Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 26 septembre 2005

Tant-BourrinBig benne

Tous les malentendants
Chavirent de bonheur
A l'aube en regardant
Passer les éboueurs

Moralité : A chaque sourd suffit sa benne

dimanche 25 septembre 2005

Saoul-FifreUn vrai boute-en-reins

Houla, ce quizz m'a laminé ! Je suis vidé... Toutes ces filles qui se crêpaient le chignon, qu'il fallait séparer, c'est excitant au début, mais à force...? Et puis l'autre bourrin, là, qui se croit malin en me traitant de bouseux. J'ai pas de vaches, je vois vraiment pas comment je pourrais être... "bouseux" ? M'enfin ? Crotté, d'accord... Et puis avec son Pablo version zéro point un point un, super génial, moi j'arrive après, qu'est ce que je peux faire, hein ? Je me brosse, voilà, je me sègue, j'arriverai jamais à faire mieux, comme ça, au débotté, tu parles, il a préparé son coup à l'avance, je suis piégé... Et j'aime-pas-ça-bordel-me-faire-cueillir-à-sec ?!?! "Devine qui vient piner ce soir", avec des p'tites fleurs, des papillons et des cœurs autour, je supporte pas ! Et son sourire d'hippo-christ ! Fait chier, en plus, j'ai mon premier rhume de l'année, c'est pas encore les premiers gels, comme dans le nord d'Anténord, mais ça s'est fraîchement refroidi quand même... Et pour corser le tout, on a une invasion de minis moustiques (authentique), yen a partout, des nuages en forme de moustiques, remplis de moustiques... Et qui piquent ! Ils ont été programmés génétiquement pour ça, ils te piquent, ils te sucent tout ton sang, toi, t'as plus de sang, t'es tout flagada, tu peux plus te défendre et ils saucent bien tout le fond pour pas gaspiller.

Enfin, c'est tout ce que j'ai trouvé pour expliquer mon peu d'inspiration. Là, je suis plutôt en train d'expirer, si vous voyez ce que je veux dire...

Bon, alors j'ai quand même un truc que j'ai griffonné hier sur mon sous-main. Je vous préviens, ça casse pas 7 pattes à un cafard. C'est un fabliau-expresso, mais "al'italiano", très très serré. Je le dédie à Epictete.

C'est sur une tombe, ya une plaque de marbre avec écrit dessus :

Pépé, je t'aime.
Et merci pour ta BM...

Moralité : Vieux motard que j'aimais...

C'est tout. Je suis au taquet, là...

samedi 24 septembre 2005

Tant-BourrinPABLO v0.1

Amie lectrice, ami lecteur, tu vas assister en direct à une expérimentation unique, une première mondiale qui va bouleverser la face de la blogosphère universelle. Cale-toi bien dans ton fauteuil, ouvre bien les yeux et profite du spectacle exceptionnel qui va suivre.

En effet, je vais tester pour la première fois devant toi un plugin (c'est-à-dire un petit bout de programme ajoutant de nouvelles fonctionnalités) particulièrement innovant pour Dotclear (l'outil de bloguage que nous utilisons et recommandons d'ailleurs chaudement à tout le monde), plugin que je viens de mettre moi-même au point.

Ce plugin est destiné à assurer le pilotage automatique d'un blog, aussi l'ai-je goupilement baptisé PABLO, pour Pilote Automatique de BLOg.

En effet, il existe déjà des plugins extraordinaires sous Dotclear pour faciliter la vie des blogueurs, tels la planification de billets qui permet de mettre en ligne un billet à l'heure et à la date voulues, ce qui est très pratique pour continuer à assurer la mise à jour du blog même pendant les vacances. Mais encore faut-il avoir préparé les billets en question à l'avance.

J'ai souhaité aller encore plus loin.

En effet, quel blogueur n'a pas un jour été victime d'une panne d'inspiration, l'amenant à se dire en son for intérieur : "ah, s'il y avait un pilote automatique sur mon blog pour prendre le relais quand la flemme d'écrire me prend !"

Eh bien, c'est chose faite : I did it ! J'ai conçu PABLO, le plugin qui, une fois activé, fait une analyse sémantique et stylistique de vos billets précédents, décortique les thèmes abordés, et produit sans aucune intervention humaine des billets puissants, indiscernables de ceux écrits de votre main. PABLO peut en outre assurer l'animation du blog en réagissant aux commentaires.

Bref, avec PABLO, il est possible de lâcher son blog plusieurs jours sans qu'aucun des visiteurs ne s'aperçoive de votre absence. Le rêve !

Bon, assez palabré, j'active le plugin, vous allez voir un billet se composer sous vos yeux...

*Clic*

Lire la suite

vendredi 23 septembre 2005

Saoul-FifreLis tes ratures

Que veut le peuple ? Du pain, du vin, du boursin et des jeux... Que veut Blogborygmes ? Le bonheur du peuple. Bon, le pain, ça fait des miettes, le vin, je me le garde, le boursin, Tant-Bourrin se l'est baffré, alors, je vais vous faire un jeu. Étant aussi nul en html que la dernière fois, j'ai choisi un quizz lire et taire, heu... litre et verre, non : hic ether... un truc sur les livres, quoi ?

J'ai copié le début des livres, ya de tout, des classiques, des récits, des contemporains, comme la dernière fois, j'ai essayé de prendre des tubes, des bouquins qu'ont cartonné en ventes, tout de suite, et sur la durée... Allez, c'est parti ! Je serais pas chien : que vous trouviez l'auteur ou le titre, ça vous fait un point. Si vous trouvez les 2, vous avez droit à cette petite flamme brillante dans les yeux du jury, comme d'hab... Et bien entendu, ON NE TRICHE PAS !!! PAS DE GOOGLE !!!

ET ON NE RÉPOND PAS DANS LES COMMENTAIRES POUR LAISSER JOUER TOUT LE MONDE ! ON ME MAILE

1) En août, dans nos pays, un peu avant le soir, une puissante chaleur embrase les champs. Il n'y a rien de mieux à faire que de rester chez soi, au fond de la pénombre, en attendant l'heure du dîner. Ces métairies que tourmentent les vents d'hiver et que l'été accable, ont été bâties en refuge et, sous leurs murailles massives, on s'abrite tant bien que mal de la fureur des saisons.

2) L'été craonnais, doux mais ferme, réchauffait ce bronze impeccablement lové sur lui-même : trois spires de vipères à tenter l'orfèvre, moins les saphirs classiques des yeux, car, heureusement pour moi, cette vipère, elle dormait.

3) Ceylan, décembre 1936. - Le voici celui qui vient de débarquer : tout seul, tout blanc, tout honteux, tout désemparé, harcelé par ceux qui vendent, par ceux qui promettent, par ceux qui implorent, par ceux qui le veulent mener au temple de Bouddha ou à la maison des femmes.

4) Il y a aujourd'hui trois cent quarante-huit ans six mois et dix neuf jours que les parisiens s'éveillèrent au bruit de toutes les cloches sonnant à grande volée dans la triple enceinte de la Cité, de l'Université et de la Ville. Ce n'est cependant pas un jour dont l'histoire ait gardé souvenir que le 6 janvier 1482. Rien de notable dans l'événement qui mettait ainsi en branle, dès le matin, les cloches et les bourgeois de Paris.

5) Colin terminait sa toilette. Il s'était enveloppé, au sortir du bain, d'une ample serviette de tissu bouclé dont seuls ses jambes et son torse dépassaient. Il prit à l'étagère de verre, le vaporisateur et pulvérisa l'huile fluide et odorante sur ses cheveux clairs. Son peigne d'ambre divisa la masse soyeuse en longs filets orange pareils aux sillons que le gai laboureur trace à l'aide d'une fourchette dans de la confiture d'abricots.

6) Le 25 septembre 1937, un courant de perturbations circulant de Terre-Neuve à la Baltique dirigeait dans le couloir de la Manche des masses d'air océanique doux et humide. À 17h 19 un souffle d'ouest-sud-ouest découvrit le jupon de la vieille Henriette Puysoux qui ramassait des pommes de terre dans son champ, fit claquer le store du Café des Amis de Plancoët, rabattit brutalement l'un des volets de la maison du docteur Bottereau en bordure du bois de la Hunaudaie, tourna huit pages des "Météores" d'Aristote que lisait...

7) L'adjudant retraité Chalumot approcha le briquet de sa cigarette, tordit le cou pour préserver de la flamme ses longues moustaches, puis, clignant l'œil à cause de la fumée, épousseta le revers de son veston. Au contact des rubans multicolores rayonnant autour de la boutonnière, sa main se fit plus caressante; et ravi, le menton au creux de l'épaule, il contempla ces derniers attributs d'une gloire ancienne. Le petit arc-en-ciel des décorations était à jour : médaille militaire, croix de guerre, croix du combattant, médailles du Maroc, de la victoire, des blessés, Dragon d'Annam...

8) C'était une journée d'avril froide et claire. Les horloges sonnaient treize heures. Winston Smith, le menton rentré dans le cou, s'efforçait d'éviter le vent mauvais. Il passa rapidement la porte vitrée du bloc des "Maisons de la Victoire", pas assez rapidement cependant pour empêcher que s'engouffre en même temps que lui un tourbillon de poussière et de sable.

9) La gifle a été si forte que je ne m'en suis relevé qu'au bout de treize ans. En effet, ce n'était pas une baffe ordinaire, et pour me la balancer, ils s'étaient mis à beaucoup. Nous sommes le 26 octobre 1931. Depuis huit heures du matin, on m'a sorti de la cellule que j'occupe à la Conciergerie depuis un an. Je suis rasé de frais, bien vêtu, un costume d'un grand faiseur me donne une allure élégante.

10) Un bâtiment gris et trapu de trente-quatre étages seulement. Au dessus de l'entrée principale, les mots : Centre d'Incubation et de Conditionnement de Londres-Central, et, dans un écusson, la devise de l'Etat mondial : Communauté, Identité, Stabilité.

jeudi 22 septembre 2005

Tant-BourrinINPI-toyable !

Qu'il en a assez de voir, Monsieur Lambert,
Défiler ces chercheurs un peu agités
Avec leurs découvertes révolutionnaires
Qu'ils viennent à son bureau faire breveter !

Moralité : Lambert est gavé de bonnes inventions

mercredi 21 septembre 2005

Saoul-FifrePutains de mouettes

L'agriculture ne rapportant guère (sauf exceptions), je suis devenu pluriactif, comme beaucoup de mes collègues. En début d'année, je fais le vitrier, et à la fin, paysan. Mais comme mon épouse adore la bonne odeur de l'humus et déteste l'odeur dégueu du mastic, ma sexualité est, elle aussi pluriactive : au printemps, je m'astique, et à l'automne, je la bourre... Bon, je sors. Non, finalement, je reste. C'était juste pour vous dire que c'est l'automne, que je laboure, que ma chienne Jade suit mon tracteur et qu'elle peut pas piffrer les mouettes :

Lire la suite

mardi 20 septembre 2005

Tant-BourrinUne histoire dont VOUS êtes les auteurs !

Oui, vous avez bien lu le titre : je compte bien vous faire bosser, chères lectrices, chers lecteurs, au travers d'une expérience particulièrement audacieuse de billet collaboratif. En d'autres termes : j'ai la flemme d'écrire moi-même, alors au boulot !

Je vous propose donc d'élaborer une belle histoire à plusieurs mains et plusieurs claviers : je vais juste vous en proposer le début, quelques lignes à peine, et chacun d'entre vous pourra intervenir en ajoutant quelques lignes à son tour, un rebondissement, un dénouement à l'histoire. Bref, un cadavre exquis narratif, koâ !

Dans la pratique, c'est très simple : partez de la fin de ligne de la contribution précédente (vérifiez pour cela le dernier commentaire), et continuez l'histoire ! Evitez quand même de rédiger une tartine de 200 lignes : le risque serait grand que quelqu'un d'autre travaille en parallèle et poste sa contribution AVANT vous (je serais strict : en cas de contributions écrites en parallèle, seule la première postée sera prise en considération). Bref, des contributions courtes de moins de dix lignes sont préférables !

J'éditerai régulièrement le billet pour y ajouter vos contributions (en précisant bien sûr le nom de l'auteur de chaque partie), ce qui permettra de lire l'histoire en un seul bloc. Je me réserve quand même, en cas de contribution de mauvais esprit ou conduisant l'histoire dans une impasse, le droit d'invalider une contribution. Ne discutez pas, c'est comme ça, na ! En revanche, il est bien entendu possible d'apporter plusieurs contributions, à condition qu'elles ne soient pas consécutives...

On commence l'histoire ? Allez, c'est parti !


Il était une fois, sur une terre battue par un vent à la con, dans la lointaine Provence, un paysan quelque peu porté sur la dive bouteille. A tel point que nul oncques ne le vit autrement que rond comme une queue de fourche à fumier et qu'on l'appelait pour cela Saoul-Fifre. La ferme de ce bouseux mal dégrossi tournait tant bien que mal : les sillons décrivaient des sinusoïdes et le produit des vendanges étaient bu avant même que d'être mis en fût. Or, voilà qu'il arriva : un beau jour...


[contribution d'Audalie]

...alors qu'il se rendait à pied à SA messe dominicale (c'était pourtant un mardi, mais les vrais chrétiens ses amis n'attendent pas le dimanche pour communier !), goûtant inlassablement à la fraîcheur des poèmes de Raoul Ponchon qu'il se récitait en boucle, il fut confronté à l'impérieuse nécessité d'hydrater cette gorge desséchée par le vent -Bon sang, c'que ça souffle aujourd'hui !

Il s'assit sur le bord du chemin...


[contribution de Tant-Bourrin]

... et déboucha un litron de gnôle, cette gnôle à 80° qu'il distillait lui-même secrètement dans sa cave et qui lui servait accessoirement de carburant pour son tracteur.

"Ah, ça fait du bien par ousque ça passe" se dit-il, et il s'envoya une seconde rasade dans le gosier.

Mais il faillit s'étrangler de saisissement quand une voix s'éleva derrière lui...


[contribution de Saoul-Fifre]

- "Mais que le bon dieu me tarabuste les sphincters si ce n'est pas là le beau, le sobre, pauvre mais travailleur Saoul-Fifre ! Que fais-tu donc là, bienfaiteur de l'humanité ? Tu te désaltères un peu, tu as bien raison, avec le cagnard qui nous grille le cigare, c'est ça ou bien direction le caveau familial, prématurément... Enfin, je cause, je cause, mais je passais voir si, par hasard, tu ne pouvais me prêter ta carriole et ta jument comtoise, au prix où est l'essence ...! ?


[contribution de Manou]

...J'ai besoin de me rendre au SUPER U le plus proche afin de m'approvisionner en OMO. Le Docteur Schneider m'a recommandé 3 lessives quotidiennes.....D'ailleurs si tu pouvais aussi me prêter 100 € (en avance sur ta cotisation à l'AMPT), je te serai éternellement reconnaissant (éternellement....faut pas pousser quand même...). On fait comme ça ? sans rancune Saoul-Fifrounet?"


[contribution de Antenor]

Quand soudain, et sans prévenir, arrive en trombe une Fiat Jardin, femme au volant, dr Schneider conduisant. "Mes sieurs, pour aller tout droit, est-ce que je continue ?" Répondez urgemment, j'ai un patient dont le somatique ne va pas très bien. J'ai diagnostiqué une dépression hostile, le cas est très rare. Montez donc avec moi, mes deux gaillards, chemin faisant vous m'expliquerez : cela sera amusant. Sitôt dit, sitôt fait... voilà que nos deux compères...


[contribution de Tant-Bourrin]

...se retrouvent embarqués dans la Fiat Jardin du Dr Schneider qui, à peine les portières claquées, démarre à fond de train dans un hurlement de pneus et de poussière. "Ce qui m'embête surtout, Messieurs, c'est que c'est justement le jour où j'ai une urgence que je n'arrive plus à remettre la main sur mes lunettes. Faites-moi signe si je pars sur le bas-côté..."

Les deux compères n'eurent pas le temps de déverrouiller les portières pour sauter précipitamment en route : un platane, bêtement placé là où le Dr Schneider croyait voir une ligne droite, se chargea de les éjecter violemment de l'habitacle.

Saoul-Fifre frotta son crâne de poivrot endolori et constata les dégâts...


[contribution d'Audalie]

... Il reprit rapidement ses esprits et se précipita vers le véhicule ; enfin, ce qu'il en restait. Angoisse : dans quel état allait-il les retrouver ?

Saoulfifre fut rapidement rassuré : là, sur la banquette arrière, les fromages de chèvre et les précieuses bouteilles qu'abritait sa fidèle besace étaient intacts ! Dieu soit loué !

"Un p'tit coup pour la...route !" La route ! L'accident ! Cette femme, Antenor ! Tout lui revenait soudainement. Mais où étaient-ils, ces deux compagnons de mauvaise fortune ? Aucune trace !

Le degré d'alcool de son breuvage préféré lui jouait-il des tours ? Ou était-ce ce soleil ? Ce vent ? Avait-il rêvé ? Il y avait bien cet amas de tôle...

Il se laissa lourdement tomber à l'abri d'un olivier et ferma les yeux. Lorsque soudain, un petit coup sur l'épaule le fit sursauter. "Mon brave..."

Non, ce n'était pas possible ! Mondieumondieumondieu ! Quelle journée !

Cette voix ! Cette condescendance pour les ruraux ! Cet accent de parisien faussement raffiné !

Non, pas lui !.....


[contribution de Saoul-Fifre]

Tant-Bourrin !!! Que faisait-il là alors qu'il n'hasarde jamais un pied hors du périphérique ? Téléportation, kidnapping, toutes les hypothèses devenaient plausibles. Le pauvre, on le sentait en manque de sa dose habituelle d'oxydes de carbone, il était tout bronzé, mais comment, comment avait-il obtenu cette belle couleur ? Sûrement pas dans son bureau climatisé... Non, vraiment , quelque chose clochait dans cette histoire... Tant-Bourrin ? En Provence ? À pied (alors qu'il se sent tout nu sans son métro ou à la limite, son RER) ? Ce n'est strictement pas envisageable. Ça défie toutes les lois de la logique et ne répond à aucun raisonnement normal.

Est-ce qu'un extra-terrestre s'est emparé de son esprit, pris possession de son corps ? Un extra-terrestre non dégoûté, alors,...


[contribution de Tant-Bourrin]

...amateur de sensations fortes.

Mais Tant-Bourrin paraissait normal, quoiqu'un peu exalté. Aucune trace de trépanation ou autre expérimentation animale de la part de petits hommes verts.

"En vérité je te le dis, dit Tant-Bourrin, je suis l'envoyé de Dieu !"

Saoul-Fifre exorbita ses yeux comme un loup de Tex Avery...

"Oui, continua Tant-Bourrin, car cette nuit, j'ai entendu dans mon sommeil Sa voix qui me disait « Tant-Bourrin, il faut que tu reviennes en Provence ! »"

Tant-Bourrin fronça le sourcil, en proie à une intense cogitation. "Heu... à moins que j'ai mal compris, peut-être a-t-il dit « il faut que tu reviennes en équipe de France ! », je ne suis plus très sûr finalement"...

Il en était là de ses réflexions quand soudain...


[contribution de Saoul-Fifre]

... une grosse voix grogna au dessus de lui, qui disait :

"Ho, et mon message, tu vas oublier ma commission, c'est lou souleu qui t'a tapé sur la coucourde ?"

"Heu non, j'y venais justement..." répondit hypocritement Tant-Bourrin, comme à l'accoutumée...

"Bon, Saoul-fifre, y a Dieu, là-haut, qui a remarqué que t'es toujours en train de m'inviter en Provence, et il a remarqué aussi que je freine toujours des quatre fers, et comme il est omniscient, il sait que c'est à cause des frais du voyage, alors voilà : il m'a payé le voyage...!"

"Hé bé dis donc, si je m'attendais à celle-là ! C'est une bonne nouvelle ! Ça s'arrose ! Qu'est-ce que tu prends ?"

"De la Badoit. Et Anténor et la Schneidre, qu'est-ce qu'on en fait ?"

"Tu vois bien qu'ils sont morts. Laisse, les mouettes vont s'en charger..."


[contribution de Manou]

La Scheidre : pardon mais je m'inscris en faux... c'est pas parce qu'on est mort qu'on a rien à dire... et je reste dans cette voiture quoi qu'il arrive... dieu, bien qu'omniscient est vraiment radin, donc je t'engage à vérifier la présence (dans ta bourse) du don (a priori virtuel) qu'il t'aurait fait dans un accès de délire improbable.

Et comme personne ne me le demande, moi je prendrais bien un litre de Mercurey...... merci la compagnie.... :) ce sera 100 euros...


[Au suivant ?]

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 >