Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 28 juillet 2007

ManouSuprême de thon et de morue





Ingrédients :

- 1 tranche de thon mâle (pour calune)
- 2 kilos de morue fraîche (pour Bof)
- 1 pachyderme d’Asie centrale
- 2 merles moqueurs
- Une paire de couilles de souris blanche
- 7 tampons encreurs


Préparation :

Lancer la tranche de thon selon la technique « Boomerang ». Si la tranche revient, ne pas rester sous la trajectoire du retour car 9 fois sur 10 la tranche de thon revient avec un pachyderme d’Asie. Si elle ne revient pas, aller la récupérer chez la voisine puis grondez là : une tranche de thon doit savoir rester à sa place.

Se saisir ensuite des 2 kilos de morue pour les écraser méticuleusement à l’aide de vos pieds nus. Se faire aider du pachyderme. Procéder de la même façon avec la tranche de thon puis engager le pachyderme à ingérer cette mixture.

L'éléphant doit maintenant digérer. Le placer dans votre jardin de 35 m2 non sans lui avoir tamponné votre nom sur tout le corps. Cela permettra de le reconnaître. La méthode est quand même moins sauvage que le tatouage.

Lorsque les deux merles moqueurs crient leur angoisse, c'est qu'ils sont coincés sous la bouse fraîche. Retourner au jardin, repérer le bon pachyderme et décorer enfin la bouse de deux couilles de souris blanche.

Déguster.

Suggestions :

- Au cas où la tranche de thon ne ramène aucun pachyderme, ingérer soi même la mixture thon/morue. Zapper ensuite le tamponnage.
- Pour d'évidentes raisons d'hygiène, il n'est pas possible de faire ingérer la mixture à la souris blanche puis de décorer ses selles avec les couilles de l'éléphant.

vendredi 27 juillet 2007

Tant-BourrinLa merveilleuse invention d'Oug'hr

Il grelottait de froid comme tout le clan, malgré les peaux d'ours. Il faut dire que les nuits étaient plutôt frisquettes au paléolithique moyen.

Oug'hr cogitait dans sa tête pendant que, armé de sa massue, il montait la garde devant l'entrée de la grotte. Car Oug'hr était un penseur, une sorte d'intellectuel néandertalien, et les neurones turbinaient dur sous son épaisse calotte crânienne.

Or voilà ce que se disait Oug'hr dans sa petite tête : le clan, dans le passé, avait réussi par deux fois à se procurer le feu quand la forêt avait brûlé après que la colère du ciel lui soit tombée dessus. C'est très utile, le feu : ça monte tout seul la garde à l'entrée de la grotte, ça durcit la pointe des sagaies, et puis ça rend la viande toute goûteuse, miam, miam !

A l'évocation d'un cuissot d'aurochs grillé au feu de bois, Oug'hr saliva et un mince filet de bave finit par s'écouler de sa bouche.

Mais hélas, le clan avait par deux fois perdu le feu que la nature lui avait donné.

La première fois parce que Ikh'hr le paresseux s'était endormi alors que c'était lui qui était de garde pour nourrir le feu pendant la nuit. La quarantaine de coups de massue qu'il avait reçue pour sa peine sur le crâne à son réveil l'avaient d'ailleurs aidé à prolonger son somme.

La deuxième fois parce Arr'hr le curieux avait voulu essayer d'enflammer la rivière avec le feu. C'est d'ailleurs dans la rivière que les restes de Arr'hr le curieux avaient fini après que le clan l'eût réduit en charpie.

Hélas, cela faisait longtemps maintenant que la colère du ciel n'avait pas redonné le feu au clan, et Oug'hr pensait très fort dans sa tête et en arriva à la conclusion que ça serait vachement cool si le clan savait fabriquer lui-même le feu.

Oui, mais comment faire ? Au petit matin, son tour de garde terminé, Oug'hr alla se coucher au fond de la grotte sans avoir trouvé la solution.

Mais le jour suivant, un minuscule événement allait se produire, qui allait changer la face du monde. Alors qu'il coursait un aurochs avec les autres chasseurs du clan, Oug'hr remarqua un détail insignifiant : un gros silex, lancé violemment par Ulg'hr le fougueux en direction de la bête, manqua sa cible et heurta un autre silex sur le sol, faisant jaillir une étincelle de feu.

Oug'hr n'eut pas immédiatement l'opportunité de cogiter longuement là-dessus - quand on chasse l'aurochs, il est préférable de rester concentré sur ce que l'on fait - mais il enregistra cela dans un petit coin de sa tête.

Et toute la nuit qui suivit, il ne cessa de voir cette image du silex faisant jaillir une larme de feu en heurtant l'autre silex lui repasser devant les yeux. Car il y avait quelque chose à tirer de tout cela, il le sentait bien, même s'il cela lui échappait encore.

Il y pensa et repensa toute la nuit, tant et si bien qu'au petit matin, ses yeux étaient ornés de cernes violacés. Mais la fatigue importait peu, car il venait subitement de voir la lumière, il avait trouvé. Il se leva et hurla "oooourk uuuumga'hr !", ce qui signifiait "eurêka" en néandertalien (à condition de bien placer l'accent tonique sur le "ga'hr").

Quelques instants plus tard, il présentait, devant les yeux émerveillés de tout le clan, sa trouvaille qui allait bouleverser leur vie.

Oui, plus rien ne serait comme avant car, à partir de la simple observation d'un silex tombant sur un autre silex, Oug'hr venait d'inventer le jeu de pétanque !

jeudi 26 juillet 2007

Saoul-FifreVivre livres (2)

Il y avait aussi Archange, de Robert Harris.

Alors là, superbe histoire ! C'est un simple roman historique à rebondissements, mais il a un je ne sais quoi, le fait original que les 2 "enquéteurs" soient historien et journaliste, que ça se passe en Russie après la chute du Mur ? Enfin, le suspense est régulier et l'ambiance glauque à souhait. Staline est mort il y a belle lurette, mais sa marque, la terreur et le fanatisme qu'il a su insuffler dans le peuple russe plane encore sur les steppes. La veilleuse brille, fidèle, prête à remettre le feu aux poudres.

Mais une belle histoire d'Amour père/fille mouillera la mêche.

mercredi 25 juillet 2007

ManouBoudins aux pommes




Ingrédients :

- Autant de boudins que de convives
- Deux fois plus de pommes que de boudins
- 10 puissance 6 grains de poudre de cannelle multipliés par la racine carrée des pommes
- Produit des convives divisé par le ratio en grammes de poudre de cannelle par habitant et par jour au km carré

Préparation :

Prendre un boudin dans chaque main et jouer le rythme de la marche turque sur la plaque chauffante (utiliser les boudins comme des baguettes de tambour). Quand les boudins sont percés, poursuivre l’opération avec deux nouveaux boudins jusqu'à épuisement des paires de boudins. Etaler ensuite délicatement la purée de boudin sur l’ensemble du plan de travail.

Eplucher les pommes à la louche. Dans le cadre du projet « Recyclons ensemble », organiser avec la voisine un concours buccal de lancer de pépins. Poursuivre en faisant sécher les épluchures de pomme avant d’aller les vendre au marché comme produit d’infusion. Cette phase complète prend facilement un mois.

Il y a de fortes chances qu’à votre retour du marché, le boudin soit soudé au plan de travail. S’adapter. Enduire le plan de travail boudiné de compote de pommes et laisser passer une nouvelle période d’un mois avant de saupoudrer le tout avec la cannelle en poudre.

C’est prêt.

Suggestions :

- Gros avantage de cette recette : la cuisine est inutilisable pendant une période de deux mois consécutifs. Un repos bien mérité pour qui prépare les repas.
- Afin de bénéficier d'une récupération physique vraiment complète, je vous conseille la fiche « Sabotage de l'aspirateur » actuellement en préparation à la rédaction.

mardi 24 juillet 2007

Tant-BourrinOn parle de nous dans la presse

Enfin ! Depuis le temps qu'on rêve de devenir riches et célèbres ! Il était temps !...



Cliquez sur l'image pour voir la couverture en grand

lundi 23 juillet 2007

Saoul-FifreVivre livres

Que fait-on pendant les vacances ? On bronze en lisant les bouquins qu'on a pas eu le temps de bout niqué, heu, de bouquiner pendant l'année. Alors je vais vous parler des derniers que j'ai lus. Je vous avais parlé de la dernière pile de bouquins que l'on m'a offerte. Ils ne sont pas forcément faciles à trouver, mais ce sont des poches, chez les bouquinistes, ou bien oubliés sur des étagères...

Il y avait Le bûcher des vanités, de Tom Wolfe.

C'est un best seller qui a dû avoir un succès de scandale aux États-Unis. Wolfe passe la ville de New-York au fil de son scanner impitoyable. Il y fustige les hypocrisies et le sacro-saint politiquement correct en prend pour son grade. Les luttes entre classes, origines, quartiers, partis, églises, sont bien à balles réelles et très loin des principes bisounours ayant institué les quotas ethniques dans les films. On y voit la chute vertigineuse d'un pilier du système, boursicoteur pro déconnecté du réel. Sa dégringolade sociale est orchestrée en sous-main par une mafia politique, dans le but d'élire un maire noir à la tête de la Grosse Pomme, et soutenue par des médias charognards. Personne ne sortira indemne de cette sinistre farce qui n'a de justice que le nom. Tous les protagonistes sont pourris, manipulés, autistes comme savent si bien l'être ces yankees certains d'avoir le gode à leur side, alors qu'ils l'ont autre part. Tous récupérés, tous achetables, tous innocents et surtout, surtout : si fiers d'approcher le bûcher des vanités et d'en distraire quelques calories.

Le héros en profite pour arracher sa vieille peau sordide, se purifier dans l'eau du torrent et retrouver en lui la force du vrai pionnier et son clair regard. En fait, c'est un livre de cow-boys.

dimanche 22 juillet 2007

ManouAL au Méry









"J'aime rire" en duo avec Yves JAMAIT, en échantillon :




< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 >