Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 15 juillet 2007

Tant-BourrinLes écrits vains

N'ayant pas eu, avant mon départ en vacances, le temps de vous gratter quelque chose de valable, c'est mon fond de tiroir que j'ai gratté. J'en ai exhumé un vieux truc écrit il y a plusieurs années. Bof, je ne trouve pas ça terrible (trop mirliton pour être poète !), mais même si ça ne vous plaît pas, vous n'aurez rien d'autre, na ! :~)

Autrefois il fallait, pour écrire un beau livre,
Méditer sur la vie, vouloir briser des chaînes,
Célébrer la beauté, chanter son mal de vivre,
Inventer des histoires ou sonder l’âme humaine.

Parfois tout simplement, parfois avec emphase,
L’écrivain ciselait tel un humble artisan
Le moindre de ses mots, la moindre de ses phrases ;
Il voulait que son oeuvre survive au poids des ans.

Mais aujourd’hui, c’est sûr, autres moeurs, autres temps,
On se moque du style et de ces fioritures
Car, pour faire du chiffre, ce qui est important
N’est pas le contenu, mais bien la couverture.

A la littérature succède le show-bizness :
Passage à la télé, c’est dix mille assurés,
Ça peut faire le double si tu montres tes fesses,
Encore plus si t’écris sur une star décédée.

Au clair de la lune,
Mon ami Pierrot
Prête-moi ta plume
Que j’m’la foute au cul...

Aujourd’hui, faut coller à l’actualité,
Faut être prêt à gratter au moindre événement,
Un crime de sadique, une reine alitée,
Un drame humanitaire, un nouveau président...

Le signal est donné et les nègres s’activent,
Trois chapitres chacun, pas l’temps de peaufiner,
En deux jours, c’est bâclé, on lance les rotatives,
Aussitôt imprimé, dans un mois périmé !

Au clair de la lune,
Mon ami Pierrot
Prête-moi ta plume
Que j’m’la foute au cul...

Et ça fait de belles piles dans les supermarchés
Entre les petits pois, les barils de lessives...
"La mort d’une princesse", "la beauté sans tricher"
"Maigrir de dix kilos en mangeant des endives",

"L'horoscope de l'année", "le clonage des veaux",
"Confessions d’une star", "le drame d’Font’nay-aux-Roses"
Et "Comment j'ai vaincu le cancer du cerveau
En trempouillant mon cul dans de drôles de choses"...

Au clair de la lune,
Mon ami Pierrot
Prête-moi ta plume
Que j’m’la foute au cul...

Dis adieu aux Lumières et aux plaisirs d'esthètes :
La lecture fast-food règne partout en maître,
Où essaient de survivre quelques bouquins honnêtes,
Mais bien vite écrasés sous des livres à paillettes...

La lecture est à terre, c'est faute de Voltaire,
Le nez dans le ruisseau, c'est faute de Rousseau,
Mais c'est surtout du fait de margoulins vulgaires
Qui ne veul'nt qu'une chose : engranger du cash-flow.

Au clair de la lune,
Mon ami Pierrot
Prête-moi ta plume
Que j’m’la foute au cul...

samedi 14 juillet 2007

Saoul-FifrePoisson

Allez un petit dessin :

Je suis nul en dessin, mais j'ai toujours aimé laissé courir mon stylo sur du papier. Ça me destressait pendant les cours, je recherchais des formes, en fait j'évitais au maximum de réfléchir pendant que je dessinais, je visais le "poème graphique", le truc qui sort naturellement, qui pouvait éventuellement me révéler quelque chose sur mes profondeurs. Mais je ne me suis jamais crû aucun talent d'artiste. Ce sont des choses qui se ressentent : je savais que je n'avais pas "l'œil". Je n'avais pas cette capacité à traduire le monde en images.

Au début des années 70, la société ABC (vous savez écrire, donc vous savez dessiner) inondait les journaux de ses pubs pour des cours de dessin par correspondance. J'avais demandé à ma mère de m'inscrire, nous avions demandé les tarifs, une représentante était venue à la maison et ma mère, toute gênée, avait répondu que ce n'était pas dans ses moyens. Et je voyais cette nana d'ABC faire son boulot, c'est à dire culpabiliser ma mère à donf en lui disant qu'elle était en train de briser dans l'œuf la carrière de son petit génie potentiel (moi, si vous suivez bien). Grand moment de cynisme et de sadisme social. Il paraît que les gens en contact avec le public se font de plus en plus agresser. C'est bien triste, mais des fois, ils le cherchent, aussi ?

J'ai plus de penchant pour la construction, la vision 3D, les formes... J'ai dû dessiner des dizaines de plans de maisons, toutes baroques, pour finalement revenir à l'humilité, la seule attitude vraie, l'intégration dans le paysage, l'adaptation au climat, à la tradition, une sorte de fondu enchaîné entre l'architectural et l'humain, quand il s'est agi de construire la nôtre.

Je préfère manier la terre, les idées, les mots, tripatouiller, prendre le monde à pleines mains, quoi ? On peut croire à cette analogie, à cet air de famille entre la peinture et l'écriture. Il y a une "mise à plat" dans les 2 cas, le volume de la réalité se résume à 2 dimensions ? Je pense qu'elle n'est qu'apparente. Pour le lecteur, la page n'est que le support de sa reécriture. Les phrases ne sont pas des objets, le lecteur les parcourt, son imagination se met en marche et recrée un monde tel qu'il est suggéré dans le livre avec ses rues, ses personnages. La planéité de la page se boursoufle, les idées lui donnent de l'épaisseur, le livre est un vrai truchement pour appréhender le vrai monde réel bien joufflu.

La toile, elle, est un objet à part entière. Elle émeut, elle évoque, elle fascine, elle crée autour d'elle une épaisseur de sentiments, mais l'œil revient toujours se poser sur cette surface plane, le monde est bien écrasé, dans les limites d'un cadre. L'image est finie, rangée, suspendue.

Mais il arrive qu'on se dispute pour un poisson , hein ?

vendredi 13 juillet 2007

ManouQui est-ce et pourquoi ? (2)






jeudi 12 juillet 2007

Tant-BourrinLe billet du jour

Le billet du jour est un billet de 100 blogbos.

Bande de veinards !

mercredi 11 juillet 2007

Saoul-FifreDeux petits lutins sont venus ce matin

Notre fille, c'est le désordre fait pré-ado. Elle représente une espèce de must dans le genre. Bon, nous, ses parents, nous ne sommes pas en situation de lui faire la morale à ce sujet. Le bordel, on connaît, la poussière est notre amie, l'araignée notre auxiliaire de démouchisation, et quand on passe l'aspirateur, la sécurité se met toutes les 3 minutes. Non aux cadences infernales, le droit de grève des avale-poils de chiens n'est pas négociable !

On n'est pas organisés, pas sérieux, pas obsédés de l'hygiène, mais sa chambre à elle ? Sa chambre !!! Même moi, je suis dégoûté quand j'y rentre. D'ailleurs, c'est pas évident d'y rentrer, on voit pas le sol, recouvert de cédés, de petites culottes, de dessins froissés, de peluches, de chaussettes, de sacs, de livres scolaires, enfin : une liste à la Prévert, mais par terre...

On voit pas les murs non plus, scotchés de filles et de garçons découpés dans les magazines ou les catalogues. On va me dire que c'est de son âge (j'attends de pied ferme le com' défenseur de l'enfance de Freefounette q:^) mais ça fait pitié, quand même ? Le paradoxe étant qu'elle est très attachée aux apparences, qu'elle nous squatte la salle de bain tellement qu'on dirait qu'elle l'a louée du lever au coucher du soleil, mais qu'elle ne fait aucun rapprochement avec le vomi-look de sa carrée.

L'autre jour je lui dis : "Mais quand tu reçois tes copines, t'as pas honte de les faire rentrer dans ce cloaque ?" (Oui, si elle n'a pas d'ordre, elle aura au moins du vocabulaire) et elle me répond : "Fais ièch, lâche-moi la grappe, tu m'casses les couilles, papa..." avec cette élégance si féminine que je lui envie si fort... Je me sens donc obligé de lui préciser que je ne lui ai pas demandé de philosopher en langage SMS sur le mal de vivre de la jeunesse rabrouée, et lui enjoins derechef d'aller ranger sa tanière, sous astreinte de nombreuses heures d'interdiction de se connecter à MSN.

Elle s'enferme dans son trou à ordure où chante une cafetière en claquant la porte de toutes ses forces sur le pauvre chambranle qui ne lui a rien fait. Potentiomètre à fond. Une heure plus tard, je jette courageusement un œil, il y a un léger mieux dans l'ordonnance générale, mais en me penchant, je découvre les anciennes strates d'objets simplement plissées sous les meubles. Je lui annonce qu'elle a échoué à son examen de bonne ménagère mais qu'elle est admise au repêchage.

C'est la fin de la matinée, ses amies débarquent comme d'hab pour un séjour à la durée aléatoire, et je range moi aussi mes velléités d'éducation. L'après-midi, je vois avec plaisir qu'un chantier fébrile a envahi la maison et que son foyer d'activité est concentré autour de la chambre de Zoé. L'aspirateur joue du hard, les sacs poubelles valsent et les balayettes ont la danse de Saint-Guy. Zoé me met d'autorité 4 gros sacs-poubelles dans le fourgon, à descendre au container : la pièce ressemble presque à un intérieur japonais, la zen-attitude a envahi l'espace.

Ce que je n'aurais jamais réussi à obtenir, les copines y sont arrivées. Et elles ont laissé en partant, punaisés au mur, à hauteur de regard :

les 11 commandements d'une chambre

Mais quelle est la durée de vie des bonnes résolutions ? En tout cas, les 2 lutins, là, elles sont invitées privilégiées à temps complet, si elles veulent !

L'adorable chanson qui a inspiré le titre est

mardi 10 juillet 2007

ManouOù a été prise cette photo ? (3)






lundi 9 juillet 2007

Tant-BourrinPensée du jour

La vacuité d'un billet est toujours proportionnelle à la complexité infatuée de sa formulation ainsi qu'à la morgue hautaine du ton péremptoire sur lequel il est rédigé.

J'ai dit.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 >