Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 24 mai 2005

Saoul-FifreCons de bêtes

J'aime bien manger du canard (sinon je n'en élèverais pas) mais je ne les aime pas EUX. Je les aime au four, avec des rutabagas. Ça fait péter, les rutabagas, mais c'est très bon, très fin. Il nous faudrait une bonne Occupation pour réhabiliter les rutabagas. Et ceux qui les aimeraient pas, les rutabagas, on leur mettrait un bonnet d'âne marron pour les reconnaître dans la rue...

Vous pouvez leur filer à boire de l'eau propre tous les matins, aux canards, la première chose qu'ils vont faire, c'est de se ranger autour et de chier dedans. Du bucolique le plus pur. Ils la trouvent fade, l'eau. Les poules, elles arrivent après et elle tordent le bec en caquetant leur désapprobation. La poule n'est pas perverse : elle aime l'eau claire. Le canard boit tout ce qu'il mange. Sa cuisine est innommable, mais il fait la cuisine : vous lui donnez une queue d'artichaut, par exemple. Il va la tremper dans sa gamelle pleine d'eau et il reviendra la chercher quand elle sera bien pourrie, bien ramollie. Vous lui donnez du grain, ben il va venir le dégueuler dans son eau pour le réingurgiter après. Les escargots passent au mixer de leur bec, avec la coquille et tout, et puis pareil : on trempe, on mouille, et tout ce qu'on mange, on boit beaucoup d'eau pour faire passer. On ne s'étonne surtout pas d'avoir la chiasse en permanence : foie de canard, il n'y aura jamais de place sur cette terre pour un palmipède constipé ! Tout ça finissant bien sûr... dans la bassine. Et bonjour les regards vindicatifs et les égosillements furax si je veux nettoyer leur chaudron de sorcière puant comme 100 000 diables ! Ce sont des choses qui ne se font pas si l'on connaît et respecte la déontologie canard.

D'une façon périodique rapprochée, il y a embrouille chez les canards. Je n'ai jamais compris pourquoi, alors que la colère ou le désaveu de la poule sont transparents. Les canards se placent en rond et commencent à débattre en faisant de grands gestes du cou, d'avant en arrière et d'arrière en avant, en étendant les ailes, en se dandinant d'une patte sur l'autre, sur place... Il n'y a aucune agressivité précise, ce n'est pas dirigé vers quelqu'un ou quelque chose. Ils font un petit tour sur eux-mêmes, aléatoirement. On dirait une sorte de rituel gestuel, qui leur permet peut-être d'évacuer le stress de la difficulté à vivre en groupe, à supporter la hiérarchie naturelle ? En tout cas, ça couine tant que ça peut. Contre qui ? Contre quoi ? Contre la carence généralisée des postures oppositionnelles, sans doute ? Quand un couple se tourne autour, cherche à fonder quelque chose d'un peu profond, ou quand une cane s'isole pour faire son nid, une ligue se forme pour aller leur expliquer qu'ils menacent la belle homogénéité du groupe. Coups de bec, arrachage de duvet, alors que chez les poules, ces penchants naturels sont respectés même par "les jeunes cons", ces petits voyous de coqs qui débarquent la bitte sous l'aile, prête à dégainer.

J'aime pas les canards. Mais qu'est-ce qu'ils sont bons (avec des rutabagas) !

Par contre, j'aime bien aller chez les poules. La poule est comme le sac d'Hermès : triste mais juste, elle se lève et se couche avec le soleil. Le monde appartient aux poules. Inlassablement, elle gratte : sa journée n'est qu'un long repas, et pourtant elle n'a pas un gramme de cellulite. Suivez le coach ! Son secret ? Mangez par terre, le simple exercice de vous pencher brûlera vos calories excédentaires. Elle en parle à son aise, elle qui est bricolée la tête en bas et les fesses en l'air !? La poule a l'œil sélectif : vous ne lui ferez pas prendre une fourchette pour un couteau. Elle sait très bien que seul le couteau est comestible et qu'il suffit de toc-toquer pour qu'il entrouvre sa coquille. La poule a le bec incisif : elle pique les trop gros grains en leur centre pour obtenir des petits bouts pour ses poussins. Et, régulièrement, en aiguise le fil sur une pierre. Et les autres, là, pfff, avec leur cuillère à purée ?

La poule est une employée modèle sérieuse. On peut compter sur elle pour faire son métier de poule, à savoir : pondre, couver et élever ses petits. Et recommencer. Je parle des miennes, les vraies poules, les races anciennes qu'on se refile sous le manteau à l'intérieur d'un réseau d'initiés très fermé appelé "volaille-connekcheun" dont le mot de passe, cette semaine, est "sélection naturelle". Et on peut aussi compter sur mes coqs pour faire leur métier de coqs, à savoir : confesser les poules au fond de mon jardin.

On ne devrait pas dire "patience d'ange" mais "patience de poule". D'abord, même dans mon réseau, personne n'a jamais vu d'anges en vrai, ces vulgaires imitateurs de poules qui ont des ailes mais ne s'accroupissent pas et qui se collent leur œuf derrière la tête... mais surtout, je vois mal un ange rester 21 jours sur son nid en ne se levant qu'une fois par jour pour manger, boire et chier, le tout en 10 minutes ? Et quand les poussins commencent à naître, elle ne quitte PLUS DU TOUT le nid, de peur qu'on les lui pique. Elles peuvent jeûner des jours, si les naissances sont très échelonnées. Et l'ange, pendant ce temps là, il est où, vous pouvez me le dire ?

Dans le poulailler, aucun poulet n'aurait l'idée saugrenue de s'approcher d'une poule entourée de poussins. Les jeunes cons sont cons, mais pas à ce point là, quand même ? Ce sont des couillus, des obsédés sexuels, mais ils sentent confusément qu'il y a du "Basic Instinct" là dessous et ils n'ont guère envie de se faire crever les yeux ou trancher la carotide. Il y a encore tant de poulettes à baiser... Ce serait dommage... Pour elles...

Une poule qui défend ses petits est terrifiante : elle double de volume en ébouriffant ses plumes et en écartant les ailes de son corps. L'adversaire se retrouve face à Hulk la poule et fuit sans demander son reste sinon c'est l'attaque en piqué du Baron Rouge qui prend le relais. Vient l'éducation des petits. Les mille choses qu'ils auront à apprendre pour survivre. Ce qui est comestible, par exemple... Je lance du grain à la volée. La mère poule, comme on dit, fonce dessus comme un V2, glousse de surexcitation et picore frénétiquement comme un marteau-piqueur. Le touriste citadin de base se dit : "Voilà une mère bien égoïste, la voracité lui fait oublier ses petits". Mais s'il avait aiguisé son regard et affiné son ouïe, il aurait vu la poule saisir un morceau de grain au bout de son bec, LE LANCER à un de ses poussins et lui dire : "voilà la taille de grain qu'il te faut, tu ne t'étoufferas pas avec", et chaque poussin d'attendre sagement qu'elle leur distribue CE QUI SE MANGE. A eux de le mémoriser. Il faudra qu'ils apprennent aussi à se poudrer dans de la terre cendreuse, à se percher, à choisir de préférence des itinéraires couverts pour échapper aux prédateurs, avant de devenir de beaux poulets pour que je puisse inviter l'ami Jean-Luc qui sait préparer une poule au pot "d'un autre monde"...

Car j'adore la poule au pot, mais je l'aime aussi vivante, courageuse, dévouée... et surtout : pas prise de tête !

Les autres poules, les RI492, les sélectionnées, les inséminées artificieusement, qu'on élève entassées dans des univers concentrationnaires, à qui on coupe bec, ergots, ongles pour ne pas qu'elles se suicident mutuellement, celles que vous achetez parce qu'elles sont abordables, quoi, je préfère serrer les dents, ne pas trop y penser et ne pas touiller dans la plaie. Vous n'êtes pas gentils, non plus : dans une économie de marché, le consommateur a un pouvoir de nuisance fantastique : le boycott. Déjà, vous pouvez partir du principe que les nuggets et autres chickensandwiches de chez MacMickey ou Couic proviennent immanquablement de ce genre d'élevages. Et dorénavant, qu'un seul cri s'élève de vos poitrines :

boycot cotcotcot COOODDDEEETTTTT !!!

lundi 23 mai 2005

Tant-BourrinRévélation fracassante : la guerre, c'est moche !

Une vraie bombe journalistique : le New York Times, dans son édition de vendredi, a publié un reportage citant un rapport d'enquête criminelle de l'armée américaine reconnaissant que plusieurs prisonniers avaient été torturés à mort en 2002.

Branle-bas de con-bas aussitôt ce scoop ahurissant révélé au grand jour : kooooââ ?!? Ce n'est dieu pas possible : les Etats-Unis ? l'axe du Bien ? des tortures ? Rôôôôôôôh !!!

Les Nations Unies sont pour le coup très colère : elles ont fait les gros yeux (les Nations Unies ont suivi des cours à l'Actors Studio) et ont jugé dimanche "totalement inacceptables" et "inexcusables" les tortures et homicides américains sur des prisonniers en Afghanistan. Bah dis donc, elles n'y vont pas avec le dos de la cuillère, les Nations Unies ! Le George WC Bouché, il va avoir bien du mal à s'en remettre !

Flash-back : reportons-nous quelques années en arrière, en 1991. Première guerre du Golfe : 18 trous par mètre carré du sol irakien. Un carnage.

Les journalistes, à l'époque, n'y voient rien à redire, et l'intervention se fait sous l'égide des Nations Unies. Non, vraiment, rien à dire, tout est clean...

D'abord, les méchants, c'est les autres qui font rien qu'à envahir le Koweït et à égorger les bébés dans les couveuses. Nous, on est les gentils tout plein. Et d'une.

Et puis on tue très proprement, par frappe chirurgicale : la bombe, une fois arrivée au sol, cherche son chemin vers sa cible (en demandant de l'aide aux passants si besoin est) puis, pensant avoir trouvé son objectif, frappe à la porte, demande poliment "je vous prie de bien vouloir m'excuser, auriez-vous l'obligeance de me confirmer que vous êtes bien un haut dignitaire du régime en place ?", et, en cas de réponse positive, répond "dans ce cas, permettez que j'explose". Boum ! Le haut dignitaire est atomisé, très proprement, sans même tacher la moquette ou les tapisseries. Pas de dégâts collatéraux donc. Une guerre propre. Et de deux.

Bref, les journaleux ont tout gobé, à l'instar d'un troupeau d'oies engraissées en prévision des fêtes de fin d'année : pas la moindre crise de foi pendant le gavage.

Ce n'est qu'après, quand les sables du désert eurent à peu près digéré les dizaines de milliers d'Irakiens envoyés au casse-pipe, quand les ruines eurent mis un patch pour arrêter de fumer, que les journalistes commencèrent à se poser des questions. "Et si nous nous étions un petit peu fait bourrer le mou ?", se demandèrent-ils tout à coup.

Ce fut alors le grand mea culpa, à celui qui s'auto-flagellerait le plus fort en hurlant : "Plus jamais ça ! Nous ne nous laisserons plus manipuler !"

Quel rapport avec les révélations du New York Times, me direz-vous ?

Bof, juste le fait que nos amis journalistes et responsables onusiens poussent des grands cris d'orfraies, s'éberluent de découvrir l'horreur de la torture, la présence de tortionnaires dans les rangs de la plus grande armée du monde, porteuse des valeurs démocratiques et fournisseuse officielle de liberté et de Coca-Cola aux peuples opprimés.

Bah oui, c'est un scoop, ça, Coco : la guerre, ça tue. La guerre, c'est moche. La guerre, c'est "tous les moyens sont bons, surtout les pires". Qui, hormis un journaliste ou un politique, peut encore imaginer qu'une guerre puisse se faire dans le respect de la convention de Genève ? Sans quelques viols systématiques de-ci, de-là ? Sans humiliation du vaincu ? Sans un chouia de torture ? Il faut bien que nos cons battants puissent se détendre un peu en donnant libre cours à leur créativité...

Bref, tout semble porter à croire que certains en sont restés à une image d'Epinal de la guerre à l'ancienne, comme celle de 1870 où les officiers capturés par l'ennemi pouvaient rentrer librement chez eux moyennant la promesse sur l'honneur de ne plus participer au combat (promesse qui était d'ailleurs scrupuleusement tenue). Evidemment, pour la piétaille de base, ce n'était pas vraiment la même chanson : ça commençait déjà à ressembler bougrement aux boucheries des guerres du XXème siècle et d'après. Mais bon, ça avait quand même de la gueule, quoi !

A moins... A moins que, loin d'être naïfs, nos amis journalistes et pontes des Nations Unies ne feignent l'indignation, parce que c'est un exercice obligé et incontournable dans un monde où la tartufferie règne en maîtresse. L'indignation outrée, un bel outil de comm' pour faire accroire que la chose est exceptionnelle et qu'hormi les quelques ballots pris la main sur la gégène, les autres soldats n'ont pas la moindre tachounette de sang sur leur bel uniforme.

Pardon ? Vous avez dit faux-culs ?

Bah, les faucons ont toujours besoin de faux-culs !

dimanche 22 mai 2005

Saoul-FifreLa danse des connards laquais

Ho que voilà une belle transition ! Mon dieu qu'elle tombe à pic (pique ?) avec plein de finesse : au début des années 80, on avait encore la queue coincée sous les flamboyantes seventies mais on ne savait pas que nous galopions déjà vers le consensus mou propice aux affaires. Nous tombèrent dessus une bonne et une mauvaise nouvelle, comme on dit chez rigoler.com Traditionnellement, on commence par la bonne :

  • Le président Francesoir Militairand autorisait les radios libres

Et la mauvaise :

  • Un banc de requins de la variété franchouillarde tentait de, et réussissait à introduire un tube dans le cul des français. Que ce soit bien clair : je n'ai aucune position élito/snobo/intello contre la chanson simple et populaire. Margotte et moi sommes allés récemment à un concert de Michel Delpech et je ne crache pas dans la bouillie : "Un flirt avec Marianne dans l'île de Whight" est vraiment une Oeuvre impérimable ! "Billy le bordelais", "La chenille qui redémarre" "Oune, dos, tres", passez-les moi en boucle, OK mais là, j'ai craqué. Dans "La danse des canards", la musique en vaut une autre mais sous prétexte que "la mélodie, c'est le succès", l'équipe de paro-niais, de pas-reliés (car ils s'y sont mis à trois !) a vraiment frappé bas, très très bas. On peut même parler de non-paroles. Nous étions récemment dans un vrai bal popu aveyronnais et, entre deux bourrées, l'orchestre a joué le morceau. Le chanteur, qui connaissait impeccablement les paroles des autres chansons, avait tellement honte, que, sur les "canards", il a fait Lalalala la les 3/4 du temps.

Parenthèse culturelle : dans les années 40/50, une chanson à succès un peu niaise s'appelait un "saucisson". La forme et la fermeté y étaient déjà mais c'est Boris Vian, directeur artistique chez Philips entre autres q;^) qui fit remarquer que "tube" conviendrait mieux, puisque CREUX .

Le résultat de la bonne nouvelle fut que pendant deux ans, tous les vendredis soirs, avec mon ami le célèbre ténor Jean-Luc V., nous avons déliré dans une émission nocturne. Et comme il fallait meubler, et que Jean-Luc taquinait la guitare avec beaucoup de talent, j'ai déversé ma bile sur la mauvaise nouvelle en écrivant un pastiche en dix minutes sur un mauvais coin de table. C'est pas du Verlaine, d'accord, mais faut dire que j'avais pas d'absinthe sous la main.

C'est la danse des connards
Qui remuent d'autres connards
En chantant des conneries
Qui puent l'képi

Ils ont pris une fanfare
Et des paroliers ringards
Car il n'y a que quand c'est con
Que ça ramène des ronds

Pour bronzer aux Baléares
Et manger du bon caviar,
Il faut bien faire la putain
Sinon on a rien :

Les clients, ils aiment le cul
Et pour pas qu'ils soient déçus
On parle du popotin
Et ça marche bien...

Passe-nous tes pépètes
Donne-nous tes gros sous
Plus la chanson est bête
Plus tu la répètes
Et plus c'est chouette pour nous !

C'est la danse des connards
Des truands du show-bizznard
Des vedettes attrape-nigauds
Des impresarios...

C'est la machine à milliards
La gaieté obligatoire :
On se marre entre copains
En faisant COIN-COIN !

Ce n'est pas un cauchemar
Ça se danse tous les soirs :
Les bourgeois, les intellos
Comme les prolos...

On en mangera pas ce soir
On ne veut plus de canard
Pitié pour nos intestins
Changez de refrain !!

vendredi 20 mai 2005

Tant-BourrinOh noooooo !

Il est des jours où une petite part de votre enfance se détache du mur de votre vie et éclate sur le sol dans un nuage de poussière. Laissez-moi donc vous compter la chose, mais pour cela, revenons quelques années en arrière...

Lire la suite

jeudi 19 mai 2005

Saoul-FifreImmaculée ! Signé : la mouche

Après le premier jet de Tant-bourrin, si puissant dans la pénétration des fondements même de nos demi-blogosphères, je crains que la suite de notre avancée prospective n'aboutisse assez rapidement à une difficulté à pousser plus avant notre désir mutuel de communiquer. Le transit intellectal, privé de débouchés, risque de nous acculer dans une position déséquilibrée intenable sans de multiples et répétées crispations internes. Avec l'assoupissement qui guette, c'est la chair de notre axe réflexif qui se racornit et perd de sa substance dans des baudruches qui ne résistent pas au premier glissement sémantique contenant/contenu. La fonction réveille l'organe et il n'est plus l'heure des relâchements intempestifs. Nous connaissons nos annales sur le bout des doigts et ne sommes pas du genre à faire l'impasse sur des matières à l'examen... Accumulant pointes, saillies, introduisant pour ce faire l'humour gras, au risque de nous enfoncer profondément dans le ridicule, nous ouvrirons aussi nos colonnes aux analyses et aux insinuations de lecteurs qu'habiterait une ardeur durable de bel acabit. Nous serons toujours prêts à recueillir les geysers de vos créativités et à les répandre sur la toile. Là sont les leviers de nos aspirations profondes, des plus linguistiques aux plus pompeuses.

Tendancieusement vôtre
Saoul-fifre

mercredi 18 mai 2005

Tant-BourrinUn message essentiel

Chère lectrice, cher lecteur,

pardonne-moi par avance le ton solennel que je souhaite donner à ce billet, qui se trouve constituer ma toute première contribution à la pensée blogosphérique.

Bien sûr, je mesure - et avec quelle humilité ! - la fate vanité qu'il y a à vouloir délivrer un message essentiel au monde avec pour tout porte-voix un dérisoire blog - que dis-je : un demi-blog dans le cas présent, partagé avec Saoul-Fifre - noyé parmi des millions d'autres blogs.

Mais je mesure tout autant la force indomptable de la pensée, l'irrésistible courant de la parole, l'attraction quasi magnétique du clavier sur mes doigts. Le temps a d'ores et déjà fait choir la neige de la maturité sur mes cheveux et raviné mon front des rides de la sapience. L'expérience a modelé le frêle bambin que je fus pour en faire un homme. Et je me dois de partager le lourd bagage qui est aujourd'hui le mien comme l'ont partagé hier les anciens avec moi.

Aussi, amie lectrice, ami lecteur, comprendras-tu que ce premier billet soit empreint d'urgence. Le compteur de ma vie a beaucoup tourné et je n'ai plus de temps à perdre en de stériles digressions : aller à l'essentiel, toujours à l'essentiel, droit à l'essentiel, telle pourrait être la devise ornant le fronton de ma vie.

Je ne ferai donc pas ici un énième billet pour ne rien dire : quoi de plus consternant que ces blogueurs polissant des phrases sans fin, privées de sens profond, tournoyant sur elles-mêmes à l'instar de maelströms mous et ineptes, ces blogueurs lançant des mots à l'emporte-pièce, en état d'hypnose extatique devant leur propre prose et emportés par elle dans un néant cotonneux, ces blogueurs à la pensée SMS et à l'écriture du même acabit ? En d'autres termes : quoi de plus vide que le vide ?

Point de vide ici : je veux que ce premier billet soit lourd de sens, porteur d'un message universel, charpente d'une philosophie qui - je n'ai pas d'autre ambition que celle-ci - sous-tendra la ligne éditoriale de ce blog. Fi donc des circonvolutions verbeuses, je ne suis pas de ceux qui tournent, tels de médiocres satellites, autour du pot. L'essentiel, vous dis-je, toujours l'essentiel !

Permets-moi toutefois, amie lectrice, ami lecteur, de pouffer sans chercher en aucune façon à masquer mon hilarité inextinguible en songeant à ces pisse-encre, ces diarrhéiques de l'écriture si imbus de leurs propres déjections textuelles (je te prie de bien vouloir excuser cette image passablement audacieuse) qu'ils en oublient jusqu'à l'objectif initial, le piètre message qu'ils souhaitaient délivrer, tout empêtrés qu'ils sont dans les épais cordages d'un style précieux et pompier.

Je rejette tout cela en bloc : je fais simple, direct, efficace, mon message n'en sera que plus percutant. Un premier billet est trop important : le message délivré donne le pouls, le rythme fondamental d'un blog. Clarté, concision, logique, tout doit concourir à rendre évident le message que je vais te délivrer dans ce premier billet.

Car vois-tu, amie lectrice, ami lecteur, je suis un coureur de fond, pas un coureur de forme. Le verbiage creux, les redondances, les discours qui tournent en boucle sans jamais délivrer de message, tout cela m'est inconnu : mes lignes d'écriture sont des lignes droites, je garde l'essentiel en ligne de mire, et mon esprit acéré appuie sur la détente, en laissant aux autres les fariboles.

Voilà, je mets là le point final à cette bien trop synthétique introduction, cette première leçon de vie partagée avec toi. J'ai le sentiment d'avoir été, par souci pédagogique, bien trop simpliste dans mon discours et dans la délivrance de mon message. Je nourris même étrangement le désagréable et obscur sentiment d'avoir oublié quelque chose. Mais baste, point de temps à perdre : l'essentiel, toujours à l'essentiel, droit à l'essentiel.

Je laisse les creuses tergiversations aux autres.

mardi 17 mai 2005

Saoul-Fifre!!Merci

Merci mon chien ?

Oui .

Wiki ?

Oui mon chien . Heu, pardon : merci beaucoup Tant-bourrin pour ta leçon sur les règles de formatage wiki . Ça a l'air de mon niveau, c'est à dire sous les paquerettes écrasées .

  • J'ai édité tout seul ce billet
  • Tout seul, je l'ai édité
  • Hé, dites, hé ? C'est pas rien !

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 >