Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 24 novembre 2005

Saoul-FifrePrivée de quoi ?

Je ne tiens pas particulièrement à jeter du sable dans la belle machine bien huilée de la privatisation partielle d'EDF, mais avant de vous ruer pour acheter de leurs actions, enquerrez-vous du sérieux de la boite...qB^)

Lire la suite

mercredi 23 novembre 2005

Tant-BourrinLa tempe ne fait rien à l'affaire

Le temps passe, Tina, et tes tempes grisonnent
Sans nuire à ta beauté, ô sublime amazone,
Mais ce gars n'aime pas ce gris à tes cheveux.
Alors fuis ! Demi-tour ! Quitte donc ce morveux !

Moralité : Il hait tes tempes, Tina ! Vire !

mardi 22 novembre 2005

Saoul-FifreUne Quintaine d'œufs, s'il vous plaît ?

Nous sommes au 21 ième siècle après JC. Tout le pays est sous la coupe des scientistes, technocrates, laïques et autres athées. Tout le pays ? Non, car un petit village du centre de la France résiste encore et toujours à l'envahisseur rationaliste. Saoulfifre, notre envoyé spécial, était sur place et témoigne.

Lire la suite

lundi 21 novembre 2005

Tant-BourrinL'édenteur de mes chicots

Une petite envie de chanter à pleins poumons de bon matin devant votre ordinateur ? Pas de problème, Blogborygmes est là !

Je vous offre aujourd'hui une petite parodie bien innocente (j'en ai des bien plus grasses en réserve ! ;~)) à chanter sur la mélodie incisive de "Mexico" (qui est tout sauf un mol air)...

Raclez-vous bien la gorge, faites quelques petites vocalises... Vos cordes vocales sont prêtes ? Alors, musique !

Lire la suite

dimanche 20 novembre 2005

Saoul-FifreEt le prof essora III

Troisième volet des devoirs de français de notre deuxième fils. Les premiers tomes sont et

Ce coup ci, le sujet est : "En une vingtaine de lignes , faites le portrait d'une personne de votre connaissance , en mettant en évidence le sentiment que vous ressentez à son égard (admiration-sympathie-amour-haine-dégout...)". N'écoutant que son égo, M. choisit de faire son propre portrait, et, surprise, décroche une note correcte : 13 / 20 ! Je me demande si la prof, malgré la similitude du prénom, a bien compris que M. parlait bien de lui-même ? qB^) Musique !

Lire la suite

samedi 19 novembre 2005

Tant-BourrinLangue maternelle

Certains lèchent les culs, d'autres lèchent les bottes,
Certains lèchent béton, d'autres lèchent vitrine,
Et tu sais, mec, ta mère a au fond de sa glotte
Des pieux, des queues, des zobs, des tringles et des pines.

Moralité : Tout lèche, man, même ta reum !

vendredi 18 novembre 2005

Saoul-FifreLa brebis "Laconne"

Philippe, un de mes meilleurs amis (je ne veux vexer personne), à l'époque engraisseur d'agneaux, m'a vendu, pour me faire plaisir et pour une poignée d'olives, 2 agnelles de race "Lacaune". La race Lacaune est la race élevée en Aveyron, sur le Larzac, dont le lait sert à faire le roquefort. Philippe ne tarissait (c'est le cas de le dire) pas d'éloges sur ses agneaux : ils avaient un GMQ (gain moyen quotidien) extraordinaire, un bon appétit, ils se jetaient sur leurs granulés, leur paille et leur foin comme des voraces, et en quelques semaines, faisaient de belles bêtes, munies de larges gigots et d'épaisses épaules, prêtes à passer au couteau. Bon, je me laisse attendrir, je les sauve de l'abattoir et les emmène chez moi. Cette année là, j'avais engrangé un foin de luzerne de toute beauté, que je leur ai distribué à volonté. Riche en azote, ça a eu bizarement un effet bœuf sur ces brebis et elles ont atteint leurs 80 kilos les doigts dans les naseaux.

J'ai commencé à déchanter.

Nous sommes quand même des éleveurs du dimanche : si nous produisons notre viande et nos fromages pour l'année, nous sommes contents. Même si, les années fastes, nous vendons quelques bêtes surnuméraires, ce n'est vraiment pas la spéculation principale de la ferme, et nous cherchons surtout des bêtes rustiques, simples à mener, sympas, jolies, dociles, les pattes arrières dans les bottes et va-z-y-donc... Oups, je m'égare ! La 1ère fois que le tondeur est venu, nous avons compris notre douleur, lui, c'est sûr, mais surtout moi, qui dois les attraper, les lui amener, et les lui retourner sur le cul pour qu'il leur enlève la laine. 80 kilos à soulever, bonjour les lombaires ! Les belles Lacaunes commençaient à me sortir par les yeux. Quand elles eurent été prises par le bélier, et dès la première mise bas, j'ai commencé à comprendre ce que c'était vraiment que la Lacaune. "Emmerdante, emmerdeuse, emmerderesse itou..." chantait Brassens. Il a chanté aussi "Le Mérinos d'Arles", mais là, sa chanson aurait pu s'appeler "La Lacaune", tant la description est fascinante de vérité. Je revoyais Philippe me soliloquer son admiration :
"Tu verras, elles sont extraordinaires, elles vont te faire que des jumeaux, et comme c'est des bonnes laitières, elles les nourrissent impeccablement..."
Mon cul, oui ? Les jumeaux d'accord, le lait en pagaille d'accord, mais elles ne veulent absolument pas nourrir 2 bébés. Dans le contrat, c'était pas prévu, alors j'en choisis un et l'autre vous vous démerdez. En fait l'explication de cette attitude peu maternelle c'est que la Lacaune est une race laitière. La production étant LE LAIT, très bien rémunéré pour faire le roquefort, les agneaux (et les agnelles) sont retirés à leur mère dès la naissance et élevés au biberon, avec du lait reconstitué. Là aussi, l'homme utilise à son profit le traumatisme natal de la séparation d'avec la mère : l'agneau, en manque affectif, compense en devenant boulimique. Classique. Et, en l'occurrence, pratique, puisque la bête atteint très vite les 40 kilos vifs recherchés par les bouchers. Mais tout ça ne fait pas mon affaire.

Moi j'aime les jumeaux. Outre le doublement du bénéfice , le décret divin ayant doté la race d'une paire de mamelles , ce genre de coïncidence murmure avec harmonie à l'oreille de mon sens de la logique et de la justice. En été , quand les "petits", presqu'aussi gros que leur mère, chacun d'un côté, la pompent vigoureusement, le plaisir que je prends à les voir donner les coups de boutoir sensés faire venir le lait, tellement fort que les pieds maternels ne touchent plus terre, n'est pas dénué d'un certain trouble ambigü... Donc j'essaye de faire adopter le second. Les bêtes, comme les humains, reproduisent souvent sur leurs enfants l'éducation qu'elles ont reçues. J'ai été élevée au biberon, je suis pas morte, t'as qu'à faire pareil... Avec une des mères, j'ai réussi à sauver le deuxième petit rien que par ma présence : pendant qu'elle me tétait le doigt (réminiscence des séances biberon) elle se décontractait et a fini par accepter son petit. Mais ce n'est pas toujours aussi simple : cet agneau était une vraie loque , un rataillon qu'elle avait à moitié assommé et qui n'avait même pas la force de téter un biberon réglé sur "gros débit" . Au bout de 12 jours , j'arrive à ce qu'il tête sa mère tout seul sans qu'elle réagisse négativement . Du dressage de lion , quoi . Je reviens 2 heures plus tard , elle l'avait tué... J'imagine qu'elle me bêlait : "Puisque je te dis que j'en veux pas ! T'es sourd ou quoi ?"

Les Lacaunes, je sais même pas pourquoi je vous en parle, je veux plus y penser. Je veux les oublier, j'en ai plein le cul. Et plein le congélateur, aussi : je m'en suis débarrassé ! J'ai pris des brebis corses. Bonnes, les corses. Petit gabarit, faciles à manipuler, belle poitrine accrochée haut, militantes de l'allaitement maternel, jamais de grèves, jamais de révoltes, robe noire, elles accouchent debout tout en continuant à pâturer... Du sérieux.

Sacré Philippe !

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 >