Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 30 octobre 2005

Tant-BourrinEtes-vous "late sixties" ?

Tiens, cela fait longtemps que l'on n'a pas fait, sur ce blog, de petit quiz musical. Et comme j'ai la flemme aujourd'hui de me peler un vrai billet digne de ce nom, je vais donc réparer cela en vous proposant un petit quiz "late sixties".

Pourquoi "late sixties" me direz-vous ? Eh bien, tout simplement parce que tous les morceaux à identifier datent de cette époque-là : neuf d'entre eux sont sortis entre 1965 et 1969, et le dixième est un intrus d'une modernité échevelée puisqu'il date de 1972.

En outre, vu que les deux jeux-concours précédents tournaient autour de la chanson française, je n'ai cette fois-ci sélectionné que des chansons anglo-saxonnes. Le Saoul-Fifre ne va pas aimer, mais tout ce qui peut contribuer à faire rager le Souf' est le bienvenu !

Et puis, du haut de mes trois pommes, j'ai, à cette époque, tellement été bercé par cette musique-là (courtesy of my two big brothers) que j'avais envie de lui rendre ce mini-hommage !

Mais foin de discours, revenons à l'essentiel : le jeu ! Le principe est strictement le même que pour les précédents jeux-concours : écoutez le fichier ci-dessous, composé de 10 intros de chanson enchaînées, essayez d'identifier le maximum de chansons, et envoyez-moi par mail (histoire de laisser tout le monde jouer) vos réponses sous la forme :

1 : nom de l'artiste - titre du morceau
2 : nom de l'artiste - titre du morceau
3 : nom de l'artiste - titre du morceau
etc.

Un nom d'artiste correct rapporte un point, un titre correct rapporte également un point. Je donnerai dans les commentaires les scores réalisés par les uns et les autres au fur et à mesure de l'arrivée des réponses. Le gagnant sera celui qui atteindra le plus grand score ou qui obtiendra le premier la note parfaite de 20. Il gagnera un cadeau d'une valeur inestimable : la publication de son nom dans un billet spécialement consacré aux résultats (gloire assurée !). Seules seront validées les réponses envoyées avant le mardi 1er novembre 2005 à 22h43.

Notez bien que, vu le niveau pitoyable observé lors des jeux précédents, j'ai tâché de n'utiliser que des morceaux très connus avec des intros très caractéristiques... à part un ou deux morceaux destinés à faire la différence, faut quand même pas déconner !

Allez... Elisabeth remet son titre en jeu... A vos marques... Prêts ?... Ecoutez !

(nb : pour ceux qui le souhaitent, le fichier mp3 peut être directement téléchargé ici)

Edit du 01/11/2005 : le concours est fini, les bonnes réponses et la liste des gagnants sont consultables ici.

samedi 29 octobre 2005

Saoul-FifreLe journal de Ploux II

Pandémie au village. L'original est

Lire la suite

vendredi 28 octobre 2005

Tant-BourrinLa très aventureuse vie du Chevalier de Tant-Bourrin et de son écuyer Saoul-Fifre (Chapitre I)

XIIIème siècle après Jésus-Christ - Quelque part dans le Royaume de France

La route serpentait mollement à travers les champs, dans lesquels quelques culs-terreux grattaient la glaise pour en tirer quelques pauvres raves. Et sur cette route, deux fiers cavaliers cheminaient. Enfin, "fiers" était un grand mot : en y regardant de plus près, autant le qualificatif semblait de bon aloi concernant le premier, autant il seyait au second comme un pantalon à une limace.

Lire la suite

jeudi 27 octobre 2005

Saoul-FifreMon prix Nobel me protège...

... ricanait André Gide.

Lire la suite

mercredi 26 octobre 2005

Tant-BourrinYo, tata ! Yo ! Yo !

Ma tante, regarde donc, quel étrange hasard !
N'est-ce point là Maurice et son ami César ?
Eux aussi en vacances ? Non, plus d'hésitation :
Car Maurice t'adresse bien ses salutations !

Moralité : Avec César, Maurice, touriste, te salue, tante !

mardi 25 octobre 2005

Saoul-FifreEt le prof essora II

Notre second fils est toujours en 6ième, et sa prof de Français continue de lui demander des rédactions . Il doit faire un portrait d'ado, ne se sent pas ado, ne voit pas ses amis comme des ados, il choisit de raconter son frère, de 2 ans son ainé. Celui-ci n'est pas dépourvu d'humour, mais le bourrera quand même de gnons, tout en s'esclaffant à la lecture de cette dissection au scalpel. Musique !

Lire la suite

lundi 24 octobre 2005

Tant-BourrinLe livre des bides

Je vais vous parler aujourd'hui d'un livre vraisemblablement introuvable, puisqu'il est paru en 1982 et n'a, je crois, fait l'objet d'aucune réédition.

L'histoire est simple et belle : Marcel Gotlib, le dessinateur bien connu, alors aux commandes de Fluide Glacial, tomba, lors d'un voyage à Londres, sur un bouquin sobrement intitulé "The book of heroic failures", signé d'un certain Stephen Pile, et qui avait eu, trois ans plus tôt, un certain succès (pour ne pas dire un succès certain) Outre-Manche.

Marcel Gotlib, maniant parfaitement la langue de Shakespeare, se plongea dans le bouquin et explosa immédiatement de rire (faisant 23 mort et 106 blessés par la même occasion), jusqu'à en avoir mal aux côtes.

Sa décision fut un coup de coeur immédiat : il allait publier une version française du bouquin, qui allait devenir "Le livre des bides". Ce qui fut fait. L'adaptation du texte fut confiée à Michel Lebrun, par ailleurs traducteur officiel en français des écrits de Woody Allen, et le tout fut richement illustré avec humour par les plus grands dessinateurs de l'époque, dont Binet, Goossens, F'Murr, Pétillon, Got, Tardi, Morris, Fred, Edika, et tant d'autres.

A l'arrivée, un objet luxueux, magnifique et jubilatoire, dont voici la couverture.

Mais de quoi qu'il cause-t'y donc, le bouquin ? Eh bien, comme le nom l'indique, ce livre est la Bible des foirages lamentables, de la loose piteuse, des échecs minables. Une somptueuse compilation d'histoires parfaitement authentiques (sinon tout ceci n'aurait aucun intérêt !) racontant autant de bides pathétiques... mais complètement hilarogènes !

Allez, je ne résiste pas au plaisir de vous en retranscrire quelques-unes, prises au hasard, ici.


La grande grève des pompiers de 1978 rendit possible l'un des plus spectaculaires sauvetages d'animal de tous les temps. Vaillamment, l'Armée avait pris en charge les sinistres urgents, et le 14 janvier, les militaires furent appelés par une vieille dame de Londres pour rattraper son chat, coincé en haut d'un arbre. Ils arrivèrent donc avec une promptitude remarquable et remplirent leur mission à la satisfaction générale. La dame, ravie, les invita tous à prendre le thé. En repartant, accompagnés de remerciements et de bénédictions, ils écrasèrent le chat.


Après la naissance de leur deuxième enfant, M. et Mme Len Trott jugèrent leur famille suffisante. La jeune femme entra en clinique en mars 1978 pour une hystérectomie. Dix-huit mois plus tard, elle donnait naissance à un fils de neuf livres, qu'elle baptisa Désiré.


Toutes les tentatives pour capturer le monstre du Loch Ness sont restées vaines. Mais aucune ne constitua un plus magnifique échec que celle que quatre pompiers de Hemel Hempstead effectuèrent en 1975.

Convaincus que l'attraction sexuelle pourrait seule attirer le monstre hors de ses profondeurs propices, ils fabriquèrent un monstre femelle en papier mâché, long de dix-huit mètres, garni de cils, d'un moteur hors-bord et d'un magnétophone poussant des appels érotiques. "Le sexe résout tout", affirmèrent les pompiers.

Le monstre, peint en vert et bleu, se mit à flotter vers sa lune de miel, piloté par deux pompiers. Ils voguèrent en long, en large et en travers, se heurtant à une totale indifférence hormonale du monstre marin. Ceci pour deux raisons possibles.

Primo, les pompiers apprirent que leurs cris d'amour enregistrés étaient ceux d'un veau marin, et ne risquaient donc guère d'émoustiller la libido de la bête du Loch Ness.

Secundo, le moteur hors-bord tomba en panne au milieu du Loch. La monstresse dodelina, changea brutalement de cap et s'entortilla autour d'un ponton.

Le sexe ne résout pas tout.


Dans le but d'attraper un voleur récidiviste, en 1978, la police de Doncaster installa une caméra invisible dans les vestiaires d'un club de tennis.

En se projetant le film, l'état-major découvrit que tout ce qu'on avait réussi à filmer, c'était un policeman déambulant, entièrement nu, à la recherche de ses vêtements volés.


En rédigeant le Traité de Versailles à la fin de la Première Guerre Mondiale, les grandes puissances oublièrent totalement d'y inclure la Principauté d'Andorre.

Comme l'armée régulière de ce minuscule état pyrénéen ne comprenait qu'un seul officier, six soldats et quatre hommes d'intendance, l'Andorre était probablement le pays le moins capable de continuer la Première Guerre Mondiale à son propre compte.

L'Andorre ne possédait ni artillerie ni mitrailleuses, mais tous les soldats arboraient sur leurs uniformes des boutons sur lesquels on pouvait lire la devise du pays : "Touche-moi si tu l'oses".

La position diplomatique de l'Andorre empira en 1939, quand la Principauté découvrit qu'elle avait une guerre de plus à disputer.

Pour en finir, le 25 septembre 1939, elle signa un traité de non-agression avec l'Allemagne, mettant ainsi officiellement fin à la guerre de 14-18. Cela apporta la paix à l'Andorre pour la première fois depuis 44 ans.

Le budget habituel de la défense se monte annuellement à environ deux livres, et est entièrement consacré à l'achat de cartouches à blanc pour les cérémonies officielles.


Voilà, j'espère que ça vous a plu. Or donc, si d'aventure vous tombez un jour par hasard sur ce bouquin dans un vide-grenier, n'hésitez pas : quel que soit le prix demandé, ACHETEZ-LE !!!

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 >