Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 28 septembre 2006

Saoul-FifreVinaï II

Ce soir j'ai pas plus d'idée de billet que de poils sous les bras et de valises sous les yeux le jour de ma naissance. Autant dire peu. Alors je vais foutre la frousse à Matthieu en vous racontant mon week-end dans un bled paumé de chez isolé. D'ailleurs la commune mitoyenne (mais il faut passer une frontière et changer de pays) s'appelle Isola, je n'invente rien. Isola, l'ami Georges a insisté pour nous y faire monter. On était dans un putain de brouillard, enfin, dans un brouillard, on y voit un peu mais là, on barbotait plutôt dans une soupe de pois cassés froide et Monsieur voulait en sortir par le haut, émerger du nuage, se la jouer Saint-Exupéry, le courrier meurt mais se rend à l'adresse indiquée... Résultat : trempés jusqu'aux os par le brouillard, t'as déjà vu ça ? On a rien vu. Sur un panneau touristique, il y avait un poème à la gloire de Fausto Copi. Il fallait se mettre à 10 cm pour le lire. À un moment, notre hôte, tout fier de nous faire visiter sa belle région d'origine, nous dit :

- Regardez le lac !

- Quel lac ?

Ha effectivement, en s'accroupissant, on pouvait entr'apercevoir qu'il y avait de l'eau juste à nos pieds. Heureusement qu'il nous a prévenu, on allait glisser dedans ! Ha la beauté surnaturelle d'un lac de montagne ourlé de sa brume diaphane... Bon, passons. Le retour en bagnole fut stressant. On ne savait pas si on était à droite ou à gauche de la route, mais on savait qu'elle était bordée de précipices. D'aucuns exprimaient avec force leur motivation à terminer les 30 bornes restantes à pied. Les phares d'un camion s'allumèrent brusquement droit devant. Il nous esquiva avec élégance sur notre droite. Nos repères spatiaux se précisaient : nous mordions légèrement beaucoup sur la voie adverse et le précipice était donc un poil supplémentaire à notre gauche puisque le camion n'était pas tombé dedans. Après ce bref instant de folie britannique, nous tînmes le plus possible notre droite. Nous dûmes guetter pendant 15 kilomètres "un chemin sur la gauche", pour aller rendre visite à un membre de la famille. Georges avait du mal à nous aider dans notre recherche car la dernière fois qu'il avait vu sa cousine remontait à 10 ans et il faisait nuit. Après être passé 3 fois devant, nous en primes un au hasard et il se trouva que c'était le bon. Le bon vrai gros bien dilaté trou du cul du monde. La ferme d'alpage estival du berger et de sa famille. La saison se terminait, d'ailleurs. Le troupeau de 200 vaches redescendait lundi dans la vallée pour prendre ses quartiers d'hiver, avant les premières neiges. Nous allions rater ce spectacle hallucinant que la cousine nous décrivait avec ses mots émouvants :

- Quand je leur accroche la cloche du retour, mes vaches, on dirait des personnes. Elles savent. Elles sont contentes de revenir au village...

Bien qu'avec ce brouillard opaque à la con, le spectacle eut été surtout olfactif et auditif ? Enfin, à un jour près, nous sommes passé à côté de cette déshumance bovine. Pour nous consoler, nous lui avons vidé son stock de fromages et de saucissons, à des tarifs carrément tiers-mondistes d'avant-guerre, et l'avons écouté nous raconter sa vie ici, dans un français lettré et sans accent. C'est une turbine branchée sur une canalisation forcée, alimentée par une source, qui leur fournit l'électricité qui fait trembloter la lumière de l'ampoule, tourner le compresseur du frigo et la machine à traire. Elle est la seule femme ici, à s'occuper de son mari, de toute l'équipe de bergers, de la fabrication des fromages, des cochons, de la vente aux touristes, et comme cela lui laisse visiblement un max de temps libre, elle fait gîte rural et reçoit des bandes de 10, 12 enfants citadins ! Farniente est un mot d'origine italienne.

Le matin également, avec les bancs de brume au fond des vallées, il fallait aiguiser son regard pour voir les cèpes pointer sous les feuilles. La température frisquette, en revanche, rendait la montée vers le fort, fort agréable. J'ai déjà parlé de la beauté de l'utile. La richesse végétale de ce vallon me comblait de ses fruits : châtaignes, noix, noisettes, les plus gros cynhorodons que j'ai jamais vu, et des champignons, bien sûr. Cerise sur le gâteau : nul insecte et son cortège d'agaceries car le coin regorgeait de belles amanites tue-mouches, dans leurs robes rouges à pois blancs.

Une éclaircie inattendue me permit de prendre quelques photos non sépias, et nous pique-niquâmes en tout bien tout honneur sous l'église dédiée à Santa Anna dont la spécialité est la protection rapprochée des gros bourrins à la vue basse et à la vitesse excessive. Efficacité corroborée et prouvée statistiquement par les 2 murs d'abside de l'église couverts d'ex-votos jusqu'au plafond. Le fait qu'on ressorte indemne d'un accident de vélo contre un arbre ne me subjugue pas vraiment, ça m'est arrivé plus d'une fois, mais cela montre simplement que toute l'aide que nous prodigue Santa-Anna n'est pas encore répertoriée de manière exhaustive.

En attendant les filles (comment venir en Italie sans prendre le temps de renouveler bottes et bottines de ce cuir inégalé ?) nous préparons les braises avec un fagot de mort-bois glané en faisant les champignons, faisons chauffer la fine lauze et y faisons griller diverses saucisses. Salades, gros rouge qui tache pour nous, Champagne pour les filles, puis petite sieste bien méritée, le tout en se repassant les jumelles pour regarder et entendre les marmottes s'amuser, siffler et se goinfrer avant de plonger dans leur long sommeil hibernal.

Le soir, après cette sombre et désastreuse virée au cœur du gigantesque cumulo-nimbus qui englobait tous les sommets des Alpes du Sud, nos guides agréés nous emmenèrent dans un resto tenu par 2 frères guides de chasse en montagne. Onze plats. Sans compter le café-Fernet-Branca de Georges, ni mon café-génépi. Avec une soupe d'un autre monde, des herbes de montagne, du cerf, des cèpes en papillotes, de la polenta avec des tas de viandes, de sauces, des fromages qui cherchaient à s'échapper, des gâteaux qui croulaient sous la crême...

Et pour faire glisser tout ça, des cascades de leur vin pétillant juste ce qu'il faut...

mercredi 27 septembre 2006

ManouINDE (2)

Epi ne revient pas. L'atmosphère devient de plus en plus lourde. Nous ourdissons (du verbe ourdir : Préparer les fils de la chaîne, les disposer en nappe sur l'ourdissoir) un complot afin que cela cesse.

Est-il besoin de préciser que l'échec s'avère une excellente façon d'apprendre ?

Outre (peau de de bouc cousue comme un sac et servant à contenir des liquides) que cela me ramène à une humilité primordiale (la lumière joue un rôle majeur dans la croissance des plantes), je confesse, hélas, aussi, un dilletantisme de bon aloi et de mauvaise augure...










mardi 26 septembre 2006

Tant-BourrinUn bien étrange colis

Jeudi dernier, il m'est arrivé une bien étrange aventure. Un gros paquet a été livré chez moi. Avec un nom d'expéditeur que je ne connaissais pas.

Photo prise au téléobjectif à l'abri d'un épais mur de béton

Bon, vous commencez à me cerner et vous savez que je ne suis pas homme à me laisser impressionner par la peur de l'inconnu. C'est pourquoi, après avoir mobilisé les pompiers, la police, l'armée, les services du contre-espionnage et provoqué l'évacuation de 20000 personnes dans un périmètre de 800 mètres autour de mon logement, j'ouvrais sans ciller ledit paquet.

Et là, je fis de grands yeux tout ronds. C'était en fait la caverne d'Ali Baba que je venais d'ouvrir : devant moi s'étalait une foison de merveilles.

Mon oeil fut attiré par une carte postale "Portes ouvertes au Conseil de l'Europe" qui trônait sur le tout. Je la retournai et... je compris tout !

Je me remémorai soudain cette faiblesse, quelques mois plus tôt : après des années de résistance forcenée, j'avais fini, un soir de désespoir où j'avais bu un verre de Champomy de trop, par céder à l'appel des sirènes du filet garni et donné mes coordonnées. Le temps avait depuis passé, chassant dans les couches neurologiques profondes ces souvenirs honteux.

Et voilà que sur cette carte que je tenais entre mes doigts désormais tremblants, j'avais une authentique dédicace du Maréchal-Président à Vie, Anténor himself ! Le nom inconnu sur le paquet était son vrai nom de la vraie vie, et toutes ces splendeurs entassées dans le paquet constituaient un véritable filet garni maréchal-présidentiel !

C'est Byzance !

Une énorme boule d'émotion dans la gorge, j'en dressai l'inventaire pour l'édification des générations futures :

  • un sachet de levure chimique Alsa
  • un sachet de sucre vanilliné Alsa
  • un sachet de Riewele Supp à l'alsacienne
  • un paquet de spätzle d'Alsace
  • un paquet de pates alphabet Hochzeit Nudeln
  • une flasque de Cognac
  • 6 bougies père Noël
  • un poivron
  • une éponge grattante
  • un livre de Marc Lévy
  • un gros smiley jaune qui produit de la chaleur quand on tord la petite pastille à l'intérieur
  • un vache verseuse pour servir le lait
  • une attache pour feuilles perforées
  • un petit pot de confiture de coing
  • un petit pot de confiture de quetsche
  • deux pastilles d'Omo
  • un filet pour lessive
  • deux coquetiers
  • un dépliant "10 questions réponses sur le don d'organes"
  • un dépliant touristique sur le Fort Carré
  • un pot de sel au gingembre et au thé vert
  • un gant de plastique
  • 7 mini-Mars

Voilà. Je laisse le soin aux exégètes de trouver les messages subliminaux cachés dans ce filet garni confectionné avec tant de délicatesse. Pour ma part, je me contenterai de lancer un énorme...

"Merci Anténor !" :~)

lundi 25 septembre 2006

Saoul-FifreVinaï

Passé le col de Larche
De l'autre côté du brouillard
Les rochers sont en marche
Suspendant leur espoir
Dans le Fort Albertino
Où l'un soudé à l'autre
Les autres sur les uns se juchant
Très fous, très hauts, très costauds
Barrant le vallon et son ruisseau.

Courageuses fortifications
Qui tentent maladroitement
D'endiguer l'invasion
De touristes en mal de piments.

dimanche 24 septembre 2006

ManouAcceptation et Paic



Dans la mesure du possible, j’avais préparé un billet humoristique. Ce soir je ne suis pas d’humeur. La santé chancelante de mes parents me rapproche de leur fin. Comme de la mienne. Je me sens dépassée, inutile face aux études de mes enfants. Je n’ai plus les connaissances. Au mieux, je leur donne des techniques d’analyse, de synthèse. Je relis.

Ni la démarche de ma mère, ni la respiration de mon père ne s’amélioreront. Ma peau s'adoucira. Mon corps suivra de plus en plus péniblement le rythme des entraînements sportifs. Signe d’acceptation, je me foutrai de ne pas arriver où j’arrivais hier. On dit, travaillons la précision au lieu de la vitesse. On dit que la compréhension remplace l'instinct. On triche. Evidemment. On ment. On dit : maturité, sagesse. On dit ça. Et ce soir je me dis résignation.

Enfant, je comparais mes souvenirs à des diamants intacts, impérissables, purs. L’impermanence de la pensée, les recompositions subjectives des évènements me semblent tellement naturelles à présent. Rien n’est vrai. Rien ne dure. Nous ne sommes ni ange ni démon. Il n’y a que la vie. Dans une centaine d’années mes yeux et ceux de tous les miens seront fermés.

Pourtant demain j’aurais encore envie de me lever, de laver la salade, de toucher, d’écrire, de marcher. Demain, j’aurais encore envie de vivre. Peut-être davantage. De toute façon, demain il faudra racheter du Paic.



Du coq à l'âne, je vous fais profiter d'une citation qui avait ébranlé mes diamants d'enfance. Les dernières phrases du livre de Jacques MONOD - Le hasard et la nécessité - :

L'ancienne alliance est rompue; L'homme sait enfin qu'il est seul dans l'immensité indifférente de l'univers d'où il a émergé par hasard. Non plus que son destin, son devoir n'est écrit nulle part. A lui de choisir entre le Royaume et les ténèbres.

samedi 23 septembre 2006

Tant-BourrinPing-pong

Pour : steeve.duboudou@grosseboite.com
De : paul.rondouillet@grosseboite.com
Date : 19/09/2006 08:31
Objet : Budget août

Bonjour Steve,

je suis vraiment désolé de te relancer, mais il ne me manque plus que les éléments du Service Informatique pour boucler mon suivi budgétaire d'août. Je sais hélas que le mois de septembre est toujours un peu chargé côté boulot, mais ça m'arrangerait beaucoup si tu pouvais me retourner le tableau ci-joint rempli (onglet "SI" pour ce qui te concerne) le plus rapidement possible.

A part ça, comment va la petite famille ? Faudra qu'on mange ensemble à la cantine un de ces quatre, ça fait longtemps.

Paul

Pièce(s) jointe(s) :


Pour : paul.rondouillet@grosseboite.com
De : steeve.duboudou@grosseboite.com
Date : 19/09/2006 10:08
Objet : Re: Budget août

Bonjour Paul,

oups, mille excuses ! Ça m'était effectivement complètement sorti de la tête ! Voilà le tableau complété. Tu verras que j'ai un peu agrégé certains types de prestations, par souci de simplification.

Et pour la cantine, c'est quand tu veux, ça me fera plaisir de causer un peu d'autre chose que du boulot avec toi.

Steve

Pièce(s) jointe(s) :


Pour : steeve.duboudou@grosseboite.com
De : paul.rondouillet@grosseboite.com
Date : 19/09/2006 10:47
Objet : Re: Re: Budget août

Re,

merci de ta réponse rapide malgré ton activité que j'imagine débordante actuellement, mais cela ne me convient hélas pas tout à fait. Ce n'est malheureusement pas moi qui fixe la doctrine du contrôle de gestion interne, mais je me dois de l'appliquer à la lettre, et les regroupements de prestations que tu proposes ne me permette pas de suivre et d'affecter correctement les charges de ton service. Est-ce que tu pourrais, quitte à y consacrer un tout petit peu plus de temps, remplir de nouveau le tableau en respectant bien le formalisme STP ?

Merci d'avance

Paul

Pièce(s) jointe(s) :


Pour : paul.rondouillet@grosseboite.com
De : steeve.duboudou@grosseboite.com
Date : 19/09/2006 12:28
Objet : Re: Re: Re: Budget août

Re,

excuse-moi, j'avais oublié la rigidité féroce de nos amis du contrôle de gestion ! ;-)

Bon, pour le coup, j'aurai perdu une matinée pour ce satané contrôle de gestion. Voilà mes éléments, et cette fois j'ai bien rempli toutes les petites cases !

Bonne journée

Steve

Pièce(s) jointe(s) :


Pour : steeve.duboudou@grosseboite.com
De : paul.rondouillet@grosseboite.com
Date : 19/09/2006 14:06
Objet : Re: Re: Re: Re: Budget août

Je te remercie d'avoir cette fois-ci respecté le formalisme et renseigné tous les champs, mais je te soupçonne de l'avoir fait via un processus aléatoire. En particulier, j'ai du mal à m'expliquer comment la masse salariale a pu être divisée par 14 en août alors que les effectifs de ton service n'ont, à ma connaissance, pas bougé d'un pouce. Je reste également perplexe devant le budget "fournitures machine à café" : si j'en crois tes chiffres, ton service aurait ingurgité en août l'équivalent de 60000 cartouches de café. A 10 cl environ par café, ça ferait plus de 15 litres de café par jour et par personne, et encore sans tenir compte des congés. Je comprends que vous soyez toujours sur les nerfs dans ton service !

Bon, trève de plaisanterie, moi aussi je suis en train de passer beaucoup de temps sur ce suivi budgétaire. Est-ce que tu pourrais me remplir sérieusement le tableau ce coup-ci ?

Paul

Pièce(s) jointe(s) :


Pour : paul.rondouillet@grosseboite.com
De : steeve.duboudou@grosseboite.com
Date : 19/09/2006 15:18
Objet : Re: Re: Re: Re: Re: Budget août

En toute franchise et en toute amitié, tu commences à me fatiguer sérieusement avec tes foutus tableaux de chiffres à remplir tous les mois. Il est possible que j'ai interverti deux ou trois lignes en faisant des mauvais copier/coller, mais l'essentiel est que le total soit bon. Si tu veux être puriste, réfère-toi au suivi budgétaire de juillet et remets les chiffres dans l'ordre, moi je n'ai vraiment pas de temps à perdre avec ça.


Pour : steeve.duboudou@grosseboite.com
De : paul.rondouillet@grosseboite.com
Date : 19/09/2006 15:33
Objet : Re: Re: Re: Re: Re: Re: Budget août

Bin voyons, je vais faire ton boulot ! Tu ne manques quand même pas d'air ! Si tu le prends comme ça, je peux jouer au con moi aussi et balancer directement tes chiffres dans le tableau de bord. On verra ce que pense le boss de la gestion de son service informatique !


Pour : paul.rondouillet@grosseboite.com
De : steeve.duboudou@grosseboite.com
Date : 19/09/2006 16:01
Objet : Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Budget août

Balance ce que tu veux si ça te chante, le boss sait où sont les VRAIS productifs qui font avancer la boîte et ceux qui font juste mumuse avec des tableaux de chiffres. Dans le genre contrôleur des travaux finis, permets-moi de te dire que tu te poses un peu là !


Pour : steeve.duboudou@grosseboite.com
De : paul.rondouillet@grosseboite.com
Date : 19/09/2006 16:13
Objet : Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Budget août

Parce que tu t'imagines que la boîte a besoin de zozos comme toi pour avancer peut-être ? Tu crois que détenir le record du monde au démineur et au solitaire améliore notre bénéfice ? On a des postes de travail qui ressemblent plus à des tracteurs soviétiques qu'à autre chose et qui plantent sans arrêt, le serveur est out la moitié du temps et tu viens me donner des leçons ? Faudrait peut-être d'abord balayer devant ta porte !


Pour : paul.rondouillet@grosseboite.com
De : steeve.duboudou@grosseboite.com
Date : 19/09/2006 16:22
Objet : Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Budget août

Si tu le prends sur ce ton, sache qu'on a encore un vieux PC XT dans la réserve avec un écran 12 pouces monochrome. T'auras une bonne surprise demain matin ! Tu vas regretter ton tracteur soviétique et tu la ramèneras peut-être un peu moins.


Pour : steeve.duboudou@grosseboite.com
De : paul.rondouillet@grosseboite.com
Date : 19/09/2006 16:32
Objet : Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Budget août

Amuse-toi à ça et tu vas entendre parler de moi, petit crétin prétentieux ! En deux coups de cuillères à pot, je peux torcher un dossier pour le conseil d'administration prouvant noir sur blanc qu'on aurait tout à gagner à externaliser les services informatiques. D'ailleurs, je m'y attelle tout de suite, juste pour le plaisir de te rabattre le caquet.


Pour : paul.rondouillet@grosseboite.com
De : steeve.duboudou@grosseboite.com
Date : 19/09/2006 16:39
Objet : Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Budget août

> Petit crétin prétentieux
> rabattre le caquet

J'ai l'impression d'entendre parler mon grand-père quand il essayait d'imiter son grand-père. T'es vraiment qu'un vieux croûton défraichi qui fait un boulot de rat, j'espère que t'as déjà réservé ta place en maison de retraite, ça urge sévère !


Pour : steeve.duboudou@grosseboite.com
De : paul.rondouillet@grosseboite.com
Date : 19/09/2006 16:44
Objet : Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Budget août

Petit con, tu crois que tu me fais peur ? T'avises pas de passer à l'étage ou il pourrait y avoir du grabuge pour ton compte !


Pour : paul.rondouillet@grosseboite.com
De : steeve.duboudou@grosseboite.com
Date : 19/09/2006 16:48
Objet : Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Budget août

Je t'attends, vieux débri !

Et tiens, un petit cadeau pour toi en pièce jointe !

Pièce(s) jointe(s) :


Pour : steeve.duboudou@grosseboite.com
De : paul.rondouillet@grosseboite.com
Date : 19/09/2006 16:52
Objet : Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Budget août

Crevure ! Résidu de fond de capote ! Fumier de lapin ! OK, je vais actionner mon arme fatale : regarde un peu la jolie pièce jointe que je vais envoyer au boss... Elle recense toutes les irrégularités flagrantes (commandes non justifiées, factures douteuses et autres joyeusetés) que j'ai relevées ces derniers mois dans le budget de ton service de merde. Ça va te coûter cher, tes petites magouilles véreuses. Prépare-toi à pointer à l'Assedic, connard !

Pièce(s) jointe(s) :


Pour : paul.rondouillet@grosseboite.com
De : steeve.duboudou@grosseboite.com
Date : 19/09/2006 16:56
Objet : Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Budget août

Paul,

Nous nous sommes peut-être légèrement laissés emporter pour pas grand chose, non ? Je réserve ma journée de demain pour te peaufiner ton tableau de suivi budgétaire avec le plus grand soin.

Steve

PS : juste pour info, voici en pièce jointe le listing de tes connections internet sur des sites olé olé ou carrément illégaux que tu as faites ces trois derniers mois au boulot.

Pièce(s) jointe(s) :


Pour : steeve.duboudou@grosseboite.com
De : paul.rondouillet@grosseboite.com
Date : 19/09/2006 16:59
Objet : Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Budget août

Cher Steve,

Tu as raison : on s'excite, on s'excite, et on se laisse emporter. C'est très chic de ta part de bien vouloir faire mon tableau demain. Je tâcherai de t'embêter le moins possible à l'avenir avec ça.

Tu sais quoi ? Ça serait sympa de manger ensemble à la cantine un de ces quatre !

Amicalement

Paul


Pour : paul.rondouillet@grosseboite.com
De : steeve.duboudou@grosseboite.com
Date : 19/09/2006 17:02
Objet : Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Re: Budget août

Cher Paul,

quelle excellente idée ! Je te propose qu'on se retrouve demain à 12h30 devant l'entrée du self... Ça me fera plaisir de parler d'autre chose que du boulot avec toi !

Très amicalement

Steeve

vendredi 22 septembre 2006

Saoul-FifreUn coup vache

Epictete est vraiment débordé, je propose qu'on se relaie pour aller le border tous les soirs, et le mener tous les matins visiter des cimetières, des morgues, des crématoriums, en vérifiant bien qu'il n'oublie pas son APN qui est en fait son téléphone. Voilà bientôt vous saurez tout sur le tombeur de ces dalles. Il nous a donc encore une fois posé un lopin, sans concession. Va-ce se reproduire perpétuellement ? Le dernier mail de notre avocat du caveau semble dire que non, mais sans s'engager sur une date précise. Chapelle cimetière au courant.

Pour bien marquer ce coup de pied en vache, ce coup de sabot à la retourne, ce coup de corne dans le contrat, ce jet vicieux de méthane dans nos narines délicates, je vais vous parler de Io, la star incontestée des mots croisés. Il parait qu'un maniaque obsessionnel a recensé plus de 300 définitions la concernant. Je vous en donne juste quelques unes, les plus célèbres.

Avant, pour vous rafraîchir la mémoire, vous pouvez cliquer sur ce lien et relire la triste histoire de la belle et blanche Io.

Michel Laclos

Dame de trèfle
Cow-girl
Vedette vachement connue
Rien ne la prédisposait à devenir bouseuse
La Belle et la Bête
A vécu bêtement un certain temps
N'avait pas intérêt à abîmer sa robe
N'était pas plus belle à poils

Robert Lespagnol

Ne put certainement pas être confondue avec la vache qui rit

Roger La Ferté

Son père aurait eu de bonnes raisons de ne pas la reconnaître

Tristan Bernard

Augmenta brusquement d'une unité le cheptel argien
Eut une destinée inverse de celle des grands hommes d'affaires qui sont venus à Paris en sabots
Bipède devenu quadrupède

Pierre Dewever

Acheva bêtement une existence qui s'annonçait divine

Max Favalelli

Quitta ses sandales pour mettre des sabots
Changea brusquement de station
Vécut avec un mufle
S'attendait-elle au pis ?
On pouvait l'entendre venir avec ses gros sabots

Robert Scipion

A été de mâle en pis
A dû ruminer sa vengeance
A découvert la voie lactée
N'avait pas la tête près du bonnet
N'a pas dû apprécier sa nouvelle robe
Quel mufle tout d'un coup !

Guy Brouty

Ne resta pas fille après avoir connu l'amour
Dormit sur le tard avec sa culotte
Porta finalement une robe à queue

Georges Perec

Aurait pu faire meuh !
On l'a envoyée paître
Pratiqua l'amour vache
S'est trouvée toute bête
On lui a fait les cornes

Je suis bien certain que Tant-Bourrin va nous en sortir quelques unes de ses cartons, et vous, allez-y aussi, lâchez vos définitions, yo ! Pour ma part, je propose :

A vu sa production laitière augmenter en buvant une simple gorgée de Jupiter
Un coup de queue, ça va, mais le coup de la queue : bonjour les dégâts...
La crème des filles
Ensuite, elle fournissait le beurre à Jupiter
Pousse des génissements APRÈS l'amour
S'est tapée la cloche
Jupiter s'en est payé une bonne tranche
Elle s'est fait proposer la botte

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 >