Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 24 novembre 2006

Tant-BourrinPetit guide de survie pour réunions mortelles

Ce billet s'adresse à vous, frères de souffrance, qui travaillez comme moi en entreprise et avez régulièrement à vous fader de ces réunions bubble-gum, informes, interminables, sans intérêt, gluantes, durant lesquelles quelques-uns s'écoutent dégoiser sans fin une logorrhée byzantine pendant que les autres s'efforcent désespérément de laisser s'écouler des heures filandreuses au possible.

Oui, amis de misère, vous ne savez pas comment occuper votre esprit au mieux pendant cette quasi-éternité que sera votre prochaine réunion - inutile - de service et vous songez même déjà au suicide : tout plutôt qu'une énième réunion purgative !

Heureusement, Blogborygmes est là ! Voici quelques petits trucs utiles qui vous permettront de faire passer le temps plus vite pendant ces réunions...

Merci qui ? Merci Blogborygmes !


Activités culturelles :

Procurez-vous auprès de votre secrétariat un cahier format A1 (84x59,4) en prétextant que ça vous permet de prendre plus de notes, ou que votre vue a baissé, ou cela fait faire des économies au service par effet d'échelle, ou n'importe quelle autre excuse bidon. Il ne vous reste plus qu'à planquer discrètement l'Equipe à l'intérieur du cahier pour prendre tranquillement connaissance des résultats (ou, plus précisément, de l'ampleur de la défaite) du PSG du week-end.

Nb : si vous préférez la lecture de Pif Gadget ou de Gala, un cahier format A3, plus facile à se procurer, est suffisant.


Activités hygiéniques :

Pourquoi ne pas profiter des trois ou quatre longues heures de réunion qui vous attendent pour parfaire votre toilette du matin, expédiée au pas de course par manque de temps ? Parce que là, au moins, vous en avez à revendre devant vous, du temps !

La décongestion des fosses nasales (le curage de nez, quoi) est l'activité la plus facile à pratiquer, car elle ne nécessite qu'un doigt. En revanche, il est préférable de l'éviter si votre position dans la réunion est trop centrale (et donc trop visible), sous peine de passer pour un rustre. Ou alors faites-le avec le petit doigt tendu, c'est plus élégant. Ou alors planquez-vous au préalable derrière votre cahier format A1 (voir "activités culturelles").

Passez ensuite au nettoyage des ongles, à l'aide d'un trombone légèrement déplié camouflé dans la main. Pour ensuite les polir, évitez l'usage d'une lime, trop voyante : contentez-vous de frotter vigoureusement le bout de vos ongles sur le rebord de la table de réunion. Evitez également de vous passer un coup de vernis à ongles en pleine réunion, à cause de l'odeur trop caractéristique (ou alors, pétez un bon coup juste avant pour la dissimuler).

Le curage des oreilles pourra se faire aisément en camouflant un capuchon de stylo Bic au creux de la main. Le cérumen collecté pourra être discrètement éliminé en le collant sous l'assise de la chaise ou, si vous vous découvrez une mèche rebelle, en l'étalant discrètement sur les cheveux en guise de gomina.

Vérifiez ensuite, du bout des doigts, la qualité de votre rasage (réservé donc uniquement aux hommes et aux Portugaises) jusqu'à découvrir LE poil résiduel au milieu de la joue qui a réussi à passer au travers. Partant de là, deux options s'offrent à vous :

  • vous avez emporté un coupe-papier avec vous. Essayez de couper le poil rebelle sans vous faire remarquer. Prévoyez quand même par avance une excuse bidon pour expliquer pourquoi vous avez subitement la joue en sang.
  • vous n'avez rien sur vous pour couper le poil. Partant de là, vous n'allez plus pouvoir détacher vos pensée de ce poil revêche, vous allez passer et repasser sans fin votre doigt dessus, ce poil va devenir votre obsession. C'est tout bénéfice pour vous : penser à ce poil est beaucoup moins douloureux que de penser à la réunion en cours. Effet secondaire possible : si la réunion dure trop longtemps, risque de névrose obsessionnelle à prévoir.


Activités ludiques :

Les petits jeux, c'est bien connu, aident à faire passer agréablement le temps. Une réunion interminable et chiante est donc un terrain de jeux idéal.

Par exemple, vous pouvez rouler entre vos doigts une crotte de nez (voir "activités hygiéniques") pour en faire une boulette. Et voilà un superbe ballon de foot miniature ! Il ne reste plus qu'à trouver une cible et à se fixer pour objectif de l'atteindre d'une chiquenaude : l'espace entre les coudes de Lambert et de Dutilleuil qui ronflent en face de vous, le gobelet de café de cet empaffé de Sanglochon, ou alors la grille de ventilation du rétro-projecteur, tout est possible ! Attention toutefois aux frappes dévissées qui ratent leur cible. Si votre crotte de nez venait à atterrir sur la joue de votre chef de service, pensez à vous tourner d'un air réprobateur vers votre collègue Poupinard qui ronfle à côté de vous, juste histoire de détourner l'opprobre sur lui.

Autres activités ludiques envisageables pour tuer le temps :

  • essayer de faire tourner un stylo entre vos doigts comme un bâton de majorette. Il est toutefois préférable de ne pas insister au-delà du premier collègue éborgné.
  • comptabiliser le nombre exact de carreaux dans votre cahier 200 pages. Là encore, le choix d'un cahier format A1 permet de prolonger le plaisir.
  • s'amuser à prendre des notes de mille façons : en tenant le stylo entre l'index et le majeur, en le tenant par son extrémité, en écrivant de la main gauche si on est droitier (et vice-versa), etc. Attention de ne pas s'enflammer : écrire en tenant le stylo dans la bouche risque de vous faire remarquer.


Activités de développement personnel :

Puisque le monde extérieur devient subitement sans intérêt pendant ces réunions oiseuses, pourquoi ne pas en profiter pour faire du développement personnel ?

Vous pouvez par exemple vous amuser à faire du calcul mental pour entretenir vos neurones, en extrayant de tête la racine cubique de 23806 ou en calculant le logarithme népérien de 42,774. Attention toutefois à rester discret : ça risque de se voir si vous vous mettez à compter sur vos doigts pour trouver le résultat de 3 + 4.

Vous pouvez également profiter de la réunion pour dresser un mur mental entre vous et l'extérieur et vous livrer à une séance d'introspection en plongeant profondément en vous. Qui suis-je ? Où vais-je ? Quel est le sens de la vie ? Pourquoi ?... Garder les yeux mi-clos peut vous aider à dresser cette barrière mentale. Attention toutefois : vos ronflements sont susceptibles de trahir votre activité introspective.


Activités utilitaires :

Au final, si, comme moi, vous avez un lectorat insatiable et exigeant, vous finirez vite par comprendre que la meilleure activité à avoir pendant une réunion spongieuse est tout simplement de vous avancer dans la rédaction de billets pour votre blog. C'est facile, c'est extrêmement discret, et ça vous libère du temps pour vos soirées. Bref, c'est tout bénef' !

Seul petit danger, vous risquez, comme moi récemment, de vous entendre dire par votre chef de service en fin de réunion : "Ah, Tant-Bourrin, puisque j'ai vu que tu as pris pas mal de notes, tu nous rédiges le compte-rendu de la réunion ?"

jeudi 23 novembre 2006

Saoul-FifreLe problème est : "Réseaux lus"

Mais qu'est-ce à dire, quelles sont-ce vos motivations et pourquoi donc est-ce que vous vous exhibez comme ça devant des voyeurs que vous ne connaissez pas sur internet ? Ce sont des questions qu'elles sont subtiles et je vous en voudrai toute ma vie de les avoir posées.

David a poussé un cri sur le sujet qui a désarçonné et traumatisé tout le monde, enfin une partie du petit monde de la beau-gosse-faire. Pascal a embrayé aussi sec sur le même sujet en nous racontant que sa mère ne reconnaissait plus son fissou chéri à elle. Je dois reconnaître que dans mon entourage, la plus grande circonspection est de mise quant à ma relation à Blogborygmes. Mes meilleurs amis boycottent le blog sans faille aucune. Ma famille n'y pose jamais un pied, encore moins un œil, et je dois dire que j'apprécie la liberté de parole que ça me permet.

David, qui avance à visage découvert, doit toujours être en train de se demander si sa belle doche ou son patron vont lui servir une soupe à la grimace à leur prochaine rencontre. Enfin j'imagine. Et j'admire son attitude ouverte.

Dès le début, nous avons été d'accord avec Tant-Bourrin sur l'anonymat nécessaire, qui limite l'auto-censure. Lui et moi ne voulions pas que n'importe qui, un voisin, un collègue, un faux-frère, tape nos vrais noms dans un moteur de recherche et tombe sur ce blog irrespectueux de tout et de tous, dénué d'infirmiers psychiatriques, et au foie en très mauvais état. Par la suite, mis en confiance par l'attitude correcte de commentateurs, j'ai brisé cette barrière de l'anonymat, surtout avec ceux qui n'étaient pas masqués, pour respecter l'égalité, bien que chacun voie midi à sa porte et que tout le monde doive être libre. Je leur garantis le secret comme ils me le promettent.

Nos motivations ont été à peu près les mêmes. TB avait son site, m'encourageait à en faire un, notre correspondance tournait un peu en rond, il m'a appris l'existence des blogs, m'a donné quelques adresses, j'ai trouvé ça sympa, je traversais une période où j'avais un peu de mal à "produire du texte"... Je crois que nous nous sommes dit en même temps qu'ouvrir notre correspondance privée à un public aurait des avantages certains : avoir un retour critique, évoluer, s'astreindre à peaufiner la forme, à pisser de la copie à jet soutenu, debouts devant le lutrin comme le Grand Victor...

Notre maître-mot est ECRITURE. Nous aimons écrire, mais sans doute pas assez, ou trop, ou plus ou moins c'est selon, pour descendre dans l'arène du système, nager avec les requins du showbizz, jouer des épaules et rouler sa caisse dans la foule des candidats affamés aux dents longues. Nous préférons rester amateurs, au sens noble, que passer professionnels, avec tout le stress, et les refus hypocrites des éditeurs, et les salamalecs incontournables des promotions en tête de gondole. Disons surtout que TB, doté d'un "bon métier", n'en voit pas la nécessité, et que moi, je n'ai ni le courage ni la patience qu'ont Chutney , notre sœur blogborygmique, ou bien Nathalie ...

Les français lisent beaucoup, achètent beaucoup de livres, mais ce sont surtout des tubes, des best-sellers, ou bien alors des livres qui n'ont rien à voir avec la littérature. Si Arielle Dombasle décidait de faire des révélations sur son mari Pierre Dombasle, les éditeurs se battraient au cutter pour la publier et le gagnant lui filerait un chèque en blanc comme à-valoir. Par contre Mariolle le complet inconnu, qui a pourtant un bout de plume sympathique, n'a aucune chance de voir publier les élucubrations de son journal intime. Ha, s'il atterrissait sur l'Elysée en parapente, son manuscrit intéresserait sans doute plus le monde désintéressé de l'Edition. Avant, ceux-ci se contentaient de tirages de quelques milliers. Des tas de talents pondaient leur livre annuel et arrivaient à crouter. Depuis, les dents ont poussé, et les jeunes loups éditoriaux veulent le gros coup ou rien. Ils traquent les plumes dont le bustier est susceptible de crever l'écran, le prédateur scandaleux qui sidaïse la chair fraîche sans capote, ou surfent sur de modestes mouvances genre "Bâtissez votre cathédrale en 10 leçons".

Dégoûté, le peuple a inventé le blog. Pas de grosses maisons à démarcher. Pas de secrétaires au ton méprisant, pas de barrage entre auteurs et décideurs. Un public, un lectorat, un échange égalitaire, une réactivité inouïe, une chaleur (moite sur les billets manouins) dont n'ont pas idée les locataires de tours d'ivoire. D'accord, pas d'argent. Mais qui vit de sa plume aujourd'hui, à part quelques happy fews auto-sponsorisés, qui vivent déjà de leurs rentes, de leurs amitiés politiques, de leurs dommages et intérêts ou de leurs pertes et profits ?

Où est la prise de tête spécifiquement blog ? Il ne faut pas demander aux blogs plus qu'il ne peuvent donner. Les relations entre billetistes et commentateurs sont la plupart du temps pleins de réciprocité, ce qui est plutôt positif et moins virtuel qu'une relation quasi unilatérale auteur/lecteur.

Il n'y a pas de Docteur Jekyll et de Mister Hyde. Saoul Fifre est une composante du péquenal provençal X.W., et lui ressemble étonnamment. Nul ne songerait à reprocher à Louis-Ferdinand Destouches d'avoir pris pour nom de guerre celui de sa mère. Pendant que Céline ratait de peu le Goncourt, Destouches soignait anonymement et gratuitement les indigents. Q.Y. a pris comme pseudo Tant Bourrin, ce qui n'enlève rien à son talent. Et Manou booste nos statistiques de visites avec ses petits doigts prestes sur son clavier de prestidigitateuse. Il faudra qu'elle me donne la recette.

Le blog n'est qu'une revue, une gazette, mais interactive, et donc interaffective. Nous recevons environ 7000 lecteurs-invités par mois. Nous avons la visite de 1200 abonnés fidèles, qui reviennent régulièrement. Evidemment, c'est une goutte d'eau par rapport aux 5000 lecteurs quotidiens qui vont chez Ron l'infirmier (vu à la télé), mais cette goutte d'eau est fascinante. Le blog n'est qu'un outil comme un autre. Il sera ce que nous en ferons. Comme dans une fourche, un crucifix, une gousse d'aux, il n'y a rien de magique ou de diabolique en lui. Et nous ne serons déçus que si nous attendons trop de ce nouveau patron de chez Modes et Bravos.

Ça suffa comme ci, Nathalie ? Tu le rouvres, ton blog q:^) ?

mercredi 22 novembre 2006

ManouFiche-cuisine

--

Il paraîtrait que Dominique Strauss Kahn s’intéresse depuis peu aux fiches cuisine. Une rumeur reste une rumeur, je vous l’accorde. Cependant, c’est le propre d’un grand homme que de savoir anticiper. Et maintenant que Dominique Strauss-Kahn disposera d’un peu de temps libre, il pourra s'essayer à la méthode ci-dessous :

Mode opératoire pour l’utilisation optimum d’une fiche-cuisine.

Vous entrez dans la vraie vie. Tout ce que vous brûlerez sera définitivement immangeable. Tout ce que vous casserez ne se relèvera pas pour tenter de vous en mettre une. Abandonner l’idée de convertir une casserole en épée laser. Méfiez-vous, les plaques chauffantes chauffent vraiment.

La seule chose qui vous puissiez espérer, c’est que votre femme vous préfère nu sous le tablier. Un peu comme dans les films X que vous tentez de télécharger. Généralement et contrairement à la vraie vie, le son arrive avant l’image. Un cri bestial déchire la maison. Votre femme : « Tu m’appelles, chéri ? ». Vous : « Non, non, je me coupe les ongles de pieds ». Votre femme : « J’arrive ».

Saisissez-vous de la fiche cuisine. Lisez. Pas le calendrier, lisez la fiche-cuisine. « Profiterolles au lait reconstitué de cacao maigre écrémé». Vous vous êtes trompé de fiche. Il s’agit d’une recette Weight Watchers. Poubellisez.

Prenez plutôt la fiche “Tartiflette”. …. Ah…Vous réalisez qu’il faut faire des courses. Découvrez l’Intermarché du coin où la vraie vie règne également. Votre souris déprime d’impuissance. Le temps que les pommes de terre et les oignons ne se pèsent pas tout seuls, le temps que le reblochon montre son tampon rouge AOC, vous arrivez au bout d’une vingtaine de minutes à la caisse. Sans le bas, la caissière ne vous prend pas au sérieux. Cependant vous devez être en forme puisqu’elle sourit en vous tendant le ticket.

Bien. Les ingrédients sont au complet. Epluchez les légumes. Il n’est pas nécessaire de dénoyauter les oignons, mais si vous y tenez…. « Coupez les oignons en fines lamelles » ne consiste pas en un hachage compulsif, mais si vous y tenez … Par contre, même si vous n’y tenez pas, débrouillez-vous pour que les pommes de terre finissent en cubes d’à peu près un centimètre de côté. Oui, je sais que ça donne approximativement 87 dés par pomme de terre. Ranger votre calculatrice.

Faites revenir oignons et pommes de terre dans quelques cuillères l’huile d’olive. Sortez les cuillères de la sauteuse. Mélanger (sans les mains) jusqu’à ce que les oignons soient bien roux puis disposez le tout dans un plat à gratin. Retenez-vous de mixer. Ne secouez pas.

Avoir baigné dans la politique extérieure est un plus manifeste pour comprendre ce qui va suivre. Coupez le reblochon en deux, puis à nouveau en deux dans le sens de l’épaisseur. Vous obtenez 4 morceaux de reblochon identiques qui en vue de dessus ressemblent chacun à une moitié. Grattez la peau de façon à en ôter la couche blanche superficielle. Vous pouvez, à vos risques et périls, recycler cette matière blanche en cotons-tiges ou en boules Quiès.

Disposez le reblochon sur le mélange oignons-pommes de terre, peau (du reblochon) vers le ciel. Mettez au four 4,5 minutes à 670 °C ou 13 minutes à 346 °C ou 31 minutes à 199, 99°C et ne me gonflez pas avec les arrondis.

mardi 21 novembre 2006

Tant-BourrinPatate chaude photographique

Ce coup-ci, c'est Freefounette qui m'a chaudement empataté avec un questionnaire en images imaginé par delphinE.

Celui-là m'a puissamment emmerdé, puisqu'il ne s'agissait pas de répondre avec des mots mais avec des images. Mais bon, comme je ne suis pas du genre à cracher sur une idée de billet, surtout lorsque je suis à sec d'inspiration, j'ai pris mon appareil photo et je me suis lancé (toutes les photos sont copirailletée Blogborygmes, hormis la n°9 que j'ai juste bidouillée au niveau des couleurs)...


Exprimez en image ce que ceci vous inspire :



1. Liquide et Végétal ...



2. La couleur Rouge ...



3. Vous en Mouvement ...



4. Et que feriez vous de La lettre "M" ?



5. Une photo à la lampe de poche (héhé)



6. De quoi vous ne pourriez pas, mais alors pas du tout vous passer ?



7. Vous n'aimez pas ...



8. Qu'y-a-t il dans votre frigo ?



9. Une utopie, un rêve ...



10. C'est comment chez vous ?



Ouf ! Une bonne chose de faite ! Voilà maintenant le moment jouissif de la transmission de patate chaude, ce petit instant nirvanesque où j'entends le bruit des fesses qui se serrent...

Hé, hé, hé !

Bah, non, je ne serai pas chien sur ce coup-là : vu la nature du questionnaire, je ne vais imposer à personne de répondre. Qui se sent de le faire n'a qu'à considérer que je lui ai transmis la patate chaude et envoyer la purée !

Et maintenant, je vous préviens : je tire à vue sur le prochain qui essaie de me refiler une patate chaude !

lundi 20 novembre 2006

Saoul-FifreProf ET Timide ? C'est Joyeux !

Vous avez Rousseau en maths cette année ? Vous allez rigoler !!

Sa réputation était en béton, bien installée dans tout le lycée, un clown malgré lui, un pauvre prof complètement à côté de ses pompes, sans aucune autorité, et de la vieille école. Veuf ou vieux garçon, on a jamais su, mais on ne l'imaginait tout simplement pas entre des bras féminins. Il était petit, terne, habillé sans goût, timide, on sentait que chaque rentrée devait être une torture pour lui, qu'il avait dû passer tous ses congés à prendre de bonnes résolutions, à essayer de durcir sa voix, de redresser sa taille devant la glace. Et à chaque fois, ça ratait, ses élèves se foutaient de lui ouvertement, les punitions données n'étaient pas faites, sa hiérarchie ne le défendait pas, et quand nous parlions de son cas avec les autres profs ou avec les surveillants, personne n'arrivait à retenir un sourire et tous levaient les bras au ciel.

Bien sûr, c'était les classes de "littéraires" qui y avaient droit à tous les coups. Vous comprenez, c'est moins grave, avec votre coèff ridicule en maths. Et rien ne vous empêche de bosser tout seuls, bande de fainéants. De toute façon, vous vous doutez bien qu'on ne peut pas le virer, il est à 2 doigts de la retraite, vous avez pas eu de pot, c'est tout, vous seriez nés quelques années plus tard, vous passiez à côté du cadeau.

Alléchés par les sourires élargis jusqu'aux oreilles des redoublants, nous attendions avec impatience notre 1er cours de mathématiques avec le si célèbre Monsieur Rousseau, qui faisait si bien l'unanimité sur son cas. Autant vous dire tout de suite que nous ne fûmes déçus en rien. Le bonhomme fut fidèle à la réputation qui le précédait. Comme les autres années, il avait pris la décision de faire montre, dès le 1er cours, de son sens de la justice, certes, mais dans la fermeté et l'ordre. Il attaqua en se présentant, nous rappela que nous allions passer une année ensemble et que tout allait bien se passer pourvu que chacun veille à respecter certaines règles qu'il allait nous dicter.

Veuillez prendre une feuille de copie double et écrire ce qui suit, deux points.

Les devoirs doivent être rédigés sur des feuilles de copie double, virgule, de format écolier, virgule, comportant une ligne de marge, point. Cette prescription concerne également les feuilles intercalaires éventuelles, point.

Nous commencions à pouffer, point.

Sur la première page de chaque devoir, virgule, l'élève doit indiquer en haut et à gauche son nom, virgule, son prénom et sa classe, point. En haut et à droite, virgule, la date à laquelle le devoir doit être remis et le numéro du devoir, point. En haut de la première page de chaque feuille intercalaire éventuelle, virgule, l'élève doit indiquer son nom, virgule, son prénom et s'il y a lieu, virgule, le numéro de la feuille intercalaire, point. L'élève n'a pas à recopier les énoncés des exercices sur sa copie, point. Il doit indiquer dans la marge, virgule, en tête de la solution de chaque exercice, virgule, la page et le numéro de l'énoncé de cet exercice, virgule, si cet énoncé figure dans le livre de la classe, virgule, ou la mention "énoncé dicté", virgule, si cet énoncé est dicté par le professeur, point.

Nous commencions à étouffer, à ne plus pouvoir trouver notre air...

Ces indications doivent être soulignées, point. Si l'énoncé d'un exercice comporte plusieurs questions numérotées, virgule, l'élève doit indiquer les numéros de ces questions dans la marge en tête de leurs solutions respectives, point. L'usage de la couleur rouge est interdit même pour tirer des traits ou pour faire des figures, point. La couleur verte ne peut être utilisée que pour tirer des traits ou faire des figures, point. Si un élève est absent pendant l'heure au cours de laquelle le devoir doit être remis, virgule, ou si, virgule, pendant les sept jours qui précèdent il a eu au moins trois absences même partielles d'une demi-journée, virgule, il est autorisé à ne pas remettre le devoir, point.

Des foyers de fous rires incontrôlables éclataient ici et là dans la salle...

Toute réclamation concernant une note de devoir doit être formulée par écrit et accompagnée du devoir sur lequel porte la note, point. Tout devoir corrigé, virgule, noté et remis par le professeur à l'élève doit être conservé par ce dernier jusqu'à la fin de l'année scolaire afin de pouvoir être présenté à toute réquisition.

Nous étions de braves jeunes, pas méchants pour deux sous, mais de ce jour, un chahut-fouillis indescriptible et très gai s'installa dans le cours et devint la norme. Je n'ai jamais foutu grand chose en maths, mais cette année là, ce fut : rien. On jouait au morpion, au rally, au cadavre exquis, à pierre/feuille/ciseaux, on faisait de tout mais pas de maths. J'ai d'ailleurs eu 2/20 à l'oral de mathématiques au bac.

Je pense qu'il avait dû tomber sur des voyous plus raides et cassants que nous car à la fin de l'année, il n'avait pas l'air de nous en vouloir. Le dernier cours avant les congés, il ne nous avait pas préparé de leçon et nous encouragea à avoir une attitude plus informelle, une relation moins prof/élève, quoi. Pour nous mettre définitivement plus à l'aise, il nous annonça qu'il allait nous raconter "une histoire drôle", en s'excusant à l'avance de son côté "olé-olé", mais bon, pour le dernier jour...

- "C'est une jeune marseillaise qui prend le bus et devant elle, un "vieux beau" demande son ticket au conducteur, tout en la regardant dans les yeux, et avec un grand sourire, il dit "Pour moi, ce sera "La Joliette"... La jeune fille reste de marbre, mais dit simplement au conducteur, en regardant l'autre vieux : "Vieux Port" !"

Bide complet. Nous avions 16, 17 ans, étions de Bordeaux, alors les quartiers de Marseille, vous pensez ? J'avais entendu parler du Vieux Port, en tout cas, personne rigole et il commence à s'enferrer :

- "Ha oui, c'est surtout drôle quand on sait que La Joliette c'est le nom du Grand Port de Marseille, et que le Vieux Port c'est le nom de son port de plaisance, alors la fille elle dit "vieux porc", c'est une manière d'éconduire ce monsieur qui est plus âgé qu'elle, vous comprenez ?

On était plié de rire, on arrivait plus à s'arrêter, le niveau de l'urine montant dans la salle, nous avons grimpé sur les chaises en attendant le reflux...

Ha ça ! L'année se terminait aussi gaie qu'elle avait commencé !

dimanche 19 novembre 2006

ManouAlbum


A gauche mon père quand il avait 24 ans. Son air particulièrement inspiré complète le sourire des deux autres danseurs.


Photo que j'ai regardée souvent. Mon père l'a prise lorsqu'il a rencontré ma mère.


Moi en forêt un après-midi de mariage. Tout sauf à l'aise dans mes pompes.

Le jour de mes 11 ans. La première fois que j'ai eu le droit d'utiliser la "boîte noire" de mon grand-père. J'avais aligné mes 3 petits frères sur un banc, pour la pose. Le doux, le coquin, le rêveur. Leurs mains ne savaient pas où se mettre.

Quelques années plus tard j'en fis un de mes premiers tirages papier. En bas, l'empreinte digitale de mon pouce droit.

samedi 18 novembre 2006

Tant-BourrinLeçon de vie n°5

Amie lectrice, ami lecteur,

je le sens bien : le boeuf placide du temps a brouté les herbes folles de ton impatience depuis que je t'ai dispensé le substantifique foin de mes quatre précédentes leçons de vie. Ô, comme je devine aisément que la frêle marguerite de ta soif de savoir a dû devenir un puissant baobab sous la pluie lancinante des secondes écoulées depuis que j'ai moulé à la louche pour la dernière fois le fromage de mon vécu dans la faisselle de ton inexpérience !

Las, amie lectrice, ami lecteur, le faix de ton immaturité indécrottable me pèse autant que les lourdes valises de ta désinvolte irresponsabilité. Oui, insignifiant scarabée pusillanime, tu es mon sparadrap haddockien, mon phtirus pubis gonovore, la déjection canine à ma semelle collée. Car, pour ma plus grande affliction, je me suis donné pour sacerdoce d'être le grand frère rassurant dans la cité délabrée de ton existence, la tondeuse à gazon électrique qui coupe à ras la pelouse de tes névroses, le GPS intime de la Twingo de ta destinée, qui t'indique à chaque instant le chemin le plus direct vers la félicité et te prévient à l'approche des radars automatiques des vicissitudes humaines. Et crois-moi, ce n'est vraiment pas de la tarte !

Il m'eût paru souhaitable, jeune sarcophaga stercoraria inconséquent, de laisser la bride de la liberté sur le cou de ta propre expérience, tant il est vrai que c'est en goûtant soi-même à la merde du vécu que l'on affine les papilles gustatives de son épanouissement pour mieux la distinguer plus tard du chocolat de l'ataraxie.

Malheureusement, la serpillière de ma clairvoyance nettoie le linoleum de l'évidence : tu n'es pas encore prêt, petit cancrelat hésitant, et la main de ma responsabilité déroule le papier-toilette du devoir et tire la chasse d'eau de mes réticences. Je reviens donc ici te dispenser une nouvelle leçon de vie dont tu sauras, j'en suis convaincu, tirer le meilleur parti pour faire un pas de plus sur le chemin vicinal de la condition humaine qui sentira pour toi la noisette de la plénitude.

Tu n'es pas encore prêt, disais-je donc comme tu l'auras remarqué si tu as bien suivi, ami lecteur, amie lectrice, car, à l'instar de la coquette découvrant une tâche de vin sur sa belle robe blanche, je perçois encore en toi la souillure de la tentation de la violence la plus bestiale. Ne le nie pas, petite cicadelle pruineuse, j'ai passé l'aspirateur de ma curiosité dans les recoins poussiéreux du net et j'y ai débusqué, de-ci de-là et ailleurs, l'araignée de la fureur impétueuse.

Or, tu commences à connaître le grand timonier de ta pensée que je suis, je file toujours, tel le chat affamé se précipitant vers sa gamelle de Ron-Ron au poisson, à l'essentiel. "L'essentiel, toujours l'essentiel, droit à l'essentiel", telle est la devise à laquelle, tel un pou pubien intraitable, je me tiens fermement. Je laisse aux autres, aux beaux parleurs à la petite semaine, aux rhéteurs de bas étages, aux laïusseurs verbeux, le soin de continuer à mouliner ad nauseam leurs creuses paroles en de vaines volutes de mots ampoulés, en un sirupeux dégueulis de phraséologie boursouflée, en une écume excrémentielle de prosaïques insipidités. Car hors le message, point de salut, petit myriapode boiteux, et je ne vais certainement pas couper le fil de mon raisonnement limpide avec les ciseaux de la logorrhée la plus stérile qui soit. Concision, rigueur, sobriété, voilà qui caractérise mon discours tout autant que le doigt plongé dans la narine caractérise l'automobiliste arrêté au feu rouge. Alors que l'outrecuidante lalomanie de certains pipelets danse un fade slow au son de l'orchestre poussiéreux de leur fatuité, mes phrases claires et directes exécutent une époustouflante chorégraphie au rythme endiablé du boys band de ma dialectique. En effet, peut-être l'ignorez-vous, ma devise est "l'essentiel, toujours l'essentiel, droit à l'ess..."

Hein ? Plaît-il ? Qu'il y a-t-il, jeune longicorne cérambyx ? Je l'ai déjà dit ?... Tu en es vraiment sûr ?... Oui ? Ah bon !... Tu auras sûrement mal saisi une subtile nuance entre mes deux formulations, j'imagine !... Bon, voyons, où en étais-je ?... Ah oui, l'essentiel ! Je fais foin des circonvolutions verb...

Pardon ? Pourquoi m'interromps-tu encore, petit machaon impétueux ?... Quoi ? L'essentiel ?... Eh bien, justement, je suis précisément en train de t'en parler, de l'ess... Quoi ?... Je m'égare ? Mon message ?... Evidemment que j'allais y venir à mon message, le rail de ma parole ne connais que la ligne droite de l'efficacité... Oui, donc, mon message... heu... de quoi voulais-je te parler, en fait ?... Ah oui ! Ta violence larvée, c'est ça !

Or donc, disais-je il y a une seconde à peine, les abeilles de la clairvoyance ont déversé le miel de l'évidence dans la ruche de mon cerveau : je le sens bien, la vessie de ta réserve déborde de l'urine de la fulmination et tu as besoin, ami lecteur, amie lectrice, de faire une petite pause pipi dans les wawas de la violence.

Et c'est là que j'interviens pour dire halte-là, malheureux ! Ignorerais-tu donc, jeune anthrène naïf, qu'une fois percée la canalisation de tes pulsions tempétueuses, le plombier de la civilité est bien ardu à trouver ? Ne mesures-tu pas que le ridicule dont tu t'enduis est si épais que tu ressembles alors à un pâté en croûte ? As-tu donc tout oublié de la dialectique du Zizou et du Materazzi ?

En vérité je te le dis, ami lecteur, amie lectrice, il ne faut point ouvrir la cocotte-minute de tes humeurs les plus noires, le ragoût de ta colère est meilleur cuit à la vapeur, cela conserve mieux les vitamines de tes emportements. Le temps sauvageon a tagué ma chevelure à la peinture blanche de l'expérience, aussi tu peux me croire, jeune pois sauteur du Mexique, quand je t'affirme haut et fort qu'il vaut mieux laisser le 38 tonnes de l'imperturbabilité rouler sur le hérisson de ton ressentiment. En d'autres termes, si un léger échauffement ébranle quelque peu ton flegme habituel, néglige donc les écoulement urétaux ! Je traduis pour les quelques préadolescents en grande difficulté sociale qui auraient pu se glisser parmi mon lectorat : si t'es véner, laisse pisser !

Mais que vois-je, jeune orthétrum réticulé, pourquoi lèves-tu encore le doigt ? Je conçois que tu puisses être empressé de me remercier pour la limpidité de mon précieux message, mais tu pourrais attendre que j'en aie totalement fini ! C'est d'ailleurs presque le cas, je souhaitais juste vous remercier de votre att...

Pardon ? Que dis-tu encore ? Pas clair, mon message ?... Comment ça, pas clair ?... Quoi ? Je n'ai pas dit pourquoi ce n'est pas bien de céder à la violence ?... Ah, je te reconnais bien là, petit fourmilion flavicorne irréfléchi ! Pense bien à la chose, appuie sur le démarreur de tes neurones pour faire pétarader la mobylette de ta réflexion, et tu trouveras la réponse en toi ! Voilà, je vous remercie donc de vot...

Quoi encore ?... Comment ça, tu ne trouves pas ?... Mais c'est incroyable, ça ! Il faut tout leur dire à ces petits jeunes !... Eh bien, voilà, heu, tu ne dois pas céder à la tentation de la violence parce que... heu... bin... heu... parce que c'est pas beau de se mettre en colère, quoi ! Voilà, cette fois, je vous remerc...

Mais qu'est-ce que tu me veux encore, jeune pou teigneux ?... Quoi ? C'est un peu court comme réponse ?... Non, mais dis donc, petit morveux, tu te prends pour qui pour te permettre de juger ainsi de ce qui est bon ou mauvais, hein ? C'est encore couvert d'acné juvénile et ça voudrait en remontrer aux anciens pleins de sapience ! Mais ce n'est pas aux vieux sages qu'on apprend à faire la grimace, frêle lombric impudent !... Bon, l'incident est clos, je vous remercie de...

Quoi ??? Qu'est-ce que t'as dit, là ? Je suis un vieux nul, moi ? C'est ça que t'as dit ? Allez, allez, répète, couille molle ! Espèce fumier à lapin méphitique ! Troufignard chiasseux ! Fistule purulente ! Résidu de vidange ! Allez, viens te battre, qu'on voit un peu si t'en as, cloporte à purin !... Que de la gueule, hein ? Allez, ferme-là, ta grande bouche, y'a des colombins qui dépassent ! Sale marmouset empoicré de merde ! Petit Jean-Foutre de mes gonades ! Oui, c'est ça, casse-toi avant que je t'explose la gueule à coups de barre à mine, espèce de cloporte décérébré ! Béjaune à andouillers ! Castrat merdouilleux ! Sac à liqueur séminale ! Je t'urine à la rainure anale ! Je copule avec Madame ta mère ! C'est ça dégage, tu feras remonter le QI moyen de l'assemblée !... Non mais !... Heu... Bon, que disais-je ?... Heu... Oui, voilà, j'en ai fini avec cette leçon de vie, je suis sûr que vous saurez en sucer la tige pour en tirer la sève de la sérénité.

Je vous remercie de votre attention. Sortez en ordre et sans faire de bruit.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 >