Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 25 août 2005

Tant-BourrinHistoire dramatique et édifiante

Il était fier de sa fiancée
Qui était belle comme le jour
Mais un jour il l’a présentée
A une bande de gros lourds

Ils ont zigouillé le pôv’ gars
Et violé la fille aussitôt
Moralité : il fallait pas
Mettr’ la chérie devant les beaufs !

mercredi 24 août 2005

Saoul-FifreQuand les politicards veulent lui mettre un doigt, le sage écoute Lalune.

Aujourdhui, le billet va être vite fait, bien fait. Et surtout : bien fait, car c'est le Pierrot qui s'y colle, et le Pierrot, il a pas la cervelle grisatre, c'est quelqu'un qui gamberge et il n'a rien d'un adepte du consensus mollasson !

Sans vous commander, et si vous avez un moment, et même si je n'ai aucune accréditation valable pour ce faire, j'aimerais que vous cliquiez là maintenant sur ce lien

Tant-BourrinL'ennui

"- Mais pourquoi es-tu si froide et si distante avec moi, Suzan ? Tu sais bien que je ne souhaite que ton bonheur."
"- Oh, John, j'ai... j'ai si peur de l'amour, si peur... de souffrir à nouveau... Je..."

CLIC

L'écran devient noir juste avant que les lèvres ne se rejoignent en un baiser torride, enveloppé de sirupeuses volutes de violons. Elle pose la télécommande sur le bras du vieux canapé. Ces séries l'ennuient tellement. Tout l'ennuie tellement.

Elle écoute le silence de l'appartement au coeur de cet interminable après-midi aux volets mi-clos. Le silence ? Non, pas tout à fait : quelques mouches bourdonnent, frôlent parfois son visage, heurtent sporadiquement le carreau.

Que pourrait-elle faire pour tromper son ennui ?

Elle est déjà sortie ce matin faire ses courses, a croisé quelques voisines, a échangé quelques banalités un quart d'heure avec Mme Ruiz, a feint d'oublier de courts instants sa lassitude. Et puis elle est rentrée.

Oui, que pourrait-elle bien faire pour se désengluer de cette torpeur qui la saisit ?

Aller au club du troisième âge ? Non, la compagnie de vieux et de vieilles aussi décrépits qu'elle la déprime, leur affaissement est le sien, leurs plaintes continues sur le temps qui passe, sur leurs douleurs articulaires, sur le monde qui était mieux avant, tout cela lui donne le cafard.

Lire ? Non, sa vue a bien baissé. Lire la fatigue désormais. Lire appartient au passé.

Quoi alors ? Rien. Elle sent l'usure en elle.

Elle préfère rester là à écouter les mouches bourdonner.

L'une d'entre elles se pose près de la trace brunâtre sur la banquette du canapé, là où Bernard posait sa nuque quand il lisait son journal ou regardait la télévision.

Et son regard s'y perd.
Elle revoit.
Elle revit.
Les années de joie, de galère, de tendresse, les coups de gueule, les réconciliations, les silences, la lente mue des sentiments, la complicité muette d'un vieux couple sous la patine du temps et des habitudes.

La souffrance aussi.

Celle, inextinguible, de ce jour de novembre, il y a plus de trente ans, où leur fils les a quittés brutalement dans un hurlement de métal fracassé.

Celle, tout aussi vivace, de la lame du cancer qui, en quelques mois, a décollé son Bernard de la vie.

Ses hommes. Réduits à l'état de photos sur le poste de télévision.

Elle songe à la chanson de Brel.
Il ne manque plus au décor que le ronronnement de la pendule d'argent.
Bernard, qui aimait tant Brel, ne pouvait plus écouter cette chanson. Elle lui déchirait les tripes, le souffle, le coeur, et lui laissait l'âme à nu. Il se voyait vieillir, il la voyait vieillir, il ne supportait plus le miroir des paroles.

   "Et l'autre reste là, le meilleur ou le pire, le doux ou le sévère
   Cela n'importe pas, celui des deux qui reste se retrouve en enfer"

L'enfer, ce demi-sommeil languide ?
Peut-être.
Elle écoute les mouches bourdonner.
Elle n'attend plus rien.
Elle a comme un goût de terre dans la bouche.

mardi 23 août 2005

Saoul-FifreComa idyllique

Mon père était viti et surtout viniculteur. Et même si je n'avais que 13 ans à l'époque ou il est parti vendanger les vignes du seigneur...

Lire la suite

lundi 22 août 2005

Tant-BourrinZygomathématiques

Lorsque l'on se tord de rire,
décrit-on nécessairement une courbe de gausse ?

dimanche 21 août 2005

Tant-BourrinTombé de haut dans l'ascenceur

Il y a quelque temps, l'assemblée générale de copropriété de mon immeuble, après avoir lancé un appel d'offres pour le contrat de maintenance de l'ascenceur, a décidé de changer d'ascenseuriste. Jusque-là, nous avions un prestataire que je ne connaissais ni des lèvres, ni des dents, et voilà que j'entends prononcer, pour le remplacer, le prestigieux nom de Combaluzier. Fort bien.

Quelques semaines s'écoulent. J'avais oublié ce changement programmé, jusqu'à ce qu'hier, je remarque dans l'ascenceur que la plaque suivante avait été collée à la place de l'ancienne.

Et là, subitement, tout mon univers s'écroule.

Combaluzier et Drieux ?

Cela veut-il dire que Combaluzier n'est plus en ménage avec Roux ? Ils se sont brouillés ? Ils sont définitivement séparés ? Combaluzier, fatigué de passer systématiquement après Roux, s'est-il maqué avec un petit jeune timide histoire de pouvoir mettre enfin son nom en tête ? Ou alors est-il arrivé quelque chose à Roux ?

Zut, j'ai loupé un épisode. Il va falloir que j'aille spécifiquement chez mon coiffeur pour me gaver de Gala et de Voici en guise de session de rattrappage.

Ou alors, si quelqu'un peut me préciser ce qui s'est passé dans le couple Roux-Combaluzier, je suis preneur d'infos.

Tant que vous y êtes, j'aimerais bien aussi savoir si :

  • le bonheur coule toujours à flots entre Jacob et Delafon
  • Smith et Wesson se consument toujours d'un amour désarmant
  • la passion est toujours bouillante entre Rivoire et Carré

Merci d'avance de maintenir à flot ma culture people.

vendredi 19 août 2005

Tant-BourrinDans le chat, tout est extra !

Antenor en rêvait, Tant-Bourrin l'a fait... Enfin un billet sur les chats !


Voilà, c'est fait, vous êtes débarrassé de votre chat, il vient de passer l'âme à gauche. Peu importe que sa mort soit naturelle ou que vous l'ayez légèrement facilitée (en l'essorant à 1200 tours par minutes dans votre lave-linge par exemple). Peu importe qu'il soit mort écrasé par un poids lourds ou par un sac de lest lâché depuis une montgolfière par un aérostier un peu maladroit. Peu importent les détails : la seule chose qui compte, c'est que vous êtes enfin débarrassé de cette sale bête.

Mais que faire de la carcasse ? La confier aux services vétérinaires ? L'enterrer dans le jardin ou dans la cave ?

Tsss... vous n'y pensez pas ! Quel gâchis !

Voici quelques conseils pratiques, quelques suggestions pour recycler au mieux un cadavre de chat... Suivez le guide !


Lire la suite

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 >