Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 5 février 2007

ManouGeorges PEREC




"Ils voulaient jouir de la vie, mais, partout autour d'eux, la jouissance se confondait avec la propriété. Ils voulaient rester disponibles, et presque innocents, mais les années s'écoulaient quand même, et ne leur apportaient rien."

Georges PEREC (Les Choses)

dimanche 4 février 2007

Tant-BourrinAvec un extrême détachement

Urbain Tront passait toutes ses nuits à voler. Littéralement. Comme un oiseau. Mais un oiseau encore plus léger que l'air, un oiseau qui n'aurait eu ni plumes, ni chair, ni os, un oiseau immatériel.

A vrai dire, il ne volait pas vraiment : il ne faisait aucun geste, aucun effort pour se maintenir en équilibre sur le souffle des vents, il planait, il flottait, il lévitait. Et d'ailleurs, il ne faudrait pas dire "il", car nul n'aurait pu reconnaître Urbain Tront dans ce qui voyageait ainsi entre ciel et terre. Ce n'était pas vraiment lui au sens où on pourrait l'entendre, c'est-à-dire un être humain normalement constitué, assemblage matériel de molécules. Non, ce qui volait n'avait aucune consistance, aucun aspect visible, aucun existence.

Et pourtant, cela était.

Lire la suite

samedi 3 février 2007

Saoul-FifreParler pour ne rien dire

Génial. Merci Cassandre ! En voici une idée qui va peut-être me changer les idées, et "changement de verbiage réjouit l'affreux Zozo", mais d'abord une petite précision : Ka-cendres, il faut que ça se sache, n'est pas un blog qui ressasse sans cesser ni se lasser, mais fumasse, le feu qui hélas envoya à la casse une carcasse de Ka qu'avait trop d'la classe, trépassée, frite, cassée, calcinée... Ce n'est pas non plus "casse-andre", un blog qui serait misandre, hein, pas du tout ?

Un blog sympa, philosophe, lucide, patient, courageux, talentueux mais insupportablement trop modeste, que j'ai pourtant du mal à visiter régulièrement. En ce moment, il m'arrive même de ne pas commenter mes co-blogueurs, ça la fout mal et c'est dangereux : si vous saviez ce qu'ils sont susceptibles, bon je vous dis ça, c'est off of course, merde, le micro était branché, je plaisantais bien sûr, ce n'était qu'une sorte de bravitude abracadabrantesque, ils sont adorables, ya juste que quand j'aborde le sujet de la pollution atmosphérique au dessus des mégalopoles, ils se mettent à tousser en faisant des grimaces qui me terrorisent. J'ai pas l'habitude, moi qui vis au grand air. Bon d'accord, ça nourrit pas son homme, j'ai jamais réussi à trouver un acheteur pour mon bon air, il parait qu'au Japon, ils y sont arrivés, ils ont mis des distributeurs à pièces d'air pur des montagnes ? C'est vrai, ça, Cassandre ? Ils vendraient des séchoirs à sable aux Touaregs, ces mecs ? Une certitude : ils ne manquent pas d'air !!

Bon, le truc de l'air pur, c'est juste pour frimer sur le blog. On est dans un coin bien pollué. Bon, ya le pire : la cuvette de Berre, mais dans toutes les Bouches-du-Rhône, en été, il n'y a pas un seul jour sans alerte à l'ozone !

Un qui manque pas d'air non plus, c'est mon second fils. Il est dans mon dos et il attend la place sur l'ordi. Jamais vu un optimisme pareil. Il y croit . Le vrai ouf de compétition. Il lit en même temps que j'écris et je sens sa fureur noire se densifier. Il hurle. Il bégaye. Ha tiens : il en bave aussi. Tout ça pour une immersion dans le World Of Warcraft ! Dingue ! Ils ont trouvé un truc pour que de la drogue suinte par les touches du clavier pendant la partie, ou quoi ? Bon bon, prends-la ta bécane, il parait que de grands accros au WOW sont capables de tuer pour une dose... Mais n'oublie pas que t'as le Bac à la fin de l'année. Oui : le Bac, une espèce d'examen qui sanctionne ton absence de travail scolaire pendant tout le secondaire... Ça t'aurait sûrement rapporté quelques points supplémentaires, mais je te signale qu'il n'y a pas d'option "peintures sur Warhammers", non plus... Alors tu freines aussi sur les soldats de plomb en plastique ?

Fils d'imbécile !

vendredi 2 février 2007

ManouA l'origine




Le temps est venu pour moi d’aborder les confidences. Je vous épargnerai les détails de mes douleurs mensuelles pourtant divines. Je passerai outre les coups bas que la vie a porté à mes ambitions corporelles démesurées (dépasser 1m55). Je crois que je tairai aussi ce que m’inspire le beurre rance, l’argent sale du beurre rance et le sourire surfait de la laitière. Non, je vais vous parler d’un problème important, DU problème. Le problème initial, le seul, le vrai, celui dont tous les autres découlent.

Je dois tout d'abord me mettre en situation.
- Fermer toutes les issues qui me permettraient de m’enfuir.
- Monter grave le chauffage. Le chauffage électrique. Si personne ne se décide à soutenir cette énergie propre, où allons-nous ? - Ouvrir mes 7 chakras (Chez la plupart des gens, une très faible partie seulement de la force de la kundalinî circule à travers le Sushumnâ. Plus cette énergie est mise en éveil par l’évolution de la conscience de l’Homme, plus son courant afflue dans le canal de la colonne vertébrale pour rendre, ainsi, plus actifs les différents chakras. Cette animation entraîne un agrandissement des centres énergétiques (10 cm = base commune) et une accélération de leurs fréquences. La force de la kundalinî apporte à chaque chakra cette vibration énergétique dont l’Homme a besoin au cours de son évolution pour pouvoir accéder à toutes les capacités et à toutes les forces actives sur les divers plans énergétiques et matériels de la Création afin de les intégrer dans sa vie » cf http://cdcp.free.fr/dossiers/ck/chakras.htm)

Puis je dois me vider de toutes les impuretés accumulées pendant les derniers mois, me purifier selon la technique rituelle japonaise « misogi » (qui se pratique habituellement sous une cascade sacrée, cf http://aikido.passion.free.fr/?2005/01/16/82-shinto-en-aikido, mais le robinet de la salle de bain fera bien l’affaire).

Enfin, c’est bien le plus terrible, il me faut observer le jeûne (car les jeûnes aident à prendre des décisions dans les moments charnières de notre vie et permettent, pour ceux qui en auraient vraiment besoin, une correction de l'hypertension et du cholestérol http://www.mieux-etre.org/interactif/article.php3?id_article=734).

Chakrée, trempée, plus mince, me voilà prête à vous poser la question que m’a pernicieusement lancée ma petite nièce : « C’est l’ovule ou le spermatozoïde qui est né en premier ? ». J’exige une réponse scientifique. Des hypothèses argumentées, a minima.

Et il faudra trouver autre chose que le coup du serpent et de la pomme.

jeudi 1 février 2007

Tant-BourrinTribal dans le bastringue

Vous sentez que vous vous étiolez dans votre boulot ?
Vous êtes terriblement las des épaisses couches du vernis de la civilisation occidentale qui étouffent les vieux instincts immémoriaux tapis au fond de vos cellules ?
Vous souhaitez redonner corps à l'esprit d'équipe, à la fraternité de sang au sein de vos troupes ?
Vous souhaitez briser le carcan asphyxiant des conventions socio-professionnelles ?

Alors ce billet est pour vous !

En effet, nous sommes très fiers de vous présenter ici quelques trucs pour réinjecter, via les codes vestimentaires, un peu d'esprit tribal dans le monde du travail, et ce en utilisant tout simplement quelques accessoires banals présents dans tous les bureaux.

En avant pour la collection printemps-été qui va vite devenir le nec plus ultra en milieu professionnel...

Lire la suite

mercredi 31 janvier 2007

Saoul-FifreFaux-billet

Bon, je pourrais vous faire des billets tout bleus ou tout verts, genre ce faux-cul de Tant-Bourrin, mais j'ai de l'éthique, moi. J'ai toujours été correct et honnête. Je suis pas du style à vous faire des promesses longues comme le bras et vous les mettre bien profond. Quand je promets, je tiens, enfoncez-vous ça dans la comprenette. Et quand je ne tiens pas à faire quelque chose, je vous promets qu'il est difficile de me le faire faire. Et de toutes façons, personne ici vous a promis rien du tout. Ya juste Manou qui nous doit encore 48363 billets de 4 lignes minimum, mais c'est par contrat, c'est différent, et pis elle a quand même obtenu de nos avocats (qu'ils soient maudits, eux et leurs maîtresses, jusqu'à la génération "écologie") une clause d'objection de conscience, il parait qu'on était obligés, que c'est inscrit dans la Déclaration des Droits de la Femme mûre...

Enfin, moi je dis que le plus important, ben, c'est la liberté, et que la seule façon de vérifier qu'on est libre, c'est de prendre sa clé et de sortir. C'est clair que c'est pas toujours aussi simple. Alors on sort, on s'essuie un peu les pieds sur le tapis-brosse du palier, et puis on rerentre. Ça nous fait une aventure à raconter, faut bien dire que ya pas grand chose d'intéressant ce soir sur les 136 chaînes.

Mais pour le blog, là, ça roule : j'ai eu beau fouiller bien comme il faut dans les boyaux de ma tête, les retourner comme une chaussette, j'ai pas trouvé une seule idée à développer, à délayer, à rallonger, histoire de faire illusion, de donner le change, et il faut que je sois raisonnable : ma liberté de scripteur s'arrête où commence mon impuissance à écrire.

Et pour le billet du jour, vous pouvez vous brosser sur le tapis du palier.

C'est une chose d'acquise, nous n'aurons plus à y revenir.

lundi 29 janvier 2007

ManouAnniversaire



Eric mourait il y a 20 ans, jour pour jour. Il m’a fallu revenir souvent sur l’événement avant d’accepter. La perte brutale de mon jeune frère n’entrait pas dans ma compréhension des choses. J’avais pourtant 25 ans.
Le temps a passé. D’autres morts. Des naissances. L'impuissance. Les joies.

Foutue belle vie.

Nous sommes bien peu de choses.
Il faudrait pourtant croire en notre potentiel, individuel et collectif.
Continuer quoiqu’il arrive, ouvrir les yeux, être curieux. Aimer autant la nouveauté que les gestes quotidiens.
Etre reconnaissant d’avoir un toit, de manger à sa faim, de n’être pas dans un pays en guerre.
Ecouter, aimer, aider, faire ce qu’on peut. Faire de son mieux.
Apprendre aux enfants à respecter la vie.
Tout a une fin, le meilleur comme le pire. A nous de garder le pire en mémoire pour avoir peut-être l’opportunité ou la faculté de l’éviter. A nous d’accueillir ou de renouveler continuellement le meilleur.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 >