Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 29 octobre 2009

AndiamoLe fécaloscope

- Où ça ?

- ………….

- 12 rue du ruisseau ?

- ........

- Oui, je sais que c’est dans le XVIIIème, j’suis pas né à la cambrousse Bérinelle, on y va !

- Crafougnard ! Prends ta fouillase, on sort !

- Oui patron, j’arrive…

Lire la suite

lundi 26 octobre 2009

Saoul-FifreLe gland

C'est l'histoire d'un gland qui est tombé par terre.

Une poignée de feuilles le recouvre, la pluie humidifie et ramollit le sol, le gland s'y enfonce de son propre poids, s'y fait son petit nid qui le protègera du froid. Il va s'y gonfler d'eau, les premiers beaux jours l'auront vu germer, lancer en premier vers les profondeurs du sol sa racine maitresse à la recherche de l'eau indispensable et des principaux éléments nutritifs, puis, quand le soleil sera assez fort, sa tige qui deviendra tronc, ses feuilles qui deviendront branches, dardant elles-mêmes d'autres feuilles faisant de l'ombre aux autres espèces voisines, les faisant même mourir de trop de ténèbres, devenant, sans plus avoir conscience d'être cruel, le roi de la forêt.

Un jour, alors qu'il avait déjà connu bien des saisons dans son havre de paix, des êtres bruyants et malodorants envahirent son domaine, armés d'outils faits pour mordre sa chair. L'un deux s'attaqua à lui, il essaya de se durcir mais la lame s'enfonçait profondément en lui sans faiblir, copeau après copeau. Lui qui était la force, la stabilité, l'équilibre absolu, qui avait résisté aux plus gros orages et aux vents les plus impétueux, il ressentit pour la première fois cette horrible sensation de ne plus s'appuyer à rien, de ne plus pouvoir se retenir à ce sol si solide qui lui avait toujours été fidèle compagnon.

Il sentait qu'il allait, dans quelques secondes, être le jouet d'un souffle, avoir à obéir à une grande force païenne qui le mettrait à bas, oui, lui, le roi de la forêt, avachi par terre avec sa sève, son eau de vie se répandant au sol sans rémission possible.

Au moment précis où cette aberration, ce déséquilibre à l'odeur menaçante et inconnue s'empara de lui, il fit appel aux ultimes forces de ses fibres, se dressa, se vrilla sur lui-même et s'effondra dans un grand fracas de branches fracturées, droit sur cet hommoncule, son petit tortionnaire qui essayait en vain de lui échapper, de sauver sa vie.

Il arrive que l'arbre se rebelle, et ne tombe pas où la hache du bucheron lui dit de tomber. En ces temps reculés, l'usage était de scier aussitôt dans l'arbre coupable les planches du cercueil, pour l'ouvrier maladroit, malchanceux ou trop lent à la course.

C'est l'histoire d'un gland que l'on a mis en terre.

Sur ce : une petite bière, mes neveux ! Vous dire cette histoire m'a asséché la glotte.

vendredi 23 octobre 2009

Tant-BourrinDétritus (à la décharge)

Un petit mouchoir en papier
Avec des fleurs bleues imprimées
A côté d’un vieux pneu crevé
Tout crevé d’avoir trop roulé
Vieux nounours, oreille déchirée
Enfants grandis, plus de bébé
Canette de bière écrasée
Bouts de plastiqu’ cassés, craqués

Un bouquet de roses, tout fané
Amour fini, tout oublier
Un vieux paquet de clop’ vidé
Une boîte de conserve éventrée
Une carcass’ d’auto, toute rouillée
Fin du voyage, fini d’rouler
Des papiers gras éparpillés
Désolation et saleté

Moi aussi j’suis crevé
Déchiré, écrasé
Cassé, craqué, fané
Tout rouillé, oublié
Je n’me sens bien qu’ici
Quand j’serai mort, amis
Enterrez-moi à la décharge
A la décharge

Vieux habits troués, tout usés
Chiffons démodés, trop portés
Un poste d’radio détraqué
Plus d’antenn’, boutons arrachés
Un pauvr’ vélo rouillé, coincé
Mêm’ plus de chaîne au pédalier
Une télé démantibulée
Fin du programme, écran crevé

Moi aussi j’suis usé
Démodé, trop porté
Détraqué, arraché
Rouillé, coincé, crevé
Je n’me sens bien qu’ici
Quand j’serai mort, amis
Enterrez-moi à la décharge
A la décharge

Un petit mouchoir en papier
Avec des fleurs bleues imprimées
A côté d’un vieux pneu crevé
Tout crevé d’avoir trop roulé
Vieux nounours, oreille déchirée
Enfants grandis, plus de bébé
Canette de bière écrasée
Bouts de plastiqu’ cassés, craqués

Moi aussi j’suis crevé
Déchiré, écrasé
Cassé, craqué, fané
Tout rouillé, oublié
Je n’me sens bien qu’ici
Quand j’serai mort, amis
Enterrez-moi à la décharge
A la décharge




Les lecteurs les plus perspicaces l'auront déjà deviné : je suis encore allé gratté mes fonds de tiroir pour pallier un manque d'idée et de temps pour alimenter le blog. C'est donc une vieillerie que je vous ai servie, datant du temps où j'étais un adolescent plein d'allant et d'optimisme ! :~)

mardi 20 octobre 2009

AndiamoUne belle rencontre

Il y a parfois, au cours d’une vie, de jolies rencontres que vous faites. Rien ne vous destinait à rencontrer telle ou telle personne, et puis une passion ou un hobby commun ont fait que vous vous êtes trouvés.

C’est ainsi qu’à cinquante ans je me suis (re)pris de passion pour le modélisme aéronautique. Tout naturellement, je me suis inscrit dans un club afin de m’initier aux joies du pilotage….

C’est dans ce club que j’ai rencontré René Lombard. C’était il y a une vingtaine d’années, il était alors en retraite et construisait pour son fils Laurent de magnifiques MULTIS (avions réservés à la voltige aérienne, ainsi nommés car ils sont capables de "passer" toutes les figures de la voltige... Multis figures) et autres machines volantes. Laurent m’avouait dernièrement que son père avait sans doute construit cent cinquante avions au cours de sa vie !

Laurent a été durant de nombreuses années champion de France hélicos (F3C), il était autrefois en équipe de France voltige avions (F3 A) et il est passé avec maestria à l’hélico où il brille tout autant !

René un homme discret, ingénieur chez Citroën, capable de concevoir, dessiner puis exécuter des ensembles complexes. Un homme effacé, mais lorsque vous abordiez une discussion technique avec lui, vous vous rendiez compte immédiatement des compétences du Monsieur, et ceci sans fanfaronnade, naturellement. La précision, la technologie : sa tasse de thé !

René nous a quitté un triste matin, discrètement, sans bruit, sur la pointe des pieds oserais-je écrire, il ne s’est pas réveillé. Je ne dirai pas qu’il a eu une belle mort, la mort n’est jamais belle, mais il a eu une mort douce.

Quand la camarde ne prévient pas, c’est dur, très dur. Son épouse Monique et son fils Laurent ont eu beaucoup de courage.

Le voici en compagnie de son fils Laurent, il était son coach comme on dit de nos jours, c'est-à-dire qu’il lui annonçait par avance les figures du programme à exécuter. Il était également son conseiller et son soutien, il n’y a pas de hasard, un champion c’est avant tout un noyau familial solide.


AVION : EXTRA 350 S, Envergure 3 mètres, Poids 17Kgs, Motorisation 150cc. Flat-Twin 2 temps. Carburant : essence.


Sur cette photo, Laurent répétait un programme de voltige grands modèles car il était invité au T.O.C (Trophy Of Champions) une compétition qui se déroulait aux Etats- Unis et à laquelle étaient conviés les meilleurs pilotes mondiaux. Sur cette photo il exécute un : TORQUE ROLL. Laurent avait réalisé cette fois-là le meilleur programme libre, accompagné par la musique "unchained melody", un programme magnifique ! La descente en vol "tranche", c'est-à-dire les ailes à la verticale, et ce en spirale descendante parfaite… Une figure qui n’est pas à la portée de n’importe qui, surtout avec un avion de trois mètres d’envergure pesant dix-sept kilos.




Concevoir et construire des avions n’étaient pas les seuls talents de René. Deux ans avant de nous quitter il s’était pris de passion pour le modélisme ferroviaire !

Voici quelques photos des motrices qui avaient été réalisées par ses soins, il en avait tracé les plans, puis exécuté toutes les pièces. Les métaux employés : cuivre, laiton et bronze, c’est ce que nous appelons des métaux nobles. Certaines pièces ne mesurent qu'un millimètre de diamètre. Il m’avouait avoir été contraint d’en refaire plusieurs, car celles-ci parfois se perdaient, s’échappant du mandrin du tour !






La plus grande des motrices mesure : 340 millimètres.


Quelle patience ! Et quelle compétence aussi ! Ayant tâté de la machine-outil pour les besoins de mon métier, je vous assure qu’à ce niveau c’est du grand art.

Et pour conclure je dirai que ce fut vraiment une belle rencontre.

samedi 17 octobre 2009

Saoul-FifreL'inédit retrouvé

D'après mes estimations, andiamo et moi avons pensé à ce cher Daudet au même moment et, comme je ne crois pas au hasard, j'y vois plutôt le signe d'une communauté d'esprit, d'une transmission de pensée entre frères de hauteurs de vue similaires, Blogbo fonctionnant comme une ruche ou une fourmilière, capteurs bloqués sur la même longueur d'ondes. Toujours est-il que je considère moi aussi que les Lettres de mon moulin sont un must parmi les bijoux de la littérature. Je les relis souvent, les vois comme un but inaccessible à atteindre et bien sûr je n'accorde aucun crédit à ces bruits de chiottes qui osent insinuer que les 3/4 de ces merveilles ont été écrites par ce @#%£?§X* de Paul Arène, vil imposteur, voleur, faquin, vampire parmi les pires...

Je me régale avec "Les vieux", ou "Les étoiles", je frissonne encore avec "L'homme à la cervelle d'or" ou "Les trois messes basses".

Et puis, c'est pas de blague, j'habite pas loin du tout de Pampérigouste. Alors je suis un peu au courant de ce qui se trame dans la provensphère et justement, dans un vieux mas pas loin, dans le grenier, un paysan a retrouvé une nouvelle que personne ne connaissait. Les spécialistes sont venus vérifier, l'écriture, le papier, l'encre, tout est d'origine et elle est bien de ce sacré Alphonse, estampillée et tout. Si vous ne me croyez pas, vous n'avez qu'à venir en Arles, elle est exposée au Muséon Arlaten.

Alors voilà, puisque vous avez été sages et que vous aimez bien Daudet, je vous l'ai recopiée.

Lire la suite

mercredi 14 octobre 2009

Tant-BourrinBrouillon de culture (4)

Je n'ai que trop tardé, depuis les numéros un, deux et trois, à venir vous dispenser de nouveau dans ces colonnes mes conseils culturels délicieusement avisés qui vous permettrons de briller dans les salons où l'on cause.

C'est aujourd'hui chose faite : j'ai été piocher dans ma bibliothèque quelques-uns des chefs-d'oeuvre de la littérature mondiale que tout honnête homme se doit d'avoir lus pour ne pas passer pour un plouc mal dégrossi.





Zizis dans le rétro - Raymond No-Queue

Zobie, une petite chipie délurée de douze ans, doit rester quelques jours à Paris chez son oncle Gabriel, pendant que sa mère se fait décalaminer le pot d'échappement avec son amant. En arrivant à Paris, Zobie n'a qu'une envie : voir un maximum de zizis, histoire de rattraper le retard pris sur sa mère. Mais malheureusement, le tonton Gabriel, qui travaille comme danseuse de charme, n'a pas envie de lui exhiber ses pendeloques.

Un matin, Zobie fait une fugue et décide d'aller visiter seule les quartiers chauds de la capitale. Hélas pour elle, son jeune âge lui barre l'accès de la plupart des établissements et sa quête de zizis reste vaine. A la tombée de la nuit, son oncle la retrouve et la ramène en taxi à la maison. Sur le trajet, pendant la traversée du bois de Boulogne, le taxi croise une floppée de jeunes hommes vendant leurs charmes qui ouvrent largement leurs manteaux dans la lumière des phares pour appâter le client. Hélas, Zobie s'est endormie et ne profite pas du spectacle. Les zizis de ses rêves disparaissent peu à peu dans le rétroviseur de la voiture sans qu'elle n'en ait eu conscience.





Selles du baigneur - Albert Couenne

Ariane Daube, jeune espoir du cent mètres papillon, a épousé Adrien Deumer, un expert-comptable qui travaille à la Société des Natations, sous les ordres de Socrawl, un séducteur-né. Ce dernier a comme une fusée dans le bas-ventre quand il voit la belle Ariane et il décide de la séduire. Comme il ne souhaite pas que celle-ci succombe à l'irrésistible attrait de son seul physique, il se déguise en vieux baigneur incontinent et va se promener sur la plage où elle parfait son bronzage. Ariane ne prête aucune attention à ce vieux laid qui passe et repasse plusieurs fois devant sa serviette. Socrawl se décide alors à mettre le paquet : il s'accroupit et défèque sur le sable devant les yeux horrifié de la belle qui s'enfuit aussitôt. Socrawl enlève son déguisement et lui déclare sa flamme malgré tout.

Commence alors une torride passion. Quelques mois plus tard, Socrawl enlève Ariane et l'emmène s'entraîner en Californie en vue des prochains Jeux olympiques. Mais, peu à peu, la passion s'étiole et l'ennui s'installe. Socrawl finit même pas devenir violent face aux mauvais chrono de sa protégée. Un jour, marchant par inadvertance sur une crotte qu'un chien avait laissée sur la plage, il y voit le symbole de l'impasse de leur passion. Ils décident alors tous deux de se rendre à l'agence France Telecom la plus proche et de s'y suicider.





Les nains sales - Jean-Paul Tartre

Hugo, un jeune intellectuel bourgeois, a intégré deux ans plus tôt le FLNJ (Front de Libération des Nains de Jardins). Chargé par l'organisation d'une opération délicate, à savoir aller dérober les nains de jardins dans l'enceinte même du Palais de l'Elysée, sa mission échoue lamentablement après qu'un des nains se soit débattu et ait donné l'alerte : il s'agissait - cruelle méprise - du Président de la République lui-même. Libéré après vingt-quatre mois de prison, une autre membre du FLNJ doit s'assurer qu'il n'a pas été endoctriné par les forces de l'ordre sarkoziennes et est récupérable pour de nouvelles missions.

Comme Hugo ne sait que répondre "il faut travailler plus pour gagner plus" quelle que soit la question qu'on lui pose, il est exécuté par un tueur du FLNJ de deux chamallows dans la tempe.





Les aventures d'Obscène Lupin - Maurice Lepatrèblanc

Obscène Lupin, mythomane cambrioleur, fait montre de ses talents d'escroc notoire et sans scrupule dans de nombreuses aventures, dans le cadre des Années Folles de la finance. Son cynisme, sa morgue, son goût du tape-à-l'oeil et sa soif de pouvoir font merveille et l'aident à renverser tous les obstacles qui osent s'élever devant lui. C'est également un séducteur, très apprécié des femmes qui apprécient les grosses liasses de billets affichées avec ostentation. Un héros moderne et indémodable à la fois.

dimanche 11 octobre 2009

AndiamoLes moulins à vent





Ce sont les lapins qui ont été étonnés...

Depuis si longtemps qu'ils voyaient la porte du moulin fermée, les murs et la plate-forme envahis par les herbes, ils avaient fini par croire que la race des meuniers était éteinte, et, trouvant la place bonne, ils en avaient fait quelque chose comme un quartier général, un centre d'opérations stratégiques : le moulin de Jemmapes des lapins...

Alphonse Daudet (les lettres de mon moulin)

Combien de fois ai-je lu ce magnifique recueil de contes et nouvelles à mes enfants et petits enfants ?

Des trois messes basses, en passant par le curé de Cucugnan, sans oublier la cabro de Moussu Séguin : qué se battégue touto la neui... e piei lou matin lou loup la mangé !

Mais celle qu'ils préféraient, c’était incontestablement la mule du pape et son fabuleux coup de pied au cul donné (à juste titre) au Testin Vedet : "et l’on vit la fumée jusqu’à Pampérigouste !"

Et que dire de l’élixir du père Gaucher ! Brave père blanc qui se prenait chaque soir une murge afin de retrouver la recette d’une liqueur autrefois élaborée par sa grand-mère.

Les jolis moulins de Provence m’ont donné l’idée et l’envie d’en parler, de les sortir de leurs oubliettes, leur rendre leurs ailes afin qu’ils s’envolassent.

Le moulin de maître Cornille : je soupçonne Monsieur Daudet d’avoir connu et peut-être fréquenté un brave meunier, fier et meurtri, dont il s’était inspiré.

Ainsi je vous ai dessiné le joli moulin de Daudet à Fontvieille… Enfin ça n’est pas exactement le sien, puisqu’il est en ruines, mais son frère jumeau... Faisons comme si.

Savez vous qu’au début du XIXème siècle 3000 moulins à vent étaient en fonction dans le nord de la France ?

Aujourd’hui, beaucoup ont disparus ou sont en ruines, mais certains sont encore entretenus pour notre plus grand plaisir.



Quant aux moulins Hollandais, ils ont été construits en bois. Ils servaient surtout à rejeter l’eau en dehors des digues, grâce à des pompes actionnées par l’arbre rotatif des dits moulins, ceci afin d’obtenir plus de terres cultivables (les polders) et protéger les populations des inondations.

C’est ainsi qu’au XIIIème siècle naquit Amsterdam contraction de Amstelledamme (digue sur la rivière Amstel)



Les moulins de Grèce et du Portugal possèdent un système à "vergues enroulées".

Ce système possède au moins huit vergues. La forme triangulaire des voiles est caractéristique, on pouvait réduire ou augmenter la surface des toiles, c'est ce qu’on appelle dans la marine à voiles "les ris", selon la force plus ou moins grande du vent.

En Crète, ce système est toujours utilisé afin de pomper l’eau servant à irriguer les cultures.



Moulin Grec

Et voici son alter ego le moulin à vent Portugais. Comme quoi, mêmes problèmes, mêmes solutions !

Et enfin les moulins à vent du troisième millénaire, ceux qui ne brasseront pas de l'air pour rien, à l'inverse de nombre de nos politiciens.

Ces élégantes éoliennes géantes qui sans relâche nous fourniront (peut-être) l'énergie dont nous sommes tous si friands !

Fasse qu'Eole dans sa grande miséricorde nous accorde BON VENT.

Ch'tiots crobards : Andiamo 2009 pour blogbo.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 >