Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 18 octobre 2006

Saoul-FifrePin-Art

Dans la salle d'attente
Il y a trois clochards
Dans la salle d'attente
De cette jolie gare

L'un de ces trois clodos
Sort un harmonica
L'un de ces trois clodos
Joue pour ceux qui sont là

Les bourgeois sont ravis :
C'est des chansons d'Amour
Les bourgeois sont ravis :
Alors, il joue toujours

Quand il est fatigué
Il cesse de jouer
Quand il est fatigué
Il dit : "applaudissez !"

Tout le monde applaudit
Alors, il est content
Tout le monde applaudit
"Bon ! Donnez de l'argent !"

Le chapeau à la main
Il passe pour les sous
Le chapeau à la main
"Merci ! Merci beaucoup !"

Comme il n'est pas voleur
Il rejoue un morceau
Comme il n'est pas voleur
C'est son air le plus beau

Et avec cet argent
Le salaire de son Art
Et avec cet argent...

...il se rue vers le bar !

mardi 17 octobre 2006

ManouUne aurore authentique



Envers et contre tous, il l'aima
Elle
Il décida aussi d’aimer son ventre rond
Et de se transformer en père
Puis les enfants l’ancrèrent
Le soir, il les aidait à leurs leçons
Tandis qu'elle
Cuisait les repas

Faire et défaire
L’ennui, se taire

Un jour elle est partie
Une autre vie

Au bout de quelques mois, il y a cru
Il est allé dormir devant sa porte
A elle
La nuit, malgré le froid polaire
Malgré les autres, réfractaires

Malgré les vents contraires
Il est revenu
Avec elle
Les Bruits, les plaintes se sont tus

lundi 16 octobre 2006

Tant-BourrinLa vie de Jean XXXX

Je vous ai déjà parlé de mes recherches généalogiques. De ces aïeux ramenés, dans le souffle de leur nom, un court instant à la lumière du jour, de ces vies recomposées par toutes petites touches, infimes repères sur le tableau blanc d'une existence.

Il advient parfois que l'on parte sur une fausse piste, sur les traces d'un ancêtre que l'on croit enfin tenir, avant de découvrir que l'on a fait fausse route. Il ne reste alors qu'à laisser tomber et reprendre ses recherches à zéro.

J'ai connu ce genre de mésaventure il y a très peu de temps en cherchant à remonter sur ma branche patronymique. J'étais donc sur la trace de Jean XXXX (mon vrai nom - masqué ici - dans la vie), dont je savais seulement qu'il s'était marié en 1791 à Herré, dans les Landes.

Et puis, un soir, j'ai trouvé la trace d'un Jean XXXX sur les registres d'enregistrement des bagnes des Archives de Toulon et de Rochefort. Un ancêtre bagnard ? Pourquoi pas, au fond, voilà qui change singulièrement des cultivateurs qui se comptent à la pelle dans les branches de mon arbre.

Mais voilà, très rapidement, j'ai remarqué que ça ne collait pas : le lieu de naissance, la situation de famille, non, ça ne pouvait pas être le bon Jean XXXX. Compte tenu de la rareté du nom, il devait toutefois s'agir d'un cousin plus ou moins éloigné de mon ancêtre, mais rien de plus qu'un cousin.

Bof. On referme donc la piste et on passe à autre chose. Voilà ce que j'aurais dû me dire.

Mais je n'ai pas pu détacher mes pensées de ce Jean XXXX, de ce que j'avais lu...

Nom de famille : XXXX
Prénom(s) : Jean

Lieu de détention : Rochefort
N° de matricule : 5097
Profession : Tailleur d'habits
Situation familiale : Célibataire
âge ou année de naissance : 42 ans
Lieu de naissance : Parentis en Born (40)
Père : Blaise
Mère : YYYY Marguerite
Chaîne ou amené (trajet) : du Midi
Tribunal : Dax (Cour de justice criminelle)
Cause du jugement : Tentative de vol avec effraction
Date de condamnation : 16/04/1810
Durée de la condamnation : 10 ans
Date d'entrée au bagne : 21/09/1810
Date de sortie du bagne : 08/12/1815
Motif de sortie du bagne : Décès
Signalement : Taille=1m585, cheveux noirs, sourcils et barbe châtain foncé, visage ovale, front large, couvert, yeux roux, nez long, mince, bouche grande, menton rond, 2 verrues sur chaque joue, un signe à la joue droite, marqué légèrement de petite vérole, cicatrice près le creux de l'estomac à gauche
Observations : Exposé le 21/04/1810

Voilà. Une existence plus en pointillés qu'en certitudes... Pourquoi avait-il commis ce vol ? Etait-ce un infâme salaud ou un pauvre bougre poussé par la faim, en des temps où la vie n'était pas tendre pour les gueux ? Et quelle avait été sa vie avant cela ? Avait-il aimé ? Eté aimé ? Sans réponse.

Reste juste ce goût étrange dans la bouche, cet impalpable malaise.
Ce portrait tracé à l'encre précise et glacée de l'administration pénitentiaire.
Cette vie résumée dans la sinistre indifférence d'un "Motif de sortie du bagne : Décès".

dimanche 15 octobre 2006

Saoul-FifreContre-poèterie

La douceur de l'air
La rousseur de l'aide
La douceur de l'aide
La rousseur de l'air

L'erreur là-dessous

Odeur d'aisselles
Lourdeur des seins
Couleur de neiges charnelles
Odeur de flammes éternelles

Douceur de l'aine
Douce heure de laine
Fleur de piloselle
Sans fioriture ni florilège

Touffeur de l'Eve
Éleveuse de sève
Langue à lèvres
Briquet à allumer la fièvre

Assaut de caresses

Sous l'arceau, mais lequel est-ce ?
Annonceur de la moiteur ?

Envelopper ses lettres
Lentement peloter ses lèvres
Humecter le bord du rabat
Humer becqueter les sabords
Le mat de misaine
Les voiles cinglant vers Boura-Bourra

La raideur nous saoule, nous soude
La roue de l'heure décède
Les défenses chancellent et cèdent

La mousse clapote sous les secousses
La motte se pousse
se frotte se presse se trémousse
Jalouse de ce jalon qui s'allonge
Jauge qui ose tous les jeux
Téméraire serré incarcéré
Pour qu'ils ne puissent s'enfuir
Pour qu'ils s'enfouissent
Dans la jouissance
Jouet de leurs sens

Que la liesse se soulève s'achève
Que les blessures susurrent aux morsures
Des secrets frais et farouches
Que les bulles de plaisir
Irisent et se fissurent

Dans un grand consensus d'éclaboussures

samedi 14 octobre 2006

Manou1, 2, 3, Soleil



Aujourd'hui, journée mondiale de l'alimentation, allez faire un tour sur le site d’une association qui aborde les gens sur le parvis de La Défense : http://www.actioncontrelafaim.org/. Comme http://www.medecinsdumonde.org/ d’ailleurs …

Mais aujourd’hui, c'est aussi la Saint-Juste. Vous trépignez, vous suppliez ? Pour vous, au péril de ma santé mentale qui n'a pas grand chose à craindre (On ne hoche pas la tête), j'ai trouvé qui était Saint Juste : Martyr romain. Il appartenait à l'armée impériale et ne cachait pas sa foi chrétienne. Il fut arrêté et subit le martyre du casque rougi au feu qu'on lui mit sur la tête, et étendu sur un gril; au dessus d'une fournaise ardente. Les Eglises d'Orient le célèbrent parce que la tradition veut qu'il soit mort à Constantinople, l'Eglise d'Occident pense que ce fut à Rome même.

Moralité toute personnelle : mieux vaut se taire et fuir que le faire et cuire. Hum.

Pendant que j'y suis, je vous donne aussi l'origine de l'expression bien connue et maintes fois utilisée : "C'est pas Juste". Durant les longues soirées d'hiver, le fils aîné de Saint-Juste eut donc très tôt l'habitude de voir le crâne découvert de son père. Alors que ce dernier était parti pour les croisades bien avant la mode, un intrigant se présenta à son logis en se faisant passer pour lui. La ressemblance n'était pas frappante. Aussi le fils de Juste fit-il se décoiffer l'individu. Il découvrit un crâne indemne et du même coup l'imposture. "C'est pas Juste" assura-t-il à sa mère. Hum.

J'allais oublier de vous préciser le prénom de la mère du fils de Saint-Juste (en fait, le prénom de la femme de Juste, ça marche aussi) : « Pute ». Du coup, l'expression "Fils de Pute" ainsi que l’immense amour qu'elle sous-tend prennent toute leur signification. Limpides comme les blés (expression dont je vous donnerai l'origine la semaine prochaine).

vendredi 13 octobre 2006

Tant-BourrinLe stylo

Odilon Bellefeuille rêvait de postérité mais n'arrivait même pas à conquérir un vague renom de son vivant. C'était pourtant l'époque de la prophétie warholienne, cette triste période de l'histoire de l'humanité où le premier trou du cul venu pouvait devenir une idole rien qu'en se grattant le nez devant une caméra.

Mais voilà, Odilon Bellefeuille rêvait de mieux, de bien mieux : il avait de hautes ambitions culturelles et brûlait du désir inextinguible d'entrer au Panthéon de la littérature française. Hélas, malgré tous ses efforts, malgré toute la flamme qu'il y mettait, ses manuscrits lui étaient invariablement retournés par les éditeurs. "Pas assez ceci", "trop cela", "manque de qualités littéraires", les prétextes à ces refus étaient nombreux. Odilon n'y voyait pourtant qu'un manque de lucidité de la part de vieux barbons qui ne comprenaient décidément rien à son talent et en conçut une certaine amertume.

Lire la suite

jeudi 12 octobre 2006

EpicteteRéflexion du 12 octobre 2006



La simplicité et la sincérité ne peuvent jamais aller de pair. Celui qui s’est identifié à quelque chose, à quelque niveau que ce soit, est peut-être sincère, mais il n’est pas simple. La volonté d’être est l’antithèse même de la simplicité. La simplicité vient lorsque le désir d’acquisition ou de réalisation cesse. La simplicité est la lucidité passive et vigilante dans laquelle le sujet de l’expérience ne cherche pas à garder la trace de son expérience. L’introspection a toujours un motif – être libre, comprendre, obtenir – et ce désir ne fait qu’intensifier la conscience du moi. De même, les conclusions introspectives interdisent la connaissance de soi.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 >