Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 19 mars 2007

Saoul-FifreGazette de Bleauguebault-sous-Equesta

Kund-foudr / Ka-Raté

Notre charmante (de l'avis unanime de l'Amicale Locale des Aveugles d'un œil et Borgnes de l'Autre) administrée Manou a remporté le mois dernier sa "ceinture de peignoir Petit-Bateau" qu'elle a aussitôt défaite et brandie au dessus d'elle vers le public en signe de victoire. Le final fut éblouissant : elle saisit Maître Michuraghayardi-Meypaghéri par le petit doigt et l'envoya en vol plané, tête la première dans la machine à laver le linge des vestiaires. Puis alla le soigner et le consoler avec beaucoup de sportivité.

Félicitations à notre championne pour son coup de rein plein d'enthousiasme et pour sa rotation du buste joliment et rondement menée, comme on aimerait en voir plus souvent dans des rencontres tristounettes au niveau tirant de plus en plus vers le bas.

Les juges auront noté avec émotion la vigueur et le dynamisme de la montée de torse, l'ampleur de la forme, l'occupation de l'espace, les volumes en équilibre parfait, l'effet diabolique du jeu de jambes et l'imparable bluff de la tension du bassin vers l'avant.

Le clin de 3 ième œil déstabilisant pour l'adversaire fut apprécié et le chakra à 6 pas dans le plexus également. Un branle-bas rapide et précis, exécuté de main de maître au cours d'une mêlée tête-bêche sur le tatami, ne fut pas étranger dans sa saisie d'avantages qu'elle ne lâchera plus jusqu'à l'action finale, précédée par un implacable ciseau au cou entre ses cuisses en tenailles, qui fit rougir son adversaire jusqu'aux oreilles, lui coupa le souffle, le choqua profondément, et le vider, le décharger complètement de son énergie ne fut plus pour elle qu'un jeu d'enfant...

Nous aurons assisté avec délices à une partie jouée finement, Manou nous aura fait partager son style fécond, volcanique, pétri d'esprit et de chair dans d'agréables proportions et nous aura suscité le désir d'à nouveau nous laisser émoustiller par l'ardeur, la chaleur de ces joutes.

Qu'elle jouisse de son triomphe dans ce qui fut vraiment pour les spectateurs une partie de plaisir !

dimanche 18 mars 2007

ManouInspiration pour un billet




recette dédiée à Dan

Ingrédients: (en choisir un ou plus dans la liste qui suit) :

- 1 souvenir
- 1 photo
- 1 chaîne refilée par un blogueur coopératif
- 1 livre
- 1 geste de la vie quotidienne
- 1 article

Préparation:

Quand l’ingrédient est choisi, secouez-le mentalement une paire d’heures. Tapez sur votre micro les phrases qu’il vous inspire. Ebaudi(e), contemplez votre création.

Allez vous laver les mains. Indépendamment du fait que cette action vous permettra de vous sucer le pouce sans risque de choper n’importe quelle gastro, elle vous offrira aussi le recul nécessaire avant les opérations suivantes.

Examinez à nouveau votre embryon de billet, cette fois de façon hystérique : c’est à dire en hurlant « Je n’écrirai plus aucun billet, jamais, jamais, jamais ! ». A cet instant précis, vos proches réclament le droit au sommeil et surtout celui de ne plus vous entendre.

Couchez-vous. Le sommeil porte conseil. Il représente également la meilleure alternative à la malveillance manifeste de votre entourage. Dormez, réveillez-vous, cherchez vainement les conseils, allez bosser et à un moment opportun, revenez devant votre texte. Coupez les imprécisions, coupez les redites, coupez les références politico-érotico-religieuses. Remarquez bien que je ne suis pas contre un peu d’érotisme, mais ne venez pas vous plaindre ensuite d’avoir du mal à vous endormir.

Quand il ne reste qu’une phrase dans votre billet, demandez-vous si elle ne représente pas un ingrédient parfait. Reprenez la préparation au début.

Suggestions:

- Si vous avez l’impression que cette recette « boucle », stoppez le processus avant la coupe des références politico-érotico-religieuses et publiez.
- Si vous n’avez pas l’impression que cette recette boucle, consultez.
- Si vous êtes indifférent au fait que cette recette boucle ou ne boucle pas, vous êtes ma lampe de bureau.

samedi 17 mars 2007

Tant-BourrinThe dream is over

Chères amies blogueuses, chers amis blogueurs,

vous vous souvenez certainement de l'engagement, engageant mais pas engagé, que j'avais pris il y a quelques jours : celui d'entrer, de façon ô combien fracassante, en campagne, avec toute la dynamique des forces progressistes du Parti Blogborygmique à mes côtés.

Mais, comme vous le savez, l'oligarchie politicienne en place tient fermement à deux mains les rênes du pouvoir tout en faisant un bras d'honneur aux hommes nouveaux, pourtant prêts à insuffler une bourrasque salutaire dans les voiles amollies de la société française. Il est donc exigé, pour pouvoir se présenter devant les électeurs, de recueillir cinq cents parrainages auprès d'une caste d'élus dont la morgue hautaine n'a d'égale que la médiocre vacuité.

Mais je ne suis pas homme à reculer devant les obstacles dressés devant moi : je me suis donc lancé à corps perdu dans la bataille, j'ai envoyé des milliers de courriers et suis parti sillonner, quinze jours durant, la France dans toute sa dimension rurale. Dimension rurale qui me tient d'ailleurs particulièrement à coeur et dont j'entendais faire un axe fort de mon action gouvernementale. J'ai envoyé des milliers de courrier et ai sillonné la France, disais-je, pour en récolter la substantifique moelle nourricière d'une candidature gagnante, à savoir des signatures au bas de dossiers de parrainage à l'élection présidentielle, avec l'urgente nécessité d'en glaner le nombre adéquat avant le vendredi 16 mars, hier donc, à 18 heures, date butoir fixée arbitrairement par la clique inique qui tient le pays au creux de sa main.

Cette date étant passée, il est l'heure de dresser le bilan de cette chasse au parrainages. Le voici.

Le mailing auprès de 30000 maires de France a eu un taux de retour de 0,013%. En clair, nous avons reçu quatre réponses.

Dans deux cas, il s'agissait de notre courrier assorti de la mention "n'habite plus à l'adresse indiquée".

Une des deux autres réponses émanait de M. Lataupe, Maire de Miraud-sur-Binocle, mais au lieu de nous retourner le formulaire de parrainage signé, il nous a fait parvenir, visiblement par erreur, une commande de trombones, d'agrafes et de stylos-billes bleus pour les services de sa mairie.

Enfin, M. Bilieux, Maire de Coudsan-sur-la-Trabilère, que j'avais auparavant démarché plusieurs fois téléphoniquement, a fort gentiment pris la peine de joindre à son envoi une lettre dans laquelle il me dit, en substance, que je "les lui broute sévère" avec mes histoires de parrainage, que je peux aller "me faire foutre" et que "voilà ce qu'il en fait, de mes formulaires". Malheureusement, le formulaire de parrainage joint en retour à son envoi est tout froissé et porte de larges souillures marron. Et malgré ma demande d'une analyse ADN pour confirmer que ces souillures pouvaient être assimilées à une signature de M. Bilieux, le Conseil constitutionnel n'a pas accepté de valider ce parrainage, à mon grand dam.

Mes déplacements en personne auprès des Maires n'ont hélas pas connu un succès plus éclatant : mes pneus de voiture ont été crevés à trois reprises à coups de chevrotines, j'ai à deux occasions été évacué par un service d'ordre musclé et, le reste du temps, je n'ai reçu qu'un accueil particulièrement glacial. Il va de soi que tout ceci est le fait d'élus à la solde du pouvoir en place qui use de tous les expédients pour faire barrage à la sève bouillonnante de ma candidature qui monte irrésistiblement dans les branchages de l'opinion publique.

Je tiens tout de même à saluer ici bien bas M. Lecroûton, Maire de Fossile-le-vieux depuis 73 ans et qui m'a très chaleureusement accueilli dans ses locaux. Il n'a pas hésité une seconde a signer mon formulaire de parrainage après que je lui aie hurlé qu'il s'agissait de soutenir la candidature de Tant-Bourrin. Oui, "hurlé", car M. Lecroûton garde bon pied bon oeil malgré ses 104 ans, mais son ouie, elle, n'est plus tout à fait à niveau. Je ne me suis hélas pas suffisamment méfié quand, en me serrant la main avec effusion avant de nous quitter, il m'a dit d'une voix chevrotante d'émotion : "merci jeune homme, c'est un honneur pour moi que de soutenir la candidature du Maréchal Pétain". Ce n'est qu'une fois revenu à Bourrinville que je me suis aperçu qu'il n'avait pas mis mon nom sur le formulaire mais celui de Philippe Pétain, et que sa signature était précédée d'un "vive le Maréchal !" griffonné par sa main arthritique. Hélas, là encore, le Conseil constitutionnel a retoqué ce parrainage en alléguant que l'usage du Typex était formellement interdit sur les formulaires. Cela prouve encore une fois, si besoin était, l'absence totale de neutralité de ce ramassis de vieux barbons à la solde des partis dominants.

Je vous épargnerai les résultats de mon démarchage téléphonique massif qui ne m'a rapporté que trois assignations à comparaître devant le juge d’instance pour harcèlement, ce qui prouve que l'on cherche décidément à déverser l'eau collusoire du déni de démocratie sur la flamme éclatante de la volonté populaire et blogborygmique.

En conséquence de tout cela, hélas, mille fois hélas, vous l'avez déjà deviné, je dois donc vous annoncer une bien terrible nouvelle : je me vois contraint de retirer ma candidature à l'Elysée, cinq cents signatures environ me faisant défaut. Je le sais, c'est un véritable déchirement pour vous tous, qui vous étiez tellement investis dans ce formidable espoir d'une cure de jouvence pour la société française. Le conservatisme au pouvoir aura donc piétiné sans scrupule aucun les valeurs démocratiques pour briser notre marche en avant.

Mais nous avons perdu une bataille de Waterloo mais pas la guerre de cent ans. Le combat va continuer en nous, autour de nous, avec nous. Nous allons hisser haut le pavois vert et orange et creuser et recreuser profondément le sillon du champ politique local jusqu'à atteindre la nappe phréatique de l'adhésion massive d'où jaillira le geyser immense de notre victoire inéluctable.

D'ores et déjà, pour préparer la prochaine échéance, j'ai mis le soutien du Parti Blogborygmique en vente aux enchères sur e-Bay : j'appellerai à voter, pour cette élection, pour le mieux-disant, et la somme récoltée, forcément très élevée compte tenu de notre potentiel de voix, servira au financement de la campagne 2012 (même s'il est vrai que, pour l'heure, les enchères n'ont pas beaucoup monté).



Cliquez sur l'image pour l'agrandir


J'en appelle donc solennellement à chacun d'entre vous : ne désespérez pas, restez fidèles en nos valeurs, gardez la foi en l'émergence prochaine d'une société plus humaine, plus juste, plus démocratique, en un mot plus blogborygmique. Ensemble, nous convaincrons. Ensemble, nous vaincrons. Rien ne pourra jamais endiguer le fleuve grondant de nos légitimes aspirations.

jeudi 15 mars 2007

Saoul-FifreMarc Bellanger

C'est une honte !

Il n'y a pas une photo des œuvres de Marc Bellanger sur Internet ! À part celle que j'ai publiée sur Blogborygmes, et qui n'est pas sa meilleure. Et à ce sujet, précisons que "la main verte" n'est pas de lui mais de votre serviteur.

Lire la suite

ManouLa Paresse (René Char)




Le Moulin

Un bruit long qui sort par le toit ;
Des hirondelles toujours blanches :
Le grain qui saute, l'eau qui broit,
Et l'enclos où l'amour se risque,
Etincelle et marque le pas.


René Char - Commune présence

mercredi 14 mars 2007

Tant-BourrinLa très aventureuse vie du Chevalier de Tant-Bourrin et de son écuyer Saoul-Fifre (Chapitre XII)

(lecture préalable des chapitres I, II, III, IV, V, VI, VII, VIII, IX, X et XI conseillée - Test de connaissances optionnel)

Où le Chevalier de Tant-Bourrin cherche fortune

XIIIème siècle après Jésus-Christ - Quelque part dans le Royaume de France

L'étrange équipage cheminait sur le chemin boueux, au rythme lancinant des "splotch" des sabots de leurs montures dans la gadoue.

En tête, sur son destrier blanc tout crotté, le Chevalier Hippobert Canasson de Tant-Bourrin, la mine défaite, le dos courbé, l'aura aussi déstructurée que son armure qui bringuebalait en anneaux épars autour de son corps. Derrière, sur sa bourrique miteuse, son écuyer Saoul-Fifre, tout moucheté par la fange projetée par les sabots du destrier de son Maître mais que cet état de fait semblait peu déranger, tout occupé qu'il était à ronfler en cuvant sa vinasse.

Tout à coup, le Chevalier immobilisa son destrier, dont le fessier fut heurté par la bourrique miteuse de Saoul-Fifre, livrée à elle-même et qui n'avait pas su anticiper cet arrêt brutal. Le choc déstabilisa l'équilibre précaire de l'écuyer qui chut dans la bouillasse.

- Heyn ? Quoy ? Qu'estoit-ce doncques ?
- Relevois-toi, escuyer à la mordois-moy-le-noeud ! Je faisois halte car le mien estomacque crioit famine. Il estoit temps de fayre une pause et de reprendre des forsces, j'en aurai besoin pour les miennes aventures !
- Byen, Messyre, donnesz-moy alors quelcques écus afin que j'allois quérir des victuailles en le bourg le plus proche, j'aurais tost faict de nous préparer un bon frichety !

Le Chevalier prit la bourse à sa ceinture, l'ouvrit et grimaça.

Lire la suite

mardi 13 mars 2007

Saoul-FifreComptines pour adultes (9)

Manou fait des promesses inconsidérées . Bon, il est exact que personne ne sait précisément si Epictete a répondu à Calune et que ce point de doctrine mériterait une analyse plus poussée ou un témoignage digne de foi. Mais au cas où Manou déciderait de se lancer dans la chanson martiale et de nous filer des frissons partout à coups de grosse caisse et de clairons, j'ai décidé (ma bonne âme me perdra) de lui venir en aide et d'au moins lui éviter l'infamie de prononcer des paroles guerrières.

Comme chantait Barbara dans À mourir pour mourir :

Il est d'autres combats
Que le feu des mitrailles
On ne se blesse pas
Qu'à vos champs de bataille
Qu'à vos champs de bataille

ou bien

Et vivre passionnément
Et ne se battre seulement
Qu'avec les feux de la tendresse...

dans Perlimpinpin

Voici donc une "Marseillaise" plus conforme à son climat d'origine, plus chaude, plus brûlante...

Allons au fond de la matri-ice
Y jouir et puis récidiver...
Contre ta motte, entre tes cuisses
Son grand dard, son gland s'est levé
Son grand da-ard, son gland s'est levé...
Enfoncez-vous dans vos compagnes
Rugissez, Eros est fada
Qu'il vienne juter dans vos doigts
Ou gorger vos fesses de frangipane...

Vos charmes si païens !
Pâmés, nous défaillons...
Tronchons, tronchons !
Que le sang afflue
À nos joues vermillon !

Les autres comptines pour adultes sont ici là-bas là aussi ici itou tout là-bas même là et clique aussi là-dessus

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 >