Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 1 juillet 2006

Saoul-FifreComptines pour adultes (6)

Quand on est sur une pente savonneuse, il est très dur de s'arrêter de glisser. Alors je continue ma série peu sérieuse. Les autres comptines sont ici , ici , ici , ici et ici

Il existe plein d'alpbabets de ce style. Bon, moi je connaissais l'alphabet scout . Par comparaison, cette déclinaison n'en est que plus esclaffatoire...

La grappe, elle m'agrippa Aaa Aaaa Aaaaa
Elle m'a sucé l'sorbet Bé Bé Bé
Enfilé l'passe-lacet Cé Cé Cé
Léché le grand dadais Aa Bé Cé Dé...

Ses seins zyeutent les cieux Eu Eu Eu
N'ont pas besoin d'un' greffe èFe èFe èFe
J'appuie : sort un gros jet Gé Gé Gé
Je me lèche la moustache Eu èFe Gé Hache

Le ver est dans le fruit Ii Ii Ii
Élargit son logis Ji Ji Ji
Dur comm' du formica Ka Ka Ka
Ça ruissell' dans l' tunnel Ii Ji Ka èL

Le gland monté en crème èMe èMe èMe
En chantilly obscène èNe èNe èNe
La mousse de berlingot Oo Oo Oo
L'canapé est trempé èMe èNe Oo Pé

Pour vivre, il a vécu Q Q Q
Le cul de la crémière èRe èRe èRe
Z'ont connu l' beurre, ses fesses èSSe èSSe èSSe
Z'ont été barattées Q èRe eSSe Té

Ce p'tit buisson touffu Uu Uu Uu
M' fait toujours saliver Vé Vé Vé
L'aut' s'est ressoulevé dou ble vé
Pour un nouveau film X Uu Vé Wé iX

Et quand aux jolies grecques Ii Ii grec
C'est bien simple : elles m'obsèdent Ii grec et Zède !!

vendredi 30 juin 2006

Tant-BourrinDictionnaire Tant-Bourriquet/Français

Quoi de plus merveilleux que de voir un petit bout progresser jour après jour ?

Tant-Bourriquet, du haut de ses deux ans et demi et des bananes, nous émerveille tous les jours, et dans moult domaines.

Il en est un toutefois dans lequel il prend son temps : celui du langage. Alors que certains de ses camarades de halte-garderie font déjà de longues phrases bien structurées, TeeBee junior en est encore à utiliser un langage relativement primaire à base de mots monosyllabiques, peu accessible aux profanes.

Voilà pourquoi je vous propose ici un dictionnaire quasi-exhaustif Tant-Bourriquet/Français...


Akas ou Kas : lunettes. Ne me demandez pas pourquoi, je n'en sais rien !

Auvoi : au revoir. Un des rares mots bi-syllabiques du vocabulaire tant-bourriquien. A utiliser avec un accent tonique sur le "au" (première syllabe beaucoup plus aiguë que la seconde). S'accompagne systématiquement d'un mouvement de main.

Baille : ballon ou, plus généralement, tout objet ressemblant vaguement à un ballon. Utilisé pour une balle de 5 cm de diamètre comme pour une montgolfière.

Bébé : bébé. Mot employé par Tant-Bourriquet sous une forme exclamative pour désigner toute personne de moins de dix ans environ. Protocole de test en cours pour Mimi Mathy.

Bè'ci : merci. Pas peu fier qu'il ait déjà intégré les bonnes manières, ce petit.

Boi : boire. Exprime l'envie de libation tant-bourriquienne.

Caca : caca ou pipi, selon les cas. Mot arrivant généralement trop tard.

Ca'fou : Carrefour. Non, non, pas le croisement de deux routes. Les magasins Carrefour. Cri poussé sur un mode itératif dès que Tant-Bourriquet aperçoit le logo Carrefour, à ma plus grande honte (je n'ai pas la moindre idée ni du pourquoi, ni du comment il s'est mis ça en tête).

Couch' : couche. Mot généralement utilisé quelques minutes après le mot "caca" (voir ce mot).

Crott' : crotte. Un des derniers mots intégrés dans le vocable tant-bourriquien. Désigne le petit amas gluant fraichement extrait de sa narine et tendu avec amour au bout de son doigt à ses parents.

Cuillé : cuillière. Désigne en langage tant-bourriquien l'arme de poing servant à projeter de la purée dans l'oeil de ses parents.

Diks : disque. Généralement utilisé quand le CD préféré de Tant-Bourriquet arrive en bout de course, jusqu'à ce qu'on lui remette au début ou que ses parents deviennent fous, avec un léger filet de bave aux lèvres.

Gaco : gâteau. Dans cet exemple précis, une certaine forme de motivation a poussé Tant-Bourriquet à intégrer un mot complexe de deux syllabes dans sa base de données linguistique. Mot généralement répété ad libitum jusqu'à ce que l'auditeur craque et cède à la demande.

Ici : ici. Rare exemple de mot ne nécessitant aucune traduction.

Kéhéa : chocolat. Rare exemple de mot tri-syllabique en tant-bourriquien, vraisemblablement en raison d'une motivation extrême.

Main : main. Utilisé par Tant-Bourriquet dans deux cas de figure différents : 1°) pour qu'on lui prenne la main pour se promener. 2°) pour qu'on lui essuie la main pleine de confiture - compote - petit suisse - indéfinissable (rayer les mentions inutiles)

Maman : Maman. Le grand amour de Tant-Bourriquet avec Oui-Oui (voir ce mot)

Mamie : Mamie. Utilisé par Tant-Bourriquet pour désigner sa Mamie aveyronnaise. Parfois utilisé par extension pour désigner toute autre dame aux cheveux blonds. Peut s'avérer gênant pour ses parents.

Meuuuh : vache. Prononcé d'une voix grave et rauque. Désigne dans la bouche de Tant-Bourriquet une vache, un taureau ou, plus généralement, tout animal un tant soit peu volumineux (cheval, âne, éléphant, etc.). Protocole de test en cours pour Saoul-Fifre.

Nomm : bonhomme. Exclamation poussée dix fois de suite par Tant-Bourriquet dès qu'il aperçoit un panneau "attention sortie d'école" dans la rue. Effet identique obtenu si on lui dessine un bonhomme en mode "fil de fer" sur une feuille de papier.

Nouille : grenouille. Animal qui doit sa mémorisation par Tant-Bourriquet à sa couleur verte et à sa forme ridicule. Usage peu fréquent.

Oui-Oui : Oui-Oui. Le grand amour de Tant-Bourriquet avec Maman (voir ce mot).

Pa'fum : parfum. Comment Tant-Bourriquet a-t-il pu s'approprier un tel mot ? Mystère ! L'influence de sa mère, sans doute...

Pain : pain. Cri du ventre utilisé pour raffler tous les morceaux de pain sur la table. S'accompagne généralement d'une restitution de la croûte aux parents une fois la mie soigneusement mangée.

Papa : Papa. Manquerait plus qu'il ne sache pas dire ça, tiens !

Pinpon : relatif aux services de lutte contre les incendies. Utilisé par Tant-Bourriquet pour désigner tout véhicule de couleur rouge vif.

Poupée : poupée. Mot illustrant le socle commun existant entre le langage tant-bourriquien et le français.

Pote : compote. Un des aliments de base de Tant-Bourriquet.

Qué ? (ou "cékoi ?" ou "quécé ?") : qu'est-ce donc ? Expression utilisée par Tant-Bourriquet environ 22631 fois par jour en moyenne, assortie d'un doigt interrogateur.

Teill' : bouteille. Mot employé pour prouver que la relève du Souf' est assurée.

Tété : télé. Prononcé itérativement en désignant du doigt l'appareil qui trône dans le salon. Généralement suivi de vives protestations si on allume le dit appareil sur Arte ou sur la chaîne parlementaire.

Tisuiss : petit suisse. Un des aliments de base de Tant-Bourriquet.

To : moto. Une passion de Tant-Bourriquet, mot utilisé sur le mode exclamatif toutes les trente secondes dans la rue pour peu qu'un de ces engins passe à proximité.

Ture : voiture. A remplacé récemment "to" dans le vocabulaire tant-bourriquien, qui prétait à confusion avec l'autre acception de ce mot (voir "to")

 : enlever (autre hypothèse : couvercle). Interjection lancée par Tant-Bourriquet pour demander l'ouverture de son pot de compote. Un modèle de concision.

Viens : viens. Faux-ami. Interjection employée par Tant-Bourriquet non pas pour demander que l'on aille avec lui, mais au contraire pour qu'on le prenne dans les bras ou sur les genoux.


Voilà, logiquement, forts de ces éléments, vous devriez être en mesure de communiquer avec Tant-Bourriquet, voire de traduire la "critique de la raison pure" en langage tant-bourriquien.

Auvoi ! :~)

jeudi 29 juin 2006

ManouCOSET ou l’amour du ménage librement consenti



Pour de nombreux adolescents, la période de vacances correspond à un séjour en colonie. D’ailleurs je ne me rappelle plus comment ou pourquoi nous avons loupé le coche. V reste donc à la maison jusqu’à ce que mort s’en suive. Il réclame des activités ménagères… (ceci n’est pas une fiction). En mère compréhensive, je suis allée crescendo dans la difficulté des tâches à accomplir : vidage et remplissage du lave-vaisselle, utilisation complexe du lave-linge, du sèche-linge et de l’étendoir, changement des draps,…etc…

Le bougre a innové puisque l’autre soir il me présentait son air triomphant et les vitres du salon transparentes comme l’eau claire. J’ai marqué un sérieux temps d’arrêt devant ce que ma petite taille renâcle toujours à effectuer. Ne voulant pas paraître trop admirative, j’ai pointé le doigt vers un moucheron récalcitrant toujours collé aux carreaux. « Et ça ? », ai-je demandé. Las, de moucheron il n’y avait plus de trace quelques secondes plus tard. En m’écroulant, épuisée, sur le canapé, j’eus le temps de noter que la table était mise.

Je crois bien avoir poussé le vice jusqu’à introduire une pastille déodorante dans l’aspirateur afin de provoquer chez V une envie compulsive de l’utiliser. Ça marche. Il m’a téléphoné qu’il ne viendrait pas déjeuner avec moi. "L'aspirateur, c’est crevant". Ah, quand même! Je déprimais un peu, là.

Le cauchemar n’est pas terminé. Ce matin je me suis rendue compte que le MIROR trônait sur la table à côté d’un post-it : « Il faudrait du détachant. Mon tee-shirt ELU HOMME DE L’ANNEE est abîmé ». J’envisage de passer à la vitesse supérieure. Monter une armoire IKEA ? Tondre les 30 m² de pelouse ? Négocier le menu mac-do à 4 euros? Démontrer à Saoul-Fifrounet qu'il a un potentiel certain pour être dégusté en innocent ?

Il y a tout de même des limites au surréalisme. V a demandé la permission de se rendre à une soirée 12-17 ans de 17 à 23 h. quelque part entre le 28 et le 30 juin. Si je pouvais aussi lui laisser 10–20 euros, il serait au 7-8e ciel. « Ma chair, mon sang, ai-je répondu, si les 3-4 volets sont repeints, je n’y vois aucun inconvénient ».

PS : Le rapport entre la photo et le texte reste à établir. Je compte sur votre imagination.

mercredi 28 juin 2006

Saoul-FifreD'innocents, les mains pleines

Les innocents, c'est le nom donné aux jeunes pigeonneaux prêts à s'envoler du nid natal. Les parents s'en sont super bien occupés, ils les ont gavés de bonnes choses diététiquement adaptées au stade de leur croissance, genre pré-maché Guigoz, ont nettoyé le nid pour pas que le petit se sente mal à l'aise, tout bien, le bébé profite, il devient plus beau que celui des voisins, ces "marque-mal", il se remplit, devient un vrai bébé de publicité, bon, pour un pigeonneau, on peut pas parler de joues rebondies, mais le jabot est plein, les cuisses aussi, il a commencé à se muscler ses petites ailes avec des exercices appropriés pour pouvoir s'élancer dans les airs comme papa-maman, conquérir son indépendance, se draguer une petite au pubis bien accueillant qui lui fera de gros œufs...

Enfin, ça c'est le projet parental, les vieux espoirs bien classiques, bien bourgeois, une vie sans surprises, tracée d'avance à la règle, sans originalité, sans la moindre petite place laissée au rêve, à l'impondérable, au baroque ? Mais c'est compter sans Saoulfifre qui surveille le nid du coin de l'œil et qui constate avec un sourire béat les progrès gravifiques du fissou à sa môman, lequel s'obèsifie de manière sympathique.

Ma patte ongulée se pose sur l'innocent. Le nez sur son bec, je lui souffle : "Toi, je ne t'aime QUE avec des lardons, des oignons et des petits pois. Entre les tiens et mézigue, c'est une guerre larvée qui ne prendra fin qu'à la fonte lente et dorée de la dernière colombe de la paix d'un blanc virginal, sur son lit de pommes de terre primeurs, mijotée au four. Je sais, je sais : une injustice se perpétre... Tu es né au mauvais endroit, avec un karma court. Ta mère a fait un pacte diabolique avec moi : tu as mangé de mon blé et ta vie m'appartient. Quand ton âme s'envolera, qu'elle dise à ton peuple qu'il n'est le bienvenu ni sur cette feuille de cadastre, ni ailleurs

Et que j'aime le goût sauvage de l'innocence.

Avec des petits pois frais."

mardi 27 juin 2006

Tant-BourrinBoîtes

Grand Corps Malade a été pour moi une révélation. Une révélation parce qu'il a prouvé que la seule force des mots pouvait pallier l'absence de mélodie chantée. S'en chanter, il enchante.

Et ça ne peut que donner des idées à ceux qui n'ont pas été, comme moi, gâtés par la nature du côté des facultés vocales...

J'ai donc tenté moi aussi de faire un slam. Mais autant vous prévenir tout de suite, le résultat est loin d'atteindre le niveau de Grand Corps Malade : ma voix est beaucoup moins grave et moins bien placée, la prise de son est calamiteuse (mais je n'allais quand même pas acheter un studio d'enregistrement pour ça, hein), est mon articulation est poussive par endroit (mais à la douzième prise, je commençais à en avoir un chouia assez)...

Même si le vrai slam se fait seul dans des salles minuscules à deux mètres du public et sans le moindre artifice, j'ai, pour cet enregistrement trois pièces (désolé, je n'habite pas en studio), décidé de mettre un accompagnement musical, comme l'a d'ailleurs fait Grand Corps Malade sur son album.

En l'occurrence, l'accompagnement musical est la Gymnopédie n°2 d'Erik Satie. Les connaisseurs noteront d'ailleurs que j'ai allongé le morceau avec un discret copier/coller pour l'adapter à la longueur de mon texte.

Bien, ceci étant dit, il ne vous reste plus qu'à écouter... Attention, morceau déconseillé aux dépressifs !




Tant-Bourrin - Boîtes

(Paroles : Tant-Bourrin / Musique : Erik Satie)



[Edit de 2010] : un réenregistrement de ce morceau, de bien meilleure qualité, peut être écouté ici...

lundi 26 juin 2006

ManouRacines


Mes souvenirs les plus anciens sont ton odeur
Le rythme de ton cœur
Tes pas
Le bruissement de tes collants

Quand tu as accouché de ton dernier enfant
J’aperçus ton visage fatigué, tes rides plus marquées
J’en ai voulu à ce bébé

Par assimilation j’appris
Le travail éreintant
La limite physique de l’épuisement
Dont longtemps je n’ai su me défaire

Comme je n’ai su longtemps
M’exprimer qu’âprement

Mes enfants sont nés
Elever, Faire ce que je pouvais
Du mal à me défaire encore de tes façons de faire
Pour le meilleur comme pour le pire

Plus d’une fois tes colères m’ont réduite à néant
J’ai refusé tes haines et tes violences
Repoussé tes combats

Mais j’en reviens à toi
Ma mère
Te prendre dans mes bras

dimanche 25 juin 2006

Saoul-FifrePris en sandwich

Mes p'tits zombies, la feuille vierge, ça craint. Manou a déjà écrit son poème de demain. Je suis pris entre 2 feux. Condamné à écrire. En plus, elle le fait exprès : vous allez voir, ce poème sur sa mère est faramineux. Jamais j'arriverai à écrire sur ma mère comme ça. Avec des vrais morceaux de sentiments dedans. Surtout à l'heure qu'il est et dans l'état où je suis, avec pas la queue d'une idée ? Je rentre d'une vraie Fête de la Saint-Jean païenne, avec un grand bûcher où on aurait bien pu brûler 2, 3 Jeannes d'Arc, pas un feu de cagettes mesquin comme j'en ai vu des. C'est des écolos qui organisent ça, mais il faut reconnaître qu'ils font tout bien comme il faut. Ya un orchestre folqueux qui remue salement avec ses valses, ses cercles circassiens, ses bourrées. Ya de la bouffe super bonne, bio comme le premier matin du monde, et à si peu pas cher qu'on se demande si ils se sont pas trompés dans leurs calculs. Bon, le principe, c'est que ça paye les frais. Ya pas de parti politique qui se graisse les mimines en emportant la caisse à la fin de la soirée. Non, c'est des gens qui aiment s'amuser, et les choses bien faites. Cette année, c'était spécial "bières bretonnes". Y'en avait plein, des brunes, des blondes, des sur lies, sur levures, on a tout goûté, juste pour faire remarquer qu'on appréciait l'initiative. Y avait une sangria d'un autre monde, aussi. On en a pris par politesse, au début, et puis repris, car c'est rare, la sangria où on met des alcools forts plutôt que du sucre. Et puis c'est marrant, mais elle se laissait boire sans se débattre... À 1 € le verre, moi j'appelle ça de l'incitation à la débauche.

Bien sûr, ya eu la farandole, et le feu à sauter, et cette année, plein de djeunes qui jonglaient avec des torches. C'est joli, la nuit. Ya 20 ans, avec un copain, nous avions allumé le même feu, au même endroit, en crachant des flammes dessus. Ouais, j'ai fait pas mal de conneries dans ma vie, et celle-ci également. J'ai craché le feu pour la 1ère fois à 20 ans,

entraîné par un ami un peu ouf qui essayait tous les délires jusqu'à ce qu'un balcon d'immeuble lui rentre dans le torse alors qu'il était bêtement suspendu sous un deltaplane. Et puis à cette fête, avec ce nouvel ami que j'avais jugé assez déglingué pour accepter, et à qui j'avais appris la technique la veille. Le Mistral était assez fort ce jour là, et c'est pas terrible car les retours de flamme, il arrive que ça arrive, quoi ? Enfin ya de la chance pour la canaille puisque tout s'est bien passé. Et quinze jour plus tard, il a très bien craché son pétrole désaromatisé enflammé, sans plus de problème.

Mais moi, je ne l'accompagnais pas. C'était le jour de notre mariage, et Margotte m'a fait comprendre avec pédagogie qu'elle n'avait pas envie de se farcir "Le marié était en noir, carbonisé", comme navet... Mon pôte s'est donc tapé tout seul sa frime de cracheur de feu. J'étais de toute façon assez grillé comme ça dans l'opinion de mes beaux-parents.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 >