Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 19 novembre 2012

Saoul-FifreLe week-end du 12

Vous ne connaissez que lui : le jokariste au bronzage intégral, cet espèce de Kojak courant plus vite que son ombre, enfin, disons qu'il est toujours devant elle à condition de courir vers le soleil, mais elle lui colle au train sans lui concéder une seconde, la garce. Elle n'est que l'ombre de lui-même mais elle a de beaux restes. Souvent, et surtout quand il évite de courir aux heures chaudes de la journée, elle lui fait la jambe fine et le bras long. Elle n'a pas sa grosse tête, ce n'est qu'une ombre chinoise projetée sur un drap en 3D aux couleurs aléatoires, ce qui renforce son côté bizarre naturel un poil sautillant.

J'ai mis un poil mais pour en trouver un sur ce corps glabre au demeurant mais néanmoins soigneusement rasé, faut se lever tôt !

Pour tout vous dire, son ombre est plus chevelue que lui, voyez ?

On ne peut nier à ce corps lisse une meilleure pénétration dans l'air, surtout enduit de quelques giclées d'huile d'olive. Légèrement penché en avant, à la limite de la perte d'équilibre, l'homme-obus au crâne oblong écarte l'atmosphère devant lui. Du zéphir au Mistral, tous les mouvements d'air s'effacent devant son aérodynamisme, devant les formes épurées de son fuselage charnel. Nul frein, nul obstacle dorénavant à opposer à la force brute de ses manivelles inférieures, lubrifiées au liquide synovial et profilées façon Kate Moss. L'élastique de la ligne d'arrivée n'a plus qu'à bien se tenir.

Si vous êtes de nos fidèles, vous avez sûrement reconnu le commentateur dont je vous parle au travers de mes fines allusions. Il s'agit de Pascal, le célèbre dératiseur de pelouses à coups de crampons . C'est son troisième Blog, dis donc ! On peut dire qu'il s'accroche et qu'il en veut. Les deux autres blogs ne sont plus disponibles que sous la forme papier. Oui Pascal sauvegarde ses blogs sur papier, on sent bien là le réactionnaire méfiant devant le progrès et je ne peux que le suivre dans son analyse pessimiste. La voiture électrique c'est super mais quelle belle œuvre d'art sur votre parking quand les centrales nucléaires auront fusionné. Un vrai film-catastrophe tout en fondu enchainé. On ne vous en parle plus pour ne pas vous lasser mais Fukushima a toujours les oreilles qui chauffent et un ordi est très efficace pour supprimer des informations.

Oui Pascal, cliquant au hasard dans la colonne de droite jusqu'à ce qu'il trouve mes coordonnées, voulait savoir si je pouvais lui procurer un morceau de quintaine qu'il subodorait apte à rendre ses poulettes plus ouvertes voire mieux participantes. Je lui répondis qu'il ne s'était pas trompé d'adresse mail mais qu'il se dépêche car je m'en servais pour allumer le feu et que l'hiver s'annonçait rigoureux.

Ni une, ni deux, sans GPS ni sens de l'orientation, il frappa chez nous avec 2 heures de retard sur l'horaire prévu, faut dire qu'on est dans un trou perdu de chez isolé, juste en face de l'Hôtel de ville. C'est quand même le gars qui, alors que je lui indiquais pour son jogging un itinéraire agréé par le Syndicat d'Initiative (Tu suis les flèches jaunes...), a trouvé moyen de se perdre. Glissons, moi, j'y aurais craché mes poumons.

Nous avons donc vu débarquer chez nous un type "caucasien", enfin ça c'est la case qu'ont coché ces cons de douaniers américains quand il a essayé d'immigrer chez eux en traversant la frontière en courant si vite qu'ils n'étaient pas sûrs d'avoir vu quelqu'un passer mais manque de chance, ils ont vérifié et les profileurs ont ricané en disant qu'ils le coinceraient au départ du Marathon de New-York. Ce qui fut fait mais Pascal accepta d'intégrer l'équipe nationale de coureurs de jupons, rapporta plein de médailles à sa nouvelle patrie et on lui rendit sa liberté.

Bon, moi, avec son crane rond et brillant, j'aurais plutôt coché la case "bocal à poissons rouges" mais ce n'sont pas des imbéciles puisqu'ils sont DOUANIERS...

Son séjour s'est très bien passé, il a beaucoup d'humour et il lui en a fallu pour supporter mes petites blagounettes genre : au lieu du régime sportif laitue-steak-revenu-dans-une-goutte-d'isio-quatre-pomme-couscoussier-de-spaghettis qui est son quotidien, je lui ai concocté de roboratifs repas périgourdins, kirounet cidre-sirop de fraise (renforcé subrepticement à la vodka) potée au saindoux flambée à la gnôle (puisqu'il refusait d'en boire), pommes sarladaises au confit de canard avec cèpes en option obligatoire marinés à la liqueur de châtaigne (puisqu'il ne touche à aucun alcool). J'obéissais en cela au proverbe maintes fois vérifié " Ne prends pas le risque de te lier d'amitié ou de te marier avec quiconque sans l'avoir vu bourré au moins une fois.".

Je dois à la vérité d'avouer n'avoir décelé aucune différence entre les deux états.

vendredi 16 novembre 2012

AndiamoUn baiser, mais à tout prendre qu'est-ce ?

Nicolas Serdonne, bel homme, la quarantaine grisonnante, occupait un emploi fort peu courant : il était premier embaumeur dans la très respectable entreprise « Thanatos and consort », la T.A.C pour faire plus simple. Leur devise était :


Mourez, nous nous occupons du reste

C’était lui qui était chargé de parer les corps des défunts qui lui étaient confiés, afin de les rendre présentables à la famille. Certains « clients » étaient plus faciles que d’autres, décédés dans la fleur de l’âge, peu de retouches ou de maquillage s’imposaient. Par contre, ce que Nicolas redoutait le plus, c’étaient les accidentés de la route… Inutile que je vous fasse un dessin (quoique) ou que je vous décrive par le menu l’état dans lequel arrivaient certains de ses clients.

Ce matin-là, le fourgon couleur bordeaux portant en lettres d’argent le bandeau de la société « Thanatos and consort » s’arrêta devant la lourde porte de chêne. Deux hommes en descendirent, ouvrirent la porte arrière du fourgon, puis extirpèrent une longue boîte grise en matériau synthétique, dans laquelle se trouvait un corps prêt pour embaumement.

Après avoir fait signer le bon de livraison (si j’ose dire) et déposé le corps sur la longue table en inox de la pièce réfrigérée servant de laboratoire, les deux hommes prirent congé.

Resté seul, Nicolas entre dans la salle. Sur les murs, de la faïence, des carreaux au ton légèrement verdâtre, céladon pour être précis. Le corps, celui d’une jeune femme d’après la fiche qu’il tient entre ses mains, est recouvert d’un drap.

Précautionneusement, Nicolas soulève le linceul, découvrant le visage d’une très jeune femme. Botticelli, c’est le nom qui lui vient immédiatement à l’esprit, « la naissance de Vénus », il revoit le tableau du maître de Florence à la galerie des offices de cette ville. Deux ans plus tôt, en compagnie de son épouse et pour fêter leurs dix années de mariage, ils s’étaient offert un joli voyage à Firenze.

Il est là, médusé, ne pouvant détacher son regard des traits finement ciselés de la jeune femme, morte par overdose, indique la fiche. Quel malheur ! songe Nicolas, une si belle jeune fille…

Alors, doucement, sa main caresse le visage. Le froid de la mort, Nicolas le sent au bout de ses doigts. Il se penche et dépose un baiser sur les lèvres de la morte. Jamais il n’a fait cela, alors pourquoi ? L’étrange beauté sans doute.

Oh, ça n’est pas un baiser appuyé, non, un simple effleurement tout au plus, un dernier hommage en quelque sorte. Sur ses lèvres, il ressent comme un petit choc.

- Voilà que tu te fais peur tout seul, dit-il à voix haute !

Après avoir remis le drap en place, Nicolas sort de la pièce et va se servir un café. Le froid du baiser persiste sur ses lèvres.

Bah ! C’est suggestif, songe-t-il. Une tasse de kawa me réchauffera.

La chaleur de la tasse puis celle du café n’y ont rien fait : le froid persiste, il s’est même accentué, lui semble-t-il. Il retourne dans son laboratoire, commence le maquillage puis l’habillage grâce aux vêtements fournis par la famille.

Trois heures plus tard, la jeune femme est « prête ». Nicolas admire son travail, elle est vraiment très belle, légèrement maquillée, un peu de rose aux joues, elle se réveillerait qu’il n’en serait pas étonné. Toujours ce froid qui maintenant lui a pris tout le bas du visage, et le cou qui commence à se refroidir. J’ai dû rester un peu trop longtemps dans le labo, songe-t-il, il faut en sortir de temps en temps, mais là j’étais tellement accaparé par cette femme que je n’ai pas vu le temps passer.

La famille est venue, la mère en larmes, le père plus digne. Ils ont remercié longuement Nicolas pour le travail accompli, vous êtes vraiment très doué Monsieur, a ajouté le père.

A dix-sept heures, Nicolas est rentré chez lui, le chauffage à fond dans la Clio en plein mois de juin, température extérieure vingt-cinq degrés.

- Putain, je suis gelé murmure-t-il tout en claquant des dents, j’ai dû choper une saloperie, je dois avoir une fièvre carabinée.

Tant bien que mal, il gare sa voiture dans la cour du pavillon qu’il occupe avec sa femme et leurs deux enfants. Un joli village au nord de Paris, Survilliers pour ne pas le nommer.

- Christine ! C’est moi, dit-il en entrant, prépare-moi quelque chose de chaud s’il te plaît, et appelle le Docteur Marceau, je grelotte comme un chimpanzé sur la banquise !

Christine s’est approchée…

- Ouh lala ! Tu n’as pas l’air bien, tu n’es pas chaud pour quelqu’un de fiévreux, tu es glacé ! Tu as fait quoi ? Tu as travaillé en slip dans ton labo ? ajoute-t-elle avec un sourire en coin.

- Ne dis pas de conneries, appelle plutôt le toubib.

Une heure plus tard, le Docteur Marceau est là.

- C’est assez inhabituel en effet, je vais vous prescrire des antibiotiques à large spectre, et si demain ça ne va pas mieux, j’aviserai.

Christine a rapporté les médicaments, Nicolas a bu un grand bol de tisane bien chaud, puis il s’est couché, la couette remisée durant l’été, a été ressortie.

Deux heures plus tard, il peut à peine parler, sa mâchoire claque, tremble comme les jours de grand froid, son corps est glacé !

- J’appelle le SAMU, déclare Christine, ça ne va pas du tout, mais alors pas du tout !

Sirène hurlante, la voiture fonce sur l’autoroute A1 direction porte de la chapelle, puis Bichat.

Deux heures plus tard, malgré l’équipe réunie de toute urgence, Nicolas décède.

Hypothermie ! Les médecins aussi incroyable que cela paraisse ont conclu à une mort par hypothermie, en plein mois de juin par vingt-cinq degrés !

Le lendemain, Christine est venue, elle a confié la garde des enfants à sa sœur. On la conduit à la morgue de l’hôpital, l’aide soignante qui l’accompagne la console du mieux qu’elle peut.

Une double porte à battants, un hublot circulaire dans la partie haute des portes, un éclairage néon très cru, une rangée de tiroirs, sur deux d’entre eux, un nom.

Les yeux de Christine accrochent celui de Nicolas Serdonne. L’aide soignante amène le tiroir à elle, puis soulève délicatement le linceul, découvrant le visage de Nicolas.

Christine se penche et dépose un baiser sur les lèvres de son mari. En même temps que le froid, elle ressent un petit choc…


(Ch'tiot crobard Sandro Botticelli 1485) Ce qui me scie : c'est la "modernité" du trait, et ça a plus de cinq cents berges !

lundi 12 novembre 2012

Tant-BourrinFourmystique

Ant-N ne connaissait rien d'autre du vaste monde que sa fourmilière et ses abords, de simples miettes insignifiantes au regard de ses aspirations profondes.

Car Ant-N était une fourmi différente des autres fourmis. Elle rêvait de l'au-delà. De l'au-delà de la fourmilière, de l'au-delà des frontières matérielles de son existence régentée au sein de la colonie grouillante, de l'au-delà de la vie même : Ant-N était une fourmi mystique.

Partir, abandonner derrière elle sa vie répétitive et laborieuse, parcourir les chemins, découvrir d'autres paysages, méditer, accueillir Dieu en soi. Ant-N n'avait jusque-là jamais oser franchir le pas, mais sa langueur devenait si insupportable... Il faudrait bien un jour déchirer le conditionnement qui lui collait à la peau et oser dire oui à ses rêves !

Mille fois elle avait bâti des plans de fuite, mille fois elle avait renoncé. Ce fut finalement le hasard qui prit les rênes de son existence pour lui faire quitter l'ornière de son existence.

Un jour qu'elle s'était aventurée à plusieurs dizaines de mètres de la fourmilière, en quête de nourriture pour les larves, un subit orage éclata qui décima l'essentiel des ouvrières de sortie comme elle. Elle ne fut sauvée des flots boueux qui ravinèrent bientôt la terre que par la chance d'être juchée sur la racine proéminente d'un chêne, à l'abri d'une épaisse fougère.

Quand les éléments se calmèrent, elle était seule dans les parages et l'eau tombée du ciel avait lavé toute les traces de phéromone qui auraient pu lui permettre de regagner la colonie.

C'était un signe divin, assurément ! Elle hésitait depuis si longtemps, et voilà que Dame Nature lui disait : viens !

Elle partit donc à l'aventure, le coeur léger et prêt à accueillir Dieu qui, à n'en pas douter, lui viendrait bientôt.

Elle chemina ainsi des jours et des jours, parcourant des étendues immenses de pluseiurs centaines de mètres. Régulièrement, Ant-N levait les yeux au ciel, mais rien ne venait : nulle manifestation divine sinon quelques nuages dans l'azur.

Alors elle priait encore et encore, jusqu'à entrer en ascèse.

Ce fut précisément quand le doute commençait à filtrer en elle, quand elle se demandait si, finalement, il y avait bien quelqu'un là-haut qui veillait sur le destin des fourmis, que tout arriva.

Alors qu'elle levait une dernière fois les yeux au ciel, elle ne vit plus de nuages. La lumière semblait partie, le ciel avait changé de couleur et, au milieu, le soleil lui-même était devenu sombre.

"Un soleil noir, se dit-elle, c'est Dieu ! Enfin !"

Elle se prosterna dans l'attente de la parole divine.

Le soleil noir ne dit rien, mais il laissa bientôt apparaître une excroissance, une sorte langue, tout aussi sombre que lui. Une langue qui s'allongeait vers Ant-N.

"Merci Dieu, songea Ant-N, merci de laisser choir sur moi votre bénédiction !"

Mais la sombre bénédiction se détacha soudain du soleil noir et engloutit Ant-N, qui mourut étouffée.



- Alors Roger, tu as fini ?
- Oui Biquette, j'arrive ! Désolé, mais je pouvais plus tenir... Ah putain, ça fait du bien de chier quand on a envie !

vendredi 9 novembre 2012

celestineMon rencard avec Chauguise

L'autre jour, profitant de mon passage à Paname, je me suis dit comme ça.

« Et si j'en profitais pour passer un coup de biniou à Andiamo ? Je me suis laissé dire qu'il créchait dans le coin. »

Vous emballez pas, hein, bande de décapsulés, je vois déjà vos petits yeux égrillards se plisser à l'évocation de je ne sais quelle idée salace...C'était juste pour boire un caoua, et taper la discute avec le concepteur du commissaire Chauguise himself et en personne. Eh non, je ne résiste pas, quand j'ai l'occase, j'aime bien mettre des visages sur les blazes. C'est comme qui dirait une manie chez moi, ce passage du virtuel au réel.

Bref, on se file rencard dans un p'tit troquet boulevard de Ménilmontant, mais oui madame...et j'avoue que j'ai les guitares en coton, les mains moites et les pieds poites en attendant l'arrivée du poulet le plus célèbre de la blogo.

Bon le vlà, et tout de suite, le courant passe. Continu et alternatif. On sent qu'on est en phase quoi ! On fait les présentations, on se tape la bise et en avant Guingamp ! Je vous apprends rien, à vous les tauliers de ce blog jubilatoire et intempestif, votre pote est un joyeux drille. Mais en plus, il connaît plein de trucs sur tout. Avec son accent titi des faubourgs populaires qu'il fait reluire depuis la septième génération, me vlà plongée tout droit dans un film de Lautner, dialogué par Audiard. Du petit Jésus en culotte de satin.

Tout y passe, bourgeois, patrons, la gauche, la droite, même le bon Dieu, comme dans la chanson... Mais aussi Brassens, Coluche, et pi, hé, rigolez pas, Duclos et Marchais, des gonzes que j'avais même oublié qu'ils existaient à une époque, et pi la famille, le turbin, les rapports zhumains en général et en particulier. Moi j'ai les mirettes qui pétillent et le clapoir ouvert comme un poiscaille qui a avalé trop d'air. J'esgourde, je biche.

C'est qu'il sait parler, le dabe ! Pas étonnant qu'il ait la plume alerte. Et avec les frangines, il est encore plus loquace. Que voulez-vous ? C 'est son p'tit talon d'Achille à lui, il aime beaucoup les personnes du sexe opposé. Opposé à quoi, on se le demande...

Moi chuis pas opposée à me laisser gentiment causer fleurette par un zigue qui m'appelle « belles chasses » , et qui a encore un esprit et des manières d'hommes, les vrais, qui refusent que les gonzesses paient les consommations. Pas comme ces homoncules de maintenant, qui se passent des pognes et se sucent la pomme au lieu de se serrer la pince, de toutes façons, je risque pas grand-chose pour mon honneur, avec le loufiat qui nous lorgne le regard en coin, et les chalands qui passent devant le rade.

A cinq plombes de l'après-midi, le boulevard de Ménilmontant c'est pas franchement le désert des Tartares, sans compter mes deux fistons qui chaperonnent de loin en loin, leur maternelle avec le zèle d'un James Bond en service commandé. (rapport au film que j'ai vu au cinoche avant-hier)

Enfin voilà, l'heure passe, il faut trop vite prendre congé, presqu'au milieu d'une phrase, et l'on se quitte comme deux potos, sous la petite pluie qui sert de manteau aux Parigots.

Arrivederci, bello. Et vous, faisez pas les jalminces, si ça se trouve, votre tour viendra...

mardi 6 novembre 2012

AndiamoLe machairodus

Gaston Coutard était un homme comblé, grand, costaud : un vrai baroudeur, ce Gaston !

Il occupait en cette année 2764 une place fort enviée : il était conservateur du grand parc animalier et paléontologique de la région de Mende. Un poste fort honorifique et lucratif, qui n’était toutefois pas sans danger car il était chargé d’approvisionner le dit parc en espèces animalières disparues depuis fort longtemps.

Certes il n’était pas question de rapporter un tyrannosaure ou un vélociraptor, c’était bon pour des scénarios de vieux films comme « Jurassic Park » qu’il avait vu à la cinémathèque, sur un vieil écran, et même pas en 3D !

Sa mission consistait cette fois-ci à rapporter un machairodus ou « dents de sabre », ce grand félin encore appelé « smilodon » et qui vivait il y a environ dix millions d’années, une période appelée Eocène (merci Wikipedia).

Comment rapporter de telles espèces ? Cela était devenu assez aisé, car depuis de très nombreuses années, les voyages spatio-temporels étaient monnaie courante, grâce à la superbe invention du professeur Trougnard, améliorée et peaufinée certes.

Assisté du jeune Emile Lambris, en stage de formation, Gaston pris place dans le rétro-taxi. Bien calé dans le fauteuil en skaï, il s’activa sur le clavier de l’ordinateur de bord, entrant les coordonnées qui devaient les propulser dix millions d’années avant notre ère !

Une cage avait été aménagée dans le compartiment inférieur de l’engin, afin d’abriter les animaux capturés, un treuil fixé dans le fond de la cage permettait de hisser les animaux endormis à bord.

Bien entendu, chacun des valeureux aventuriers était muni d’un fusil à fléchettes anesthésiantes, aussi discret qu’efficace.

Inutile de changer le jour et le mois, le 30 juin ferait largement l’affaire. Toutefois, en ce qui concernait l’année, Gaston entra : - 10 000 000, puis il appuya sur la touche « ENTER ».

ZZZZWIPPP ! Le rétro-taxi devint transparent, nos deux explorateurs aussi, ce qui permis au jeune Emile de s’apercevoir que son boss avait bouffé des spaghetti bolognese au cours de son dernier repas !

ZZZWAPPP ! Le rétro-taxi retrouva sa forme et sa consistance, le voyage était terminé.

Gaston Coutard ouvrit prudemment la porte. Une savane s’étendait à perte de vue. Une dizaine de ce que nous appellerions plus tard des antilopes se désaltéraient dans un marigot, alors il sortit ses jumelles prismatiques et scruta les alentours…

Soudain, il les vit. Cinq machairodus, un mâle et son harem, debout, humant l’air du soir en direction de la mare. « Nous allons nous approcher », déclara Gaston à son jeune aide. Le rétro-taxi était capable, grâce à un moteur atomique, de se déplacer dans le plus grand silence, en évoluant à quelques centimètres du sol. Un système anti-gravitationnel du dernier cri lui assurait cette capacité supplémentaire.

Immobiles, bien à l’abri dans leur engin, Gaston et Emile attendaient. Ils savaient que très rapidement, profitant de l’inattention passagère des antilopes trop occupées à étancher leur soif, les machairodus attaqueraient. Ils chassaient en groupe, encerclant leurs victimes, puis, superbe et généreux, lorsque les femelles avaient fait le travail d’approche, impérial et silencieux, le mâle portait l’estocade, détalant à toute vitesse, ses deux-cent cinquante kilos de muscles s’abattant sur les reins de sa pauvre victime, tandis que ses longues canines se plantaient dans la jugulaire de la pauvre bête…

Mais enfin il faut bien que tout le monde mange, murmura Emile Lambris tout ému à l’idée d’assister à sa première chasse de machairodus.

Tout se déroula comme prévu, une jolie antilope alla mordre la poussière, le mâle avait planté ses crocs et rien ne lui ferait lâcher prise. Un peu à l’écart une femelle gardait les petits de la « tribu ».

- Celle-ci ! s’écria Gaston la désignant du doigt.

Lentement, le rétro-taxi se mit en route, le vent leur venait de face, si bien que la femelle ne pouvait les sentir.

Quand ils furent à distance convenable, Gaston se tournant vers son jeune collègue lui dit :

- A toi l’honneur, Emile, ne la rate pas !

Emile épaula, bloqua sa respiration, une goutte de sueur dégoulina le long de son cou, il pressa la détente….

Un petit claquement sec, la fléchette se planta dans le flanc de l’animal qui se retourna en direction des deux hommes.

Lentement la femelle avançait, retroussant ses babines, dévoilant davantage ses canines démesurées. A quelques mètres du rétro-taxi, elle vacilla, émis un énorme bâillement, puis s’affaissa d’un coup, levant un petit nuage de poussière.

Alors, très rapidement, Gaston et Emile sortirent, enveloppèrent l’animal dans un filet, puis remontèrent dans leur engin, Gaston actionna le treuil tandis qu’il voyait la meute venir à grand train vers eux.

La trappe eût juste le temps de se refermer, le mâle était déjà contre le flanc de l’appareil, humant celui-ci, et cherchant à ouvrir la porte avec sa puissante patte munie de griffes redoutables !

Un peu fébrile et suant la peur par tous ses pores, Gaston tapa sur le clavier la date du retour, il enfonça la touche « ENTER »…

ZZZZWIPPP !… L’engin devint transparent, les spaghetti bolognese étaient toujours là !

ZZZZWAPPP !… L’engin réapparu, tangua dangereusement, puis se coucha sur le côté. Le choc fit ouvrir la trappe. Réveillée, la femelle machairodus, déchira le filet, puis détala !

- Bordel à cul de nom de Dieu de fumier d’lapin ! s’écria Gaston Coutard, qu’est-ce qui s’est passé ? On devait émerger sur une place bien plane, pavée de jolis carreaux roses et gris, et au lieu de ça je suis sur un terrain caillouteux, planté de buissons ! Evidemment, ça n’est pas stable, bordel !

- PA… PA…

- Toi, Ducon, ne m’appelle pas Papa !

- C’est pas ce que j’ai voulu dire patron, regardez : vous vous êtes planté, vous avez programmé 1764 au lieu de 2764 !

- Merde !

C’est tout ce que Gaston trouva à répondre.


Le 30 juin 1764, commença en pays de Gévaudan, le plus horrible carnage qu'aucune bête n'avait commis jusque là !... La bête aurait fait entre 88 et 124 victimes selon les sources. Le Roi Louis XV lui-même s'en ému et envoya une compagnie de Dragons afin de venir à bout de la bête... En vain !

(ch'tiot crobard Andiamo)

samedi 3 novembre 2012

Saoul-FifreMonsieur Ricard

Non pas Paul, rien à voir avec Paul, le célèbre peintre monochrome obsédé par le jaune à tel point qu'il popularisa une boisson pouvant vous foutre une jaunisse, ou plus précisément un ictère à bilirubine conjugué plus communément appelé "cirrhose"

Bon vous avez été sages, on a pas reçu plus de 20 spamms cette semaine, les trolls on a carrément oublié ce que c'était, allez hop, une petite gâterie (en tout bien tout honneur ho mon dieu qu'alliez-vous imaginer ?) par l'inoubliable Annie Cordy oui j'aime les artistes qui mettent leurs couilles sur la table et qui posent les vraies questions : pourquoi ce surnom de "six roses" ? Les exégètes les plus bourrés de compétences s'en arrachent encore les cheveux des années plus tard.

Non, le mien, de Ricard, s'appelait Arsène. C'était le dernier forgeron-réparateur de machines agricoles du coin et maintenant qu'il est mort on en a plus. Voilà mon billet est fini.

Snif Vé malgré mon chagrin je vais vous en dire un peu plus. Ricard c'était la terreur du monde agricole, il se mettait en pétard pour un rien, te collait un pain sur le tarbouif pour un mot de trop ou te lançait carrément à la figure le marteau-à-frapper-devant, enfin tout ce qui lui tombait sous la main au moment où il éprouvait un besoin urgent de te balancer quelque chose dessus. Valait mieux avoir un certain niveau dans l'art de l'esquive.

Alors les péquenots avaient pris l'habitude de lui envoyer leur femmes, espérant un peu plus de retenue et de respect devant des corps de mères. Erreur, grossière erreur car son imago maternelle était pourrave au dernier degré, je l'appris par la suite.

Et bien je ne suis pas peu fier d'avoir apprivoisé la brute, jusqu'à ce qu'on devienne, je ne sais pas si, avec une différence d'age entre nous de plus de 45 ans on peut utiliser ce mot, mais oui : amis. Déjà il était hyper compétent dans son boulot, m'a appris plein de ses secrets, j'avais une admiration palpable, palpitante pour lui.

Et puis il avait une histoire et j'adore les histoires qui trouvent leur dénouement par le haut, quels que soient les écueils et les vents contraires. Orphelin de père très jeune, sa mère se remaria assez vite et la relation du jeune Arsène avec son beau-père devint vite catastrophique. Le petit ayant du caractère (déjà !) la vie du foyer devint explosive et Ricard ne trouva que la fugue comme solution. Dix, onze ans peut-être... Il marcha, chaparda, dormit où il pouvait et un jour qu'il vagabondait dans une rue de Mallemort, il se fixa, fasciné, dans la position du chien d'arrêt, devant la porte d'un hangar à l'intérieur duquel un grand feu fouettait ses ombres et ses lumières mouvantes autour d'un bonhomme habillé de cuir qui cognait, se démenait, faisait vibrer la tôle, résonner l'acier à grands coups de marteau. Il resta là toute la journée, silencieux devant ces mystères qui le dépassaient, les énergies en jeu sans doute en affinité avec sa propre violence et avec sa colère, les yeux écarquillés. Le soir il était toujours dans la même position, hypnotisé, il venait de rencontrer sa vocation.

Le forgeron ferma son atelier et, ému par ce petit bout d'chou taciturne, le ramena manger et dormir chez lui. Les jours suivants, Ricard suivit son nouveau patron à la forge, balaya, surveilla le feu, courut chercher les pièces demandées et le forgeron, de son côté, se renseigna discrètement auprès de la maréchaussée sur l'identité de son fugueur, fit le voyage à Salon et proposa à la mère de prendre Arsène en apprentissage, ce qui fut fait, et qui arrangea tout le monde. De ce temps-là, Arsène fit une croix bien épaisse et bien opaque sur sa mère et son beau-père, il ne les a même pas invités à son mariage. Il finit sa formation chez son maitre providentiel, puis se mit à son compte après l'intermède du service militaire et de la guerre où on l'avait mis à ferrer "les mulets méchants" dont les autres maréchaux-ferrant ne voulaient pas. Puis il se maria avec une "Première rosière" de Salon-de-provence (l'équivalent de nos miss actuelles) dont la devanture avantageuse était une publicité vivante pour son corps de métier puisqu'elle livrait le lait cru fraichement trait, de porte en porte, avec son charreton plein de bidons.

Autant Arsène avait détesté sa mère, autant il a adoré sa femme qui était très gaie et qui savait le prendre par le bon bout.

Et puis vint le jour de ce coup de fil pour le moins inattendu :

- Vous êtes bien Arsène Ricard, votre mère s'appelle bien unetelle, née en ... ? Elle est à l'hôpital, elle n'a aucun revenu, en raison de l'obligation légale alimentaire due par les enfants aux parents, nous vous envoyons la facture...

Et voilà comment, à 75 ans, on se retrouve contraint d'héberger sa génitrice. Si Arsène avait tenté d'effacer sa mère de sa mémoire, de son histoire, de son amour, sa mère, elle, avait parfaitement réussi. L'infirmière a domicile lui dit :

- Vous avez vu comme votre fils est gentil ? Il vous a pris chez lui, il vous relève quand vous tombez, il vous porte...

Et la mère qui répond :

- J'ai pas d'fils, j'ai jamais eu d'fils !!!

La gueule que tirait l'Arsène !

Il a quand même fallu qu'ils se la coltinent quatre ou cinq ans, la grabataire, vu qu'elle s'est accrochée à la respiration jusqu'à presque cent ans. Madame Ricard bru est morte l'année suivante, sans doute épuisée par cet effort, c'était quand même elle qui supportait ses jérémiades en direct live à la maison ?

Le coup de Jarnac de la mère prodigue qui rapplique en fin de vie, la perte de sa femme qu'il adorait, Arsène a pas tenu le choc beaucoup plus que six mois et pourtant il était en pleine forme, il a travaillé jusqu'au dernier jour, on a essayé de lui changer les idées, de l'inviter à la maison, avec les gosses c'était toujours très gai, mais non, il s'est vraiment laissé mourir de chagrin.

Il m'avait dit :

Ya ma femme qui m'attend dans notre caveau, à Salon. Notre caveau, tu peux pas te tromper, c'est le seul qui n'a pas de croix !

Ah oui, ça me revient : sa mère l'avait mis en pension chez les sœurs, pour pouvoir faire sa vie tranquille...

mercredi 31 octobre 2012

Tant-BourrinLa très aventureuse vie du Chevalier de Tant-Bourrin et de son écuyer Saoul-Fifre (Chapitre XIX)

(lecture préalable des chroniques précédentes conseillée)

Où le Chevalier de Tant-Bourrin se mêle à la plèbe

XIIIème siècle après Jésus-Christ - Quelque part dans le Royaume de France

L'étrange équipage cheminait, dans une nuée de poussière soulevée par les sabots des montures, sur un mince chemin caillouteux qui serpentait dans la plaine, dans la chaleur ardente d'un automne médiéval tardif.

En tête, le Chevalier Hippobert Canasson de Tant-Bourrin, les épaules affaissées, la mine longue, triste et encore grêlée de morve séchée depuis sa dernière aventure, l'aura définitivement en berne, chevauchait son blanc destrier, rythmé par le clinquement sinistre de son armure déstructurée.

Derrière, doucement bercé par le pas zigzaguant de sa bourrique miteuse et alcoolique, son écuyer Saoul-Fifre, la face plus rubiconde que jamais sous les effets du soleil et de la mauvaise vinasse, un sourire béat et légèrement baveux aux lèvres, auréolé d'une myriade de mouches plus flamboyante que jamais, dormait du ronflement du juste.

Mais le Chevalier, depuis quelques heures, était soucieux, comme en témoignait l'infime tic nerveux qui lui faisait battre la paupière gauche toute les demi-secondes. Sa chevauchée vers de nouvelles aventures emplies de veuves et d'orphelins à secourir - même si, avouons-le, sa foi et son ardeur commençaient à se lézarder méchamment - était de plus en plus ralentie par d'autres véhicules : chevaux, carrioles, chars à bœuf, charrettes à bras, etc.

Au début, il put se faufiler entre les obstacles (la mule zigzagante de Saoul-Fifre fit d'ailleurs merveille dans cet exercice), n'hésitant pas à doubler en passant sur le bas-côté. Mais bientôt cet échappatoire lui fut interdit, car le chemin s'urbanisait, hérissé de chaumières de plus en plus nombreuses et rapprochées.

- Par la malepeste ! Mays que ce passoit-il doncques ? On n'avansçoit qu'au pas d'une tortue !
- Rrrrrr.... zzzzzz.... rrrrrr.... zzzzzz...
- Espèsce de résydu d'escuyer, je te parlois !
- Rrrrrr.... zzzzzz.... rrrrrr.... zzzzzz...

BLONK !

Lire la suite

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 >