Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 21 mai 2016

FrançoiseUn symposium, des saints pause y a.

Amis commentateurs qui venez régulièrement abreuver vos neurones à la source de ce blog, sans doute n'imaginez-vous pas l'extrême organisation et structuration qui préside à son élaboration et vous imaginez-vous que seul dans son antre notre bon Andiamo écrit à la plume d'oie les billets qui vous ravissent.

Que nenni, Seigneurs et Seigneuresses ! Sachez que depuis quelques années déjà, pour entretenir la flamme, se tient annuellement un événement haut en couleurs, en sons, en saveurs et en odeurs, j'ai nommé « Le symposium Blogorygmique », Blogborythmique, voire Blogborimique.

Après l'Auvergne, le Midi où le sacrifice d'un cochon accompagna nos travaux d'agréables libations et digressions sur la meilleure façon d'accommoder icelui en respectant les normes d'hygiène de l'Union Européenne, l'Ile-de-France où furent composées des chansons à la gloire de ce blog et de ses membres émérites, le 4ème Symposium s'est déroulé ce week-end de Pentecôte en Bourgogne métissée de Suisse et en petit comité, mais les absents- sauf T.B- ayant présenté un certificat médical non falsifié furent non seulement excusés, mais regrettés.

L'ouverture du symposium, précédée de libations entre Blutch, Blutchette et Célestine dès le vendredi, fut officielle le samedi soir. Autour d'un curry de cochon- décidément !- dont les épices ravirent le nez des convives tandis que le gingembre et les graines de moutarde enflammaient leur palais, nous évoquâmes tous les sujets cruciaux : le rôle des mots dans l'élaboration de la pensée et de la pensée dans le choix des mots, les aléas de la météo, la surprise de voir une femelle de chat noire engendrer une chatonne rigoureusement blanche- j'évite d'écrire le mot « chatte » qui provoque immanquablement des ricanements masculins intempestifs- l'ineptie de nos gouvernants, l'influence de l'éducation, nationale ou pas, dans l'éradication ou la prolifération de la connerie et enfin l'impérieuse nécessité de chanter pour digérer et de boire pour se réhydrater après les chansons. Répertoire éclectique, de Brassens- largement prééminent- à Françoise Hardy, en passant par Moustaki, Nougaro, Antoine, Brel et bien d'autres, la soirée se termina à 2h du mat'.

Si vous n'arrivez pas à écouter le morceau,
vous pouvez le télécharger ici

Si vous n'arrivez pas à écouter le morceau,
vous pouvez le télécharger ici

Lendemain tout aussi culturel, avec flânerie au soleil du matin, puis déjeuner des restes de la veille, et enfin balade pédestre le long de la Loire qui est, comme chacun sait, le dernier fleuve sauvage d'Europe, autant dire un ami pour nos âmes libertaires. Blutchette eut ensuite l'excellente idée de visiter Bourbon-Lancy, belle cité médiévale avec son bredin (idiot du village qu'on prononce « beurrrdin ») à la fenêtre et petite ville thermale dont le Casino assure la prospérité : monuments bien entretenus, lac, espace de jeux et de verdure, merci les machines à sous ! Dîner de gala le dimanche autour d'une fondue suisse- beaucoup d'ail, des fromages Suisses de contrebande et du bicarbonate de soude en fin de cuisson la rendant à la fois exquise et digeste- fondue qui incita à une paresseuse soirée autour de la tablette de Célestine, à la recherche de musiques ou de sketches que chacun voulait faire découvrir aux autres, confortant la devise des blogbos : « Tout est blog, tout est beau, à condition que chacun en profite ». D'où ces quelques photos et échantillons musicaux.

Pour les absents : le symposium 2017 est prévu sur les berges d'un fleuve que s'il avait tété plusq au NOOOORD, on l'aurait appelé La Seine, mais bon les gens du Sud ont les fleuves qu'ils méritent !!

dimanche 15 mai 2016

AndiamoFaut vous l'faire chauffer ?

Faut vous l'faire chauffer ?

Je parle du climat bien sûr ! Personnellement je trouve que ça ne va pas assez vite, j'explique :

Quand je me rends sur les plages du NOOOOORD, ces merveilleuses grêves, mais non pas celles de 36 et 68 ! Je cause des grêves de sable fin, oui à partir de Quend plage c'est du sable très fin, sur les côtes de la Manche il y a des galets par contre.

Sur ces plages, il faut reconnaître que parfois il manque deux ou trois degrés ( dix en fait) et que la flotte à 18 ou 19°, ne risque pas de vous filer des cloques !

Alors de grâce un p'tit coup de réchauffement serait le bienvenu.

Ainsi on verrait des palmiers sur la plage de Bray dunes, des aloès au Tréport, quelques flamboyants entre Etretat et Veules les Roses, le festival de Dunkerque avec tapis rouge, Julia p'tits roberts, monter les marches, sous la brise du Noroît, rebaptisé "El Nino" pour la circonstance bien sûr.

Je les vois bien les élégantes sur les plages de galets, ou bien arpentant les petites rues de Cayeux, passant devant les étals des marchandes de poissons, maquereaux, harengs, soles, carrelets ou coquilles Saint Jacques... Tu imagines Catherine Deneuve ou Fanny Ardant demandant à la mère Mouchaud :

- C'est quoi ce poisson qui semble avoir chopé la varicelle ?

- Un carrelet ma p'tite Dame, vous en voulez combien ?

Je les imagine bien ces vieilles peaux tirées à coups de scalpels, se prendre des chiures de goélands (cendrés s'il vous plaît) sur leurs choucroutes façonnées façocn "Joffo" ou "Carita" !

Mais enfin que deviendraient les jolis bâteaux de pêche ? Que deviendraient l'Eden, l'étoile filante, ou l'Eros, ces bateaux promenade, qui vous font le temps d'une visite admirer les fabuleuses falaises de Mers les Bains, ou du Tréport ?

Que deviendraient ces gens simples et accueillants ? Je songe à toute cette population, à ces petits restaus, dans lesquels lorsqu'on est ami avec la patronne, on vous sert des soles et des plateaux de fruits de mer fabuleux !

Alors restons comme nous SOMME(s) et merde à la frime, le bonheur mérite bien quelques degrés de moins !



Falaises de Veules les Roses



Falaises de Mers les Bains.



Le phare du Tréport depuis le pont du bateau promenade "l'Eros"

(Daguerréotypes Andiamo)

mardi 10 mai 2016

AndiamoRené Barjavel.

Dix jours... Dix jours que le Doyen a publié un billet, je suis parti me reposer à la mer après un tel effort, et personne n'a glissé un bifton ! Ah les ramiers, les clampins, les goyos ! "Ils" et "Elles" font travailler les retraités !

J'en connais UN qui va s'indigner c'est mon bon BOF !

Bon passons aux choses plus sérieuses : LE billet :

René Barjavel, c'est un copain de travail qui m'a fait découvrir Barjavel, j'avais 19 berges environ, à cet âge là un an de plus ou de moins ça ne compte guère, comme le chantait le grand Ferré ... Léo :

- Pour tout bagage on a vingt ans

- On a des réserves de printemps

- Qu'on jetterait comme des miettes de pains

- A des oiseaux sur le chemin...

Il n'était pas con ce mec, ancien boxeur, une tête au carré, le pif écrasé jusqu'aux esgourdes, les étiquettes rabattues dans le sens du vent, les arcades sourcilières façon "homme de Néanderthal", Il faisait peur à voir, une vraie tronche de "punching ball", mais ne vous y fiez pas, un garçon très doux, et surtout très instruit, grand lecteur... Comme quoi les apparences hein ?

Un jour il me voit pendant une pause avec un bouquin de la série "fleuve noir" catégorie anticipation, et il me dit :

- Tu aimes les récits de fiction ?

- Oui j'en raffole.

- Tu devrais lire "Ravages" de Barjavel, tu verras c'est autre chose !

Alors je me le suis procuré, et j'ai été séduit, quelle découverte ! J'ai enchaîné avec "Tarendol"plus tard" La charrette bleue ",une jolie histoire qui se déroule près de Nyons, dans la Drôme Provençale son pays d'origine, ses racines, au pied du Ventoux.

Une jolie région, les autochtones y sont un peu rudes, ayant gardé l'instinct grégaire des tribus qui hantaient cette région (ça c'est pour les faire râler).

Puis début années 70 est paru "la nuit des temps" une histoire d'amour absolu, sur fond de fiction, une splendeur ! Encore plus tard "le grand secret" une histoire d'immortalité, un amour qui va devenir impossible car l'un vieillit l'autre pas ! Peut-être sa manière d'avoir voulu exorciser le temps qui passe.

Un triste matin de novembre 1985 à Paris, Barjavel est parti, avec pour tout bagage quelques lignes d'un roman dans sa tête, lignes que nous ne lirons jamais.

Ce copain m'avait fait découvrir également dans un tout autre genre René Fallet ! Je me souviens avoir lu en quelques trajets "le braconnier de Dieu", dans le métro qui m'emmenait à la station "Buzenval" le matin lorsque j'allais suivre des cours de perfectionnement en automatismes électriques.

Je m'éclatais littéralement ! Ne pouvant contenir mes rires sous le regard interrogateur des passagers du métro !

Pourquoi je repense à ce copain ce soir en écrivant ce billet ? Qui peut le dire ? "Il peut le dire" me souffle Pierre Dac !

(cht'iot crobard Andiamo)

dimanche 1 mai 2016

AndiamoTélé ? Reste alité !

Il faut être con tout de même ! Se faire parachuter sur une île déserte, avec pour seuls bagages sa bite et son couteau, et encore pour les dames il ne reste que le couteau...

Et là, ça les amuse de crever de faim et de soif !

J'ai connu une Dame qui a été élevée dans sa prime jeunesse sans eau courante à la maison, ni élestricité. La flotte ? Un robinet à dix minutes à pied, l'éclairage ? Une lampe à acétylène ! Evidemment pas de télé ! Et ce à la porte de Paris ! L'eau courante est arrivée dans les années 50 seulement, dans ce coin.

Pourquoi aller si loin ? Bien sûr, le côté paradisiaque des îles aux plages de sable blanc, la fausse famine, la dure lutte pour la survie ! Tout ça est bidonné bien sûr, j'en parlais avec une amie, elle connaît un caméraman à la télé italienne, le soir c'est bonne bouffe, et dodo à l'hôtel, en fait ils tournent un film, donnant l'illusion de la réalité, mais vous n'êtes pas dupes non plus ?

Alors voilà, si on leur proposait un truc du genre : on vous colle à 5 ou 6 dans un logement comportant une pièce, plus cuisine (si, si nombre de copains vivaient ainsi dans mon quartier) pas d'eau courante, le robinet au bout de la rue, pas d'électricité, un chiotte pour deux étages de l'immeuble, soit pour 4 appartements ! Là aussi j'ai connu vous marrez pas, ça c'était la réalité, pas de la téloche bidonnée, le soir l'appartement se transformait en dortoir, bonjour l'intimité !

La musette sur l'épaule à 6 heures du matin, au boulot dans une usine bien crade pendant 10 heures, 6 jours par semaine, le dimanche quand les gosses étaient à la messe, une chaloupée à mèmère en cachette de Clémenceau ! Pour joindre les deux bouts il fallait faire le grand écart, et ne pas être trop gourmand pour passer entre deux feuilles de paie ! Le trajet maison usine sur un vieux clou, ou un bus bringuebalant à plate forme, la gamelle dans la musette et le "jacquot" en guise de carburant. "Et donne au travailleur l'honnête verre ou brille un peu d'oubli divin", merci Paul pour ces verres... EUH vers !

Tiens c'est vrai quand j'y songe, il n'y avait pas d'obèses dans ma banlieue après la guerre !! Je pense que c'était dû au régime saute corde infligé alors, avec tickets de rationnement et tout le toutim.

Putain c'est vrai que je suis un dinosaure, j'ai même connu les tickets de rationnement !

N'allez pas croire que je regrette ces temps anciens, quand on est gamin on ne se rend pas compte, dès l'instant qu'on a l'estomac rempli, des billes dans les poches tout va bien. Nous étions bien logés, mes parents louaient un pavillon avec jardin, salle d'eau, toilettes, mes parents, ma sœur avaient leurs chambres, mon frère et moi faisions chambre commune, j'aimais bien, tous les soirs ou presque, c'était la bagarre, mais bon ! Mon père d'un OH ! Crié du bas de l'escalier, interrompait nos jeux un peu bruyants, puis c'était le calme avant le gros dodo, le chien au pied du lit bien sûr !!

Tiens il me revient une anecdote, quand mon fils était à la maison, j'allais le secouer 3 ou 4 fois afin de le réveiller le matin, mon père chaque matin du bas de l'escalier menant aux chambres, me lançait un : "OH" ! Et c'est tout, si je ne me levais pas, tant pis j'étais à la bourre !... Ô tempora ô mores !

mercredi 27 avril 2016

BlutchLe musée des Confluences à Lyon

Architecte : CoopHimmelb(l)au

Aussi connu par Gogol sous l'appellation « Urinoir de lit. »

Avant toutes choses, j'ai découvert, sur le site du musée, de drôles de mises en garde:

«  1 - Pour pouvoir utiliser et/ou exploiter l'image du bâtiment du musée (intérieur ou extérieur) ou du jardin, pour toute publication et pour toute reproduction, à titre commercial ou non, vous devez TOUJOURS obtenir l'autorisation de CoopHimmelb(l)au (s’en passer vous rend coupable du délit de contrefaçon). »

«  2 - Par ailleurs, au titre du droit de propriété, tout propriétaire d’un bien dispose d’un droit de regard sur l’image de ce bien (art 544 du Code civil). A ce titre, il peut refuser l’usage de toute image qui lui causerait un « trouble anormal de jouissance ». Toute utilisation portant préjudice au propriétaire du bâtiment vous expose à des poursuites. Vous vous devez d’être vigilant sur les usages envisagés. »

Dois-je en conclure que d'avoir un avis critique sur ce musée et de le faire savoir m'exposerait aux foudres de la loi 

Un bâtiment est légalement une œuvre d'art (rigole pas, même le hangar à bateaux en tôle ondulée en est une...). Toute œuvre d'art est sujette à critiques (positives ou négatives) sans que l'auteur ou l'acheteur puisse interdire ce qui est un droit fondamental d'avoir une opinion et de la faire partager. Qui plus est lorsque l'acheteur est une communauté de droit public (le département du Rhône). Donc sus à la censure et en avant la zizique.

Lire la suite

vendredi 22 avril 2016

celestineUchronie

Avez-vous seulement pensé parfois à la somme de hasards incroyables qu’il a fallu pour que vous soyez ce que vous êtes ? Tiens moi, par exemple.

Imaginons que la Guerre de 14-18 n’ait pas eu lieu : mon arrière-grand-père n’aurait pas été gazé dans les tranchées, il n’aurait pas eu besoin de s’installer à la montagne pour soigner son asthme, il n’aurait donc pas rencontré mon arrière-grand-mère, (qui était sans doute elle-même la résultante d’une suite vertigineuse de hasards qui l’avaient fait naître dans un petit village reculé des Alpes à l’air particulièrement pur)

Ma grand-mère ne serait donc jamais née, ni ma mère, a fortiori, ni, en l’occurrence, moi qui vous parle en ce moment. C’est quand même fou de se dire que si j’écris mon texte en ce moment même, c’est parce que le gars qui a tiré sur l’Archiduc à Sarajevo, un certain serbo-bosniaque du nom de Gavrilo Princip, (qui lui même était là par la conjonction de coïncidences absolument fulgurantes) n’était pas un branque dans le maniement des armes à feu. Pensez, s’il avait eu la tremblote au moment crucial…

A quoi ça tient, hein, la vie…Ça me laisse toute chose. Et encore, là je n’ai développé que la branche maternelle de mon ascendance…parce que si on va fouiller dans mes racines paternelles, c’est encore plus ébouriffant de se dire que mon aïeule était irlandaise et que je ne serais pas là si son père ne l’avait envoyé à Paris comme jeune fille au pair.

En somme, je suis un miracle uchronique. Comme vous tous. Mais vous allez sûrement avoir envie de me raconter ça, non ?... ¸¸.•*¨*• ☆

dimanche 17 avril 2016

AndiamoLes plages du NOOOOORD.

Cette côte d'Albâtre que j'aime tant, inlassablement je la photographie, la douce lumière, pas celle qui agresse, ici les rayons de Phébus ne sont jamais bien violents, toujours rafraîchis par la brise marine, quand ça n'est pas le Noiroît ce vent un peu frisquet, qui ne vient pas du sud comme son nom l'indique !



Levé dès potron-minet afin d'assister au départ des pêcheurs, la mer commence à monter



Le phare du Tréport, un "paradis" l'auraient baptisé les gardiens de phares en pleine mer, appelés des "enfers".



L'église Saint Jacques reconstruite au XIV ème, puis au XVIème siècle, classée aux monuments historiques.



Jolie cette passerelle de bois, le Monsieur rêve, il rêve à des voyages qu'il ne fera jamais !



Au pied du phare, les falaises hautes de plus de 100 mètres, ce ne sont pas celles de Moher, mais elles sont aussi jolies.



La même que la précédente mais en "Panoramix" euh... Panoramique !



"La Bresle", petit fleuve côtier qui finit sa course dans l'avant port..



Une jolie bitte d'amarrage, un peu rouillée certes par manque d'usage !.



C'est au pied des falaises qu'on voit si la marin a pissé (proverbe Cauchois).!.

(Daguerréotypes : Andiamo 2016)

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 >