Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 22 octobre 2006

Tant-BourrinSouvenances

Je me souviens du revers de la main que l'on frottait vigoureusement avec les phalanges de l'autre main avant d'en renifler l'odeur. Je me souviens que cela sentait une odeur d'allumette brûlée.

Je réalise que le fait d'être adulte ne m'empêche pas de le faire aujourd'hui encore. Je réalise que cela sent toujours la même odeur.



Je me souviens des affiches "1980 : Bordeaux sort de terre" assorties d'un dessin de ville futuriste. Je me souviens que je trouvais ça super. Je me souviens que 1980 me paraissait toutefois encore très loin en ce tout début des années 1970.

Je réalise que l'on a rasé le quartier populaire de Mériadeck pour en faire un froid quartier de bureaux, déjà mal vieillissant. Je réalise que 1980 me paraît très loin, mais dans le rétroviseur cette fois.



Je me souviens des "émissions pour la jeunesse" du jeudi après-midi. Je me souviens aussi de "Titus le petit lion", de "Minizup et Matouvu", de "l'autobus à impériale", de "Fifi Brindacier", de "Popeye", de "Bonne nuit, les petits", du "Manège enchanté". Je me souviens qu'on allait chez les voisins qui, eux, avaient un poste de télé, chose encore rare à l'époque.

Je réalise qu'il n'y a plus d'émissions pour la jeunesse aujourd'hui. Il n'y a plus que des émissions pour vendre des choses à la jeunesse avec force spots de pub racoleurs. Je réalise que j'ai eu de la chance d'échapper à ça.



Je me souviens de l'odeur de l'encre violette. Je me souviens des plumes Sergent-Major. Je me souviens que j'aimais leur redonner une seconde jeunesse purement cosmétique en leur passant un peu de crayon à papier dessus.

Je réalise que je vais passer pour un vieux croulant nostalgique en racontant tout ça.



Je me souviens de la vieille Aronde grise dans laquelle toute la famille embarquait à l'époque des vacances pour aller chez les grands-parents, dans le Gers. Je me souviens que, pour s'amuser en chemin, chacun choisissait une marque de voiture et comptait un point de plus quand on croisait un véhicule de la marque choisie. Je me souviens que c'était à qui pourrait choisir Renault ou Peugeot. Je me souviens que mon père prenait souvent les Mercedes, juste pour rigoler. Je me souviens que les deux heures de trajet passaient vite. Je me souviens aussi du dernier retour avec l'Aronde, du moteur qui fumait, des arrêts dans les fermes pour demander de l'eau, du bus que ma mère, ma soeur et moi avions pris pour rentrer plus vite à la maison, pendant que mon père et mes frères aînés continuaient leur périple automobile. Je me souviens qu'ils avaient mis dix heures pour faire les 130 km de trajet.

Je réalise que l'on devait être bougrement serrés, à six dans une Aronde avec tous les bagages. Je réalise que les trajets me paraissent beaucoup plus longs aujourd'hui, malgré les autoroutes et nos voitures modernes qui roulent tellement plus vite. Je réalise que je serais incapable de rejouer au jeu d'autrefois, infoutu que je suis d'identifier les voitures parmi les centaines de marques et de modèles, tous ressemblants, qui circulent aujourd'hui.



Je me souviens de la première supérette qui était passée en libre service dans le quartier où nous habitions. Je me souviens que cela me paraissait alors à peine imaginable que l'on puisse ainsi se servir directement dans les rayons.

Je réalise, dans la cohue des rayons du Carrefour du coin, que les petits épiciers de quartier qui vous servaient autrefois avaient du bon.



Je me souviens d'un jeu de sept familles basé sur différentes périodes de l'histoire : famille préhistoire, famille médiévale, etc. Je me souviens qu'il y avait une famille "an 2000" dont les membres étaient affublés de costumes tous plus extravagants les uns que les autres, pneumatiques ou moulants, avec casques, antennes et tout le toutim.

Je réalise la foi inébranlable que l'on avait à cette époque en des lendemains technologiques qui chantent. Je réalise que personne n'imaginait des milliers de SDF en l'an 2000. Je réalise aussi que le futur vu du passé balance souvent entre le grotesque et la poésie la plus pure.



Je me souviens de ma première visite à Paris. Je me souviens que c'était la tradition familiale de visiter ainsi une journée à la Capitale avec mon père, et que mes deux frères et ma soeur l'avaient fait avant moi. Je me souviens du train de nuit, de l'arrivée à l'aube et de cette journée chargée d'émotions face à la Tour Eiffel, aux Invalides, à l'Arc de Triomphe, au jardin des plantes, etc. Je me souviens que mes chaussures m'avaient mis les pieds en sang et que mon père m'avait acheté une paire de basket pour que ce soit plus confortable. Malgré cela, j'avais de toute façon des ailes aux pieds ce jour-là. Je me souviens du plaisir d'avoir mon père rien que pour moi tout un jour durant. Je me souviens enfin du retour vers 22 ou 23 h. Je me souviens que j'avais dormi jusqu'à 14 h le lendemain tant j'étais plein de fatigue et de bonheur.

Je réalise aujourd'hui que, le paternel travaillant alors à la SNCF, cette journée n'écornait pas trop le maigre budget familial. Je réalise que ce n'est pas avec de l'argent que l'on offre des souvenirs inoubliables aux enfants, mais en donnant de soi-même. Je réalise aussi que, maintenant que j'y vis, Paris a perdu toute sa magie à mes yeux.



Je me souviens de la lessive Ala aux enzymes gloutons. Je me souviens de la publicité qui les représentait sous forme de petits personnages jaunes et voraces et qui me fascinait.

Je réalise que la lessive Ala a depuis longtemps disparu, après un terrible flop commercial. Je réalise que les publicitaires d'alors savaient peut-être séduire les enfants, mais avaient de gros progrès à faire en terme d'efficacité de leurs campagnes.



Je me souviens de la chanson de Sheila "dans une heure" qui plaisait tant à ma soeur. Je me souviens des paroles "une heure, c'est court et c'est long" qui me faisaient beaucoup rire, car une heure, c'était terriblement long, quasiment une éternité.

Je réalise aujourd'hui que j'ai déjà vécu près de 390000 heures et que les quasi-éternités ne sont plus ce qu'elles étaient.



Je me souviens qu'en commençant la rédaction de ce billet, j'avais l'intention, tel Perec, de remonter à la surface des briques insignifiantes d'un passé oublié.

Je réalise, en me relisant, que j'ai dévié vers une tonalité nostalgico-nombriliste. Mais je réalise en même temps que je n'en ai rien à foutre ! :~p

samedi 21 octobre 2006

Saoul-FifrePatate douce sortant juste du four thermostat 31.

Nathalie , furieuse de s'être fait refiler une chaîne, s'est bassement vengée sur 3, 4 pauvres diables qui ne lui avaient pourtant rien fait. Certains s'étant défilés, elle a retourné sa hargne sur d'autres, tout aussi innocents. Tel que vous me voyez (ce n'est qu'une expression, heureusement pour vous) je suis l'un de ces infortunés, à avoir instinctivement rattrapé le truc qu'elle nous a lancé. Là, c'est moi qui m'y colle. Quelle honte, pour moi qui toute ma vie ai fui toute chaîne, toute subordination, tout rapport d'obéissance à autrui... Moi qui ai "perdu" mon anneau nuptial 15 jours après notre mariage, je me retrouve une chaîne aux pieds.

Je vais me réveiller.

1) Attrapez le livre le plus proche, allez à la page 18 et écrivez la 4ème ligne:

"...dit, réussi à merveille, fit Schmidt, dont la po-..." Allez-y, devinez d'où c'est tiré, vous êtes même pas caps, tellement vous êtes aculturés...

2)Sans vérifier, quelle heure est-il?

13 h

3)Vérifiez:

13 h 07. C'est pas révélateur, comme question : j'ai pas de montre, mais je venais de regarder la pendule. Aussi bien, j'aurais pu me tromper de 2 heures.

4)Que portez-vous?

Un jean qui fut noir, déchiré (on dit déstructuré et stone washed, je crois ?), l'ourlet effiloché, les poches trouées, la guenille, quoi...
Un genre de polo marin manches longues (rayures grises et bleu marines) en étonnamment bon état : un pôte me l'a donné il n'y a pas longtemps. Mais crade.
Des lunettes de vue Lacoste (authentique ! C'est les gosses qui me l'ont appris quand je suis rentré à la maison. J'avais pas remarqué. J'avais surtout pas remarqué le prix !) En très mauvais état. Rayées, piquées (je soude avec), et il manque les 2 coussinets qui centrent les lunettes sur le nez.
Des chaussures de sécurité l'Aigle. Mais c'est écrit nulle part dessus. Je ne les quitte que pour dormir. Mais je les quitte, hein, pour dormir, hein, je vais suffisamment passer pour un malade mental comme ça, à cause de ce questionnaire ?
Des chaussettes, un slip, mais là, si vous le permettez, je ne vais pas rentrer dans les détails. Nathalie m'avait bien fait rire avec son "élastique de culotte tout cramé", je me sentais en communion de pensée avec elle q:-D Rien d'autre. Enfin si : dans une poche, mon Laguiole "corne". J'ai toujours un couteau, des fois, c'est le Laguiole "bois d'olivier", ou le Nontron, en buis, ou le Camarguais, en Thuya...

5)Avant de répondre à ce questionnaire, que regardiez-vous ?

Ben, le blog de Nathalie ?

6)Quel bruit entendez-vous à part celui de l'ordinateur ?

Des voix. Ça gueule beaucoup, chez nous.

7)Quand êtes-vous sorti la dernière fois, qu'avez-vous fait ?

Quelle sortie, c'est ça ? Hier soir, "Des plantes cultivées et des hommes à la veille de la renaissance : origines, emplois, croyances", une conférence de Pierre Lieutaghi, THE ethnobotaniste de la haute Provence. Passionnant.

8)Avez-vous rêvé cette nuit ?

Sûrement. Mais je m'en souviens rarement. Notre docteur homéopathe qui aime bien qu'on lui raconte nos rêves, s'arrache les cheveux.

9)Quand avez-vous ri la dernière fois ?

Je ne peux pas dire. Mais on rit souvent. À table, on se fait des sketches...

10)Qu'y a t'il sur les murs de la pièce où vous êtes?

Un grand calendrier en carton, une grande carte de France en carton, des toiles d'araignées, une étagère avec des "livres-outils", dictionnaires, modes d'emploi informatiques, plans...

11)Si vous deveniez multimillionnaire dans la nuit, quelle est la première chose que vous achèteriez ?

Supposition hypernonréaliste qui ne demande pas qu'on s'y arrête : je ne me connais pas d'oncle à héritage et je ne joue pas. Mais pour le fun, j'y ai réfléchi et je n'ai rien trouvé. Je ne serais pas dans l'embarras, mais je ne vois pas de "première chose"...

12)Quel est le dernier film que vous ayez vu ?

Je l'ai dit dans un com' : "Marie-Jo et ses 2 amours", de Robert Guédiguian. J'aime bien Guédiguian, mais nous voyons très peu de films (pas le temps, pas la télé...).

13)Avez-vous vu quelque chose d'étrange aujourd'hui ?

Une harde de sangliers. Est-ce que c'est étrange ? C'est tout à fait naturel, mais c'est assez rare d'en voir en plein jour. Ha : une oie morte. C'est étrange parce que je sais pas du tout pourquoi elle est morte ?

14)Que pensez-vous de ce questionnaire ?

Je me pose la question de savoir s'il est vraiment indispensable et s'il bouleversera mon existence.

15)Dites-nous quelque chose de vous que nous ne savons pas encore :

Une seule chose ? Oh dommage, j'avais envie de vous confier tous mes secrets ce soir... Voilà : je ne boutonne jamais le dernier bouton de mon col. C'est horrible, n'est-ce pas ? Bon, je ne met jamais de chemises, alors c'est moins grave.

16)Quel serait le prénom de votre enfant si c'était une fille ?

La prochaine ? On la noie. Une fille, c'est largement suffisant.

17)Quel serait le prénom de votre enfant si c'était un garçon ?

Un 3 ième garçon ? On l'appelle pas, on lui crie de partir !

18)Avez-vous déjà pensé à vivre à l'étranger ?

Oui. Mais c'était une erreur de jeunesse. Ya tout ce qu'on peut souhaiter en France. Et on y parle français, en plus !

19)Que voudriez-vous que Dieu vous dise lorsque vous franchirez les portes du paradis ?

À ton âge, tu crois encore au Père Noël ? Non, là t'es pas encore mort et t'as des hallus. Mais c'est TES hallus.

20)Si vous pouviez changer quelque chose dans le monde en dehors de la culpabilité et la politique, que changeriez-vous ?

Je cacherais l'argent ?

21)Aimez-vous danser ?

C'est l'alcool que j'ai ingurgité qui aime danser. Nuance.

22)Georges Bush ?

Dans un pays qui a l'air fier de ne pas avoir connu la royauté, je trouve bizarre que l'on y soit Président de père en fils. Dans le genre image symbolique de l'américain moyen, pantin aux mains des faucons, je trouve qu'il fait fort, le Georges.

23)Quelle est la dernière chose que vous ayez regardée à la télévision ? :

Alors là !! Ça remonte à loin ! Regain, je crois. J'ai pleuré, comme d'hab'...

24)Quelles sont les 4 personnes qui doivent prendre le relais sur leur blog ?

Ho je la refile à personne, la patate. Je la laisse refroidir et je me la mange. Je sens que TB la lorgne du coin de l'œil. Mais sers-toi, si t'en veux un bout, je sais que tu en meurs d'envie q:^)

vendredi 20 octobre 2006

ManouCamerascenseur

La porte de mon nouveau bureau donne directement devant les ascenseurs. Au début c’était un peu stressant, et puis, je me suis décidée à établir une petite liste des principaux types de profils :

- Le fébrile : appuie 15 fois par seconde sur le bouton d’appel.

- Le curieux : passe et repasse devant les bureaux proches afin d’en apprécier toute la décoration intérieure.

- Le fumeur : effectue le trajet 4e étage - RDC 10 à 15 fois par jour.

- Le flambeur : crie à tue-tête qu’il n’en a que pour deux minutes à aller voir le chef qui vient de lui confier une super affaire.

- L’abattu : revient la mine défaite d’un entretien où il s’est pris un savon. En général, il s’agit du flambeur, mais 10 minutes plus tard.

- Le ni vu ni connu : arrive ou repart en catimini par les escaliers (dont la porte ne sonne pas) entre 15h00 et 16h00. Il existe également en version du matin entre 10h00 et 11h00.

- Le serein, le calme, l’incorruptible : peut rester une demi-heure devant l’ ascenseur avant de comprendre que ce dernier est en panne (vous noterez que je répugne à déranger une personne sereine, même pour lui signifier la panne manifeste de l’engin).

- Le stagiaire : se fait très rare devant les ascenseurs car son bureau (une sorte de placard à balai donnant sur le boulevard circulaire) se trouve à l’autre bout du couloir.

- La tribu : groupe de flambeurs se rendant de concert à une réunion ou à la machine à café.

- La file indienne : groupe de ni-vu-ni-connus.

- Le chef : arrive et repart à n’importe quelle heure d’un air vraiment, mais alors vraiment très décidé.

Vous aurez compris que selon le temps, l’heure et les évènements, je me range dans l’une ou l’autre de ces catégories (sauf le chef)

- « C’est pas le photocopieur là ? »
- « Ecoute, personnellement, je ne l’ai jamais vu se trimballer dans les couloirs »

jeudi 19 octobre 2006

Tant-BourrinPouah !

J'ai voulu l'autre jour faire un peu de cuisine
En rendant plus copieux l'en-cas de mon fiston.
Je fis cuire un bel oeuf à la coquille fine
Qui hélas s'émietta en mille rogatons.
Pour en récupérer la moindre vitamine,
Je voulus l'égoutter - quel foutu marmiton ! -
Au-dessus de petits pois durs, idée crétine !
Les bouts d'oeuf et la flotte dessus le gueuleton
Ont été pompés par les pois, ça me mine !



Moralité :
J'égouttais l'oeuf disloqué
Dans les pois durs qui le drainaient
Sur la croûte de mon fils
Sur la croûte de mon fils


Il est temps que je prenne des vacances,
ça devient n'importe quoi, mes fablounettes !

mercredi 18 octobre 2006

Saoul-FifrePin-Art

Dans la salle d'attente
Il y a trois clochards
Dans la salle d'attente
De cette jolie gare

L'un de ces trois clodos
Sort un harmonica
L'un de ces trois clodos
Joue pour ceux qui sont là

Les bourgeois sont ravis :
C'est des chansons d'Amour
Les bourgeois sont ravis :
Alors, il joue toujours

Quand il est fatigué
Il cesse de jouer
Quand il est fatigué
Il dit : "applaudissez !"

Tout le monde applaudit
Alors, il est content
Tout le monde applaudit
"Bon ! Donnez de l'argent !"

Le chapeau à la main
Il passe pour les sous
Le chapeau à la main
"Merci ! Merci beaucoup !"

Comme il n'est pas voleur
Il rejoue un morceau
Comme il n'est pas voleur
C'est son air le plus beau

Et avec cet argent
Le salaire de son Art
Et avec cet argent...

...il se rue vers le bar !

mardi 17 octobre 2006

ManouUne aurore authentique



Envers et contre tous, il l'aima
Elle
Il décida aussi d’aimer son ventre rond
Et de se transformer en père
Puis les enfants l’ancrèrent
Le soir, il les aidait à leurs leçons
Tandis qu'elle
Cuisait les repas

Faire et défaire
L’ennui, se taire

Un jour elle est partie
Une autre vie

Au bout de quelques mois, il y a cru
Il est allé dormir devant sa porte
A elle
La nuit, malgré le froid polaire
Malgré les autres, réfractaires

Malgré les vents contraires
Il est revenu
Avec elle
Les Bruits, les plaintes se sont tus

lundi 16 octobre 2006

Tant-BourrinLa vie de Jean XXXX

Je vous ai déjà parlé de mes recherches généalogiques. De ces aïeux ramenés, dans le souffle de leur nom, un court instant à la lumière du jour, de ces vies recomposées par toutes petites touches, infimes repères sur le tableau blanc d'une existence.

Il advient parfois que l'on parte sur une fausse piste, sur les traces d'un ancêtre que l'on croit enfin tenir, avant de découvrir que l'on a fait fausse route. Il ne reste alors qu'à laisser tomber et reprendre ses recherches à zéro.

J'ai connu ce genre de mésaventure il y a très peu de temps en cherchant à remonter sur ma branche patronymique. J'étais donc sur la trace de Jean XXXX (mon vrai nom - masqué ici - dans la vie), dont je savais seulement qu'il s'était marié en 1791 à Herré, dans les Landes.

Et puis, un soir, j'ai trouvé la trace d'un Jean XXXX sur les registres d'enregistrement des bagnes des Archives de Toulon et de Rochefort. Un ancêtre bagnard ? Pourquoi pas, au fond, voilà qui change singulièrement des cultivateurs qui se comptent à la pelle dans les branches de mon arbre.

Mais voilà, très rapidement, j'ai remarqué que ça ne collait pas : le lieu de naissance, la situation de famille, non, ça ne pouvait pas être le bon Jean XXXX. Compte tenu de la rareté du nom, il devait toutefois s'agir d'un cousin plus ou moins éloigné de mon ancêtre, mais rien de plus qu'un cousin.

Bof. On referme donc la piste et on passe à autre chose. Voilà ce que j'aurais dû me dire.

Mais je n'ai pas pu détacher mes pensées de ce Jean XXXX, de ce que j'avais lu...

Nom de famille : XXXX
Prénom(s) : Jean

Lieu de détention : Rochefort
N° de matricule : 5097
Profession : Tailleur d'habits
Situation familiale : Célibataire
âge ou année de naissance : 42 ans
Lieu de naissance : Parentis en Born (40)
Père : Blaise
Mère : YYYY Marguerite
Chaîne ou amené (trajet) : du Midi
Tribunal : Dax (Cour de justice criminelle)
Cause du jugement : Tentative de vol avec effraction
Date de condamnation : 16/04/1810
Durée de la condamnation : 10 ans
Date d'entrée au bagne : 21/09/1810
Date de sortie du bagne : 08/12/1815
Motif de sortie du bagne : Décès
Signalement : Taille=1m585, cheveux noirs, sourcils et barbe châtain foncé, visage ovale, front large, couvert, yeux roux, nez long, mince, bouche grande, menton rond, 2 verrues sur chaque joue, un signe à la joue droite, marqué légèrement de petite vérole, cicatrice près le creux de l'estomac à gauche
Observations : Exposé le 21/04/1810

Voilà. Une existence plus en pointillés qu'en certitudes... Pourquoi avait-il commis ce vol ? Etait-ce un infâme salaud ou un pauvre bougre poussé par la faim, en des temps où la vie n'était pas tendre pour les gueux ? Et quelle avait été sa vie avant cela ? Avait-il aimé ? Eté aimé ? Sans réponse.

Reste juste ce goût étrange dans la bouche, cet impalpable malaise.
Ce portrait tracé à l'encre précise et glacée de l'administration pénitentiaire.
Cette vie résumée dans la sinistre indifférence d'un "Motif de sortie du bagne : Décès".

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 >