Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 24 septembre 2008

Tant-BourrinUne grosse tagade

Pris sous le double feu de Cassandre et de Natpointg, je n'avais aucune chance de m'en tirer : me voilà tagué comme un train de banlieue !


Citer la personne qui vous a tagué

Bin, je les ai déjà citées en introduction mais, des fois que certains aient une comprenette diesel, je recommence : c'est Cassandre et Natpointg. Que leur nom devienne symbole de forfaiture pour les mille ans à venir. Et puis que des poils de cul de hyène putride leur poussent sous les narines, histoire de faire bonne mesure. Na !


Choisir un livre et l’ouvrir page 123

Là commencent les problèmes : s'il s'agit de faire partager un coup de coeur, la chose va s'avérer difficile tant il y en a eu depuis la quarantaine d'années que je sais lire (à commencer par "Oui-Oui et la gomme magique"). Les livres qui m'ont beaucoup marqué sont légion et en choisir un seul me paraît impossible. J'ai donc résolu la question en optant pour la facilité : choisir un de mes tout derniers coups de coeur, parmi mes lectures récentes.

Petit souci résiduel : deux livres m'ont vraiment scotché, cet été, dans des styles diamétralement opposé. Mais baste, je ne tranche pas : après tout, j'ai reçu deux fois le même tag, j'ai donc le droit prendre deux livres !


Recopier à la 5ème ligne les 5 lignes suivantes (version Natpointg) ou trouver la cinquième phrase et citer les 3 suivantes (version Cassandre)

J'opte plutôt pour la seconde version qui, d'un strict point de vue technique, permet d'éviter de commencer la citation au beau milieu d'une phrase.

Premier livre :

- Les hommes... dit-elle avec désapprobation.
- Il était assez vieux pour être mon grand-père, dit Sally. En fait, c'était mon grand-père.

Second livre :

La haine est une cruelle marinade : elle donne à la viande une saveur de déchet. En définitive, Matziev, même si le l'ai connu quand il a tourné ordure, valait bien mieux que lui. Au moins, une fois dans sa vie, il n'avait pas fait honte à sa qualité d'homme.


Indiquer le titre du livre, l’auteur, éditeur, année d’édition

Premier livre :

"Wilt 1 (ou comment se sortir d'une poupée gonflable et de beaucoup d'autres ennuis encore)" de Tom Sharpe, 1976
Edition du Sorbier, 1982, pour la traduction française

Second livre :

"Les Âmes grises" de Philippe Claudel - Editions Stock, 2003


Commenter votre choix (ça, c'est moi qui l'ajoute histoire d'éviter que ce pseudo-billet ne soit trop sec)

Tom Sharpe est un pur génie - et je pèse mes mots - de l'humour, hélas trop méconnu en France. En fait, j'ai lu cet été la série entière des Wilt (Wilt 1, Wilt 2, Wilt 3 et... oui, Wilt 4, y'en a un qui suit !) pour finir dans un état de démence rigolarde avancée. Je ne sais pas si ce genre de chose vous est déjà arrivée : lire un bouquin et commencer à pouffer tout seul, de plus en plus fort, reprendre la lecture, repouffer, en pleurer, s'essuyer les yeux, reprendre la lecture, exploser de rire, en repleurer, etc. Rarissime en ce qui me concerne, mais Tom Sharpe l'a fait ! Et si vous ne trouvez pas ces titres-là, vous pouvez prendre n'importe quel Sharpe de confiance : j'en ai déjà lu un certain nombre, on est rarement - pour ne pas dire jamais - déçu ! :~)

Rien de mieux pour calmer un fou rire que d'enchaîner sur le livre de Philippe Claudel. Bon, là, je vais pas vous en faire des tonnes, vu que le succès a été au rendez-vous, avec un prix Renaudot 2003 à la clé. Je confirmerai juste que c'est un livre énorme par son épaisseur, non pas centimétrique mais humaine : un somptueux voyage dans les tréfonds de l'âme, dont je suis sorti avec comme une grosse boule d'émotion coincée au fond du gosier. Et le tout avec beaucoup de style dans l'écriture. A lire...


Taguer 4 personnes dont vous souhaitez connaître les lectures et les avertir

Je ne vais bien évidemment imposer à personne en particulier cette vilenie, ou alors à tous les lecteurs de Blogbo dans leur ensemble. Bref, y participe qui veut. Et je pressens déjà que le Souf', cossard comme il est, va se jeter sur l'occasion !


Conclusion ?

Finalement, je m'aperçois que Cassandre et Natpointg m'ont permis de fabriquer un faux billet sans risque et à peu de frais alors que j'étais complètement à court d'idées et de temps.

C'est ballot, ça, je n'aurais pas dû les maudire pour mille ans ! :~)

lundi 22 septembre 2008

Saoul-FifreComptines pour adultes (13)

D'habitude, c'est Tant-Bourrin qui s'y colle. Nul rôle pré-défini entre nous là dessous, ce doit être chez lui une préférence pour ce genre de sujet scabreux et nauséabond, bien que je ne crache pas sur une petite cacaterie de temps en temps. Mais la preuve par le texte est là, notre TB national a souvent trouvé "matière" à inspiration dans ses plus basses œuvres. Si vous n'êtes pas bégueules, vous pouvez vous replonger dans ses productions les moins ragoûtantes ici ou , dans ses appétissants produits dérivés beurk et wrouar ou ses chansons merdiques !

Pour ma part, désirant amener une certaine atmosphère de solidarité en ce blog, et sentant dans ce sujet un air d'actualité grâce à la délicate Christine Angot nous racontant par le menu dans son dernier incunable comment son gynécologue préféré spécule à lui introduire son spéculum perso dans le fondement de son culte, je me suis lancé dans cette aventure moderne, d'autant qu'il y avait longtemps que je ne vous avais point moulé une petite "Comptine pour adultes"

Voici donc, sur un rythme staccato, une Marche des rois un peu scacato sur les bords et même au centre.

De bon matin
J'ai pris ton arrière-train
Devant l'express de six heures trente qua-atre
De bon matin
J'ai pris ton arrière-train
Quelle cohue au guichet sous tes reins !

Venait d'abord
Ce qui tient au corps
Des mets bien gras sous une sauce brunâ-âtre
Venait d'abord
Ce qui tient au corps
Dans ce tunnel, voulant sortir dehors !

Puis dare-dare
Tartar' des plus bizarres
Venaient les plats de la veille en mélan-ange
Puis dare-dare
Tartar' des plus bizarres
De la purée formant un gros cigare !

Mais, droit devant
Vient un mécréant
Qui prend ses aises, occupe toute la pla-ace
Mais, droit devant
Vient un mécréant
Jouant les empêcheurs de chier gaiement !

Chacun restant
Ferme dans son élan
La catastrophe était inévita-able
Chacun restant
Ferme dans son élan
L'explosion fit un bruit assourdissant !

Comme un typhon
Du sol au plafond
Tout se couvrit de merde avec enthousia-asme
Comme un typhon
Du sol au plafond
Tout fut crépi d'un bel enduit marron !

samedi 20 septembre 2008

AndiamoLe ventre de Paris

Ça n'est pas celui de Zola, ni celui de Carco. Paris, mon Paris que j'aimais, c'était plutôt celui de René Fallet, avec son petit monde de travailleurs, de petits commerces, des bistrots de quartier, avant qu'ils ne deviennent typiques, branchouilles ou bling-bling !

Les halles... Ce quartier, de Beaubourg à St Eustache, la rue St Denis, la rue de le grande truanderie, ou la rue Rambuteau, s'est vidé de son âme.

Bien sûr, des halles au coeur de Pantruche, ça n'était plus possible : chaque nuit, c'était un foutoir indescriptible ! Toutefois, avec le déménagement à Rungis, certains (même beaucoup) y ont trouvé leur compte.

Et puis, il faut bien que le monde avance : avanti o popolo alla riscossa... Andiamo !

Pourtant je l'aimais bien ce quartier quand, vers les deux ou trois heures du matin, on se retrouvait avec une bande de copains, qui sur une Vespa, ou une moto, après une nuit passée à gambiller au "Tourbillon" ou au "P'tit jardin", ou encore au "Royal lieu" sur le boulevard des Italiens, à côté du journal "le Monde" (aujourd'hui, il a déménagé, il est vrai que le monde déménage beaucoup en ce moment !).

Ce "dancing" accueillait des rombières en quête de fraîcheur, ne vous marrez pas ! A cette époque je n'avais pas dépassé la date limite de consommation ! Et puis quand tu as vingt berges... Hein ?

Alors nous débarquions dans un rade. Tout autour, ça n'était que diables poussés à grande vitesse, par des commis en blouses bleues, des chariots élévateurs, portant des piles de cageots impressionnantes, ça tanguait, tressautait, balançait dangereusement, miraculeusement ça ne tombait pas ! Saint Eustache veillait !

Tout ce monde s'interpellait, s'engueulait, s'insultait, se promettant la raclée du siècle... Paroles, paroles.

Des louchébèmes, tabliers maculés de sang, du résinet sur les pompes, petit calot qui avait dû être blanc rejeté en arrière du crâne, rentraient dans le troquet, commandaient des "blanc-secs", chacun sa tournée, le pif sans modération, les clopes sans bouts filtres, la monte ? A cru !

Bien sûr, aujourd'hui, ça n'est plus possible, les risques ne sont plus les mêmes, c'est une évidence.

Et puis, dans ce quartier, les chnecks qui tapinaient entre deux piles de cageots : "elle est là Dany" ? Oui mon p'tit gars répondait l'échassière en cuissardes, mais à c't'heure, elle est "sous presse" !

Les putes, tu sais, quand tu as dix-neuf ans, des outils en état de marche, un coup dans le porte-pipe, t'es pas regardant.

Comment c'est dégueulasse ? Alors il ya deux sortes de mecs : les timides qui n'ont jamais osé aborder une pute, et les menteurs !

Je ne suis pas spécialement timide, et puis je ne mens pas pour des conneries.

L'été dans ces rues, ça sentait les légumes frais, les fruits mûrs, des montagnes de melons au parfum entêtant attendaient les acheteurs. Des ôdeurs... la campagne à Paris, tu glissais sur les fanes de poireaux ou des feuilles de laitue, taches vertes sur le pavé. Avant soixante-huit, les rues de ce quartier étaient pavées, en Mai de cette même année on les a offerts au C.R.S, un peu brutalement il est vrai !

Alors on a goudronné : sur les pavés... le pétrole !

Dans les rades à cette heure avancée (ou matinale), ça grouillait de monde, curieux mélange des travailleurs de la nuit en pleine effervescence, et des noceurs un peu émêchés pour la plupart !

Il cohabitait bien ce petit monde, et puis le noceur du moment serait le bosseur du matin, mais dans quel état !

Je travaillais à l'époque dans une petite boîte de Bagnolet, et quand mon chef me voyait arriver le matin avec une tronche de "noceurenmanquedesommeil", compréhensif, il m'accueillait avec un grand sourire, et me refilait des boulots tranquilles, pas fatiguants, peinards... Charge à moi de lui raconter mes "fiestas" ! Ah le brave homme !

Quand on débarquait en pleine nuit après une soirée de guinche, on avait un p'tit creux, on s'attablait et nous commandions une "gratinée", la soupe à l'oignon, servie fumante, une belle couche de fromage fondu et des tranchettes de pain grillé, quand tu as la dalle, HUUM un délice ! Un p'tit coup de muscadet sur lie pour faire descendre le fromage et... remettez-nous ça, la patronne !

Souvent un petit orchestre accompagnait la soirée, deux ou trois musicaux pas plus : un accordéon, un batteur, parfois une guitare ou un "râcleux" pas plus.

Alors on "tangotait", on risquait une petite valse, si la tête ne tournait pas trop, entre les tables, peu de place, avec nos copines ou les nanas de la table d'à côté, c'était bon enfant, on lichtronnait un peu, sans être torchonnés !

Puis on rentrait, reprenant la moto, l'air frais nous tenait éveillé, on ne soufflait pas dans le ballon, on ne soufflait que dans les langues de belle-mères !

Avec le recul, je me dis que c'était bien "craignos" mais, fin des années cinquante, c'était comme ça ! Honnit soit qui mal y pense.

Evidemment, je vois mal de nos jours des halles au coeur de Paris, on a remplacé le boulot par la plage, les "gens de peu" (si, si, j'ai déjà entendu des nases employer cette expression !) qui vivaient dans ces quartiers, ô combien vivants, expulsés par la montée du prix des loyers, remplacés par des "bobos" qui pensent encore ces cons, habiter des quartiers "Apaches".

Les Apaches ont quitté Manhattan et les halles il y a bien longtemps, et l'odeur de la soupe à l'oseille a remplacé celle de la soupe à l'oignon.

dessin : Andiamo

jeudi 18 septembre 2008

Tant-BourrinTu finiras sur l'échafaud !

"Petit voyou ! Tu finiras sur l'échafaud !"

Eusèbe a six ans. Bien caché sous la paille dans la vieille fenière de bois, il pouffe en écoutant les invectives rageuses de son grand-père, qui vient de surgir, sa blague à tabac à la main, de la vieille ferme en torchis.

Eusèbe sait très bien pourquoi le papet vocifère ainsi : il vient de trouver une souris crevée au milieu de son précieux tabac. Et s'il accuse Eusèbe de cette forfaiture, c'est certes sans preuve, mais non sans raison : son vaurien de petit-fils est coutumier de ce genre de mauvaises plaisanteries, à croire qu'il a du sang de Malin qui lui court dans les veines...


"Espèce de cochon et de voleur ! Tu finiras sur l'échafaud !"

Eusèbe a onze ans. Bien caché dans les buis et les fougères, il glousse en écoutant les hurlements de Radegonde. Il ne fait pas qu'écouter d'ailleurs : son oeil se délecte avec lubricité des formes généreuses de celle-ci qui, nue sur la rive du cours d'eau dans lequel elle se baignait, cherche désespérément ses frusques.

Ses frusques disparues pour tout le monde, mais pas pour Eusèbe qui sait très bien où elles sont. Radegonde a juste entrevue une silhouette, mais elle n'a pas à chercher loin pour savoir qu'il ne peut s'agir que de ce fourbe d'Eusèbe : il n'y a que lui au village pour jouer ainsi des tours aussi pendables. Et il n'a que onze ans ! En voilà un qui promet !


"Sale petit voleur ! Tu finiras sur l'échafaud !"

Eusèbe a quinze ans. Bien caché dans un recoin au fond d'une petite sente, Eusèbe ricane en reprenant son souffle. Il sort la poularde de sa chemise. La poularde qu'il vient de dérober sur l'étal d'un marchand, là-bas, sur la place où se tient la foire du village.

Le marchand en question, un gratte-glaise du coin, a juste eu le temps d'apercevoir un quidam, de dos, qui s'enfuyait à toutes jambes. Il est convaincu qu'il s'agissait de ce mauvais jean-foutre d'Eusèbe, mais qu'y faire ? Ce gredin est coutumier du fait mais parvient à ne jamais être pris la main dans le sac. Que le diable l'emporte !


"Espèce de malfrat ! Tu finiras sur l'échafaud !"

Eusèbe a dix-neuf ans. Bien caché dans une arrière-salle d'une taverne mal-famée, il se fend d'une risée en comptant son butin, une bourse qu'il vient de dérober à un croquant à l'autre bout de la grand' ville.

La grand' ville où il est finalement venu s'installer : il était trop connu au village et il ne pouvait plus aisément y laisser libre cours à ses méchants instincts. Ici, au moins, il a le loisir de détrousser qui bon lui semble sans crainte d'être reconnu. Sa victime peut bien hurler au maraud tout son soûl, Eusèbe ne risque rien, à lui la grand vie ! Tavernier, une autre piche de vin !


"Assassin ! Tu finiras sur l'échaf...aaaaah !"

Eusèbe a vingt-trois ans. Bien caché dans la chambre pouilleuse qu'il loue depuis quelques mois, il a un sourire crispé en repensant à la face du père Lacroutz, toute pâle au spectacle de l'eustache bien affûté qu'Eusèbe lui avait brandi sous le nez. Quel mauvais hasard, quand même ! Venir s'installer à la grand' ville pour détrousser les bourgeois en toute quiétude, et tomber sur un pays de passage.

Eusèbe n'avait eu d'autre choix que celui de lui planter son couteau dans la poitrine pour le faire taire à jamais. Bah, il fallait bien que ça arrive un jour.


"A mort ! A mort, l'assassin ! A mort !"

Eusèbe à vingt-six ans. Au regard de tous, debout sur l'échafaud, il contemple la foule grouillante alentours qui éructe sa haine. Et il se souvient, il se souvient de toutes ces invectives qui, depuis sa prime enfance, le vouaient à l'échafaud.

La potence. La corde. Les pieds qui ne touchent plus le sol. L'air qui manque. Et puis plus rien. C'est fini. La foule rugit de plaisir.

Le bourreau range son matériel et repart vers sa demeure. Il enleve sa cagoule en route, à l'abri des regards dans une petite sente, et s'éponge le front.

Trois mois qu'il officie ainsi en tant que bourreau. Oubliés, tous les mauvais coups, heureusement impunis, qu'il avait commis dans ses jeunes années, jusqu'au meurtre du père Lacroutz qui l'avait amené à réfléchir sur ses actes et à s'amender.

Bien caché derrière les murs de sa chambre, Eusèbe sourit. Tous ceux qui l'avaient voué à l'échafaud avaient finalement eu raison : il y avait en effet fini.

Mais du bon côté de la corde.

mardi 16 septembre 2008

Saoul-FifrePortable

Étant de l'époque où l'adjectif "portable" avait pour unique signification "qui peut ou doit être porté", l'excitation grandissante de ma jeune garde au cours du repas de ce soir ne m'a pas ému outre mesure.

Eux ne l'entendaient pas de la même oreille. La plus grosse catastrophe à l'Est du Rio Bravo venait de s'abattre sur la maisonnée : plus un seul "portable", comme ils disent, opérationnel. Le câble du chargeur de l'un, mordu par le Tcha, déchiqueté, la carte Sim de l'autre, out, et la batterie du 3ième qui a coulé.

La température du repas a considérablement augmenté. Je commence à prendre conscience de l'importance pour eux de ce "transbahutable". Ils n'hésitent pas à m'agonir de questions techniques indiscrètes.

C'est vrai, je fais amende honorable, il y a quelques années j'ai acquis un de ces engins qui nous évitait de partir à la recherche de cabines téléphoniques - de plus en plus rares, d'ailleurs - quand nous étions en congés. Le reste de l'année, il traînait dans un tiroir et nous n'avons jamais communiqué son numéro à personne sauf à qui devait nous rejoindre sur nos lieux de vacances. Le prix de l'abonnement était ridicule, sans forfait de communications à consommer obligatoirement chaque mois et nous ne le rechargions qu'avant de partir.

Mais Papa, depuis que tu es client, tu dois avoir plein de points ? Me dirent-ils, l'œil plein de convoitise.

Ben, sûrement pas, on les intéresse pas, on reçoit pas de pubs sur la messagerie, je n'ai jamais activé mon compte sur Internet, on n'existe pas pour eux, je vous dis !

Mais si, tu dois avoir des tas de points, depuis le temps. Ils donnent des téléphones gratuits, des cadeaux !

Mais laissez-moi rire doucement, je vous parie que non, je les connais ces margoulins, ya toujours une condition cachée et là, c'est qu'il fallait s'inscrire ou un truc de ce style. Vous voulez parier ?

Zoé, toujours primesautière au delà du raisonnable, et bien motivée à l'idée d'avoir un portable "dernier sorti", me sort : Parier ? Moi je veux bien parier ! Tu me payes un cheval si je gagne !

Mais tu en as déjà un de cheval !?

J'arrive à rien avec lui, je veux un vrai cheval ! Et la voilà qui file sur le site, elle crée un compte avec un peu de difficulté, ils lui renvoient un mot de passe par SMS (entre temps, elle a trouvé une vieille carte SIM sortie on ne sait d'où), elle active le compte et bling badablang le bandit manchot lui crache ses gains : 3270 points !!

Bon ben je vois venir gros comme une maison le gag que je vais être obligé de me fendre d'un cheval-porte-clefs, ça fait pas un pli, ni deux, ni trois !

dimanche 14 septembre 2008

AndiamoLes personnages de Bédés ont-ils une vie sexuelle ? II (le retour)

AH ! Surpris, j'ai été surpris, Ah ! Les pervers(es), je pensais (naïvement) que j'avais été gonflé, ignoble, bousCULant l'image candide, puérile, bon enfant des personnages de B.D de ma tendre enfance, ceci dans un précédent billet : Les personnages de Bédés ont-ils une vie sexuelle ?

Nenni, il y a (bien) pire que moi, des tordu(e)s sévères, des déshinibé(e)s du bulbe, des qui laissent galoper leur imagination, jusqu'ici refoulée, pour se livrer à des requêtes pour le moins INSOLITES, des élucubrations tortueuses, sorties tout droit des méandres glauques de leurs pauvres cerveaux nauséeux.

Tant pis j'balance :

Tant-Bourrin : ce cher T-B verrait bien Pif le chien ou Donald, animaux au ventre lisse, affublés tout à coup sans l'accord préalable de Darnal ou de Disney, de protubérances sexuelles extravagantes !

Freefounette et Ophise : les jumelles de l'érotisme, les duettistes de la licence, les Mir & Miroska de la pornographie, je n'éxagère pas, sans se consulter elles ont eu le même fantasme : une aventure ZOOPHILE entre Bill le chien unique et préféré de Boule, et Caroline la tortue... Des mères de famille !

Cassandre : que moi seul continue à croire. Pour elle, une tite partie de jambes en l'air bien dessinée par Hugo Pratt, mettant en scène le beau et ténébreux Corto Maltèse, lui ravirait les yeux et l'esprit.

Saoul-Fifre : lui aussi, c'est Corto qui le branche, un Corto Maltèse assis sur une bitte (d'amarrage), ah la vache ça dérape, ça extrapole, ça anticipe... Mais c'est bien, dans tout ça je vais bien trouver matière à petits dessins.

Anténor : le "nettoyeur" du blog, le "Victor" de Luc Besson, la lavandière du net, la mère Denis de nos fantasmes, la maman CAT de mes réclames d'autrefois (c'était pour le savon LE CHAT), et bien il verrait sans problème (on se demande comment) des ébats amoureux avec l'homme invisible, ça c'est fastoche à dessiner... Page blanche, puis rideau !

La Poule : bercée par Astérix (ou plutôt le gros menhir d'Obélix), ce qui l'amuserait, c'est que je fasse forniquer Astérix et Falbala. et il ferait quoi Idéfix en attendant ?

Nathalie : très classique Nathalie, pour elle ce serait Tintin, mais avec qui ... Elle ne le dit pas, sans doute veut-elle le garder pour elle ?

Bof : lui assurément c'est un manuel, il m'a expliqué que Obélix pourrait fabriquer des olisbos, bien polis cela va de soi. Le temps d'effectuer quelques va-et-et viens et je lui répondrai.

La Poule : bien ancrée dans le classique, la Poule, hétéro à donf, jugez plutôt : Lucky Luke et Calamity Jane, on ne peut plus "missionnaire", pas de levrette avec Jolly Jumper ! Ah ça non.

Françoise : Eh oui ! Où va la littérature Française ? Quand une femme de plume (pardon, c'était involontaire, n'y voyez aucune allusion, ça n'est pas mon genre) s'y met, c'est du délire, mais où vont-elles chercher tout ça ? Pour cette femme si délicate et cultivée, rien de moins que les amours (un peu zoophile tout de même) de Betty Boop et du loup de Tex Avery. IT'S ALL FOLK.

Romook : lui ce sont les objets qui le branchent : le bondage, comme on dit dans les revues spécialisées (que je ne lis JAMAIS) Haddock et sa pipe, éteinte j'espère ?

Nicocerise : il aime la littérature classique, le beau dessin, la ligne claire, les décors architecturaux splendides, vous avez reconnu Jacques Martin et ALIX bien sûr, ses jeunes éphèbes nus, ses jeunes filles à peine nubiles et court vêtues, ça le branche bien, pourquoi pas ?

Opaline : une petite nouvelle au joli pseudo, délicat, discret, un petit Tanagra ! Ce qui l'inquiète cette délicate personne ? Les personnages de Bédés font-ils PIPI ? CACA ? Redescendez de vos nuages, sortez de votre tour d'ivoire. Opaline, reviens nous visiter le plus souvent possible.

Martine : C'est le parapluie rouge de Bécassine qui l'inquiète, où a-t-elle bien pu le mettre ?

Lorent : amours multiples, ou multiples amours ? Une partouze de Schtroumpfs, ça le brancherait bien pèpère ! Pourquoi pas une touze de lombrics dans un compotier rempli de spaghetti sauce tomate... HEIN ?

Et je n'ai RIEN inventé (voir les commentaires, grâce au lien en haut de page)

En tout cas vous m'avez donné de sacrées idées, continuez je n'aurai plus qu'à...

Alors j'ai récidivé, je ne voulais pas, c'est la faute de mes crayons, mes pinceaux, ils ont couru SEULS sur le papier.

D'abord Panoramix notre druide, lui aussi fantasme à mort sur Falbala (il n'est pas le seul), mais vu son âge avancé, il a besoin d'un p'tit cordial !

RAHAN, lui, il a deux Papas : fils des âges farouches ET fils de Crâo, on le voit souvent avec des femmes, pas farouches les meufs par contre.

Mais lui il ne s'y intéresse pas trop, alors ? Je me suis laissé aller, mais je n'ai voulu "singer" personne.

C'est Tant-Bourrin qui va être content, j'ai un peu détourné Darnal, qui dessinait dans Vaillant, le journal le plus captivant, ce journal était le concurrent de celui édité par les "curetons" : "Coeur Vaillant"

Mais, tout de même, on doit à Vaillant des dessinateurs et scénaristes de talent, au hasard : Darnal (le papa de PIF), Lecureux, Gotlib, Forest, Tabary (Iznogoud), Mandrika, etc...

Des B.D magiques : les pionniers de l'espérance, des aventures de science-fiction fabuleuses, Yves le loup, aventures moyen-âgeuses poétiques à souhait. Et puis Placid (l'ours) et Muzo (le renard), qui ont enchanté ma jeunesse.

Mais revenons à Pif le chien et son ennemi héréditaire : le chat Hercule... Ouais, je sais, c'était trop facile !

Et Tarzan ? Il a déjà était mis à mal en 1975, par Picha et Boris Szluzinger dans un film Franco-Belge : "Tarzoon la honte de la jungle". Et détail croustillant la voix de Tarzoon dans la version Américaine a été doublée par le propre fils de Johnny Weissmuller l'inoubliable Tarzan des années 40 et 50 !

Je ne sais pas pour vous, mais personnellement les meilleurs "Tarzan" au cinéma ont été pour moi Johnny Weissmuller et Lex Barker.

Donc je n'ai pas touché à Tarzan, mais la TARZANE ? JANE... En voilà une crapouillotte, une allumeuse, avec tous ces gros animaux en rut à coté d'elle, elle a dû s'en gaver, je l'imagine au milieu d'une tribu de singes pendant que l'autre pomme va au ravitaillement, bananes, noix de coco, et elle : "pendant qu' tu y es, rapporte une queue de crocodile j'te la f'rai en brochette".

Et l'autre qui s'éxécute : "mais oui ma Jeannette adorée, y'a qu'à demander". Tu penses le temps de remplir le caddie, l'autre pétroleuse, elle a quelques heures de tranquillité. Peinarde qu'elle est, elle peut s'envoyer le troupeau en toute quiétude !

Deux icônes de la B.D : Blake et Mortimer, le voyage en terre jaune, pardon ça m'a échappé, je voulais écrire : "la marque jaune", voilà une histoire qui a passionné toute une génération, quand c'est sorti dans le journal de Tintin, j'avais 17 ans, et je m'intéressais à tout autre chose. J'ai acheté ces albums beaucoup plus tard, mais ils ne m'ont pas emballés, je trouve qu'il y a trop de texte, le texte trop abondant tue le dessin, comme trop de descriptions tuent le roman.

Une B.D., ça doit se lire vite, au rythme des images, peu de texte, aller à l'essentiel, l'image DOIT l'emporter sur l'écrit.

Mais nos héros Blake and Mortimer Hummmm ? Ne cherchez pas : j'ai trouvé pour vous ! Tant pis pour les inconditionnels d'Edgar P. Jacobs.

Défoulez vous, dans tout ça, je piocherai bien des idées, le (la) gagnant(e), se verra offrir un couple d'hippopotames ! A retirer à l'hippo-pool de Ouagadougou.

P.S : certaines lectrices m'ont déclaré :"y'en a marre des nanas à poils, si tu nous dessinais des mecs tout nus ? HEIN ça serait sympa !"

Alors j'ai cédé.

Toutefois je le dis sans fausse modestie ni fausse pudeur, j'ai interprété (pas un copié collé) ce magnifique dessin de... Et puis tiens cherchez un peu !

Ce peintre et dessinateur de génie, est né au XVIII ème siècle, à Montauban.

Je le répète c'est en toute humilité que j'ai essayé de m'en inspirer (il me sera beaucoup pardonné).

Mesdames, vous vous attendiez à quoi ? Il n'est pas tout MEGNON MEGNON mon chérubin ?

vendredi 12 septembre 2008

Tant-BourrinComme dans un film d'error

Autant vous prévenir tout de suite : si vous continuez la lecture de ce billet, vous ne regarderez plus jamais, comme moi, votre ordinateur du même oeil. Il est donc encore temps pour vous de rebroussez chemin...

Vous persistez ? Eh bien, soit ! Tant pis pour vous, vous l'aurez voulu, je vais vous racontez ce qu'il m'est arrivé l'autre soir...

Lire la suite

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 >