Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 22 septembre 2006

Saoul-FifreUn coup vache

Epictete est vraiment débordé, je propose qu'on se relaie pour aller le border tous les soirs, et le mener tous les matins visiter des cimetières, des morgues, des crématoriums, en vérifiant bien qu'il n'oublie pas son APN qui est en fait son téléphone. Voilà bientôt vous saurez tout sur le tombeur de ces dalles. Il nous a donc encore une fois posé un lopin, sans concession. Va-ce se reproduire perpétuellement ? Le dernier mail de notre avocat du caveau semble dire que non, mais sans s'engager sur une date précise. Chapelle cimetière au courant.

Pour bien marquer ce coup de pied en vache, ce coup de sabot à la retourne, ce coup de corne dans le contrat, ce jet vicieux de méthane dans nos narines délicates, je vais vous parler de Io, la star incontestée des mots croisés. Il parait qu'un maniaque obsessionnel a recensé plus de 300 définitions la concernant. Je vous en donne juste quelques unes, les plus célèbres.

Avant, pour vous rafraîchir la mémoire, vous pouvez cliquer sur ce lien et relire la triste histoire de la belle et blanche Io.

Michel Laclos

Dame de trèfle
Cow-girl
Vedette vachement connue
Rien ne la prédisposait à devenir bouseuse
La Belle et la Bête
A vécu bêtement un certain temps
N'avait pas intérêt à abîmer sa robe
N'était pas plus belle à poils

Robert Lespagnol

Ne put certainement pas être confondue avec la vache qui rit

Roger La Ferté

Son père aurait eu de bonnes raisons de ne pas la reconnaître

Tristan Bernard

Augmenta brusquement d'une unité le cheptel argien
Eut une destinée inverse de celle des grands hommes d'affaires qui sont venus à Paris en sabots
Bipède devenu quadrupède

Pierre Dewever

Acheva bêtement une existence qui s'annonçait divine

Max Favalelli

Quitta ses sandales pour mettre des sabots
Changea brusquement de station
Vécut avec un mufle
S'attendait-elle au pis ?
On pouvait l'entendre venir avec ses gros sabots

Robert Scipion

A été de mâle en pis
A dû ruminer sa vengeance
A découvert la voie lactée
N'avait pas la tête près du bonnet
N'a pas dû apprécier sa nouvelle robe
Quel mufle tout d'un coup !

Guy Brouty

Ne resta pas fille après avoir connu l'amour
Dormit sur le tard avec sa culotte
Porta finalement une robe à queue

Georges Perec

Aurait pu faire meuh !
On l'a envoyée paître
Pratiqua l'amour vache
S'est trouvée toute bête
On lui a fait les cornes

Je suis bien certain que Tant-Bourrin va nous en sortir quelques unes de ses cartons, et vous, allez-y aussi, lâchez vos définitions, yo ! Pour ma part, je propose :

A vu sa production laitière augmenter en buvant une simple gorgée de Jupiter
Un coup de queue, ça va, mais le coup de la queue : bonjour les dégâts...
La crème des filles
Ensuite, elle fournissait le beurre à Jupiter
Pousse des génissements APRÈS l'amour
S'est tapée la cloche
Jupiter s'en est payé une bonne tranche
Elle s'est fait proposer la botte

jeudi 21 septembre 2006

Saoul-FifreImprégnation par immigration

Cela fait six mois que Didier et Maria m'ont donné leurs poules, pour cause de mutation de Didier en Nouvelle-Calédonie, et ces idiotes n'ont pas trouvé le moyen de se faire bourrer la spermathèque ! Mes coqs n'en veulent pas ! Même le petit rouge qui rame toujours ad vitam aeternam comme un damné sur son Styx, pour se tremper le sguègue...

Ha petite parenthèse didactique, vous commencez à le subodorer, j'aime mélanger les genres, allier l'amusement à l'étude et surtout, partager avec vous mon (bourrage de mou) savoir tout frais : je viens d'apprendre que peu d'oiseaux possédaient un pénis ! Le canard, oui, je confirme, je l'ai vu, il est tout vrillé, fripé, en zig-zag, il ressemble à un petit cordon ombilical en pointe, mais pas le coq. Ben merde. Ça me scie, je tombe de haut. Papa coq et maman poule, ça se résume à un rapide frottis inter cloaqual. The thing on the thing, but never the thing in the thing, comme apprennent les poules à leurs poulettes. J'ai un vieux coup de blues, tout d'un coup là, en pensant à ces pauvres poules, privées de braquemart par Dame Nature. Quoiqu'un gros œuf par jour, qui te sort, ça remplace sans doute avantageusement, pour peu qu'elles sachent faire durer le plaisir ? Export... Import... Export... Import...Un peu de joie dans ce monde de brutes (surtout ce conard de canard blanc), ça ne se refuse pas, vu qu'entre nous, hein, une vie de poule, c'est carencé en ris et chansons ?

- Même le p'tit rouge... Je vais me réveiller. Mais pourquoi ils en veulent pas ? Tiens vas-y, p'tit rouge, exprime-toi, je te tends le micro, dis-moi pourquoi ? Elles sont-y pas girondes, bien en chair, de jolies robes, leurs trucs en plumes, tout ça... ?

- Elles sont pas du poulailler, j'les connais point, c'est grippe aviaire, MST et compagnie, je l'sais, c'est point des poules pour nous autres... !

- Wouah l'autre hé, comment qui parle ? Et l'exotisme ? La variété ? Le renouvellement du cheptel ? Changement de plumage réjouit le pioupiot... Attends, je vais te passer une super chanson J'aimais déjà les étrangères quand j'étais un petit poussin

- Grr... J'en veux pas des étranges airs.

-Wo l'boulet !

Vous avez une interprétation éblouissante, prise de tripes, de "l'étrangère", à cette adresse , par Annick Cisaruk.

mercredi 20 septembre 2006

ManouLes pages jaunes sans tabou

Jetons un petit coup d’œil sur les mots-clés qui permirent aux surfeurs imprudents d’atterrir les 3 dernières années sur ce blog (avec quelques remarques personnelles) :

- Blogborygmes en vacances (ça marche vraiment)

- Tant Bourrin au Congo (ça marche aussi vraiment)

- Saoul Fifre au Congo (zzzzz…..zzzz…..zzz)

- Manou est la plus mieux du monde (tiens, ça marche pas : ( )

- My tailor loves Epitecte but Epictete doesn’t love my tailor (love n’est pas commutatif)

- Epi reviens, éépi revient, épi reviens parmi les tiens

- Miaou (il a osé)

- La vie n’est pas un long fleuve tranquille mais que cela ne t’empêche pas de plier ta serviette ni de débarrasser la table et puis tu parles autrement à ton père s’il te plaît ou je te confisque ton gel

- Comment planter les choux ?

- Je supporte l’insolence, mon psoriasis en prend un coup

- On va dans le mur et on klaxonne

- Ni plus, ni moins, quoique

- Argh ! Tu quoque fili

- Bon ça suffit le bordel ! SF, tu rappelles tes mouches !

- Mais c’est Tee Bee qu’a commencé

- Tee Bee ???

- ….

- Je reprendrais bien un caliçon d’Aix

- Tu veux dire un calisson ?

- Oui (étonnant)

- Planche beige et les sept pains (déficience auditive avérée)

- Souviens-toi que ce que le désir déclare qu’il veut, c’est d’obtenir ce qu’il désire, que ce que l’aversion déclare qu’elle ne veut pas, c’est de tomber dans ce qu’elle a en aversion ; et quand on n’obtient pas ce qu’on désire, on n’est pas heureux, quand on tombe dans ce qu’on a en aversion, on est malheureux. Si donc tu n’as d’aversion que pour ce qui est contraire à la nature dans ce qui dépend de toi, tu ne tomberas dans rien de ce que tu as en aversion ; mais si tu as de l’aversion pour la maladie, la mort ou la pauvreté, tu seras malheureux. (Really made by Epictète)

mardi 19 septembre 2006

Tant-BourrinTailler le bout de rat

Comme elle n'en avait plus pour mettre dans sa quiche,
Ma moitié remplaça les lardons par du rat,
Un gros rat attrapé par notre vieux caniche.
Ce fut bon mais trop lourd : Morphée m'ouvrit ses bras !


Bon appétit ! :~p


Moralité :
Quiche au rat, quiche au rat, quiche au rat
Quiche au rat me fait roupiller, dites-moi !

lundi 18 septembre 2006

Saoul-FifreUn blanc pour Épi

Gros bosseur, et toujours sur les routes pour son boulot (en tout cas c'est ce qu'il raconte à sa femme q:^) Epictete nous fait encore faux bond. Il se prend donc un BLANC ! Il a le choix entre l'Album Blanc de Manset, l'Album Blanc de Véronique Samson, et bien entendu, celui des Beatles...

dimanche 17 septembre 2006

Saoul-FifreElfe rap

Ce billet fait suite à çui-ci . En fait, à cet anniversaire, il y avait une consigne : il fallait amener de quoi bouffer et préparer "quelque chose" pour notre amie, vous savez, un sketch, une chanson, un compliment avec révérence... Obéissant et soumis comme vous me connaissez, j'avais obtempéré et pondu un texte rap sur le théâtre (Elle fait partie d'une troupe de théâtre) (Et elle frappe) pendant les heures de train. Je n'ai pas d'affinités particulière avec cette musique, même si je lui reconnais un très net penchant à la recherche textuelle. Les Svinkels sont un bon exemple de la perfection que l'on peut atteindre. Et donc bon, j'angoissais sec à l'idée de devoir interpréter ce truc en public. J'ai l'air, comme ça, mais je suis très timide. À l'arrivée, joie : personne avait rien préparé du tout, héhé, une corvée en moins, je me suis juste contenté de lui glisser le texte à lire. Ce texte que voici, et qu'il faut imaginer "dit" en rythme hip hop par une racaille du 9-3. N'insistez pas, vous n'aurez pas de fichier MP3, mais si vous voulez vous essayer à poser une "musique rap" sur ces paroles, ce sera avec plaisir que je les publierai...

D'accord OK ça s'voit
j'ai pas l'format
du p'tit rat
mais j'veux faire une OPA
une opération-voix
sur la scène de l'opéra
tu vois ?

J'veux brûler les planches
pas les planches à billets
comme Gainsbarre ce barge
j'veux just' m'en payer un' tranche
pas jouer comme un manche
si j'ai d'la chance

J'suis pas en toc
pas un' loque
j't'en croque
des locutions bien glauques
j't'en cloque
de l'élocution sans qu'on s'moque

Dire des monologues
avec ma voix rauque
rogue
c'est ma drogue

Quand j'saute sur scène
sous l'jaune des projos
comme un acteur pro
j'suis dans l'fog
j'crains plus l'bug
j'mords dans les mots
comme un bull-dog

Les dialogues du Docteur Knock
c'est pas d'la gnognotte
ça m'épate
ça plaît à mes pôtes
ça leur pète les pattes

Mais faut pas confondre
avec les tragi-comiques
les trisomiques
de la politicardie
qui t'sortent de la politesse qui t'nique
qui te donnent de la tachycardie

Ho mais dis ?
tous les cons d'ministres
tous les Kennedys
tous les Khomeynis
qui nous jouent leur sarkomédie
c'est pas 'cor fini ?

C'qu'ils veulent eux
ma main au feu
c'est les ro-€us dans not' po-cheu

C'des bouffons
qui veulent nous bouffer
et s'payer et tacler
le spectatélecteur

Eux ils jouent un jeu
leur jeu
ils disent tout l'temps
Moi je
partageux
comme des seigneurs moyennageux

Le vrai Théatre c'est pas ça
c'est faire mumuse
avec Thalie la muse
en abuser
sans qu'ça s'use

T'as bien lu :
jouer les ingénus
l'âme à nu
les adieux les débuts
être d'la r'vue

Dire des trucs durs
c'est du hard avec le débit
descendre et danser
faire la roue dans la rue
faut s'arracher l'doigt du cul

Parce que mettre un masque
faire sa mue
être sa propre doublure
c'est s'mettre en danger
comme un funambule

Pas s'ranger
ni s'les manger
ni s'les ronger

Ça fout les boules
les moules
la pantomine
l'arlequine
la colombine
c'est un gros shoot d'adrénaline.

samedi 16 septembre 2006

ManouPas de mousson. Des recettes.



Voici 3 petites variantes sur le thème «Je quitte mon job».

1- La festive

Vous êtes un joyeux drille, un gai luron. Ces dernières années se sont déroulées dans une ambiance de franche camaraderie à laquelle vous n’êtes pas étranger. Alors il convient de marquer le coup.

Ingrédients:

- 1 calendrier Aubade
- 1 harmonica
- 1 CD d’Hugues Aufray

Versez une dernière fois le reste de votre café dans le ficus benjamina. Si vous en avez le courage et l’abnégation, léguez le calendrier Aubade à votre patron. Il en fera un usage alternatif avec l’horloge. Tapez fort dans le dos de vos collègues préférés avant de leur jouer la marche turque à l’harmonica sans respirer plus de 5 fois. Bien entendu, entraînez la petite Lulu à danser sur l’air de « C’est un fameux 3 mâts … » . Terminer par la formation d’une chenille géante dans les toilettes ou un feu de joie devant la cage d’ascenseur.

2 - La terre brûlée

L’ensemble du personnel vous hait. Vous le rendez bien à cette bande de clampins incapables. Pourtant, votre sens inaliénable de la politesse vous empêche de partir la queue basse.

Ingrédients:

- 1 sabre
- 1 bouteille de champagne
- 2 grenades lacrymogènes

Surtout, ne pas effacer les données de votre disque dur. Vous astreindre à les trafiquer pour les rendre inexploitables ( sauf si, évidemment, elles le sont déjà). Organiser un pot de départ en invitant tout le service. Lisez un petit discours où vous aurez pris soin de rapporter par le menu les diverses médisances concernant chacun, arrivées par mégarde jusqu’à vos oreilles. Rajoutez-en. Au moment où le pugilat s’annonce, sabrez le champagne puis tendez le sabre au plus agressif. Faîtes confiance à l’imagination des participants. Quittez la pièce sur un « Bon, ben, merci pour tout ». Y lancer les 2 grenades lacrymogènes.

3 – La Matrix

Vous partez ce soir. Il vous reste un mois de boulot à finir. A cœur vaillant rien d’impossible.

Ingrédients:

- 5 comprimés de Xanax
- 1 guide russe marabout flash « je construis mon isba »
- 1 chaise tâchée

Une bonne organisation s’impose. Avalez les comprimés de Xanax et trier les tâches en deux catégories : les primordiales et les autres. Concentrez-vous sur les autres, plus particulièrement sur la traduction intégrale du guide russe marabout flash «je construis mon isba » . L’apprentissage du russe s’avérant incontournable, optez pour la tâche de vin, celle qui macule votre siège depuis une éternité. Frottez, lavez, brossez. Terminez votre après-midi, échevelé, en vous laissant former par votre collègue à l’utilisation avancée du micro « Tu sais, c’est très intuitif comme clavier, si tu veux baisser la luminosité, tu appuies sur la touche Fn verte et tu cherches les soleils ».

Bravo, vous avez tout terminé. D’un saut puissant vous pouvez vous lancer par la baie vitrée, ressentir quelques secondes la liberté d’un oiseau avant de vous écraser sur la dalle.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 >