Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 21 septembre 2010

AndiamoButterfly

Constant Maloine avait tout pour être un homme heureux ! Trente-sept ans, taille moyenne, petite moustache bien entretenue, de très solides études l’avaient mené à occuper un très important poste d’agent de change pour la très sérieuse compagnie « Suez and consorts ».

Il avait épousé dix ans plus tôt, en 1901, la douce Edmonde, de cinq ans sa cadette.

Une jeune provinciale comme on disait alors, originaire de Nuits-sous-Ravières, une bourgade de l’Yonne, aux portes de la Bourgogne.

Elle en avait conservé un léger accent, roulant gentiment les « R ». Cela lui donnait un charme qui émouvait Constant.

Une jeune fille très « comme il faut », élevée chez les religieuses de la congrégation des filles de la charité. Elle en avait gardé cette modestie, ces gestes mesurés, et cette parole rare, qu’on leur enseignait dans ces austères institutions. Le regard baissé, les mains croisées devant elle, comme pour préserver sa précieuse virginité !

Edmonde était la fille de Rosalinde, une amie de sa mère. Elle avait été présentée à Constant, lors d’un goûter que sa chère Maman donnait régulièrement, et qui réunissait des connaissances de la chère vieille dame. Le jeune homme un peu timide qu’il était alors avait été immédiatement séduit, et il semble bien que la réciproque fut vraie.

Le mariage avait été célébré dans la plus stricte intimité : l’oncle Adrien, le frère de son père ; Rosalinde, la maman de la mariée ; ainsi qu'Anaïs sa sœur cadette ; la mère de Constant, veuve éplorée d’un capitaine de dragons : Anselme, mort à Sedan en octobre 1870, alors qu’elle attendait le bébé.

Anselme avait été un militaire courageux, intrépide. N’était-ce pas lui qui, le 20 octobre 1870, avait lancé sa compagnie de dragons, sabres au clair, contre les canons de sa majesté le Konprintz, devant les murs de Sedan ?

La charge de cavalerie avait littéralement été éparpillée, par les charges des bouches à feu, mais que peut un valeureux cavalier, si courageux soit-il contre un obus de « 90 » ?

L’oncle Adrien, lui, avait été réformé, à cause ou grâce à ses pieds plats. Homme d’affaires fort peu avisé, il avait acheté en 1879 de « l’emprunt Panama », initié par le très sérieux Monsieur Ferdinand de Lesseps, le génial ingénieur qui avait mené à bien le percement du canal de Suez. Et qui voulait réitérer son exploit, en entreprenant le percement d’un canal, reliant l’océan Atlantique à l’océan Pacifique, en territoire colombien.

Muni des précieux coupons, il bramait haut et fort que bientôt il serait un rentier heureux. Dix ans plus tard, il devait déchanter de belle manière ! Depuis, il avait trouvé un emploi de « gratte-papier » chez un notaire cacochyme de la rue Rambuteau, dans le IVème arrondissement.

Constant, en homme avisé, de surcroît « bien placé », avait acquit en août 1906 une conséquente poignée d’obligations baptisées : "emprunt Russe"…

Du solide ! Le très sérieux et populaire Tsar Nicolas II s’en portait garant en personne… Alors !

Tout aurait été pour le mieux en cette douce année 1911 : une bonne place, des revenus conséquents, un bel appartement au second étage d’un immeuble haussmannien rue Coquillière, dans le très huppé deuxième arrondissement.

Une épouse dévote sans être bigote, ne manquant jamais la grand’ messe du Dimanche matin, en l’église notre Dame des Victoires, toute proche.

Lui-même se rendait à pied chaque matin au palais Brogniard, en empruntant la rue des Petits Champs, puis la rue des Victoires, pour se retrouver rue du Quatre Septembre. Négligeant les « sapins », nom populaire que l’on donnait aux fiacres, ainsi que le tout nouveau « métropolitain » de la compagnie du chemin de fer métropolitain de Paris (CMP), dont quelques lignes venaient d’être mises en service. Quant au reste du réseau actuellement en construction, il occasionnait une gêne si considérable, que notre brave Constant se demandait si tout cela était bien nécessaire !

Parfois, il lui arrivait, certains dimanches de printemps, d’aller en compagnie de son épouse flâner sur les grands boulevards.

Ils empruntaient la rue du Louvre, puis la rue Montmartre, pour se retrouver boulevard Poissonnière, et là, tranquillement, ils remontaient parfois jusqu’à la porte Saint-Denis.

Tout au long du chemin, ils se régalaient du spectacle de la rue, les bateleurs, les « forts » et leurs haltères, les briseurs de chaînes, et même des montreurs de singes, ainsi que des toutous savants.

Ils s’asseyaient à une terrasse, Edmonde commandait un thé, Constant un bock de bière, puis ils repartaient tranquillement. Parfois, quand Edmonde était un peu lasse, ils rentraient avec l’omnibus, sorte de grosse diligence à impériale, tirée par quatre chevaux de trait.

Tout aurait été pour le mieux, disais-je, si son épouse s’était montrée un peu plus lascive dans les jeux du déduit !

Sa stricte éducation, due au long séjour chez les sœurs, ne lui avait apportée qu’indifférence pour les choses de l’amour. Ainsi, elle obligeait Constant à éteindre le bec de gaz chaque fois qu’il voulait « faire la chose ». C’est de cette façon qu’elle désignait l’acte d’amour.

Et pire encore : jamais au grand jamais, elle n’avait retiré sa longue chemise de nuit, en fin coton brodé, pour accomplir l’acte amoureux ! Constant en était réduit à de hasardeux tâtonnements dans les replis de ce qu’il appelait : « la camisole » ! Et, bien entendu, il lui fallait impérativement disposer une serviette « nids d’abeilles », ceci afin de ne point tacher le drap ! Autant de contraintes qui l’exaspérait et, disons-le franchement, seraient venues à bout des plus viriles ardeurs !

Il aurait aimé pouvoir admirer ce corps souple et gracieux qu’il devinait lors de ses brèves étreintes, la regarder également lors de ses ablutions dans le grand tub en fer blanc étamé.

Mais hélas, il n’avait pas le droit de pénétrer dans l’exigu cabinet de toilette lors des grandes ablutions hebdomadaires. Il la voyait faire chauffer l’eau dans un grand faitout, puis la verser dans le joli broc en faïence de Moustier. Mais au moment de franchir la porte du cabinet, elle le repoussait gentiment, en faisant non de la tête.

Jeune homme, il était allé maint fois au « Chabanais », une maison de tolérance comme on les nommaient à l’époque, pas moins de trente-cinq « pensionnaires » animaient les soirées parisiennes !

Tout un monde ! La baignoire de verre, que le Prince Edouard VII faisait remplir de champagne !

Le palais des glaces, une chambre garnie de miroirs du sol au plafond : à deux, on s’y croyait en pleine partouse !

La suite du Cheik, un décor des mille et une nuits, avec les pensionnaires déguisées en princesses Berbères. Et puis surtout : le cabinet des spécialités, où trois pensionnaires masquées vous faisait faire le tour du Bosphore, la visite de Sainte Sophie, sans oublier l'ascension du grand minaret, en une heure seulement, mais quelle heure !

Certains soirs, en rentrant du palais Brogniart, il aurait bien fait un détour par la rue Chabanais toute proche, mais il y renonçait chaque fois, espérant que son épouse….

Edmonde s’était trouvée depuis peu, une vocation pour une œuvre de charité. Ainsi, chaque après-midi de la semaine, elle se rendait à Notre Dame des Victoires, et là, près de la basilique, dans un petit immeuble, au sixième et dernier étage, elle retrouvait d’autres femmes, bourgeoises un peu coincées, en mal de ragots, pour des travaux de broderies. Ces ouvrages étaient ensuite vendus. Les bénéfices allaient aux nécessiteux des bons pères blancs, qui veillaient sur la santé et les âmes de nos chers indigènes.

Elle s’imaginait, dans sa candeur, les dangers encourus par ces braves missionnaires, perdus au milieu des tribus cannibales, dispensant la bonne parole, baptisant des villages entiers, leur apportant « la bonne religion » et les bienfaits de notre magnifique civilisation occidentale…

Enfin, un après-midi, après avoir encore essuyé la veille un refus de son épouse au prétexte de migraines tenaces et lancinantes, Constant, alors qu’il descendait la rue des Petits Champs, bifurqua sur sa gauche et emprunta la rue Chabanais !

Il s’arrêta devant le numéro 12, frappa : on lui ouvrit, il entra.

Même ambiance feutrée que quelques années auparavant. Les lourdes tentures de velours pourpre, surchargées de passementeries : pompons et franges dorés, cordelettes tressées, et puis aussi les canapés Louis Philippe, les chaises longues style Récamier, sur lesquelles trois ou quatre hétaïres fort peu vêtues étaient langoureusement allongées...

Derrière son haut bureau, juchée sur un tabouret : Madame Marthe, la sous-maîtresse, qui tenait « ses filles » d’une main de fer ! Elle avait pris du galon, la petite Marthe, il lui avait fallu en arpenter des kilomètres de pavés à « Mama la ventouse », comme on la surnommait alors, avant d’en arriver là ! Maintenant, c’était une « gâtée », comme on appelait alors les anciennes prostiputes, arrivées à ce stade.

- Monsieur Constant, ça faisait bien longtemps !

- Chuuuut ! rétorqua ce dernier, mettant son index en travers de sa bouche, afin de lui signifier le silence. Bonjour Madame Marthe, Lucette est toujours là ?

- Non Monsieur Constant, elle a fait un beau mariage… Un ministre à ce qu’il paraît ! Par contre, nous avons une nouvelle : Miss Butterfly, une perle rare, si je puis vous conseiller….

- Je vous fais confiance. Toutefois, pouvez-vous me prêter un loup : j’aimerais, maintenant que je suis marié, rester discret.

Le visage masqué, Constant se rend au premier étage, pousse la porte du cabinet du cheik, entre…

Paresseusement allongée sur un sofa de velours rouge, une femme jeune, magnifique, le visage couvert d’un masque en forme d’ailes de papillon, le regarde. En s’approchant, Edmond remarque, au-dessus de son sein gauche, une tache de naissance légèrement rosée, cette marque a la forme d’un petit papillon.

- Butterfly ? interroge-t-il, désignant le petit papillon.

Pour toute réponse la jolie femme hoche la tête affirmativement. Les instants qui suivent transportent Constant au septième ciel et même au-delà !

Constant est dans tous ses états, il ne peut plus sortir Miss Butterfly de son esprit, aussi deux fois par semaine se rend-il au numéro 12 de la rue Chabanais. Cette créature l’a littéralement envoûté. Ah ! On est loin de la prude Edmonde et ses travaux de broderies, songe notre débauché débridé.

Dimanche matin, sa tasse de thé avalée, Edmonde comme chaque semaine a fait chauffer l’eau dans le grand faitout, puis l’a versée dans le joli broc en faïence de Moustier.

Elle est entrée dans l’exigu cabinet de toilette, a tiré la porte, elle s’est entièrement déshabillée, puis lentement, elle a fait couler l’eau chaude sur son corps superbe. L’eau ruisselle sur ses seins et contourne la légère protubérance, que forme la jolie petite tache rosâtre représentant un petit papillon…. Juste au-dessus de son sein gauche.


(Ch'tiots crobards Andiamo)


Lorsque ce billet paraîtra, je serai absent (encore des vacances... Fait ch... la retraite !) Si vous me faites le plaisir de commenter, je répondrai dès mon retour, MERCI.'' ''(sauf si je trouve un sémaphore)

vendredi 17 septembre 2010

Saoul-FifreMaltraité

- Alors, bientôt maltraité ?

- Ah, il me reste encore deux ans à tirer, avec la déforme de l'autre, là ?

- Oh lui, c'est dans un an et demi qu'il la prend !

Je suis d'un peu loin cette histoire de retraite qui passe en ce moment au parlement. C'est pas que je me sente concerné vu que j'ai tellement travaillé au noir que quand j'aurai accumulé mon nombre de trimestres officiels exigés, il n'est pas certain que je sois encore là pour en profiter. Mais que ça ne m'empêche pas d'avoir un avis.

D'abord, il y a plein de gens qui sont ravis de leur sort, ravis de leur vie, de leur activité professionnelle, qui ne comptent s'arrêter qu'au seuil de leur mort ou de leur incapacité définitive. Ceux là, ben, puisqu'on nous parle de système solidaire, et puis c'est tellement rare des gens heureux, pour ceux-là on n'a qu'à pas parler de retraite, pas fixer de date, rien leur donner, on va économiser un max, puisqu'on est dans une logique strictement financière, me semble t-il ?

Ils toucheront quand ils s'arrêteront, pas avant. Non mais vous imaginez la mère Bétencourt toucher sa retraite à 62 ans et continuer parallèlement à toucher des jetons de présence en diamants ? Et nos hommes politiques ? Ils vont continuer à nous faire tourner les sangs jusqu'à des quatre-vingt-dix piges et cumuler leurs retraites d'adjoint, de maire, de député, de ministre et de sénateur ? Non non non ! Ou tu t'arrêtes, ou tu touches, mais pas les deux. On est bien d'accord : tu ne veux pas prendre ta retraite ? C'est ton choix libre et réfléchi ? Alors tu t'assois dessus.

C'est valable aussi pour les acteurs célèbres, les vedettes de la chanson et pour tous ceux qui ne peuvent vivre sans le shoot d'adrénaline que leur procure leur travail. Vous imaginez l'argent qu'on va économiser en ne leur versant pas un centime ? C'est que c'est souvent des gros salaires et donc des grosses retraites ! Oui je sais : je suis d'un naturel optimiste et je cause comme si que mon projet de loi était déjà accepté.

Il est pourtant pas mal, mon amendement ?

Au lieu de ça, à qui ils s'attaquent, les ceusses au pouvoir ? Toujours aux mêmes, selon le vieil adage qui dit qu'il vaut mieux en prendre un peu à beaucoup que beaucoup à quelques uns : aux couches les plus pauvres de la société (oui, voilà les matelassiers qui passent). Car bien évidemment, sinon ça ne serait pas drôle , les ouvriers vivent moins longtemps que leurs chefs, et en moins bonne santé.

D'autre part, on nous bassine avec l'augmentation de la durée de vie pour nous expliquer qu'il faut travailler plus longtemps (merci Strauss Kahn, entre autres !), mais comme on parle de travail, il vaudrait mieux parler d'espérance de vie en bonne santé , un concept mesuré depuis peu, grâce à l'OMS mais sur lequel nos politiques savent être discrets.

Vous comprendrez pourquoi en vous penchant sur ces chiffres. Les gurus actuels qui nous promettent à tous de devenir centenaires ne nous précisent pas dans quel état. En Italie par exemple, pour les hommes et les femmes, la courbe de l'espérance de vie en bonne santé est en train de s'inverser. En Allemagne elle est descendue en 2005 à 55 ans. Chez nous, elle tourne autour de 63 ans... Mais demain ?

De qui se moque t-on ? Pour des raisons de stricte mécanique financière, et car il est bien entendu que ce sont les revenus salariés qui doivent casquer et non les revenus tabous de la spéculation boursière et capitaliste, on va presser le citron, faire suer le burnous des modernes esclaves jusqu'au bout, jusqu'à leur dernière année encore valide. Ils auront cotisé et travaillé toute leur vie pour un salaire de misère pour mourir ou devenir impotent le jour de leur retraite ? Et encore, ces salauds, ces croque-morts, ces voleurs, ces assassins, ils nous promettent une "resucée" dans quelques années !

Combien de coups de massette encore pour bien enfoncer le clou ? 64 ? 65 ? 66 ? 67 ans ? Et si nous prenions la masse pour bien leur enfoncer dans le crâne qu'on en a marre ?

'tain je me sens devenir révolutionnaire, ça me fait tout drôle j'ai pas l'habitude.

lundi 13 septembre 2010

Tant-BourrinL'avenir n'est plus ce qu'il était

9 septembre 2023

Mes travaux sont sur le point d’aboutir. Premier essai prévu demain matin : le couronnement de plus de dix ans d'efforts. D'ici là, je dois procéder aux ultimes vérifications. Dans moins de vingt-quatre heures, je deviendrai le premier homme à voyager dans l'avenir.

Lire la suite

jeudi 9 septembre 2010

AndiamoSidonie

Pour être une belle fête, ça allait être une belle fête !

Soixante ans, la retraite, ça se glorifie, c’est une date importante, et puis notre chère Sidonie le méritait bien.

C’est ce que pensait Valérie en préparant la liste des gens qu’elle allait inviter afin de célébrer l’évènement.

Lire la suite

dimanche 5 septembre 2010

Saoul-FifreWonderblogworld

Le monde féerique et épastrouillant des blogs.

Perso je n'ai aucune idée du temps que durera encore cette magie, sûrement moins que les contributions, ni si elle aura relevé ne serait-ce que d'un quart de poil de cul la conscience planétaire, ça se saurait, mais une évidence devenant certitude surnagera dans la mer des questionnements inutiles : jamais je ne regretterai les rencontres savoureuses que m'aura valu ce simple petit fait d'écrire des conneries sur le Net en lecture ouverte avec réactions écrites autorisées.

Un exemple bien représentatif de ces collisions/collusions éminemment positives, c'est celle avec Croukougnouche et son artiste/artisan/compagnon de V. (comme Valeureux). L'affaire date d'un an à peu près, je rentre de congés et je ne sais pas ce qu'ont pu gambiller pendant mon absence mes deux alcooliques, Tant-Bourrin et Andiamo, mais Blogborygmes est pris d'assaut par des commentaires issus - non, pincez-moi et dites-moi que je rêve - de blogs de filles !!! Je clique, je lis consciencieusement, je regarde en fait, car il y a surtout des photos, de fleurs, de chatons, les couleurs sont flashies, nous sommes effectivement tombés au beau milieu d'un nid de blogs de filles !

Je pense que le plus sage est d'appeler les pompiers pour le faire détruire. Elles font que s'embrasser en pleurant de bonheur ou en riant de leurs souffrances. Ça parle beaucoup de bébés plus beaux les uns que les autres mais on en voit jamais les photos, on est obligés de les croire sur parole car internet c'est plein de pédophiles et ça craint vraiment du boudin ! Elles se déguisent en fées, ou tiens : en princesse, ou allez : en bergère/jardinière !

Portraits rêvés, virtuels ou sincères, intimistes ou secrets, les blogs, de filles ou de garçons, sont avant tout des re-créations du monde et des récréations entre deux tranches horaires de boulot, pour les enfants que nous sommes restés. Dans le lot de blogs découverts à cette époque, celui de Croukougnouche me sidéra très vite par sa créativité tous azimuts.

Les chatons ? Présents !
Les fleurs et les papillons en photos-macros ? Présents !
Les recettes végétariennes ? Présentes !

Pas l'ombre d'un doute, Croukougnouche est une fille et, même si ça m'arrache la langue de l'avouer, moi qui préfère taquiner que complimenter, une tout à fait belle fille ! Mais pas que. Et tout est dans le "pas que". Elle fait tout sur son blog, tout est d'elle ! C'est pas le genre à récupérer des tableaux ou des poèmes à droite à gauche chez les autres. Au début j'avoue que j'ai eu du mal à croire à ce talent multiforme, à admettre qu'une seule personne était l'auteur de ces textes poétiques, ciselés apparemment avec facilité, au fil de l'inspiration... Que la même personne était dotée également d'un coup de pinceau magistral, d'un sens de la couleur épatant, osant les contrastes, les formes distordues mais expressives, attirant le regard, pleines de sens... qu'une autre encore, dans un autre recoin d'elle même, adorait les collages, les plaisanteries graphiques, les esquisses, la vivacité du trait...

Continuant l'épluchage attentif de ce blog-artichaut, j'appris, et nous eûmes les photos, que Croukougnouche faisait partie d'une troupe de théâtre de rue, n'hésitant pas à se déguiser en grappe de raisin vinifiée par Bacchus, mais peut-être n'ai-je pas tout compris. Actrice, danseuse, n'y a t-il donc pas de fin à la liste des cordes de son arc ? Non. C'est d'ailleurs grâce à son activité de chapelière que nous nous sommes rencontrés, car elle imagine des espèces de couronnes tricotées très originales, très colorées, inspirées (un peu) des bonnets lapons, qu'elle vous réalisera sur commande et selon vos couleurs préférées. Il me tarde cet hiver pour porter sur mon tracteur la casquette à oreillettes qu'elle m'a concoctée et asseoir ainsi définitivement ma réputation de branque auprès de mes voisins paysans.

Lecteur fidèle, je finis par savoir que le vrai métier de notre artiste, son gagne-pain officiel, était "intervenante musicale dans les écoles".

Musique ??? En plus, elle fait de la musique ? Attends, attends, mais Tant-Bourrin et moi avons de pleins cartons de chansons orphelines, de textes sans mélodies et s'il y a une chose triste à chialer, c'est bien ces pauvres mots avachis sur du papier, attendant la musique salvatrice qui les fera se dresser et se mettre à danser !

Je vous dis qu'elle sait tout faire ! Je lui ai envoyé ce texte et elle m'a posé dessus du premier coup une mélodie jazzie bourrée d'optimisme et elle la chante d'une voix claire, gaie, sincère, convaincue... Je suis aux anges !

Mélodie, accompagnement, interprétation : Croukougnouche
Texte : Saoul-Fifre

Seuls sur le Grand Chemin , un jour sommes partis
Le sol était tout blanc et doux comme un jeudi
Et le soleil si chaud que vite nous avons
Enlevé tout ce que sur la peau nous avions...

Nous partions pour savoir, ta main dedans ma main
Si les couleurs brillaient au bout du Grand Chemin
Si le ciel était d'or, si les arbres étaient bleus
Ou bien si la lumière se séparait en deux ?

Nous sommes seuls sur ce chemin
Nous sommes seuls dans ce grand lit
Nous y marchons avec les mains
Nous y vivons de nos folies
Nous avons tant et tant marché
Ne cherchons pas plus loin l'ourlet
Le vent du soir s'est ramolli
Nous passerons ici la nuit .

Nous partions pour savoir, mes cheveux dans ton cou
Si nos deux libertés se donneraient des coups
Et si l'Amour valait la peine qu'on le prenne
Avec la jalousie à travers les persiennes...

Nous partions pour savoir, ta bouche sur ma bouche
Si nos graines d'Amour pourraient y prendre souche
Si l'on pouvait donner, avec nos petits cœurs
À cet autre, une vie sans haine et sans rancœur...

Nous sommes seuls sur ce chemin
Nous sommes seuls dans ce grand lit
Nous y marchons avec les mains
Nous y vivons de nos folies
Nous avons tant et tant marché
Ne cherchons pas plus loin l'ourlet
Le vent du soir s'est ramolli
Nous passerons ici la nuit .

Nous partions pour savoir, mon corps contre ton corps
Si le bonheur à deux était possible encore
Si le désir de l'autre résisterait longtemps
À la course incertaine sur les chemins du temps ...

Le sable était tout blanc et le soleil très chaud
Nous avons fait l'amour tout au fond d'un cachot
Dans la neige, au sommet d'un pic d'Himalaya
Au large, dans la mer où plus d'un se noya ...

Nous sommes seuls sur ce chemin
Nous sommes seuls dans ce grand lit
Nous y marchons avec les mains
Nous y vivons de nos folies
Nous avons tant et tant marché
Ne cherchons pas plus loin l'ourlet
Le vent du soir s'est ramolli
Nous passerons ici la nuit .

Le vent du soir s'est ramolli
Nous passerons ici la vie.

mercredi 1 septembre 2010

AndiamoJe l'ai vu !

Vous allez me prendre pour un cinglé et pourtant : ça y est, je l’ai vu !

Non, non, ça n’était pas un rêve ! Bien qu’étant couché, prêt à l’endormissement, j’ai été tout à coup ébloui : il était là, au bout du tunnel lumineux !

Pas un grand type avec une barbe blanche, non, Michel Ange a anticipé, déliré, le plafond de la Sixtine, c’est une imposture ! Dieu n’est pas du tout comme cela : il est de taille tout à fait moyenne, et présente un léger embonpoint, ce qui d’emblée me l’a rendu sympathique !

- Bonjour Monsieur Dieu ! lui ai-je dit (un peu intimidé tout de même), à moins que vous ne préfériez que je vous appelle différemment ?

- Dieu me convient, tu peux aussi m’appeler : Jeovah, Allah, Manitou, Zeus, Jupiter, Vichnou, Toutatis, Wotan, Odin, Goth, Quetzalcoatl, à mes souhaits, a-t-il ajouté en riant ! Mais surtout ne m’appelle pas GOD, tu imagines où on le met, ce gode ? Ah ils sont cons ces anglophones ! Ils auraient pu réfléchir avant de me refiler un blase pareil…

- Tu sais papa, je peux t’appeler papa ? Car dans notre prière le : PATER NOSTER, on dit « notre père ».

- Oui, je sais, mais quelle connerie ! Vous m’avez également attribué un fils… Un fils ! Moi qui n’ai pas de femme, faut-il que vous soyez cons, vous, les humains, je ne vous ai rien demandé ! D’abord, dis-toi bien que si la femme était bonne, j’en aurais une !

Et là, il a ri si fort de sa boutade qu’il s’en tenait les côtes.

- Je ne vous ai pas demandé non plus de me construire des cathédrales, des mosquées, ni des synagogues, pas plus que des temples, des pyramides et autres calvaires, encore moins des totems, menhirs, et autres moaïs !

Je vous regarde parfois, depuis des millénaires vous vous échinez à lever des pierres gigantesques, vous vous épuisez afin d’ériger des monuments plus déments les uns que les autres, en MON honneur, pour MA gloire. Tu parles ! Pour la vôtre, tas d’hypocrites ! C’est à ceux qui construiront la plus grande cathédrale, la plus belle mosquée, la plus haute pyramide. Pas pour moi, je vous connais bien, c’est plus pour emmerder le voisin, lui montrer ce dont vous êtes capables. Des mômes vicelards, voilà ce que vous êtes !

Et puis cessez de vous entretuer en mon nom, Got mit hunt, God with us, Allah akbar, Dieu avec nous, je ne suis avec personne, tuez-vous, étripez-vous si ça vous chante, mais de grâce, ne me mouillez pas !

Que vous vouliez le pétrole, l’acier, l’or (quelle saloperie ce métal, si j’avais su !), les diamants, et je ne sais quoi d’autre, je m’en fous ! Mais ne dites surtout pas que c’est en mon nom que vous commettez toutes ces saloperies ! Je suis en dehors de ça... Nom de D....

- Dieu, tu es injuste…

- Quoi ?

- Pardon, je m’égare, mais ne nous as-tu pas créés ?

Alors là, il a été pris d'un un fou rire tonitruant.

- AH ! AH ! AH ! Tu sais comment j’ai créé la Terre ?

- Ben non…

- Un jour, je m’emmerdais ferme dans ce vide, alors j’ai commencé à fourrager dans mes fosses nasales.

- ? ? ? ?

- Et j’ai roulé entre mon pouce et mon index le résultat de mes investigations. Puis d’une pichenette, j’ai envoyé balader la boulette ! Une boulette, voilà ce que j’ai fait : une boulette, vous n’êtes rien de plus qu’une BOULETTE !

- Tu sais papa, si nous ne sommes pas parfaits, c’est la faute du Démon…

- Quel Démon ?

- Ben… Le Diable, Sheitan, Iblis, Pazuzu , Belzébuth, Satan, j’chais pô moi, il a plein de noms, un peu comme toi. On lui a même attribué une épouse : Lilith !

A nouveau Dieu est parti dans un immense éclat de rire !

- Mais tout ça n’existe pas ! Réfléchis un peu… Ignare. Décidément vous êtes bien cons les humains. Vous adorez un Dieu unique, et en même temps vous lui flanquez un acolyte peu recommandable, c’est un non-sens, une ineptie, comment serais-je l’unique et en même temps deux ? Tu ne vois pas ?

- Ben non.

- Eh bien, je suis les deux à la fois : Docteur Jekill et Mister Hyde. Ce Stevenson avait entrevu la vérité. Décidément, seuls les écrivains et les poètes ont l’esprit assez ouvert pour approcher la vérité !

Je suis un grand taquin, et quand je m’ennuie, il me plaît assez de venir vous tourmenter, je suis resté, malgré les millénaires qui m’accablent, un grand gamin !

Autre chose avant que tu redescendes, dis aux hommes… Enfin ça m’étonnerait qu’ils t’écoutent, mais dis leur tout de même, qu’ils cessent de culpabiliser avec leur sexe ! Si je vous ai dotés de ce pouvoir magique qu’est l’orgasme, pourquoi s’en priver ?

Et là, devant mes yeux ébahis, il s’est mis à chanter, fort joliment d’ailleurs : le plaisir des Dieux.

- Baisons, baisons c’est le plaisir des Dieux !

Et il chantait si fort, si fort, m’entendez-vous, que ça a réveillé mon épouse qui dormait profondément à mes cotés.

- Mais t’es fou ! Qu’as-tu à gueuler comme ça au milieu de la nuit ?

- EUH... C’est pas moi : c’est Dieu…

- OH LA LA ! Toi, tu n’as pas digéré la choucroute, et puis tu t’es empiffré quand les profiteroles sont arrivées, sans compter le Sylvaner… Mon cochon ! Quant au champagne : tu lui as fait une sacrée bise à la boutanche de rôteuse ! Voilà, tu cauchemardes, vas prendre un Alka-Seltzer et ça ira mieux.

samedi 28 août 2010

Tant-BourrinBrouillon de culture (10)

Revoici "Brouillon de culture", l'émission bloguesque qui rend les internautes moins cons en leur ouvrant l'esprit sur la beauté et la finesse.

Et remarquez comme le temps file vite : il s'agit déjà du dixième numéro de cette remarquable chronique que l'univers entier nous envie. Pour les internautes de passage qui ne la découvrent qu'aujourd'hui et baignent donc encore dans le jus glauque de leur inculture crasse, il reste possible de s'offrir une session de rattrapage en allant dévorer les numéros précédents ici : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8 et 9...

Pour fêter dignement ce dixième numéro, je suis allé quérir dans mon immense bibliothèque trois purs chefs-d'œuvre de la littérature française que tout homme de goût se doit d'avoir lus dans sa vie.

Allez, même si je sais que vous avez facilement le vertige, il est grand temps de vous élever un peu intellectuellement...





Terre des ohms - Antoine de Sainte-Elec-Hucéhéry

Cette œuvre autobiographique, lauréate du grand prix du roman de l'Académie française, relate une série d'événements de la vie de l'auteur datant de l'époque où il travaillait pour la Rhéostale, une compagnie d'artisans électriciens, et aborde des thèmes aussi essentiels que la mort, le sens de la vie, l'amitié, etc. Le cœur du récit de Sainte-Elec-Hucéhéry est son accident en 1935 où lui et son apprenti faillirent mourir électrocutés en intervenant sur une installation intérieure dont la mise à la terre était défectueuse.

C'est d'ailleurs cet événement qui inspirera à l'auteur une autre œuvre magnifique, "la petite pince", dans laquelle il incite tous les électriciens du monde à ne jamais oublier d'utiliser leur pince ampèremétrique.

Quelques citations du livre :

  • « Aimer son boulot d'électricien, ce n'est pas se regarder l'un l'autre, c'est regarder ensemble où l'on fout les doigts. »
  • « Ce que j'ai fait, je te jure, jamais aucune bête ne l'aurait fait : elle aurait d'abord vérifié l'absence de jus. »
  • « Ce qui me tourmente ..., c’est un peu, dans chacun de ces hommes, Mozart électrocuté. »




L'enflure du mâle - Charles Bauderriaire

Ce recueil de poèmes est une oeuvre majeure de Charles Bauderriaire, mais également de la poésie moderne. Il y sublime la fonction érectile du sexe masculin en l'enrobant d'une esthétique nouvelle, dans des poèmes où la beauté le dispute à la force onirique des images.

Voici l'un des plus beaux poèmes de ce recueil....





Autr' races - Corbeille

Cette pièce en vers, dont l'action se déroule dans l'antiquité, narre la guerre fratricide qui éclate entre les proches de l'empereur Nicolus Detritus Sarkosius et les Coriaces de l'opposition. Pour en finir, chaque camp désigne quelques champions qui se battront en combat singulier pour décider du vainqueur.

Mais très rapidement les Coriaces de l'opposition abattent les champions de Sarkosius, en dénichant des malversations qui virent au scandale et causent leur mort politique : Blancus, Joyandetus, Estrosius sont ainsi rapidement mis hors combat. Les Coriaces blessent ensuite gravement Woerthus, un proche de Sarkosius et son dernier rempart. Seul guerrier valide de son camp, Hortefeuxius, en habile stratège, décide de détourner l'attention en allumant un contre-feu : il trouve des boucs émissaires parfaits pour tous les malheurs de la Cité, les Roms, qu'il voue aux gémonies et à la vindicte populaire dans un brillant discours :

Roms, l’unique objet de mon ressentiment !
Roms qu'à tour de bras j'expulse bruyamment !
Roms que j'envoie paître et que mon cœur abhorre !
Roms enfin convoyés vers les aéroports !

L'astuce, bien que grossière, se révèle payante : oublié quelque temps de l'opinion publique, Woerthus peut enfin se relever, panser ses plaies et continuer à batailler pour son empereur blingus-blingus. Les Coriaces, toujours aussi nuls et naïfs, sont bien partis pour perdre encore une fois les élections impériales qui se profilent à l'horizon.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 >