Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 1 mars 2019

AndiamoLa chiave.

TOC… TOC… TOC !

- J’arriiiiive

TOC… TOC… TOC !

- Ouais voilà y’a pas l’feu ! - Mais où j’ai collé cette saloperie de clé ?



TOC… TOC… TOC… !



Oh la la ça commence à en faire du monde, et toujours pas de clé ! Putain j’vais m’faire engueuler !



- San Pedro ? … San Pedro !

- Si Domine

-Tu es sourd ou quoi ? Il y a un sacré moment que ça frappe à la porte, tu attends quoi pour aller ouvrir ?

- Ach mein Got, j’ai perdu la clé !

- Encore ? Je t’avais pourtant donné un gros morceau d’os à moelle afin d’y accrocher ta $µ=@§^… De clé ! Tu perds la tête mon pauvre Saint Pierre, et il y a un moment que ça dure, déjà il y a deux mille ans tu as déclaré à ces saloperies de Romains que tu ne connaissais pas mon fils, alors que la veille tu avais fait une "cène " avec lui… Hein ?

- Heu…

- Ouais bon, je vais faire installer un digicode, on programmera I.N.R.I en tant que code, ainsi tu n’oublieras pas… Enfin peut-être !

mardi 19 février 2019

BlutchLes cons, ça ose tout…

Un peu de tout en vrac pour décharger la cocote-minute :-)

Benalla (ou Ben Allah ?) dépose plainte contre Médiapart pour violation de la vie privée.

Rappel des faits :

Dans le cadre des enquêtes contre ce triste sire, il a l’interdiction d’avoir des contacts avec Vincent Crasse. Un enregistrement démontre et prouve la violation de cette interdiction. Réponse du procureur, il diligente une perquisition au siège de Médiapart, pour savoir quel est l’enfoiré qui sali la réputation de ce trop proche de Jupiter.

On aurait pu s’attendre à ce qu’il convoque Benalla et Casse pour leur signifier une incarcération conservatoire immédiate. Mais voilà, on n’est pas au pays des bisounours, on est en Macronie.

Lire la suite

lundi 11 février 2019

AndiamoL'imbécile, le philosophe et la Lune.

Un sage méditait assis sur un banc fort accueillant au fond de son jardin. Un endroit propre à la béatitude, songeait ce philosophe tout empli de sa suffisance.

Cet homme regardait la Lune en cet instant précis, une Lune brillante, pleine, bien ronde, resplendissante dans ce ciel noir comme l'encre de Chine qui servait à ce vieux sage pour mener à bien ses exercices de calligraphie.

Passe un imbécile... Enfin, celui que tout le monde dans ce petit village taxait "d'imbécile" !

Pensez donc, il occupait un petit emploi de fonctionnaire, passait le plus clair de son temps à la pêche, adroit comme pas un pour ferrer une jolie truite, quelques collets par çi, par là, les restaurants du coin ne boudaient pas les fruits de ses braconnages.

Passe donc l'imbécile, le sage l'interpelle et lui montre la Lune, l'imbécile sourire béat aux lèvres regarde le doigt du sage, qui aussitôt se moque de lui. Dès le lendemain, tout le village serait au courant : "Quand le sage montre la Lune, l'imbécile regarde le doigt", cette formule a fait le tour du globe... Et même plusieurs fois !

Mais, car il y a un MAIS, ce que le sage n'a jamais su et pour cause, c'est que tournant le dos à sa propre demeure, il n'avait pas vu ce que l'imbécile regardait au bout du doigt de notre philosophe.

Le doigt se trouvant à hauteur de l'une des fenêtres de la maison, notre imbécile heureux apercevait une toute autre Lune ! Celle de la jolie, et jeune épouse de notre philosophe connard et cornard !

Mais ça l'histoire ne l'a jamais raconté !



Quand le sage montre la Lune...,



L'imbécile la regarde !

(ch'tiots crobards Andiamo)

jeudi 7 février 2019

AndiamoUn fromage.

Maître corbeau sur un arbre perché

Tenait en son bec un fromage...

Dis voir Juan della Fuente, quel fromage ? Car enfin dans un pays qui compte près de 350 fromages différents (c'est pour cela qu'il est si difficile à diriger disait le grand Charles), et sur tous ces fromages tu n'es pas fichu d'en citer un seul ? Jeannot je te le dis tout net : "sur ce coup là tu ne t'es pas foulé"!

Allez mon Jeannot on va la refaire ta fable, mais à ma façon !

Maître corbeau perché, et l'air austère

Tenait dans son clapoir un Munster

Renart le goupil affamé et fauché

Radoche, voyant là une occase de jaffer.

Ciao mon noir et joli corback

Est-ce toi que j'ai vu à la Star Ac' ?

Tu as bluffé Lio, et même Manoukian

Près de toi Enrico c'est un gnan gnan !

L'emplumé, flatté, comblé, ne se sent plus pisser

Il claque du bec, rote un coup, et laisse tomber

Le Munster Alsacien, au fumet prometteur

Qui choit dans la gueule de Renart le flatteur

Merci noiraud, bien beau mais pas finaud

J'te laisse trois frites chourrées au Mac Do

La prochaine fois si tu n'veux pas qu'on te déplume

Va tenter ta chance à la roue de la fortune...

dimanche 27 janvier 2019

AndiamoLa déforestation.

Vous n'imaginez pas (moi non plus) les ravages occasionnés à cause de la déforestation. Les orangs-outans de Bornéo, les Koalas des forêts australiennes, les pandas Chinois, les gorilles du Congo Kinshasa... Etc... Etc.

Mais le plus grave, le plus alarmant, le plus déchirant, c'est sans contestation la disparition du MORPION, le Morback, le pou du pubis !

Et tout ça à cause de l'épilation , le maillot, le ticket de métro assassin, finie la grande motte, le triangle des Bermudes, le persil dépassant du cabas, la chicorée frisée, la broussaille féérique, la pelouse magique, le tablier de forgeron. Qu'aurait été "le con d'Irène" de ce bon Monsieur Aragon, sans cette touffe de noir Jésus chantée pas Léo Ferré ?

Idem concernant le tableau de Gustave Courbet "L'origine du monde" , vous imaginez une savonnette en lieu et place du superbe buisson ?

Et enfin que serait la chanson de Saoul-Fifre, sans ce bouquet où s'accrochent nos rêves les plus fous ?

On ne chantera plus le "De profundis morpionibus" :

Un jour de fête comme Sainte Thérèse...

à Sainte Gudule disait la messe.

Elle ressentit subitement

Un énorme chatouillement

Six cents mille poux de forte taille

Sur son vieux con livraient bataille

à un nombre égal de morpions

Armés chacun d'un poil de con...

Et bien voilà, plus de poils, plus de morpions, plus de morpions plus de batailles : C.Q.F.D.

Cette information, je la dois à l'un des deux toubibs qui officient chaque matin sur R.T.L, habituellement ils m'apprennent à tour de rôle, comment je dois manger, boire, dormir, et baiser ! Mais ce matin là, pour une fois, je dis bien pour une fois, je me suis marré, Comme quoi il ne faut jamais désespérer, même des cons.

mercredi 9 janvier 2019

celestineA vos stylos

Un petit atelier d'écriture ça vous dit ? Allez, facile ! Placer les mots merguez - bidule - pied - froc - vice amiral- matriochka- chrysanthème - vide pomme dans un texte de votre invention. Servez frais.

Lire la suite

mardi 18 décembre 2018

AndiamoLes gueux.

Nous ne sommes que des gueux ?

Alors cette année la "gueux pride " se déroulera sur les Champs Elysées.

Cons se le dise.

(Images issues du web)

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 >