet"..." La mouvance d'Harun Yahya affiche tous les attributs d'un mouvement sectaire : des moyens financiers à l'origine mystérieuse, le culte du secret, un "gourou", des disciples prosélytes dans le monde entier et un goût prononcé pour la théorie du complot. Ils ressemblent à certains évangélistes américains, souligne Sevket Ruacan. Ils se sont inspirés directement des créationnistes chrétiens. Ils ont traduit certains de leurs ouvrages, auxquels ont été ajoutées quelques références au Coran. Leurs méthodes sont les mêmes. Des anti-évolutionnistes américains participent d'ailleurs régulièrement aux conférences organisés par le mouvement."

dimanche 11 février 2007

Tant-BourrinPitouk

Il était seul, affamé et complètement dépassé par l'effroi de ce qu'il lui arrivait. Il avait beau humer l'air alentours, aucune fragrance familière ne venait chatouiller son odorat et réchauffer son coeur. Submergé par le désarroi, il laissa échapper un long gémissement plaintif.

Quelle épouvantable détresse que d'être un chien perdu !

Lire la suite

samedi 10 février 2007

Saoul-FifreTu fais une IVG, t'as rien

D'aucuns auront capté le jeu de mot du titre, c'est fin, c'est frais, ça donne envie d'embrasser le bonheur... J'ai un peu hésité avant d'attaquer ce billet : après Epictete II, le retour, je trouvais que ça faisait redondance dans le mortuaire, car je vais effectivement parler de croque-morts, mais dans le sens premier, croquer quelque chose de mort, non un croque-monsieur, ni un croque-madame, en l'occurrence un croque-cabri.

Bon je ne me renouvelle pas, mon dernier billet était un peu sur le même sujet, mais qu'est-ce que vous voulez que j'y fasse si c'est mon actualité à moi ? J'écris la plupart de mes billets au dernier moment, d'un seul jet, sans ratures, avec ce que j'ai dans la tête à ce moment là. Je n'ai pas trop envie de me réguler "vraie vie"/poème de cul/amies les bébetes, et on recommence ?

Voilà : au commencement, au tout début de mes temps ici était le troupeau de chèvres. Gravitaient autour Margotte et ses parents, et moi je gravitais autour de Margotte. J'étais chez les amis des bêtes, et les amis des bêtes refusent de tuer quelque bête que ce soit. Ils délèguent au professionnel. Pro dont auquel qui venait chercher les bébés chevreaux pour les tuer loin du regard des amis des bêtes, complices, responsables, coupables mais pas victimes collatérales. J'ai toujours détesté cette lâcheté, certains diront sensibilité, ce refus de "porter ses couilles" (comme disent les djeuns d'aujourd'hui) du député ayant voté la peine de mort, par rapport au bourreau.

Les bébés partaient, pesant à peine 10 kgs, pour devenir cette ignominie traditionnelle provençale qu'est le "chevreau de Pâques", cette viande blanche et gélatineuse, sans goût, de téteurs de biberon. Une honte, vraiment, d'envoyer au couteau ces innocents arrachés au pis de leur mère.

Puis nous avons laissé des cabris sous leur mère pour en faire des broutards lourds que je tuais, dépeçais, découpais à l'automne. Les autres partaient toujours en "chevreaux de Pâques" jusqu'à ce que je gueule que nous en avions trop, trop de chèvres, trop de chevreaux, trop de fromages pour notre consommation personnelle. Le troupeau a diminué et maintenant nous laissons nos cabris vivre leur vie jusqu'à l'âge adulte. Je trouve ça plus cool pour eux, ils sont avec les adultes, en colline, tranquilles dans un grand parc, et une fois par an, le gentil boucher (il est adorable) arrive et zigouille tout le monde en même temps.

Ça donne ce spectacle, mais je vous épargne les phases intermédiaires. Quand la viande sera raidie, "ressuyée", il reviendra nous découper tout ça en gigots, épaules, côtes, ragoûts qui finiront au congélateur.

On ne mange pas tout : j'en échange un peu contre du pinard.

vendredi 9 février 2007

EpicteteRéflexion du 8 Février 2007

La violence que l’on rencontre est la violence dont on a besoin. Tant qu’on est violent avec soi-même, on ne peut pas se plaindre de la violence. Tant que je pense que mon enfant ne devrait pas mourir, que ma femme devrait être autrement, que mon psychisme devrait être moins coléreux, c'est-à-dire tant que je suis dans la violence, la prétention, l’agressivité, l’intention, je crée la guerre, la violence. Pourquoi serais-je donc surpris que cette violence-là se concrétise autour de moi ? Quand il y a vraiment une disponibilité à la paix, je regarde la violence et je vois autre chose. Il y a une compréhension.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 >