Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 17 mars 2009

Saoul-FifreEt merde !

Tant-Bourrin nous ayant mouisé le début de semaine avec l'efficacité coutumière qu'il met dans tout ce qu'il touche, qui qui se retrouve avec la corvée, qui qui doit éponger par derrière les pleurs du lectorat sensible, qui qui doit vous consoler, offrir son épaule, tapoter votre dos, tenter de vous redonner le goût de vivre, le goût du vin, le goût du boudin et celui du perlinpinpin, comme chantait l'élégante Barbara ?

Mézigo, comme de juste, toujours le même, toujours prêt, comme au bon vieux temps scout !

Allez va-z-y, fais les rire, chatouille leur les zygomatiques.

C'est pas que je veuille pas, mais ça ne se fait pas en claquant des doigts, mes chéris.

Et pi j'aime pas me forcer. Alors j'ai fouillé dans nos vieilles photos et j'en ai trouvé des que j'aime bien. J'en ai même trouvé une de moi à poils mais bon la vie est assez difficile comme ça pour certains et je ne voudrais pas leur y rajouter des complexes. Ni déclencher des maelströms hormonaux chez d'aucunes.

Non, nos gosses qui s'amusent, ça ira très bien, c'est assez drôle en général. En tout cas, ils nous font rire et c'est le principal.

Les citadins inscrivent leurs mioches au judo, eux, ils s'inscrivent tout seuls aux jeux d'eau. Nul besoin de les pousser à boue.

Je précise que ça ne se passait pas chez nous, mais chez la petite voisine de gauche, que le tablier ne nous appartient pas et que nous n'étions pas là quand la photo a été prise. On peut y voir M., au milieu, oui, celui-là des rédactions, en train d'assumer sa part féminine et en obtenir un franc succès.

lundi 16 mars 2009

Tant-BourrinMalgré...

Tous ceux qui ont un jour gratté des paroles de chanson sur une feuille sans savoir gratter une guitare savent le poids de la frustration qui peut en résulter : on imagine, pour structurer son texte, une mélodie que l'on joue dans sa tête et dans laquelle se glissent les mots. Mais voilà, quand on ne sait pas jouer du moindre instrument (malgré quelques tentatives d'apprentissage désespérées), on n'a plus qu'à chanter "avec mon petit texte, j'avais l'air d'un con, ma mère" quand vient l'heure où l'on aimerait partager le fruit de sa créativité avec le reste de l'humanité.

Heureusement, la technique fait parfois des progrès immenses : grâce à un logiciel récent baptisé Songsmith, les handicapés de la musique comme moi peuvent enfin exfiltrer les mélodies de leur tête sans trop de difficulté. Il suffit de chanter (en mesure si possible) et le logiciel bâtit lui-même un accompagnement en proposant des accords à peu près cohérents avec la mélodie. Bon, dans mon cas, mes capacités vocales relativement limitées ont dû perturber légèrement l'algorithme, et j'ai dû, en tâtonnant, retoucher un chouia les accords proposés jusqu'à obtenir un résultat à peu près à mon goût. Ça ne remplacera bien sûr jamais de vrais musiciens mais, pour se faire plaisir, c'est bien suffisant.

Je peux donc enfin vous proposer une chanson dont je suis l'ACI (auteur, compositeur, interprête). Les mauvaises langues diront qu'AC eût été assez, mais je n'ai pas encore de logiciel qui corrige les fausses notes lorsque je me risque à chanter.

Voici donc la chose, guillerette comme il se doit pour un début de semaine... Les jeux de mots sur "malgré de canard" ou sur les différents sens du mot "canard" sont tout à fait dispensables, hein ! :~)




Malgré...

Paroles & Musique : Tant-Bourrin


Téléchargeable directement ici

     Malgré la gueule dans la glace
     Qui me suivra, quoi que je fasse
     Malgré les ravins, les crevasses
     Qu'a laissés le temps sur ma face

     Malgré le poids de ma carcasse
     Bouffée des vers sous la cuirasse
     Malgré le coeur pris dans la nasse
     Sans éclat d'une vie fadasse

     Je continue sur mon chemin
     Goudronné de fatalité
     Je déambule vers demain
     Comme un canard décapité

     Malgré le bourbier des angoisses
     Malgré les peurs, les guerres lasses
     Et ces envies de volte-face
     Où s’engloutissent mes audaces

     Malgré les chagrins si tenaces
     Bien trop pesants dans la besace
     Malgré ces idées que je chasse
     Mais qui s’accrochent à ma tignasse

     Je continue sur mon chemin
     Goudronné de fatalité
     Je déambule vers demain
     Comme un canard décapité

     Malgré la bêtise vorace
     Et la raison mise à la casse
     Malgré la haine qui grimace
     Qui se bouffit, qui devient masse

     Malgré les apprentis-Midas
     Qui changent les rêves en mélasse
     Malgré les fléaux qui menacent
     Malgré les nuées de rapaces

     Je continue sur mon chemin
     Goudronné de fatalité
     Je déambule vers demain
     Comme un canard décapité

     Malgré ces putains de caillasses
     Qui font souffrir dans les godasses

     Je continue sur mon chemin
     Goudronné de fatalité
     Je déambule vers demain
     Comme un canard décapité
     Comme un canard décapité
     Comme un canard décapité

vendredi 13 mars 2009

Mam'zelle KesskadieBudget et deux ou trois petites choses

Je comptais mes sous mentalement, je suis nulle en calcul mental, mais comme il n'y avait pas grand-chose à compter..... et voilà-ti-pas que je me rends compte que j'ai un message sur mon cellulaire.

Un monsieur veut absolument que je l'évalue en privé cette semaine.

Yes ! Merci mon Dieu, j'ai la conscience plus légère et le portefeuille plus lourd.

J'en conclus comme me disait ma mère : si tu as besoin de quelque chose pour midi, le Bon Dieu va te le donner, mais à Midi moins deux.

Voilà pourquoi je pense que la procrastination n'est pas un péché, Dieu lui-même, n'est-ce pas, est à la dernière minute.

Tout d'abord, j'ai perdu mon VUS, mais je n'ai toujours pas retrouvé mon Echo chérie. L'explication est fort simple.

Je suis nulle en mécanique, donc, lorsque j'ai récupéré ma chérie, je m'en fus dare-dare la montrer à mon garagiste, surtout qu'ils avaient dit qu'ils répareraient un essieu à mes frais et que je n'avais rien payé en quittant le garage. Je comptais sur ma chance et mon garagiste pour déclarer l'essieu réparé, ni vu, ni facturé.

En chemin, je note sans difficulté la différence de suspension entre un gros 4X4 et une économique, et je réalise que je m'étais trompée en pensant que les routes de Gatineau étaient moins endommagées ce printemps que l'an passé.

Arrivée sans mal (je compte sur mon derrière gonflé pour absorber les chocs de la route), mon garagiste constate que, non seulement l'essieu était fautif, mais ils avaient oublié de "bleeder" les freins, opération obscure dont j'ai compris qu'elle concernait l'air et des tuyaux, qu'un bearing était défectueux.

J'appelle le garage du réparateur qui me dit : ma p'tite dame, c'est normal et bla bla bla.

Un instant, je vous prie, je vous passe mon garagiste, dis-je avec ma voix la plus secrétariale.

"Ouin", dit-celui-ci. et autre éructations mécaniques dont je ne compris rien mais qui furent du plus grand effet, ils ont repris mon auto.

Moralité : quand vous téléphonez à votre garagiste, prenez une voix d'homme s'il n'y a pas d'homme disponible. Assurez-vous de nommer les pièces défectueuses en anglais, et crachez par terre entre deux éructations, ça fait plus réalistes et sérieux.

Donc, me revoilà chez le garagiste qui me prête une Écho en échange de mon Écho. Suite, la semaine prochaine. Vendredi, il leur manquait encore une pièce, une clippe pour le tuyau (prononcez tuillô) du brake.

Entre-temps, mon ex qui a pris les enfants pour deux semaines, avait la charge d'aller chez le médecin avec Thomas. Vous pensez que 14 jours de suite et consécutifs sont suffisants pour trouver un temps favorable et à la clinique d'urgence sans rendez-vous et mon ex en vacances?

Moi aussi, je le pensais.

Trouvez l'erreur.

Il est venu reconduire l'enfant sans diagnostic médical. Je le reçois avec froideur et circonspection. Il me dit un ou deux trucs.

"Rien d'autre" glaçonna la mère? "Alors, au revoir"

Vingt ans de mariage ne s'en vont pas en fumée si facilement, il ne peut s'empêcher de dire : "il y a quelque chose qui ne va pas?"

Le choix de la réplique varie entre : non, rien, en se pinçant les lèvres, mais il faut être certaine qu'il a intérêt à savoir la suite. Comme il n'a intérêt que dans sa fuite pour Québec, c'est le mauvais choix.

J'opte donc pour le truc direct et uppercutien : je suis en sacrament contre toi. et je pointe la porte. Il s'en va.

Fin.

Décidément, je m'améliore. Avant, je faisais des drames auto-sabotants. Maintenant, je fais des drames pour autrui.

Un rien de remords se pointe, surtout que le Bon Dieu vient de me donner un contrat....

Aime ton prochain....

Un ex, ça comptes-tu ?

mercredi 11 mars 2009

AndiamoLe beau Georges

Il avait toujours été beau. Bébé, déjà, les femmes dans la rue s’arrêtaient, se penchaient sur le grand landau style "British" et s’exclamaient :

- Dieu qu’il est beau !

Marguerite, la maman, se redressait alors et bafouillait un merci, en rougissant de confusion, puis immanquablement leur répondait :

- Ne le dites pas trop fort, il va finir par le croire !

En grandissant, cela se confirma, Georges devenait de plus en plus beau, cheveux blonds, yeux bleus, bien bâti, déjà beau parleur, gentil, aimable, un amour d’enfant ! Quand dans la rue les fillettes jouaient à la corde en récitant des comptines :

- Le Palais Royal est un beau quartier.

- Toutes les jeunes filles sont à marier.

- Mademoiselle Nicole est la préférée...

- De Monsieur GEORGES qui veut l’épouser !

Elles se mettaient à glousser. Georges souriait gentiment à la petite Nicole ou une autre interpellée dans la comptine, les petites rougissaient, minaudaient, dansant d’un pied sur l’autre.

A l’école, il était le "chouchou". Irrésistiblement, ses institutrices, à la moindre occasion, lui passaient la main dans les cheveux. Charmeur, Georges était charmeur, chaque année il obtenait le prix de camaraderie (autrefois ce prix était décerné, par un vote à bulletin secret, à celui qui avait été le meilleur camarade, et ce dans chacune des classes du primaire).

Son premier "vrai" baiser, Georges le reçut à l’âge de onze ans, donné par la fille d’une fermière de l’Aveyron, où ses parents passaient des vacances.

La fille, une brunette alors âgée de quatorze ans, un tantinet délurée, l’avait attiré dans un endroit tranquille, loin du regard maternel, et au prétexte d’un jeu de devinettes du style : "petite grange pleine de nourriture, sans portes ni fenêtres, qui suis-je ?"

- Ben, j’sais pas, avait-il répondu.

- Un œuf ! S’était écrié la jolie Catherine, tu me dois un gage.

- Ah bon, lequel ?

- Un baiser ! Puis elle s’était littéralement jetée sur lui, collant ses lèvres sur les siennes en tentant d’insinuer sa langue entre ses dents serrés.

Georges avait rapidement compris ce qu’elle cherchait et avait répondu à son invite.

Au cours des années qui suivirent, le beau gosse avait accumulé les conquêtes, emballant tout et n’importe quoi, à croire que seule la quantité comptait pour lui, un peu comme les cow-boys de nos westerns qui crantent le manche de leur colt après avoir abattu un homme, lui se vantait de ses bonnes fortunes, faisant baver d’envie ses copains qui ramaient comme des malades, sans arriver à conclure !

Il faut dire que dans les années cinquante, ça n’était pas facile, c’était pour ainsi dire mission quasi impossible. Le mariage ou rien !

Comme tous les jeunes de cette époque, Georges fut appelé sous les drapeaux. D’abord, les classes à Lunéville. Même là, il fit des ravages, et pourtant les jeunes filles du crû étaient averties, et se méfiaient des militaires comme de la vérole !

Il avait laissé à Paris deux "fiancées", voyant parfois l’une, parfois l’autre, au gré de ses permissions, il les recevait chez ses parents ! Les braves gens n’osaient pas trop lui faire des réflexions. Ils n’approuvaient pas, non, mais faisaient preuve de complaisance.

Un jour, recevant l’une de ses conquêtes suite à une "quarante huit heures", l’autre, avertie par un copain qui avait aperçu Georges débarquant chez lui, se pointe : le drame, un Vaudeville, une pièce de Boulevard :

- L'une : je suis la fiancée de Georges !

- L'autre : moi aussi !

- On se marie à Pâques.

- Nous, cet été !

Les parents : dans leurs souliers qui avaient perdus deux pointures d’un coup, et le beau Georges au milieu, l’air goguenard, petit sourire. Bien sûr, ce jour-là, il perdit ses deux fiancées.

Mais aucune ne résistait au charme du beau blond. Puis, après ses classes, il partit pour l’Algérie : Fort de l’eau.

Il faut savoir qu’à l’époque les "pieds noirs" se méfiaient des militaires Français, bon nombre d’entre eux ayant pris la tangente, dès leurs vingt-huit mois terminés, les laissant avec un souvenir, qui allait grandissant dans le fond de leur ventre !

Eh bien Georges, toujours aussi séducteur, trouvait encore des bonnes fortunes ! Libéré de ses obligations militaires, il continua ses frasques, jusqu’au jour où la jolie Michèle se retrouva enceinte.

Michèle, une jolie fille, vingt ans, dactylo dans une compagnie d’assurances à Paris, c’est en bredouillant qu’elle lui apprit la nouvelle.

Georges l’aimait bien, mais de là à l’épouser… Toutefois à cette époque, il était très rare que les couples vivent maritalement, il y avait une horrible expression désignant cet état de fait : à la colle, "ces gens là" sont à la colle ! Alors un beau matin de Juin, Georges et Michèle s’unirent selon l’expression consacrée : pour le meilleur et….

Au début, tout alla bien, Georges se tenait, la naissance de Francis, leur petit garçon, semblait avoir assagi le papa. Semblait seulement, car ses vieux démons ressurgirent rapidement : une collègue un jour, une compagne de voyage un autre, le trajet Mitry-Paris était suffisamment long pour donner le temps de faire connaissance.

Il y eût aussi la voisine : au début des petites phrases échangées par-dessus la clôture et puis…

Une pas farouche, la voisine, divorcée, trois enfants, levant aussi bien le coude que la jambe !

Cela ne trompait pas Michèle, chacun des écarts de son époux lui était une torture, elle se résignait, mais rien ne lui échappait : un parfum sur sa veste, des jours et des jours sans lui faire l’amour... Une fois, même, alors qu’il se déshabillait, elle s’aperçut qu’il avait mis son slip le devant derrière, sans doute un habillage à la hâte, après un p’tit coup à la sauvette, songea-t-elle tristement.

Un matin d’automne, elle reçut un télégramme, très peu de foyer possédant le téléphone, en cas d'urgence on envoyait un télégramme, via la poste.

Papa au plus mal STOP t'attendons STOP bises Maman STOP.

Michèle mit à la hâte quelques affaires dans une valise, confia Francis à la garde de son amie, puis acheta un billet pour Limoges, ville dans laquelle ses parents s’étaient installés depuis peu, ils y avaient acheté une petite maison pour leur retraite.

Georges n’était pas ravi, certes, mais cela ne l’affectait pas beaucoup, il en profita pour faire venir chez lui, afin d’occuper ses nuits, Jeanine, une brunette assez gironde, qui possédait des talents de chevaucheuse de guignols assez exceptionnels !

Bah ! Songeait-il, Michèle est absente pour plusieurs jours, autant en profiter !

Ce dimanche matin, Georges se leva, laissant Jeanine paresser au lit. La veille, il avait reçu une lettre de sa femme, postée le jeudi, dans laquelle elle le rassurait sur l’état de santé de son père. Certes il était hospitalisé, suite à un malaise cardiaque, mais rien de très grave, beaucoup de repos, plus un suivi médical. Elle lui disait aussi qu’elle rentrerait sans doute le lundi, ou plutôt le mardi suivant, sa présence rassurant ses parents.

Tout en sifflotant, Georges partit faire un tour sur son vélo tout neuf, acheté trois mois auparavant à la manufacture de Saint-Etienne.

Jeanine, encore endormie, ouvre péniblement un œil, dans un brouillard elle aperçoit une silhouette, celle d’une femme…

- Salope ! Hurle cette dernière, un éclair, la lame du large couteau de boucher plonge dans l’abdomen, tranchant net l’aorte abdominale !

Le vélo appuyé au mur de la maison, le polo trempé de sueur, Georges monte les marches du perron en haletant un peu, après les soixante-dix kilomètres avalés bon train… Normal.

La porte n’est pas fermée à clef.

J'étais pourtant sûr de l’avoir fait, pense-t-il. Il pénètre dans le hall puis, passant devant la cuisine, il aperçoit, assise sur un tabouret, sa femme.

- T’es …T’es déjà rentrée ?

- Ça se voit, non ?

- Et ton père comm... Comment va-t-il ?

- Qu’est-ce-que ça peut t’foutre ? C’est qui la poufiasse dans MON lit ?

- La quoi ?

- Fais pas l’ignorant, suis-moi !

Michèle s’est levée, Georges la suit les boyaux noués, il transpire mais, cette fois, la sueur est froide, il n’en mène pas large. Michèle s’arrête devant la porte de la chambre, pâle, déterminée, elle ouvre largement le battant, s’efface, Georges fait un pas, recule, porte les deux poings à sa bouche, il hoquète puis vomit sur le mur, vomit encore, s’essuie la bouche du revers de la main.

- Non, ça n’est pas possible, pas ça ! Pas TOI ! Dis-moi que ça n’est pas toi qui as fait ça !

- Oh que si, j’en ai plus que marre de toutes tes pouffes, cette salope a payé pour TOUTES les autres, tu m’as prise pour une conne durant toutes ces années, j’ai fermé les yeux, encaissé… Mais là !

- Profiter de mon absence, et pour quel motif ! Et toi, mon salaud, tu ramènes la première pute venue dans notre lit !

- Ne reste pas figé comme un con, maintenant il va falloir s’en débarrasser.

Où est la petite Michèle timide, effacée, réservée que j’ai connue ?

Georges est abasourdi, un direct dans l’estomac ne lui aurait pas davantage coupé les pattes.

Alors ils ont roulé le corps dans le drap maculé de sang puis l’ont traîné jusque dans la cave, ensuite chacun est remonté afin de rapporter des bêches.

Georges devant, Michèle trois marches plus haut.

- Nous allons creuser sa tombe dans la cave ?

- VOS TOMBES !

Ce furent les derniers mots que le beau Georges entendit, quand la bêche dans un large mouvement semi-circulaire vînt lui trancher la tête au niveau de la troisième cervicale, KLONG, KLONG, KLONG, fit-elle en roulant jusqu’au bas des marches, avant de s’arrêter contre celle de sa dernière maîtresse… Pour un ultime baiser.

lundi 9 mars 2009

CaluneChoufifrounet, son anniversaire et moi

L'autre jour, alors que je fredonnais distraitement une vieille chanson de Vincent Delerm que j'aimais bien quand j'étais jeune (si si j'ai été jeune un jour), à savoir "Fanny Ardant et moi", je me suis rendue compte, je ne sais pas pourquoi (mais alors, vraiment pas), qu'on pouvait en fait remplacer "Fanny Ardant" par "Choufifrounet".

Si si.

Ben oui, ça va vous en boucher un coin mais il faut bien regarder la réalité en face : Fanny Ardant et Choufifrounet ont le même nombre de pieds. %+&

Et puis voilà.

Choufifrounet et moi
Paroles : Calune d'après Vincent Delerm
Musique : Vincent Delerm, adaptation à la guitare sommaire par Calune
avec la participation "exxconelle" (sic) de Calunette


Téléchargeable directement ici

      On partage pas le quotidien
      Faut dire qu'il habite plutôt loin
      On a une relation comme ça
      Choufifrounet et moi

      Il a bien voulu être parrain
      Enfin, quand même, républicain
      De Calunette, nous voilà liés
      Moi et Choufifrounet

      Il est un peu comme un grand frère
      Et puis c'est son anniversaire
      Allons mon vieux je ne l'oublie pas
      Et je te promets qu'on l'arrosera

      Tu as vu ça, dis, comme je planche
      Alors qu'aujourd'hui c'est dimanche
      C'est vraiment parce que t'es âgé
      Sans te vexer Choufifrounet

      Il a un penchant licencieux
      Et moi un petit côté sérieux
      Mais on évite d'en faire un plat
      Choufifrounet et moi

      Au téléphone il est bavard
      Il raconte toujours plein d'histoires
      Et quant à écrire des billets
      Il est doué Choufifrounet

      Il est un peu comme un grand frère
      Et puis c'est son anniversaire
      Allons mon vieux je ne l'oublie pas
      Et je te promets qu'on l'arrosera

      Tu as vu ça, dis, comme je planche
      Alors qu'aujourd'hui c'est dimanche
      C'est vraiment parce que t'es âgé
      Sans te vexer Choufifrounet


PS: je préfère prévenir tout de suite, je ne relèverai même pas les remarques du type "ah tiens, c'est héréditaire" :-)

samedi 7 mars 2009

Tant-BourrinLa discothèque imaginaire (addendum)

Mon billet d'hier étant particulièrement léger, j'ai imaginé une variante de la chaîne que m'a refilé la Trollette, laissant une plus grande place à un chouille de créativité...

1 - Choisir un blog dans votre blogroll

Etrangement, ma souris a été comme hypnotisé par celui de notre cher Maréchal.

2 - Choisir le titre d'un de ses cinq derniers billets

Je n'ai pas hésité longtemps : j'ai flashé sur séance ordinaire chez ma psy, je ne saurais pas dire pourquoi !

3 - Mettre une jolie photo et composer la pochette de l'album imaginaire que vous rêveriez d'écouter

Voilà, c'est fait...



Ça ne donne pas envie de se précipiter chez son disquaire, ça ? :~)


PS : s'il y en a qui sont prêt à reprendre cette nouvelle chaîne, faut pas hésiter, servez-vous ! :~)

vendredi 6 mars 2009

Tant-BourrinLa discothèque imaginaire

Vous savez quoi ? La Trollette m'a tagué (ici) !

En temps ordinaires, les chaînes me font partir en courant (je ne suis pas très bondage), mais là, vu que, absorbé ces derniers jours par une activité professionnelle tendance "lavabo bouché" (en d'autres mots : débordante) qui ne m'a pas beaucoup laissé de temps pour cogiter un beau billet fin et sophistiqué comme vous les aimez, je me rue dessus comme le Souf' sur une bouteille de gros rouge. Voilà l'occasion de faire un billet à très peu de frais sans se casser la tête !

Allons-y, je suis fidèlement la procédure imposée...


Etape 1 : le nom d'artiste

Cliquer sur http://en.wikipedia.org/wiki/Special:Random et prendre le titre ou les premiers mots.

Je procède procédurièrement et j'atterris sur ceci. Ulugh Kun, ma foi, voilà un nom d'artiste qui déchire bien !


Etape 2 : le titre de l'album

Cliquer sur http://www.quotationspage.com/random.php3 et prendre les 4 ou 5 derniers mots de la dernière citation.

Je scrupule scrupuleusement le mode d'emploi. Je tombe sur une citation de Norman Thomas (1884-1968) : "The secret of a good life is to have the right loyalties and to hold them in the right scale of values". Bon, c'est donc dit, le titre de mon album imaginaire sera "the right scale of values". J'ai encore de la chance, ça a de la gueule !


Etape 3 : le visuel

Cliquer sur http://www.flickr.com/explore/interesting/7days et choisir une des photos.

Je consciencise consciencieusement les indications et je choisis la photo de Maïté d'un gros pachyderme assoupi qui, je trouve, colle bien avec le titre de l'album...


Etape 4 : le résultat

Le bloguer ou le poster sur Fesse d'bouc.

Kif-kif la Trollette : je n'ai jamais compris ni le fonctionnement, ni l'intérêt de Fesse d'bouc, alors j'en fais un billet ici... Voici donc en première mondiale (et en dernière par la même occasion) la pochette de l'album imaginaire que vous ne pourrez jamais écouter hormis dans vos rêves....



Etape 5 : taguer à son tour

Vous me connaissez, je ne suis pas du genre à faire aux truies ce que je n'aimerais pas confit de canard. Alors je laisse la chaîne ouverte car, ayant "the right scale of values", je sais le prix de la liberté !

Mais que ceusses qui ont envie de s'y risquer s'y risquent, ça enrichira toujours un peu plus la discothèque imaginaire ! :~)

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 >