Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 16 septembre 2014

Tant-BourrinJ'bloguais, j'blogue plus


J'bloguais, j'blogue plus

par Tant-Bourrin



J'bloguais, j'blogue plus
J'ai pas envie
C'est l'enthousiasme
Qui a merdu

J'bloguais, j'blogue plus
C'est quoi ce vide ?
Un bout d'la toile
Qui s'est perdu

C'était hier
J'apprenais au Souf' le maintien
J'incarnais le chic parisien

C'était hier
Je cavalois sur les chemyns
Le mien haschoir au creulx d'la main

J'bloguais, j'blogue plus
J'ai pas envie
C'est l'enthousiasme
Qui a merdu

J'bloguais, j'blogue plus
C'est quoi ce vide ?
Un bout d'la toile
Qui s'est perdu

C'était hier
Les produits dérivaient sans fin
Voguant du parfum au pare-faim

C'était hier
Moi, je chantais dans mon p'tit coin
Le seul endroit où je suis bien

C'était hier
J'allais changer notre destin
Ça a fini en jus d'boudin

C'était hier
Et je bloguais avec entrain
Maintenant j'en ai plein le train

J'bloguais, j'blogue plus
J'ai pas envie
C'est l'enthousiasme
Qui a merdu

J'bloguais, j'blogue plus
C'est quoi ce vide ?
Un bout d'la toile
Qui s'est perdu




P.S. : mille excuses à Yves Simon dont je me suis permis de massacrer ici une de ses plus belles chansons. Je ne recommencerai plus, promis ! :~)
P.P.S. : non, ne commencez pas à sortir les mouchoirs. C'est justement parce que l'envie de rebloguer un chouia m'est revenue que j'ai enfin produit ce billet, dont j'avais eu l'idée il y a plusieurs mois.
P.P.P.S : Prout !

mercredi 10 septembre 2014

BlutchBlutch, s'il te plait, dessine-moi une démocratie

Avertissement:
Ne vas pas croire que je puisse être chauvin de quelque façon que ce soit. Le multiculturalisme développe un esprit critique plus ravageur, parce que mieux renseigné.
Je ne vais certainement pas te parler des tares des Suisses: leur égoïsme, leur esprit de clocher, leur peur de l'inconnu et de l'étranger, leur avarisme, leur jalousie parce que ce sont les valeurs humaines les mieux partagées dans le monde. Si tu veux savoir comment sont faits les Suisses, tu regardes ton voisin, tu lui enlèves son béret basque, son ticket de PMU, sa baguette de pain et tu as un Suisse, ou peu s'en faut. Ah si, une chose encore, à l'apéro, tu remplaces le Ricard par un ballon de blanc ou une chope de bière. Et il ne te dira pas "Mais que fait le gouvernement", parce qu'il sait qu'il ne décide de rien par lui-même.
Ce Sidi, je sens toujours une vague d'incompréhension réciproque lorsqu'on parle du droit des citoyens. Alors, depuis le temps qu'on me demande de le faire, je vais te dessiner une Démocratie à la suisse.


Première époque

Bon, là tu vas me faire ramer pour t’expliquer ça. T'imagines un peu le fossé que tu devras franchir pour te nettoyer la tête de tout le fatras d'idées à la con sur ce simple mot... Tu vas me pourrir la vie en gardant en mémoire les pratiques de la raie publique gaulliste.
Ce serait tellement plus simple si tu avais brusquement une crise d’amnésie avant d'aborder le sujet.
Démocratie est un mot à sens multiples qui est généralement défini dans un pays par la pratique des gouvernants qui sont censés être sensés, mais dont les propos n'ont souvent pas d'autre sens que le sens de ceux qui le paient, et ça n'a aucun sens commun (ni dessus, ni dessous (merci Monsieur Raymond)).

Alors, première étape : Démocratie n’est pas un gargarisme pour politocards, quoi que tu puisses en penser en écoutant leurs discours.
C’est bien intégré ?

Un peu d'histoire : je devrais commencer par la Grèce qui est, parait-il, la plus vieille démocratie du monde, mais ça reste à démontrer, car il n'est pas prouvé que les hommes du Neandertal étaient menés par un chef de meute ayant pris le pouvoir en tapant sur la tête des autres. Ils pouvaient tout aussi bien avoir choisi leur chef, le tirer au sort ou fonctionner de façon libertaire, sans chef... Donc, ne préjugeons de rien.
D'autre part, il parait qu'en Grèce, ce n’était pas le pied rapport aux métèques qui n’étaient pas concernés par le droit de vote et même que les femmes étaient aussi dans la catégorie métèques. Et puis la démocratie grecque a pris quantité de sales coups dans son histoire. Pour mémoire, les derniers en date sont :
- 1967 avec la dictature des colonels (tu ne peux pas faire confiance à des militaires, même s'ils ont deux étoiles au képi (que celui qui a dit "surtout" se dénonce...))
- Le coup d'état par les phynanciers et leurs trois larbins: le FMI, la banque européenne et le conseil de l'Europe.

Pour les femmes, il faudra en faire une abstraction si on veut parler de démocratie, parce que ça ne va pas remonter très loin si on prend ce paramètre en considération… Alors on fait comme si en considérant que l’homme est seul maître à bord après Dieu…. Et sa femme.
Pour les métèques, c'est pareil, sauf qu'à bord ou pas, il restent dans la constante de n'avoir pas droit au Chapitre...

La plus vieille démocratie ininterrompue date de sept siècles.
Son histoire commence dans des contrées inhospitalières des Alpes, au nord du massif du Gothard. Un truc du genre Monts des Carpates, mais en plus haut et sans Dracula.
Charlemagne bouffait les pissenlits par la racine depuis quatre siècles. Une grosse partie de l’Europe était sous la botte des Habsbourg, Présidents autoproclamés du Saint-empire-romain-germanique (déjà à l’époque le curé était mieux coté à l’argus que le péquenot moyen), lorsque trois croquants…. fiers montagnards décidèrent qu’ils en avaient marre de payer des impôts à un seigneur qui n’était même pas foutu de venir les voir et de taper le carton avec eux.
Donc nos trois gaillards, Arnold le mec pâle , Wa-te-faire-foutre et Werner Chauffard (historiquement connu - mais non recensés sur face de bouc - sous leurs pseudos: Arnold de Melchtal, Walter Fürst et Werner Stauffacher) décidèrent que trop c’est trop et que les baillis méritaient juste un pied au cul pour les téléporter sur Vienne. Cette Suisse primitive manquant singulièrement de banques pour être crédible, ils s'appelèrent donc les Waldstätten.


Ils décidèrent, ce 1er août 1291, que si un se trouve dans la merde, les autres viendraient à son secours.
Tu vas rire, mais ce traité d’assistance a eu plus de chance que le franco-polonais d’avant 36…

Par contre, Rodolphe de Habs’ a très mal supporté le serment qu'ils firent sur la prairie du Grütli, puisqu’il est mort peu après (mais rien ne prouve que ce soit un dégât collatéral).
Ils ont aussi décidé que y avait marre d’avoir des chefs et qu’ils n’allaient pas remplacer les baillis par des petits dictateurs locaux. Que d’or et d’argent (merci Béru) ils allaient demander leur avis aux cochons de payeurs… aux habitants concernés.
Donc voilà nos trois lascars embringués dans une rébellion « vite » mâtée par le clampin qui a remplacé Rodolphe. Heu oui, mâtée, c’est du moins ce qu’il espérait parce que la réalité est parfois rude à avaler, et pour ce qui est de vite, je te laisse juge…. Pour te donner une vague idée de la situation : tu imagines une rébellion dans la Principauté d’Andorre, et que voulant la mâter, la France se ramasse trois pliées de suite, réparties sur 97 ans.
C’est donc ce qu’ont vécu les Habsbourg avec Morgarten en 1315, Sempach en 1386 et Näfels en 1388. Après cette dernière bataille les Autrichiens jetèrent l’éponge avant d’admettre qu’il y a un accroc indélébile à leur territoire.

Dans la foulée de cette rébellion, nos trois gugusses ont aboli le servage, déclarant tous les hommes libres et égaux. Tu vois que tes révolutionnaires français n’ont rien inventé…
Première abolition de l’esclavage dans le monde : 1291.
Je me rappelle encore de la tête des gars au bistrot à Altorf quand les trois zigs leur ont dit qu'ils allaient sur le pré, là-bas, signer un pacte d'assistance mutuel...
Y avait, pour sûrs, les enthousiastes, mais aussi les pisse-froids qui renaudaient que ce sont des fous, des illuminés, des provocateurs, des suicidaires; et même, injure suprême, des utopistes qui allaient se casser la gueule vite fait...

Mais Guillaume Tell venait de le prouver, le fier paysan des Alpes, aux bras noueux et aux mollets hypertrophiés n'a pas peur d'un bailli, fut-il autrichien.



« Donner wetter * Ich werde ihm zeigen, wer ist Guillaume ** »
avait-il dit en réarmant son arbalète après avoir transpercé la pomme.

C'est ainsi que les Waldstätten ont donc décidé de renvoyer le bailli Hermann Gessler au château de Hofburg pour y faire les grands nettoyages avant l'arrivée de Sissy.

Mais que ce passait-il donc dans cet embryon de Suisse. Avec un grand nombre d’illettrés, tu n’as pas de bulletins de vote possibles, d’autant moins que Gutenberg va encore procrastiner 150 ans avant d’inventer l’imprimerie, ce faignant !
Donc le plus simple est de convoquer tout le monde sur la place du village pour une Landsgemeinde.

Comment ça marche ?

Comme ça :

Non, ce n'est pas la foire au bestiaux de Trifouilli les Ânes, pas plus qu'un concert live de Johnny. Tu viens d'assister à une réunion politique. Une sorte de Conseil des Ministres où le Président est remplacé par le peuple. Tu as tout le monde sur la place, avec, il y a peu encore, l’épée à la ceinture pour bien montrer qu'ils sont des hommes libres (oui, je sais, les femmes, c’est bien plus tard…) Les Conseillers d’État expliquent la chose à voter, ceux qui le veulent s’expriment, on remanie le texte si nécessaire et ceux qui sont pour lèvent la main droite. On compte les mains et le tour est joué. C’est le peuple qui a décidé. Les lobbyistes n’ayant pas le droit de porter l’épée, ils ne pouvaient pas entrer sur la place pour aller tenir la main des votants… Ils se sont bien rattrapés depuis avec les dépités…
Ça marchait bien parce que les cantons étaient peu peuplés (cette coutume est encore utilisée à Glaris et Appenzell Rhodes-intérieures).
C’est de cette organisation qu’est née l’idée de la démocratie directe***.
Mais comme je vais aborder un concept totalement abstrait pour un Français pure souche, je te laisse le temps de la réflexion pour ingurgiter ce qui précède…

Blutch


* traduction littérale : temps de tonnerre
** je vais lui montrer qui c'est Raoul
*** Un indice: ça ressemble à une démocratie participative, mais pas pour de rire.

jeudi 4 septembre 2014

Saoul-FifreTite chanson sans musique

Je suis un homme des cavernes
J'tue mon mammouth hebdomadaire
Çui qui veut m'confisquer l'gésier
Je lui stopp' l'envie dans l'gosier.
Nous vivons l'âg' des dents pointues,
J'suis champion du lanc'ment d'massue,
Je n'aim' pas qu'on touche à mon plat
Et je n'ai pas à dire pourquoi.
J'aim' le steak d'auroch bien saignant
Et la salad' me fait gerber.
Les légum's, c'est pour les feignants,
C'est du pré-mâché pour bébés.

Je suis un gueulard des cavernes
Et je percute un tronc creusé,
Je gratt' six bouts d'intestin grêle
Super tendus, prêts à craquer.
Je suis mon propr' impressario :
Je pouss' de grands cris gutturaux,
La tribu s'approch' en grognant,
Fascinée par tout mon boucan.
Quand j'ai fini mon numéro,
Je suis fêté comme un héros :
Tous les mecs me port'nt en triomphe
Et les seins de leurs femm's se gonfl'nt.

Je suis un homme des cavernes
Mais ma meuf ador' les essais :
J'descends lui brouter la luzerne,
C'matin, j'vous dis pas la rosée…
Ell' m'expliqu' avec un cri du cœur
Que c'est l'heur' du p'tit ramoneur
Et à pein' je lui touill' la tasse,
Jouit-hin, jouit-hé, jouit-en-josas…
Des mots, des soupirs, des murmures :
Ell' tomb', j'la ramass', ell' est mûre,
Puis ell' me vid' le narghileh,
La fumée la fait pas tousser.

C'est un' vraie femme des cavernes,
C'est à l'amour qu'ell' doit ses cernes,
Quand je bois cul sec ses tisanes,
J'ai la banan' d'un quadrumane.
Quand la lun' est rond' aux deux bouts,
Ma femm' dégag' de drôl's d'odeurs,
Je lui saut' dessus sans tiédeur,
Les jours en roug', eux, sont tabous.
Mais si, déchiqu'té au Sauternes,
Je rentre, complèt'ment saoul,
A quat' patt's, la braguett' en berne :
Ell' chang' de grott', un point, c'est tout…

(délicat ch'tiot crobard Andiamo pour Saoul-Fifre)

vendredi 29 août 2014

AndiamoPoulpe fiction

Elle s’avança vers lui, la démarche féline, ses hanches magnifiques accompagnant ses pas d’un balancement propre à réveiller un mort. Face à lui, elle s’arrêta, découvrit ses dents magnifiques par un large sourire, passa ses bras autour de son cou, et l’embrassa à pleine bouche devant les passants médusés !

Lui, Anselme Petitpas, plutôt petit, rondelet, chauve, la soixantaine bien sonnée, comment pouvait-il avoir séduit pareille créature ? Sûrement pas pour son fric ! Une maigre retraitre de petit employé de ministère, pas celui des oiseaux perdus comme ce pauvre Tardieu, mais presque !

Le baiser durait, procurant à Anselme des sensations oubliées depuis belle burette, comme disait sa bignole de la rue Montorgueil. Alors il commença à s’agiter, à baîller, puis se réveilla tout à fait. Les chiffres lumineux de son vieux réveil indiquaient : 03.35.

Putain, quel beau rêve ! songea Anselme en émettant un rot sonore, suivi d’un pet qui ne l’était pas moins. Cela ne risquait pas de gêner grand monde : Anselme était célibataire, ou plutôt vieux garçon. Il en avait tous les défauts : maniaque, étroit d’esprit, grincheux, et même avare !

Mais, depuis quelques jours, sa vie avait changée… Ou plutôt ses nuits, depuis cette journée où…

- Bonjour Monsieur Petitpas, l’avait accueilli Gaston le vendeur de l’animalerie de son magasin préféré.

Il s’y rendait très souvent, achetant des poissons pour son bel aquarium, la seule fantaisie qu’il s’autorisât dans sa morne vie. Ils lui plaisaient bien, ces compagnons silencieux et multicolores : pas trop contraignants, quand l’aquarium était bien « équilibré », le bon pH, la bonne température, guppys, scalaires, blacks, cœurs saignants, néons,et autres « laveurs de vitres » étaient en harmonie et ne réclamaient pas grands soins, veiller à la nourriture distribuée automatiquement, et de temps en temps, un grand nettoyage, mais rien de bien méchant.

- Bonjour Gaston ! Alors vous avez du nouveau pour moi ?

- Oui Monsieur Petitpas, vous allez être content !

L’œil ordinairement terne d’Anselme s’alluma comme un lampion au 14 juillet, signe d’une intense jubilation.

Depuis longtemps Anselme Petitpas rêvait de posséder un N.A.C*. Il s’en était ouvert à Gaston, lui laissant entendre qu’il serait prêt à le récompenser généreusement si ce dernier lui procurait un animal généralement interdit à la vente ! Oh ! Pas un animal dangereux, ou venimeux du genre crotale ou vipère du Gabon : courageux Anselme, mais pas téméraire !

- C’est quoi ? interrogea notre retraité en se hissant sur la pointe des pieds afin de compenser la différence de taille entre lui, et le vendeur.

-Surprise ! lui dit Gaston dans un murmure, suivez-moi discrètement.

Dans le fond du magasin, une porte métallique, un verrou. Gaston sort une petite clef en laiton, coup d’œil circulaire, il pénètre dans le cagibi, suivi par Anselme.

Sur la dernière étagère, tout en haut, planqué derrière un carton à chaussures, Gaston extirpe un petit pot à confitures de taille standard. Il s’approche de l’ampoule couverte de chiures de mouches, le présente à la lumière délicatement…

L’éclairage est suffisant pour que Anselme aperçoive un genre de poulpe, muni de quatre tentacules, de couleur mauve avec deux grands yeux jaunes. Son premier réflexe est un recul.

- C’est quoi ce truc ?

- Je ne sais pas, Monsieur Petitpas, c’est un homme qui me l’a vendu il y a trois jours, assez cher d’ailleurs. Il dit que c’est un animal rarissime, pas dangereux. Ça vit dans un terrarium, quelques vers pour nourriture, et un peu d’eau. Ah oui ! Il m’a aussi confié que sa nourriture essentielle ne se voyait pas, ne se touchait pas !

- Et ça n’est pas dangereux ?

- Du tout !

Joignant le geste à la parole, le vendeur dévisse le couvercle muni de minuscules petits trous et caresse délicatement la chose, qui se pelotonne et semble visiblement heureuse !

- Si ça continue, elle va ronronner, plaisante Anselme.

Après avoir déboursé 300 euros, Anselme repart tout content, non sans avoir acheté un petit aquarium, un sac de sable fin, des vers pour oiseaux, et quelques pierres fantaisies, afin d’aménager un terrarium pour son nouveau pensionnaire.

Le soir, il a longuement admiré son « poulpe », ses jolies couleurs changeant selon l’éclairage, puis il s’est couché.

Cette nuit-là, il a fait son premier joli rêve, une blonde magnifique croisée dans la rue lui a souri !

Le lendemain, elle a marqué le pas, et il en est certain, elle lui a fait un clin d’œil ! Incrédule, Anselme s’était retourné afin de regarder si un homme le suivait, en ce cas le clin d’œil eût été pour lui ! Même en rêve, Anselme ne se faisait aucune illusion ! Et bien non, c’était bien à lui que le clin d’œil s’adressait…

Les jours suivants, il y a eu le baiser dans la rue, puis un rendez-vous pour un dîner. La nuit suivante, Sarah - puisque c’est ainsi qu’elle se prénomme - l’a invité à prendre un dernier verre, comme dans les films ! Au matin, Anselme gardait ses merveilleux souvenirs dans sa tête dans son cœur, et comme dans la chanson les draps s’en souvenaient aussi…

Anselme ne vivait plus que pour ses nuits. Il avait essayé de faire la sieste afin qu’il y eût encore plus de plaisir, mais nada : ça ne « marchait » que la nuit. Il savait bien Anselme que ça n’était que du virtuel, mais ses rêves étaient si réels quand il les vivait qu’il s’était pris à y croire, jusqu’à dormir nu ! Lui pourtant si frileux !

La première semaine passa ainsi, des rêves de plus en plus torrides, et son petit animal de compagnie dans son joli terrarium se portait à merveille, exigeant peu, un ver chaque jour et un peu d'eau pour sa baignade quotidienne.

Les rêves d'Anselme devenaient de plus en plus élaborés. Ainsi, la nuit précédente, ils s'étaient retrouvés à la Fenice de Venise, on y donnait "La Traviata", ensuite dîner au café Florian, et enfin une suite au Danieli... Rien que ça ! Et, bien entendu, champagne et toujours la sublime Sarah qui le rendait fou !

C'est à partir du dixième jour qu'il y eut le premier bémol, Sarah prétexta une affreuse migraine après une soirée bateaux-mouches avec souper aux chandelles, une suite au Crion, et au moment de se coucher, cette maudite migraine qui priva Anselme de ses ébats nocturnes.

Au matin, il s'éveilla d'humeur chagrine, se pencha au dessus du terrarium et s'aperçut qu'une légère protubérance était apparue entre deux tentacules de son nouvel animal !

La journée se déroula morose, il flâna entre le métro Abbesses et la place du Tertre, passa même un bon moment à glandouiller square Nadar, observant deux amoureux se bécotant à bouche que veux-tu , assis sur un banc de bois faisant face cette magnifique ville, s'étalant à leurs pieds.

Il acheta une boîte de cassoulet chez l'Arabe du coin, se fit chauffer le contenu dans une casserole en inox vachement bien cabossée, mangea à même le récipient, faillit s'endormir devant un feuilleton style : elle est belle et rebelle, mais à la fin elle tombe dans les bras du riche laboureur qui n'a pas de gosses, même pas grave, elle va lui en faire une demi douzaine !

Puis il alla se coucher. A peine allongé, il se retrouve square Nadar derrière le Sacré-Cœur. Il a rendez-vous avec sa Sarah. Il attend, une heure deux heures. Personne.

Son portable sonne : c'est elle !

- Anselme, je ne pourrai pas venir, j'ai un contretemps...

- Ah bon , que t'arrive-t-il ?

- Pas le temps de t'expliquer, Anselme, à plus !

Anslme est catastrophé, c'est en sueur qu'il se réveille. Il n'est qu'une heure et quart ! Le reste de la nuit, il ne dort pas !

Putain ça n'est QUE du virtuel, Anselme, secoue-toi nom de Dieu, se raisonne-t-il ! Il n'empêche que toute la journée il erre comme une âme en peine, attendant le moment du coucher avec impatience.

Quand il s'endort, le décor est sombre, il a du mal à reconnaître l'endroit, une passerelle, un pont plutôt, ça y est ! C'est le décor d'hôtel du Nord le film de Marcel Carné ! Sarah est là, un homme la tient dans ses bras, il l'embrasse, elle a pour lui les yeux de Chimène. Quand leurs bouches se séparent, Anselme lit sur les lèvres de Sarah un "je t'aime" qu'elle adresse à cet inconnu.

Huguette Bernot, la concierge du douze de la rue Montorgueil, a découvert Anselme Petitpas ce matin-là, en lui apportant son courrier. La porte était légèrement entrebaîllée. En entrant, elle a découvert le locataire du troisième face, pendu à la suspension du salon. Le visage violacé, la langue pendante, il tournoyait mollement sur lui-même...

Dans un terrarium, près de lui, un étrange animal, une sorte de poulpe muni de cinq tentacules.

- Tiens ce doit être le N.A.C* dont m'a parlé Monsieur Petitpas, je vais le prendre. Ainsi, étant seule, il me tiendra compagnie, et puis que va-t-il advenir de cette petite bête, si je ne m'en occupe pas ?



*N.A.C : nouvel animal de compagnie.

(ch'tiot crobard : Andiamo)

samedi 23 août 2014

Oncle DanDes nouvelles de Salinger

Avez-vous déjà lu une nouvelle de Jérôme David Salinger, ou, si vous préférez, J. D. Salinger ?

C'est quelque chose qui m'est arrivé très récemment. Un moment de lecture surprenant qui contribue tant à ce plaisir de lire. Mais commençons par le début. Autant vous dire d'emblée que je suis tombé sur Salinger par hasard. J'aime bien fouiner dans les librairies et je suis attiré par les nouvelles en raison de ma paresse naturelle qui m'interdit les longs romans où l'ennui me guette bien avant la page 99 (*).

Lorsque j'ai vu ce livre de Jérôme David Salinger intitulé "Nouvelles", j'ai tout de suite pensé à des nouvelles, car je suis une personne d'observation profonde et de déduction sûre. Il est vrai que Jérôme David Salinger ne s'est pas fatigué pour trouver un titre à son livre. D'ailleurs Jérôme David Salinger n'a jamais vraiment cherché à être publié et de très nombreuses nouvelles écrites de sa main ne sont toujours pas publiées à l'heure où je m'apprête à diffuser ce billet, car Salinger (je suppose qu'à présent, vous savez qu'il se prénomme Jérôme David) était un écrivain un peu particulier, qui n'a fait aucune apparition ni accordé aucun interview durant quarante années au cours desquelles il a refusé toute publication. La notoriété le fatiguait sans doute. Cette notoriété qu'il avait connue avec son roman"L'Attrape-cœurs" (titre original : The Catcher in the Rye).

J'ai donc fait l'acquisition pour un prix modique de "Nouvelles" publié dans la collection POCKET (n° 10031). Un livre qui ne dépasse guère les 280 pages dans un petit format, ce qui me va bien. J'ajoute ici, pour être tout à fait honnête avec vous, que le fait que ces pages soient en "papier fabriqué à partir de bois provenant de forêts gérées de manière responsable" n'a aucunement influencé mon choix. D'ailleurs, je ne sais pas ce qu'est une forêt gérée de manière responsable. Je suppose que l'éditeur, honteux de participer à la déforestation, essaie de se justifier, mais cette mention au début de l'ouvrage ne réduit pas les 80.000 km² de forêts qui disparaissent chaque année de la surface du globe, soit l'équivalent de l'Autriche, et cela depuis plus de quinze ans. (Une réflexion au passage qui devrait nous orienter vers le livre électronique. Fermons la parenthèse).

Avant d'atteindre, en page 27, le début de la première nouvelle, il faut également parcourir ou s'affranchir de la préface. Je n'ai aucune attirance pour les préfaces. Les préfaces m'ennuient. Je les parcours en diagonale et n'en lis la plupart du temps qu'une ou deux pages. La préface de "Nouvelles", écrite par Jean-Louis Curtis, ne fait pas moins de quinze pages ! Mes carences étant plus nombreuses que les étoiles du firmament, j'ignorais naturellement que Jean-Louis Curtis était le pseudonyme de Louis Laffitte, qu'il avait étudié à la Sorbonne, qu'il était agrégé d'anglais, avait obtenu le prix Goncourt en 1947 pour son deuxième roman, Les Forêts de la Nuit, et qu'il avait été membre de l'Académie française. J'en passe et des meilleures. Je n'ai donc rien changé à mon habitude de "sabrer" la préface pour atteindre au plus vite la première nouvelle intitulée "Un jour rêvé pour le poisson-banane".

Ne vous attendez pas à un résumé de ma part. Les nouvelles de J. D. Salinger ne se résument pas, c'est une de leurs caractéristiques. Le lecteur est angoissé du début à la fin, baigne dans un climat oppressant et trouble qui le tient en haleine. Je vous dévoilerai seulement que la fin est très surprenante. Tout allait (à peu près) bien jusque-là, alors je suis passé à la deuxième nouvelle, puis la troisième. Et bien, c'est plutôt déroutant ! J'avais l'impression d'aller nulle part, en m'égarant sans cesse avec de minuscules détails qui n'avaient absolument aucune importance. Alors je me suis dit "Mon gars (je suis assez familier avec moi-même), tu ne peux plus continuer comme ça, tu n'y comprends rien, il te faut une explication de texte". J'avais lu quelque part que les critiques de J. D. Salinger étaient très partagés, certains criant au génie alors que d'autres le traitaient de fumiste et de violoniste manchot.

Méfions-nous des verdicts péremptoires des critiques. Et s'il était un fumiste génial !?

Pour en avoir le cœur net, je me suis résolu, avant de poursuivre, à lire plus attentivement la préface de Jean-Louis Curtis. Elle est très éclairante et je ne saurais trop en conseiller la lecture, une fois n'est pas coutume. Elle m'a surtout rassuré. En effet, n'avais-je pas plus de bon sens qu'une boule de billard à ne pouvoir me détacher de ces histoires sans queue ni tête ? Mon esprit se retournerait-il sur lui-même et basculerait-il "comme un bagage mal attaché dans le filet d'un compartiment" (selon une expression de Salinger) pour que je me contente subitement de dialogues de sourds dont les interlocuteurs ne finissent jamais leurs phrases ?

La réalité est que l'on devient addict des nouvelles de Salinger parce que cet écrivain est extraordinairement habile. L'ambiguïté et l'insaisissabilité de ses histoires vous prennent en otage, vous entrainent sur des sentiers visqueux, vous font prendre des vessies pour des lanternes. C'est le jeu du chat et de la souris. Votre imagination tourne à plein régime. Vous aimez ces personnages pleins de tics et de gaucheries. Ils sont tellement normaux lorsqu'ils se grattent un petit bouton sur le mollet ou se font sauter un reste de nourriture entre deux dents. Ils sont tellement sympathiques, naïfs et fragiles que le lecteur se surprend à partager avec eux leurs inquiétudes et leurs énervements.

Mais avant tout, Jérôme David Salinger a l'art de vous faire imaginer l'innommable. Il sait comme personne faire osciller votre pendule intérieur entre la pire détresse et l’espérance la moins plausible, et finalement, il vous étonnera. Toujours.




(*)« L’éditeur anglais Ford Madox Ford (1873-1939) aurait un jour prétendu qu’il pouvait juger de la qualité d’un manuscrit à la lecture de sa seule page 99, comme un coup de sonde en plein cœur du livre ». (Lire)

dimanche 17 août 2014

Saoul-FifreOù t'as mis le corps ?

Allez, une histoire de brute, pour vous changer des bêtes :

Ces chèvres commencent à me brouter sérieusement les poils et à me gonfler au compresseur d’air. Surtout Arthur. De longue à faire des cagades, casser les clôtures, partir dans la colline, ronger les oliviers… Arthur surtout, ce fumier pourri : debout sur ses pattes arrière, c’est qu’il atteint ses 2m50, ce grand encorné de mes nouilles ! Je vous dis pas l’état des oliviers, si on le rattrape pas tout de suite. Ou plutôt si, je vous le dis : plus d’écorce, plus de feuilles, les branches cassées à concurrence de 2m50… Le typhon Arthur. Merci beaucoup, mon Dieu ! Avec un zig pareil, plus aucun avantage à vivre en région tempérée.

En plus, toujours à chercher la bagarre. C’est un violent, ce mec, je vous jure ! Il s’avance vers moi, faussement calme, sûr de lui, avec des tressautements nerveux dans les muscles des épaules, et puis il fait un truc marrant, enfin, marrant, mouais, pas vraiment : il baisse la tête comme pour me faire admirer ses grandes cornes bien implantées, mais alors pas du tout de l’air de dire :

« T’as vu comme tu m’as encore fait cocu ? » mais bien, et sans l’ombre d’un doute, je décrypte à livre ouvert la mauvaise détermination qui brille dans ses yeux : « Si t’aimes les gros machins vrillés, tu vas jouir, p’tite tête » tout ça, en soufflant et en grattant furieusement du sabot. Je le soupçonne de potasser des traités tauromachiques, le soir à la clarté lunaire. Belzébuth seul sait comment il se les est procurés et qui lui a appris à lire. Peu importe, mais ça n’arrange pas sa mégalomanie !

Bon, en principe, quand ce genre de moment un peu difficile à passer se coltine à mon destin, je me mets à hurler en essayant d’avoir l’air d’y croire (ça ressemble à s’y méprendre à un glapissement d’australopithèque) les rares insanités que ma mère m’a apprises ça fait déjà un bail… Et, miracle, si par hasard je lui sers une obscénité bien gluante à laquelle il n’a pas encore eu l’honneur d’être présenté, eh bien il lui arrive d’avoir un mouvement de recul, l’air pincé, moitié choqué, moitié dégoûté de voir tant de vulgarité dans un si vieil ébouriffé aux yeux clairs… Mais aujourd’hui : macache ! Mes injures doivent être de vieux poncifs rassis, peu convaincants et leur charge émotionnelle tellement élimée que l’accoutumance joue et qu’il fonce.

L’instinct de conservation me fait creuser le ventre, enfin, je me recule, vous m'aviez compris, en une véronique de toute beauté qui m’évite ainsi une opération de l’appendicite sans anesthésie par le chirurgien-fou Arthur, que, soit dit entre nous, et il n’est pas dans mes habitudes de débiner quelqu’un dans son dos sans de sérieuses raisons, je ne recommande pas même à mon pire ennemi. Ce judicieux influx nerveux zigzaguant à la vitesse de l’électricité directement des yeux aux muscles sans passer par le cerveau me fait gagner la seconde indispensable pour me planquer derrière un arbre. L’autre brute prend son virage en épingle à cheveux sur ses deux pattes intérieures, comme un vrai pro, et commence à me mimer « mon manège à moi, c’est toi… » autour de l’arbre. Tout en crachant les dernières cellules pulmonaires que m’ont laissées vingt ans de tabagie active, je beugle :

« Déconne pas Arthur, je disais ça pour rire ! Pas un mot, j’en pense pas un mot ! Je t’èèèèèèèème !! »

Son besoin affectif est comblé. Ou alors il commençait à trouver que la force centrifuge ne lui faisait travailler que le cerveau gauche et il n’attendait qu’un prétexte pour entamer la négociation d’une paix honorable. Toujours est-il qu’il pile net, en une sorte d’ultime galop sur place, d’une élégance olympienne. Complètement calmé, il pousse ensuite la bonté d’âme jusqu’à faire les derniers pas vers moi. Je sais qu’il veut que je le gratte derrière les cornes, là où il a du mal à se débrouiller tout seul. Le silence s’installe entre nous. Mes doigts courent dans ce crin court dont pas un négociant en laine ne voudra.

Vraiment, qu’est-ce qui me prend de gaspiller de longues plages de mon emploi du temps avec cette trique à pattes ? Et à quoi ça sert que l’autre il se décarcasse à inventer l’insémination artificielle ?

Je jette un regard par-dessus l’épaule. Toutes les chèvres sont là, l’œil humide, béant d’admiration devant leur Grand Homme de Bouc, avec des brindilles d’olivier dépassant encore au coin de la lippe, en une ironie délibérément appuyée. Le premier Commandement de l’Eleveur, en lettres de feu, explose soudain et m’incendie la rétine :

« Avoir l’ascendant sur toi, jamais la bête ne laisseras ! »

Aussitôt, un courant de faible intensité me parcourt, me réveille et me remet sur les rails de la rigueur pragmatique. Je m’ébroue et ordonne d’un ton sec :

« Bon, c’est pas tout ça ! Ils sont goûteux, mes oliviers ? C’est de la qualité extra, hein ? Un bon équilibre énergie / azote, ça madame ! Et ben, pas un gramme de foin ce soir ! C’est l’heure de la traite, vous allez me rentrer direct à la maison et…, au petit trot, je veux dire ! »

Et, Arthur en tête, le troupeau obtempère, bon enfant. Ils ont prononcé tous les autres, ils peuvent bien me laisser le dernier mot …


mardi 12 août 2014

AndiamoNantes



Rappelle toi Barbara,
Il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour là
Et tu marchais souriante
Epanouie, ravie, ruisselante
Sous la pluie
Rappelle-toi Barbara
Il pleuvait sans cesse sur Brest...

.

Monsieur JACQUES PREVERT avait écrit ce poème il y a bien longtemps, des années plus tard, une longue Dame brune, une autre BARBARA, écrivait cette jolie chanson, il ne pleuvait plus sur Brest, mais sur Nantes....

On clique, on écoute, vous aimez ?



Il pleut sur Nantes,
Donne moi la main
Le ciel de Nantezs
Rend mon cœur chagrin...

.

.

(Ch'tiot crobard Andiamo)

.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 >