Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 27 mai 2011

BofLe permis

Billet promis, billet dû.

Mais quid du thème, éternelle question qui explique mon absence ces derniers jours (atchoum).

On va la faire tranche de vie, rien de saignant non, du moins pas encore, et jamais ça m'arrangerait pas mal.

J'ai toujours apprécié de me rendre d'un point a à un point b rapidement, que ce soit à pied, à vélo, et à l'âge requis en voiture. Je sais, c'est mal. C'est dangereux, ça pollue la planète. Mais plus vite on épuisera les ressources pétrolières plus vite on passera à l'étape suivante.

Vivement le moteur à hydrogène, qu'on puisse rouler propre à 250 km/h.

J'ai eu une période alfa, les vraies, pas les alfiat, le chant d'un bon V6 des familles ça vaut le dernier Chelon (suis pas sur de faire l'unanimité sur ce coup-là). Mais les histoires d'amour finissent mal en général, et le chant poignant de la tôle italienne qui rouille rien qu'à la regarder a eu raison de notre idylle.

Exit la maitresse.

Arrivé à l'âge canonique qui est le mien aujourd'hui (à peu près la moitié d'Andiamo, c'est dire.....), on a besoin de se donner des challenges, histoire de rester un mâle, un vrai, et repousser ainsi le dysfonctionnement érectile qui nous guette si on se laisse aller. Et comme symbole phallique, quand même, la moto, ça le fait. Donc moto, go, la 125 qui me permettait de zapper les embouteillages estivaux bien sur, ça compte pas, faut du lourd, du qui hurle à 11500 tours mn.

Mais, il y faut un permis. Shit.

"ah, faut repasser le code en prime?" Censuré.

Se retrouver avec une zapette devant un écran vidéo au milieu d'une bande d'ados, ça fait bizarre, surtout quand ils te regardent sans oser demander si t'es là parce que tu t'es fait choper avec 14g d'alcool dans le sang.

Tss tss, à coté de moi, TB fait figure d'éthylique invétéré. Et Saoul-Fifre, euh, hors concours.

Mention spéciale au plus vraiment ado qui me voyant arriver au code en voiture m'a dit : "arf, toi aussi tu conduis sans permis?" "euh, non, suis là pour la moto, la voiture, j'ai" "ben moi ça fait dix ans que je roulais sans, mais là je viens de me faire gauler, alors pour me mettre en règle je viens au code...en voiture, mais chuis vachement prudent".

Faut être honnête, j'ai appris plein de trucs au code, surtout pour les ronds points, ça a l'air tout con un rond point à emprunter ben non, que nenni, c'est quasiment SCIEN TI FIQUE comme approche.

Et les piétons.........Mon dieu les piétons, au moins aujourd'hui je sais quand on peut les écraser ou pas.

à suivre...... (ben ouais, phase de reprise faut y aller douuuuuuuuuuuuucement)

lundi 23 mai 2011

Mam'zelle KesskadieBonne fête Blogbo !

Comment ça, en retard ? J'ai juste pris le temps de charger Audacity et de me racler la gorge !



Tabarnak chez les blogbos

par Mamzelle Keskadie


Je ne peux pas croire que j'ai fait ça (phrase célèbre qu'on prononce le lendemain de veille en regardant le sire qui ronfle dans un lit où nous sommes en tenue d'Ève...)

lundi 16 mai 2011

AndiamoSi Sissi sise ici scie six zizis-cils

Le bébé a six ans, on vous a préparé un petit anniversaire ( nous nous y sommes pris un peu tardivement)...

Excusez les vers de mirliton : décidément, poéter, ça n’est pas mon truc !

Il y a six ans…
J’étais bien innocent !
Ils m’ont vite déluré
T-B et Saoulfrifounet
Réveillé le Hyde en moi
Hyde, Landru et je n’sais quoi
Aujourd’hui, j’ai bien du mal
A contenir l’animal
Ils ont réveillé
Dieu soit loué
Mes plus vils instincts
Pour mon plus grand bien !

Bises à nos commentatrices, et à nos commentateurs aussi je ne suis pas (trop) sectaire.





Pissez haut !

par Andiamo




Six ans.

J'ai envie de dire "six ans ferme" mais il n'aura échappé à personne que le ramollissement est d'actualité. À part Andiamo qui a une dizaine de billets d'avance et qui a pris d'autorité la responsabilité du tambour rythmant la galère Blogborygmes, il faut bien reconnaitre que les fondateurs commencent à mériter leur titre : ils ont touché le fond.

Pas de panique : on est raplapla, ya qu'à continuer plan-plan.

J'en profite pour rappeler à la compagnie qui nous fait l'honneur de nous lire que l'appellation "Blogborygmes" ne nous appartient pas (lire "je vous en fiche mon billet", dans la colonne de droite) et que toute personne se sentant en phase avec notre esprit peut nous contacter pour participer à cette grande aventure. Cette magnifique et sobre interface sans publicité créée par Tant-Bourrin avec l'aide de DOTCLEAR serait ravie d'héberger d'autres turpitudes ou de nouvelles poésies oniriques. Nous n'avons pour l'instant censuré personne et nous n'imposons aucun rythme de publication (perso, ça m'arrange).

D'ailleurs, les anciens, ô vous dont le nom figure sur le bandeau à la droite de feu notre mascotte Julie, vous nous enverriez ne serait-ce qu'un billet annuel, ça marquerait le coup d'une manière sympathique, non ? Soyons clairs : j'ai dit ça mais je n'ai rien dit du tout, en fait.



Oui c'est haut !

par Saoul-Fifre






Mam'zelle Kesskadie


Cliquez sur l'image pour l'agrandir


Saoul-Fifre


Cliquez sur l'image pour l'agrandir


Tant-Bourrin


Cliquez sur l'image pour l'agrandir


Andiamo


Cliquez sur l'image pour l'agrandir

mercredi 11 mai 2011

Tant-BourrinEst-ce bien assez sonnet ?

Comme un verrat crasseux affalé dans la fange
Ou le Souf' alangui après un bon litron,
Un zeste malheureux sur le presse-citron,
La crotte molle au cul du bébé que l'on change,

Comme un bout de chiffon plein d'huile de vidange
Dont la forme équivoque est celle d'un étron,
Comme une grosse tache au milieu du plastron,
Comme un prurit anal douloureux qui démange,

Comme un slibard douteux traînant sur le parquet,
Un rugbyman K.O. après un gros taquet,
Comme un tube usagé d'aspirine du Rhône,

Comme des poils frisés au fond du lavabo
Ou le débandement des membres de Blogbo,
Ci-gisent sous ces vers mes ultimes neurones.

mercredi 4 mai 2011

AndiamoZouzou Pontiac (une enquête de Chauguise)

Il fait beau ce matin, Chauguise a horreur des vacances forcées, aussi prend-il ses trois semaines de congés comme ça lui chante, au gré de sa fantaisie.

Ainsi, en ce joli matin du mois d’août 1952, il se rend au 36 quai des orfèvres à pied depuis la station Châtelet. Il aime bien finir cette partie du chemin en flânant, il écoute et regarde la rue, il adore.

Ce matin, les crieurs de journaux ont un « gros morceau » : l’affaire Dominici.

Il y a deux jours, dans la nuit du 4 au 5, toute une famille d’Anglais : le père, la mère et leur fillette âgée de 7 ans ont été assassinés d’une façon horrible… La petite Elisabeth tuée à coups de crosse de fusil ! Principal accusé : Gaston Dominici, 75 ans, patriarche de la grand’terre, c’est ainsi que l’on nomme le domaine qu’il exploite à Lurs, commune des Basses Alpes (le département s’appelle maintenant Alpes de Haute Provence… Ça ne l’a pas relevé pour autant) !

Chauguise a acheté le Parisien (libéré) au jeune crieur qui se trouve à l’angle de la rue Saint-Denis et du quai de la Mégisserie, puis, tout en parcourant distraitement la « une », il est entré dans la cour pavée du 36.

Crafougnard son jeune adjoint, l’attend.

- Bonjour patron ! On vient de recevoir un coup de téléph…

Chauguise ne le laisse pas terminer sa phrase.

- Mouais, minute ! Laisse-moi l’temps de me poser, j’vois pas d’fumée, il ne doit pas y avoir le rife !

- Ben si… Justement, il n’y a peut-être pas le feu, mais un cadavre tout chaud, aux studios « ECLAIR » d’Epinay sur Seine !

- Epinay ? Mais Juliette y fait actuellement un stage !

- Ju… Juliette est là-bas ?

- Bon, on y va Dugland, et fissa… Capito ?

- Vous connaissez le chemin, patron ?

- Ouais, tu sors à la porte de la Chapelle, l’avenue Wilson à la Plaine, puis Saint-- Denis, après… J’expliquerai !

La traction avant passe devant les énormes réservoirs de la porte de Paris à Saint-Denis. Ils renferment le gaz de ville produit à partir du coke, sur les immenses terrains appartenant à Gaz de France.

Après un « à gauche » spectaculaire ayant donné une frayeur à deux clebs et une mèmère au carrefour appelé « le barrage », la quinze six cylindres se pointe devant l’entrée des studios « Eclair », situés à la limite d’Enghien-les-bains.

Un gardien en uniforme se pointe. Chauguise lui flanque sa carte rayée bleu, blanc, rouge, sous le pif …

- Ouvre fissa, je suis le commissaire Chauguise !

La barrière actionnée manuellement se lève. Crafougnard embraye et s’arrête un peu plus loin.

Trois hommes et deux femmes sont là. Visiblement, il est attendu.

- Par ici, Commissaire, suivez-nous.

Un grand hall, des projecteurs, des décors en trompe-l’œil, et là, assise dans un fauteuil de toile avec son nom inscrit au dos…

Zouzou Pontiac, et à ses cotés le grand Louis Voujet !

Chauguise s’est arrêté, il a rejeté son bitos troué en arrière afin de mieux voir.

- C’est qui ? demande Crafougnard.

- Tu ne les reconnais pas Dugland ? C’est Zouzou Pontiac et Louis Voujet, ils ont joué ensemble dans : « Du résiné plein les rigoles » !

- J’vois pas !

- Ah bien oui, t’étais encore dans les loukès de ton dab ! Et la célèbre réplique : "T’as d’beaux ch’veux tu sais ?", "Brossez-les moi !" qu’elle lui répond.

- Ben dites donc, elle n’est plus toute jeune !

- T’aurais vu les « roberts » de la donzelle à l’époque, à faire pâlir Martine Carole, en personne ! Et puis pour tirer la gazelle, j’aime autant t’dire que je n’aurais pas chargé mon fusil avec du gros sel, elle était sacrément bien viandée la gerce !

Chauguise et Crafougnard sont conduits dans les loges. Avachie dans un fauteuil, le teint cireux, une très jeune starlette, la tête renversée en arrière, a visiblement cessée de consommer de l’oxygène !

La maquilleuse est là, prostrée sur son tabouret.

- J’étais en train de lui « faire » les ongles, quand tout à coup elle a hoqueté, puis sa tête a basculée… Comme vous la voyez là, je n’ai touché à rien.

- Mouais, articule Chauguise, en tournant lentement autour du corps. C’est le flacon de vernis dont vous vous êtes servi Mademoiselle ? dit Chauguise en montrant le petit récipient.

- Oui… Oui, Monsieur le Commissaire.

- Dugland, prend un chiffon et rebouche ce flacon, ne le touche pas à mains nues ! Puis emballe-le comme il faut dans une feuille de papier, on va le porter à fin d’analyse à Couillette.

Julien s’exécute.

- Ne touchez à rien, les gars du labo vont passer également : bouclez la pièce.

Georges Souclot le metteur en scène est là

- Mais, et mon film ?

- Vous reprendrez plus tard, pour l’instant je suis obligé de boucler… Verstehen ?

- Bon, bon, d’accord… Tout le monde rentre, c’est fini pour aujourd’hui !

Juliette un cahier d’écolière sous le bras, s’avance vers le duo infernal :

- Bonjour Papa !

Un gros bisou qui claque.

- Bonjour Julien !

Un autre bisou, moins sonore sur la joue, mais beaucoup plus tendre.

Chauguise regarde, sourcil relevé :

- Ouais, c’est comme dans les histoires de cocu : le principal intéressé est le dernier prévenu !

- Mon p’tit Papa, t’es fâché ? Tu sais, Julien et moi, c’est sérieux, depuis l’affaire du rapin, nous nous sommes revus !

- Fâché non !

Puis s’adressant à Julien :

- Toi, je te préviens, si je vois UNE SEULE larmichette au coin de l’œil de ma fille à cause de toi, j’te plombe comme un scaphandrier… Cappice ?

- Euh… Oui, patron.

- Bon, on n’a plus rien à foutre ici, on rentre ! Allez Juju, profites de la voiture, on te raccompagne à la maison, ton boss t’a donné ta journée !

- Papa ! Ne m’appelle plus Juju, je ne suis plus une petite fille…

- Pour moi : OUI !

Julien revient à petite allure, afin de profiter au maximum de la présence de Juliette.

Tu sais Papa, Zouzou Pontiac et la petite qui est morte s’étaient disputées…

- Ah bon ? Raconte…

- Voilà : il y a une scène au cours de laquelle Zouzou Pontiac pose tendrement sa main sur celle de Louis Voujet. Cette scène devait être filmée en gros plan, et le metteur en scène, Monsieur Souclot, avait fait appel à une doublure un « body double » comme on les nomme dans le cinéma, beaucoup plus jeune la doublure, car il trouvait que Zouzou avait les mains un peu ridées !

Ça n’a pas plu du tout à Miss Pontiac, elle a engueulé vertement la pauvre Sylvette, c’est le nom de la jeune fille qui est décédée.

- C’était quand ?

- L’altercation a eue lieu avant-hier, Papa…. Je crois.

- MMMMH….

Un peu plus tard, Julien a garé la Citroën devant le quarante de la rue du Mont Cenis, il est descendu afin d’ouvrir la porte à Juliette.

- Ah dis donc, t’es bien galant… Pourvou qué ça doure ! a lâché Chauguise, un petit sourire au coin de la bouche.

A peine arrivés, Chauguise suivi de Julien ont porté le flacon de vernis à ongles au labo tenu par Bourrieux dit « Couillette ».

- Tiens Couillette, lâche ce que tu fais et analyse-moi ça vite fait… Fais gaffe, ça contient peut-être un truc violent !

- Si je lâche ce que je tiens là, ça va faire BOUM, c’est de la nitroglycérine !

- Fais pas l’con, Couillette ! Je plaisantais.

Après avoir délicatement posé l’éprouvette dans un support et enfilé des gants de caoutchouc, Bourrieux prend le flacon que lui tend Julien. Il en retire le papier journal qui l’enrobe.

- Donne-moi la feuille lui dit Chauguise, c’est la UNE de mon canard !

Tiens, la voilà, et revenez quand je vous sonnerai, je vais me mettre au boulot, et personne dans mes pattes quand je bosse !

Chauguise, les pieds sur son bureau, lit tranquillement le journal.

- Vous pensez que c’est le « vieux » Dominici qui a fait le coup patron ?

- Penses-tu, il couvre ses fils ! A son âge, il s’en fout, ce qui compte dans l’esprit de ce paysan d’un autre âge, c’est que SA terre continue à vivre… Le reste, il s’en balance !

Quant au commissaire qui a été désigné pour enquêter, je le connais bien : c’est le commissaire Edmond Sébeille, de la brigade mobile de Marseille, on a fait l’école de police ensemble. Dans son genre, c’est un marle !

Deux heures plus tard, le téléphone sonne, c'est Bourrieux.

- Tu peux descendre, Chauguise, j’ai terminé.

Chauguise et Julien sont arrivés au sous-sol, Couillette les attend, large sourire.

Eh bien, ça n’était pas de la tarte, j’ai ramé… Enfin un peu, c’est violent ce qu’il y a dans cette saloperie de flacon…

-Bon accouche ! Je n’ai pas que ça à foutre, interrompt poliment Chauguise.

Voilà : c’est du venin de : Azureus de Dendrobates, plus communément appelée « grenouille de dards ». Cette appellation provient des Amérindiens d’Amérique du Sud qui enduisaient leurs flèches avec les sécrétions de cette bestiole ! Une jolie petite grenouille de couleur bleue… D’où son nom « azureus ».

C’est le venin le plus puissant sur terre, 2 microgrammes suffisent pour tuer un homme ! Cette saloperie mélangée au vernis à ongles, la pauvrette n’avait aucune chance ! Seule consolation, elle n’a pas eu le temps de souffrir.

- Bon, et bien Dugland, il ne nous reste plus qu’à fouiller : enquête de voisinage, la bignole de Miss Zouzou, etc. La routine, quoi !

Zouzou Pontiac habite rue de la Faisanderie, dans le très chic XVIème arrondissement. Julien gare la quinze entre une toute nouvelle Cadillac modèle 1952 « convertible » et une Rolls Royce « Silver Wraith » de 1950 !

- On fait un peu parents pauvres, vous ne trouvez pas, patron ?

- Critique pas, Dugland, y’a seulement trente berges, t’aurais eu un vélo !

Julien pousse la porte de l’immeuble cossu. Une immense entrée, dalles de marbre, et plantes vertes à profusion. Il frappe à la porte de la loge. Apparaît une femme entre deux âges, maquillée comme un modèle de Van Dongen !

- Vous désirez ?

- Police, annoncent dans un ensemble parfait nos duettistes, tout en exhibant le carton magique.

- Zouzou Pontiac, c’est bien ici ?

- Oui.

- On peut entrer ?

- Bien sûr, je vous en prie…

- Dites voir, Madame : Zouzou Pontiac elle est mariée ? Si j’en crois « Samedi soir » *

Ravie qu’on l’interroge, la bignole se « vide » littéralement.

- Oui, mariée à un vieux banquier bancal ! Elle rit de sa boutade dévoilant sa bouche édentée. Mais elle a « quelqu’un » !

- Ah bon ? Vous pouvez nous en dire davantage ? questionne le commissaire.

- Oui, c’est un Monsieur Pascal, je ne connais pas son nom de famille, il vient la voir plusieurs fois par semaine quand « Monsieur » est en voyage… Ce qui lui arrive souvent, vous savez ce que c’est : les affaires. Et ce Pascal en profite pour faire sa petite « affaire ».

Elle rit à nouveau, dévoilant le désert de son clapoir.

Mise en confiance, par le sourire du commissaire, elle se lâche tout à fait. Ce Monsieur Pascal, il travaille au jardin des plantes dans le…

- Oui, on connaît ! Merci Madame… Madame ?

- Cruchon… Germaine Cruchon.

Après avoir pris rapidement la tangente, le duo se retrouve dans la rue.

- Non mais quelle conne ! T’as vu ça, Dugland ? J’aurais pas voulu l’avoir pour voisine durant l’occupation ! Allez, en route, rue…

- Cuvier patron, dans le Vème.

- Ben tu progresses, bravo !

Julien s’est garé, le patron a présenté sa carte au gardien chef, puis a demandé à voir un certain Pascal.

- Ah ! Pascal Lechauve ? Vous le trouverez, c’est lui qui « soigne » les reptiles, deuxième allée à droite !

Le cueillir, puis lui faire avouer que c’était lui qui avait « récolté » le venin sur le dos de la grenouille, à l’aide d’un coton tige, pour le remettre ensuite à Zouzou Pontiac, ne fut le résultat que de deux ou trois mandales !

Zouzou Pontiac ne termina jamais le film… Et pour cause. Le budget fut confié à Christian Jaque qui sortit la même année : "adorables créatures", avec pour interprètes principaux : Martine Carole et Daniel Gélin.


* Samedi soir était à l'époque un journal grand format, relatant les potins des stars. L'équivalent de la presse people aujourd'hui.

(Toujours sympas les "Blogbos" je vous ai dessiné le commissaire CHAUGUISE... Alors heureuses ?)

samedi 30 avril 2011

Tant-BourrinChat - rat - deux (8)

Allez, depuis près d'un an, j'ai quelque chose à me faire pardonner auprès du lectorat féminin de ce blog : c'est d'avoir consacré ma dernière salve de charades à des footeux en short qui puent la transpiration et l'EPO.

Alors, pour mettre un peu de baume sur la plaie purulente, j'ai concocté un nouveau bouquet de charades, toutes plus sophistiquées et raffinées les unes que les autres, consacrées à la chanson autour de la plus belle ville du monde (inutile de vous préciser laquelle !... Non, Souf', ce n'est pas Bouseux-sur-la-Plouque !). Nettement plus romantique, isn't it ?

Avant de donner le top départ du jeu, je rappellerai juste que le principe même des charades tant-bourrines est l'à-peu-près infâme et qu'il ne faut donc pas hésiter à se tordre un peu les méninges. Si vous n'en êtes pas convaincu(e), jetez plutôt un œil sur les éditions précédentes, , , , , , et itou. Inutile en revanche d'aller chercher sur Gogol, ces charades sont home-made et donc parfaitement inédites... Oui, Monsieur !

Dernier point : je suis un chouia ovaire-bouquet en ce moment et je ne vais pas guetter le moindre de vos messages dans ma boîte mail. Je vous propose donc de poster vos propositions de réponses directement dans les commentaires et de vous entraider. Si d'aventure une ou plusieurs charades vous échappaient, j'en donnerai la solution à une date non fixée, selon mon bon vouloir.

Voilà, maintenant, c'est à vous ! On va voir si vous connaissez la chanson ! :~)

A vos marques ! Prêts ? Partez !



Charade n°1

Mon premier est une mamelle peu appétissante
Mon tout est le titre d'une chanson sur la plus belle ville du monde



Charade n°2

Mon premier est une gorgée d'alcool qui arrache méchamment
Mon tout est le titre d'une chanson sur la plus belle ville du monde



Charade n°3

Mon premier est le constat dressé devant quelqu'un qui nie sa vraie nationalité française et se proclame slave
Mon tout est le titre d'une chanson sur la plus belle ville du monde



Charade n°4

Mon premier est ce que l'on dit lorsque l'on vient à la rescousse d'un chroniqueur très controversé
Mon tout est le titre d'une chanson sur la plus belle ville du monde



Charade n°5

Mon premier est ce que l'on dit pour exhorter quelqu'un à marier harmonieusement les choses
Mon tout est le titre d'une chanson sur la plus belle ville du monde



Charade n°6

Mon premier est une troupe d'homosexuels qui se produisent sur les planches
Mon tout est le titre d'une chanson sur la plus belle ville du monde



Charade n°7

Mon premier est ce que répond en mauvais français le touriste incrédule quand on lui annonce qu'il s'est trompé d'avion et qu'il n'est pas au Brésil
Mon tout est le titre d'une chanson sur la plus belle ville du monde



Charade n°8

Mon premier est la réponse d'un pied-noir quand on lui demande : "pourquoi tu ne vas pas voir ailleurs si j'y suis ?"
Mon tout est le titre d'une chanson sur la plus belle ville du monde



Charade n°9

Mon premier est ce que disait son producteur à Louis Jouvet pour l'inciter à utiliser les antisèches écrites sur le décolleté de sa partenaire sur scène
Mon tout est le titre d'une chanson sur la plus belle ville du monde



Charade n°10

Mon premier est une invitation à poser les jalons d'un village ou d'une plus grande agglomération
Mon tout est le titre d'une chanson sur la plus belle ville du monde

mardi 26 avril 2011

Saoul-FifreLe roi des cons

Des jours et des jours que je suis dans la préparation de mes semis de printemps, particulièrement dévoreurs d'hectares cette année. Et que je te broie les mauvaises herbes, et que je te les détruis par des passages croisés de "disques", un deux trois passages, plus un dernier avec la herse, pour bien affiner le lit de semence, afin que la graine se trouve si bien à son aise dans son petit nid moelleux qu'elle va y germer à vitesse grand V, si bien sûr le Grand Aygadier est d'humeur à relever la martelière retenant les eaux du ciel. Ça en fait des va-et-vients, du gasoil brulé et ensuite il faut atteler le semoir, bien le régler pour que la graine soit déposée à la bonne profondeur, ni trop ni trop peu, puis le rouleau pour bien rappuyer...

Et si par malheur il pleut avant que tout le processus soit bien fini, et ben il faut recommencer.

Je suis donc là, sur mon char d'Avto, un peu angoissé par les incertitudes de mon activité, plus dictées par le hasard que par des lois physiques gravées dans le bronze de toute éternité et, tout en restant concentré sur la rectitude de mes passages, je me laisse aller à jeter régulièrement un coup d'œil autour de moi pour voir où en est la concurrence.

Ben oui quoi : la concurrence. Car la Nature elle aussi est en pleine action primesautière. Le Printemps est sa saison "sexe" et en ce moment, elle ne pense qu'à "ça", je vous le garantis. L'accouplement "charnel" entre fleurs mâles et femelles n'étant pas raisonnablement envisageable chez les végétaux, il est plus juste de parler de masturbation intensive du côté des garçons et d'attente active voire attractive du côté des filles, toutes corolles ouvertes et pistils tendus dans l'espoir d'une caresse du vent ou de la visite d'un insecte pollinisateur, l'un ou l'autre porteur du petit cadeau tant attendu.

La production de pollen est à son maximum et quand yen a plus yen a encore, ai-je envie de dire. Quand mon tuyau d'échappement accroche en bout de raie une branche de cyprès un peu trop longue, c'est un véritable essaim jaune vif qui me tombe dessus et m'enveloppe. Et tout en regrettant que mon tracteur n'ait pas de cabine, je remercie la providence de ne pas m'avoir voulu allergique.

Quand le vent s'en mêle, ce sont de vastes nuages épais que l'arbre libère et chaque grain de pollen s'envole gaiement vers son destin, sa fleur-sœur aléatoire, en chantant va où le vent te mène d'Angelo le speedé.

Mais par calme plat, c'est à de véritables éjaculations que l'on peut assister : l'arbre crache son sperme, il le pulse, le fait jaillir comme si un tuyau de compresseur pneumatique était caché dans la branche ! Comme chez le concombre d'âne, capable d'éjecter ses graines à plus d'un mètre, l'existence d'une "pression interne" chez des végétaux ne laisse pas que de m'épater.

En levant le nez, je peux assister à une autre armada conquérante, celle de mes adversaires, de mes concurrents directs. Sans aucune pudeur, sous mon propre nez, l'Empire des Mauvaises Herbes contre-attaque. Leurs graines ailées, vaisseaux aux formes bizarroïdes, sillonnent le ciel à différentes vitesses et directions selon les caprices du vent car les coucheries dont j'ai parlé tout à l'heure, c'est bien joli, mais il convient maintenant que la graine, fruit de ces torrides fécondations, trouve le logement adéquat où élire domicile. Prises en stop par le vent, l'eau, les vêtements (ces petits cônes-velcro si irritants sur vos lainages) ou carrément après un passage par l'intestin d'un oiseau ou autre animal sauvage, ces graines feront tout pour s'éloigner de leur géniteur et coloniser le plus vaste territoire.

Technique remplie d'aléas divers certes, mais la quantité de pollen initiale est tellement gigantesque et le nombre de semence en résultant si élevé qu'un peu de gaspillage, de destruction, de ratages ne nuit en rien à l'efficacité du système naturel.

Et c'est comme ça qu'en s'en remettant au hasard, aux éléments naturels, sans gasoil, sans travail, sans inquiétude, sans argent, à la je-m'en-foutiste, quoi, la Nature arrive à semer de rouges champs de coquelicots, bien réguliers, du travail de pro, vraiment, si beaux qu'un jour un peintre du dimanche se prenant pour Van Gogh a posé son chevalet devant, pour l'immortaliser.

La honte.

Je suis vraiment le roi des cons de me compliquer la vie comme ça !

Alors que ce serait si simple et rémunérateur de me lancer dans la récolte du pavot ?

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 >