Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 20 octobre 2010

Tant-BourrinLa nuit s'est noyée

Ce billet est l'histoire d'un naufrage.

Mais à l'origine, il fût celui d'un coup de cœur. Pour une mélodie. Pour des mots. Pour une chanson.

Une chanson frêle, naïve, venue du fond des âges et d'on ne sait où. Comme un cri d'amour qui aurait survécu aux battements du cœur dans lequel elle est est née...

Cette chanson s'appelle "Black is the color (of my true love's hair)". Elle serait apparue quelque part dans les Appalaches ou en Écosse, aux alentours de 1915 ou bien avant, et il existe bien des versions différentes des paroles.

De nombreux artistes ont repris cette chanson qui est devenue un standard depuis que Nina Simone l'a fait sienne en 1959 : de Pete Seeger aux Corrs en passant par Joan Baez et bien d'autres...

Mais il est une version que j'adore entre toutes : celle qu'en fit Christy Moore, toute en délicatesse et retenue...



Et c'est pourquoi l'envie m'est venue d'essayer d'adapter cette chanson en français, sans faire de la traduction mot à mot (ce qui tuerait toute la poésie des paroles) mais en essayant toutefois de rester le plus possible dans l'esprit du texte original (ou, tout du moins, la version des paroles retenue par Christy Moore).

Mais hélas (et nous en arrivons au naufrage annoncé), j'ai voulu donner plus de corps à ma version en en enregistrant une version chantée et là... Le désastre ! Cette chanson n'est vraiment pas faite pour ma voix, si tant est qu'il existe la moindre chanson au monde qui le soit ! En fait, ce n'est pas la chanson qui n'est pas faite pour la voix, c'est ma voix qui n'est pas faite pour la chanson !

Tant pis, n'ayant plus depuis longtemps peur du ridicule, je la mets en ligne...



La nuit s'est noyée (dans ses cheveux fous)

Paroles : Tant-Bourrin / Musique : Traditionnel


Téléchargeable directement ici


La nuit s'est noyée dans ses cheveux fous
Et dans leurs flots noirs, mon cœur échoue
Qui guettait la lumière tendre d'un sourire
Le feu de ses yeux, à en mourir

Ma vie entière est entre ses mains
Mon seul horizon, mon seul chemin
Mène à la porte close de son amour
Où je frappe en vain, jour après jour

Dans ma pauvre âme brûle un mal étrange
Ce rêve de suivre le vol d'un ange
L'adorer en silence, tel est mon sort
A jamais souffrir de mille morts

La nuit s'est noyée dans ses cheveux fous
Et dans leurs flots noirs, mon cœur échoue
Qui guettait la lumière tendre d'un sourire
Le feu de ses yeux, à en mourir





Voilà pourquoi je lance un appel au secours à tous ceux et celles qui savent couiner juste (à l'inverse de moi) : si l'un ou l'une se sent d'enregistrer une version plus écoutable que la mienne, je me ferai un plaisir de la mettre en ligne sur ce billet (je peux même fournir la bande-son pour les non-guitareux ; envois à adresser à blogborygmes(at)club.fr)...

D'avance, merci pour nos oreilles ! :~)

samedi 16 octobre 2010

AndiamoL'attaché-case

Bruno traînait son ennui sur les puces de Saint-Ouen, en ce dimanche un peu frisquet de novembre.

Depuis ce qu’il appelait « le jour », plus rien ne l’intéressait vraiment.

Huit mois, huit longs mois s’étaient écoulés. Il lui arrivait fréquemment de songer à l’ordure qui avait interrompu sa vie. Il l’imaginait en train de se « murger » à nouveau, dans quelques sordides troquets, puis peinard reprendre le volant. Conduire sans permis ne devait pas beaucoup le gêner !

C’était il y a huit mois, Francine et leur petite Adèle avaient pris la route, afin de le rejoindre au Touquet et d’y passer le week-end ensemble. Il y effectuait un déplacement en vue d’installation d’éoliennes dans la région.

Oh ! Pas sur le site de la très « rupine » ville, non : l’hôtel Westminster, le casino, les nantis ayant pignon sur rue, dans celle que l’on nommait « Paris plage » auraient mis leur véto ! Mais elles étaient plutôt destinées à des villes plus « prolétaires » comme d’habitude…

C’est ce que pensait Bruno, ingénieur à EDF, en étudiant les sites de Berck, Fort-Mahon, ou encore Quent-plage, voire Le Tréport, afin d’y implanter en pleine mer les hélices tri-pales, qui serviraient entre autres à alimenter l’éclairage, les jacusis, la piscine surchauffée, les lampes à bronzer du très élégant palace… Justement !

Mais que pouvait un ingénieur, si compétent soit-il, face à des lobbies tels que E.D.F ?

Francine avait emprunté la « A16 ». A l’embranchement de Beauvais nord, une Mégane avait surgit brusquement sur sa droite. Le conducteur, faisant fi de la priorité aux véhicules circulant sur l’autoroute, avait accéléré brusquement.

Afin d’éviter la collision, Francine avait dû donner un brusque coup de volant à gauche. La petite Citroën s’était alors mise à tanguer, puis s’était retournée. La suite… L’embrasement du véhicule, ce sont deux corps calcinés que l’on avait retirés de la carcasse noircie.

Quant au chauffard : deux grammes cinq d’alcool, récidiviste. Verdict : six mois de prison avec sursis, suspension du permis pour deux ans… L’amende ? Insolvable, alors…

Les étals des brocanteurs du marché Paul Bert. Bruno s’y arrête, plus pour tromper l’ennui, que par véritable intérêt.

Il remarque un attaché-case de couleur bordeaux, en fort bel état, quasiment neuf. Devant la poignée, un antivol à six chiffres. Le mien est bien fatigué songe-t-il, ce serait l’occasion de le changer.

- Combien ?

- Pour vous, dix euros ! Mais je vous préviens, je le fais à ce prix parce que je n’ai pas réussi à l’ouvrir, le type qui me l’a vendu avait oublié la combinaison, à ce qu’il m’a dit.

- Sept euros, et je le prends.

- Huit et on n’en parle plus !

Bruno a payé et est reparti avec son joli attaché-case.

Il est venu à pied, il n’habite pas très loin, un joli appartement dans un immeuble neuf, près du carrefour Pleyel. Un quartier rénové, avec de jolis immeubles remplaçant les maisons vétustes d’autrefois. Depuis le séjour, ouvrant sur une magnifique terrasse, il aperçoit l’immense tour en forme de tronc de pyramide.

Je suis le pharaon TOUS A LA MESSE IV, disait-il à sa petite Adèle, en se plaçant le buste de face et le visage de profil, les deux bras tendus en avant, comme sur les bas reliefs égyptiens. Et voici « ma » pyramide !

Alors il lui désignait la tour Pleyel toute proche. Adèle riait aux éclats, découvrant sa jolie bouche édentée, qui avait déjà coûté deux pièces à la petite souris !

Après avoir grimpé les cinq étages, en négligeant l’ascenseur, Bruno arrive chez lui, il pose son acquisition sur le canapé et va se préparer un café.

- Ça va me réchauffer, dit-il à voix haute. Depuis « le jour », il a pris l’habitude de parler haut, ainsi il se sent un peu moins seul !

La tasse dans une main, il s’assied sur le joli canapé de cuir, que lui et Francine avaient choisi, il promène sa main libre sur la petite valise… C’est bizarre, elle est tiède !

Après avoir bu son café, la mallette sur ses genoux, il commence à faire tourner les numéros du verrouillage à combinaisons.

Bien évidemment, le couvercle ne se soulève pas.

- Huit euros foutus en l’air ! s’exclame-t-il au bout d’une demi-heure.

Puis se ravisant, il prend à nouveau l’attaché-case, et forme : 23 03 09. Un petit déclic se fait entendre, il saisit délicatement le couvercle de la mallette, celui-ci bascule sans peine.

Bruno a pâli : ces six chiffres représentent la date du « jour ». Il est littéralement assommé.

Un bon moment s’est écoulé. Il reprend lentement ses esprits, regarde l’intérieur vide de la mallette, il ne voit ni le fond, ni les cotés, car il n’y en a pas !

Par vagues successives, le vide fait place à un décor : d’abord un joli ciel d’été, parsemé de cumulus de beau temps, puis une mer d’un bleu profond, des roches rouges, des pins qui se reflètent dans l’eau transparente, le clapotis des vaguelettes se brisant sur les roches dentelées lui parvient. Une minuscule plage de sable fin est apparue à la droite des jolies roches orangées.

Bruno a reconnu Le Trayas, ce sublime coin de côte d’azur entre La Napoule et Saint-Raphaël.

Ils s’y étaient rendus tous les trois, deux ans auparavant, leur fillette était encore à la maternelle, ils avaient pris deux semaines de congés en juin.

- Ce sera la dernière fois que nous pourrons le faire, avait déclaré Bruno, ensuite Adèle entre en C.P, alors plus question de lui faire manquer l’école !

La fillette et sa mère sont à genoux sur le sable. Par moment, les vaguelettes mouillent leurs pieds. Elles construisent un château de sable. Qui de la mère ou de la fille s’amuse le plus ? Elles rient aux éclats…

Bruno sent le soleil sur sa peau, il entend la mer qui claque doucement contre les rochers, il sent l’odeur des pins surchauffés, le chant d’une cigale lui parvient, la toute première songe Bruno, il étire paresseusement son corps bronzé, se dirige vers ses deux « femmes »….

Trois jours se sont écoulés, les collègues de Bruno, employés d’EDF comme lui, commencent à s’inquiéter, son « fixe » ne répond pas, pas plus que son portable. Un collègue est passé à son domicile, la porte est verrouillée et Bruno n’a pas répondu.

Craignant un malheur, ils sont allés au commissariat, faire part de leurs craintes.

Le commissaire Branchois, flanqué d’un huissier et du lieutenant Leteil, sont allés au domicile de Bruno. Après avoir sonné et tambouriné comme des malades, ils ont demandé au concierge, détenteur du double des clés, de procéder à l’ouverture.

La pièce est parfaitement en ordre, sur la table basse face au joli canapé de cuir, une tasse vide. La marque noire au fond de la tasse, laisse présager qu’il s’agit de café.

Sur le canapé, un attaché-case bordeaux est fermé. Sous la poignée, un barillet à six chiffres. Machinalement, Branchois a essayé de l’ouvrir… En vain.

L’appartement a été exploré minutieusement : aucune trace de départ, les valises sont là, les vêtements sont en place.

Bizarre, murmure le commissaire.

- Leteil !

- Oui, commissaire ?

- Ramasse la mallette, peut-être nous apprendra-t-elle quelque chose ?

Leteil est un vieux garçon, il vit seul, depuis le décès de sa chère Maman, voici trois mois...


Daguerréotype : Andiamo.

mardi 12 octobre 2010

Saoul-FifreGentil coquelicot

Tiens, une comptine pour adultes ? Y avait longtemps... Je crois que c'est la 16 ième, si vous voulez lire ou relire les autres, vous tapez "Comptines pour adultes" dans la fenêtre de recherche, mais il en manque, elles doivent se cacher.

La pudeur, sans doute.

L'original est

Andiamo m'a fait l'immense plaisir et l'honneur d'interpréter cette bluette, ou plutôt cette "rougette", de sa voix chaude et con vainc cul. Comme je ne suis pas un rat, je vous en fais partager l'écoute (sans vous la brouiller) :

Gentil coquelicot

J'ai descendu dans vos jardins
J'ai descendu dans vos jardins
Pour y cueillir vos fruits coquins.

Juteux vos clitos, Mesdames
Juteux vos p'tits abricots.

Pour y cueillir vos fruits coquins
Pour y cueillir vos fruits coquins
Et vous y sucer le lupin.

Juteux vos clitos, Mesdames
Juteux vos p'tits abricots.

Pour vous y sucer le lupin
Pour vous y sucer le lupin
Et vous brouter le cresson nain...

Juteux vos clitos, Mesdames
Juteux vos p'tits abricots.

Pour vous brouter le cresson nain
Pour vous brouter le cresson nain
Et encor' bien d'autres larcins...

Juteux vos clitos, Mesdames
Juteux vos p'tits abricots.

Encore bien d'autres larcins
Encore bien d'autres larcins
Grivèlerie de meurt-de-faim...

Juteux vos clitos, Mesdames
Juteux vos p'tits abricots.

Grivèlerie de meurt-de-faim
Grivèlerie de meurt-de-faim
Bec fin fourré dans vos festins...

Juteux vos clitos, Mesdames
Juteux vos p'tits abricots.

Bec fin fourré dans vos festins
Bec fin fourré dans vos festins
Exquis, sucrés, friands, sanguins...

Juteux vos clitos, Mesdames
Juteux vos p'tits abricots.

Exquis, sucrés, friands, sanguins
Exquis, sucrés, friands, sanguins
Mangez, buvez votre prochain...

Juteux vos clitos, Mesdames
Juteux vos p'tits abricots.

Mangez, buvez votre prochain
Mangez, buvez votre prochain
Prêchez-vous sur le traversin...

Juteux vos clitos, Mesdames
Juteux vos p'tits abricots.

Vous prêchez sur le traversin
Vous prêchez sur le traversin
Car ceci est mon corps divin...

Juteux vos clitos, Mesdames
Juteux vos p'tits abricots.

Car ceci est mon corps divin
Car ceci est mon corps divin
Un doux fruit sans un seul pépin...

Gouteux vos clitos, Mesdames
Crémeux, vos si bons gateaux.

vendredi 8 octobre 2010

Tant-BourrinLe Blogbodico (12)

Je sais bien qu'entre Alzheimer et l'encéphalite spongiforme bovine, votre mémoire est soumise à rude épreuve, aussi l'avez-vous peut-être oublié : j'ai déjà commis onze tomes du Blogbodico, le dico qu'il est beau. J'en veux pour preuve les onze billets (oui, oui, un par tome, vous avez tout compris !) que vous pouvez aller consulter à titre de rattrapage ou de compensation des effets des maladies susnommées ici : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10 et 11.

Les plus goupils parmi nos lecteurs auront compris que, si je vous parle de ça, ce n'est pas pour enchaîner sur le bulletin météo du jour mais bien pour vous présenter un douzième tome.

Et, puisqu'il est ici question de culture, je conclurai cette courte introduction par un dicton bien connu des bouseux fiers représentants de la gent agreste : "Tome douze, bonne bouse"... J'en connais qui vont attendre le tome treize avec impatience !




Arthristique : (adj.) Qui a rapport à l'art ou au sens esthétique chez le troisième, voire le quatrième âge. Les concours de patinage arthristique se terminent en général par des fractures du col du fémur.


Casse-toi-niet : (n.m. inv.) Refus de la part d'une personne de sexe féminin de céder aux avances d'un gros lourd. Pop. : veste, râteau, vent. Quand ils ne recueillent que des casse-toi-niet, les dragueurs éconduits en sont généralement réduits à se gratter la guitare.


Cure-temps : (n.m. inv.) Rémission, guérison apportée par les vertus curatives du temps qui passe. Quand on a un mauvais souvenir coincé entre deux neurones, rien de mieux qu'un cure-temps !


Entubeurculose : (n.f.) Douleur rectale à tendance infectieuse, provoquée par une politique économique et sociale inique. Au début du troisième millénaire, l'action politique de Nicolas Sarkozy provoqua tant de cas d'entubeurculose qu'il fallut faire appel au Fion Monétaire International.


LacrymOGM : (adj.) Issu de produits transgéniques et qui provoque des larmes. Lors de la dernière manifestation anti-OGM, les CRS ont utilisés des gaz lacrymOGM : les manifestants se sont mis à pleurer des larmes bleues phosphorescentes, on a pu les tracer jusqu'à leur domicile quand ils se sont enfuis.


Machine à tripoter : (n.f.) Nom parfois donné aux godemichés. Ta machine à tripoter, elle pue l'ovaire !


Multicrise : (n.f.) Succession rapprochée de crises économiques donnant à penser qu'on n'est pas sortis de la merde. - Crise asiatique, crise internet, crise des subprimes, et puis quoi encore ? - C'est vrai, c'est une multicrise éclectique !


Ordinatoire : (adj.) Qui fait office de dîner dans un milieu de geeks. Un buffet ordinatoire est généralement à base de pizza froide et de paquets de Pépito, le tout accompagné de discussions techniques sur la dernier applet pour Iphone ou sur un quelconque gadget à la mode. Syn. pour les non-geeks : purge.


Pas-tinette : (n.f.) Fait de ne trouver aucun lieu d'aisance alentours pour soulager une envie d'uriner. Antonyme : trop-tinettes. On va généralement beaucoup plus vite en pas-tinette qu'en trop-tinettes.


Raie-au-sol : (n.f.) Position d'une personne assise à même le sol. La raie-au-sol ayant tendance à comprimer le volume intestinal, elle peut provoquer des émissions fortuite de méthane, connues sous le nom d'effet à raie-au-sol. Beurk, ça schlingue ! Une vraie bombe, la raie-au-sol !


Roussethon : (n.m.) Opération caritative destinée à lutter contre la raréfaction des rousses dans la population féminine. Et pour le roussethon, qui quête ?


Teubprime : (n.f.pl.) Problèmes érectiles auxquels les acteurs des marchés financiers sont confrontés après l'effondrement des valeurs boursières. Crise des teubprimes : problèmes de couple que les teubprimes finissent immanquablement par générer. Quelle débandade, cette crise des teubprimes : les petits traders n'arrivent plus à avoir de petites raideurs !

dimanche 3 octobre 2010

AndiamoSlam (billet à 4 mains)

Dans ma Caïffa trois chiens, j’écoutais un « CD » de l’ami Georges.

Bien sûr, j’avais déjà entendu le poème d’Antoine Pol, mis en musique par MONSIEUR BRASSENS : « les passantes ». Mais ce jour-là, j’ai appuyé sur le ch’tiot bouton situé à tribord de la barre, afin de le réentendre. Et puis, comme c’était gratos, j’ai recommencé, encore et encore !

In petto je me suis dis : voilà un poème qu’il est beau ! AH ! Le beau billet que ça ferait….

Alors je me suis raclé la gorge et j’ai « slamé »… Enfin j’ai fait ce que j’ai pu ! Puis j’ai dessiné quelques Madames… Il y a même des blogueuses : Françoise et Laurence. Enfin, si elles se reconnaissent, car j’espère ne pas les avoir massacrées !

Ceci fait, encore faut-il mettre tout cela dans le blog… En pareil cas, je fais appel à TANT-BOURRIN :

- Salut mon n’veu ! (vu qu’il m’appelle onc’Andiamo) Ça te dirait de bosser un peu ?
- HEU….Ben tu sais, en ce moment j’ai pas mal de bou….
- AH ! Merci, je savais que je pouvais compter sur toi !

Alors j’envoie en vrac : quelques crobards mal cadrés, une bande son pourrie, etc.

Charge à lui de tout remettre en ordre, de monter, synchroniser et enjoliver tout ça !

Il s’en tire bien le bougre : merci à lui.

Allez : on clique ? Voilà.... Un peu de douceur en ces périodes moroses :


mercredi 29 septembre 2010

Saoul-FifrePutain de bourrasque

Tiens je m'aperçois que je vous ai souvent parlé de Marc mais que je n'ai jamais fait de billet spécifique sur lui. Nous avons été dans la même classe depuis la seconde, en 72, nous passions tout notre temps libre ensemble, tous nos WE... Après le bac, je travaillais en Normandie, je l'avais fait embaucher dans la même boite et, de retour sur Bordeaux, nous avons été en concurrence autour de la même fille, enfin, jusqu'à sa mort en 82, on ne s'est pas beaucoup quitté.

Pourquoi deux âmes se rencontrent-elles ? Je ne sais pas si c'est très constructif d'essayer de disséquer le processus, mais on peut essayer : je n'avais plus mon père et lui ne l'avait pas sous la main puisque son paternel avait installé femme et enfants puis les avait abandonnés. Son père était un espèce d'aventurier qui commerçait au Vietnam et qui s'était marié avec une métis de là-bas. Marc était donc quarteron, comme notre Françoise , mais moins compliqué qu'elle quand même comme origines ! Ce côté "issu des colonies" le rapprochait de mes ascendances "pied-noires", aussi.

À part ces deux points, il faut bien reconnaitre que nous étions fort dissemblables : son corps était un outil bien huilé dont il faisait ce qu'il voulait , ses nombreuses années de judo lui ayant donné des muscles, une souplesse et des réflexes impressionnants. Alors bien sûr, il m'a tiré dans ce sens et nous avons fait plein de sports ensemble, mais dès qu'il fallait un peu de ressort, ou dès que la vitesse s'accélérait, ou qu'il prenait de l'altitude, je l'abandonnais à son destin de risque-tout.

Si l'on excepte sa superbe pipe en forme de dragon que sa "veuve" m'a gentiment léguée, Marc m'a également laissé en héritage sa manière très particulière (ancestrale ?) de faire le riz.

Vous mesurez autant d'eau en volume que de riz. Vous la mettez à bouillir puis vous versez le riz dedans. Un tour de cuillère pour mélanger et vous posez la casserole sur le plus petit feu de votre cuisinière, réglé au minimum, sans oublier le couvercle. Marc utilisait pour ce faire une mauvaise casserole en aluminium fin. Quand il n'y a plus d'eau, mais vraiment plus, éteindre et laisser couvert.

En principe, si tout le fond de la casserole a attrapé, vous avez réussi "le riz à la Marc". Le meilleur, c'était bien sûr la partie grillée. Bon, ça se déguste avec "la sauce à la Marc" : vous prenez un Tupperware (c'était la mode) et vous melangez dedans moitié Nuoc-Mam, moitié jus de citron, et là j'aimerais pousser une grosse gueulante : le Nuoc-Mam des années soixante-dix avait du caractère, lui ! Rien à voir avec le liquide insipide banalisé pour plaire à vos palais d'occidentaux-chochottes que l'on trouve actuellement sous le même vocable !

Comme nous étions de voraces adolescents, nous rajoutions beurre et rapé.

Mais bonjour après, le boulot pour rattraper la casserole !

samedi 25 septembre 2010

Tant-BourrinQuand j'étais modèle (4)

Cela fait fort longtemps que je ne vous ai point narré une de ces si savoureuses anecdotes qui émaillèrent ma folle jeunesse, du temps où je mettais le pied à l'étrier à de jeune artistes-peintres débutants en acceptant de poser pour eux. Je vous ai déjà raconté comment Léonard de Vincennes accéda à la notoriété grâce à moi, comment Yves Klein m'en fit voir de toute sa couleur et comment je fus à l'origine du plus célèbre tableau de Botticelli. Les plus croûlants fidèles lecteurs se souviennent peut-être même d'un très ancien billet dans lequel je leur contai ma première séance de pose pour Picasso.

Mais voici une autre rencontre dont je ne vous ai point encore parlé : une des plus importantes mais également des plus douloureuses qui soit.

Lire la suite

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 >