Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 20 décembre 2006

Saoul-FifreC'est plein de p'tites bêtes et ça pue

Allez, un billet, puisque Martine insiste, mais c'est bien parce que c'est Martine, hein ! Je vois qu'il y a débat sur la campagne et je me dois d'intervenir. En photos, ce sera plus expressif.

Voici Beauté, une vieille jument batarde de comtois qui passe ici sa retraite en beauté, et Track, son copain lama, qui ne la quitte pas d'un sabot. Track descend d'une lignée qui remonte à l'Inca en passant par Guy Gilbert, le "prêtre des loubards", qui pratique l'animalothérapie sur ses fidèles voyous.

Tiens, voici Track de face, dédié à Chutney et à sa Chutnette, pour la persuader que je pense beaucoup à elles.

Et voici Black, un magnifique trotteur qui est en pension chez nous, avec permission, et même obligation de le monter, s'il vous plait...

Et pour finir, je trouve que les recherches Google sur "Julie la cochonne" ne sont plus ce qu'elles ont été, et je me permets d'en remettre une couche. Quel charisme, cette Julie ! Elle joue avec l'objectif comme si elle était née pour ça !

mardi 19 décembre 2006

ManouMusique pour Huguette

Donydami a répondu en privé à la requête d'Huguette. Grâce à V je vous fais profiter de la version Woodstock.






Pour la première fois la ville me donne un haut le coeur. Le territoire réduit à peau de chagrin. Le matin le train. Le bureau. A midi la course dans les magasins pour les cadeaux. La FNAC et son peuple infernal.

Plus jeune j'avais peur de voir toujours le même arbre par la fenêtre. Une peur panique. A présent j'aimerais pouvoir rester au même endroit des heures entières. Sans but. Tout poser.

Globalement j'aurais pourtant tort de me plaindre.
Je n'aime pas avoir raison.

lundi 18 décembre 2006

Tant-BourrinAngoisse

Je pense m'en être déjà ouvert ici : un des plus grands regrets de ma vie restera de ne savoir jouer d'aucun instrument de musique (à l'exception du kazoo, mais ce n'est pas vraiment un exploit).

Hélas, tout s'est ligué pour que je ne devienne pas un guitar hero ou un virtuose du piano : pas de musicien dans la famille, une scolarité entière sans le moindre cours de musique (si, si, je vous jure que c'est possible) et puis voilà. J'ai bien essayé de me mettre sur le tard sur la guitare, il y a dix ans environ, en prenant des cours pendant deux ans, sans réellement atteindre tout à fait le niveau de Django Reinhardt. Pour tout dire (la phrase précédente était, vous l'avez pertinemment compris, une douce litote), mes cours se sont arrêtés le jour où mon prof a tenté de se pendre sous mes yeux avec une corde de guitare alors que je massacrais une pièce de Fernando Sor (que ses voisins de cimetière appellent depuis ce jour "la toupie").

Bref, je ne suis pas doué pour la musique et ça me manque.

Alors, vous imaginez bien que l'arrivée des ordinateurs personnels et des bidouillages musicaux qu'ils permettent de faire a été un vrai bonheur pour moi. Certes ça ne remplacera jamais le plaisir de jouer d'un instrument avec ses petits doigts boudinés, mais ça permet au moins de s'y croire cinq minutes en se prenant pour un artiiiiiiiiiiiiiste, celui qui fait son numéroooooo...

Bref, cette longue introduction pour vous dire que j'ai fait mumuse sur mon ordi ce week-end et qu'il n'y a pas de raison que je ne vous le fasse pas subir en fasse pas profiter.

Voilà. Ça s'appelle "Angoisse". C'est un très vieux texte que j'avais écrit quand j'étais ado (hier donc) que j'ai exhumé pour le déclamer sur des bruits que je fais avec ma bouche. Oui, je sais, ce n'est pas vraiment de la musique. Oui, je sais, je me la pète grave sur ce morceau. Et alors ?


Angoisse (Tant-Bourrin)



Un petit morceau guilleret
pour égayer vos soirées de fête !

dimanche 17 décembre 2006

Saoul-FifrePatate frite bouillante

Et une patate, une, rattrapée au vol par mézigue et lancée par Freefounette, qui, je tiens à lui faire un peu de pub, a pondu récemment un billet passionnant . Sur le même sujet, vous pouvez aussi aller vous délecter de la nouvelle (fortement autobiographique, j'imagine ?) que Nathalie a mis en ligne

7 choses à faire avant de mourir :

- Vivre intensément

- Apprivoiser l'idée de la mort

- Ne jamais dire "jamais".

- Regarder vers le haut.

- Apprendre jusqu'à son dernier souffle.

- Ne pas réfléchir avant de dire une connerie.

- Avaler cul-sec le verre de ciguë.

7 choses que vous faites bien :

- Dire du bien de moi-même.

- Faire péter les plombs à ma fille de 13 ans.

- Oublier la date anniversaire de mon mariage.

- Ranger mon bureau : Pomme-A et puis Pomme-Suppr.

- Le couscous cochon

- Les Sudokus "débutants"

- Tenir la sangria.

7 choses que vous ne savez/voulez pas faire :

- Répondre aux chaînes.

- M'en tenir à ma première décision.

- Jouer à la pétanque avec un tank dans les calanques

- Mourir avant que ma femme soit veuve.

- Faire une roulade sur un tuyau couvert d'huile à 10 mètres du sol.

- Manger du ketchup en Irak

- Défendre mes enfants si ils sont en tort.

7 choses qui vous attirent chez le sexe opposé :

- Le genou droit.

- Le genou gauche.

- Les phéromones qu'elles pulvérisent à grosses giclées tout autour d'elles.

- Leurs souvenirs salaces du service militaire.

- Les maillots une pièce en kevlar

- Leur fou rire quand je tombe dans l'escalier

- Les bosses, là, sous le pull, je sais plus comment ça s'appelle...

7 choses que vous dites souvent :

- Salut !

- Comment tu vas ?

- Non ?

- J'le crois pas !

- Y' en a, j'vous jure ?

- Tu vas pas laisser passer ça comme ça, j'espère ?

- T'es con. T'es trop gentille.

7 béguins pour des personnalités

- Didier Super

- La Germaine (sacrée personnalité, la Germaine !)

- Marine Le Pen (mais j'aime le riz et elle préfère les nouilles, alors ça marchera jamais...)

- Audrey t'ôtes tout.

- Le groupe Tryo (hé hé, je me suis bien démerdé, sur ce coup là...)

7 Bloggeurs à qui je refile le jeu :

Ha moi je suis pas comme des que je connais : je la refile à personne, ma patate brûlante, je me la pèle et je me la mange. En soufflant dessus.

samedi 16 décembre 2006

ManouJ'vous en pose des questions ?


C’est le week-end. Une tortueuse association d’idées me permit à nouveau de coincer une révélation : « Il est temps de faire bosser tous ces mécréants ». En cerise sur le gâteau, un vrai cadeau à gagner. L’objet magique que je tiens en ce moment dans ma main droite sera à vous si vous répondez de façon correcte aux questions suivantes. Pour vous rassurer je précise que je ne me tâte pas pendant les heures ouvrables sans raison(s) valable(s).

Sachez également que je ne répondrai à vos coms ni n’effectuerai le dépouillement avant dimanche soir (et encore, si affinités). Une retraite monastique s’avère indispensable. Une retraite où je pourrai seulement boire, manger, rire, embrasser mon prochain, taper des pieds, marcher sur les mains, faire le grand écart facial sans changer de pantalon tout en plaquant complètement la face avant de mon corps contre le sol. Rien de plus. Si ce n'est le droit de méditer sur « Je chante la Marseillaise ».

1. Ami(e) blogueur(se), respire tes aisselles et dis-nous franchement si elles sentent ?
2. Si elles ne sentent pas, répète la même opération avec ton entre-jambe et réponds tout aussi franchement. Si elles sentent, finis ce questionnaire les bras écartés.
3. Petit(e) scarabée, l’Aigle plane au-dessus de toi. Il te faut trouver une façon d’éviter son bec avide.
4. Avec tes yeux de pâtre grec, ne vois-tu rien venir ?
5. Coyote des plaines fertiles, devant toi s’étend l’immensité d’un centre commercial. Vers quel rayon te diriges-tu en premier ?
6. Pauvre halluciné(e) inconscient(e), je t’avais pourtant prévenu(e). Voter Le Peigne t’abîme la raie. Réfléchis bien une dernière fois. Quel bulletin mettras-tu dans l’urne ?
7. Bricoleur(se) du dimanche, combien de flacons de Tipp-Ex (sponsor de ce blog) sont nécessaires pour repeindre ton immonde cuisine ?
8. Fléau biblique, Prends un Kleenex et confesse-nous une action dont tu n’es pas fièr(e).
9. Infâme cloporte, tu es sommé(e) de détailler la dernière pensée lubrique qui t’est venue à l’esprit.
10. Bel(le) andalou(se), j’ai récemment perdu mes castagnettes. Pourrais-tu m’en prêter une paire silencieuse ?

vendredi 15 décembre 2006

Tant-BourrinLa très aventureuse vie du Chevalier de Tant-Bourrin et de son écuyer Saoul-Fifre (Chapitre XI)

(lecture préalable des chapitres I, II, III, IV, V, VI, VII, VIII, IX et X conseillée - Test de connaissances optionnel)

Où le Chevalier de Tant-Bourrin se met en location

XIIIème siècle après Jésus-Christ - Quelque part dans le Royaume de France

L'étrange équipage cheminait sur le chemin glacé d'un mois de décembre médiéval plutôt frais pour la saison.

En tête, sur son blanc destrier, le Chevalier de Tant-Bourrin, l'aura en berne et son idéal Chevaleresque au fond des chaussettes, tout déconfit par ses précédents avatars, cheminait, l'oeil impassible. Derrière, sur sa bourrique miteuse, trottinait son écuyer Saoul-Fifre, enfin débarrassé de son aura de mouches par la grâce de l'hiver, mais qui ne profitait pas pour autant du paysage enfin à ses yeux dévoilé, préférant finir de cuver son vin en ronflant avec ardeur après avoir mis sa bourrique miteuse sur pilote automatique.

Le sommeil de ce dernier fut toutefois troublé par une mouche résiduelle plus résistante que les autres qui crut pertinent d'aller se blottir au chaud dans la narine de l'écuyer. La pauvre bête (la mouche, pas Saoul-Fifre) mourut sur le champ, assommée par les vapeurs d'alcool qui s'en exhalaient, mais le chatouillis dans ses naseaux eut pour effet de réveiller l'écuyer en le faisant bruyamment éternuer.

- Aaa... aaaatchiiii ! Pouacre ! La malepeste estoit de cesteulx foutus insectes grattoit-tarins !

Le Chevalier de Tant-Bourrin, de son côté, ne disait rien. A y regarder de plus près, il semblait encore plus abattu que de coutume : son teint était blafard, son regard se perdait dans le vide, sa mâchoire restait serrée et il poussait de temps à autre des soupirs à fendre l'âme, soupirs tellement sonores que même son soûlard d'écuyer finit par les entendre.

Lire la suite

jeudi 14 décembre 2006

Saoul-FifreLa leçon de courage

Quand je suis arrivé dans la ferme de fous que "j'exploite", je mets des guillemets car c'est sans doute elle qui m'exploite, il ne restait comme outils qu'une brouette et une fourche. Mon beau-père avait vendu, donné, filé au ferrailleur tous les outils, dont un beau tracteur à chenilles, de peur que quelqu'un lui demande de s'en servir. Plus d'outils, plus de travail, plus de problèmes... Margotte et moi avons racheté petit à petit le matériel nécessaire, tout en nous faisant pourrir par l'autre zouave avec des arguments du genre "Mais qu'est-ce que vous voulez faire d'un tracteur ?". Oui, effectivement, quelle drôle d'idée d'acheter un tracteur pour s'occuper d'une ferme de 100 hectares dont 35 de cultivables ?? Quand j'y repense, il était zarbi, le beaup.

Je suis allé voir les voisins. Je leur ai racheté du matériel qu'il leur avait filé gratuit. On a trouvé un superbe petit Same d'occasion, en parfait état, et le premier outil que j'ai acheté fut un broyeur à marteaux, un truc devant qui rien ne résistait et je me mis à récupérer des terres avec, en broyant les ronces et les arbres qui les avaient colonisé, envahi.

J'ai fait la connaissance de mes amis les rolliers grâce à ce broyeur. Avec son rotor qui déchiquette toute la végétation, il met un brave bordel dans le biotope, et comme le rollier est surtout insectivore, il repérait l'outil et rappliquait sur le chantier aussi sec pour se régaler de toutes ces petites bestioles mortes, ensuquées ou juste étonnées de plus rien reconnaître autour d'elles. Le rollier d'Europe, donc, puisque nous avions fini par l'identifier à partir de bouquins, est un oiseau magnifique mais il a son petit caractère : il est très vindicatif avec les autres oiseaux et je l'ai d'ailleurs toujours vu seul ou en famille. En cas de disette d'insectes, il est bien capable de se croquer un bébé bergeronnette ou un petit lézard. En fait il est très courageux et a un peu une attitude de rapace. Je l'ai vu un jour faire le malin pour épater une femelle. Il plongeait en piqué et redressait son vol au dernier moment, au ras du sol, d'un air de dire : "Et des comme ça, t'en as déjà vu ?". Et puis des vrilles, des loopings, des huit, des vols sur le dos, tout ça pour persuader l'autre que sa génétique valait le coup d'être perpétuée...

La femelle, bec béant devant tant d'exploits, a dû lui dire oui-da, car je les ai revus revenir l'été suivant, pour faire bouffer de la poussière de broyeur au petit. Ha, il en menait pas large, le petit. C'est que ça fait du bruit, et puis c'est impressionnant, ce gros engin qui vous fonce dessus d'un air déterminé. Qu'est-ce qui m'veut, çui-là ? Je me rappelle, je broyais des tiges de sorgho qu'avait laissé la moissonneuse, avec plein d'autres mauvaises herbes. Donc je quadrillais consciencieusement mon champ en décalant un peu mon passage à chaque ligne. Les parents m'attendaient, perchés sur une tige située à l'endroit précis où la roue avant du tracteur allait passer. Le petit aussi, bien obligé sinon il prenait une rouste, enfin, sûrement pas, mais un petit fait toujours comme ses parents. C'est l'éducation par l'exemple. Bon. Le monstre mécanique approchait inexorablement, accompagné de nuisances sonores considérables. Je voyais le petit rollier devenir nerveux, osciller avec inquiétude sur son perchoir, regarder ses parents imperturbables, et finir par prendre ses ailes à son coup alors que j'étais encore à 15 mètres de lui. Les parents, eux, stoïques, s'envolaient au strict tout dernier moment, juste avant d'être écrasés... Le petit voletait au dessus d'eux, d'un air de dire : "Mes parents sont oufs. Quelle famille de merde, je vais me retrouver orphelin avec leurs conneries... !"

Passage suivant, même scénario. Mais le petit s'envole à 10 mètres de la roue du tracteur. "Quel froussard, ce mioche..." doivent penser les parents, mais bon, ya du mieux. Et ben, ils lui ont fait faire cet exercice pendant une heure, jusqu'à ce qu'il s'envole en même temps qu'eux, et pas avant !

Leçon du jour du petit rollier

1) Ce gars est un brave gars. Il a beau avoir cette grosse machine bruyante, il ne nous a jamais fait de mal.

2) Juste derrière le tracteur, il y a de la bouffe 3 étoiles toute fraîche. Donc, attendre le passage du tracteur, s'envoler au dernier moment, se reposer derrière et se gaver.

3) Le bruit abominable du broyeur est un DOUX bruit. Il est sympa, prometteur de félicités gastronomiques. Il ne faut pas en avoir peur.

4) De toutes façons, on est des rolliers, on a peur de dégun, pour les trouillards, faut aller voir ailleurs !

Ho, des oiseaux, j'en vois plein. Et des pas courants. On est en pleine zone natura 2000 spécialisée dans la protection des zoziaux. Pour l'anecdote, regardez la carte. Au milieu de la zone de protection, il y a un territoire non colorié en vert, et donc non concerné par la zone Natura 2000. Il s'agit d'un camp d'entraînement militaire. J'en déduis que les troufions ont conservé le droit de tirer sur les oiseaux rares ?

Ya des espèces très communes, voire banales, sur le site : c'est les triples buses, les crapahuts et le couard galonné des plaines, avec son joli plumage kaki.

Et elles sont loin d'être en voie de disparition.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 >