Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 14 janvier 2006

Tant-BourrinLe bonheur

Voici bientôt deux mois (le temps, à l'instar de bas de mauvaise qualité, file très vite), Twig avait lancé sur son blog un concours de poésie. Mais pas de n'importe quel genre de poésie : il s'agissait de donner dans le genre débilos, et sur le thème du bonheur.

Bon, vous commencez à me connaître : dès qu'un jeu pathétiquement navrant est organisé, même avec un enjeu inexistant, je suis le premier à me précipiter ! Je pris donc ma plus belle plume d'oie et la trempai dans l'encre de l'inspiration la plus débridée pour en tirer le plus beau, le plus émouvant, le plus éclatant des poèmes consacrés au bonheur.

Las, peu après, le verdict tombait : je n'avais pas gagné, mais je me consolais vite en me disant que l'important est de participer (j'ai l'esprit sportif et fair-play), et que l'encore plus important est que le Saoul-Fifre non plus n'avait pas gagné, car là, sinon, j'aurais été vraiment vert !

Et puis je n'ai pas tout perdu : j'ai gardé précieusement par-devers moi mon petit poème débilos sur le bonheur, car je sentais confusément qu'il pourrait me servir à quelque chose un de ces jours.

Et ce jour est arrivé : je n'ai aucune idée de billet digne de ce nom en tête, alors en avant pour...


   LE BONHEUR

   Connaissez-vous un truc meilleur que le bonheur ?
   Moi pas, parce qu'avec le bonheur, on est heureux !
   Je savoure la vie autant que les choux-fleurs
   Qui pourtant, je l'admets, me ballonnent un peu.

   Je me joue des ennuis, des troubles digestifs
   Comme un chaton qui fait mumuse avec sa balle
   (C'est mignon, les petits chatons, moi je les kiffe)
   Et je dis : le bonheur, ouais, c'est trop de la balle !

   D’ailleurs longtemps je me suis levé de bonheur
   Pour tremper goulûment deux ou trois croissants beurre
   Dans mon café au lait : putain, que c'est chouette !

   Bref, vous l'aurez compris : le bonheur, ça me plait,
   Alors que le malheur, ah mon dieu, quelle plaie !
   Conclusion : les tristus, moi je vous dis "pouet, pouet" !

vendredi 13 janvier 2006

Saoul-FifreLes charades belges

Ça devrait vous plaire, vous qui avez le neurone un peu fainéant dans les côtes q;^) ! La charade belge, c'est pas compliqué, on vous donne la réponse dès le début. Pour que vous compreniez bien, et éviter les réclamations bruyantes et les injures injustes, je vais vous donner un exemple de charade belge, choisie parmi les plus célèbres :

Mon premier va çà et là,

Mon second est employé des Postes,

Mon troisième ne rit pas jaune,

Mon quatrième n'est pas pressé,

Mon tout est le plus célèbre auteur de charades belges, VICTOR HUGO.

Vous voyez, ya pas plus simple. Il vous suffit JUSTE de trouver POURQUOI q:^)... Bon, pour la première, je vous aide, mais après, vous vous démerdez. Mon premier est Vic car Vic erre (Vicaire), mon second est Tor car Tor est facteur (Torréfacteur), mon troisième est Hu car Hu rit noir (Urinoir), mon quatrième est Go car Go est lent (Goéland), et mon tout est Victor Hugo (Vic-Tor-Hu-Go). Allez, à vous ! Ce n'est qu'une première salve, il y en aura d'autres, ne soyez pas jaloux, les autres ! C'est pas bien d'envier les gens.

Mon premier draguait à donf.
Mon second prenait son pied.
Mon troisième les tronche tous.
Et mon tout, charade belge oblige, à toute seigneuse, tout honneur, c'est Aglaë !!

Mon premier est fidèle.
Mon second n'avouera jamais les quantités qu'il est capable d'ingurgiter.
Mon troisième est complètement bourré dès potron-minet.
Mon tout est Byalpel.

Mon premier est un sale obsédé.
Mon second se fait virer d'un concours de hip-hop.
Mon tout est Epictete.

Mon premier arrête des traficants.
Mon second ne plane pas très haut.
Mon tout est Manou.

Réponses par mail

jeudi 12 janvier 2006

Tant-BourrinLa très aventureuse vie du Chevalier de Tant-Bourrin et de son écuyer Saoul-Fifre (Chapitre VI)

(lecture préalable des chapitres I, II, III, IV et V conseillée)

Où le Chevalier de Tant-Bourrin accède enfin à la gloire

XIIIème siècle après Jésus-Christ - Quelque part dans le Royaume de France

L'étrange cortège poudroyait sur la route qui cheminait.

En tête avançait le Chevalier Hippobert Canasson de Tant-Bourrin, dont l'armure déstructurée et désarticulée tournoyait en anneaux bringuebalants autour de sa taille et de ses membres. Derrière suivait son écuyer Saoul-Fifre, dont la kyrielle de mouches qui l'accompagnait jour et nuit vrombissait en anneaux grouillants autour de sa tête.

Le port du Chevalier était fier et altier, son regard d'airain scrutait l'horizon en de rapaces volutes, guettant les vils et les faquins que son bras justicier pourrait mettre à mal.

Et d'ailleurs, une occasion de démontrer sa dextre habileté à redresser les torts n'allait pas tarder à se manifester : au loin, là-bas, un malandrin semblait vouloir nuire à la bonne réputation d'une pauvre gueuse, qui poussait de grands cris désespérés.

Lire la suite

mercredi 11 janvier 2006

Saoul-FifreLes étrennes des éboueurs

La France va vraiment mal. L'argent ne rentre pas, donc il ne circule plus. Une économie souterraine, à base de marché noir et d'échanges, s'installe. On revient à une économie de troc.

Cette année voici ce que mon voisin et moi avons choisi pour le Noël de nos fidèles et dévoués ramasseurs de poubelles :

Lire la suite

mardi 10 janvier 2006

Tant-BourrinConstipation blues

Hum... Je me dis qu'il serait peut-être temps de songer à faire soigner ma constipation chronique.

lundi 9 janvier 2006

Saoul-FifreOn dit la province, la province...

... mais la province n'est pas à la traîne ! Elle se tient au courant, la province ! À l'ère des communications interplanétaires, ce serait malheureux ? Elle est même à la pointe de la mode et fait la nique à ces calendriers qui ont tellement de succès, avec des rugbymen, des pneus Pirelli gonflés comme le préconise la notice, et autres basketeuses...

La preuve ? Voici le calendrier que vient de m'amener mon plombier. Sur les photos, il est entre ses deux ouvriers.

Hein ? Hein ? Bon, alors vous baissez un peu le son sur la province, d'accord ?

dimanche 8 janvier 2006

Tant-BourrinChat - rat - deux (2)

Tiens, si on s'offrait un petit intermède ludique ?

Je vous avais proposé, il y a déjà un certain temps (unité de base du système pifométrique), quelques petites charades de mon inventions à base de mauvais jeux de mots et d'à-peu-près aussi infames que capillotractés.

Par exemple, pour resituer (si vous avez eu la flemme de cliquer sur le lien ci-dessus), je vous proposais :

Mon premier, c'est pas pour les fillettes
Les fillettes peuvent voir mon second quand il y a une vingtaine de satyres dans un parc
Mon tout est un célèbre musicien

...et la réponse était : L'eau de vie - Vingt bites au vent

Pour continuer dans le registre de cette charade, je vous ai concocté une série thématique consacrée aux grands musiciens célèbres.

La dernière fois, en vous y mettant à plusieurs, vous aviez fini par tout trouver. Ferez-vous aussi bien cette fois ?

Allez, c'est parti !

Lire la suite

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 >