Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 21 décembre 2005

Tant-BourrinFirmin

Saoul-Fifre clame partout que je ne suis qu'un affreux Parigot-tête-de-veau qui ne connait rien à la vie des bouseux agricole : c'est faux, archi-faux, et je vais vous en délivrer ici la preuve !

Voici en effet un texte de chanson que j'ai écrit il y a quelques années et dont l'action décrie décrit avec force précision la saison des amours à la campagne.

Ce texte, fortement inspiré par l'univers rustique de l'immense Ricet Barrier, n'a jamais trouvé de compositeur à sa mesure (à vrai dire, ils m'ont tous soutenu que mon texte, c'était de la merde en barre), alors avis aux amateurs !

En attendant, qui osera encore affirmer que je ne connais rien à la vie des bêtes bouseux agriculteurs ?

Lire la suite

mardi 20 décembre 2005

Saoul-FifreViols en réunion avec récidive

Ces cons de jeunes ! Ils ne pensent qu'à niquer. Cette année, les couvées ayant bien marché, je me retrouve envahi de volaille, mais ça, je vous l'ai déjà dit , je crois ? Et il y avait une très nette dominante de mâles, parmi les poussins. C'est précoce, ces petites bêtes-là, ils mettent très vite leurs signes extérieurs de masculinité en évidence.

Leur beau plumage. Oui, chez les gallinacés, ce sont les hommes qui sont coquets, adorent les couleurs vives et se ruinent en fringues. Leurs compagnes arborent un aspect modeste et discret qui n'est pas sans me rappeler celui de ma mère, qui ne quittait pas de toute la sainte journée sa blouse informe ras de cou en nylon bleu marine délavé. Vous l'avez compris : mes poules ne s'habillent pas comme des poules. Pas de ça chez moi.

Leur crête, leurs barbillons, leurs oreillons. Enfin, tous ces trucs rouges et plus ou moins turgescents qu'ils ont sur la tête. Plus c'est rouge foncé, plus ils ont le caractère sanguin. J'en ai 2 qui ont la triple crête, ce sont les plus vindicatifs.

Leurs ergots. Eux sont trop jeunes pour en avoir, ça ne pousse que vers un ou deux ans. C'est un résidu d'un cinquième doigt, placé très haut sur la patte, dirigé vers l'arrière, autant dire qu'il ne sert à rien. Mais il est muni d'un ongle, qui pousse et qui peut atteindre des dimensions respectables, qui est du plus bel effet. C'est la première chose que regarde une poule, quand elle repère un coq.

Et puis leur comportement. Très sexué. Leur méthode de séduction est primaire, ils abordent leur sœur, leur mère, leur tante, leur grand-mère, enfin tout ce qui ne porte pas la bonne grosse crête des familles, en lui disant : "Je ne suis qu'un zob, cédez !", et il lui saute sur le dos, sans plus de préliminaires. Les frèrots, pressentant la vieille histoire de cul bien sympathique, bien incestueuse, bien chaudasse, rappliquent aussitôt et sautent eux aussi sur la malheureuse. Un peu pour aider, et beaucoup pour en profiter, si possible. En principe, à cet instant, le patriarche arrive, attiré par le boucan. Il a encore un peu d'autorité, il a des ergots, lui, il a juste à s'approcher, à donner un petit coup de bec, peut-être, et la bande de jeunes à eux tout seuls s'égaille. Le chef incontesté, auréolé de son charisme, prend alors noblement et calmement la place abandonnée par les petits cons et honore sans se presser la poulette soumise. Lui, il a le droit.

Ça, c'est la théorie. Car, en pratique, ces jeunes cons n'arrêtent pas de la journée. Ils ne pensent qu'à tremper leur zgueigue ! Tout le temps. Manger, ils s'en foutent. Par contre, ils aiment bien l'heure où je lance le grain parce que ça fait rappliquer les poules qui avaient réussi à trouver un coin tranquille. L'heure de la cantine, c'est l'heure où qu'on pine, pour eux. Ce sont des obsédés, des monomaniaques, ils sont maigres, ils ont les yeux injectés de sang, la crête prête à exploser, ils n'éjaculent plus que du sucre en poudre, mais ils veulent encore saupoudrer ! Les poules sont saturées, dès qu'elles voient un mâle, elles poussent un cri horrifié, s'étranglent d'angoisse et prennent leurs pattes à leur cou. Un truc à peu près efficace, pour celles qui savent voler, c'est de se percher. Mais il y a des coquelets que l'idée d'une position acrobatique coquine à la barre fixe n'effraie pas le moins du monde. Enfin, confrontées à ces instincts musclés, ayant abondamment fait leurs preuves durant des périodes pluri-millénaires, les filles ont beaucoup de mal à éviter la casserole. Et surtout la queue de la casserole.

Bon, ces excités de petits coqs manquent totalement de romantisme, c'est un fait, mais mettez-vous à leur place ? Vous avez déjà vu une poule ? Vous avez remarqué qu'elle passe sa vie le nez au ras de la moquette, faisant semblant de chercher quelque chose par terre ? Et ses fesses volumineuses, tendues vers le plafond ? Et le croupion frétillant ? Hein ? Elle les cherche. Ha ben si, elle les cherche quand même un peu, faut pas exagérer... Elle a une queue, elle pourrait s'en servir comme d'une petite jupette pour cacher tout ça, mais bernique... Bon, je ne me pose pas en moraliste de poulailler, hein, mais je trouve juste mes poules stressées, d'ici à ce qu'elles me pondent des œufs en forme de cigares, il n'y a pas loin. Alors l'autre nuit, j'ai embauché Margotte et on est allé faire une razzia nocturne avec discrimination sexuelle : neuf coqs en prison tout confort pour qu'ils engraissent avant le sacrifice. Nourriture à volonté, parcours herbeux, elle est pas belle la vie ? Non, elle est pas belle. Il y manque désormais la poule, sa plus belle parure, son Alpha et son Oméga, son zénith, sa raison d'être...

...alors, ils se grimpent dessus entre eux. C'est ça aussi, la prison.

Mais surtout qu'ils ne se plaignent pas ! Pour leurs nombreux crimes avec préméditation, absence totale de remords et désir forcené de recommencer, j'aurais pu les condamner à la castration chirurgicale et en faire des chapons !

lundi 19 décembre 2005

Tant-BourrinLe vieux clown et la mort

Face au miroir, il ne voit qu'un vieillard épuisé.

Le teint blafard.

Et pourtant, il y a longtemps qu'il ne s'enduit plus la face de poudre de riz, comme quand il s'agissait d'entrer en piste et de faire rire les petits et les grands.

Longtemps qu'il ne met plus son gros nez rouge pour entomater son visage.

Longtemps que ses joues rondes se sont creusées, que son front s'est raviné, que ses cheveux couleur de feu se sont éteints.

Oui, si longtemps que sa tenue de scène est remisée dans un grenier poussiéreux. Son chapeau pointu, sa veste verte, son énorme noeud papillon ne seront plus portés. Seules quelques mites s'y intéressent peut-être encore.

Désormais, dans cette maison de retraite sordide, seul un pyjama défraîchi suffit à l'habiller. Il n'a plus d'yeux d'enfants à illuminer, plus de sourires à ensemencer, plus d'applaudissements à faire tonner. Il sent se refermer le chapiteau de sa vie. A jamais.

Bianca, sa vieille jument, ne trottera plus : il a fallu l'abattre voici plus de dix ans, tant elle était décharnée, à bout de force, en attente du grand néant cotonneux. Son vieux chat Ratibus s'est fait écraser par une automobile il y a déjà bien longtemps aussi. Et Pip'lett, sa perruche, ne s'est pas réveillée d'une nuit sans rêve...

Il n'y aura plus d'animaux à ses côtés. La parade est finie. Les projecteurs sont éteints.

Eteints surtout depuis ce jour où Laura l'a quitté. Laura, qui là-haut, sur son fil, ballerine de l'éther, semblait ne pas être de ce monde. Laura pour qui battaient tous les coeurs. Laura...

Laura et cette terrible chute dont elle ne se remit jamais vraiment. Laura qui quitta le cirque. Laura qui sombra dans l'alcool. Laura qui finit par fermer ses yeux à jamais, le corps empli de métastases...

Le vieillard au visage blafard pleure dans le miroir.
Pleure sur un passé vagabond de ris et de joies.
Pleure sur la plaie purulente de ses amitiés tombales.
Pleure sur les enfants grandis trop vite.
Ces enfants qu'il faisait rire hier.
Ces enfants devenus employés, chefs d'entreprise, chômeurs, boutiquiers, clochards, cadres commerciaux, pédophiles, traders, criminels, femmes au foyer, hommes politiques, routiers, gardiens de prison, assureurs,...
Ces enfants devenus adultes.
Tristement adultes.
Et qui ne rient plus aux pirouettes d'un clown fatigué.

Il sait que c'est fini. Qu'il n'a plus rien à attendre.

Mais, peu à peu, derrière le goût salé des larmes, lui vient une envie, l'envie ultime, sa dernière envie.

Non, il ne se laissera pas cueillir par la mort les yeux rougis de chagrin. Il se couvrira à nouveau la face de poudre de riz. Il s'entomatera le visage de son gros nez rouge. Il ressortira sa tenue de scène.

Et quand la mort viendra et lui dira "suis-moi, Kiri", il saura lui arracher un sourire à force de pirouettes.

Peut-être la mort a-t-elle gardé une âme d'enfant ?


Kiri le clown est revenu sur France5 depuis le 17 décembre. Mais il s'agit d'un ersatz, d'une nouvelle série réalisée en animation 3D, avec un nouveau générique. Un pâle clonage. Car pour le vrai Kiri, il est trop tard...

dimanche 18 décembre 2005

Saoul-FifreSphèriture du cube

Je pense que vous n'auriez jamais eu droit à ce texte, que je trouve un peu simplet, mais la concordance avec le superbe billet d'hier de Tant-Bourrin m'a fait craquer. Désolé.
Petit détail pour les djeuns : André Frossard a été résistant, journaliste au Figaro, et est surtout connu pour sa conversion tardive et son livre "Dieu existe : je l'ai rencontré".

Lire la suite

samedi 17 décembre 2005

Tant-BourrinUne histoire certifiée vraie

Voici une petite histoire vraie, un souvenir de souvenirs, telle que me l'avait racontée mon pauvre père il y a environ un tiers de siècle, lorsque j'avais une dizaine d'années, et qui nous ramène bien plus loin encore dans le temps, lorsque lui-même était gamin.

Mon père était né en 1922, les événements qui suivent ont donc dû se dérouler au coeur des années 30, dans la banlieue ouvrière de Bordeaux.

Mon père, gamin, jouait au basket. En amateur, bien entendu : pour qui l'a connu, lui qui allait culminer à 1m76 et frôler, sur la fin de sa vie, les 100 kg, il serait difficile de l'imaginer jouant en NBA.

Un jour de printemps (1934 ? 1935 ?), il jouait au basket avec quelques camarades de l'école, garçons et filles. Pour la petite anecdote, il y avait d'ailleurs parmi les filles celle qui deviendra quelques décennies plus tard maire (communiste, comme il se doit) de la banlieue ouvrière en question et présidente de l'association des maires communistes de France.

Et voilà qu'un prof, passant près du terrain et voyant les petits jeunes en train de jouer (les petites jeunettes, surtout), se pique de vouloir entrer dans le jeu pour montrer qu'au-delà du prof, il y a un grand et brillant athlète qui sommeille en lui. Bref, il veut faire son beau.

Evidemment, avec pas mal d'années de plus que ses adversaires, avec une taille d'adulte face à des gamins, il n'a aucun mal à s'imposer, à enquiller des paniers, bref à flamber devant les filles.

Et c'est là que tout allait se basculer. Alors que le prof se la pétait de plus en plus, mon père, estimant que ça suffisait comme ça, lui fit volontairement une passe un peu sèche à hauteur de ses chevilles en pleine course, ce qui eut pour effet immédiat de le ramener à la dure réalité du terrain. En d'autres termes, le prof fit un remarquable valdingue et s'étala piteusement devant ses jeunes admiratrices.

Blessé avant tout dans son amour-propre, le prof quitta la partie, non sans avoir proféré à l'adresse de mon père ces quelques paroles menaçantes : "vous, je vous retrouverai"...


Quelques mois plus tard, avait lieu un événement important : il fallait passer le certificat d'étude, ce bon vieux certif qui, pour mon père comme pour la plus grande partie de ses camarades de classe, allait marquer la fin des études avant l'entrée dans la vie professionnelle. Eh oui, à cette époque, dans les milieux modestes, il fallait commencer à trimer jeune pour faire bouillir la marmite, pas question de poursuivre des études ad vitam aeternam.

Mon père, plutôt bon élève, n'était pas trop inquiet avant l'interrogation orale d'arithmétique : il était plutôt doué en la matière.

Mais voilà, en entrant dans la salle pour être interrogé, c'est le choc : l'examinateur n'est autre que - vous l'avez bien sûr deviné - le fameux prof que mon père avait aidé quelques mois plus tôt à progresser dans l'épreuve du plongeon artistique sur terrain de basket.

Suée froide.

Le prof, lui, est impassible. Peut-être a-t-il oublié cet épisode fâcheux ?

"Bien. Voilà l'exercice : vous allez construire à la règle et au compas un carré dont la surface est égale à celle d'un cercle donné. Je vous laisse dix minutes."

Inutile de préciser que ces dix minutes furent une terrible éternité pour mon père. Les suées froides se transformèrent bientôt en grosses gouttes. Une terrible anxiété lui tordait les tripes, car il ne voyait même pas comment aborder le problème. Cette fois, c'était la fin, le zéro pointé, le certif loupé...

Evidemment, vous l'avez déjà compris : le petit exercice en question n'est autre que celui - fameux - de la quadrature du cercle, parfaitement insoluble puisque Pi n'est pas un nombre algébrique.

A l'issue des dix minutes, le prof, petit sourire au coin des lèvres, prit la parole et dit à mon père tétanisé : "vous voyez, je vous l'avais dit que je vous retrouverai... (silence)... Bon, allez, vous êtes bon élève, je vous mets 19/20"...

Le prof était peut-être revanchard, mais il avait oublié d'être con.


Et c'est ainsi que je peux aujourd'hui clamer haut et fort avec fierté que je suis le fils d'un type qui a eu 19/20 en arithmétiques à son certificat d'études en planchant sur la quadrature du cercle.

Ça le fait, non ?

vendredi 16 décembre 2005

Saoul-FifreColis-surprise

Matino, le missiveur du quartier
sur son beau biciclo pététon,
rasé, fonctionnavé de frais,
m'a jeté un paquet su'l' peton.

J'ai engueulavé cet amoindri,
j'y ai chouravé son guidon,
j'y ai fait lécher mes panaris,
et supplier dix-sept fois pardon.

Il a rampé jusqu'au véli-vélo,
s'est mis à pédalader à fond,
moi, j'trouvais ça riragolo,
mais derrière, j'entendis mon blason.

C'était le colis qui blablatait
comme quoi j'étais un grand énerveux,
que les brutes qui se tempêtaient,
c'est qu'ils étaient malbonheureux...

Que lui, dans son indigénie,
au pays des polis costaux,
les gronchons ne font pas un pli :
ils se retrouvent désopilos.

Il m'a racontiné que là-bas,
ils boivent du vin condensé
qui coulisse des grobinets
et qui fait valser la samba.

Les mômes étudent à chantouner
en esgourdant les hirondelles,
et ils prennent pas de fessées
si on les voit se rouler des pelles.

Quand il manque un peu de courant,
on dresse le grimpe-au-toit,
on régule la machine à vent,
on y met de la graisse d'oie...

Pour les légumes et la verdure,
on a un troupeau de bestioles,
elles nous font la fumure,
le lait, la viande-à-casserole...

On montage nos lits, nos roues,
on musique sur des roseaux,
on fait des cabanes aux hiboux,
on se torche avec les impots.

Maintenant, si tu veux t'y pointer,
va t'falloir flairer un moment,
c'est pas près des caves à banquiers,
ni des keufs et leur fourniment.

La télé, l'auto, le ronron,
c'est pas si tranquilo que ça,
dans bombe à neutrons, ya "étron",
enfin, c'est toi qui vois...

Et le colis explosionna.

jeudi 15 décembre 2005

Tant-BourrinLa très aventureuse vie du Chevalier de Tant-Bourrin et de son écuyer Saoul-Fifre (Chapitre V)

(lecture préalable des chapitres I, II, III et IV conseillée)

Où le Chevalier de Tant-Bourrin vit de sombres heures

XIIIème siècle après Jésus-Christ - Quelque part dans le Royaume de France

Le cortège cheminait sur la route qui se nuait en poussière.

En tête, sur son blanc destrier, le Chevalier Hippobert Canasson de Tant-Bourrin, son aura quelque peu défraîchie après ses récentes aventures. Derrière lui, son fidèle écuyer Saoul-Fifre, qui se nuait en mouches.

Bien sûr, la situation du Chevalier s'était quelque peu améliorée depuis la fin du précédent épisode. Un forgeron avait pu débloquer la situation. Celui-ci n'avait eu d'autre recours que de découper toutes les articulations de l'armure. Le Chevalier en avait recouvré sa liberté de mouvement, mais perdu le peu d'allure qu'il lui restait : de son armure déstructurée ne subsistaient que des bouts de tuyau bringuebalant autour de sa poitrine, de ses bras, de ses jambes, tels d'énormes bracelets de métal.

Et en sus, le Chevalier commençait à broyer du noir. Lui qui sentait que son destin était d'être le sauveur du monde se désespérait du manque d'aventures dignes de son rang.

Et rongeant son frein, dans l'espoir de voir quelque malfaisant ou quelque monstre surgir des fourrés qui lui donneraient l'occasion de prouver sa valeur de noble Chevalier, il cheminait donc.

Rectification : en l'occurrence, il ne cheminait plus, il était arrêté sur le chemin, regardant vers les fourrés qui le bordaient. Saoul-Fifre n'était plus sur sa bourrique miteuse et semblait avoir disparu. Que s'était-il donc passé durant le court instant où nous les avons quittés des yeux ? Serait-ce le début d'une grande aventure ? Un monstre se tapirait-il donc vraiment dans ces fourrés ? Approchons-nous et écoutons...

Lire la suite

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 >