Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 4 mars 2010

Tant-BourrinDe grandes épreuves sportives trop méconnues (2)

Je vous ai fait découvrir, dans un billet récent, quelques-unes de ces nobles compétitions sportives hélas trop méconnues du grand public.

Quelle ne fut pas ma surprise d'apprendre que, suite à la publication de ce billet, le nombre de spectateurs avait doublé lors de la dernière journée du champignonnat de France (pour atteindre deux spectateurs payants) !

Pour le coup, j'ai éprouvé quelques remords de n'avoir pas été plus exhaustif dans mes mises en lumière et ai décidé de compléter mon premier billet. Voici donc quelques autres compétitions trop confidentielles au regard de leur intérêt sportif patent.

Vous savez ce qu'il vous reste à faire ? Allez donc soutenir tous ces merveilleux compétiteurs de l'ombre !



Le taupe 14

Cette charmante compétition est essentiellement pratiquée dans le Sud-Ouest. Les deux équipes, composées de quinze solides gaillards, se répartissent sur un terrain herbeux, aux deux extrémités duquel sont installés des poteaux en forme de H. Les joueurs doivent rester immobiles jusqu'à ce qu'une taupe pointe le bout de son museau à la surface du sol. Le joueur le plus proche a alors le droit de lui décocher un violent coup de pied. Si la taupe passe entre les barres, il marque un point, et l'on dit que la taupe est transformée (ce qui est logique, vu qu'il n'en reste généralement qu'une bouillie informe). La première équipe atteignant le score de quatorze taupes transformées a gagné.




Lave-la-salopette

Epreuve populaire s'il en est en Suède puisqu'elle voit tous les ans près de 20000 participants s'affronter, Lave-la-salopette consacre une fois l'an le champion du lavage de taches tenaces sur une salopette défraîchie. Une épreuve d'endurance redoutable dont seuls les plus aguerris peuvent sortir vainqueurs, comme la mythique et regrettée Mère Denis qui emporta plus de dix fois le trophée dans les années 70 et 80.




Mille ans sans Raymond

Le "Mille ans sans Raymond" est une compétition un peu particulière puisqu'elle n'a pas encore eu lieu : son coup d'envoi est prévu pour juin 2010, tout de suite après la piteuse élimination de l'équipe de France de la Coupe du monde de football (une épreuve sans intérêt et très - trop ! - largement médiatisée, sur laquelle nous ne nous appesantirons donc pas). L'épreuve se déroulera en deux étapes :

- la première consistera en une sympathique chasse à l'homme sur la personne de l'entraîneur (ou plutôt du futur ex-entraîneur) de ladite équipe, avec force lazzis, insultes, menaces, etc.

- la deuxième consistera à se jurer de ne plus placer un Raymond à la tête de l'équipe de France pour mille ans au moins et essayer de tenir cet engagement.

Une bien palpitante compétition sportive donc. Rendez-vous en 3010 pour les résultats finaux de la première édition !




Le "vends tes clopes" challenge

Le "vends tes clopes" challenge voit s'affronter les meilleurs camelots du monde, qui doivent vendre à sauvette, dans un minimum de temps et au meilleur prix, un stock de cigarettes de contrebande. Les candidats doivent souvent pour cela affronter des conditions extrêmes et hostiles, tels que des règlements de compte ou des descentes de police, tant et si bien qu'il est arrivé plusieurs fois que le vainqueur finisse la compétition derrière les barreaux ou six pieds sous terre. Notons enfin que l'épreuve est sponsorisée par Cosa Nostra Sports Events Organisation.




Le Franprix de Monaco

Le Franprix de Monaco est une course de clients organisée dans une grande surface de la Principauté. Ceux-ci doivent remplir leur caddie d'une liste préétablie de produits et franchir le plus rapidement possible la caisse d'arrivée. L'épreuve est particulièrement difficile car le circuit, dans des rayons étroits, rend les manoeuvres de dépassement dangereuses, voire impossibles, avec à la clé de nombreuses sorties de route.

A noter qu'une autre épreuve du même type a lieu tous les ans à deux pas de là, également dans la Principauté, mais celle-là se déroule à Monte-Carlo et dans un magasin Rallye.


vendredi 26 février 2010

Saoul-FifreIci, aujourd'hui

Tiens, notre poêle à bois est éteint depuis trois jours, on vit la porte ouverte, l'hiver serait-il fini ?

Des trainées résiduelles de cumulo-nimbi nous arrivent encore. Après les amoncellements de déluges de cet hiver, ce ne sont pas quelques gouttelettes à peine humides qui vont nous faire ressortir capuches ou bonnets, seraient-ils made in Croukougnouche, ce qui n'est malheureusement pas encore de saison, bien que mon anniversaire se rapproche !

Comment ça, "mes allusions ont la discrétion du pachyderme empoté" ?

Je disais juste que nos averses se ridiculisent par leur durée ; atteint visiblement d'évacuation précoce, le ciel se vide instantanément de ses nuages et le grand beau soleil reprend ses droits sur l'horizon.

Les abeilles en profitent pour sortir se dégourdir la trompe et se dépoussiérer les sacs à pollen. Faut dire que la lune est montante et que les bourgeons gorgés de sève impatiente se sentent bien a l'étroit, serrés dans leur corset de velours vert amande.

Mais il faut souffrir pour être beau. Bientôt, prise dans un étrange désir d'évolution trans-genre, la fleur en devenir, abandonnant ses habits de séduction, dépliera ses blanches pétales. Elle offrira sans tabous sa fleur dégoulinante de rosée aux butineurs et butineuses de passage. Comme chaque année, rituellement, le champ d'amandiers nous organise son bal des débutantes. Frémissantes dans la fraîcheur du matin, virginales, le teint pâle à peine rehaussé d'un peu du rose de la confusion, elles se déploient et envahissent la moindre brindille de leurs arbres.

La nature nous offre en fin d'hiver un de ses plus beaux spectacle. Feu d'artifice immobile, calme, les nuages blancs d'une floraison pléthorique se sont posés ça et là sous nos yeux émerveillés. Annonce que le Printemps se rapproche, cette explosion de blancheur teintée d'un peu de sang est le premier signe que la vie se réveille chez les plantes engourdies, que leur sève se réchauffe, qu'elles se tiennent prêtes, dans les starting-blocks, pour le gros travail de croissance et de mise au monde d'une kyrielle d'enfants-fruits qui les attend.

Chez les chèvres, c'est l'inverse : la fécondation se fait plutôt à l'automne, et les naissances, maintenant. Nous avons eu sept petits de sortis, aujourd'hui. Avec seulement trois cabres. Je dis ça dans le seul but de faire bisquer Anne. Qu'elle voie bien qu'on ne chôme pas, en Provence. Nos bêtes ont sagement attendu que nous rentrions de vacances et ont mis bas dans la foulée, sans tergiverser ni barguigner

J'ai vu une pie qui réparait son nid de l'année dernière, aussi...

mardi 23 février 2010

Mam'zelle KesskadiePour José, animateur sur NRJ, qui essaye d'arrêter de fumer I

J’ai commencé une série de courriels que j'envoie à un animateur NRJ (oui, on a ça aussi ici), me disant que j’écris des niaiseries au moins aussi drôles que les leurs.
Il est le porte-parole d’un défi d’arrêter de fumer pour le mois de mars.



À lire avec un accent de bonne sœur.


Mon cherrrrrrrrrrr José, je me prrrrrrrésente : Imelda, ex-femme du curé Hubert de la Paroisse des Saintes-Senteurs-des-pieds-de-Jésus. José, depuis le décès accidentel de mon époux (il est tombé en bas de sa crrrrrrrroix), je me suis rrrrrrrrecyclée en tireuse de carte. Ç'aurait-pu tété pire, j’aurais pu être liseuse de craques de fesses ou devineuse à la température, ou peut-être déchireuse de kleenex à Claire Lamarche. J’ai bien tourné finalement.

Donc, mon cher José, je t’offffrrrre une lecture gratuite de tarot pour débuter ton pérrrrrriple d’abstinent de l’objet long et cylindrique qu’est la cigarette. J’espère que tu n’as point pensé à mal, mais je ne croise pas, j’ai bien dit objet long, chez-toi, n'est-ce pas, on ne peut pas confondre. José, l’homme qui tire mieux qu’un fumeur, ce qui n’est pas difficile quand on connaît l’effet du tabagisme sur la fonction érrrrectile. Grosse cigarette, tite quéquette.

Reprenons notre carte qui est la première du cheminement au Tarot : le fou. Ohhhhhhhhhhhhhh, que cette carte tombe bien pour toi qui non seulement est payé à la niaiserie, mais qui débute ton glorieux chemin vers une haleine enfin fraîche ! Mario et l’autre vont pouvoir enlever leur masque d’oxygène. Autant pour respirer que pour ne pas te sentir ! Tu vas enfin pouvoir rrouler une pelle à ta femme sans qu'elle aille vomir ! Ben oui, tu pensais quand même pas que ses haut-le-cœur à vos baisers passionnés étaient des restants de nausée de grossesse ? C’est vrai que la fumée peut embrouiller les idées.

Donc, le fou, disais-je, entreprend un projet. Il ne sait pas trop vers quoi il tend, tend, ici jeune homme de toutes les passions, veut dire il ne sait point trop ce qui l’attend, genre combien de kilos il va prendre. Surprise ! Il n’en prendra aucun ! Comment je le sais ? Mais tu oublies que je vois tellement clair que je peux voir sous la neige en hiver ! Et pourquoi tu n’engraisseras pas mon cochon ? Oui, je sais que sous ton air angélique, se cache une bête. Pas bête comme niaiseux, bête comme un siffleux. Tsé, le tit bruit quand on est essouflé d’avoir trop fumé ? Bon, alors, tu n’ajouteras pas à ta silhouette tentatrice une seule rondeur parce que tu vas suivre les bons conseils qui seront sur le site du défi ! Mais oui, tu vas suivre les bons conseils plutôt que de suivre tes mauvaises idées, tu iras plus sûrement au paradis de l’air pur et tu veux quitter le Démon qui, tu le sais, apparaît dans la fumée.

José, l’intelligence de la parole va se révéler à toi, comme d’habitude, en lisant un texte ! Parce que quand tu dis sans avoir lu, doux Jésus !!!!!.. Le site va enfin te montrer la vérité et tu verras la lumière ! Surtout qu’il n’y aura plus de boucane pour te la cacher !

José, que j’aime dire ton doux nom, José. Yosé. Saint-José-du-rire-impromptu ! Bon, toujours est-il que José, je t’enverrai ta lecture régulièrement pour que tu saches que tu n’es pas seul. Non, José, les milliers d’inscrits ne sont pas payés par ton épouse pour te supporter, ils existent vraiment. Tu ne les vois pas, mais aie la foi !

Foi d’Imelda, la tireuse de cartes plus dont la droiture des prédictions égale le tirage de joint du beau-frrrrrrrrrrrrère Armand.

samedi 20 février 2010

Tant-BourrinLe Blogbodico (11)

Après les tomes numéros 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9 et 10 du Blogbodico, devinez donc ce qui vous attend aujourd'hui !...

Oui, c'est ça, le tome n°11 ! Mais j'en ai vu qui ont triché en regardant le titre en loucedé !

Je vous laisse donc découvrir ces quelques nouvelles entrées dans le dictionnaire qui rend ses lecteurs plus cultivés ! :~)




Antrotromorphisme : (n.m.) Tendance naturelle, chez l'être humain de sexe masculin, à se croire monté comme un âne. (Etym. : l'âne Trotro était un personnage de dessin animé populaire au début du XXIème siècle). Mon René, il fait de l'antrotromorphisme mais, en fait, c'est plutôt Riquiqui !


Contrat-déception : (n.f.) Amer sentiment de désillusion qu'éprouve le signataire d'un contrat en déchiffrant a posteriori les clauses écrites en très petits caractères. Ma demande de remboursement auprès de mon assurance a capoté, quelle contrat-déception ! La pilule est dure à avaler !


Drozoophile : (n.f.) Personne ayant tendance à enculer les mouches, pinailleur. Mon chef de service est un vrai drozoophile, il commence à m'asticoter !


Effet de cire : (loc.) Réchauffement de l'atmosphère entre deux personnes dû au cirage par l'une des pompes de l'autre. La télévision provoque beaucoup d'émissions de gars à effet de cire.


Empire érottoman : (n.prop.) L'Empire érottoman est un empire multiethnique qui s'est développé à la fin du XIIIème siècle essentiellement au détriment de l'Empire baisantin, a atteint son apogée sous le règne de Soli-Onan le magnifique et a fini par se faire complètement défoncer au début du XXème siècle. L'Empire érottoman est également appelé l'Empire des sens.


Fesses-tifs : (adj. inv.) De nature à provoquer de fortes migraines le lendemain. - Pfff, j'ai fait un repas fesses-tifs hier au soir et, ce matin, j'ai la tête dans le cul ! - Oui, je vois ça : tu es coiffé avec la raie au milieu !


Gênée-ration : (n.f.) Portion d'un plat si réduite que l'invité auquel elle est servie en éprouve une vive gêne, car il reste sur sa faim mais n'ose pas par politesse en redemander. Quelle hôtesse chiche ! Elle nous a fait, d'un confit, des gênées-rations !


Ginettologue : (n.m.) Personne qui s'occupe de ginettologie, à savoir l'étude au point de vue morphologique, physiologique et pathologique des femmes prénommées Ginette. Le René vient de se remarier et sa nouvelle femme s'appelle également Ginette, un vrai ginettologue !


Incuriculum vitae : (n.m. inv.) Document indiquant l'état civil, les mauvaises études, les échecs professionnels, les principaux défauts de quelqu'un, en vue de décourager tout éventuel recrutement. Syn. : curriculum évitez.


Pisse-au-tiers : (n.m. inv.) Personne pratiquant la miction fractionnée. Par analogie, personne peu généreuse, qui donne peu. Arguant qu'il était pisse-au-tiers, il prétendait ne devoir donner que 33 centimes d'euros à la dame-pipi.


Séminerve : (n.f.) Dispositif servant à maintenir la tête droite durant des séminaires d'entreprise soporifiques et permettant ainsi à l'utilisateur de somnoler doucement sans que cela se remarque trop. Dans le cas de sémininaires interminables, l'usage de la séminerve peut être complété par celui d'un corséminaire, qui maintient également le buste en position droite.


Trématuré : (n.m.) Double point mis sur une voyelle alors qu'il aurait dû l'être sur la voyelle suivante. « Aigüe » ou « Cigüe » sont des exemples de trématurés.

mercredi 17 février 2010

AndiamoA la Saint Valentin...

A la Saint Valentin, on se serre la main. Vivement la Sainte Proserpine !

Je suis un peu en retard, mais c’est le hasard de la parution de nos billets.

C’est le jour des petits bouquets, des gros bisous. Un peu commercial ? Sans doute, mais c’est tout de même charmant, un peu de douceur, entre deux cataclysmes, au milieu de tant d’horreurs. Entre deux guerres, personnellement je préfère l’Entre-deux-Mers !

Enfin, fêter les amoureux, c'est croquignolet. Tous les jours on rouspète, si, si, parfaitement, je lis vos blogs ! Il y a de la matière à rouspétance, d'accord, mais de temps en temps, on peut aussi faire une pause... NON ?

Je ne vais pas vous la jouer violons et camélias, ça n’est pas mon genre, et puis ça sonnerait faux. Après toutes les horreurs que je vous ai dessinées ou racontées, vous n’y croiriez pas.

Plutôt que des vers, parce que dans ce domaine je ne touche pas une bille, quatre ch'tiots crobards, afin de vous démontrer que je peux aussi avoir une âme de midinette.






Dessins Andiamo

dimanche 14 février 2010

Saoul-FifreLe ciel en soit loué

..., je vis en bonne entente
Avec le Père Duval, la calotte chantante...

Un peu comme Brassens, je n'ai jamais eu de mauvais rapports avec la religion. Ma mère a une foi de charbonnier, bien noire et je suis entouré de croyants.

Ils me laissent dire "Merde", je les laisse dire "Amen"...

Ce n'est même pas une question de religion, j'ai une attitude dubitative envers toute foi, toute certitude, en un parti, un chef, un dieu. Il existe aussi un intégrisme athée, scientiste, et bien sûr, des croyants respectueux des doutes d'autrui. Moi, c'est pas mon truc de mettre toutes mes billes dans le même sac, de me restreindre, de me spécialiser.

C'est pas faute pourtant d'avoir essayé. Le digest de mes essais, et l'essence de mon opinion sur la question, je les ai déjà publiés ici mais j'ai eu envie de vous parler de mon curé. Je dis "mon curé", mais j'en ai connu d'autres, et puis des aumôniers au Lycée, et puis un leader charismatique en Fac, qui galvanisait les étudiants en leur faisant vibrer des gospels, et puis notre "chapelain", un prêtre-pêcheur, dans tous les sens du terme, qui nous a mariés et a baptisé les gosses...

Mais mon curé, c'était tout autre chose. C'était un curé de campagne rond de cœur et de corps, vraiment simple "en esprit". S'il y a un fond de vérité dans les Béatitudes, le bonhomme, à sa mort, a dû filer au ciel comme un V2.

En charge de nombreuses petites communes rurales, il avait investi dans un fourgon vitré aux formes rondes qu'il avait appelé "Obélix" et il faisait avec le ramassage pour le cathé. J'aimais bien, le cathé. Il nous expliquait des principes arides, complexes, avec des mots doux, chaleureux. Le mystère de la Sainte Trinité, sorti de ses lèvres, c'était naturel, logique, beau. Le coup de la vierge enceinte sans même un coup de goupillon, on avalait la fumée sans broncher.

J'étais enfant de Chœur et la race était déjà en voie d'extinction. Forcément : nous ne nous reproduisions pas ensemble. Pour nous remercier de ce service rendu au seigneur, mais en tout premier lieu à lui-même, le curé avait décidé que les quêtes des messes d'enterrement nous reviendraient. Je ne sais pas d'où il avait tiré ce trait de génie, mais mon regard envers les morts, et par extension, la Mort, changea du tout au tout. Ce qui était une sombre corvée pour nos jeunes années devint une occupation guillerette. Les décès étaient rares, malheureusement, dans notre mini-paroisse, mais le chrétien est généralement généreux, mis en face du Grand Mystère de la Mort.

Mon premier argent de poche fut en fait de l'argent de linceul. Il avait fallu venir en vélo, de 6 km, se déguiser, se retenir de rire, le plus dur, il fallait ensuite aller au cimetière à pied, marcher dans le crottin, j'ai connu, supporter les larmes des proches... Tout à fait entre nous, s'ils y croyaient vraiment, à cette histoire de vie éternelle et de retrouvailles "là-haut", ils ne devraient pas pleurer si fort.

Mon curé nous l'avait expliquée, l'éternité. Vous imaginez une grosse boule de fer, grosse comme mille fois la Terre. Ça oui, on la voyait bien, la boule. Tous les 1 million d'années, ya un petit oiseau qui vient et qui donne un coup d'aile sur la boule. Ouais l'oiseau aussi, on le voyait.

Et ben quand la boule sera toute usée, l'éternité aura à peine commencé.

jeudi 11 février 2010

Tant-BourrinDe grandes épreuves sportives trop méconnues

Vous connaissez tout de ces grands événements sportifs dont on nous rebat les oreilles : jeux olympiques, grands prix de formule 1, Super Bowl, etc.

Mais peut-être ignorez-vous qu'il existe de formidables compétitions qui se déroulent tous les ans dans une relative confidentialité ? Heureusement, Blogborygmes est là pour braquer ses projecteurs sur quelques-uns de ces événements sportifs, qui devraient ainsi enfin recueillir la renommée qu'ils méritent...



Le champignonnat de France


Organisé tous les ans à l'automne, le champignonnat de France est une compétition au cours de laquelle vingt équipes de onze joueurs s'affrontent successivement à la cueillette de champignons. Chaque équipe est composée de dix joueurs de champ (ainsi dénommés car ils parcourent un grand champ herbeux) muni d'un panier d'osier et d'un gardien qui, lui, garde les filets dans lesquels la récolte de l'équipe est assemblée.

Une joute sportive des plus palpitantes à suivre, hélas marquée depuis quelques années par des débordements de supporters incontrôlables qui trouvent parfois que leur équipe favorite n'appuie pas assez sur le champignon.




Le Drakkar


Initialement baptisée le Paris-Drakkar avant de devenir plus sobrement le Drakkar, ce grand rallye voit une flotte de drakkars s'affronter dans la traversée de territoires magnifiques. Le Drakkar avait autrefois l'Afrique pour terrain de jeu mais, suite à des menaces sur la compétition (des rebelles menaçaient de couler les drakkars en plein désert du Ténéré), celle-ci se déroule désormais en Amérique du Sud.

A noter que la compétition se révèle en général extrêmement longue, sauf en période de très fortes inondations.




La coupe de la mère Rika


Cette très ancienne compétition a plus de 150 ans d'âge. Elle voit s'affronter des coiffeurs challengers qui doivent faire la plus belle coupe de cheveux à Rika Zaraï, le vainqueur obtenant le droit d'affronter le tenant du titre dans une coupe de cheveux finale.

A noter la difficulté de l'épreuve lorsque les vents sont contraires, les coiffeurs recevant alors en plein dans les oreilles les chansons que Rika Zaraï ne cesse de fredonner.




La coupe d'Elvis


Cette épreuve plus que centenaire oppose elle aussi des coiffeurs qui doivent réaliser la plus belle coupe de cheveux à la Elvis Presley. Le trophée remis au vainqueur est un superbe saladier d'argent empli de beurre de cacahouète.

A noter que plus de 400 kg de gomina sont utilisés durant cette épreuve.




Les vingt cadreurs déments


Cette compétition, organisée dans les studio de la TSF, oppose vingt cadreurs névropathes munis chacun d'une caméra, que l'on laisse filmer sans contrainte pendant 24 heures. Est au final déclaré vainqueur celui dont le psychisme défaillant transparaît le plus dans la façon de cadrer ses sujets.


< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 >