Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 17 février 2018

FrançoiseLE CONTREMAITRE AVAIT DU GOÛT

Sorti de ma boîte à malices, un texte qui garde toute son actualité mâtiné d'une dose d'humour noir pour faire passer le sérieux du propos...

Lire la suite

mardi 13 février 2018

AndiamoBobsleigh.

Vous avez tous vu "Rasta Rocket" ? L'excellent film dans lequel on assiste à la participation des Jamaïcains aux J.O, dans la discipline Bob à quatre.

Cette année nous verrons sans doute les "Nuclear Rockets" Nord Coréens ! Ce Kim Jong Un quel déconneur !

J'ai suivi leur entrainement, la preuve en image.

(ch'tiot crobard Andiamo)

jeudi 8 février 2018

AndiamoIl a neigé yesterday.

Il a neigé à Paris ! En plein hiver... Vous vous rendez compte ? De la neige l'hiver en plus, y'a plus d'saisons ma bonne Dame.

Pour une fois (ou deux) rendons hommage aux : Dhéliat, Bodin et z'autres qui avaient averti les Franciliens de la venue de chutes de neige importantes, notamment dans les Yvelines et les Hauts de Seine.

Sur la carte on voyait nettement la poche sur laquelle ces précipitations allaient se concentrer. Et bien c'est arrivé ! Mais oui, pas de surprise donc, et malgré tout pas d'anticipation, surprenant n'est il pas ? Ne croyez vous pas que les employés, ouvriers et autres n'auraient pas pu quitter leur boulot avant que la situation devienne catastrophique ? De toutes façons au delà de 5 centimètres de poudreuse, le salage ne sert strictement à rien.

Souvent je suis allé à la montagne l'hiver, pneus cloutés lorsque ceux ci étaient autorisés, et toujours les chaînes dans le coffre (au-dessus des valises) j'en ai vu des connards qui déballaient le coffre afin d'accéder aux chaînes, quand ils en avaient, car beaucoup n'en avaient point.

Et puis aussi chaque année répétition dans mon garage de la fastidieuse mise en place des dites chaînes, car ça n'est pas dans 20 centimètres de poudreuse que l'on s'aperçoit que le crochet "A" rentre dans la boucle "B" après que le caoutchouc "D" est été tendu de manière raisonnable !

Alors je me demande, comment faisions nous autrefois ? Je sais vous allez me prendre pour un vieux grincheux, mais avant la téloche, on nous refilait un vague bulletin météo à la radio, sans préciser la hauteur des chutes de neige, et quand tu te levais le matin, tu avais la surprise, aller à l'usine à vélo, ou prendre le bus, bonjour la galère ! Et bien on n'engueulait personne, putain de neige disait on... C'est tout !

J'ai entendu ce soir à la téloche des journaleux de mes deux qui engueulaient presque les prévisionnistes, car ils avaient annoncé 10 centimètres de poudreuse et il en est tombé entre 12 et 15 ! Quelle horreur.

Je respecte les journalistes qui font un boulot sérieux, bien documenté, et qui publient des articles qui tiennent la route, mais ces connards qui discutent le cul au chaud autour d'une table, avec bouffe et boissons roboratives, je les ignore.



La neige dans mon jardinet (12 cms sans la tête)



La même, et toujours mon jardinet. !



Ma fillotte m'a envoyé cette photo ce matin, elle travaille dans un quartier miséreux...!

(Daguerréotypes Andiamo, et sa fillotte)

dimanche 4 février 2018

AndiamoLes J.O 2024

En vue des J.O de 2024 qui se dérouleront à Paris, nos équipes de canoé kayak s'entrainent sérieusement dans un bassin tenu secret.

Le team Blogbo a suivi les équipes, je vous invite à suivre leur entraînement très sérieux comme vous pouvez le constater.

Le zouave prend un bain de siège actuellement, en 1910 il avait de l'eau aux épaules, en 2018 elle s'arrête à Popaul !

(vidéo prise sur le web)

lundi 29 janvier 2018

AndiamoBébé arrive !

Lorsque l'enfant paraît...

Le cercle de famille applaudit, sauf les manchots ça va de soi, aurait dit Brassens !

Ô joie, Ô fol espoir enfin accompli, mais que se passe t-il ? Le bébé est noir alors que Maman et Papa sont du Périgord, du Périgord noir peut-être ? Ou bien Maman a dévoré le bouquin de Pascal Nègre "sans contrefaçon" (éditions Fayard, pub gratos).

Mais bon tout va bien, Onc' Andiamo est là pour donner à la nouvelle Maman des conseils avisés et judicieux, un peu comme l'autre conne bonne : Florence Pernoud.

Tout d'abord il faudra bien laver bébé à l'eau chaude (voir figure çi dessous) puis le mettre dans le sèche bébé, je vous recommande le modèle "Baby Dry" à hublot central , permettant de suivre les différentes phases du séchage, c'est qu'on l'aime son rejeton !

Lorsque bébé est propre et bien séché, on l'habillera avec des vêtements propres et secs. Je dis secs car on devient comme les Américains, si on ne dit pas tout, on va se retrouver avec un procès au cul, si une Maman s'avisait de passer des vêtements mouillés à son bébé et qu'il chope une génuflexion (ma bignole dixit) de poitrine, elle déclarerait : Mais on m'a dit vêtements propres, "ON" ne m'a pas dit qu'ils devaient être secs ! Alors cellule de crise, armada de psys, soutien psychologique, gna, gna, gna... Autrefois un cataplasme "rigollot" oui c'était une marque je ne déconne pas, pour une fois ! Une bonne suée, un gros bisou, et dodo, le matin il n'y paraissait plus.

Et puis attention au nourrissage du bébé, je ne saurai trop vous recommander les boîtes de lait "Lactalis" lait Lactalis le seul qui file la drisse ! En ce moment un mois de couches gratuit pour l' achat de trois boîtes.

Tout de même un dernier conseil, Mesdames avant d'allaiter bébé faites bouillir vos seins, la salmonelle quelle saloperie !

Bon alors on dit merci qui ? (Dons en espèces à Blogborygmes qui transmettra... Peut-être)

(ch'tiot crobard Andiamo)

mercredi 24 janvier 2018

AndiamoValparaiso.

J'ai embarqué à bord du "Karaboudjan", un barlu qui suinte la rouille par tous ses rivets, le Capitaine, un certain Allan m'a l'air d'être franc comme un âne qui recule, sa fouillasse de Capitaine rejetée en arrière, une Boyard papier maïs collée à sa lèvre, et en plus il empeste le ratafia à trois encablures !

Un sifflement lugubre, les haussières ont été retirées, le Karabouidjan quitte le quai direction Valparaiso. Valparaiso, voilà un nom qui fait rêver, comme Samarkand, Nijni-Novgorod ou Tombouctou. Ce putain de rafiot pue le mazout, une infection, et je me pose la question : "il doit bien exister un contrôle technique pour les barlus, non" ?

C'est un cargo mixte, quelques cabines craspouilles pour les passagers, ah ça ce ne sont pas les croisières "Costa" ! Le soir on se retrouve une dizaine à la table du Capitaine, des paumés comme moi. Pas assez de thunes pour l'avion, alors je rends des menus services à bord, la vaisselle, les pluches, un coup de loque par ci, par là, Allan m'a fait une bonne ristourne, alors je ne renaude pas, j'ferme ma grande gueule, et j'casse mon caillou, comme chantait Mick Micheyl.

L'autre jour en descendant dans les cales, j'ai été surpris, il y avait là une jolie vache ! Une limousine il me semble, je ne suis pas bien costaud en race bovine, mais enfin... Quelques jours plus tard en redescendant dans les cales, je vois accroupie entre les pattes de la Limousine, la Castafiore, c'est comme ça que je la surnomme, car elle a un pébron à piquer dans la tarte ! Elle tirait comme une malade sur le pis de la pauvre Limousine qui beuglait à n'en plus pouvoir !

Arrête la Diva, lui dis-je soudain très en colère, elle ne vous donnera pas de lait, elle n'a sûrement jamais vêlé vu son jeune âge, c'est une génisse, ça se voit non ?

- Ah bon pour qu'elle donne du lait il faut qu'elle ait vêlé ?

- Ben oui c'est un mammifère comme vous !

Elle a tordu son nez, un peu vexée que je la compare à une vache, bien fait pour sa tronche elle n'a qu'à pas maltraiter les bêtes !

Les jours se sont écoulés monotones, et puis au bout de quatre semaines alors qu'on longeait les côtes du Chili, après avoir franchi le détroit de Magellan,s'est levée une tempête commack ! Le barlu était bringueballé en tous sens, la Castafiore pas contente gerbait dans le couloir, elle aurait pu chanter : "j'ai deux grands BEUEUEUEUH dans mon étable" ! Je songeais au taf qui m'attendrait quand tout ce raffut serait terminé !

Soudain un craquement terrible, ça y est le Karaboudjan nous rejouait Titanic, deux qui le tiennent trois qui le...

Je connais un peu l'endroit à quelques miles de Valparaiso "valle paradiso" en espagnol, tu parles ! Il y a une petite île, désolée, battue par les vents du Pacifique, la isla negra qu'ils l'appellent, l'île noire !

Noire comme la flotte qui grimpe à la vitesse grand "V" dans les coursives, je n'ai qu'une hâte me tirer au plus vite, au passage, dans la cuisine je rafle un flacon, il me semble que c'est la gnôle que j'ai mis dans les crêpes hier au soir, une petite gâterie afin de fêter la dernière nuit à bord.

Je plonge dans l'eau glacée, puis à la lueur des éclairs je me dire vers l'îlot, ma bouée de sauvetage. Une minuscule plage de galets aussi noirs que l'âme du Capitaine Allan. A peine sur les cailloux, j'entends meugler... C'est ma Limousine, je l'aide à accoster, dans mon œil elle lit qu'en cas de disette elle me servira de casse croûte, surtout après ma troisième voire plus eau de vie !

Faut tout de même avoir rien à foutre pour fourrer dans le même barlu : une île déserte, une vache fusse t-elle Limousine, la Castafiore, et trois verres d'eau de vie... Amen.

vendredi 19 janvier 2018

BlutchLa tribune des 100 salopes, opus 1

(heu non car ça a déjà été utilisé pour 343 femmes dont l'Histoire a retenu l'exemplarité de leur engagement ).

Que je vous dise d’entrée que j’aime trop la Femme, la Liberté, l’Egalité et la Fraternité pour ne pas réagir lorsqu’une forme de bienpensance à la con les malmène et les enferme toutes les quatre sous prétexte de les protéger.

Il y a en France une culture de la victimisation des Femmes dont elles sont les premières victimes. Au lieu de pondre de kilomètres de lois stériles qui ne résoudront rien pour la tranquillité des femmes et qui va au mieux délinquantiser tous les mecs, l’Etat ferait mieux de sensibiliser tout un chacun au respect des autres. Si si, c’est possible avec des gens normaux. La seule inconnue étant de savoir si le Français moyen est un type normal…

Ce n’est pas respecter la Femme que de l’enfermer dans un rôle de victime potentielle. Pire, si elle se persuade d’être victime, elle fera, inconsciemment, tout pour l’être.

Donc, cette « Tribune des 100 salopes », on en parle beaucoup, mais bien peu l’on vue et pas grand monde pour la replacer dans son contexte.

Cette tribune, pour provocatrice qu’elle soit, répond à deux autres formes de provocations :

- Des lois, toujours des lois, encore des lois pour vouloir régenter les mœurs des gens. Mais surtout les asservir et les culpabiliser. Grand retour aux temps obscurs de l’Inquisition.

On criminalise maintenant le recours aux prostituées. Si c’est pour éradiquer le viol, c’est raté, ça irait même plutôt dans le sens contraire.

Il faut, semble-t-il, une loi pour pouvoir réprimer les « frotteurs » du métro ! Mais quelle loi pourrait faire la différence entre une bousculade de cohue et un geste délibéré ?

Où se situe la limite entre le geste accidentel et mal maitrisé qui fait frôler une croupe en mettant la main dans sa propre poche et balancer sciemment sa patte sur le baigneur de la dame ?

Comment décréter qui dit la vérité entre la version de la dame et celle du monsieur ? Ce sera donc obligatoirement la version de la dame qui sera retenue. Je ne vois guère d’autre solution que de faire des wagons hommes et des wagons femmes. Mais il faudra aussi des quais et des couloirs différenciés, et restera encore le problème des trottoirs…

Ou alors on apprend à vivre ensemble et se respecter.

Donc la logorrhée législative continue, mais il y a plus grave à mon sens. Et comme c’est le point de départ de tout ce sbrinz, et du coup de gueule des 100 femmes, commençons par « Balance ton porc ».

Première incohérence : pourquoi « TON » ?

« mon porc », « mon viol » ! « mon cancer » ! On ne peut guérir que des choses que l’on rejette, donc il faudrait parler de CE porc, CE viol, CE cancer.

"Balance ton porc" est l'illustration de la haine de certaines femmes envers la masculinité.

Les puissants de ce monde ont toujours abusé du droit de cuissage. Pas tellement pour leur satisfaction sexuelle, mais surtout pour imposer leur supériorité. Interrogé sur les raisons de l’affaire Lévinski, Clinton avait dit que c’était pour la plus mauvaise raison qu’il soit. Il avait imposé cette fellation parce qu’il était en position de pouvoir le faire.

Ce n’est pas parce qu’il existe des Weinstein, Polanski, DSK et consort, qu’il faut considérer que tous les hommes sont des prédateurs. Lorsqu’il y a un harcèlement… Là, une petite précision lexicale s’impose :

Le harcèlement est un enchaînement d'agissements hostiles répétés visant à affaiblir psychologiquement l'individu qui en est la victime.

Donc, disais-je, en cas de harcèlement, il y a des preuves et la loi permet de les réprimer. Que ce ne soit pas simple, c’est une autre question. De là à jeter en pâture dans les réseaux sociaux des types dont la faute est d’avoir fait à une dame une avance non-désirée, il y a un monde et ce monde nous amène au totalitarisme.

J’explique : Balance ton porc est une institution de délation du plus bas étage qu’il soit. Quoi que, à bien y réfléchir, y a-t-il une délation "haut de gamme" ?

Exemple :

Monsieur Machin, travaillant chez Truc a envoyé un dessin coquin à Madame X qui n’apprécie pas du tout. Avec un peu de bon sens, elle a la possibilité d’aller vers Machin et de lui dire de cesser ses envois, et qu’en cas de récidive, l’affaire prendra une autre tournure. Elle peut même demander à une collègue d’être présente. Il y a alors la voie hiérarchique et la plainte pénale comme voie possible. Dans tous les cas, Machin a alors la possibilité de s’excuser et de s’expliquer. On pourra alors peut-être découvrir que Machin est victime d’une machination pour lui nuire. Parce que finalement, si actuellement je veux la place de Machin, la voie la plus rapide est d’envoyer ce dessin coquin depuis l’ordi de Machin, en deux temps trois mouvements, sa place devient libre...cqfd.

Dans le cas de « Balance ton porc », Machin est nommément et publiquement stigmatisé, sans qu’il puisse se défendre. Ca fait un buzz, Truc n’a pas envie de voir le nom de sa boîte dans cette affaire et licencie Machin pour calmer le jeu. Il y a dans ce cas quelques points de droit qui me défrisent aux entournures, pour ne pas dire que ça me révulse :

1° En dénonçant publiquement Machin, Madame X se fait justice elle-même et c’est formellement interdit par la loi.

2° Machin est privé du droit de se défendre (qui fut pourtant accordé à Barbie, Papon et tous les terroristes ou prédateurs sexuels…)

3° Pour une faute bénigne dont il peut faire amende honorable, Machin n’a pas le droit à l’oubli ; sur le WEB et les réseaux sociaux ça n’existe pas.

4° Pour une peccadille, Machin perd son boulot.

5° Rendre public un délit avéré s’appelle de la diffamation et si la dame a inventé la chose, c’est de la calomnie. Deux délits réprimés par le code pénal.

6° En favorisant les 5 premiers points, « balance ton porc » s’en rend pleinement complice.

Sous prétexte de harcèlement, il y aura forcément nombre de règlements de comptes sans un quelconque rapport avec la sexualité. La liste est longue des frustrations qu’une femme peut éprouver :

Salaire inférieur aux collègues, une promotion qui n’arrive pas, vengeance d’une amante délaissée, etc.

Une femme frustrée peut être une sacrée garce. C’est même une spécialité féminine parce que garce n’a pas de masculin… 😊

Les choses peuvent d’ailleurs être très relatives, voir surprenantes… J’avais vu une cliente de la boîte où j’étais en apprentissage dénoncer un ouvrier parce qu’il lui avait manqué de respect.

En lui rapportant sa voiture après réparation, ce goujat ne fut pas sensible à son joli déshabillé et ne l’embarqua pas pour Cythère à la cosaque… Il lui avait donc manqué de considération. Chacun voit le savoir-vivre selon ses désirs… Heureusement pour l’ouvrier, la femme était bien connue des chefs de service qui avaient aussi bénéficié de son ouverture... d'esprit.

Des institutions de délation, on en a connu beaucoup et leurs organisateurs avaient des noms plus prestigieux que cette Sandra Muller qui trouve dans ce « Balance ton porc » plus de notoriété que par sa plume : Des noms ? Staline, Hitler, Mussolini, Franco, Pétain, Salazar, etc. Bref, Madame Muller est en bonne compagnie…

Du temps de la milice, il y avait une boîte à lettres pour les dénonciations, maintenant, il y a Twitter, Facebook et autres pissotières.

« Balance ton porc », c’est l’institutionnalisation des graffitis de chiottes.

Si au moyen-âge on mettait les délinquants au pilori, sur la place publique, ça se faisait APRES un jugement (dont on peut douter de l’impartialité, mais là, c’est pire car il n’y en a pas !).

Cette polémique sur les « gestes inappropriés » me rappelle un incident qu’un cousine avait vécu étant ado. Elle s’était retrouvée face à un exhibitionniste qui devait avoir trop pensé à Fernande. Au visu de la chose elle lui avait dit : « Vas te rhabiller gros cochon. » Il s’était enfui la queue entre les jambes (pourtant ma cousine ne s’appelle pas Lulu) et la cousine s’était bien foutue de sa gueule… Ce qu’une ado a pu faire, une adulte devrait aussi pouvoir le faire… Le grand perdant de l’histoire fut le psy dont ma cousine n’eut pas besoin.

Bref, « balance ton porc » est juste une outrance de plus pour faire passer des lois toujours plus liberticides. Puceau 1er va-t-il nous donner la liste des positions du Kama-Sutra qui seront encore autorisées dans l’hexagone ?

La pénalisation des clients de prostiputes va plonger ces dernières dans la clandestinité et des conditions de travail encore plus inhumaines et dégradantes. Elle met aussi d’autant plus en danger l’ensemble des femmes par une recrudescence des viols hors cadre familial.

Il est des études dont la France passe comme chat sur braise (j’ai failli écrire « sur baise ») : L’une d’elle démontre que plus les sociétés sont permissives en matière de sexualité et moins il y a de violences sexuelles. Le simple bon sens devrait dédiaboliser la sexualité, mais avec la bande de torturés du zigouigoui qui nous sert de caution morale, on n’est pas encore rendu dans un monde de bisounours…

- La Tribune des 100 femmes: Je ne suis pas certain que ça puisse intéresser grand monde, donc je ne ferai pas un billet là-dessus.

- Le cas Brigitte Lahaie: J'en ai parlé en commentaire, donc je n'y reviens pas dessus.

- La Lettre de Leïla Slimani: Cette magnifique lettre est consultable sur le commentaire de La Baladine, dans le billet précédent.

Il y a encore bien du boulot avant que le vœu de Leïla puisse se réaliser parce que dans cette société de compétition et de course au matérialisme engendrant des prédateurs de tous ordres, même si ça devrait couler de source, on ne peut pas éviter d'être prudent.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 >