Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 30 mai 2006

Tant-BourrinPeau d'âne

Le vieil ânier en pleurs, usé par la famine,
Dut hélas à la fin manger son bourricot,
Mais mon dieu qu'elle est âcre de goût, sous les chicots,
La peau de son grison bouffé par la vermine !

Moralité :
Couenne d'âne amère, ah !
Ma vile couenne d'âne amère, ah !
Couenne d'âne amère, ah !
Ma vile couenne d'âne amère, ah !

lundi 29 mai 2006

Saoul-FifreSi tu es gai, ris donc...

Dans la grande tradition des gags relous en une image que l'on trouvait à la grande époque, dans des journaux comme Jours de France, Ici-Paris, France-Dimanche, Le Rire... etc, et pour qu'il soit bien clair pour tout le monde que je ne suis pas nul QUE en dessin, voici de quoi alimenter en Gros Rire Gras et Beauf ce blog.

Lire la suite

dimanche 28 mai 2006

Tant-BourrinLa positive attitude

Tout a commencé sans qu'on n'y prête la moindre attention. Nous voulions acheter un petit siège pour que Tant-Bourriquet ait une assise à sa taille, et nous avions trouvé ce petit fauteuil de mousse particulièrement approprié.


D'ailleurs, Tant-Bourriquet l'adopta bien vite, indépendamment du fait qu'il soit décoré de petits Oui-Oui.

Et puis il y eut un cadeau d'une belle-soeur, une petite peluche de Oui-Oui. Il ne se passa rien dans les premiers temps, mais peu à peu, il apparut de façon claire que Tant-Bourriquet, qui avait passé près de vingt mois sans éprouver le besoin d'avoir un doudou, s'entichait du gnome à grelot.

Soit.

Mais hélas, un jour, le Oui-Oui fut égaré sans espoir de le retrouver, et il fallut en acheter un autre, plus grand, plus beau. Et par souci d'éviter le trauma d'une nouvelle perte, nous en avons acheter un second, histoire d'avoir un doudou de secours. Mais notre discrétion fut mise à mal : Tant-Bourriquet réussit à voir les deux Oui-Oui en même temps et les adopta derechef, ainsi que, quelque temps plus tard, un mini Oui-Oui en peluche.

La famille Oui-Oui ressemblait alors à cela...


A partir de là, ce fut l'escalade, la fuite en avant... Tant-Bourriquet n'avait plus que "Oui-Oui" à la bouche. Il y eut bientôt les livres de Oui-Oui,...


...la voiture de Oui-Oui,...


...puis une trentaine de divX de Oui-Oui...


...et même les chaussures de Oui-Oui !


Anténor verrait dans cette monomanie galopante de la graine de client pour le Docteur Schneider.

Personnellement, je ne le pense pas. D'ailleurs, malgré ce flux de Oui-Oui qui constitue aujourd'houi-oui mon environnement, je garde ma bouille réjoui-ouie et épanoui-ouie. Je laisse donc coui-ouiner les béni-oui-oui à la mine chafoui-ouine, je n'oui-ouis que coui-ouic de ce qu'ils baragoui-ouinent. Leurs affirmations gratui-ouites s'évanoui-ouissent dans le brui-ouit ambiant. Et pui-ouis je n'en sui-ouis pas rédui-ouit à prendre des cui-ouites inoui-ouïes au oui-whisky dans des bouis-bouis pour oui-ouiblier Oui-Oui.

Oui, oui, je vous ai assez ennui-ouyés avec Oui-Oui pour ce oui-week-end... Un bon sandwi-ouich, un petit chewi-ouing-gum, je me foui-ouis dans mon swea-ouiter, et je serai prêt à joui-ouir d'une bonne nui-ouit !

samedi 27 mai 2006

Saoul-FifreAmis de la poésie et des poueteurs, re-bonjour !

J'ai les noms. Et les IP correspondantes. Et les adresses mail. Je viens d'acquérir d'autre part un petit bijou de spammeur automatique, qui couplé à un générateur d'injures, vous sulfatent les blogs non dans la ligne du 25 ième congrès, avec des mots doux qui piquent les yeux. Quand il lance ses rafales de nuisances, mon disque dur émet un adorable petit ronron, très doux à mes oreilles et qui m'enchante.

Oui j'ai les noms de celles et ceux souhaitant à toute force se gausser à mes dépends. S'agissant de ceux qui ont joué le jeu, et participé au concours, je conçois qu'ils souhaitent être récompensés à la hauteur de l'effort fourni, mais que dire de ces ..., ha, la langue française est décidément trop pauvre, il faudrait inventer un mot, de ces ... marmolachons vlurpicieux, refusant de partager convivialement leurs propres premiers écrits, aux imperfections touchantes, mais se délectant en ricanant de ceux des autres, dissimulés derrière leurs moucharabiehs de voyeurs ?

Rien. Je n'en dirais rien, pas plus, et j'en ai déjà trop dit, mais ce n'est pas l'envie qui me manque de vilipender ces viles vilenies plus avant.

Bon, qui se sentent morveuses, qu'elles se mouchent.

En attendant, faute d'avoir installé un filtre à lecteur sur ce blog, ouais, un truc avec un monnayeur, par exemple, comme sur les machines à café, pour financer notre Société d'encouragement de la race bourrine et fifrisée, tout le monde va pouvoir se marrer tout son saoul.

Mon premier poème d'Amuuur, dis donc ? Ha, je sens un frémissement dans la foule, une houle s'installe, les sourires s'affichent, j'en vois qui s'excitent, des séances de masturbations impromptues et incontrolables démarrent, mais Nom de Dionysos, je vous parle de sentiments, là, vous êtes vraiment pas sérieux, je vous parle d'un amour d'enfant, pur, naïf, total ... ?

Je parle à des murs, oui !

Mais des murs qui aiment rigoler !

Et là, vous allez être servis, bande de "pour qui rien n'est sacré"... Pour ceux qui aiment les dates et les chiffres, cette histoire s'est passée en 4ième. Le texte a dû être écrit 1 an plus tard ...

Chanson triste

La fille brune, rappelle-toi,
Tu n'as rien vu de sa beauté
Et elle n'avait d'yeux que pour toi,
Tu n'as pas compris qu'elle t'aimait.

Elle s'est tournée pour te parler,
Tu n'as rien vu de son sourire,
Tu avais le chemin tout tracé,
Tu n'as trouvé rien à lui dire.

Elle te passait des petits papiers
Remplis de douces confidences,
Tu as joué les étonnés,
Tu n'as pas su saisir ta chance.

Un jour, elle t'a donné la main,
Tu n'as rien vu de sa douceur,
Tu l'as lâchée, t'es pas malin,
T'es passé tout près du bonheur.

Un soir, elle voulut un baiser,
Tu n'as rien vu de sa paleur
Quand, cruel, tu as refusé,
Tu lui as déchiré le cœur.

Dans ses yeux noirs souvent mouillés,
Tu n'as rien vu de son Amour,
C'est à cause de toi qu'elle pleurait,
Maintenant tu souffres, c'est ton tour...

Amis de la pleurésie et des saules pleureurs, à bientôt !

vendredi 26 mai 2006

Tant-BourrinPour un peu de silence

Allongé dans le noir, il soupira profondément. Encore ces bruits de pas chez les voisins. il épongea la moiteur de son front d'un revers de main. Le bruit, le bruit, le bruit...

Il ne pourrait pas se rendormir de sitôt, il le sentait bien. Assis maintenant sur le bord du matelas, il entendait des bruits de chaises déplacées. Les voisins du dessus qui déjeunaient, sans doute. Et puis le bruit de la rue, incessant. Et celui d'un poste de radio qui grésillait quelque part dans l'immeuble.

La tête entre les mains, comme pour amortir la résonance du vacarme dans son crâne, il sentait ses pensées se muer en vermine. Une vermine qui lui bouffait définitivement son énergie vitale, ses espoirs et sa raison.

Un chien aboyait à présent. Le choc d'un objet lourd tombé sur le sol, quelque part dans les étages supérieurs. Des coups de marteau. Les postes de télévisions qui s'allumaient et hurlaient dans les appartements alentours.

Le brouhaha était désormais féroce et le violentait physiquement. Ses muscles se raidissaient, comme pour essayer d'encaisser les coups.

Depuis quand ne supportait-il plus ainsi le bruit ? Depuis... depuis... sa mémoire douloureuse s'encotonnait de flou. Il se souvenait seulement du cri primal, de ce cri de métal qui rebondissait encore, des années plus tard, sur les parois de sa boîte crânienne... Et ce cri se fondait en harmoniques dissonantes avec le boucan alentours, dans la salinité des larmes qui lui coulaient maintenant sur les joues.

Une perceuse à percussion se mit à faire trembler l'immeuble. Des rires d'enfants résonnaient. Une scène de ménage dans l'appartement voisin. Un bruit d'essorage de machine à laver. Une seconde perceuse.

Il se leva, en proie à des affres insupportables, tambourina sur le mur en hurlant "Assez ! Assez ! Silence !"

Mais rien ne semblait devoir faire cesser l'agressive clameur de vie de l'immeuble. Et rien non plus ne paraissait pouvoir apaiser la folle rage qui l'animait maintenant, lui qui cognait dans les murs à s'en fracasser les phalanges, éructait, pleurait, suppliait pour que cesse l'épouvantable fracas, pour que s'éteigne enfin le cri de métal.

Une vitre explosa sous son poing. Sang. Eclats. Il prit un morceau de verre et s'en entailla profondément les veines de ses poignets.


- Pas beau à voir, le macchabée, hein ?
- Tu parles, vu ce qu'il en reste, ça doit faire au moins trois mois qu'il traînait là ! Le légiste confirmera ça... Faut dire que le coin n'est pas très fréquenté, ce n'est pas étonnant qu'on ne l'ait pas trouvé plus tôt... T'as reçu les infos sur lui ?
- Oui, si les papiers sont bien à lui, c'est un type qui avait disparu complètement de la circulation depuis trois ans. Veuf. Femme et deux gamins morts dans un accident de bagnole dont il a été le seul survivant. Très gros problèmes psychiques suite à ça : plusieurs séjours en HP et tout le tintouin, jusqu'à ce qu'un jour il parte sans laisser d'adresse...
- Mouais, un louf, quoi !... Ça devait faire plusieurs mois qu'il squattait ici... Plutôt glauque, comme environnement. Et il devait pas trop être dérangé par les voisins, ça fait au moins un an que le quartier à été vidé de ses derniers habitants... Je me demande d'ailleurs qu'est-ce qu'ils attendent pour raser enfin ces vielles masures et lancer le chantier du nouveau centre d'affaires...
- Sûr qu'il devait être tranquille ! Ç'en est même oppressant, ce silence... Enfin bon, apparemment, un suicide de marginal... On va sans doute pouvoir vite classer le dossier...
- Oui... Pauvre type, quand même ! Crever comme ça, tout seul, sans un bruit...

jeudi 25 mai 2006

Saoul-FifrePoéter plus haut que son luth, le retour.

Byalpel s'impatiente. Mais non, Bibi, ya pas de quoi ! Ho, ils sont stressés ces parigots, ya pas le feu ? Et chez Blogbo, on est pas le genre à écrire des billets sur les pompiers de Paris, ni sur les tours Eiffel à Sion ! Nous.

Résultat des courses :

Écoutez, je suis ébahi, ébaubi, sur le cul, sidéré, stupéfié et merveillé. Par la qualité de vos productions. Donc j'ai décidé de changer les règles, et puis c'est vrai : j'adore changer les règles en cours de concours, c'est très chrétien, ça, les premiers seront les derniers, les seconds passent au cinquième rang et les derniers continuent à être les premiers à se faire troncher car il ne faut pas rêver, il y a de moins en moins de pratiquants de l'Amour du prochain, et il faudra toujours des pré-datés pour les prédateurs.

Vous êtes tous gagnants, je le dis franchement, je ne suis pas arrivé à vous départager.

J'aimerais tout d'abord remercier le gagnant du 1er Prix du poème-sans-thème-imposé-mais-vachtement-bien-torché-quand-même, j'appelle sur le podium Monsieur Matthieu, qui, plutôt spécialiste des nouvelles, s'est lancé pour l'occasion, et brillamment, dans une rafale de rimes de la plus belle eau.

Je tiens ensuite à féliciter le gagnant du 1er Prix de l'Amour-maternel-et-de-la-mauvaise-camaraderie. J'appelle Monsieur Byalpel, qui s'est rapproché très très près du ton de mon premier poème, mais en moins ridicule cependant. Belle prémonition.

J'appelle maintenant le gagnant du 1er Prix du mineur-fatigué. Oui, Monsieur Bof...etc ! Vous avez gagné ! Quelque chose vous le susurrait à l'oreille et aujourd'hui, vous avez la confirmation de votre intuition. Après un tel coup d'essai, vous devriez recommencer, renouveler ce coup de maître ? Nos colonnes vous sont ouvertes, vous le savez.

J'ai le plaisir de décerner céans le 1er Prix de la-non-poésie-non-rimée-mais-qui-en-jette-pourtant-méchamment. J'appelle Monsieur Badibuh auprès de moi pour lui transmettre verbalement mes félicitations. Ainsi que mes excuses. : je ne comprends que pouic au jeu actuellement organisé sur votre blog, et puis bon, il est vrai que le temps me manque un peu, mais j'y vais régulièrement...

C'est avec une grande sincérité que je vous offre ce magnifique plâtre d'art passé au papier de verre, symbole du 1er prix du poème-le-plus-adorablement-mignon-du-lot. Merci, Anne, et... encore et à nouveau merci pour cette pièce limpide et émouvante.

J'appelle sur le podium le gagnant du 1er Prix de similitude. C'est peut-être vous, Monsieur Tant-Bourrin qui avez le mieux réussi à "imiter", sans l'avoir jamais lu, je le précise, mon texte intitulé "Bois-Joli" (honteusement piqué à Colargol, d'ailleurs). Mais vos rimes ne sont pas aussi pourries, les bons sentiments y sont moins gluants, vous ne vous êtes pas assez "laché", quoi..

J'aimerais que quelqu'un de la salle aide à monter sur le podium la gagnante du 1er Prix du raccourci-qui-tue. J'appelle Mamasha, notre doyenne, et l'auteur de ce petit texte très beau car très vrai. Merci du fond du cœur pour votre regard perçant.

Je suis content enfin de remettre son 1er Prix, celui-de-la-violente-lucidité, à notre chère ab6, qui a mis certes la fléchette dans le 1000. C'est sans doute ce que je ressentais, mais sans du tout pouvoir l'exprimer. Et l'eusse-je exprimé, que ce cher Monsieur Cazalis ne m'aurait point ajouté à sa sélection...

Bien, choses promises, choses dodues, voici un texte que j'ai pondu peu de temps après. C'était la guerre du Vietnam, on parlait beaucoup de bombes au napalm, et j'ai essayé d'exprimer mon dégoût.

Vietnam en folie

Morves de folles
Morves en verve volent au vent
Mauves, vertes et molles,
Larves torves se sauvent en volant.
Orves mortes qui bavent
Sur de brèves môles
Que violent de vils caves.

Au vent, morves volent,
morves de folles...

mercredi 24 mai 2006

Tant-BourrinChat - rat - deux (4)

L'envie de pondre de longs billets denses et touffus étant provisoirement partie voir ailleurs si j'y suis, je vous propose aujourd'hui un nouveau petit divertissement à base de charades.

Mais pas n'importe quelles charades : des charades 100% Blogborygmes, des vraies créations, pas de simples copier/coller de trucs glanés à droite ou à gauche... Nous avons le respect de nos lecteurs, nous ! :~p

Plutôt qu'une longue explication sur le principe du jeu et sur l'à-peu-près infâme y régnant en maître, je vous invite à parcourir les trois séances précédentes de charades, , et itou.

Les propositions de réponses sont à donner dans les commentaires, de la coopération naîtra peut-être le sans-faute !... Les éventuelles réponses non-trouvées seront dispensées à une date non-fixée, selon mon bon vouloir.

La thématique de cette série de charades tourne autour des grands poètes français (un peu de culture et de finesse dans un monde de boeufs)...

A vos marques ! Prêts ? Partez !


Charade n°1

Mon premier se chope parfois la grosse boule
Mon second est ce que dit le mari de Pauline en apprenant que sa femme est perdue en forêt
Mon tout est un grand poète


Charade n°2

Mon premier est l'information selon laquelle la célèbre actrice Halle Berry visiterait le Louvres puis la Galerie nationale du Grand Palais
Mon tout est un grand poète


Charade n°3

Mon premier est la médaille d'or de basket-ball aux jeux olympiques de Moscou en 1980
Mon tout est un grand poète


Charade n°4

Mon premier est le commentaire narquois et moqueur d'un pied-noir sur le passage d'un type qui se prétend l'envoyé de dieu
Mon tout est un grand poète


Charade n°5

Mon premier est un slogan d'écolo breton
Mon tout est un grand poète


Charade n°6

Mon premier est un vêtement joliment coloré, fait de mon second
Mon tout est un grand poète


Charade n°7

Mon premier est le mamelon d'une Iranienne d'origine extrême-orientale
Mon tout est un grand poète


Charade n°8

Mon premier n'apprécie pas de rouler en Citroën
Mon tout est un grand poète


Charade n°9

Mon premier est chose impossible (ou alors, c'est que la castration à été mal faite)
Mon tout est un grand poète


Charade n°10

Mon premier est ce que l'on dit lorsque l'on s'enquiert auprès de Monique du goût bizarre d'un apéritif anisé fabriqué dans le 9-3

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 >