Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 17 décembre 2005

Tant-BourrinUne histoire certifiée vraie

Voici une petite histoire vraie, un souvenir de souvenirs, telle que me l'avait racontée mon pauvre père il y a environ un tiers de siècle, lorsque j'avais une dizaine d'années, et qui nous ramène bien plus loin encore dans le temps, lorsque lui-même était gamin.

Mon père était né en 1922, les événements qui suivent ont donc dû se dérouler au coeur des années 30, dans la banlieue ouvrière de Bordeaux.

Mon père, gamin, jouait au basket. En amateur, bien entendu : pour qui l'a connu, lui qui allait culminer à 1m76 et frôler, sur la fin de sa vie, les 100 kg, il serait difficile de l'imaginer jouant en NBA.

Un jour de printemps (1934 ? 1935 ?), il jouait au basket avec quelques camarades de l'école, garçons et filles. Pour la petite anecdote, il y avait d'ailleurs parmi les filles celle qui deviendra quelques décennies plus tard maire (communiste, comme il se doit) de la banlieue ouvrière en question et présidente de l'association des maires communistes de France.

Et voilà qu'un prof, passant près du terrain et voyant les petits jeunes en train de jouer (les petites jeunettes, surtout), se pique de vouloir entrer dans le jeu pour montrer qu'au-delà du prof, il y a un grand et brillant athlète qui sommeille en lui. Bref, il veut faire son beau.

Evidemment, avec pas mal d'années de plus que ses adversaires, avec une taille d'adulte face à des gamins, il n'a aucun mal à s'imposer, à enquiller des paniers, bref à flamber devant les filles.

Et c'est là que tout allait se basculer. Alors que le prof se la pétait de plus en plus, mon père, estimant que ça suffisait comme ça, lui fit volontairement une passe un peu sèche à hauteur de ses chevilles en pleine course, ce qui eut pour effet immédiat de le ramener à la dure réalité du terrain. En d'autres termes, le prof fit un remarquable valdingue et s'étala piteusement devant ses jeunes admiratrices.

Blessé avant tout dans son amour-propre, le prof quitta la partie, non sans avoir proféré à l'adresse de mon père ces quelques paroles menaçantes : "vous, je vous retrouverai"...


Quelques mois plus tard, avait lieu un événement important : il fallait passer le certificat d'étude, ce bon vieux certif qui, pour mon père comme pour la plus grande partie de ses camarades de classe, allait marquer la fin des études avant l'entrée dans la vie professionnelle. Eh oui, à cette époque, dans les milieux modestes, il fallait commencer à trimer jeune pour faire bouillir la marmite, pas question de poursuivre des études ad vitam aeternam.

Mon père, plutôt bon élève, n'était pas trop inquiet avant l'interrogation orale d'arithmétique : il était plutôt doué en la matière.

Mais voilà, en entrant dans la salle pour être interrogé, c'est le choc : l'examinateur n'est autre que - vous l'avez bien sûr deviné - le fameux prof que mon père avait aidé quelques mois plus tôt à progresser dans l'épreuve du plongeon artistique sur terrain de basket.

Suée froide.

Le prof, lui, est impassible. Peut-être a-t-il oublié cet épisode fâcheux ?

"Bien. Voilà l'exercice : vous allez construire à la règle et au compas un carré dont la surface est égale à celle d'un cercle donné. Je vous laisse dix minutes."

Inutile de préciser que ces dix minutes furent une terrible éternité pour mon père. Les suées froides se transformèrent bientôt en grosses gouttes. Une terrible anxiété lui tordait les tripes, car il ne voyait même pas comment aborder le problème. Cette fois, c'était la fin, le zéro pointé, le certif loupé...

Evidemment, vous l'avez déjà compris : le petit exercice en question n'est autre que celui - fameux - de la quadrature du cercle, parfaitement insoluble puisque Pi n'est pas un nombre algébrique.

A l'issue des dix minutes, le prof, petit sourire au coin des lèvres, prit la parole et dit à mon père tétanisé : "vous voyez, je vous l'avais dit que je vous retrouverai... (silence)... Bon, allez, vous êtes bon élève, je vous mets 19/20"...

Le prof était peut-être revanchard, mais il avait oublié d'être con.


Et c'est ainsi que je peux aujourd'hui clamer haut et fort avec fierté que je suis le fils d'un type qui a eu 19/20 en arithmétiques à son certificat d'études en planchant sur la quadrature du cercle.

Ça le fait, non ?

vendredi 16 décembre 2005

Saoul-FifreColis-surprise

Matino, le missiveur du quartier
sur son beau biciclo pététon,
rasé, fonctionnavé de frais,
m'a jeté un paquet su'l' peton.

J'ai engueulavé cet amoindri,
j'y ai chouravé son guidon,
j'y ai fait lécher mes panaris,
et supplier dix-sept fois pardon.

Il a rampé jusqu'au véli-vélo,
s'est mis à pédalader à fond,
moi, j'trouvais ça riragolo,
mais derrière, j'entendis mon blason.

C'était le colis qui blablatait
comme quoi j'étais un grand énerveux,
que les brutes qui se tempêtaient,
c'est qu'ils étaient malbonheureux...

Que lui, dans son indigénie,
au pays des polis costaux,
les gronchons ne font pas un pli :
ils se retrouvent désopilos.

Il m'a racontiné que là-bas,
ils boivent du vin condensé
qui coulisse des grobinets
et qui fait valser la samba.

Les mômes étudent à chantouner
en esgourdant les hirondelles,
et ils prennent pas de fessées
si on les voit se rouler des pelles.

Quand il manque un peu de courant,
on dresse le grimpe-au-toit,
on régule la machine à vent,
on y met de la graisse d'oie...

Pour les légumes et la verdure,
on a un troupeau de bestioles,
elles nous font la fumure,
le lait, la viande-à-casserole...

On montage nos lits, nos roues,
on musique sur des roseaux,
on fait des cabanes aux hiboux,
on se torche avec les impots.

Maintenant, si tu veux t'y pointer,
va t'falloir flairer un moment,
c'est pas près des caves à banquiers,
ni des keufs et leur fourniment.

La télé, l'auto, le ronron,
c'est pas si tranquilo que ça,
dans bombe à neutrons, ya "étron",
enfin, c'est toi qui vois...

Et le colis explosionna.

jeudi 15 décembre 2005

Tant-BourrinLa très aventureuse vie du Chevalier de Tant-Bourrin et de son écuyer Saoul-Fifre (Chapitre V)

(lecture préalable des chapitres I, II, III et IV conseillée)

Où le Chevalier de Tant-Bourrin vit de sombres heures

XIIIème siècle après Jésus-Christ - Quelque part dans le Royaume de France

Le cortège cheminait sur la route qui se nuait en poussière.

En tête, sur son blanc destrier, le Chevalier Hippobert Canasson de Tant-Bourrin, son aura quelque peu défraîchie après ses récentes aventures. Derrière lui, son fidèle écuyer Saoul-Fifre, qui se nuait en mouches.

Bien sûr, la situation du Chevalier s'était quelque peu améliorée depuis la fin du précédent épisode. Un forgeron avait pu débloquer la situation. Celui-ci n'avait eu d'autre recours que de découper toutes les articulations de l'armure. Le Chevalier en avait recouvré sa liberté de mouvement, mais perdu le peu d'allure qu'il lui restait : de son armure déstructurée ne subsistaient que des bouts de tuyau bringuebalant autour de sa poitrine, de ses bras, de ses jambes, tels d'énormes bracelets de métal.

Et en sus, le Chevalier commençait à broyer du noir. Lui qui sentait que son destin était d'être le sauveur du monde se désespérait du manque d'aventures dignes de son rang.

Et rongeant son frein, dans l'espoir de voir quelque malfaisant ou quelque monstre surgir des fourrés qui lui donneraient l'occasion de prouver sa valeur de noble Chevalier, il cheminait donc.

Rectification : en l'occurrence, il ne cheminait plus, il était arrêté sur le chemin, regardant vers les fourrés qui le bordaient. Saoul-Fifre n'était plus sur sa bourrique miteuse et semblait avoir disparu. Que s'était-il donc passé durant le court instant où nous les avons quittés des yeux ? Serait-ce le début d'une grande aventure ? Un monstre se tapirait-il donc vraiment dans ces fourrés ? Approchons-nous et écoutons...

Lire la suite

mercredi 14 décembre 2005

Saoul-FifreDécouvrir l'intérieur de l'île

le dernier billet de Manou , et aussi le commentaire que Tant-Bourrin a mis dessus, a remué mes souvenirs et remonté un de mes vieux textes à la surface. Ça se corse, ne vous éloignez pas du guide !

Lire la suite

mardi 13 décembre 2005

Tant-BourrinDécrocher le teint pâle

Saoul-Fifre est bien déçu : son teint n'est point hâlé
Comme il sied quand on fait des travaux agricoles.
Son minois est blafard et terne à en chialer,
Mais il l'a bien cherché : c'est parce qu'il picole !

Moralité : La bibine fait pâle couenne

lundi 12 décembre 2005

Saoul-FifreTonton Z (comme zéolite zygomatique)

Tonton Z nous a dégotté un générateur de tombes de toute beauté. En fouinant sur la toile, il est tombé sur un site altruiste, s'il en est : Tombstone Générator Ces gars-là ont acheté une concession perpétuelle en haut d'une colline, avec une vue magnifique, un lac en contrebas, l'endroit respire le calme et les âmes doivent y trouver facilement le repos auquel elles aspirent, après cette vie de con que le système leur fait mener. Dans ce petit paradis, ces bienfaiteurs de l'humanité ont fait dresser à grand frais un monumental bloc du plus pur granit, et donnent à tous les candidats, vous, moi, la permission de faire graver dessus leur épitaphe, ou n'importe quel texte de circonstance qui aura pu trouver sa place dans ces 5 lignes de 18 espaces, car le challenge est bien celui-ci !

J'espère que vous vous amuserez autant que moi. Ceci n'est pas une chaîne, chacun réagira comme il voudra.

dimanche 11 décembre 2005

Tant-BourrinAllais, les verts (et les autres couleurs)

Saoul-Fifre se plaignait récemment dans un billet de ce que les pauvres bouseux provinciaux comme lui ne pouvaient pas bénéficier d'une offre culturelle aussi abondante que celle proposée aux Parisiens, notamment en matière d'expositions.

Eh bien, puisque Saoul-Fifre ne peut venir à la Culture, j'ai donc décidé, dans ma grande générosité, de faire venir la Culture à Saoul-Fifre et à tous les blogueurs du monde entier, en réunissant dans ce billet les oeuvres d'un artiste-peintre trop méconnu : Alphonse Allais.

Oh, bien sûr, Alphonse Allais, ce nom ne vous est pas inconnu : vous connaissez l'humoriste, le faiseur de bon mots, de petites phrases passées par dizaines à la postérité, mais que reste-t-il aujourd'hui de son oeuvre picturale dans la mémoire collective ? Peu de chose hélas, sinon le premier tableau de la galerie que je vous propose de visiter, le seul à avoir acquis une certaine renommée, même si, hélas, on en ignore généralement l'auteur.

Alors, n'hésitez pas : je vous propose une petite visite de l'oeuvre d'Alphonse Allais, peintre... Suivez le guide !

Lire la suite

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 >