Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 17 janvier 2016

AndiamoDeux cents ans...

Deux cents ans !

Et si je vous offrais 200 ans de vie au lieu de nos médiocres 80 de moyenne ?

J'ai entendu il y a peu à la radio que le plus sérieusement du monde un jour peut-être, nous pourrions vivre 200 ans en moyenne !

Alors je suis parti à rêver, 200 balais... Que vais je en faire ? Tout d'abord cela implique qu'à 76 ans (mon âge) je serai comme un homme de 35, en pleine possession de mes moyens bien sûr !

En même temps à 76 ans mon âge actuel, mes enfants volent de leurs propres ailes depuis belle burette ! Alors que fait on ? Est ce qu'on vivra avec le même conjoint, ou la même conjointe encore 120 ans ? Ne me regardez pas comme ça ! C'est long 200 ans ! Et si à 80 ans on a la forme physique d'un adulte dans la force de l'âge, forcément que nous voudrons aller voir si l'herbe n'est pas plus verte ailleurs !

On pourra se permettre d'avoir plusieurs vies, les différences d'âge seront sans grande importance, j'explique :

Si à 80 ans vous en paraissez 35, un homme ou une femme de 20 ans de moins que vous c'est à dire de 60 ans en paraître en fait 7 de moins (simple règle de trois) et là tout devient possible, on ne vous appellera plus des "cougars", quelle horreur ce terme, car enfin ça ne choque personne qu'un vieux sorte avec une jeunette, par contre qu'une femme d'âge mûr sorte avec un mec de 20 ans son cadet et ça devient scandaleux !

Il n'y a pas que le côté couple qui sera à revisiter, nous travaillerons beaucoup plus longtemps également, jusqu'à 120 ou 130 ans ? Peut-être... Nous aurons aussi plusieurs carrières : lamineur de nouilles chez Panzani, marchand de glaces en terre Adélie, testeur de matelas chez "Simmons" (pub gratos, il faut que je change le mien justement... Hein M'sieur Simmons ?) Alors nous verrons sans doute nos arrières arrières petits enfants, putain la tribu ! Réunion de famille samedi soir au Bataclan, euh non tout compte fait pas là ! Jé déconne vous me connaissez !

On retrouvera des vieux potes : "Tiens ça fait bien six présidents de la République qu'on ne s'est pas vus" ! On ira faire du sport avec nos enfants et petits enfants, j'ai beaucoup skié avec mes premiers petits enfants, j'ai été Papi à 41 ans ! Mais hélas pour la dernière fournée, je ne peux plus aller skier avec eux, et ça m'emmerde copieusement !

Non mais vous rendez vous compte ? Je pourrai dire à mes arrières arrières petits enfants : "j'ai vu Jacques Brel, Léo Ferré, Sammy Davis Junior, Gilbert Bécaud, et même Cloclo sur scène ! Sans oublier : Tant-Bourrin; Saoul-Fifre; Françoise; Célestine et même Blutch" !

- Euh... Dis donc Papounet c'est qui tous ces dinosaures ?

Ah cruelle jeunesse ! Malgré le prolongement de nos pauvres vies, nous resterons toujours aux yeux des jeunes "des vieux croûtons" !!

(Cht'iot crobard Andiamo)

mardi 12 janvier 2016

BlutchMes poètes de légende, 4e opus.

Denis Wetterwald

Celui-là ne vient pas de chez moi, mais je crois qu’il n’est pas mieux connu pour autant. En fait, il vient de nulle part, il n’a pas d’âge ni de passé en dehors de ses productions artistiques. Plus extrémiste que Brassens dans la discrétion, il n’a même pas écrit les « Trompettes de la renommée », par peur de donner des indications sur sa vie privée…

Auteur-compositeur-interprète, il a débuté sa carrière dans des tours de chants en cabarets et théâtres de poche.

C’est un fils spirituel de Queneau et Boby Lapointe… Ouais, je sens comme un doute planer, disons alors que si Zazie avait fauté avec Boby, ça aurait donné un type comme ça.

Lire la suite

jeudi 7 janvier 2016

celestineLes âges de la vie

Variations autour d'une lampe...

Baby sitter

Allez, dodo, petit gouzi gouzi , papa et maman vont bientôt rentrer, enfin, s’ils se souviennent qu’ils m’ont payée pour supporter tes vagissements, changer tes couches dégoûtantes, et éponger ton vomi sur la lampe de chevet…parce que là, quand même, ils exagèrent, je vais leur faire le tarif de nuit, non mais qu’est-ce qu’ils foutent ? Ah enfin, j’entends marcher, ça doit être eux !


***

Terreurs nocturnes

Mamaaaaan !!! laisse la lumière allumée, j’ai peur !!! Mamaaaan, pourquoi t’es pas là ? Maman ? C’est toi qui marche dehors ? Maman, t’es sûre que t’as bien fermé la porte ? J'entends des bruits bizarres! Reviens maman, s’il te plaît…Mamaaaaan ! J’ai peuuuurrr !!

-(Bon sang, ce gosse regarde trop la télé)...Tais toi et dors!!!


***

Lendemain de teuf

Wow !!Chuis déchiré, grave ! Chais pas pourquoi j’ai bu hier soir, chais même plus c'que j'ai bu...oh la la ! j’ai un mal de crâne…Il est pas tard !à peine quatorze heures trente du mat ! J’vais dormir encore une heure ou deux…J’entends marcher dehors, ça c’est ma daronne, elle va encore me dire que j’ai le bac à la fin du mois, et que chuis un feignant…Grounf ! J’ai mal à la tête et cette lampe qui m’explose les yeux, il est où l’interrupteur , VDM* !


***

Agence immobilière

Vous allez vous plaire, dans cette maison, monsieur, madame, c'est moi qui vous le dis !

-Oh, regarde chéri, ici, là, nous ferons le salon, nous mettrons le canapé, la petite lampe rose, on va être bien… -Oui, l’endroit est très calme, remarquablement bien placé! Vous n’entendrez pas un chat marcher dehors à partir de huit heures du soir. Il vous suffira de bien fermer les doubles vitrages ! (J'ai bien fait de choisir un jour de grève des trams pour vendre cette baraque invendable...)


***

Cinq à sept

-Alors, heureuse ?

-Oh oui, bien sûr, mais tu dois partir maintenant, mon amour. Il est tard…

-Attends, encore un peu, laisse-moi te regarder, tu es si belle à la lueur de la lampe…

-Ciel, tu n’entends rien ? Oh mon dieu, des pas dans le jardin…Vite, sauve-toi, c’est lui, j’aperçois son Audi derrière les volets clos, il a un revolver, méfie-toi !


***

Absence

J'entends marcher dehors. Tout est clos. Il est tard. Ma lampe seule veille... je ne sais pas si j’aurai la force de tendre le bras pour l'éteindre cette lampe…de toutes façons, personne ne vient jamais me voir…Tiens la porte s’ouvre. Bonjour Madame !

-Mais papa, c’est moi, Madeleine, ta fille…

VDM * = Vie de Merde.

samedi 2 janvier 2016

AndiamoLes dimanches

Frédéric... Cette chanson de Claude Léveillée m'est revenue, elle est très peu connue et ancienne, alors normal que le doyen qui parfois a des renvois d'autrefois (et pas des retours de manivelle, bande de mauvaises langues) s'en souvienne.

Que faisait on le dimanche dans ma banlieue ?

Quand j'avais dix ans, comme la Souch' dans sa chanson, c'était en 1949 ! Le dimanche matin très souvent j'accompagnais ma mère au marché, celui de Drancy, il s'étalait le long de l'avenue Henri Barbusse autrefois "route des petits ponts". J'aimais y aller avec ma mère quand j'étais minot, le bruit, les odeurs, les marchands et marchandes qui interpellent le chaland..

-- Allons les ménagères c'est pas cher..

-- Prenez vot' pied Madame ! Hurlait le tripier qui proposait ses pieds de veaux !

- Elle est fraîche la moule ! Gueulait le poissonnier !

Ah ça n'était pas très fin, mais ça faisait marrer. Ma brave Môman allait deux fois au marché le dimanche matin, la première fois, afin d'acheter "la bouffe" car en y allant de bonne heure, elle avait le meilleur choix, ensuite restaient les rogatons !

La seconde tournée, elle achetait, : lessive, savonnettes, P.Q, et autres produits non périssables.

A peine rentrée elle préparait le repas dominical, elle cuisinait bien, je dirais même finement. Le dimanche, c'était soit un poulet, soit un joli rosbeef, parfois LA choucroute, et une fois l'an, mon père se collait aux fourneaux afin de préparer ... LA POLENTA !

Il allait lui même acheter la semoule de maïs, chez un épicier Italien, qui s'installait le dimanche sur un étal dans le marché couvert, il en profitait pour parler le Rital avec le mec, puis il se rendait chez le charcutier, achetait des chipolatas, afin d'accompagner SON plat !

Il foutait un bordel monstre dans la cuisine ! Ne lavait pas sa vaisselle bien sûr, usait de plus de casseroles, faitouts etc... Que nécessaire, ça faisait râler ma mère, mais bon comme ça n'était qu'une fois l'an, elle supportait !

On a longtemps mangé dans la cuisine, puis en grandissant la table est devenue trop petite, à cinq forcément. Alors nous avons mangé dans la salle à manger, et aussi (surtout) biscotte la téloche était arrivée, et mon père restait scotché devant la petite lucarne. Là j'avoue que c'était chiant la téloche en mangeant, aussi chez moi il n'y a jamais eu de télé au moment des repas, j'ai été vacciné au Claude Darget et au Georges Decaunes (le papa d'Antoine).

Mais avant l'arrivée de la téloche nous écoutions une émission à la radio, émission qui passait sur radio Luxembourg (avant qu'elle s'appelle R.T.L) elle s'intitulait : "le grenier de Montmartre", des chansonniers de l'époque venaient commenter l'actualité de la semaine, je me souviens de : Edmond Meunier, Jean Amadou, Pierre- Jean Vaillard, Jean Rigaux et ses onomatopées inimitables !

Ils n'y allaient pas avec le dos de la cuillère, j'étais très jeune (oui ça m'est arrivé) je ne comprenais pas tout, mes parents eux se marraient bien.

Ils ne se dégonflaient pas ces chansonniers,tenez un jour après l' inauguration d'un salon de l'horticulture, un chansonnier déclare : "Ah nos ministres étaient présents à cette inauguration", un autre chansonnier lui répond du tac au tac : "Et oui, les belles plantes ont besoin de fumier" ! Putain le scandale...

La table débarrassée, la vaisselle faite, ma mère nous remettait un peu de sous, de quoi payer la place de cinéma, vous voulez faire OH ? Vingt centimes d'euro environ ! Vous marrez pas c'était en gros le taux horaire d'un ouvrier !

Alors j'allais retrouver mes potes de quartier, Claude, Roland, Daniel, Michel, puis nous allions au Prado le "beau" cinéma de Drancy. Je rêvais déjà devant Maureen O'hara, Gina Lollobrigida, Cyd Charisse, Lana Turner, ou la belle Ava Gardner... Stars inaccessibles de mes vertes années.

(ch'tiot crobard Andiamo)

lundi 28 décembre 2015

AndiamoEt pis nouille art.

Hep ! Vous avez vu ? On n'y échappe de moins en moins au British, alors je m'y suis mis itoument ! Il me faudra quelques cours de rattrapage, j'ai appris le rosbif durant quatre ans ! Oui je sais j'aurais eu mieux fait de repiquer des salades, mais bon !

Je me souviens d'une Demoiselle lorsque je suis entré ... En sixième, pas dans la Demoiselle. Je suis entré par la grande porte sur concours mon bon Monsieur, à c't'époque tout se faisait sur concours ! C'est curieux j'étais assez nul en classe, mais je réussissais tous les concours d'entrée, les examens itou ! Faut croire que ma décontraction y était pour beaucoup, de biens meilleurs que moi se faisaient étaler ! Y'a pô d'justice j'vous dis !

Pour en revenir à la Demoiselle prof de rosbif, du premier octobre au quatorze juillet nous l'avons toujours vu avec son lardeuss' sur l'alpague ! Marron chiasse le pardingue, jamais elle ne l'a quitté, au début on s'est dit :

- Tiens elle a un guignol dans l'tiroir caisse !

Puis les mois ont passés, et elle n'avait toujours pas dépoté le gluant, alors ça devenait chelou, mèkeskellenouplankait ?

Alors n'y tenant plus par une chaude matinée de printemps, un des potes de la classe lui a demandé pourquoi elle ne retirait jamais sa pelure (il n'a pas dit pelure, j'enjolive un peu) Et bien elle a piqué un fard Miss Pinddleton !! (c'est pas son blase non plus)

C'est le même pote qui quelques mois auparavant, lors d'un exercice visant à nous familiariser avé l'assent Anglo Sexon, avait posé la question suivante : how old are you ?

- À qui demandes tu ça ? Avait interrogé miss Pudding (Mais non Bof c'est pas son nom)

- À vous, avait répondu mon pote sans se déballonner !

- Mais, mêêêê ça ne te regarde pas avait rétorqué miss tasse à thé ! (Non plus)

Pourtant apparemment elle n'était pas mal miss cookies, (Bon allez : son blase ressemblait fortement à celui du préposé au tirage... Des cloches) et puis franchement face à des minots de 11 ans elle ne risquait pas grand chose, on n'était pas encore zobsédés par not'bigoudi renifleur, à 11 ans je préférais jouer aux billes, et lire Spirou !

Tout ces souvenirs afin de vous souhaiter un Api (comme le bœuf du même nom) crisse mas, et Api... Nouille art !

Ma mère Noëlle, et mon Père Noël, c'est autre chose que les bibendums des images traditionnelles non ?

(ch'tiot crobard Andiamo)

jeudi 24 décembre 2015

FrançoiseLui j'aurais voulu le cloner.

Bien sûr, je le savais malade et fatigué depuis des années, bien sûr nul n'est éternel, mais il y a des gens que l'on voudrait immortel. Ou au pire les cloner, même quand on est contre le clonage. Jean-Marie Pelt en était, et je ne peux mieux parler de lui qu'avec ce texte écrit en 2007, et simplement mis à l'imparfait, puisque rien n'est parfait ces jours-ci.

« J’ai rencontré Jean- Marie PELT pour la première fois en 1974, à l’Institut Européen d’Ecologie qu’il avait fondé en 1972 à Metz dans l’enceinte d’un cloître franciscain. De là venait sans doute mon habitude de le surnommer révérend PELT. C’était amical.

Ce fervent écologiste avait popularisé auprès d’un large public, la notion de biodiversité (lisez « Les langages secrets de la nature », c’est un plaisir !). Il avait alerté sur les pesticides, les OGM , le réchauffement de la planète, les maladies dues à l’environnement … Il savait que l’écologie est aussi urbaine : adjoint au maire à Metz, pendant 30 ans, il avait empêché des aberrations architecturales, car, disait-il :

« La différence entre les architectes et les médecins, c’est que les seconds enterrent leurs erreurs, tandis que nous subissons pendant des années celles des premiers. »

C'était un merveilleux conteur, capable de passionner l'auditoire grâce à une érudition qui ne se prenait jamais au sérieux, et un humour incroyable, jamais méchant. Il avait aussi consacré beaucoup de ses droits d'auteur à aider des jeunes à grandir, sans en faire étalage.

Sa foi chrétienne (et son âge peut-être) ne le prédisposaient guère au sexe. Pendant des années, alors que nous nous entendions à merveille sur l’écologie, il considérait avec réserve mes écritures érotiques, me traitant de « petite coquine », ce qui reste somme toute affectueux. Jusqu’au jour où, au Festival Sciences-Frontières 2005, il me confia: « Je n’avais pas bien compris ce que vous écriviez. Je l’ai relu et j’ai découvert que ce qui vous anime, c’est avant tout une énergie d’amour ».

J’ai été drôlement émue… et touchée par le fait que cet homme avait pris la peine d'essayer de comprendre au lieu de condamner, comme l'aurait voulu son éducation.

Je ne m'en fais pas pour lui. S'il y a autre chose « après », il y sera bien accueilli. S'il n'y a rien, ce qu'il nous laisse le rend éternel. »

lundi 21 décembre 2015

Oncle DanBonjour l'ambiance (2)

Le jour de la rentrée quelques pions et potaches musclés des classes terminales ho-hissaient valises et cantines au sommet de l'escalier monumental qui menait aux dortoirs. L'ascension des malles aux étages supérieurs dans un établissement qui ne connaissait que l'ascension du Christ, avait de quoi traumatiser Otis et Westinghouse. La méthode utilisée était celle de l'assuré social désirant monter des briques sur son toit. C'est dire combien l'opération était risquée pour les briques et la Sécurité Sociale. Elle était réalisée au moyen d'une poulie, d'une corde, et d'une palette en bois sur laquelle étaient disposés les bagages. Il suffisait de suivre ses valises pour trouver les dortoirs qui occupaient le poulailler du bâtiment central. Quatre rangées de lits, séparés par leurs tables de chevet en bois blanc, s'alignaient parfaite­ment sous les immenses poutres du toit. Les privilégiés disposaient d'un lit dans une alcôve, mais devaient payer le prix de cette intimité supplémentaire en se cognant la tête chaque fois qu'ils se couchaient.

La penderie était collective, et les lavabos étaient avantageusement remplacés par une auge inclinée, que longeait un tuyau, percé à intervalles réguliers de petits robinets d'arrosage. L'eau glacée remplaçait l'eau froide et l'eau chaude, et coulait, soit en un jet minuscule et nerveux qui vous griffait la peau, soit au goutte à goutte, ou pas du tout, selon l'extrémité du tuyau sollicitée et la fréquentation des lieux.

Il fallait être habitué aux randonnées de scouts, et avoir un sens aigu de la propreté pour prolonger les ablutions matinales. Tout ici était spartiate, sauf les WC qui étaient turcs et où on allait plus par besoin que par envie, tant ils évoquaient la campagne automnale au moment de l'épandage fertilisateur.

En se poursuivant, cette visite en terre sainte ne faisait découvrir que des salles empreintes d'une austérité ascétique. Le réfectoire était à demi enterré, et n'était éclairé que par deux soupiraux. Dix tables alignées le long des murs, et que ne séparait qu'une allée étroite, pouvaient recevoir chacune huit convives.

Les repas étaient avalés dans un silence total qui ne pouvait être rompu que par la lecture du Nouveau Testament depuis un pupitre posé sur une estrade à l'extrémité de la pièce.

Le Collège ne devait pas consacrer un gros budget à notre alimentation. A côté des nourritures spirituelles, importantes au point de n'avoir pas de prix, les nourritures terrestres ne pouvaient être que futiles. Il faut manger...pour vivre, et partager son pain avec ceux qui n'en ont pas. Ainsi sera t'il.

Le menu était souvent composé de jambon gras agrémenté de frites molles, de camembert-plâtre et de biscuits décorés de toiles d'araignées.



Il fallait bénir le ciel de tant de générosité, des progrès substantiels avaient déjà été accomplis. Cela ne faisait pas si longtemps que la soupe du petit déjeuner avait été remplacée par un café au lait à la peau généreuse. Passons à la visite des études et salles de classe.

La salle d'études comptait environ cent vingt bureaux posés sur des tréteaux devant des bancs étroits et rudimentaires, sans dossier. Ces antiquités percées d'un trou, pour recevoir l'encrier en porcelaine de nos grand' pères, s'ouvraient à la façon d'un vieux grimoire, à la couverture noire et épaisse articulée par des charnières. L'opération la plus délicate était d'en extraire un livre ou un cahier, car il fallait déplacer préalablement tout ce qui se trouvait sur le pupitre. En outre, de nombreuses aspérités et des générations de coups de canifs rendaient l'usage du sous-main absolument indispensable.

Les salles de classe étaient les plus austères, les plus inhospitalières et les plus rébarbatives qui soient. Leur mobilier était constitué de planches inclinées à 45 degrés. C'est dans l'une d'elles que j'ai rencontré mon premier professeur. Il marchait comme un gorille dont il avait la morphologie et la couleur, portant invariablement une blouse anthracite que nous constellions de tâches d'encre dès qu'il avait le dos tourné, en nous servant de nos stylos comme de fléchettes. Il ponctuait chacune de ses phrases de grognements borborygmiques incompréhensibles qui accentuaient son expression naturelle de bougon perpétuellement mécontent. Son relief cutané n'y était pas étranger. Le Michel Ange déclaré volontaire pour le sculpter n'avait pas lésiné sur le Chianti. Pour sûr que les rides de son visage caoutchouteux auraient été capables d'évacuer le déluge sans risque d'aquaplaning. Depuis trente ans qu'il exerçait dans cet établissement, notre primate ne faisait qu'ânonner inlassablement "rosa, la rose" pour planter cette fleur latine dans nos cervelles réfractaires. Dur de s'habituer à cette tête simiesque dont l'essentiel de la capillarité broussailleuse surplombait de profondes arcades sourcilières ou émergeait de ses oreilles.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 >