Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 18 janvier 2007

Manou3 Flash-back




Bienvenue au club (à peu près J-13000)

En septembre ma mère nous annonce une surprise pour décembre. Le 1er décembre nous la tannons donc. Elle confie sur le ton du secret : « Je peux vous le dire maintenant, un bébé arrivera à Pâques ». Je me sens comme qui dirait blousée tandis que mon petit frère commente "Tu parles d'un cadeau!". Le dernier, 2 ans, ne dit rien. Ma mère sort de la pièce plutôt fâchée. Je m'inquiète :« Où va-t-il dormir ? On est déjà 3 dans la chambre… »

Il a survécu.

Grégoire (J-5000)

J’ai travaillé un temps à Levallois. A la sortie de la gare se trouvait souvent un clochard aux yeux bleus. Il aimait la conversation. Son regard attentif et interrogateur vous retenait quelques minutes. Au milieu d’un mois de janvier il fut remplacé par une affichette : « A ceux qui l’ont connu, Grégoire est mort lundi des suites d’un refroidissement ».
Je garde en mémoire nos échanges, la couleur de ses yeux et la question de son regard.

Vous voudrez bien me pardonner (J-1)

Hier j'ai ri : « A la saint Valentin, elle m’a touché la main. Vivement la sainte Marguerite ».

mercredi 17 janvier 2007

Tant-BourrinUne histoire de grelots

Ah mon dieu, que c'est bon, positivement bon,
De te laisser tout faire, de me laisser conduire
Au rythme de ton sexe que tu as fait reluire
Allez, va de l'avant, ne sois pas pudibond !
Rhââ, oui, tu es en moi, tu as su t'introduire !
Un début de journée qui a tout pour séduire !



Moralité :
Oui ! Vas-y ! Oui ! Ouiiii ! (Oui ! Ouiiii !)
Avec ton bout qu't'astiques
En avant ! Oui ! Ouiiii ! (Oui ! Ouiiii !)
C'est toi qui conduis
Oui ! Vas-y ! Oui ! Ouiiii ! (Oui ! Ouiiii !)
Tu m'as mis, l'ami !
Une merveilleuse journée - ouiiii ! - commence aujourd'hui
Oui ! Vas-y ! Ouiii ! Ouiiiiiiiiiii !



Warning : explicit lyrics inside !

mardi 16 janvier 2007

Saoul-FifrePorte-manteaux

Je tiens toujours mes promesses mais souvent en traînant les pieds. Et quelquefois je suis si lent que tout le monde a oublié depuis belle lurette de quoi il s'agissait. Sauf moi. Le remords me grignote, m'occasionne des torsions de boyaux, secrète des acides rongeurs et cela finirait par un ulcère généralisé si je ne craquais et répondais enfin à l'appel de la parole donnée.

Bon, à l'époque, je n'avais pas d'APN, je n'avais pas envie de prendre des photos tout court d'ailleurs et j'avais donc une excellente raison de ne pas accéder à vos demandes . Mais l'offre d'un numérique par ma famille liguée à l'occasion des festivités organisées autour de mon cinquantenaire de naissance a mis à mal très sérieusement les excuses invoquées à l'époque. Je me sens donc légèrement obligé de vous dévoiler enfin ce suspensoir à vêtements chauds que j'ai transformé pour l'occasion en sapin de Noël, bien que sa forme évoque très précisément un feuillu.

Quoi, quoi, la tradition ? Moi, ce que je vois, c'est que le Père Noël ne s'est pas vexé pour si peu et que les sabots de chacun ont eu des cadeaux autour.

lundi 15 janvier 2007

ManouChoisir


Nous étions 4 enfants de 10 à 18 ans quand on nous a demandé de choisir : notre mère ou notre père. Je n'avais surtout pas envie d'effectuer un tel choix. Toujours est-il que mon père est parti. Cela ne m'a paru normal que des années plus tard. Quand il fut évident que mes parents s'épanouissaient l'un sans l'autre.

Un ami vit cela actuellement. Devoir quitter ses filles qu'il adore. Il n'a rien vu venir. Et pour la garde alternée, c'est pas gagné.

Il en prend plein la gueule avant la période d'épanouissement.

dimanche 14 janvier 2007

Tant-BourrinSlip kangourou

Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas commis de parodie sur ce blog (pour les petits jeunots qui débarquent, vous pouvez aller vous remettre à niveau , , , , , ou itou) et il était grand temps d'y remédier.

Les paroles originales de la chanson parodiée du jour sont ici.

Et comme certains avaient émis le souhait que j'interprète moi-même mes parodies plutôt que de mettre un simple fichier midi en écoute, je me suis chauffé la voix et installé devant le micro. Ce coup-ci, ça va faire mal, très mal ! Attention aux oreilles !




"Slip kangourou"
interprété par Tant-Bourrin




Chez les bouseux, il y avait un Saoul-Fifre
Qui avait peur de s'baigner dans la mare
Oui, il craignait de se foutre en calcif
Car il tremblait de montrer aux canards

Un, deux, trois
Il craignait de montrer quoi ?

Son très vieux crassous croûtous pissous merdous tout pendouillous slip kangourou
Qu'il portait depuis déjà six mois
Un crassous croûtous pissous merdous tout pendouillous slip kangourou
Un vieux slibard qui sentait le putois

Un, deux, trois
Voilà ce qui arriva

Il s'enfila une bouteille de bibine
Avant d'oser dévoiler son calbard
Car il craignait de choquer ses lapines
Sa truie, ses poules et bien sûr ses canards

Un, deux, trois
Il craignait de montrer quoi ?

Son très vieux crassous croûtous pissous merdous tout pendouillous slip kangourou
Qu'il portait depuis déjà six mois
Un crassous croûtous pissous merdous tout pendouillous slip kangourou
Un vieux slibard qui sentait le putois

Un, deux, trois
Voilà ce qui arriva

Il doit maintenant ressortir de la mare
Il craint toujours le regard des poulets
C'est le moment de faire voir aux canards
Ce truc qui donne envie de dégueuler

Un, deux, trois
Il a peur de montrer quoi ?

Son très vieux crassous croûtous pissous merdous tout pendouillous slip kangourou
Qu'il portait depuis déjà six mois
Un crassous croûtous pissous merdous tout pendouillous slip kangourou
Un vieux slibard qui sentait le putois

Si cette histoire vous dégoûte
Pas la peine de vous fâcher
Car, voyez-vous, pas de doute :
C'était le but recherché !

samedi 13 janvier 2007

Saoul-FifreUne réputation à tenir

La phrase que j'ai le plus entendu de la part de gens regardant ma bibliothèque est :

"Tu as lu tout ça ?"

Et la réponse est : "Non". Tout ça, c'est juste mon fond de roulement.

Le peu de livres que j'achète.
Les livres qu'on m'offre.
Les livres que des gens jettent, et qu'ils m'amènent à trier.
Ceux que nous avons ramassés à la poubelle.
Tout ceux que me ramenait Victorin , qui, ne sachant pas lire, me ramenait tout ce qui était "écrit", des livres de comptes, des lettres, des catalogues...

Et puis j'ai un tas de livres prêtés, lus ou pas lus. Ceux-là, je ne les mélange pas avec les miens. Si le propriétaire débarquait impromptument, je veux pouvoir tendre la main et lui rendre son livre. Par exemple "Les dossiers sur le gouvernement mondial", un ramassis de conneries mélangeant les extra-terrestres, la mafia, l'opus déi et les villes tibétaines souterraines, dont la lecture m'a été conseillée par Huguette et que je lui rendrais avec plaisir...

Donc, non, j'ai dû lire à peu près les 2 tiers de la bibliothèque. Mais une fois que j'ai dit ça, le problème reste entier car, ne roulant pas sur l'or, j'ai surtout été un écumeur de bibliothèques publiques, quelquefois inscrit à plusieurs à la fois, et si je compte ces livres empruntés, on doit atteindre des totaux conséquents dont je n'ai aucune idée. Là, ils sont 2500 à se serrer sur les rayonnages. Comme dit Anne, y en a plein qui attendent la place. On doit devoir multiplier ce chiffre par 10 pour s'approcher de la vérité, calcul qui n'a d'ailleurs aucun intérêt.

Je voulais juste dire que, ben depuis que je blogue, je lis nettement moins !

Alors, merde, ça la fout mal. L'autre jour, un autre gros lecteur est venu à la maison et m'a prêté 40 cm de livres. Je prends ça comme un signe, une incitation à m'y remettre. Surtout que ya du beau monde dans la liste, on dirait :

Jean-Paul Dubois - Une vie française
Pierre Assouline - Lutetia
Tom Wolfe - Le bûcher des vanités
Stéphane Osmond - Le capital
Martin Winckler - Le mensonge est ici
Un "Le poulpe" de Gérard Lefort
Et puis des trucs plus spirituels, dont la trilogie de Jacques Neyrinck...

Vous en connaissez ? Je peux y aller en confiance ?

vendredi 12 janvier 2007

ManouLe cercle rouge





Je n’aime ni les discours, ni les cocktails. Même si affinités. Alors je n’irai pas aux « vœux ». Je vais plutôt vous concocter une petite recette de galette dont vous me direz des nouvelles.

Ingrédients :

1 éphéméride protéiforme
3 kilos de farine
50 copies doubles
3 litres de rhum vieux
1 litre de sirop de grenadine
1 neuf telecom

Préparation :

Noël est passé. Vous avez pris un peu de poids. Pourquoi s’arrêter là ? (Hein, byby ?) Profitez d’un moment où vous vous beurrez une tartine au beurre demi-sel pour couper la motte de beurre en deux. Faites fondre au bain-marie la première moitié. Lancez la seconde moitié par la fenêtre le plus loin possible. Pensez à fermez aussitôt les volets car il n’est pas rare qu’une moitié de motte se comporte comme un boomerang.

Une fois le beurre fondu, mélangez-le aux trois kilos de farine préalablement extraits de leurs emballages. Bon courage pour éviter les grumeaux. Incorporez délicatement 50 copies doubles (c’est mon truc pour réussir la pâte feuilletée). Vous obtenez un tas compact d’une couleur indéfinissable.

Il vous reste certainement quelques marrons cuits avec la dinde de Noël. Ils remplaceront la pâte d’amande. D’ailleurs cela peut être l’occasion d’un moment de pur bonheur familial si chacun y va de sa technique de fourrage : l'attaque, la parade, la riposte ou la feinte. Assez proche du duel au fleuret, en fait …

Il manque l’essentiel. Versez le rhum et la grenadine dans une grande jatte. Plongez-y la chose informe et collante que vous avez obtenue et continuez à malaxer jusqu’à ce que vos bras ne soient plus que deux tendinites insupportables. Alors seulement, lancez la jatte dans le four à l’aide du pied gauche (avantage des talons hauts) en ayant soin de rouvrir les volets. La seconde moitié de motte de beurre devrait venir s’écraser impatiemment contre la jatte. Fermer le four toujours avec le pied gauche.

Ouvrez le robinet avec le pied droit (plus facile) et essayez de vous laver les mains. Au cas où l’eau ne suffirait pas, essuyez-vous aux feuilles de l’éphéméride puis choisissez votre mode de cuisson avec un doigt (si vos mains sont propres), un coude la langue, le nez ou … soyez joueur (se).

A cette étape, vous pouvez encore sélectionner les ami(e)s qui assisteront à l’explosion de votre four. En général, le premier cercle. Téléphonez avec un doigt (si vos mains sont propres), un coude ….etc.

Suggestions :

- Pour m’en dire des nouvelles, vous pouvez envoyer un mail à : yapadmais@hotmâle.fr. Mais je vous le déconseille car il ne s’agit pas de mon adresse.
- Remplacer les marrons par des truffes en chocolat c’est un peu comme donner de la confiture à des cochons.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 >