Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 29 décembre 2005

Tant-BourrinLa planète des singes people

Grâce à Pascal qui m'a fait découvrir le face transformer dans un de ses billets, j'ai eu l'idée de vous concocter un petit jeu de fin d'année à base de transformations faciales appliquées à quelques célébrités du moment.

Je me suis donc amusé (comme un petit fou) à transformer en hommes-singes (ou en femmes-guenons) quelques-uns de nos plus fameux peoples, en escomptant que le résultat soit si déroutant qu'il en devienne difficile de les reconnaître.

Las, comme vous allez pouvoir le constater, même après une opération de chirurgie esthétique visant à leur donner un faciès simiesque, nos peoples restent assez facilement identifiables. Il faut croire qu'ils étaient déjà suffisamment proches du singe pour que leur visage reste ainsi reconnaissable.

Mon jeu risque donc d'être un fingers-in-the-nose game.

Bah, tant pis ! Je me serai au moins amusé à préparer ce jeu... Et vous, faites semblant de chercher un peu quelles personnalités se cachent derrière ces faces hybridées de chimpanzés !


mercredi 28 décembre 2005

Saoul-FifreCherche place cruciverbiste professionnel

HORIZONTALEMENT : 1 - Prévient 2 - Groupe féminin 3 : Empèchent le ballotage 4 - À eux deux, la moitié de la France 5 - Maile

VERTICALEMENT : A - Robin américain B - Don dû C - Quand c'est du sûr, ça n'en fait pas D - Anti trust E - Crocs

mardi 27 décembre 2005

Tant-BourrinPTIZOB

Les fêtes de fin d'année... L'occasion de procéder à quelques regroupements familiaux et de partager quelques menues collations frugales en buvant du Champomy. Mais également une époque de l'année peu propice à la tenue d'un blog : accueillir des hôtes ne laisse que peu de temps pour la rédaction de billets puissamment ciselés.

C'est pourquoi, dans un billet antérieur, je vous avais invités à assister, en avant-première mondiale, au test d'un plugin de pilotage automatique destiné à prendre seul les commandes de ce blog pendant de telles périodes et à rédiger des billets imitant mon style à la perfection.

Hélas, si vous êtes un fidèle de ce blog (si, si, il y en a !), vous avez pu noter que ledit plugin nécessitait encore un peu de mise au point, et que la version V0.2 est encore en gestation.

Mais je ne vous ai pas raconté mes expériences plus anciennes en la matière...

Il faut savoir qu'avant d'explorer ainsi la voie purement logicielle, j'avais creusé la voie matérielle (hardware pour les zanglophones) pour le développement de ce pilote automatique de blog.

Bon, autant l'avouer tout de suite, le résultat n'a guère été brillant.

Esthétiquement, ça faisait son petit effet : voici une photo de mon pilote automatique, que j'avais baptisé PTIZOB (Pilotage Technique Informatisé de ZOne Bloguesque)... Joli, non ?

Mais dans la pratique, une catastrophe ! Raide comme un manche à balai, PTIZOB n'a jamais pu s'asseoir et se mettre au clavier. En fait, quelques difficultés mécaniques que je n'ai pas su maîtriser ont fait qu'il restait à peu près inerte tout le temps, mis à part ses yeux : il me suivait du regard en permanence !

Au final, non seulement il ne m'a pas fait gagner de temps en rédigeant lui-même des billets pour le blog, mais il m'a au contraire fait perdre le temps que j'ai dû passer par la suite en séances de psychothérapie pour soigner ma paranoïa naissante...

Ah, qu'il est dur de faire progresser la science !

lundi 26 décembre 2005

Saoul-FifreCaca, dodo, cadeaux !

Mon beau sapin
tout décoré
c'que j'aime, c'est tes chaussures...

Enfin, ce qu'il y a dedans ou autour, le matin du 25. En ce qui me concerne, c'est souvent des livres, réputation de bibliophage vorace oblige. Mes enfants m'ont offert un album érotique de Dany . Ô, comme il est loin, le temps où le romantique Dany dessinait Olivier Rameau ! Depuis, il s'est lâché, et fait une carrière spécialisée dans le cul. Gotlib aurait bien aimé faire pareil, mais il n'a jamais su dessiner correctement une femme q;^). Ma belle-mère m'avait fait cadeau, le Noël dernier, d'un album rare, "Trois filles de leur mère", de Pierre Louys, illustré par Georges Pichard, le mirifique dessinateur de la mythique Paulette, sur un scénario du Georges Wolinski de la grande époque de Charlie Mensuel. Mes proches se font des idées sur moi. Seule Margotte, mon épouse, ne nourrit plus aucune illusion sur moi, à ce sujet...

J'ai eu aussi un des derniers Fajardie, "Full speed". J'ai déjà dit ici que son évolution vers de gros best sellers de cape et d'épée (Les foulards rouges), m'avait déçue. Son retour à ses premières amours, des polars noir d'égout au style rapide et incisif, m'enchante.

J'ai reçu également "Vitriol menthe", un "roman vécu" de Patrick Sébastien. Je suis ravi qu'on me l'offre, et que ce ne soit pas mon fric qui aille dans les poches de Sébastien, le gars qui est pote avec Chirac pour son honnêteté (!). Sébastien y raconte ses expériences dans les boites échangistes de la capitale, entre autres une scène hilarante, le mot n'est pas trop fort CB-( , où il "prend" une femme par derrière, tout en imitant une succession de voix célèbres... Ce cadeau a quand même une signification un peu plus "2ième degré", puisque l'héroïne du livre, patronne des boites dont il est question, désormais à la retraite, est la voisine de personnes que nous connaissons très bien.

Et puis aussi "La sieste assassinée", de Philippe Delerm, auteur de "La première gorgée de bière", qui m'avait bien plu, mais sans plus, et père de Vincent...

Et puis une rétrospective de blues en trois CDs, peut-être la musique qui m'émeut le plus, surtout le "blues rural", joué sur une vieille guitare bricolée au bord des champs de canne à sucre, et chanté d'une voix massacrée par le tabac et la gnole de contrebande fabriquée par les assassins de "Fantasia chez les ploucs".

Ouais, ben, Joyeux Noël. Par contre, la carte de vœux musicale envoyée par Elisabeth a vraiment été la goutte d'eau qui a mis le feu aux poudres. Je venais déjà d'en recevoir 317 et la moutarde commençait à me monter aux sinus. Un pareil mauvais goût appelle vengeance. Comme promis, voici donc "Jésus est né en Provence" l'impérissable cantique rendu célèbre par Robert Miras.

Pas toujours les mêmes !

dimanche 25 décembre 2005

Tant-BourrinLendemain de fête...

* BURPS ! *

Oups, pardon !

samedi 24 décembre 2005

Saoul-FifreÇa peint ... de Noël

- Papa, Papa ! Il faut que tu ailles dans la colline pour couper le sapin de Noël !

- Couper un arbre ? Mais enfin, Zoé, les arbres sont des êtres vivants, comme toi. Pour qu'arrive la semence qui a germé, grandi, et donné cet arbre, il a fallu que le pollen des fleurs mâles aille féconder une fleur femelle, et que cette fleur devienne à son tour une graine... C'est avec un processus approchant que tu es arrivée sur terre, mais je n'entrerai pas dans les détails. Ce que je veux te dire, c'est que nous avons besoin des arbres. Par le phénomène de la photosynthèse, ils prennent le gaz carbonique de l'air, et aussi la vapeur d'eau, et rejettent l'oxygène dont nous nous servons pour respirer. En faisant ainsi, ils reculent aussi le réchauffement de la planète, qui t'a fait avoir si chaud l'été dernier. Ils font toutes ces bonnes choses surtout quand ils sont jeunes et en train de grandir, c'est pour cela qu'il ne faut surtout pas couper les petits pins. Quand ils seront adultes, on les coupera pour nous chauffer.

- Oui mais Papa, il faut bien un sapin de Noël pour que le père Noël, il mette les cadeaux dessous ? Déjà qu'on a un poêle et pas une cheminée, alors je sais pas comment il va descendre ?

_ Ne t'inquiète pas pour ça, Zoé. Nous allons laisser la porte ouverte, et ça sera encore plus facile pour lui. Tu sais, il s'adapte, le Père Noël. Et puis je suis sûr qu'il va se rappeler de la maison, car l'année dernière je lui avais laissé sur la table un de ces cognacs, halala, il a pas dû en boire souvent des comme ça ?

- À l'école, il nous ont dit que les alcools, c'était encore plus mauvais que le tabac et les drogues !

- Zoé, je sais pas si on va pas te changer d'école, l'année prochaine. Mon instituteur à moi, que j'aimais beaucoup et qui m'a appris à jouer aux échecs, et bien, en sciences naturelles, il nous avait fait construire un alambic ! On avait mis du vin dedans, et on avait eu le droit de goûter ce qui sortait du tuyau. C'était fort ! Et il fumait la pipe en classe ! Je crois que dans ton école, ils l'auraient mis en prison. Mais il nous a appris à écrire sans faire de fautes d'orthographe, alors que toi et ton langage SMS...

- Bon, alors Papa, pour le sapin, on va en acheter un ? Y'en a à Super U.

- Acheter un sapin, alors qu'on en a plein la colline ? Encourager les lobbies sylvicoles qui stérilisent des hectares de bonne terre agricole, en plantant que des résineux ? Non non non, on va faire de la ré-cu-pé-ra-tion !

- C'est quoi, ça, dis, Papa ? Tu veux aller prendre ceux qui sont jetés dans les poubelles pendant tout le mois de Janvier ? Ça va pas du tout, du tout : il nous le faut avant Noël, le sapin, hein, Papa ?

- Mais bien sûr Zoé : avant Noël ! On va en fabriquer un !

- Avec des graines et du pollen ? Mais ça prend du temps, c'est qu'on est pressé, là, on est même en retard !

- Et bien nous allons nous dépêcher. C'est fait en quoi, un sapin ?

- Heu, c'est du bois, non ?

- Bon, j'en ai plein, du bois, j'ai des vieilles palettes et j'ai une scie, des clous et un marteau. Et c'est de quelle couleur ?

- C'est vert, et c'est d'ailleurs toujours vert, même en hiver !

- Ô mais tu fais des vers, dis donc ! Et ben celui-là aussi, il restera bien vert, j'ai un restant de pot qui ira très bien et il servira l'année prochaine. Je m'en occupe de suite et toi tu fais les guirlandes avec du carton de couleur ou deux longues bandes de papier crépon de couleurs différentes, qu'on agrafe en angle droit à un bout, et qu'on replie alternativement l'une sur l'autre, comme là ou bien des guirlandes de personnages, de cœurs, d'étoiles. Il faut juste que les dessins choisis se touchent en un ou deux endroits... comme cet exemple

Allez, au boulot !

vendredi 23 décembre 2005

Tant-BourrinVous voilà prévenus...

- Yaaap, yaaaaa !

Tchac !

Le fouet claquait dans l'air glacé, activant la course des deux rennes, brève brisure dans le murmure cotonneux du glissement des patins du traîneau sur la neige poudreuse.

- Yaaap, yaaaaaaa !

Le vieillard embarbé de blanc encourageait son attelage de la voix. Le paysage immaculé faisait crier son manteau rouge.

A ses côtés, une immense hotte emplie de milliers de cadeaux. La nuit tombait peu à peu. Elle allait être longue.

- Yaaap, yaaaaaaaa !

Le vent gelé de Laponie lui ponçait la face. Malgré l'immensité de la tâche qui l'attendait au cours de la nuit, il aimait cette heure perdue où commençait sa course folle, il se consumait par avance de la joie partagée, de rires, des yeux illuminés que son labeur ferait naître. Il se sentait comme...

Tout bascula soudainement. Au sens propre comme au sens figuré. Le traîneau avait versé brutalement après qu'un renne se soit effondré dans sa course. Emmitouflé de neige collée, il se releva péniblement et découvrit l'horreur : une de ses bêtes s'était brisé la patte dans sa chute.

Mauvais. Très mauvais.

Rien à faire.

Le Père Noël, puisque c'est bien de lui qu'il s'agissait, décida d'abréger les souffrances du pauvre animal. Il chercha dans sa hotte le jouet adéquat. Il en sortit un pistolet pour enfants.

Le coup craqua comme un cri de métal.

"Bigre, ils sont de plus en plus impressionnants, ces jouets modernes !" se dit le Père Noël en se passant la main sur le visage pour en ôter les fragments de crâne et de cervelle qui avaient giclé sur lui et jusqu'à vingt mètres alentours.

Mais maintenant qu'il était loin de tout, que faire ? Pas le choix : essayer de continuer avec un seul renne. Mais cela risquait d'être difficile et long.

Et cela le fut. Le poids des jouets était tel, en ce début de tournée, que l'équipage avançait péniblement, et ce d'autant plus que le vent s'était mué en blizzard.

Le renne se mit subitement à chanceler. S'effondra à son tour. Crise cardiaque. Trop d'effort.

Le Père Noël se maudit intérieurement d'avoir pris son coupé ce soir-là, avec juste deux rennes d'attelage, et non pas son break familial avec six rennes dans le moteur.

Mais il était trop tard pour revenir sur le passé, seul comptait désormais le présent. Et le présent était loin d'être brillant.

Que faire ? Bon sang, que faire ?

Ses neurones semblaient se couvrir de cristaux de glace, paralysés par le froid. C'est à peine si son manteau rougeoyait encore, tout encollé de neige cinglante qu'il était. L'heure était grave. Très grave.

En bon polyglotte qu'il était, il frémit en songeant au sens de "grave" en anglais.

Cela lui donna l'énergie du désespoir.

Il fouilla dans sa hotte et en sortit une voiture à pédales. En y mettant toute son énergie, peut-être parviendrait-il à gagner le premier village à une vingtaine de kilomètres de là ?

Il s'inséra péniblement sur le siège conçu pour le corps d'un enfant de six ans, se tordit les jambes jusqu'à l'extrême limite de ses vieilles articulations, et il pédala, pédala, pédala...

Des heures durant, il ne fut plus qu'une paire de jambes, une machine basique dont la seule fonction était de faire tourner ce foutu pédalier et avancer cette saleté de voiture en plastoc dans deux mètres de neige.

Vers minuit, il avait parcouru environ 300 mètres. Plus que 19,7 kilomètres !

Vers deux heures du matin, il était mort. D'épuisement. Son corps raide déjà. Plus aucune trace ne subsistait de lui, que la neige rageante au vent avait englouti de blancheur nocturne.


Et donc, si cette année le Père Noël ne passe pas, vous saurez pourquoi. Si vous avez malgré tout des cadeaux, c'est qu'un usurpateur aura pris sa place.

Et si vous ne croyez ni à cette histoire, ni au Père Noël, n'ayez crainte : je ne vous en blâmerai pas.

Car qui pourrait avoir envie de croire en un vieux type vêtu de rouge vif, même pas rasé, mort en Laponie au volant d'une voiture à pédales en plastique en cherchant à joindre des secours, alors qu'il avait plusieurs milliers de téléphones portables en attente d'être distribués dans sa hotte ?

Pas moi en tout cas...

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 >