Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 14 février 2006

Saoul-FifreLes yeux humides

Au commencement était l'atome primordial, le bâtisseur d'étoiles, le tourneur de planètes, le faiseur d'eau. Avec son proton solitaire et son électron si peu matériel, l'Hydrogène est l'élément simple à la base de tous les autres. Par perte ou acquisition d'électrons, par liaisons plus ou moins recommandables, sans doute sous fusion thermonucléaire, il a donné tous les atomes et les molécules qui forment notre environnement. C'est la brique Légo inaugurale d'une collection impressionnante de décors, d'objets et de personnages.

Par combinaison avec l'oxygène, il nous donne l'eau, c'est à dire la Vie. Avec le même, il forme un explosif de grande puissance, et sème la Mort. L'hydrogène n'a pas de morale intrinsèque. Il sera ce que nous en ferons, la source d'énergie illimitée et égalitairement partagée, dont nous rêvons, ou bien l'arme de destruction totale qui règlera définitivement le problème de nos caries douloureuses.

S'il y a un Dieu, je crois fermement qu'il est de cet ordre : à la fois Diable et Dieu, Janus bifide, Hermès souriant et grimaçant, tragi-comique. Capable du meilleur comme du pire, d'une chose et de son contraire, génie du bien et du mal. À notre image, en fait.

Oui, Dieu a été créé à l'image de l'Homme. Tel est mon crédo, mais la situation est déjà assez compliquée comme ça, et le lancement d'une nouvelle secte n'est pas vraiment de saison. Ce que je ressens, c'est qu'à l'échelle de l'Histoire, les idéologies et les religions n'évoluent pas mécaniquement et régulièrement comme le décrit Alarc'h dans son article . Il y a des éruptions. Il y a des périodes de paix et des périodes de guerre. Il y a des régressions, ou des évolutions progressistes, plus ou moins rapides selon les leaders au pouvoir. Rome a atteint son apex, puis connut la dégringolade. L'Islam fut la locomotive culturelle et scientifique de notre vieux monde étriqué et puis, la roue tourne... Là, notre mondialisme agressif qui s'engraisse en se foutant du tiers comme du quart-monde, ça sent très mauvais sa "fin de cycle", et je rêve d'autres exemples.

À l'échelle de l'Hydrogène, la légèreté est absolue, et sous sa forme stockable, l'eau, son cycle est créatif, nourrissant, poétique, stable, émouvant...

"Les pieds dans le ruisseau,
moi je regarde couler la vie...",

psalmodiait le grand Jacques, et cette invitation à la contemplation de l'évidence de l'eau m'a toujours parlé. À mes tout débuts, un liquide, trouvant son chenal, remontant le courant à travers d'autres mouillures, parvint à atteindre et à ensemencer la Source, et le Réceptacle, et la Génèse de toute Vie. Le têtard que j'étais remuait de contentement sa queue résiduelle, en pataugeant dans son petit bain personnel, avec les pulsations de son ombilic en fond sonore. Et les bruits aquatiques. Le silence assourdissant de la mère, puis son cri, quand elle perd les eaux.

Né au pays de la sécheresse, on m'a appris à la respecter. Elle n'en a acquis à mes yeux que plus de richesse, et les rencontres avec de l'eau en liberté, en apparence inépuisable, me fascinaient. Les cascades de Tlemcen, le grand canal d'arrosage qui dessoifait les arbres et remplissait le château d'eau, une fois par semaine, les flots semblant illimités de la Méditerranée. Semblant seulement, puisque nous avons découvert en la traversant, d'autres canaux, d'autres cascades, un autre, ou bien le même rivage ?

Je ne perds jamais une occasion de me replonger dans cette eau primitive. Dans les étangs, les torrents, l'océan... Quelle que soit la saison, je pique une tête. Au Nouvel An au Cap-Ferret, à Pâques dans un lac pyrénéen, en Aout, dans le lac de Viam... Quand je suis malade, je recherche la compagnie des ruisseaux, ces filets d'eau que j'imagine couler comme un goutte à goutte salvateur dans mes veines. La guérison par la mémoire de l'eau. Et aujourd'hui, on nous raconte que nous allons en manquer, et qu'elle est polluée. J'en ai des vapeurs et cette idée me glace.

L'eau a cette force de s'adapter aux contenants. Celle de le briser s'il y gèle. Celle de s'en échapper en s'évaporant, si l'envie lui en prend et si les oreilles lui chauffent.

"Dans le brouillard de sa myopie
l'aridité du monde s'atténuait.
Elle pouvait de la sorte rêver
à d'autres horizons, à une autre vie..."

...m'écrivait une amie, il y a presque trente ans. J'en pleure encore, tellement c'est beau.

dimanche 12 février 2006

Tant-BourrinRetour vers la planète des singes people

Histoire de relâcher un peu la haute tension intellectuelle qui agite vos neurones à la lecture de ce blog puissamment chiadé, je vous propose une nouvelle mouture du petit jeu innocent auquel je vous avais convié naguère.

Je me suis donc de nouveau amusé (à l'instar d'un savant fou), avec l'aide du face transformer à transformer en hommes-singes (ou en femmes-guenons) quelques-uns de nos plus fameux peoples, et plus précisément, cette fois-ci, quelques-uns de nos plus fameux peoples chanteurs.

Encore une fois, le jeu me paraît assez facile, tant le people me paraît être le chaînon manquant entre l'homme et le singe. Mais je préfère m'en tenir à un jeu évident pour ne pas avoir à assumer la responsabilité d'un claquage de vos synapses.

Et maintenant, à vous de chercher quelles personnalités se cachent derrière ces faces hybridées de chimpanzés !


samedi 11 février 2006

Saoul-FifreDédié à Anne...

...qui a un petit problème de rajeunissement des cadres, dans son troupeau. Quoique chez elle, il semblerait que ce soit un souci de ménopause, et non d'andropause.

Lire la suite

vendredi 10 février 2006

Tant-BourrinA tout petits pas...

L'autre soir, voyant que je me préparais à sortir pour acheter du pain, Tant-Bourriquet est allé prendre ses chaussures dans le placard, les a posé dans l'entrée et s'est assis à côté.

Le message était clair. Il a beau, du haut de ses deux ans, avoir un langage encore très limité (trois mots de vocabulaire environ), il sait en revanche très très bien se faire comprendre. Là, en l'occurrence, ça voulait dire : "je veux me promener moi aussi !"

C'est pourquoi cinq minutes plus tard, je marchais à tout petits pas dans la rue, tenant dans ma main la toute petite main d'un tout petit bonhomme, tout engoncé dans son petit manteau dans la fraîcheur de la nuit peu à peu tombante.

Rien n'est plus merveilleux que le spectacle d'un tout petit qui découvre lui-même le spectacle de la rue : cet émerveillement qui brille dans ses yeux, cette tête qui se retourne sur une voiture qui passe ou sur le petit chien-chien à qui sa mémère fait prendre l'air, ce regard neuf porté sur tout, ce regard que nous perdons avec l'âge, qui se blase, se voile d'habitudes.

Et puis, sur le chemin du retour, toujours à tout petits pas, alors que je levais les yeux, j'ai aperçu notre demi-reflet dans une vitrine. Le demi-reflet d'un père et de son fils de deux ans. Et en arrière-plan, derrière la vitre et mêlé à cette image, un univers de marbre et de regrets inscrits dans l'émail. "A notre père". "A notre ami". "A notre petit ange". "Regrets éternels".

Froid soudain. J'ai dû serrer un peu plus fort la tiédeur de la petite main de Tant-Bourriquet et fuir la vitrine des pompes funèbres, fuir à tout petits pas cette vision de vie commençante et de mort enchevêtrées.

Froid. Savoir qu'un jour la petite main tiède sera froide elle aussi. Froide comme l'est aujourd'hui la main du petit garçon de la photo, dans l'album de famille, ce petit garçon, mon père, à peine plus grand en 1925 que ne l'est Tant-Bourriquet aujourd'hui.

Froid de culpabiliser d'avoir tiré Tant-Bourriquet d'un néant cotonneux et confortable et de l'avoir jeté dans le grand piège de la vie. Froid de n'avoir pas la foi.

La foi. Cette lumière aveuglante qui aide à traverser la vie, à ne pas se poser trop de questions, à ne plus trembler dans le noir. J'envie ceux qui l'ont et savent la garder. Je l'ai pourtant eue jusqu'à dix ans, et puis j'ai un jour cessé de croire aux fables. Et je ne la retrouverai jamais, je le sais.

Pierre Loti, qui avait cherché des réponses dans toutes les religions, en vain, avait dit sur la fin de sa vie : "je meurs athée et désespéré de l'être". Et je sens que cette phrase sera mienne dans mon dernier souffle.

Mais pour l'heure, Tant-Bourriquet ne semblait pas trop m'en vouloir. Il a levé la tête vers moi pour franchir du regard notre mètre d'écart et a souri en constatant que la tête de son papa était bien toujours là-haut, à l'autre bout de ce bras interminable.

Et dans la lumière de son regard, j'ai retrouvé aussitôt la foi. La foi d'avancer, la foi d'aimer, la foi de faire de mon tout petit mieux, la foi de cracher à la gueule de la mort. Le piège de la vie s'est refermé sur nous, Tant-Bourriquet, mais nous allons en faire quelque chose de bien, je te le promets.

"Allez, viens, mon bibou... Maman nous attend..."

Et à tout petits pas, nous sommes rentrés à la maison.

jeudi 9 février 2006

Saoul-FifreLes migas

Popopo, j'vous ai promis de vous donner la recette, je vous la donne ! "Las migas", en espagnol, c'est les miettes de pain. À l'origine, ce plat était fait avec des restes de pain, trempés, essorés, et revenus à l'huile, avec des sardines salées. Je n'ai jamais goûté à ce truc. Les migas dont je parle sont faites à base de semoule, mais c'est vrai que les grains ressemblent un peu à de la mie de pain qu'on aurait malaxé entre les doigts...

C’est un plat très dur à faire mais très bon, alors ça vaut le coup de s’accrocher . Quand je crie : " ya des migas " , mes enfants, qui sont plutôt pâtes-frites et macdo si possible, et ben y se dépêchent de se radiner à table ! Au départ, c’est un plat de pauvre, un plat de pêcheurs, parce que c’est pas cher et que ça tient au ventre, et après, les riches y se sont dit : " o, pas toujours les mêmes qui mangent les bonnes choses " , alors y-z’ont regardé comme on faisait et y-z’ont rajouté plein de viande qu’il faut bien que les bouchers y vivent aussi, eux-z-autres !

LA RECETTE DE MA MERE

On fait revenir (à l’huile d’olive, malheureux !) l’accompagnement dans une poêle à large bord, c’est très important, ça évite d’en clafir les murs quand on va remuer . Et selon ses moyens, ses goûts et ce qu’on a dans le frigo ce jour là , on met :

  1. Dans tous les cas, de l’ail, et là, on ne mégotte pas, on ne parle plus de caieux, il faut des bonnes têtes, moi j’en met au moins 4...
  2. Au minimum, pour que ça ait un peu de goût : des anchoix, et c’est vrai que ça suffit pour se lécher les doigts avec des migas d’un autre monde...
  3. Mais bon, chez nous , ma mère rajoutait en principe moitié chipolatas / moitié merguèz, coupées en morceaux, plus quelques tranches de tchorizo ou de longanisse...
  4. Moi, j’ai encore innové et j’ai transformé les migas en plat complet, en rajoutant oignons, dés de poivrons rouges et verts (pour la vue) et carottes en tranches fines . La seule différence, c’est que les légumes rendent de l’eau et qu’il faut en tenir compte en en mettant moins tout à l’heure .

Bon vous avez compris : vous faites revenir dans un peu d’huile d’olive, sur un feu assez vif de la cuisinière, CE QUE VOUS VOULEZ ! Pendant ce temps là, vous vous débrouillez pour préparer AUTANT D’EAU (en volume) QUE DE SEMOULE . Un peu moins s’il y a des légumes ! Si vous avez trouvé la semoule moyenne dans un paquet de 250 gr en plastique translucide, vous ouvrez soigneusement, sans déchirer, et vous repérez le niveau de la semoule (avec un crayon) puis vous videz la semoule dans un récipient (vous la réservez comme y disent) : le sachet vide vous servira de mesure pour l’eau . Sinon, prenez un verre mesureur, vous l’avez acheté pour ça, il faut l’amortir. Quand vous estimez que ce qu’il y a dans la poêle est assez doré, vous videz l’eau dedans, vous salez, vous mélangez et vous refaites partir le bouillon . A partir de maintenant, vous n’êtes plus disponible . Je crois que c’était le seul plat ou mon père mettait la main aux fourneaux car c’est quand même assez physique : vous jetez en pluie la semoule dans l’eau en visant les endroits ou il reste de l’eau pour faire gonfler la semoule et vous vous mettez à remuer sans vous arrêter. Il vous faut une palette qui gratte ce qui grille dessous pour le ramener au dessus et ainsi de suite . Si ça grille trop fort et que vous êtes pris de vitesse, baissez le feu ou n’hésitez pas à en prendre un plus petit . Il faut trouver un compromis entre le ralenti ou vous ne risquez rien mais ou il va vous falloir la vie des rats pour arriver au résultat désiré, et le feu fort ou le rythme est dur à suivre pour empêcher que ça vire en charbon . Il se forme des boules que vous devez émietter avec la palette . Sachez que vous en avez bien pour 3/4 d’heure de remue-ménage, selon les goûts : il faut que CHAQUE grain de semoule soit moelleux dedans et doré dessus . C’est cette consistance exceptionnelle qui rend ce plat si CRAQUANT ! !

S'il y a un ouf (ou une ouffe) assez courageux (euse) pour se lancer dans cette préparation, j'aimerais bien avoir un compte rendu q:^) !

mercredi 8 février 2006

Tant-BourrinLes bons trucs de Tant-Bourrin

Ce billet s'adresse à vous, frères salariés, qui trimez du matin au soir pour un salaire de misère, au taquet dès sept heures du matin et qui ne relâchez la pression qu'à vingt et une heures passées. (Saoul-Fifre, en tant que travailleur autonome, tu n'es pas concerné, tu peux retourner à tes semis de luzerne)

Oui, vous qui vous usez la santé pour un employeur qui saura bien vous manifester sa gratitude en vous flanquant à la porte comme un malpropre le jour où il n'aura plus besoin de vous.

Bref, vous qui passez vos journées entières devant un écran d'ordi et ne trouvez plus le temps de vous occuper de votre blog.

Vous vous apercevez un jour que vous n'avez rien de prêt pour votre billet du lendemain, mais vous êtes scotché au boulot jusqu'à une heure vraisemblablement plus qu'indue. Vous aimeriez bien, entre deux coups de fil, prendre cinq minutes sur votre temps de travail pour torcher un mauvais billet vite fait (votre piètre lectorat mérite-t-il de toute façon mieux que ça ?).

Mais voilà : la configuration de votre bureau est toute pourrite : vous êtes assis de trois quarts dos par rapport à la porte. Toute personne surgissant dans l'encadrement de celle-ci a donc une vision certes imparfaite car oblique, mais vision tout de même sur votre écran.

Dans ces conditions, comment faire pour préparer votre billet discrètement tout en donnant une impression d'activité professionnelle intense ?

On peut certes taper son billet au beau milieu du document Word vachement important sur lequel vous travaillez d'arrache-pied depuis trois jours, mais il faut alors être extrêmement prudent quand, le billet fini, on en fait un couper/couper pour l'insérer dans son blog.

Il faut en effet prendre garde à ne point laisser traîner quelques scories dans votre document Word d'origine : mon directeur a ainsi été relativement surpris de tomber, il y a quelque temps, sur la formule suivante dans une de mes notes, destinée au Conseil d'Administration : "l'organisation transverse et la recherche systématique de synergies améliorent les paramètres opérationnels du projet dans ton cul" (il faut dire que je venais de préparer ce billet). J'avoue que cela m'a valu alors quelques menus soucis.

Voilà pourquoi j'ai développé depuis lors une autre technique beaucoup plus sûre, quoi que fort simple, dont je vais vous faire profiter...

Appelons ça la technique du caméléon.

L'idée de base est de préparer votre billet non pas directement sur votre blog (les connexions internet peuvent être fliquées, soyez prudents !), mais dans un simple fichier texte que vous n'aurez plus qu'à copier dans votre blog, le soir, à la maison.

Ouvrez un document de travail hyper sérieux de la mort qui déchire sa race, document sur lequel vous allez être censé travailler.

Ouvrez ensuite votre bloc-note, et dimensionnez la fenêtre pour la ramener à une taille toute riquiqui. Voilà, parfait.

Vous constatez alors un léger problème : la petite fenêtre de votre bloc-note reste trop visible à l'oeil nu. En particulier, la barre de titre (d'un bleu très foncé en général), tranche bien trop sur votre document de travail en arrière-plan.

Lancez alors l'opération camouflage : allez dans votre panneau de configuration, choisissez "affichage", puis "apparence", et choisissez une couleur, pour la barre de titre active, similaire à celle du fond de votre document (blanc en général). Vous pouvez également éclaircir la nuance de gris utilisée pour les menus, l'ascenceur, etc.

Pour peaufiner le camouflage, masquez la barre des tâches de Windows, positionnez la fenêtre du bloc-note sur le côté de l'écran le plus éloigné de la porte... et voilà !

Cliquez sur l'image pour l'agrandir sauf si vous êtes presbyte

Vous pouvez désormais travailler tranquillement sur votre fichier texte : on ne voit quasiment rien à distance. Gardez néanmoins toujours le pouce gauche à proximité de la touche "Alt". Si quelqu'un s'approche trop de vous, il vous sera plus aisé de faire un "Alt"+"tab" rapide et discret qui fera disparaître votre fenêtre bloc-note en arrière-plan.

Vous n'aurez donc plus d'excuse pour ne pas livrer au monde entier le fruit quotidien de vos pensées les plus profondes.

Merci qui ? Merci Blogborygmes !

mardi 7 février 2006

Saoul-FifreLance tes dégoûts, gueule II

Bon vous avez l'habitude, ce sont les requêtes que des malades tapent sur Google, et qui les font arriver chez d'autres malades, à savoir : nous . La première fournée est . Celle ci-dessous est particulièrement cochonne. J'ai pas tout mis, vous iriez croire que le cul représente le principal pôle d'intérêt de nos concitoyens/hyènes ? Alors que c'est simplement le sexe...

Soupe de boudin périgourdine

Bligwleurtxyfnol. Gulp. Rheu... il faut tuer qui, là, pour avoir la recette 8-P ?

Jeux qui crèvent les nichons

Ha non, ici, c'est les jeux qui déchirent leur race.

Le site des connards

Je vous en prie. Donnez-vous donc la peine d'entrer...

Comment faire pour calmer lorsqu'on est tort

On respire profondément. On prend de VRAIES vacances. On laisse décanter la carafe.

Poème sur la gastro

Un texte super chié, qui dégageait un max. Les mots coulaient, jaillissaient en une explosion multicolore et embaumée...

Tu t'en vas d'alain barrière

C'est ça : va-t'en d'alain barrière !

Société ou solitude de l'iguane des galapagos

C'est ton choix...

Qu'est-ce que le coma idyllique

Je suis pas en état de vous répondre.

Blogs des photos de zobs

Pas de ça chez nous. Ici, nous nous appliquons à ne vexer personne.

Eclatement vaisseaux sanguins dans la tête

Ha, c'était pas une rafale de mitraillette ?

Chat nettoyage plaie purulente

Aide votre chat à renforcer la résistance de son organisme. Recommandé par les éleveurs professionnels.

Je suis un gueulard

Ouais ben moi, je suis pas sourd !

Soirée poufiasses

Oui ? Il vous en faut combien ?

Les gens jaloux de l'amour des autres

C'est caca. Chacun son cucul.

E-mail Emmanuelle Béart

emmanuelle@beart.conne

Queue trop grosse

Hola hola, tu vas pas faire ta chochotte ?

Arrosage vacances cannabis

Deux seaux d'eau par pied et par jour. Arrêter 15 jours avant la récolte.

Tripote-moi la vulve

On est jamais si bien servie que par soi-même.

C'est quoi le traumatisme de naissance

Ha, Tant-Bourrin est absent, c'est lui qui aurait pu vous donner son témoignage...

Nue dans du cassoulet

Margotte, écoute, je viens d'avoir une idée, pour mon cadeau d'anniversaire !

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 >