Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 17 octobre 2007

Tant-BourrinLes machines souffrent aussi

Nous avons tous lu un jour ou l'autre une de ces histoires de science-fiction dans lesquelles des robots extrêmement sophistiqués en viennent à acquérir une conscience et à éprouver des sentiments avant de conquérir le monde, de tomber amoureux, de se suicider ou de se précipiter dans les magasins pour s'acheter un ravissant petit tailleur rose fuschia.

Bien sûr, tout ceci n'est que fruit de l'imagination et, une fois les livres refermés, on oublie tout cela et l'on passe à autre chose.

Mais ne vous êtes-vous jamais demandé s'il n'y avait pas un fond de vérité derrière tout ça ? Pourquoi nos ordinateurs, nos lecteurs de DVD, nos fours à micro-ondes, nos réfrigérateurs, bourrés d'électronique et de savoir-faire humain, n'auraient-ils pas une âme ou quelque chose s'en approchant ? Qui sait si votre lecteur mp3 ne pleure pas à chaudes larmes en vous jouant "Qui saura" de Mike Brant dans les oreilles ? Ou si votre batteur à oeufs ne rêve pas secrètement de devenir batteur dans un groupe de rock ?

Eh oui, il faut vous faire à cette idée : les machines souffrent elles aussi !

Comment ? Je devine un léger scepticisme dans le lectorat ? Eh bien, grâce à des techniques révolutionnaires développées par Blogborygmes, nous avons pu réaliser quelques enregistrements de machines prouvant leur très grande sensibilité.


Voici tout d'abord une bien émouvante interprétation de "Ne me quitte pas" par un GPS. Poignant, non ?

Blogbomachines - Ne me quitte pas (J.Brel)


(Téléchargeable directement ici)


Et, pour vous prouver que les machines ont bien du talent, voici un extrait de "Horace" de Corneille, déclamé avec émotion par une cafetière programmable. A quand des machines à la Comédie française ?

Blogbomachines - Horace (Corneille)


(Téléchargeable directement ici)


Les machines sont aussi des êtres vivants comme vous et moi, qui savent partager de bons moments de convivialité en se racontant de bonnes blagues. Voici un petit échange entre deux distributeurs automatiques de boisson. N'aimeriez-vous pas les compter parmi vos amis ?

Blogbomachines - Bonne blague


(Téléchargeable directement ici)


Enfin, les machines sont capables d'éprouver de doux frissons amoureux. Ecoutez le petit dialogue qui suit entre un robot-mixeur et une plaque chauffante. Ne sont-ils pas mimis tout plein, ces deux tourtereaux ?

Blogbomachines - Dialogue d'amoureux


(Téléchargeable directement ici)

Voilà. Je pense que la démonstration est imparable. Vous ne regarderez désormais plus les machines qui vous entourent du même oeil.

Merci qui ?

Merci Blogborygmes !









... et merci aussi à Kali, le logiciel de synthèse vocale développé par l'Université de Caen et le CNRS (dans le but très louable d'aider les non-voyants), sans lequel ce billet n'aurait pas été possible ! :~)

lundi 15 octobre 2007

BofL'age des ténêbres

Frappé du terrible mal qui frappe un jour chaque blogueur, quelque soit son age son sexe ou le processeur qui anime son pc, je me vois contraint par la panne d'inspiration de vous livrer ce jour une critique cinéma.

Non, en vrai j'ai juste envie de causer un peu de ce film.

Avant d'y aller, j'avais interrogé mes contacts du coté ouest de la grande mare. mais pas de bol, ce film portant pourtant haut et fort à l'origine sa québéquitude ne sera là-bas à l'affiche qu'à Noël. Un esprit méfiant m'a alors déclaré que ce n'était pas bon signe. L'esprit méfiant était féminin, et la femme par essence suspicieuse et mauvaise langue (là normalement le Saoulf ou Tee Bee devraient faire un commentaire graveleux) je n'ai donc pas tenu compte de l'avis.

Le réalisateur, c'est Denys arcand ("le déclin de l'empire américain" ou plus récent, "Les invasions barbares"). Un gars qui privilégie le fond à la forme: c'est généralement correctement filmé, mais sans plus, l'intérêt étant ce qui se dit, plutôt que la façon dont c'est filmé. Moi j'aime assez, et y a pas ce coté prétentieux casse-couille de nos rohmermillerdoillonetcetcrajoutezlesnomsquevousvoulez. Voilà, à ce stade je viens de me faire plein de nouveaux copains. Ahem.

Le film donc: devant la mornitude de son existence un quadra a pris l'habitude de rêver sa vie pour mieux la supporter, mais cette chienne (de vie) va se charger de le ramener sur terre. J'en dirais pas trop si des fois vous vous décidiez à visionner le truc, mais les deux heures du film vont permettre à Arcand de flinguer gentiment - je cite et j'en oublie - le couple, l'administration, les ados, le politiquement correct, le système de santé, les flyés*, la politique anti-tabac et plus généralement l'absurdité de nos vies. Certaines scènes justifient le film à elles seules (le toubib qui se lâche, le conseil de discipline), d'autres le plombent un peu.

Ça fait parfois enfonçage de porte ouverte, c'est parfois longuet ou totalement kitch, et la fin empruntée à Candide discutable, mais je regrette pas du tout la séance. Un bon moment de cinéma, des expressions que je me lasse pas d'entendre, et de tout bons acteurs, anyway (ça fait couleur locale), je serais vous, avec deux heures devant moi, j'irais y faire un tour.

*allumés du bulbe

samedi 13 octobre 2007

Saoul-FifreDeuxième famille

Nam' nous a fait monter les larmes aux yeux avec cette belle fiction si peu fictive qu'elle a publié sur son propre Skyblog. Nam' est une des amies "à la vie à la mort" de notre fille Zoé et à ce titre, fourrée assez souvent à la maison. La vraie famille de Nam' est une tout ce qu'il y a de chouette famille mais l'enfance exige de grandes ailes pour planer sur sa liberté.

Alors Nam', qui a rencontré un Tahitien, rêve d'un grand voyage de l'autre côté de la Terre. Elle a 14 ans et s'imagine à l'âge de 18 ans, majeure, à la veille de la belle envolée...

Je n'ai rien lu de plus beau depuis un sacré moment alors je lui ai demandé la permission de publier ici son poème en prose, pour vous en faire profiter, même si certains rustres auxquels je pense ne méritent pas autant de finesse et de pureté.

Ce texte se trouve catégorisé dans "La vraie vie" car le rêve fait partie intégrante de la Vie.

Lire la suite

jeudi 11 octobre 2007

ManouA, B, V





A travaille dans un service informatique particulièrement performant. Mère de deux enfants, elle participe également à la vie politique et syndicale. Elle se change les idées une fois pas semaine en dansant le rock and roll.

Un lundi matin, terrassée par une immense fatigue, A s'écroule au bureau. Elle se sent incapable du moindre effort. Même les courses au Franprix voisin deviennent un véritable calvaire. Elle revient à son poste, s'écroule à nouveau. Après toute une série d'examens médicaux, le médecin d'A rend son verdict : elle développe une dépression masquée. La tête d'A se persuade que tout va bien mais son corps refuse de suivre.

Un traitement à base d'anti-dépresseurs permettra à A de reprendre le travail au bout de trois mois.






B enseigne le karaté depuis 20 ans. Bien qu'extrêmement puissant, il pratique avec une grande précision doublée d'une douceur étonnante. Son origine étrangère le fait parfois buter sur les mots quand il explique une technique dans les détails. Jamais B ne se permet de geste violent ou de remarque assassine. Il encourage les nouveaux comme les anciens. A lui tout seul, B est une école de respect, d'humilité et de persévérance.







Tu es un cœur qui bat parmi des millions. Un grain de sable. Unique. L'adolescent filiforme cherchant encore et toujours le corps à corps bagarreur alors qu'il y a belle lurette que je n'ai plus le dessus. J'aime tout de toi. Je t'ai vu naître. Ton bonheur m'importe tant.

Découvre tes potentiels. Apprends, cultive, crois, ose, confronte-toi au monde, communique, échange, donne, regarde, aime. Tu n'as qu'une vie. Que chaque respiration te soit profitable.

mercredi 10 octobre 2007

Tant-BourrinJ'ai vomi dans mes cornflakes

Non, non, rassurez-vous, je vais bien ! Mais aujourd'hui, plutôt que de laisser le blog en stand-by, je vous fais partager un coup de coeur que j'ai eu pour un court-métrage sur lequel je suis tombé au cours de mes pérégrinations internautiques.

"J'ai vomi dans mes cornflakes", c'est en fait le titre de ce court-métrage, réalisé en 2004 par Pierrick Servais et récompensé de nombreux prix. Autant dire que ce court-métrage n'est pas neuf et a déjà acquis une certaine notoriété : ce n'est donc pas un scoop d'une actualité brûlante que je vous fais partager ; peut-être même étais-je le dernier ici à ne pas connaître pas ce film... Mais peu importe : c'est sombre, c'est noir, ça fout définitivement le moral au fond des chaussettes. Bref, j'adore ! :~)


mardi 9 octobre 2007

Tant-BourrinLa forêt écarlate

Je vais aujourd'hui refaire joujou avec des bruits pour habiller sonorement un vieux poème de jeunesse, comme je l'avais déjà fait avec "angoisse".

L'étape la plus difficile a été la recherche sur le net du bruitage que j'avais en tête : celui d'une course à pied dans les feuilles mortes, le gravier, l'herbe, et si possible mélangé avec celui du halètement du coureur. Facile à formuler mais difficile à trouver : Gogol restait insensible à mes suppliques, et me m'apprêtais à renoncer à mon projet au profit d'un billet de secours (un billet sur la réalisation de fixe-chaussettes en macramé).

Bien sûr, les mauvaises langues qui hantent ce blog diront que je n'avais qu'à aller moi-même courir en forêt et m'enregistrer pour avoir ce que je voulais. Mais, premièrement, je n'ai pas le matériel d'enregistrement adéquat et, deuxièmement, est-ce que j'ai une tête à faire du jogging ou n'importe quelle sorte de sport, moi ? Non mais !

De toute façon, peu importe, car le miracle se produisit : je suis tombé sur un site fabuleux en matière d'enregistrements sonores en tous genres, le Freesound Project, un site collaboratif ou des milliers de passionnés mettent en accès libre (sous licence Creative Commons) des milliers et des milliers d'enregistrements.

Et en fouillant, j'y ai trouvé exactement ce que je cherchai. Un immense merci donc à Victorcenusa pour son fichier qui m'a ici été très utile !

Partant de là, j'ai de nouveau fait mumuse avec mon ordi et déclamé pour vous un vieux texte de ma folle adolescence, baptisé "la forêt écarlate".

Oui, je sais, encore une fois, ce n'est pas vraiment de la musique. Oui, je sais, encore une fois, je me la pète grave sur ce morceau. Et alors, ça vous défrise ?


La forêt écarlate (Tant-Bourrin)



Un petit morceau dansant pour égayer vos longues soirées d'hiver !
(téléchargeable directement ici)

dimanche 7 octobre 2007

Bofle billet sportif du jour.

Bien, merci d'avance à tous ceux qui, après la découverte d'un billet aussi affligeant que celui publié voilà déjà huit jours en ces lieux, n'hésitent pas à m'offrir une chance de redorer un blason d'apprenti billetiste quelque peu terni, déjà, et si vite.

Il y a huit jours, vous découvriez de vos yeux incrédules les pratiques poétiques en vogue en des lieux qu'on croyait perdu pour l'élévation des esprits. Vous en fûtes j'en suis sur ébahis, ébaudis, et quelque peu atterrés, ne niez pas, j'ai des noms. Soucieux de rester en des zones non défrichées par la famille blogbo, je vais continuer dans la veine sportive, veine qu'une pratique intensive du baby foot m'autorise à exploiter sans vergogne.

Cette semaine je vais donc vous parler de football. Pourquoi de football?

Les plus intuitifs d'entre vous n'auront pas été sans déceler sous l'apparente bienveillance de mes propos une teinte infime d'ironie, ironie que je me refuserais à employer en parlant de rugby par exemple, qui est comme chacun sait un vrai sport, et non un concours de simulations en tout genre pratiqué par des gravures de mode décérébrés et surpayés. Si certains doutent du bien fondé de mes assertions, je tiens à leur disposition quelques relations susceptibles de leur ouvrir pacifiquement les yeux sur les réalités du noble sport qu'est la pratique du ballon ovale:

Je parlais donc football avant que de tenter discrètement et sans violence inutile votre conversion à l'ovalitude. Football, et partant de là footballeur: je me propose ici d'éclaircir un grand mystère, qui je le sais et j'ai les noms encore une fois, perturbe les nuits sans ivresse d'un grand nombre d'entre vous, et vouses. Mais qu'est donc devenu l'ami Barthez, le grand Barthez, le célèbre inventeur de la gigite (la gigite c'est quand sous la pression de l'évènement t'as les poils du cul qui s'agitent, pour les incultes) le seigneur des surfaces, le prince des sorties hasardeuses et l'icône des publicités mc donald.

Oui, qu'est il devenu?

Facile, Barthez,
mon chat l'a bouffé.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 >