Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 16 octobre 2005

Tant-BourrinUne mémoire d'éléphant

"Taaaa ta ta taaa ta ta tsoin... taaaa ta ta taaa ta ta tsoin..."

"L'entrée des gladiateurs" résonne sous le chapiteau pour la grande parade, comme tous les soirs. Et comme tous les soirs, Balumba, la tête emperlée, fait son numéro sous les yeux émerveillés des enfants, lève une patte, deux pattes, se couche, agite la trompe, se redresse, fait le tour de la piste sous les ordres de son dompteur.

Balumba est né en Afrique il y a déjà de nombreuses années. Dans la savane. Où il a fait ses premiers pas dans le troupeau, aux côtés de sa mère. Dans sa mémoire d'éléphant, il revoit les jeux avec les autres éléphanteaux, les baignades interminables, la bonhomie placide des anciens de la horde.

Un long soupir fait vibrer sa trompe en un douloureux écho. Car tout cela a fini brutalement. Il revoit cette journée de sang et de déchirement. Les hommes sont arrivés subitement et les anciens sont tombés autour de lui dans des coups de tonnerre. La course folle dans les pas de sa mère. Les pas de sa mère qui s'arrêtent soudain. Son corps qui s'affaisse. Et cet humain qui s'approche, l'air mauvais, qui brandit cet étrange engin devant son visage et le crâne de sa mère qui éclate dans un nouveau coup de tonnerre.

Des années plus tard, Balumba revit ce jour sinistre avec la même émotion. Ce jour où les hommes l'ont endormi, attaché, envoyé loin, si loin de sa terre natale, pour finir sous ce chapiteau où il se donne chaque soir en spectacle.

Oui, Balumba a depuis lors cultivé une haine farouche pour cet humain qui a achevé sa mère sous ses yeux d'éléphanteau. Cet humain dont Balumba s'est promis de se venger. Un jour. Peut-être. Si le hasard de la vie...Si un miracle...

Et soudain, Balumba a un coup au coeur. Non, ce n'est pas possible, il aura mal vu ! Il poursuit son tour de piste, palpitant d'impatience de repasser devant... oui, devant l'homme ! Devant l'assassin de sa mère, assis là, tranquillement, au premier rang, avec un humain femelle à ses côtés et un petit humain qui doit être son fils.

Balumba sait alors que son errance va s'achever, que ce soir sera le dernier de tous les soirs. Il repense à sa mère, inspire profondément, s'emplit de toute la haine du monde pour mieux la recracher avec violence. Le voilà force, le voilà puissance, le voilà roi de la savane !

Il s'élance brutalement, sous les cris de stupeur, vers l'homme, le saisit de sa trompe comme un vulgaire fétu avant de le projeter sur la piste. Le crâne éclate comme un fruit trop mûr sous ses pattes, les côtes craquent, les organes sont en bouillie. L'homme est mort.

Sa mère est vengée. Il sent qu'il va devoir mourir à son tour mais cela lui importe peu. Il a la savane dans sa tête. La savane, sa mère et le troupeau.

Il voit l'engin de mort que les hommes brandissent vers lui. Il s'en moque. Il est enfin apaisé et heureux. Balumba a une mémoire d'éléphant. Elle éclate en même temps que son crâne dans cet ultime instant de plénitude.

Il ne saura donc jamais que le malheureux qu'il vient d'écraser devant les yeux de sa femme et de son fils n'avait jamais mis de sa vie les pieds en Afrique.

Balumba avait une mémoire d'éléphant, mais il n'était pas très physionomiste.

Ce sont des choses qui arrivent.

samedi 15 octobre 2005

Saoul-FifreBlogborénygmes

Antenor et Audalie réclament à grands cris un jeu (sans doute dans le but de faire des alliances contre nature, comme à leur habitude q:^), alors, presque rien que pour eux, quelques énigmes concoctées par des gens célèbres. Réponse par mail

Du repos des humains, implacable ennemie,
J'ai rendu mille amants envieux de mon sort;
Je me repais de sang et je trouve ma vie
Dans les bras de celui qui recherche ma mort.
Boileau

Je fus demain, je serai hier
Fontenelle

Enfant de l'art, enfant de la nature,
Sans prolonger les jours, j'empêche de mourir;
Plus je suis vrai, plus je fais d'imposture,
Et je deviens trop jeune à force de vieillir.
Jean-Jacques Rousseau

Cinq voyelles, une consonne,
en français, composent mon nom,
et je porte sur ma personne
de quoi l'écrire sans crayon.
Voltaire

Je me remplis quand on se vide,
fort rarement on se passe de moi !
je renferme en mon sein le dur et le liquide,
je sers au riche, au pauvre, au duc et même au roi.
Victor Hugo

Bon courage à tous !

vendredi 14 octobre 2005

Tant-BourrinAu vent mauvais...

Dans ton plumard, quand tu honores ta chérie
Et que des flatulences incessantes t'angoissent,
Fais gaffe à toi si tu n'as pas mangé de riz
Car tu risques à coup sûr une grosse chiasse !

Moralité : Qui baise et pète sans riz chie

jeudi 13 octobre 2005

Saoul-FifreQuand la brume

Je sais pas ce que j'avais quand j'ai écrit ça, sans doute un vieux coup de barre, pas la frite, quoi...

Lire la suite

mercredi 12 octobre 2005

Tant-BourrinLe Solow des Danaïdes

Le paradoxe de Solow, ça vous dit quelque chose ?

A l'instar de Fernand Raynaud qui n'était pas un imbécile puisqu'il était douanier, Robert Solow était loin d'être un imbécile, puisqu'il a reçu le prix Nobel d'économie en 1987. Enfin, pour être plus précis, je devrais dire plutôt qu'il a reçu le "prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel", tant il est vrai que le petit père Nobel n'a jamais lui-même tenu l'économie pour une science digne d'un prix. Mais vous connaissez les économistes : des grands enfants un peu complexés par le fait que leur "science", sous un verbiage pompeux destiné à masquer la pauvreté du propos, tient plus de la discussion du café du commerce que de la théorie de la relativité, et qui ont besoin de se parer des plumes du paon en s'inventant leur prix rien qu'à eux.

Mais je m'égare. Robert Solow, donc, fit dans les années 80 cette étonnante constatation : le développement phénoménal de l'informatique ne se traduisait pas par une augmentation statistique de la productivité, contrairement à ce à quoi on aurait pu s'attendre. En d'autres termes : "L'informatique se voit partout, sauf dans les statistiques".

Le paradoxe aurait semble-t-il été finalement mis à mal vers le milieu des années 90 aux Etats-Unis. Et si je dis "semble-t-il", c'est que je me méfie comme de la gale des statistiques macroéconomiques, qui mesurent de gros bousins et à qui certains s'escriment à faire dire la dive vérité. A ce propos, j'aime beaucoup cette citation, dont je ne connais malheureusement pas l'auteur : "à la fin du 20e siècle, les économistes étaient divisés entre les macroéconomistes, qui observaient ce qui ne pouvait pas être expliqué, et les microéconomistes, qui expliquaient ce qui ne pouvait pas être observé". De fait, le paradoxe de Solow est la parfaite illustration de cette incapacité des économistes à réconcilier une vision micro et une vision macro.

Mais je m'égare de nouveau. Le paradoxe de Solow, donc, semble encore être plus ou moins vérifié partout ailleurs dans le monde. Plus d'ordinateurs, mais pas plus de productivité pour autant. Pourquoi ? Comment dieu est-ce possible ?

Je n'ai bien évidemment pas la réponse (sinon je serais moi aussi prix Nobel d'économie), mais je peux, par le tout petit bout de la lorgnette, apporter mon humble contribution à la compréhension du phénomène, à l'aune de ma très modeste expérience professionnelle en matière de messagerie électronique.

Lire la suite

mardi 11 octobre 2005

Saoul-FifreMoi fier votre très confiance

Je viens de recevoir ça, et comme je suis partageux (inscrit au parti et tout) je veux que le plus de monde possible soit au courant et puisse en profiter. J'adore. J'en ai déjà reçu un en Anglais que Tant-Bourrin m'avait traduit. Il parait que ya des gens qui répondent. Pour avoir les 15 %, il faut "bien entendu" envoyer un chèque pour le billet d'avion puisque dans le coffre, il n'y a que des pépites d'or...

Lire la suite

lundi 10 octobre 2005

Tant-BourrinComprendre à demi-mort...

En coma dépassé, on le croyait à tort
Décédé. On pria sans grande manière,
Mais son voisin, qui, lui, était bel et bien mort,
Eut droit à une bien plus sublime prière.

Moralité : l'oraison du plus mort est toujours la meilleure

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 >