Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 29 septembre 2007

Saoul-FifreBarbara

Évidemment nous avions "Il était un piano noir", ses belles mémoires inachevées, mais justement, elles laissaient un goût, délicieux sans doute, mais de trop peu... Pour les rédiger, elle avait pris la peine de retéléphoner à tous les complices qu'elle avait rejetés sur le bas-côté de la route, dans sa course en ligne droite inspirée. Ha le nettoyage par le vide autour d'elle, dès qu'elle se sentait contrariée, ça y allait à la manœuvre ! Ses amis, ses employés, ses hommes, hop là, à la porte ! Ya que nous, son public chéri, qu'elle n'a jamais abandonné. Même malade, un pied dans la tombe, elle s'échappait de l'hôpital, elle signait des décharges, et elle venait nous chanter ses merveilles. La voix éraillée, "cassée", dirait Brice de Nice (oui je sais, je viens de foutre en l'air irrémédiablement le peu de magie que j'essayais d'instiller dans ce billet), elle a tenu le coup jusqu'au bout. Elle avait besoin de nous, et nous d'elle. Il n'y eut aucune défection, nous sommes restés jusqu'à la fin, à nous meurtrir les paumes, à beugler Dis, quand reviendras-tu devant le rideau baissé, à risquer la mort dehors, attendant devant la porte de fer, la sortie de l'artiste.

Barbara et son public, c'était une communauté d'âmes. Elle a su mettre en mots et en notes sa souffrance, et ses cris d'écorchée vive ont trouvé un écho chez le plus grand nombre. Bien sûr, tout le monde n'a pas été violé par son père à 10 ans 1/2, n'a pas, juive, été traquée pendant 4 ans par les nazis, n'a pas subi comme elle d'opération lui interdisant à jamais d'avoir un enfant, n'a pas été à 2 doigts, poussée par la faim et le désespoir, de se prostituer ? Mais il n'y a pas de grands ou de petits malheurs. Il n'y a que du malheur. Elle étant arrivée à transcender le sien, à en exprimer le jus génial grâce à son art, à tout nous donner pour recevoir de l'Amour en retour, elle fut comme un exemple pour nous. Le bonheur de l'écouter, la beauté intérieure de son combat fut comme un baume à nos plaies.

S'il y a un message que Valérie Lehoux a fait passer dans son livre indispensable, c'est celui-ci : Barbara est une championne de résilience sous velours noir. Cyrulnik la cite dans "Les vilains petits canards" comme exemplaire avec ses rebonds créatifs de toute beauté. La capacité d'aller de l'avant, de s'en sortir par le haut. Un humour à couper au couteau, tous les témoignages concordent : il n'y avait pas plus drôle qu'elle, si ses chansons ne suffisent pas à convaincre :

Y aura du monde
Si la photo est bonne
Les insomnies
J'ai troqué
Hop là
Les mignons
Le temps du lilas
Le zinzin
Gueule de nuit
Les rapaces
La gare de Lyon...

Le livre regorge de ses traits d'esprit, mais, comme dit le proverbe, c'est au pied de la mort qu'on voit l'humour. Le vrai.

Nous sommes fin Septembre 1997, Barbara pète la forme, elle bavarde gaiement avec son producteur qui est venu la voir à Précy. Elle lui demande à brûle-pourpoing : "Au fait, tu as prévu quoi, comme plan marketing, pour la sortie du disque d'Or ?" Jean-Yves Billet tique un peu, car il sait que Barbara déteste le mot "marketing". Il répond : "Oh, classique : un partenariat avec une radio nationale, un spot télé, des annonces dans la presse..."

Barbara le regarde avec son air pince-sans-rire et lui lance : "Oublie tout ça, j'ai une meilleure idée..."

"Ha bon ?!"

"Oui : je meurs !"

Deux mois plus tard, le matin du 24 Novembre 1997, Barbara nous quittait. Moi je dis Chapeau bas !

vendredi 28 septembre 2007

ManouThaïlande 2
























jeudi 27 septembre 2007

Tant-BourrinUne histoire assez raide

Cela faisait des mois que Jean-Paul Grotachon avait fait la connaissance de la belle et douce Marie-Aglaé, des mois à échanger des sourires polis, à se saluer sobrement dans le couloir, à échanger quelques mots anodins à la machine à café, à manger une ou deux fois ensemble à la cafétéria.

Mais, depuis quelques jours, il était excité et angoissé tout à la fois : Marie-Aglaé avait enfin accepté son invitation à venir dîner chez lui. Il avait dû pour cela passer outre sa grande timidité et déployer des trésors de tact et de diplomatie : c'était une jeune fille de bonne famille, et la perspective d'aller manger chez un inconnu, célibataire de surcroît, avait dû terriblement l'effrayer de prime abord. Mais Jean-Paul Grotachon était si bien élevé, si prévenant, si réservé et timide que les digues de ses dernières réticences avaient fini par céder. Elle avait dit oui.

Et Jean-Paul n'en dormait quasiment plus : il craignait de balbutier, de rater ses plats, de ne pas faire montre de suffisamment de savoir-vivre, bref de ne pas être à la hauteur.

Lire la suite

mardi 25 septembre 2007

Saoul-FifreLa fente de l'esprit qui viole

Sacré Victor ! A t-il pensé à ce contrepet bizarre lorsqu'il a dit que le calembour était "la fiente de l'esprit qui vole" ? Sans doute pas, mais jouer avec les mots, inverser les sonorités, les mélanger, le Grand Victor Hugo savait le faire ! Si le calembour est un art mineur auquel il s'adonnait quand même avec plaisir, il est évident qu'il représente un exercice de style, un travail de recherche, un apprivoisement de la langue qui, intégré par l'esprit, devient effectivement une composante "noble" du Style. Les allitérations, les chevauchements de sons, les renvois, les rappels sont des repères qui rythment l'écoute. L'oreille a à peine conscience de cette familiarité des mots entre eux, mais leur accolade donne une impression de lutte contre le hasard, d'écrit de toute éternité, de création nécessaire et attendue.

La lourdeur viendrait plutôt d'une répartition statistiquement logique des bruits. L'attente d'un son engendre l'ennui, l'an-ouï. Sa répétition régulière crée une connivence, une fraternité inconsciente, un refrain tissé à l'intérieur des mots, un clin d'œil complice. L'effet ne doit pas être simpliste au risque de tourner au procédé. Un peuple de grandes gueules doit se héler, se répondre, s'interpeller d'une phrase à l'autre, leurs appels s'entrechoquer et le résultat être celui d'un orchestre cacophonique, mais avec un feeling harmonique.

Le même brouhaha sympathique se retrouvant bien sûr au niveau sémantique.

Mais l'essentiel étant de bien s'amuser, ce que nous n'avons pas manqué de faire dans notre correspondance , Tant-Bourrin et moi. Voici le tome II de nos "subjects" :

Ah oui : les glaïeuls ?... ou Aïeuuuuh, les glaouiiiis !?

Qui part de nombril ... ou compile de nibards ?

La raison à Tom ... ou la maison a tort ?

Le confort ouaté du train ... ou le ton "or fouetté" du crin ?

Les pépins avec leur contrainte ... ou les pré-teintes avec leur con peint ?

Chantier ... ou t'es chiant ?

Florent Pagny ... ou rafl' li pognon ?

Tuteurée ? Galéjade ? ... ou tu te régales, hé, Jade ?

Personne a l'con de butteur ... ou Personal Computer ?

Jenny semble ouïr ... ou génie sans bouillir ?

Électrons, pièges à ions ... ou élections, piège à cons ?

Bagdad ... ou bad gag ?

Kaboul ... ou pas cool ?

Tu préfères de l'éther, Eugène ... ou de l'hétérogène ?

Line te le met ... ou Lynda Lemay ?

Les rats sueraient ! T'es rassuré ?

Service à Aix ... ou serre-sexe à vis ?

Les copains d'au bar ... ou les copains d'abord ?

Caca aux raies ... ou Karaoké ?

L'attente en France ... ou la fente en transe ?

Et puis, une dernière pour la route, sans traduction, je vous fais confiance :

Sainte Thérèse
Dieu, qu'il advienne
Dieu qui l'apaise...

Tant-BourrinLe 25 septembre 1987

Le 25 septembre 1987 tomba un vendredi.

Le 25 septembre 1987, Sitiveni Rabuka déclencha un second coup de force aux îles Fidji.

Le 25 septembre 1987 fut publiée la Circulaire n°87-287 relative à l'éducation et à la sécurité routière dans les écoles maternelles et les écoles élémentaires.

Le 25 septembre 1987, Jacques Chirac était au Caire pour inaugurer, avec le Président égyptien Hosni Moubarak, la première ligne de métro de la capitale égyptienne.

Le 25 septembre 1987 fut publié en Belgique un Arrêté royal relatif aux locations, dans la Région bruxelloise, des habitations gérées par la Société nationale du Logement ou par les sociétés agréées par celle-ci.

Le 25 septembre 1987, l'actrice américaine Mary Astor nous quittait après une attaque cardiaque à l'âge de 81 ans.

Le 25 septembre 1987, Michael Jackson était n°1 dans les charts américains avec "I just can't stop loving you".

Le 25 septembre 1987, les cinq otages français au Liban n'avaient toujours pas été libérés.

Le 25 septembre 1987, le décret n°87-780 relatif au recrutement de professeurs certifiés parmi les professeurs techniques adjoints de lycée technique était voté.

Le 25 septembre 1987, les ouvriers du Syndicat du livre étaient en grève.

Le 25 septembre 1987, le journal télévisé d'Antenne2 ressemblait à ça.

Et puis surtout, surtout, le 25 septembre 1987, ma route croisa celle de Tant-Bourrine pour la première fois. Et tout le reste, dans le fond, je m'en fous royalement !... Bon anniversaire, my love ! :~x

C'était il y a vingt ans. C'était hier.


Berthe Sylva - On n'a pas tous les jours vingt ans



Et vous, que faisiez-vous le 25 septembre 1987 ? Avouez !

lundi 24 septembre 2007

ManouThaïlande 1


















dimanche 23 septembre 2007

Tant-BourrinFaites passer l'émotion !

Nombreux sont les blogueurs amateurs qui m'ont un jour demandé : "Monsieur Tant-Bourrin, j'essaye de faire des podcasts, mais il n'y a rien à faire, à chaque fois que je m'écoute, c'est chiant comme la mort. Comment faites-vous donc, Maître, pour faire passer autant d'émotion lorsque vous parlez ou chantez sur votre blog ?"

Etant las de répéter sans cesse la même chose à tous ces jeunes blancs-becs inexpérimentés, je vais vous livrer ici une bonne fois pour toute le B-A BA de la transmission d'émotion, illustré par deux exemples.

Tout d'abord, le choix des textes. Primordial. Vous aurez beau avoir fait l'Actors Studio, vous aurez du mal à rendre palpitante la lecture d'un billet du genre : "G été ché Kevin tou ta leur. Il é cool. On a écouter de la muzic et pui on a jouer à la playstation. C mon meyeur cop1 ! lol !"

Non, non, soyez plus ambitieux : ciselez vos textes, visez haut, ou alors puisez dans les classiques de la littérature française. C'est ce que j'ai fait pour les deux exemples de ce billets : j'ai retenu deux oeuvres inégalées et inégalables, deux purs chefs-d'oeuvres du patromoine mondial, à savoir "le Cid" de Corneille et "le pipi de Trotro" de Bénédicte Guettier (que j'ai piqué pour l'occasion à Tant-Bourriquet). Mon choix s'est porté sur ces deux merveilles afin d'illustrer deux types d'émotions à faire passer dans un podcast : le côté dramatique avec "le Cid", le côté gai et enjoué avec "le pipi de Trotro". Une fois vos textes -de qualité- bien écrits ou sélectionnés, la moitié du travail est faite !

La seconde moitié va consister à en faire la lecture en mettant un maximum d'intonations, de conviction, de force dans votre voix. Pour cela, faites le vide dans votre tête cinq minutes (pour certains, ça ne réclamera aucun effort !), puis essayez de vous mettre dans le bon état d'esprit pour vivre intensément ce que vous allez lire.

Pour "le Cid" par exemple, j'ai intensément pensé à ma taxe d'habitation, à ma voiture à amener chez le garagiste, à ma belle-mère, à mon cor au pied, etc. A la fin de cette introspection, j'étais en larmes et prêt à faire pleurer également l'auditeur en transportant des brouettés de désespoir dans ma voix.

Pour "le pipi de Trotro", en revanche, j'ai essayé de visualiser des choses beaucoup plus légères et amusantes : une bonne mousse au chocolat, un match du PSG ou encore la tête du Souf' le jour où il a pris un laxatif en croyant prendre un sirop pour sa toux. Et, vu la nature du texte, il faut surtout se mettre dans la position de celui qui va s'adresser à des petits enfants naïfs et innocents (un peu comme Sarkozy quand il cause aux Français dans le poste de télé).

Reste la lecture à proprement parler, mais là, vous êtes déjà dans les bonnes conditions psychologiques pour casser la baraque et faire passer des kilotonnes d'émotion. En l'occurrence, deux trucs à ne pas oublier : les vibratos dans la voix pour "le Cid", la voix qui module beaucoup dans les aigus pour "le pipi de Trotro".

A ce stade, c'est déjà parfait : votre podcast va faire un malheur.

Vous pouvez en rester là. Mais comme je suis un puriste, j'ai toujours tendance à faire mieux que la parfection en ajoutant en sus la magic touch finale : un accompagnement musical choisi avec goût. Bien évidemment, le choix du fond sonore doit être en rapport avec la tonalité du billet. Dans le cas de nos deux exemples, j'ai choisi "l'Adagio" d'Albinoni pour magnifier "le Cid", et "Yaketi sax", le générique du Benny Hill show, pour donner une touche encore plus enlevée au "pipi de Trotro".

Mais bon, à l'heure où j'écris, il se fait tard. Je vais donc laisser mes consignes à l'ingénieur du son de Blogbo pour qu'il me trouve ces musiques, fasse le mixage sur mes deux podcasts et les mette en ligne à la suite de ce billet (eh oui, sur Blogborygmes, compte tenu de notre volume d'activité, on a engagé un ingénieur du son !). Et hop, le tour est joué ! Méditez bien ces deux exemples pour vos prochains podcasts !

Merci qui ?

Merci Blogborygmes !


Tant-Bourrin - Le pipi de Trotro



(Téléchargeable directement ici)


Tant-Bourrin - Le Cid



(Téléchargeable directement ici)





Edit du 23/09/2007 :

Je viens d'écouter les deux podcasts ci-dessus mixés et mis en ligne cette nuit par notre ingénieur du son.

Je vous informe que Blogborygmes est à la recherche d'un nouvel ingénieur du son, sérieux, appliqué et surtout très ordonné. Envoyez votre CV à Blogborygmes Inc. Ltd - 1 rue Canasson - 99000 Bourrinville.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 >