Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 15 décembre 2005

Tant-BourrinLa très aventureuse vie du Chevalier de Tant-Bourrin et de son écuyer Saoul-Fifre (Chapitre V)

(lecture préalable des chapitres I, II, III et IV conseillée)

Où le Chevalier de Tant-Bourrin vit de sombres heures

XIIIème siècle après Jésus-Christ - Quelque part dans le Royaume de France

Le cortège cheminait sur la route qui se nuait en poussière.

En tête, sur son blanc destrier, le Chevalier Hippobert Canasson de Tant-Bourrin, son aura quelque peu défraîchie après ses récentes aventures. Derrière lui, son fidèle écuyer Saoul-Fifre, qui se nuait en mouches.

Bien sûr, la situation du Chevalier s'était quelque peu améliorée depuis la fin du précédent épisode. Un forgeron avait pu débloquer la situation. Celui-ci n'avait eu d'autre recours que de découper toutes les articulations de l'armure. Le Chevalier en avait recouvré sa liberté de mouvement, mais perdu le peu d'allure qu'il lui restait : de son armure déstructurée ne subsistaient que des bouts de tuyau bringuebalant autour de sa poitrine, de ses bras, de ses jambes, tels d'énormes bracelets de métal.

Et en sus, le Chevalier commençait à broyer du noir. Lui qui sentait que son destin était d'être le sauveur du monde se désespérait du manque d'aventures dignes de son rang.

Et rongeant son frein, dans l'espoir de voir quelque malfaisant ou quelque monstre surgir des fourrés qui lui donneraient l'occasion de prouver sa valeur de noble Chevalier, il cheminait donc.

Rectification : en l'occurrence, il ne cheminait plus, il était arrêté sur le chemin, regardant vers les fourrés qui le bordaient. Saoul-Fifre n'était plus sur sa bourrique miteuse et semblait avoir disparu. Que s'était-il donc passé durant le court instant où nous les avons quittés des yeux ? Serait-ce le début d'une grande aventure ? Un monstre se tapirait-il donc vraiment dans ces fourrés ? Approchons-nous et écoutons...

Lire la suite

mercredi 14 décembre 2005

Saoul-FifreDécouvrir l'intérieur de l'île

le dernier billet de Manou , et aussi le commentaire que Tant-Bourrin a mis dessus, a remué mes souvenirs et remonté un de mes vieux textes à la surface. Ça se corse, ne vous éloignez pas du guide !

Lire la suite

mardi 13 décembre 2005

Tant-BourrinDécrocher le teint pâle

Saoul-Fifre est bien déçu : son teint n'est point hâlé
Comme il sied quand on fait des travaux agricoles.
Son minois est blafard et terne à en chialer,
Mais il l'a bien cherché : c'est parce qu'il picole !

Moralité : La bibine fait pâle couenne

lundi 12 décembre 2005

Saoul-FifreTonton Z (comme zéolite zygomatique)

Tonton Z nous a dégotté un générateur de tombes de toute beauté. En fouinant sur la toile, il est tombé sur un site altruiste, s'il en est : Tombstone Générator Ces gars-là ont acheté une concession perpétuelle en haut d'une colline, avec une vue magnifique, un lac en contrebas, l'endroit respire le calme et les âmes doivent y trouver facilement le repos auquel elles aspirent, après cette vie de con que le système leur fait mener. Dans ce petit paradis, ces bienfaiteurs de l'humanité ont fait dresser à grand frais un monumental bloc du plus pur granit, et donnent à tous les candidats, vous, moi, la permission de faire graver dessus leur épitaphe, ou n'importe quel texte de circonstance qui aura pu trouver sa place dans ces 5 lignes de 18 espaces, car le challenge est bien celui-ci !

J'espère que vous vous amuserez autant que moi. Ceci n'est pas une chaîne, chacun réagira comme il voudra.

dimanche 11 décembre 2005

Tant-BourrinAllais, les verts (et les autres couleurs)

Saoul-Fifre se plaignait récemment dans un billet de ce que les pauvres bouseux provinciaux comme lui ne pouvaient pas bénéficier d'une offre culturelle aussi abondante que celle proposée aux Parisiens, notamment en matière d'expositions.

Eh bien, puisque Saoul-Fifre ne peut venir à la Culture, j'ai donc décidé, dans ma grande générosité, de faire venir la Culture à Saoul-Fifre et à tous les blogueurs du monde entier, en réunissant dans ce billet les oeuvres d'un artiste-peintre trop méconnu : Alphonse Allais.

Oh, bien sûr, Alphonse Allais, ce nom ne vous est pas inconnu : vous connaissez l'humoriste, le faiseur de bon mots, de petites phrases passées par dizaines à la postérité, mais que reste-t-il aujourd'hui de son oeuvre picturale dans la mémoire collective ? Peu de chose hélas, sinon le premier tableau de la galerie que je vous propose de visiter, le seul à avoir acquis une certaine renommée, même si, hélas, on en ignore généralement l'auteur.

Alors, n'hésitez pas : je vous propose une petite visite de l'oeuvre d'Alphonse Allais, peintre... Suivez le guide !

Lire la suite

samedi 10 décembre 2005

Saoul-FifreCes parigots... z'ont du pot !

Ouais, les belles choses, c'est jamais pour la province. Bon, d'un autre côté, c'est la première fois que ces tableaux viennent ici en France. Et ils ont un siècle ! Alors, évidemment, c'est à Paris... Faut pas rêver. Enfin, les concernés, les têtes de veaux, des fois ils y vont même pas. Si c'est pas de l'injustice immanente, ça ? C'est dégueulasse.

Ceux qui veulent, ils ont tous les renseignements pratiques sur ce lien

Si vous avez besoin d'être un peu motivés, il y a des blogueurs qui y sont déjà allés et qui ont publié un compte-rendu. Ils ont pas eu l'air de trouver ça trop nul, mais je les trouve quand même blasés. C'est des parisiens. Ils ont les yeux usés par trop de beauté. Ou alors, il n'est bon bec que de Paris, et ces tableaux viennent de Vienne ? Ou bien il est de bon ton de tout critiquer ?

Le billet de Mattoo

celui de Yann

et celui d'Alex et Greg

Parce que, merde, une expo de Klimt, Schiele, Moser, Kokoschka, ça évite quand même de faire le voyage de Vienne, et pour 10 €, on a la crème de la peinture, les précurseurs, les modernes, les déjantés. Chacun ses goûts, mais on rajoute quelques autres morts, Bacon, Chagall, Fini, Dali, et bien sûr Vannes guogues, on a une belle brochette de génies à croquer impérativement si on passe à côté, non ?

Allez-y, bande de veinards à la vie trépidante, stressée et polluée q:^)

vendredi 9 décembre 2005

Tant-BourrinLa Baleine

Autant prendre les devants : j'ai honte de ce billet, honte de ce qui va suivre...

Car voilà : me trouvant, pour cause de travail débordant et donc de manque de temps, à court de matière pour alimenter ce blog, j'en ai été réduit à fouiller dans mes vieux écrits. Et puisque vous avez apprécié mes précédentes parodies, j'en ai exhumé une autre, mais... hem... comment dire... je crains que mon image n'en sorte pas grandie auprès de nos chères lectrices. Car ce texte est légèrement irrévérencieux pour une pute spécialiste des placements boursiers et politiquement peu correct.

Pour ma défense, je dirai simplement que quand je l'ai écrit, il y a quelques années, j'avais un personnage caricatural à la Dubout en tête, et j'ai donc tâché de forcer le trait. Et puis je n'imaginais pas que je tomberais un jour si bas que j'en serais réduit à publier cette parodie sur un blog !

Bon, allez, foin des avertissements, allons-y... Vous pouvez au préalable vous remémorer le texte original de la chanson ici.

Et maintenant, musique !

Lire la suite

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 >