Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 13 mai 2006

Saoul-FifreSudoku pour littéraires

J'ai eu de petits problèmes techniques hier soir, qui expliquent mon retard de publication. Des problèmes dus à ma nullité en informatique, et non à celle de mon PC, puisque j'ai un Mac. Tant-Bourrin porte sa croix, je porte la mienne, rien n'est parfait en ce bas monde... Sauf les Macs. Voici un mots croisés avec sensiblement plus de cases que ceux que j'avais pris la mauvaise habitude de vous concocter. Ha, ça surprend ? Vous aussi, vous vous vautriez dans la facilité ? Et ben cette époque bénie est terminée ! Va falloir cravacher sec. La solution est griffonnée quelque part dans mes piles de brouillons, et je vais donc le refaire en même temps que vous. J'ai le vague souvenir que cette grille avait fait renâcler Tant-Bourrin. Il se tenait sur le reculoir. Il avait fallu l'aiguillonner dans la montée. C'était bien évidemment la faute à mes définitions méchamment Capello-tractées ! Comme si l'animal était blanc-bleu et innocent comme le poulain qui vient de naître, sur ce sujet ?!?!

Donc Tant-Bourrin est hors-concours, bon courage aux autres, et les solutions me parviennent par mail . Comme d'hab'...

Lire la suite

vendredi 12 mai 2006

Tant-BourrinAntivirus

Qui n'a jamais eu, au moins une fois dans sa vie, de petits soucis informatiques ? Qui n'a jamais été infecté par un virus ou un cheval de Troie semant la panique sur son disque dur ? Hein ?... Répondez pas tous à la fois ! ;~)

Ayant eu moi-même l'autre jour un tout petit souci (la mise à jour automatique de mon antivirus ne fonctionnait plus, suite à une mise à jour de Windaube XP), j'ai eu l'idée d'écrire une petite parodie sur ce thème en modifiant très légèrement le texte de "Antisocial" de Trust (que Bernie Bonvoisin me pardonne !)

Les paroles originales sont ici.

Allez, poussez à fond le son de vos enceintes !

Musique !

Lire la suite

jeudi 11 mai 2006

Saoul-FifreNiark niark (2)

Finalement, comme vous m'avez bien tous gâvé à vouloir me faire passer pour un mouton qui saute sur la première mode venue, j'enfonce le sudoklou : et une petite grille ! On dit merci qui ? Merci Blogborygmes !! Meuh non, je déconne, la voilà, la suite des aventures de Zoulikha ! On dit merci qui ? Non, là, j'en demande peut-être un peu trop...

Lire la suite

mercredi 10 mai 2006

Tant-BourrinNuages

La photo est ancienne déjà, en noir et blanc. Quatre gamins y posent dans la lumière d'un après-midi d'automne, sur les graviers d'une petite cité HLM de banlieue ouvrière. Mes frères, ma soeur et moi.

J'ai gardé des souvenirs immenses de cette époque. Tout me paraissait alors simple et solide. Solide comme la main de mon frère aîné que je tiens sur la photo. Solide comme les cailloux, innombrables et éternels. Solide comme les murs de la cité, construite vers la toute fin des années 50. Solide comme mon père qui prenait la photo.

La vie se résumait alors à des choses évidentes, bien tracées, aux jeux, à l'école, aux goûters... La réalité était la réalité, point barre. Les secondes étaient des années.

Le tout premier coin enfoncé dans cette sérénité, je m'en souviens comme si je le revivais, fut la découverte, un jour, d'une petite tête de mort en plastique - vraisemblablement un bout de porte-clé un peu macabre - au milieu des graviers de la cité. Je ramenai mon trophée à la maison, à la fois fier et intrigué, pour demander à ma mère ce dont il s'agissait. Un peu embarrassée, elle répondit que quand on était très vieux, on mourrait et que l'on devenait comme ça. Et là, horrifié (non par le concerpt de mort mais par la perspective de ressembler un jour à cette face grimaçante), du haut de mes cinq, six ans, je lui répondis que non, pas moi, on me ferait plein plein de piqûres et que je guérirais et que voilà.

Et je repartis dans mes jeux, retouchai du doigt la solidité du monde, et bien vite j'oubliai complètement cet épisode.

Et puis la mort, la vraie, pas celle de plastique, vint cueillir année après année quelques fleurs dans le jardin familial : une arrière-grand-mère, un grand-père, une autre arrière-grand-mère... Le poison instillait ses effets délétères. Les certitudes vacillaient et, vers treize, quatorze ans, je m'interrogeais de plus en plus souvent sur le sens de tout ça, de ce temps présent qui devenait passé avant même qu'on ait pu le saisir, de cette étrange dimension unidirectionnelle et impalpable. La réalité même de la vie ne me semblait plus si patente.

Et peu après, il y eut le premier infarctus de mon père. Et les cailloux se firent encore moins solides.

Je me réfugiais de plus en plus dans des mondes oniriques, je découvrais alors la poésie, celle qui me parlait une langue inconnue et que je comprenais pourtant, celle qui faisait voler les cailloux.

Apollinaire, bien sûr, dont je buvais les "Alcools" à la régalade.

Et puis Jules Supervielle.

En relisant l'autre jour "Les amis inconnus", j'ai mesuré rétrospectivement à quel point j'avais pu, adolescent, m'imprégner de sa poésie, à quel point les mauvais vers que j'essayais alors moi-même d'écrire transpiraient maladroitement la tentation inconsciente d'imiter son style.

Son poème "le nuage" me touchait tout particulièrement...

        Il fut un temps où les ombres
        A leur place véritable
        N'obscurcissaient pas mes fables.
        Mon coeur donnait sa lumière.

        Mes yeux comprenaient la chaise de paille,
        La table de bois,
        Et mes mains ne rêvaient pas
        Par la faute des dix doigts.

        Ecoute-moi, Capitaine de mon enfance,
        Faisons comme avant,
        Montons à bord de ma première barque
        Qui passait la mer quand j'avais dix ans.

        Elle ne prend pas l'eau du songe
        Et sent sûrement le goudron,
        Ecoute, ce n'est plus que dans mes souvenirs
        Que le bois est encore bois, et le fer, dur,

        Depuis longtemps, Capitaine,
        Tout m'est nuage et j'en meurs.

Les mots de Supervielle m'habitaient, m'habillaient, je me sentais moins seul, moins nu. Le monde réel n'était plus mien qu'à mi-temps, cette vie dans laquelle j'étais si peu à l'aise, je la réinventais sur des bouts de papier. Et puis...

Et puis le temps a passé, comme un nuage. J'ai refermé un jour le cahier où j'écrivais mes poèmes. Le coeur s'est endurci ou, tout du moins, a fait semblant. Pour se protéger. Pour survivre. Etudes, boulot, routine.

Des années comme des secondes. La tête toujours un peu ailleurs. A côté de la vie.

Jusqu'à ce jour de novembre 2004 où les cailloux se sont évaporés.

Mon frère aîné et moi étions descendus de Paris pour aller enterrer mon père. Et en arrivant chez ma soeur qui habite à deux pas de la vieille cité, tout avait changé. Les murs si solides n'étaient plus là, juste des gravats.

La démolition de la cité était prévue depuis un certain temps déjà, mais le mauvais hasard avait voulu tout s'écroule en même temps : la cité, mon père, les bribes du passé... Poussières. Tout s'envole un jour en un nuage de poussières.

Une pellicule de grisaille sur une vieille photo...

        Depuis longtemps, Capitaine,
        Tout m'est nuage et j'en meurs.

mardi 9 mai 2006

Saoul-FifreNiark niark

Je suis tellement ravi-ravi de ma césure juste après le gag du croissant de Zoulikha que je vais vous laisser baver devant encore un peu. En bon français, vous attendrez encore 2 jours la suite.

Si tout se passe bien.

Il n'y avait aucune urgence, mais je tenais à faire des excuses publiques à Tant-Bourrin. C'est bien du temps gâché, je suis d'accord avec vous. Mais je suis un mec comme ça. Il y a quelques temps, je lui avais demandé par mail s'il s'était mis aux Sudokus. Il faut vous dire que ce gars est sorti avec succès de mat' sup' (maternelle supérieure), enfin : son instit l'a poursuivi avec sa règle mais n'a pas réussi à le rattraper, bon, tout ça pour dire que je suis très attentif à ses avis éclairés sur tout ce qui est un peu matheux sur les bords, et même au milieu. Il m'a répondu un peu laconiquement (je vous fais un copié-collé) :

J'en ai fait deux ou trois par curiosité... Il faut surtout travailler avec méthode en cherchant la case où tu peux éliminer toutes les possibilités sauf une...

Sans réfléchir et bêtement, je lui ai répondu :

T'en sais pas plus que moi, quoi q:^) ?

Le ridicule ne tue pas, heureusement ! Le connaissant, j'aurais dû étudier avec un peu plus d'intérêt sa réponse. Je viens enfin de comprendre ce qu'il a cherché à me dire. À force de me creuser le ciboulot et au prix de grosses encéphalalgies, j'ai fini par mettre au point une technique qui me permet de résoudre la plupart des sudokus d'une manière quasi mécanique. Appelons-la "méthode Tant-bourrin" car son maître mot c'est

élimination

On commence le Sudoku de manière classique, en plaçant les quelques chiffres "évidents", déduits des croisements des lignes et des colonnes, dans le but de faciliter un peu le travail suivant, très contraignant.

Ensuite on recense toutes les possibilités de chaque case, secteur par secteur (carré par carré). On prend un secteur, et on dit "1", ha c'est bon, il est déjà dans le secteur. "2", en cherchant les "2" qui sont dans les 3 colonnes et les 3 lignes qui délimitent le secteur, on peut éliminer des cases. On écrit un petit "2" au crayon dans les cases où le "2" est possible. On fait comme ça pour toutes les cases de tous les secteurs. On se retrouve avec tous les chiffres possibles, et après on ne travaille plus qu'avec la gomme . Si un chiffre est tout seul dans sa case, c'est le bon : ça veut dire que les autres sont "mauvais", on ne réfléchit même pas, on l'écrit avec un beau feutre noir, il est définitif ! S'il y a d'autres chiffres dans la case, mais que lui est seul de son espèce dans le secteur, dans la colonne ou dans la ligne, il est "bon" itou !

Règle très importante et qui permet de gagner un temps fou : dès qu'on a trouvé un chiffre définitif, un "2", par exemple, gommer soigneusement tous les 2 crayonnés de la ligne, tous les 2 de la colonne, tous les 2 du secteur. Vous y verrez plus clair. Soyons honnêtes, la méthode ne suffit pas pour les Sudokus démoniaques ou diaboliques dont les auteurs sadiques ne vous donnent que 20 ou 22 chiffres sur les 81 à trouver. Il faut user alors de trucs autrement subtils.

Je me soupçonne d'avoir gonflé à l'hélium un pourcentage assez élevé de lecteurs avec ce billet prise de tête, mais si j'ai pu en aider 2 ou 3 ? Et si 2 ou 3 peuvent m'aider à progresser ?

Je ne m'ennuie pas encore avec ce jeu de ouf, mais je sens que ça ne va pas tarder...

lundi 8 mai 2006

Tant-BourrinLâche du mou, Linette !

La gentille Linette appela l'Elysée
Car son mari mangeait bien trop de cochonnaille :
"Monsieur le Président, vous seriez avisé
D'imposer par la loi de réduire la taille
De tous les saucissons. Sus au gras, incisez !"
Son mari se morfond : si ça marche, aïe, aïe, aïe !

Moralité :
Oh, cata ! Linette appela Chichi :
"Ecourte la mortadelle, Chichi !"


dimanche 7 mai 2006

Saoul-FifreZoulikha (1)

Bon, j'aime pas beaucoup couper les textes mais celui-ci est un peu long. Qui c'est le blog qui coupe les nouvelles en tranches ? Ha oui : Matthieu ! C'est bon, j'ai ma caution morale, je peux y aller. C'est qu'en 2 morceaux, ça va ? Ce texte est un de mes premiers textes en prose, il parle d'une chatte que j'ai beaucoup aimé, je suis très sérieux, là, alors les gloussements débiles au fond de la salle, s'il y avait moyen qu'ils cessent ? Merci beaucoup. Oui, c'est une histoire vraie, je l'ai entièrement reécrite pour des raisons que je n'ai pas envie de vous dévoiler, l'ai enveloppée de gros mensonges, mais les sentiments exprimés sont plus authentiques que nature. Je la dédie au Maréchal, et puis non, à Mamasha , plutôt... Et puis, ho, allez, à tous les 2, battez-vous, le meilleur repart avec la dédicace...

Lire la suite

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 >