Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 28 octobre 2006

ManouBlues




Il se contrôle lui-même

Il part et il arrive à l’heure

Envers et contre tout, il fait son job

Réfléchir c’est désobéir, dit-il

Lasse, je lui réponds « mentir c’est quelquefois survivre »


Entre l’individuel et le commun

Entre la poire et le fromage

J’avais souvent du mal à comprendre ma place


En désintox du couple infernal boulot/micro, je ne répondrai à vos coms qu'à partir de jeudi.

vendredi 27 octobre 2006

Tant-BourrinRave chaude

Vu que le Souf' et la Manou se sont déjà livrés tous deux à l'exercice (et avec quel talent !), j'ai pleutrement décidé de transmettre le bâton merdouilleux à mon ancêtre, le Chevalier Hippobert Canasson de Tant-Bourrin, dont vous avez pu suivre les aventures sur ce blog (lecture des chapitres I, II, III, IV, V, VI, VII, VIII, IX et X conseillée - Test de connaissances optionnel).

Vas-y arrière-arrière-arrière-grand-papy, c'est à toi...

Lire la suite

jeudi 26 octobre 2006

ManouLa joueuse de go (Shan sa)

Un extrait de « la joueuse de go ». L’auteur, San Sha, est une chinoise venue s’installer en France en 1990. Elle écrit ce livre en français. Des phrases courtes. Un style particulièrement imagé.

« Au fur et à mesure que je découvre le corps de Min, centimètre par centimètre, il devient une terre infinie. Je l’explore, j’écoute le soupir de sa peau, je lis la carte de ses veines. Nous inventons des jeux subtils. Avec le bout de ma langue, je dessine des caractères sur sa poitrine pour qu’il les devine. J’offre mon ventre à sa bouche, mon sein à son front. Min rampe sur moi en position de prière, à chaque mouvement, il doit réciter un poème. Ses cheveux me chatouillent et me font rire. Pour me punir de ma moquerie, il entre brusquement en moi. C’est le monde qui se déchire. Ma vue se trouble, mes oreilles bourdonnent. J’enfonce mes doigts dans mes cheveux, je mords le coin du drap. Les yeux fermés, j’entrevois dans les ténèbres les couleurs vives d’immenses drapeaux qu’on agite. Des contours se forment et se déforment, des êtres surgissent et s’évanouissent. Je vais mourir. Soudain j’ai l’impression d’être double. Une partie de moi-même me quitte et flotte en l’air. Elle me contemple, m’écoute gémir, râler. Puis en s’élevant, elle disparaît vers une hauteur inconnue, oiseau franchissant le col d’une montagne. Je ne l’aperçois plus. »

Tout le livre n'est pas aussi voluptueux puisqu'en toile de fond est décrite l'invasion de la Mandchourie par le Japon. L'héroïne principale s'échappe de sa famille rigide par le jeu de go. Lors de ces parties en plein air elle rencontrera un espion japonais.

mercredi 25 octobre 2006

Tant-BourrinGerbe d'or

Avez-vous apprécié ce repas dispendieux
Mais divin, chère amie ? Ce petit vin d'Alsace,
Tous ces mets délicats et ces desserts, tudieu !
Mais qu'avez-vous, chérie, pourquoi cette grimace ?
Vous n'allez tout de même pas gerber, ô mon Dieu,
Ce repas hors de prix tout droit sur mes godasses ?



Moralité :
Z'allez pas vomir ça là, là, là, là, là ?
Z'allez pas vomir ça là, là, là, là, là ?
Z'allez pas vomir ça là, là, là, là, là ?




Tout en délicatesse, isn't it ?

mardi 24 octobre 2006

Saoul-FifreChassez, mais sans glier, SVP ?

J'étais avachi sur le siège de mon tracteur et je regardais un documentaire interactif sur les labours d'Automne dans la France profonde. Ou l'inverse, je ne sais plus. Impressionnantes, ces nouvelles techniques 3D, on s'y croirait ! L'odeur du gas-oil, les vibrations du gros diésel soviétique, les flash-backs au bout de chaque raie de charrue... Putain, même les hirondelles qui profitaient du remue-ménage que je causais au biotope pour se gaver de moucherons. Tout y était, de la belle ouvrage, comme dans la vraie vie. Il ne manquait que des cubes de lard enveloppés dans des papiers-chocolat multicolores et un grand verre de lait de mâle kangourou (Pascal n'est pas là, j'emprunte son créneau sans façons) pour que mon bonheur soit complet. D'un autre côté, je ne prends jamais l'apéro tout en conduisant le tracteur.

On était peut-être vraiment dans la vraie vie, finalement ?

Une famille de sangliers traversa le champ juste sous mon nez. Subjugué, je mis au point mort (pour mettre en pause la Playstation, appuyer sur "Start", je sais c'est débile, et pour éteindre votre PC, aller dans le menu "démarrer"). Ça galopait ferme, comme si leur vie en dépendait. Leur vie en dépendait : je venais de voir une voiture de chasseurs se garer un peu plus loin, peu auparavant. La mère obliqua sur la gauche, suivie de ses 7 petits, déjà bien grandelets. Ils ne portaient pas la "livrée", cette fourrure rayée que les marcassins perdent avant la fin de leur première année. De toute façon, ça ne voulait rien dire, ceux-là étaient des croisés, des hybrides, des "cochongliers" ou des "sanglochons" : une laie sanglier pure ne fait pas plus de 3 ou 4 petits. Et les marcassins croisés n'ont pas de rayures. Et ne portent pas non plus de mocassins de marque, ce qui aurait pu expliquer leur nom, mais il va nous falloir chercher l'étymologie autre part. Les 3 accompagnants bifurquèrent vers la droite, dans un petit bois, pour semer les chiens, mais le 3 ième fila encore dans une autre direction. Les accompagnants sont des adultes, mâles ou femelles, qui s'intègrent à une harde par peur de la solitude. Une sœur de la mère qui n'a pas été prise cette année, un jeune mâle de l'année dernière, le père, des fois, s'il promet d'être sage et de ne pas emmerder les femelles... La stratégie du groupe semble être de ne pas mettre tous leurs gênes dans le même piège. Chacun pour soi, et les survivants se retrouvent où vous savez.

Les chasseurs arrivent dans le bosquet, sur les traces de leurs klébards. Un coup de feu claque. Je rentre instinctivement la tête dans les épaules. L'histoire des Panou-panous me revient en mémoire. C'est marrant, à cet instant précis, elle ne me fait plus rire du tout. Les mecs exultent, ou insultent leurs chiens, ou les exhortent, je comprends pas trop leurs beuglements approximatifs. Un jeune déboule du couvert à toute allure, l'air de vouloir battre son propre record de 100 m départ élancé. Il a dû voir son pôte s'avaler une bastos, mais n'est pas du tout, mais alors pas du tout jaloux de ne pas avoir été associé à la distribution de friandises. Il tricote des jambons et trace aussi vite qu'il peut vers un abri de chênes kermès un peu plus loin. Les chasseurs ne l'ont certainement pas vu, mais le problème, c'est les chiens. C'est pas des chiens de coussin à leur mémère ! Ils ont l'aboiement caractéristique des chiens à sangliers sélectionnés pour leur courage. Ils sont pas prêts de leur lâcher la grappe. Et tel chien, tel maître. Je les ai reconnus : ce sont mes voisins viandards, ils ne lâchent le morceau que tué, mariné, cuisiné, digéré !

Je les vois se consulter près de la bagnole quand tout à coup, ils appellent les klebs et se mettent à courir. Ils ont dû en repérer un qui s'enfuyait. Le fusil pète un bon coup, l'odeur devait être meurtrière car ils remontent en se transbahutant à deux un cadavre. J'ai fini de disquer mon morceau et en partant, je passe près d'eux :

- Alors, ça fait boum ?

- On en a fait deux, l'autre on l'a blessé, il est quelque part dans la baragne...

- Ça tombe impec : on est trois, ça nous en fera un chacun ?

Ils se détournent, l'air sombre, et foncent dans les ronces. 'tain, ceux-là, pour leur arracher un sourire, il faut le leur sculpter au rasoir ? Je sens que je gène, je ne m'attarde pas...

Le soir à table, mon fils aîné nous raconte qu'il a vu un sanglier mort dans un fossé au bord de la route.

- Quoi ? Où ça ? C'était pas dans le virage de Fenière ?

- Ben ouais... Pourquoi ?

- Je sais lequel c'était ! C'est celui que les autres nuls des Grandes Bories ils ont blessé ! Qu'est-ce que t'as fait ?

- Ben j'ai fait demi-tour au prochain rond-point et quand je suis arrivé, y avait des mecs en fourgon avec les warnings, qui le chargeaient, le sanglier.

- Mais t'es vraiment le roi des mous ! Tu vois un sanglier mort, tu piles, tu le charges, tu me l'amènes, on le dépèce, et on le met au congèle, bordel ! Me refais pas 2 fois ce coup là, hein q:^) ?

- Enfin, c'est toujours les 2 autres charognards qui l'auront pas eu...

lundi 23 octobre 2006

ManouNe brisons pas nos chaînes



(cette récente photo d'identité s'auto-détruira dans les 24 heures)

J'aime les patates douces, Carmen Cru a toujours été une de mes idoles et je ne refuse jamais une idée de billet.



1) Attrapez le livre le plus proche, allez à la page 18 et écrivez la 4ème ligne:

C'est con mais la page 18 est blanche.

2) Sans vérifier, quelle heure est-il?

20h50.

3) Vérifiez:

Non.

4) Que portez-vous?

Rien, aujourd’hui ce n’est pas moi qui porte. C’est le jour du seigneur.

5) Avant de répondre à ce questionnaire, que regardiez-vous ?

La clé USB qui est par terre.

6) Quel bruit entendez-vous à part celui de l'ordinateur ?

Un avion, la pluie, des pas dans l’escalier.

7) Quand êtes-vous sortie la dernière fois, qu'avez-vous fait ?

Cet après-midi pour retirer de l’argent. V me rackette.

8) Avez-vous rêvé cette nuit ?

Oui, mais mon rêve était à tiroirs multiples et irracontable.

9) Quand avez-vous ri la dernière fois ?

Je suis en pleine crise de fou-rire nerveux.

10) Qu'y a t'il sur les murs de la pièce où vous êtes?

Un dessin de V, une bibliothèque, des tableaux de mon parrain, une peinture indienne sur soie.

11) Si vous deveniez multimillionnaire dans la nuit, quelle est la première chose que vous achèteriez?

Ben rien, justement.

12) Quel est le dernier film que vous ayez vu ?

« Talons aiguilles », pour la énième fois.

13) Avez-vous vu quelque chose d'étrange aujourd'hui ?

M a passé l’aspirateur dans sa chambre. J'en suis extrêmement déstabilisée.

14) Que pensez-vous de ce questionnaire ?

Moi ?

15) Dites-nous quelque chose de vous que ne savons pas encore :

Il y ai un peu trop de cérumen dans mon oreille droite.

16) Quel serait le prénom de votre enfant si c'était une fille ?

Oui.

17) Quel serait le prénom de votre enfant si c'était un garçon ?

Plutôt satisfaite.

18) Avez-vous déjà pensé à vivre à l'étranger ?

Ça, pour y penser, j’y ai pensé.

19) Que voudriez-vous que Dieu vous dise lorsque vous franchirez les portes du paradis ?

- C'était une blague.

20) Si vous pouviez changer quelque chose dans le monde en dehors de la culpabilité et la politique, que changeriez-vous?

Je ferais en sorte que personne ne puisse nuire à l’intégrité physique et mentale d’autrui. Areuh : )

21) Aimez-vous danser ?

Oui, et même quand je suis toute seule.

22) Georges Bush ?

Yes, I know …

23) Quelle est la dernière chose que vous ayez regardée à la télévision ?

L’écran, je crois.

24) Quelles sont les 4 personnes qui doivent prendre le relais sur leur blog ?

Que ceux qui se sentent visés n’hésitent surtout pas, et j'aimerais assez (on peut rêver) que Michou s'y colle.

dimanche 22 octobre 2006

Tant-BourrinSouvenances

Je me souviens du revers de la main que l'on frottait vigoureusement avec les phalanges de l'autre main avant d'en renifler l'odeur. Je me souviens que cela sentait une odeur d'allumette brûlée.

Je réalise que le fait d'être adulte ne m'empêche pas de le faire aujourd'hui encore. Je réalise que cela sent toujours la même odeur.



Je me souviens des affiches "1980 : Bordeaux sort de terre" assorties d'un dessin de ville futuriste. Je me souviens que je trouvais ça super. Je me souviens que 1980 me paraissait toutefois encore très loin en ce tout début des années 1970.

Je réalise que l'on a rasé le quartier populaire de Mériadeck pour en faire un froid quartier de bureaux, déjà mal vieillissant. Je réalise que 1980 me paraît très loin, mais dans le rétroviseur cette fois.



Je me souviens des "émissions pour la jeunesse" du jeudi après-midi. Je me souviens aussi de "Titus le petit lion", de "Minizup et Matouvu", de "l'autobus à impériale", de "Fifi Brindacier", de "Popeye", de "Bonne nuit, les petits", du "Manège enchanté". Je me souviens qu'on allait chez les voisins qui, eux, avaient un poste de télé, chose encore rare à l'époque.

Je réalise qu'il n'y a plus d'émissions pour la jeunesse aujourd'hui. Il n'y a plus que des émissions pour vendre des choses à la jeunesse avec force spots de pub racoleurs. Je réalise que j'ai eu de la chance d'échapper à ça.



Je me souviens de l'odeur de l'encre violette. Je me souviens des plumes Sergent-Major. Je me souviens que j'aimais leur redonner une seconde jeunesse purement cosmétique en leur passant un peu de crayon à papier dessus.

Je réalise que je vais passer pour un vieux croulant nostalgique en racontant tout ça.



Je me souviens de la vieille Aronde grise dans laquelle toute la famille embarquait à l'époque des vacances pour aller chez les grands-parents, dans le Gers. Je me souviens que, pour s'amuser en chemin, chacun choisissait une marque de voiture et comptait un point de plus quand on croisait un véhicule de la marque choisie. Je me souviens que c'était à qui pourrait choisir Renault ou Peugeot. Je me souviens que mon père prenait souvent les Mercedes, juste pour rigoler. Je me souviens que les deux heures de trajet passaient vite. Je me souviens aussi du dernier retour avec l'Aronde, du moteur qui fumait, des arrêts dans les fermes pour demander de l'eau, du bus que ma mère, ma soeur et moi avions pris pour rentrer plus vite à la maison, pendant que mon père et mes frères aînés continuaient leur périple automobile. Je me souviens qu'ils avaient mis dix heures pour faire les 130 km de trajet.

Je réalise que l'on devait être bougrement serrés, à six dans une Aronde avec tous les bagages. Je réalise que les trajets me paraissent beaucoup plus longs aujourd'hui, malgré les autoroutes et nos voitures modernes qui roulent tellement plus vite. Je réalise que je serais incapable de rejouer au jeu d'autrefois, infoutu que je suis d'identifier les voitures parmi les centaines de marques et de modèles, tous ressemblants, qui circulent aujourd'hui.



Je me souviens de la première supérette qui était passée en libre service dans le quartier où nous habitions. Je me souviens que cela me paraissait alors à peine imaginable que l'on puisse ainsi se servir directement dans les rayons.

Je réalise, dans la cohue des rayons du Carrefour du coin, que les petits épiciers de quartier qui vous servaient autrefois avaient du bon.



Je me souviens d'un jeu de sept familles basé sur différentes périodes de l'histoire : famille préhistoire, famille médiévale, etc. Je me souviens qu'il y avait une famille "an 2000" dont les membres étaient affublés de costumes tous plus extravagants les uns que les autres, pneumatiques ou moulants, avec casques, antennes et tout le toutim.

Je réalise la foi inébranlable que l'on avait à cette époque en des lendemains technologiques qui chantent. Je réalise que personne n'imaginait des milliers de SDF en l'an 2000. Je réalise aussi que le futur vu du passé balance souvent entre le grotesque et la poésie la plus pure.



Je me souviens de ma première visite à Paris. Je me souviens que c'était la tradition familiale de visiter ainsi une journée à la Capitale avec mon père, et que mes deux frères et ma soeur l'avaient fait avant moi. Je me souviens du train de nuit, de l'arrivée à l'aube et de cette journée chargée d'émotions face à la Tour Eiffel, aux Invalides, à l'Arc de Triomphe, au jardin des plantes, etc. Je me souviens que mes chaussures m'avaient mis les pieds en sang et que mon père m'avait acheté une paire de basket pour que ce soit plus confortable. Malgré cela, j'avais de toute façon des ailes aux pieds ce jour-là. Je me souviens du plaisir d'avoir mon père rien que pour moi tout un jour durant. Je me souviens enfin du retour vers 22 ou 23 h. Je me souviens que j'avais dormi jusqu'à 14 h le lendemain tant j'étais plein de fatigue et de bonheur.

Je réalise aujourd'hui que, le paternel travaillant alors à la SNCF, cette journée n'écornait pas trop le maigre budget familial. Je réalise que ce n'est pas avec de l'argent que l'on offre des souvenirs inoubliables aux enfants, mais en donnant de soi-même. Je réalise aussi que, maintenant que j'y vis, Paris a perdu toute sa magie à mes yeux.



Je me souviens de la lessive Ala aux enzymes gloutons. Je me souviens de la publicité qui les représentait sous forme de petits personnages jaunes et voraces et qui me fascinait.

Je réalise que la lessive Ala a depuis longtemps disparu, après un terrible flop commercial. Je réalise que les publicitaires d'alors savaient peut-être séduire les enfants, mais avaient de gros progrès à faire en terme d'efficacité de leurs campagnes.



Je me souviens de la chanson de Sheila "dans une heure" qui plaisait tant à ma soeur. Je me souviens des paroles "une heure, c'est court et c'est long" qui me faisaient beaucoup rire, car une heure, c'était terriblement long, quasiment une éternité.

Je réalise aujourd'hui que j'ai déjà vécu près de 390000 heures et que les quasi-éternités ne sont plus ce qu'elles étaient.



Je me souviens qu'en commençant la rédaction de ce billet, j'avais l'intention, tel Perec, de remonter à la surface des briques insignifiantes d'un passé oublié.

Je réalise, en me relisant, que j'ai dévié vers une tonalité nostalgico-nombriliste. Mais je réalise en même temps que je n'en ai rien à foutre ! :~p

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 >