Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 18 septembre 2015

FrançoiseLa disparition du passé simple

Dans les années 80/90, j'ai adoré les "Chroniques de San Francisco" de Armistead Maupin. Plaisir addictif car au fur et à mesure des volumes, je m'attachais aux personnages, avec une affection toute particulière pour Michaël Tolliver, le gay qui a plein d'amies femmes. Pourtant, dès cette époque, je constatai que certains titres me scotchaient à la lecture tandis que j'avais du mal à persévérer avec d'autres. Rien à voir avec le fond, avec l'histoire, mais avec la forme: certaines traductions étaient parfaites, d'autres maladroites pour ne pas dire suprêmement agaçantes quand le traducteur ne se foulait pas les neurones et traduisait "How are you?" he says par "Comment vas-tu", il dit. Dit-il eut nécessité un effort intellectuel trop considérable sans doute...

Des années ont passé, plus de titres nouveaux. Jusqu'à ce que la manie des séries survienne et que d'avisés producteurs décident d'adapter les Chroniques pour la TV et de les rééditer sous forme de "saisons". Du coup, nous eûmes droit à des épisodes complémentaires "Michaël Tolliver est vivant" qui me rassura sur la santé de ce gentil garçon séropo mais solide, "Mary-Ann en automne", poétique et plein de nostalgie qui fait du bien.

J'attaquai donc "Anna Madrigal, saison 9" avec l'enthousiasme de la petite-nièce qui retrouve sa grand tante comme si c'était la veille et là, impossible de lire. J'avais l'impression de buter sur des phrases mal foutues, et j'en compris la raison quand mon cerveau, spontanément et sans rien me demander, remplaça systématiquement le passé composé de certaines phrases par le passé simple, rendant à l'action une souplesse et une fluidité que le passé composé heurtait. Le même phénomène de substitution du passé composé au passé simple s'est d'ailleurs produit avec les "Club des Cinq" revus et corrigés par des éditeurs et des traducteurs condescendants, persuadés que nos chères têtes brunes (j'en ai marre des têtes toujours blondes) ne peuvent pas lire du passé simple, comme si simple était forcément compliqué, paradoxe moderne qui complique tout et d'ailleurs parle aujourd'hui de complexifier et non pas de compliquer.

Quelle importance? diront certains.

L'importance du passé simple versus le passé composé est que ce n'est pas du tout le même temps.

"Il l'embrassa passionnément": il est en train de l'embrasser, on visualise le baiser, on est en pleine action. "Il l'a embrassée passionnément": zut, on arrive trop tard, le baiser est déjà terminé, peut-être l'amoureux est-il déjà rentré chez lui.

Il visa l'homme et fit feu. On est là, témoin du crime, le cœur battant de ce qu'on voit...

Il a visé l'homme et a fait feu: rapport de police après coup, plus d'action, on est dans un bureau poussiéreux où un fonctionnaire tape laborieusement sur son clavier.

Anna Madrigal aspira voluptueusement la fumée: la vieille dame est en plein plaisir, on y participe et on se réjouit de sa vitalité octogénaire.

Anna Madrigal a aspiré voluptueusement la fumée: ben ça y est, elle a fini, peut-être même s'est-elle endormie...

Vous saisissez la différence? Avec le passé simple, on participe à l'action, on est dedans à fond. Avec le passé composé, on nous la raconte après coup, on arrive comme les carabiniers, raison pour laquelle il est difficile de se passionner pour un roman au passé composé où on a l'impression de lire un rapport fastidieux.

L'emploi du temps juste est un des soucis permanent de l'écriture, un outil merveilleux pour lui donner du rythme, rythme au moins aussi important que l'histoire elle-même. Un chapitre peut se dynamiser en étant rédigé au présent, on peut ralentir l'action ou créer un climat d'angoisse avec l'imparfait, susciter la surprise avec des subjonctifs bien venus... Frédéric Dard alias San Antonio, était un virtuose de l'emploi des temps- à ne pas confondre avec l'emploi du temps- et j'ai beaucoup appris en le lisant, sous son vrai nom ou son pseudo.

Alors, traducteurs, ne soyez pas traître à la langue française, gardez lui les nuances qui en font la richesse et ne confondez plus le mouvement en train de s'accomplir du passé simple (un peu comme la forme progressive anglaise) et le mouvement achevé, l'irrémédiable accompli du passé composé.

Ainsi parla Zarathoustra...

(ch'tiot crobard Andiamo)

dimanche 13 septembre 2015

AndiamoUn cadeau empoisonné

C'était il y a fort longtemps, Noël approchait, je n'étais pas retraité (ben oui je n'ai pas oujours été vioc). Un samedi, Andiamette et moi emmenons l'aîné de nos p'tites fillottes afin de lui faire admirer les vitrines animées des Galeries Farfouillette (Lafayette pour les puristes).

J'étais un très jeune Papi, ma p'tite fillotte avait 4 ans et moi 45 ! Auparavant, nous l'avions emmenée au grand Rex voir le Disney de l'année, je ne sais plus lequel ! J'ai tellement emmené mes enfants et petits enfants au cinoche, que je m'y perds ! Au moment des fêtes, il y avait au grand Rex la féérie des eaux ! Musique classique et fontaines sur scène, jeux de lumières multicolores, mes titiots et mes enfants s'en souviennent encore, quarante ans plus tard !

Donc, ce jour-là, après avoir admiré les vitrines de Noël, nous rentrons dans le magasin : direction les jouets. Ah ! Les yeux des enfants devants les jouets tout neufs, tout pimpants, un bonheur.

Au hasard de nos furetages, je tombe en arrêt devant le stand des trains "Märklin", pour les modélistes ferroviaires c'est une référence, et que vois je ?

Là, dans une petite valise, un train complet qui tournait en rond ! Devant mon regard interrogateur le vendeur me dit :

- C'est trognon n'est ce pas ? C'est à l'échelle "Z" nous sommes les seuls à faire cette dimension, l'écartement des rails est de 6 mm,5 !

Deux ou trois semaines se passent, Noël arrive, enfants, petits-enfants super gâtés bien sûr, et j'avise une boîte avec mon nom inscrit dessus, j'ouvre le paquet (délicatement pas comme un sauvage, je vous vois venir), et là que vois-je ? Le train qui était en démonstration aux galeries ! Enfin, la copie conforme du train.

Petit sourire d'Andiamette : "bah je te connais, tu vas bien en faire quelque chose" !

Un joli cadeau, lui ai-je répondu, mais un cadeau empoisonné tout de même !

Alors je suis allé acheter des rails, des droits, des courbes, des aiguillages "gauche" des aiguillages "droite", à l'époque j'allais à la maison du train, passage du Havre, près de la gare Saint-Lazare.

J'ai construit des maisons, des ponts, des routes, fabriqué des arbres : un peu de mousse, des bouts de laine, le tout passé au mixer avec de la gouache bien diluée, j'ai ruiné le mixer, mais quels beaux arbres !

L'amalgame obtenu collé sur des brindilles de bois, effet garanti, plus joli que les arbres achetés.

Un décor à base de bandes plâtrées (celles qui servent à maintenir les membres cassés, bras, jambes, je cite, parce que je vous venir quand je parle de membre)

Quand tout a été terminé j'ai cherché une table basse pouvant contenir mon "diorama"... Point trouvé !

Alors j'en ai fabriqué une, mais oui, environ 1 mètre 250 X 550 millimètres. puis j'ai fait tailler une vitre de 10 millimètres d'épaisseur afin de recouvrir le petit train, un joli boîtier fabriqué par mes soins abritait toutes les commandes (transfo, commandes d'aiguillages, et rails de coupure).

Quand nous prenions l'apéro, les invités s'amusaient bien !

En fait les trains sont faits pour les enfants, mais ce sont les grands qui jouent avec !

Quelques photos...


Enfin, l'une des motrices dans ma vieille pogne afin de vous donner l'échelle.

lundi 7 septembre 2015

celestineLes pointus

La Bretagne, la Bretagne, bon oui, c'est vrai, c'est joli.

Mais de par chez moi, la mer est belle aussi. Oh, bien sûr, elle est moins grosse que l'océan. Elle gronde moins, elle boulègue moins. Elle fait de toutes petites marées, légères comme des pets de nonne, que presque presque on les sent pas...mais l'oeil observateur voit bien que tout à l'heure, té, la mer était à un mètre de la serviette, et que maintenant elle la lèche avec gourmandise...C'est une marée méditerranéenne, oui môssieu.

En plus, la mer, chez moi, elle est chaude. Mais quand je dis chaude, c'est vraiment chaude. On peut y rentrer tout d'un coup sans devenir rouge comme un gratte-cul, ou blanc comme un aïguo boulido. On fait pas des exploits chez nous quand on se baigne, à vouloir rentrer tout d'un coup dans un congélateur...C'est pas comme la mer du Nooord, chère à certains, qui fait toujours ses 17-18 degrés, et monte à 20 pour célébrer la mort du pape. Bon d'accord, des fois, l'eau chaude de par chez nous, ça fait un peu venir les méduses, et alors on peut se retrouver avec une espèce de stoquefiche gluant collé à la jambe, qui nous fout des cloques et des élancements que si c'était un Italien, il pleurerait, comme disait ma grand-mère (qui s'y connaissait en Italiens, bien avant que les comiques du ballon rond n'inventent le faux tacle où l'on se roule sur la pelouse pour jouer le pénalty en se tenant la jambe et en grimaçant comme la Madone des sept douleurs) Comment ça, j'exagère ? Comment ça elles sont trop longues mes phrases ?

Sinon, les bateaux, chez nous, les petits, hein, les individuels, ça s'appelle des pointus. C'est joli comme tout, ce nom-là, vous ne trouvez pas ? Ça t'a un petit côté espiègle et polisson, un peu fureteur comme les regards des hommes sous les jupes des filles. Le plus célèbre pointu de tous les temps, c'est celui de Monsieur Brun, le Pitalugue, un bateau un peu jaloux, qui penche du côté où il va tomber. Les pointus, c'est toute la beauté des petits ports de pêche, des calanques, des petites criques, avec leurs belles couleurs de bois peint, assorties aux robes des demoiselles qui aiment se promener sur les pontons, le dimanche. Rien qu'à les voir, on sent la poutine, la rascasse et la bouillabaisse. On entend les gabians se disputer des restes de sardines, quand il n'y a plus dégun sur le port.

Et les peintres (et pas que ceux du dimanche, d'ailleurs) ils les aiment beaucoup, ces pointus. Ils en font des tableaux que les Parisiens appellent des marines.

Moi je me suis contentée de faire une photo. Et, sans exagérer, je trouve qu'elle fait son petit effet...Si j'arrive à la publier, avec l'aide d'un boss de l'informatique (TB si tu nous regardes...) promis, je vous la montre. Mais là ça m'escagasse de me battre contre un fichier jipègue trop volumineux. Alors en attendant, je vous en file une de contrebande.

Edit. du 8 septembre TB ayant eu l'amabilité de m'apprendre à pêcher, je peux enfin publier ma photo.Vala, vala...

mercredi 2 septembre 2015

AndiamoTri martolod

Breizh... Na ruz, na gwenn, Btreizhad heipken ! (Ni rouge, ni blanc, Breton seulement)

Autrement dit : ni de gauche, ni de droite, Breton avant tout ! Ah ! Ils sont têtus les Bretons, je les aime bien, courageux, durs au boulot, de fiers marins et des paysans pas fainéants !

Je me suis souvent promené en Bretagne, il y fait beau... parfois ! Non, je charrie, de toutes façons, comme le dit Olivier de Kersauson : "en Bretagne il ne pleut que sur les cons". Après ça, tout le monde dit revenant de Bretagne : "je n'ai eu que du beau temps" !

Récemment, dans son album "Bretonne", Nolwen Leroy, la belle brune aux yeux bleus portant une frange (ça vous rappelle quelqu'un ou quelqu'une ?), a enregistré des chansons du folklore armoricain en breton.

Aujourd'hui, voici "tri martolod"


Une petite photo de la pointe du raz (raz : détroit en breton) : on aperçoit le phare de "la Vieille" au loin... De dos, mon vieux pote, ça fait tout de même 56 ans que nous nous supportons ! Ne dit-on pas qu'un ami c'est quelqu'un qui te connaît bien, mais qui t'aime quand même ?


Pour voir et entendre le clip, c'est ici

(ch'tiot crobard Andiamo)

vendredi 28 août 2015

Oncle DanL'article 412-6 du code des grands chemins

J’étais encore enfant, mais je me souviens très bien.

Nous nous dirigions en direction de l’horizon. Un peu vers la droite.

Plus précisément vers cette bourgade dont l’orthographe hérissée de consonnes m’égratigne la mémoire.

Igor faisait claquer son fouet pour accélérer la cadence car le crépuscule allumait les premières étoiles et c’était surtout vers huit heures, à la tombée de la nuit, que les assassins, les cyclones et les épidémies de choléra faisaient rage dans ce paisible village.

La vieille rosse, somnambule et cagneuse, qu’il qualifiait parfois de cheval dans le feu de la conversation, restait insensible aux sollicitations et nous nous faisions dépasser par d’antiques paysans, courbés sous le poids d’immenses fagots.

Il en aurait fallu davantage pour contrarier Igor, dont l’éternel sourire était un site classé, de même que le chaos de mèches entremêlées qu’il avait sur la tête, et qui évoquait la lande bretonne après les marées d’équinoxe.

Lorsque Lezghinka - c’était le nom de sa jument - eut atteint le sommet de la colline, nous aperçûmes la mendiante au bord du chemin.

Sa main tendue, sèche et noire comme celle d’un singe, sortait d’un amas de peaux de bêtes haut de trois pieds et demi à peine. Je me souviendrai toute ma vie de sa petite figure plissée, ratatinée, rugueuse et basanée comme un cuir de bottes qui auraient survécu à toutes les guerres. Sous la capuche, deux yeux rouges brillaient comme un couteau suisse. Je ne saurais dire s’ils lançaient réellement des flammes, mais ils me parurent distinctement incandescents.

Lance-lui des pièces, me dit Igor, embarrassé.

Il faisait partie de ces généreux avares qui ont constamment la main à la poche mais n’en sortent jamais rien.

Je le ferai, lui dis-je, à condition que tu m’en donnes…


***

De nombreuses années plus tard, rien n'avait changé. Igor était toujours aussi pingre, et il y avait toujours des cyclones, des épidémies et des bandits, ces derniers expliquant sans doute l’incessante prolifération de brigadiers au bord des grands chemins.

Un jour, l’un d’eux intima l’ordre à Igor de stopper sa pouliche sur une zone d’arrêt d’urgence.

Bien sûr, il ne s’agissait plus de cette rosse de Lezghinka qui n’en faisait qu’à sa tête, mais de Lezghin IV, un modèle sport qui bondissait comme un tigre.

La côte sur laquelle la première peinait autrefois, avec le dynamisme d’une jument décédée depuis moins de 24 heures, Lezghin IV la grimpait en un insignifiant nombre de minutes et presque pas de secondes.

Considérant la tête de brute, la voix éraillée et le ton goujateux de l’homme en uniforme, Igor résolut d’obtempérer.

-- Vous ne semblez pas connaître l’article 412-6 du code des grands chemins, lui postillonna au visage l’homme copieusement moustachu.

Son haleine trahissait un alcool frelaté achevant de dissoudre un goulash musclé en oignons.

Igor venait lui-même d’avoir une longue conversation avec une bouteille de vodka et préféra ne pas affronter le brigadier de face. Il marmonna quelques réponses flasques, inaudibles et mucilagineuses, en se cachant derrière la fumée de sa pipe.

-- Tout conducteur doit se tenir constamment en état et en position d’exécuter commodément et sans délai toutes les manœuvres qui lui incombent, ânonna le rouage administratif.

-- En conséquence de quoi, poursuivit-il, je dois verbaliser quand vous mangez, buvez ou fumez en tenant les rênes. Vous saisissez ? Conclut-il à la manière d’un huissier.

Vous pensez bien que je ne vais pas énumérer ici tout ce qu’il est interdit de faire en tenant les rênes, ne disposant ni du temps, ni de la place nécessaires. Plus l’eau coule sous les ponts, plus la liste de l'article 412-6 s’allonge…

dimanche 23 août 2015

celestineLa maison de nos rêves

Quand j’étais petite – oui parce que j’ai été petite, à une époque, aussi étonnant que cela puisse paraître, je n’ai pas toujours mesuré mon mètre 73 – nous n’avions pas les jeux sophistiqués auxquels s’adonnent nos charmantes têtes blondes de nos jours. Je me souviens que mon père avait inventé une activité formidable pour les après-midis de pluie, quand nous avions la chance qu’il fût là. (C’est à dire pas très souvent) Il s’emparait d’une grande feuille de papier à dessin, d’une règle, d’une mine de plomb, d’une gomme, de crayons de couleurs, et nous nous rassemblions, mes frères et moi, autour de lui, remplis d’une excitation fébrile. Alors il se mettait à dessiner la maison de nos rêves. Il faut dire que nous habitions alors un F4 exigu dans un immeuble vieillot appelé pompeusement "le Matin Calme". Chacun de nous lui disait à son tour sa façon de voir les choses. Un perron majestueux, deux tourelles, des cheminées pour le père Noël, des faîtières et des barrières en fer forgé, un kiosque à musique au fond du jardin. Peu à peu le projet prenait vie. Maman avait droit à son balcon fleuri de glycines. Chaque petit carreau des fenêtres brillait d’un reflet personnel, sous forme de trois traits de crayon gris. Il y avait bien quelques disputes, lorsqu’il dessinait, par exemple, un chien-assis sur le toit et que tout le monde voulait que ce fût sa chambre. De guerre lasse, papa alignait quatre chiens assis, ce qui allongeait considérablement la façade de la maison. Les persiennes étaient invariablement vertes, sa couleur préférée. L’agencement du jardin réclamait beaucoup de soin, c’était aussi l’occasion de nouvelles chamailleries car mes frères désiraient des terrains de jeux pour ballons, tentes d’Indiens et petites voitures, alors que je rêvais d’un bassin dans lequel s’ébattraient grenouilles, poissons multicolores et feuilles de nénuphars… Mes frères étant en supériorité numérique finissaient toujours par avoir le dernier mot et mon jardin japonais d’agrément, réduit à la portion congrue, battait en retraite devant l’avancée des Comanches. Pour ne pas me vexer, mon père rajoutait çà et là quelques lapins ou écureuils, avec un grand souci du détail, mais je tremblais que ces pauvres petites bêtes ne se prissent un coup de fusil intempestif en traversant la pampa, poursuivies par une horde de sauvages en tenue de football. Au bout d’une heure ou deux, la maison de nos rêves était devenue le château des mille songes, la tour de Babel, un aimable capharnaüm plein de joie et de cris, une explosion de couleurs sous lesquelles il était bien difficile de reconnaître les contours de départ sagement tracés à la règle par un papa encore maître de la situation…

Mon père n’a jamais eu sa maison aux volets verts avec les tourelles. Mais il nous a transmis une chose primordiale : le pouvoir de rêver éveillé. De savoir créer un monde à partir de rien, par la simple magie de l’imagination. Ce fut pour moi un cadeau très précieux. ¸¸.•*¨*• ☆

mardi 18 août 2015

AndiamoFernand

- Tu prends les patins hein ?

- Oui, oui Simone.

- Et tu mets ton pébroque dans le bidule de l'entrée, que j'retrouve pas une goutte d'eau sur MON parquet ...

- Oui Simone.

Le bidule de l'entrée c'est le porte parapluie, elle est comme ça Simone, ses phrases sont ponctuées de "trucs", de "machins", de "bidules", et même de "bazars". Elle est bien loin la petite Simone rencontrée un Dimanche de juin au moulin de la galette rue Lepic.

Ce jour là c'était en 1958, il faisait beau, Fernand, "endimanché" était allé sur sa belle Vespa d'occasion, au moulin de la galette, des potes lui avaient chaudement recommandé l'endroit !

-Tu verras le dimanche y'a plein de bonniches qui viennent là pour se faire reluire !

L'expression était un peu triviale certes, mais elle avait le mérite d'être explicite !

Il avait repéré la petite blondinette sagement assise à une table, accompagnée d'une grande bringue aux cheveux "carotte" la face constellée de taches de rousseur... Elle a pris un coup d'fusil chargé à la merde, aurait dit Bébert un vieux compagnon de l'atelier où travaillait Fernand.

L'orchestre attaquait une série de Tangos... Adios muchachos, companeros de mi vida...

- Vous dansez Mad'moiselle ?

La blondinette s'est levée, et a gratifié Fernand d'un large sourire, trois tangos plus tard, ça n'est plus de la danse, mais du patinage artistique ! Le coup de foudre, tant pour Fernand que pour Simone.

Simone est assise en "amazone" sur la Vespa, Fernand s'arrête place des Abbesses, une petite terrasse avant de raccompagner sa belle rue Rambuteau dans le quartier des halles. Des baisers, encore des baisers, puis c'est à regret qu'ils se quittent avec la promesse d'un rendez vous dimanche prochain.

Fernand à dix neuf ans, Simone autant, ils se sont donnés comme on dit dans les romans, lui est parti 28 mois dans les Aurès, elle l'a attendu en prenant soin de leur bébé, ils avaient mis la charrue avant les bœufs selon l'expression consacrée de l'époque !

Ils se sont mariés à Saint Eustache, Fernand avait obtenu une permission exceptionnelle.

Un petit Francis est né, Fernand démobilisé, un petit pavillon acheté en banlieue, un crédit sur vingt berges, lui tourneur fraiseur, elle dactylo, la vie simple, les trente glorieuses, qui filent comme trente jours.

Francis est parti, il vit à Montréal, c'est loin le Canada, Fernand et Simone n 'y vont jamais, Francis ne revient pas en France non plus, il a fait de Fernand et Simone des grands parents qui voient leurs deux petites filles grandir... Sur photos seulement ! On téléphone parfois, parfois seulement, c'est si cher ! C'est d'une banalité déconcertante !

Les années ont filé vite, Fernand et Simone sont retraités, pas facile de se supporter tous les jours ! Quand ils bossaient, entre les courses, le ménage, les devoirs du gamin, ils se croisaient. Un ou deux p'tits coups par semaine, histoire d'entretenir la libido. Elles étaient loin les chevauchées fantastiques du début ! Les galipettes infernales... A bataille d'amour, champ de plumes ... Le champ de plumes était plutôt déplumé depuis pas mal de temps.

Fernand avait rêvé de voyages, pas l'aventure non, mais des petites escapades, les Antilles, l'Irlande, L'Italie, Venise surtout ! Il en rêvait d'une soirée à la Fénice... La Traviata... Libiamo, libiamo ne' lieti calci che la bellelleza inflora...

''-T'es pas fou ? Tu sais combien ça nous coûterait ? NAN Fernand on ira chez ma sœur Suzanne à Avallon, comme d'habitude, ça ne nous coûte pas cher, on partage les frais, on les invite au restaurant un soir, et ça fait la rue Michel ! Tu t'entends bien avec Roger en plus, vous allez pécher dans l'Yonne tous les deux, boire des p'tits coups, tu t'entends bien avec ton beau frère ?

- Mouais.

L'écureuil était gavé de noisettes, livret "A", livret "B" pleins à craquer, plus des "CODEVI", et toujours la même robe de chambre délavée, les charentaises percées, faut surtout pas "dépenser" !

- M'sieur Fenand ça fait un bout d'temps qu'on n'a pas vu M'Dame Simone ! Interroge Lilliane Boulard la voisine, alors que Fernand revient du marché un cabas à chaque main.

- Euh... Elle est allée voir sa sœur dans l'Yonne, elle était pas bien, vous savez à nos âges !

- A qui l'dites vous M'Sieur Fernand ? Tenez pas plus tard qu'hier... S'en suivait une pénible description par le menu d'une chiasse carabinée consécutive à un "coup d' froid" attrapé en faisant la queue au marché dimanche dernier !!

- Ah ben M'sieur Fernand elle revient plus vot' Simone ! Elle serait pas barrée par hasard ? Avait demandé la mère Boulard quelques semaines plus tard.

- Ben si Madame Boulard, elle a trouvé "quelqu'un" à son âge ! Vous vous rendez compte ? Le démon de midi comme on dit !

- Chez elle ce serait plutôt le démon de minuit, vu qu'elle a déroulé pas mal de câble M'sieur Fernand, vot' régulière.!

Fernand a esquissé un pâle sourire, et a recommandé à la mère Boulard de ne pas ébruiter l'affaire, connaissant la bignole, autant pisser dans un Stradivarius !

Installé devant la paillasse de l'évier, Fernand prépare de la viande, il détache les bons morceaux de la belle tranche de joue de bœuf achetée le matin même chez monsieur Sanzot, le boucher bien connu !

Chaque morceau est placé dans une jolie assiette en faïence, dernière rescapée du service offert lors de leur mariage par Suzanne et Roger. Les déchets, gras, nerfs etc... Sont déposés dans une écuelle en tôle émaillée vachement bien amochée !

Le travail terminé, Fernand saisit l'assiette en faîence et la dépose devant Vanille son chat angora.

-Tiens régale toi mon pèpère...

Puis il saisit l'écuelle et se dirige vers la porte de la cave, ouvre cette dernière à l'aide d'une grosse clef à l'ancienne, allume la lumière qui dispense une chiche clarté dans l'escalier assez raide, une ampoule de 25 watts seulement, toujours par souci d'économie !

Au fond de la pièce humide, au sol en terre battue, Simone n'a jamais voulu que l'on bétonne au motif : "ça va coûter combien c'te connerie" ?

Au fond une lourde porte de bois fermée par un cadenas, entre le bas de la porte et le sol, un espace asse grand, permettant le passage de l'écuelle sans que Fernand ait à ouvrir la porte. L'homme dépose le plat devant la porte cadenassée.

Fernand fait demi tour remonte l'escalier, verrouille la porte...

Une main décharnée sort lentement sous la porte cadenassée, saisit l'écuelle, et la ramène doucement à l 'intérieur...

(Cette histoire m'a été inspirée par un court métrage vu au cinoche il y a bien longtemps) !

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 >