Blogborygmes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 10 juin 2012

Saoul-FifreNulle verge

Ce contrepet sur son nom peut avoir un sens si l'on se rappelle que sa cousine Caroline a refusé de l'épouser, elle dont il était amoureux depuis leur plus jeune âge. L'aurait-elle essayé, et en fut-elle déçue ?

Et pendant que j'y pense, Tant-Bourrin ne l'aurait-il pas déjà utilisée, cette contrepèterie si évidente, dans ses "Brouillons de culture" ? Vérifions. Et merde ! Bien sûr : et dès le premier, je l'aurais parié ! Mais pourquoi faut-il que je me fasse doubler systématiquement par cet Anquetil de l'intellect et que je me retrouve systématiquement dans la position du suceur de roue, éternel "ce con", genre "la poule, y dort"... Tiens qu'est-ce qu'elle devient, celle-ci, d'abord ? (Je me bofise à une vitesse, moi ? Ça fait peur ...)

Bon je ne m'appesantirai pas sur l'organe sexuel de Jules Verne ni ne relèverai plus avant l'absence d'intérêt à en évoquer la pertinence comme biais pour aborder son génie littéraire.

On peut gloser sans fin sur ses influences : Wyss et son Robinson suisse, Daniel Defoe, Fenimore Cooper, Edgar Poe, Victor Hugo... mais force est de reconnaitre qu'il a su se créer son propre créneau, inclassable, irréductible à un domaine étroit mais toujours habité par un souffle épique inégalé et un sens du suspense de quasi-thriller. Si influences il y a, elles sont clairement assumées. Mathias Sandorf, dédié à Alexandre Dumas père, est à peu de choses près une déclinaison-hommage au "Comte de Monte-Christo". "Le sphinx des glaces" est tout simplement la suite des "Aventures d'Arthur Gordon Pym", de Poe.

Un mythe à qui il convient de tordre le cou sans plus attendre est celui qui affirme que seul son frère Paul, officier de marine, aurait voyagé et rapporté à son frangin toutes "ses" idées. Non, Jules n'est pas resté le cul collé sur une bite du port de Nantes. Il a même pas mal baroudé dans le monde entier, mais ce qu'il aimait par dessus tout, c'était les voiliers, et il en eut trois avec lesquels il cabota en France et en Europe du Nord.

Par contre, c'était un gros bosseur qui nous a pondu 62 romans, 18 nouvelles, des poèmes et de nombreuses pièces de théâtre, son premier domaine d'activité. Cancre scolaire, il déçoit son père qui aurait bien vu son ainé reprendre la charge d'avoué paternelle, ça se faisait en ce temps-là. Enfant critiqué, moqué, une vie entière à courir après la gloire (on ne compte plus ses demandes recalées pour rentrer à l'Académie) ne lui suffira pas pour se sentir "justifié", autorisé dans son choix de vie. Il sacrifiera sa vie de couple et l'éducation de son fils unique Michel à cette ambition littéraire dévorante.

Le résultat, et la seule chose importante, finalement, sera cette œuvre immense qui part dans tous les sens et où il y a très peu de déchets. Je n'ai pas lu tous ses 62 romans, comme je l'ai un peu imprudemment écrit dans ce billet mais une très grosse partie. C'est qu'il faut les trouver !

Son fond de commerce principal était cet espèce de balbutiement de science-fiction. Il y excellait, accumulait de la doc technique, se tenait au courant des dernières découvertes en réactivant ses réseaux d'informateurs. Ses héros sont ingénieurs, professeurs, journalistes, scientifiques. Son XIXième siècle est celui de la raison, de la confiance dans le progrès. La science va aplanir toutes les difficultés, apporter le bonheur. L'énergie inépuisable du futur, gratuite et propre, ce sera l'électricité, produite autour de l'hydrogène et de l'oxygène. Les classes sociales ne sont pas un problème pour Jules Verne : les citoyens sont solidaires et égaux, quelque soit leur niveau de formation ou leurs origines. Verne est un anti-esclavagiste convaincu, politiquement, il était rad-soc. Elu de sa ville d'Amiens, il y a construit un cirque dans le but de sédentariser des gens du voyage, ce qui était assez couillu pour l'époque.

On ne peut pas dire qu'il ait vraiment fait œuvre de prophète. Il a simplement fait des gammes et imaginé des applications à partir d'inventions juste nées. Par contre, ses romans sont admirablement construits, passionnants, dépaysants au possible. L'avenir est ouvert, le positivisme lumineux de Verne fracture des portes fermées jusqu'alors. Il parait que vers la fin de sa vie, son œuvre se fit plus noire et que son éditeur Hetzel s'arrachait les cheveux et devait le caviarder sévère.

Perso, je n'aime jamais autant Verne que lorsqu'il délaisse sa SF pour faire des incursions dans le lyrique, dans l'humain, le sentiment. Michel Strogoff, Un capitaine de quinze ans, Les tribulations d'un chinois en chine, Deux ans de vacances, Le château des Carpathes...

Même si je garde une fidèle tendresse pour "Vingt-mille lieues sous les mers", le premier Verne que j'ai lu, au primaire, et pour sa suite, bien sûr, "L'île mystérieuse", ma robinsonnade préférée, et de loin !

jeudi 7 juin 2012

Tant-BourrinForce de rappel

« Mais qu’est-ce que j’ai bien pu faire hier ? Je me sens tout courbatu. »

Il s’étira longuement, jusqu’à en faire craquer ses articulations, pour essayer vainement de chasser la douleur, puis posa doucement la main vers l’autre bord du lit.

Rien. Des draps froids. Odile s’était donc déjà levée ? Il n’avait rien entendu. Bah, rien d’étonnant : vu l’état de son dos, il avait dû travailler bien dur la veille et dormir comme une souche.

Maintenant tout-à-fait éveillé, il guetta les bruits de la maison. Le silence lui sauta aux oreilles.

« Odile sait que j’étais fatigué, elle doit prendre grand soin à ne pas me réveiller. »

Il se leva finalement, revêtit sa robe de chambre et entreprit de descendre au rez-de-chaussée. Le couinement des marches de l’escalier sous ses pas déchira le voile cotonneux qui semblait jusque-là envelopper ses tympans.

L’obscurité de la cuisine figea son sang dans ses artères. Il alluma, avec l’ultime et dérisoire espoir qu’Odile fut soudainement atteinte de nyctalopie. Personne.

« Mais où donc était-elle passée ? Où se cachait Odile ?... Odile ! Odile »

Le trop-plein de ses pensées s’était déversé dans sa gorge : il hurlait maintenant le prénom de son épouse dans la maison, mais ses appels ricochaient sur les murs sans obtenir de réponse.

De plus en plus fébrile, il inspecta toutes les pièces. Rien. Désespérément rien. Ses affaires étaient pourtant encore là, bien rangées dans la vieille armoire en chêne. Bon sang, il lui était arrivé quelque chose ! Quelque chose de grave, même ! Ça ne lui ressemblait pas de disparaître ainsi, sans un mot, sans rien emmener avec elle !

Plus mort que vif, il s’habilla à la diable et sortit dans la rue. Une seule pensée occupait désormais son esprit : trouver de l’aide. Que l’on organise des recherches. Que l’on lance des appels à la radio et à la télévision. Que l’on mobilise l’armée s’il le fallait. Mais qu’on lui ramène son Odile.

C’est dans un état d’agitation extrême, suant, hoquetant, qu’il débarqua dans le commissariat de police du quartier. Il alpaga le planton de service :

- S’il vous plaît, Monsieur, ma femme a disparu, il faut la retrouver ! Il est sûrement arrivé quelque chose de grave !

Le policier leva le nez du magazine « Auto Plus » dans lequel il était plongé, découvrit son visiteur et laissa échapper un soupir las.

- Monsieur Lesgaret, encore vous !
- Heu… oui, c’est bien moi. Vous me connaissez donc ?... Mais peu importe : il y a urgence, je viens signaler la disparition de mon épouse Odile.

Un nouveau soupir filtra de la bouche de l’agent.

- Écoutez, Monsieur Lesgaret, je pense qu’il n’est pas utile d’établir une déposition.
- Hein ? Mais pourquoi donc ? Mais vous ne comprenez pas : ma femme a disp…
- Monsieur Lesgaret, gardez votre calme, je vous en prie, et écoutez-moi. Quel âge avez –vous ?

La conversation prenait un tour étrange qui le laissa pantois. Il marqua un temps d’hésitation.

- Eh bien… heu… j’ai 35 ans. Mais pourquoi cette question ?
- Monsieur Lesgaret, asseyez-vous tout d’abord, je ne voudrais pas que vous vous trouviez mal en entendant ce que je vais vous dire.
- Mal ? Mais… Vous l’avez trouvée ? Elle est… morte, c’est ça ?
- Monsieur Lesgaret, ce n’est pas la première fois que vous venez nous voir pour la même raison. Les premières fois, nous avons enregistré votre déposition et vérifier votre état-civil : vous n’avez pas 35 ans, vous en avez 76 !
- Quoi ?

Le pauvre homme, subitement très vieux et usé, se tassa sur sa chaise sous le poids de la révélation.

- Monsieur Lesgaret, ne le prenez pas mal, mais vous perdez un peu la tête. Vous souffrez de la maladie d’Alzheimer et vous perdez peu à peu vos souvenirs, en partant des plus récents.
- …
- La dernière fois, vous êtes déjà tombé sur moi, et vous m’aviez dit avoir 42 ans.
- …
- Ne vous en faites pas. Vous allez rentrer chez vous. Vous avez une aide à domicile qui passe deux heures par jour, tout va bien se passer. Mais il faudra peut-être que votre médecin songe à demander votre placement dans une maison de retraite où l’on pourra s’occuper de vous, pour votre bien, hein !
- …
- Allez, Monsieur Lesgaret, il faut y aller. Vous savez toujours où se trouve votre pavillon, hein ? Ça fait cinquante ans que vous y habitez, vous n’avez pas oublié ?

Encore abasourdi d’avoir pris quarante ans en cinq minutes, il répondit d’une voix blanche :

- Non, non, ça va, je vais retrouver mon chemin.
- Parfait ! Bonne journée, alors !
- Mais… heu…
- Oui, quoi ?
- Mais alors, ma femme ? Elle est…

Le policier soupira, usé de rejouer encore la même scène que les fois précédentes.

- Oui, désolé de vous l’apprendre, ou plutôt de vous le réapprendre : Madame Lesgaret est décédée voici plus de quinze ans.
- Oh mon dieu ! répondit le vieillard dans un sanglot, avant de se prendre la tête entre les mains.
- Condoléances. Mais c’est de l’histoire ancienne, Monsieur Lesgaret, il y a longtemps qu’elle ne souffre plus.

Un quart d’heure plus tard, le vieil homme retrouva suffisamment d’énergie, affirma-t-il, pour regagner son domicile.

Chemin faisant, plus voûté que jamais, ses pensées s’entrechoquaient, prises dans la tempête de ses émotions.

Odile. Morte. 78 ans. Enterrée. Seul. Vieux. Quinze ans déjà. Silence. Désespoir. Odile.

Il comprenait maintenant la cause de ce qu’il prenait pour des courbatures : les douleurs de l’âge.

Odile. Police. Perdue. Jamais. Tristesse. Souvenir. Odile. Partie.

Il faudrait qu’il suive les conseils du policier et qu’il demande à son médecin de le… heu… Zut, de le quoi au fait ? Il avait oublié !

Odile. Partie. Seul. Attente. Peut-être. Odile.

Tiens, voilà le soleil qui pointait son museau à travers les nuages. Qu’il était agréable de le laisser courir sur sa peau ! Quelle bonne idée d’être sorti prendre l’air ! Pour quelle raison, d’ailleurs ? C’est ballot, ça, il ne s’en souvenait plus !

Odile. Absente. Maison. Manque. Bientôt. Soleil. Odile.

Il se sentait bien. Il faisait doux. Il avait trente ans et la vie était belle.

Odile. Amour. Douceur. Caresse. Passion. Odile. Amour. Odile. Odile. Odile.

Il pressa le pas. Il lui tardait de rejoindre Odile à la maison.

lundi 4 juin 2012

Scout toujoursLe bonheur sur Facebook

DUGLAND : POUR VIVRE HEUREUX, VIVONS NOS PASSIONS AU PRESENT

GLANDU : Yes, carpe diem !!!

DUGLAND : Décidément, les grecs ont tout inventé.

GLANDU : C"est vrai mais aussi les romains.

DUGLAND : Excuse-moi, mais comme la plupart des gens tu fais un contresens : dans l'esprit d'Horace, carpe diem voulait dire "tu es mortel ton bonheur présent est éphémère" et non pas le traditionnel "jouissez sans entraves", d'autre part, Horace avait appris la philosophie à Athènes, les romains ont tout repris des grecs, et nous par la suite...

GLANDU : Mais non, pas du tout de contre sens en ce qui te concerne, puisqu'en tant que jouisseur émérite la passion et le bonheur ne font qu'un pour toi. N'est-il pas? En tout cas je suis tout à fait d'accord avec toi sur le fait que dans cette locution latine Horace a largement été inspiré d'Epicure.

DUGLAND : Non en effet, pas vraiment de contresens avec moi, encore que "jouisseur émérite" me semble assez exagéré, mais contresens avec la citation d'Horace qui est plutôt négative et menaçante, et qui est tout sauf un encouragement à la jouissance, d'ailleurs ne penses-tu pas qu'il l'ait piquée plutôt à quelqu'un d'autre qu'à Epicure? J'ajoute que la passion n'est certainement pas suffisante au bonheur. Je crois qu'il faut en plus un minimum de satisfaction personnelle qui est plus importante que la passion, car tout le monde n'est pas passionné (j'entends la satisfaction d'avoir fait ici-bas ce que l'on devait faire, sinon ce que l'on pouvait). On va bientôt pouvoir ouvrir un forum philosophique...

GLANDU : Bon sang mais c'est que maintenant il va me faire réfléchir sérieusement le bougre. Je me demande si tu n'as pas été traumatisé par ta prof de philo quand tu étais petit. Je l'imagine de latex vêtue, avec un fouet dans la main droite, te répétant sans cesse "carpe diem, carpe diem" et après le pauvre Horace qui n'avait rien à voir là dedans en a pris plein la tronche. Blague à part je crois que le bonheur n'est pas inné mais qu"avec le temps et un peu de réflexion on peut s"en rapprocher. L'exégèse philosophique me parait à côté de cela bien insignifiante mais reste à mon avis un jeu intellectuel tout à fait salutaire.

DUGLAND : Si tu connaissais mon prof de philo, c'était un communiste pur et dur, et j'ai beau faire un gros effort, j'arrive pas à me l'imaginer avec du latex. J'ai retrouvé son blog sur internet, il est devenu libéral, sacrés enseignants, on les refera pas... Blague à part, tu as raison tout ceci n'est que discussion, à chacun sa façon d'approcher le bonheur, les anglo-saxons prétendent même que le bonheur est génétique alors...

GLANDU : Allez pour finir cette discussion et avant d'aller faire dodo, cette citation de St Augustin : le bonheur c'est de continuer à désirer ce que l'on possède déjà... à bientôt cher ami philosophe

DUGLAND : J'ai déjà lu cette citation, mais je l'avais oubliée, je crois en effet qu'on peut trouver son bonheur dans les choses les plus élémentaires par simple contemplation de la nature par exemple, dans le simple bruissement du vent dans les feuilles d'un arbre, Montaigne trouvait le sien dans la volupté qu'il avait à s'endormir et demandait même à se faire réveiller la nuit pour cela. Mais c'est quand même très bien de vivre ses passions, bon je me couche moi aussi.

GLANDU : Bon alors toujours en train de dormir pendant que moi je commence à me geler !!! Allez réveille toi il est l'heure de penser. Ah St Augustin, égérie de la décroissance avant l'heure. Voir à la limite un peu subversif, non ? Concernant les anglo saxons et leur programmation génétique du bonheur, je ne suis pas surpris. Après des siècles de chape luthérienne, ils ont des excuses. Entre le déterminisme génétique et la prédestination divine, on retrouve une constante d'aliénation. Et puis après il faut naître et vivre, et là qu'est ce qu'on trouve ? Le déterminisme social des naturalistes, Zola en tête. Vain Diou les croquants ! Révoltez vous, brisez vos chaines. Le bonheur est à portée de main, lisez Montaigne.

DUGLAND : Oui tu as raison, d'ailleurs ce déterminisme anglo saxon n'est peut être pas totalement désintéressé puisqu'il pourrait le cas échéant leur servir à justifier leur domination du monde, mais la morale reste sauve puisqu'une enquête récente a démontré que malgré leur richesse, ils n'étaient pas plus heureux que le reste du monde...

vendredi 1 juin 2012

AndiamoChauguise et la mercière

Fernand s’étire, il ouvre un œil sur son réveil au cadran lumineux : quatre heures trente. C’est toujours à peu près l’heure à laquelle l’envie de pisser le prend, la prostate sans doute. Ses doigts actionnent la poire servant d’interrupteur à sa lampe de chevet, rien ne se produit : elle est encore grillée songe-t-il.

D’un pas mal assuré, il se dirige vers le palier. Sa main tâtonne à droite de la porte de sa chambre, trouve l’interrupteur, le petit levier en laiton bascule… Rien. Fernand renouvelle plusieurs fois l’opération, la lampe ne s’allume pas. En bougonnant, il se dirige vers l’escalier en colimaçon qui descend au rez de chaussée.

Il la connaît bien cette maison du 12 de la rue des Cloÿs dans le XVIIIème arrondissement de son Paris. La vieille mercerie familiale, coincée entre le square Léon Serpollet et la rue Ordener. Il y est né voici 55 ans. Depuis toujours, il l’occupe avec sa sœur Catherine, de six ans sa cadette, vieille fille comme lui est vieux garçon. Ils sont toujours restés ensemble, même et je dirai surtout depuis le décès de leurs parents. La boutique leur assure un revenu tout juste suffisant, mais ils n’ont pas de grosses exigences.

L’escalier ne devrait plus être bien loin, songe-t-il en tâtonnant du bout du pied, encore un pas… Soudain, sa jambe part brusquement en avant, un grand cri, ses bras font des moulinets, et c’est la chute brutale dans l’escalier métallique, un choc… Le silence.

Catherine qui dort dans la chambre voisine de son frère se réveille, allume sa lampe de chevet, l’énorme fracas l’a réveillée, elle appelle son frère.

- Fernand ! Fernand ! Réponds, enfin…

Sur le palier, point de lumière. Elle retourne dans sa chambre, saisit la lampe de poche dans le tiroir de sa table de chevet, retourne sur le palier, en éclairant le bas de l’escalier, elle aperçoit son frère qui gît en bas.

Elle a enfilé une vieille robe de chambre puis, après avoir traversé la boutique, elle est allée chez Madame et Monsieur Legras, les charcutiers dont la boutique jouxte la mercerie.

Au risque de réveiller tout le quartier, elle a tambouriné un moment sur le vieux rideau de fer bien rouillé, surmonté d’une tête de cochon qui fut autrefois dorée et dont le plâtre s’écaille maintenant. Enfin la fenêtre du premier s’est ouverte, et c’est Madeleine Legras qui d’une voix pâteuse a lâché :

- Ben, qu’est-ce qui t’arrive Catherine ?

- Descend vite, Madeleine, c’est Fernand qu’est tombé, j’ai bien peur que ce soye grave !

- Bon, on arrive, mon Marcel et moi !

Quelques minutes plus tard, Marcel Legras a hoché la tête négativement.

- J’ai bien peur que ton frangin ce soit fait l’coup du Père François… J’vais appeler les cognes.

Ce vendredi 11 juillet 1952, Chauguise comme à son habitude est descendu à la station Châtelet. Placardées sur les murs de la station, les affiches de la fameuse comédie musicale de Stanley Donen et Gene Kelly « Chantons sous la pluie », avec bien sûr l’excellent Gene Kelly, Debbie Reynolds, et surtout Cyd Charisse et ses jambes interminables...

Il aime bien Gene Kelly Chauguise, et il se surprend à fredonner :


I'm singin' in the rain
Just singin' in the rain
What a glorious feeling
I'm happy again.

Et c’est à pied depuis la station qu’il se rend au trente-six. Comme à l’accoutumée, il a acheté le Parisien (libéré) au jeune crieur qui se trouve à l’angle de la rue Saint-Denis et du quai de la Mégisserie.

Tout en marchant, il parcourt les gros titres. Ce sont les vacances, le soleil brille sur la capitale, les journaux relatent les exploits de Fausto Coppi dans le tour de France, sa victoire impressionnante à l’Alpe d’Huez. On y relate également la victoire des Ferrari et de son pilote Ascari, au grand prix de France à Rouen les Essarts.

Plus triste, on parle encore de la mort tragique de Maryse Bastié, cette grande figure de l’aviation, qui a trouvé la mort à bord d’un « Norécrin » lors d’un meeting à Bron en banlieue Lyonnaise.

Les Parisiennes sont jolies quand vient l’été, songe notre commissaire, qui sourit à une jolie brunette juchée sur de jolis escarpins bleu marine, assortis au sac qu’elle porte en bandoulière, faisant ressortir le blanc de son tailleur.

Chauguise arrive au 36, s’installe dans son bureau, quand on frappe à sa porte

- Mouais, lâche-t-il laconiquement.

Julien entre…

- Bonjour patron, on v…

- Salut Dugland ! Articule lentement, ne me brutalise pas, il fait beau, tout va bien... Verstehen ?

- Oui patron, mais je viens de recevoir un coup de téléphone du commissariat du XVIIIème. Le commissaire voudrait vous parler, il est au bout du fil.

- Bon, bascule la communication, je le prends... Salut Gégé qu’est ce qui t’arrive ?

- Ecoute Chauguise, j’ai un macchab sur les bras, j’aimerais que tu viennes.

- Sur les bras ? Il n’est pas trop lourd, j’espère !

- Déconne pas, je t’attends. C’est rue des Cloÿs, au 12, tu connais ?

- PFFF…

- Dugland !

- Quoi patron ?

- Allez, prends les karoubles de la 15, on va rue des Cloÿs.

- Ah oui, c’est près de la Rue du Ruisseau, on avait eu une affaire là-bas.

- Bravo ! Tu vois quand tu veux…

(Je ne vais pas vous faire une visite guidée de Paname non mais…)

Vingt minutes plus tard, Julien gare la Citroën devant le numéro 12.

Gérard Malempin, le commissaire du quartier, est là.

- Merci d’être venu, Chauguise, y’a un truc qui me titille, faut que j’te montre.

Le corps de Fernand Dutreuil gît au pied de l’escalier métallique, son crâne forme un angle bizarre avec les épaules, vertèbres cervicales fracturées, c’est certain.

- Tiens, chouffe Chauguise, on dirait que ses pieds portent des traces de gras.

- Ouais, t’as raison Gégé. Ne touchez à rien, dit-il à l’intention des lardus, je vais appeler Coui… Bourrieux afin qu’il vienne faire des prélèvements. Non, je vais plutôt envoyer Julien, il le ramènera plus vite. En attendant, on va s’en jeter un, et je répète pour les durs de la feuille : vous ne touchez rien, capito ? sur un ton qui n’appelle aucun commentaire.

Un petit muscadet au rade du coin, à l'enseigne très originale :"Bar des amis" en attendant Julien, enfin chacun sa tournée : on a des usages dans la Rousse.

Un peu plus tard, Julien revient escorté de « Couillette », notre scientifique du 36. Méticuleusement, conscienceusement, ce dernier, à l’aide de cotons-tiges, prélève sous les pieds de la victime ce qui semble être une sorte de graisse. Entre-temps Chauguise est monté à l’étage, il a actionné la poire de la lampe de chevet, constaté que l’ampoule était grillée, puis il examiné de plus près l’ampoule pendue dans le couloir.

- Dugland, monte-moi un tabouret !

- Oui patron, voilà.

- Monte sur le tabouret, toi, le jeunot, et dis-moi ce que tu remarques ?

- Ben, l’ampoule est déboîtée, prête à tomber, on dirait qu’elle ne tient que par un côté de la baïonnette !

- C’est bien ce qui me semblait… Dis donc, Couillette, pendant qu’t’es laga, viens frotter tes cotons-tiges sur la première marche là-haut.

Bourrieux s’est éxécuté, l’escalier en colimaçon est fait de marches en ferraille, plus exactement de la tôle « larmée », cette tôle avec des petites protubérances censées empêcher les glissades.

- Dans les interstices, il m'a semblé apercevoir des traces de gras.

tôle larmée.


Les prélèvements terminés, tout le monde est rentré au 36.

- Dis donc, Couillette, tu t’mets au turf en rentrant, je veux les résultats pour hier.

- Chauguise, j’ai pas l’habitude de faignasser ! Tu sais ce que ça va te coûter ?

- La vache ! Ça d’vient une habitude ! Déjà, l’aut’jour, y’a Champollion qui m’a taxé d’un apéro chez Nicole : c’est le petit rade situé rue Séguier not’cantoche. Et toi, tu veux quoi ?

- Ben, même motif, même punition !

- Bon, bon, d’accord ! Allez, fais fissa !

Une heure et demie plus tard, Bourrieux revient dans le bureau de Chauguise,.

- Voilà, c’est fini ! Ton gras, c’est du saindoux, aussi bien sous les ribouis du macchab’ que sur l’escadrin, et je dirais même du pur porc, le saindoux… First classe !

- Merci Couillette, t’es un vrai marle.

- T’as esgourdé, Dugland ? Du saindoux, on donne dans la glissade au gras d’jambon à défaut de sports d’hiver ! Dans la famille Mercière, je voudrais : « la fille »… J’sais pas toi, mais moi ça m’titille, ce gras sous les panards du frelot à la Catherine. Biscotte même si t'es pas un maniaque de la savonnette, t'irais p'têt' pas te mettre dans l'torchon avec les ribouis tartinés façon pur porc ! j’sens que j’vais aller la cuisiner la frangine, au saindoux s’il le faut ! Allez, au carrosse, tu connais l’chemin, pas besoin de te tenir la pogne.

Vingt minutes plus tard, les duettistes sont à nouveau rue des Cloÿs. Chauguise, suivi de Crafougnard, entre dans la petite boutique. Une cliente est là, comptant les douze pelotes de laine « Pingouin » qui serviront à tricoter un magnifique pull pour son pépère l’hiver prochain.

- Bon, ça y est ? Vous casquez vos p’lotes et dehors !

- Mais… Mais tout d’même...

- Bon, mémère, tu vas pas acheter l’fonds ? Non ? Alors fissa !

La cliente partie, Chauguise se tourne vers Catherine.

- Il te gênait, ton frelot, c’est pour ça que tu l’as aidé à exécuter un double axel ?

- Mais enfin, commissaire, vous délirez ! De quoi m’accusez vous, enfin ?

- Tu l’prends comme ça ? OK, j’vais aller interroger Marcel Legras, le charcutier d’à côté.

Chauguise est sorti pour entrer aussitôt au « cochon qui rit » la charcuterie mitoyenne de la mercerie. Madeleine Legras finit d’emballer deux côtes de porc dans un joli papier sulfurisé sur lequel figure un dessin représentant un gros cochon en train de pleurer, et juste dessous écrit à l’encre bleue : « pleure pas grosse bête, tu vas chez LEGRAS ».

- Dites voir, Madame Legras, j’pourrais vous parler ? Je suis le commissaire Chauguise, et il lui montre son sésame aux couleurs de la France.

- Oui bien sûr, on va passer dans l’arrière-boutique, on sera plus tranquilles.

Madame Legras a retiré le bec de cane puis a invité Chauguise et Julien à entrer dans ses appartements.

- J’vous sers un p’tit cordial ?

- Pendant le service, je ne bois qu’avec mes amis, lui répond-il fort aimablement. Dites voir, Madame, vous n’avez rien remarqué de louche entre votre mari et la mercière ?

- Ah ben si ! Figurez-vous qu’il y a trois mois, je les ai surpris bec à bec, dans la cour, là, derrière. Depuis un moment, je me doutais bien qu’il y avait anguille sous roche. Quoique son anguille à mon Marcel, je m’doute bien qu’il la colle ailleurs que sous une roche ! Ah la salope, tout de même.

Chauguise a convoqué tout ce joli monde au 36. Après un interrogatoire un peu musclé, le charcutier s’est allongé : c’est bien lui qui avait badigeonné la marche de l’escalier, alors que Fernand roupillait. Catherine lui avait ouvert la porte de la mercerie, elle avait pris soin auparavant de bouziller l’ampoule de la lampe de chevet, puis de déboîter légèrement celle du couloir.

Lui et la jolie mercière filaient le parfait amour depuis six mois déjà. Le frère de Catherine ne voulait pas lui donner la part qui lui revenait, et ne voulant pas vendre la boutique, les deux amants avaient décidés de le supprimer. Quant à Marcel, il aurait bien trouvé quelque chose afin de se débarasser de l’encombrante Madeleine, son épouse.

La prochaine fois, lâche Chauguise en regardant Catherine droit dans les yeux : "tu penseras à faire la toilette du mort avant d’appeler les lardus".




Je vous ai même trouvé l'affiche : merci BLOGBO !

mardi 29 mai 2012

Saoul-FifreMonsieur Laroza

Si j'ai toujours su vivre avec très peu d'argent, il m'en fallait néanmoins, je m'excuse de cette faiblesse auprès de la compagnie esgourdante. Vint un jour où, mes poches ne contenant plus que de la menue monnaie, je dus rendre visite à cette bonne vieille ANPE, ce repaire d'esclavagistes, ces pirates recruteurs ne reculant devant aucun moyen pour vous amener à signer des contrats d'embauche à vil prix. Ces laquais à la solde du patronat n'ont pas leur pareil pour vous embobiner en vous poussant à la consommation alcoolisée. Vous me connaissez, ils n'eurent pas à beaucoup insister et me firent miroiter des avantages imaginaires et des salaires mirobolants. Des étoiles lançaient des étincelles dans leurs yeux cupides et cruels et je me retrouvai nanti, au sortir des serres de leur verbiage mensonger, d'une adresse de patron potentiel, sis en la bonne ville de Bruges, pas la Venise Belge, mais la commune en périphérie de Bordeaux.

Monsieur Laroza était maraicher. Bien sûr, dès que je trouvais une maison à louer avec un terrain, j'y aménageais aussitôt un potager, par plaisir, mais je n'avais jamais fait ça en professionnel. Je le prévins avec honnêteté mais il ne tordit pas le nez sur l'info. Monsieur Laroza aimait transmettre son savoir. Et moi j'aime apprendre. Oh mon dieu le nombre de techniques, d'outils et de tours de main géniaux que j'ai pu emmagasiner en six mois passés chez ce gars là !

Le raclet. Je l'ai retrouvé sur internet sous le nom de binette provençale mais "raclet" semble bien une appellation locale médoquine. Monsieur Laroza en possédait de toutes sortes et de toutes largeurs, du petiot pour l'ail, qui ne faisait guère plus de deux centimètres de large, au gros de vingt ou trente, pour faire les interlignes. L'important était que la lame soit bien aiguisée, devant et derrière. En la faisant glisser, bien parallèle à la surface, à un ou deux centimètres de profondeur, avec un mouvement de va-et-vient, la lame coupe aisément toutes les mauvaises herbes, même celles avec une grosse racine pivotante. Le collet coupé, la racine pourrit dans le sol et ne repousse plus. Le raclet possède un manche suffisamment long pour que le maraicher ne se baisse jamais. Il se tient très droit, son geste est précis, la lame virevolte entre les plants sans en abimer un seul mais ce travail ne nécessite aucun effort : si le raclet est bien aiguisé (et il convient de vérifier son fil régulièrement) le bras ne ressent aucune secousse, aucune résistance. Encore faut-il que la terre soit parfaite pour le maraichage, sableuse, légère et sans cailloux ? Celle de Monsieur Laroza l'était, zone d'alluvions de la Jalle et de la Garonne, qui plus est amendée, améliorée par des générations d'ancêtres.

Dans ma doulce Provence, je ne pourrai me servir du raclet qu'après avoir fait appel au gros broyeur de rochers. J'y songe avec force.

Monsieur Laroza, qui ne laissait pas souvent ses neurones inactifs, avait imaginé une adaptation du système du raclet pour le tracteur. Un artisan ferronnier du coin lui avait bricolé sur ses indications une lame d'acier taillée en biseau, lui aussi soigneusement aiguisé. La lame, de la largeur du tracteur, était montée sur un bâti à l'arrière de celui-ci. Dès que nous avions fini de récolter une planche, il convenait de la désherber "en plein" pour la rendre propre à la culture suivante. Monsieur Laroza sonnait alors le ban et l'arrière-ban de sa petite entreprise pour venir faire "poids" afin que la lame s'enfonce d'au moins dix centimètres dans la terre et remplisse son office désherbant. Il s'installait dignement sur l'unique siège du tracteur et nous autres grimpions à l'arrière sur le bâti en nous agrippant (sacripants) les uns aux autres et où nous pouvions. Il y avait là dessus Madame Laroza, les deux ouvrières de l'emballage, mézigue et l'autre ouvrier, le portugais. Jamais les deux filles des patrons, toujours tirées à quatre épingles, élevées comme des demoiselles de la légion d'honneur pour leur faire oublier leurs origines bassement terriennes. Enfin on rigolait bien, à servir de poids pour que la lame arrive à s'enfoncer, c'était pas fatiguant, ça nous faisait une pause conviviale en milieu de journée. Du coup, puisque tout le monde était sur place, chacun prenait une fourche et, par des mouvements croisés en forme de X, on extirpait tous les végétaux dont la racine venait d'être tranchée. Hop hop, on chargeait les petits tas sur une remorque et hop : au compost. Tous ensemble, en une demi-heure, la planche était nettoyée.

Je vous parle de compost, de désherbage manuel, mais Monsieur Laroza n'était pas en bio. Il travaillait tout simplement par choix comme le faisaient ses parents avant lui, à une époque où les poisons chimiques n'existaient pas. S'il apercevait, dans son domaine si bien entretenu, une mauvaise herbe en train de fleurir ou pire, de grainer, la salope, son sang ne faisait qu'un tour, il se jetait sur elle et l'arrachait. Comme il travaillait comme il faut, sans cultiver deux fois la même famille de légume au même endroit, il ne connaissait pas trop la maladie.

Monsieur Laroza était d'une méticulosité extrême. Les gestes qu'il m'apprenait avaient la précision du rasoir, on sentait qu'ils se transmettaient avec ferveur d'une génération à l'autre, qu'ils avaient été testés et re-vérifiés et je me devais de les reproduire à l'identique, par respect pour le génie des anciens maraichers de Bruges. Quand il évoquait la rectitude de la marque laissée sur la terre par le cordeau, ce n'était pas une expression en l'air à traiter par dessus la jambe. Il convenait que ce soit droit, Nom de dju ! Les écarts des raies n'étaient pas non plus calculés au pif. Il possédait toute une série de gabarits-traceurs pour marquer les repères précis où nous devions placer notre cordeau, le tendre puis lui imprimer un mouvement régulier de va-et-vient, sans dévier d'un poil, avant de passer à la ligne suivante. Quand les lignes étaient tracées, un autre gabarit, ou le même, servait à indiquer l'endroit où le plant allait être repiqué sur la ligne.

Les plants se préparent à l'avance. Avec une fourche-bêche, on soulève précautionneusement un semis déjà bien levé et on rafraichit les plants, on ne garde que ceux de la bonne taille. Avec le plantoir, on fait un beau trou lisse, on lisse les racines du plant de façon à ce que tous les brins tombent verticalement, on maintient le plan à la bonne profondeur de la main gauche tandis que la droite fait avec le plantoir un nouveau trou à côté du premier et le bouche d'un mouvement de levier. La terre doit surtout être rabattue en contact étroit avec les racines. La parcelle repiquée sera arrosée mais ce serait très gênant qu'il reste un trou d'air sous les racines ! Pour le repiquage, il faut être souple. Les jambes restent droites, écartées de chaque côté de la ligne, et c'est tout le haut du corps qui se plie en avant et les mains qui travaillent au ras du sol.

L'année où j'étais chez lui, Monsieur Laroza me sembla titillé par le démon de la modernité. Nous avons fait des essais avec un presse-motte qu'il s'était fait prêter (un mélange terreau/écorce de pins) et aussi avec une planteuse Super-Prefer, que ses ancêtres ont dû faire un double salto dans leur cercueil !

Je m'étais inscrit à une formation agricole débouchant sur un BEPA (formation où s'était également inscrite Margotte, tiens quel hasard !) et lorsque le centre m'appela pour être "incorporé", je donnai mon congé à Monsieur Laroza. Ce n'est pas pour me vanter, mais ils avaient tous l'air triste de me voir partir vers un autre destin.

samedi 26 mai 2012

Tant-BourrinLe Blogbodico (16)

Allez hop ! Il est temps de faire prendre l'air à vos neurones empoussiérés et de reprendre votre infusion de culture ! Voilà une nouvelle fournée du Blogbodico, le beau dico qu'il vous faut !

Pour les petits nouveaux ou pour Andiam ceux dont l'Alzheimer est trop avancé, voici un petit rappel des épisodes précédents, à lire là : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14 et 15...

Après ça, plus personne ne pourra dire que je suis un vocabulleur !



Avortombola : (n.f.) Jeu de hasard consistant à chercher noise aux hommes chétifs, avec le risque de tomber sur un faux maigre ceinture noire de karaté. Synonyme : Ramolloterie

Blaireautomane : (adj.) Qui a des pulsions érotiques outrancières, mais se réveille toujours au matin dans les bras d'un gros lourd. Hélas, je suis blaireautomane : après l'amour, ce n'est jamais "Youpi !", c'est plutôt beauf !

Colosse-copie : (n.f.) Volonté de ressembler aux super-héros musclés des blockbusters américains, au travers d'une pratique assidue du body-building et de la prise d'amphétamines. La colosse-copie, c'est bon pour les trous du cul !

Compaustérité : (n.f.) Politique visant à restreindre la consommation et à laisser la vie d'une frange entière de la population se décomposer dans la misère. Une politique de compaustérité peut conduire à l'émergence de mouvements terreauristes

Contre-acception : (n.f.) Sens ou nuance sémantique prêtés par erreur à un mot, contresens. Il était proche de l'Académie française, mais après une contre-acception commise dans son dernier ouvrage, ça a capoté.

Crottocolère : (adj.) Relatif au courroux, à l'emportement qui s'emparent d'une personne ayant mis le pied par mégarde sur une déjection canine. "Ah bin merde alors !" s'écria-t-il sur un ton crottocolère.

Douanier du culte : (loc.) Vigile qui garde la porte d'une église pendant la messe et veille à ce que les fidèles ne s'éclipsent pas discrètement au moment de la quête. Le douanier du culte avait une coupe au bol.

Galipétarade : (n.f.) Action de rouler sur le sol après avoir posé la tête sur le sol, en lâchant de nombreuses flatulences du fait de la compression intestinale accompagnant le mouvement. Dans certains cas extrêmes, une galipétarade peut se terminer tragiquement en cacabriole.

Gonflérence : (n.m.) Exposé public particulièrement ennuyeux pour l'auditoire. Une gonflérence peut finir par tourner à la ronflérence. (voir ce mot)

Mate-lacet : (n.m.) Petit dispositif mécanique permettant de ne jamais faire de nœud inextricable en faisant ou en défaisant les lacets de ses chaussures. - Avec le mate-lacet, c'est enivrant de ne plus jamais faire de mauvais nœud en défaisant ses lacets ! - Enivrant ? Tu veux dire que le mate-lacet rend bourré ?

Micro-faune : (n.f.) Vermine de très petite taille vivant en parasite sur le corps humain, notamment dans la zone pubienne. Le beau parleur avait une micro-faune.

Occis-temps : (n.m., rég.) Terme désignant un temps mort pendant une rencontre sportive. Le mot occis-temps n'est en usage que dans le sud de la France

Régiscide : (n.m.) Meurtre d'un personne prénommée Régis, dans le but d'améliorer le niveau intellectuel moyen de l'humanité. Le régiscide peut être assimilé à une forme d'eugénisme, pour peu que le second prénom de Régis soit Eugène.

Ronflérence : (n.f.) Exposé public ennuyeux à l'extrême pour l'auditoire. La ronflérence est le stade ultime de la gonflérence. (voir ce mot)

mercredi 23 mai 2012

Scout toujoursLes Perses

Qui se souvient encore de cette colossale fresque grecque exhumée par Jean Prat pour l'ORTF en 1961 ? Cette tragédie d'Eschyle m'était apparue pour la première fois à l'époque où la télévision couleur n'existait pas. Les scènes n'en faisaient que plus vraies. Ces impressionnants personnages à la couleur de pierre étaient si authentiques qu'ils semblaient sortir tout droit des gigantesques bas-reliefs de Persépolis.

Quel spectacle grandiose pour l'enfant que j'étais. Plus tard, beaucoup plus tard, en contemplant les murs du palais de Darius, je crus revoir les perses de la frise bouger et se mettre à parler, ressuscitant ainsi les personnages de mon enfance. J'entendais la complainte des vieux gardiens du temple attendant le retour de leur armée vaincue.

Le mysticisme de Zarathoustra m'avait gagné. Aujourd'hui, en revoyant cette extraordinaire reconstitution théâtrale, je reste totalement ébloui. La pièce d'Eschyle n'a absolument pas vieilli et force mon admiration : avec quel respect et quelle empathie les grecs savaient traiter de leurs pires ennemis, quelle leçon pour nous. Tout ceci me plonge dans une inévitable réflexion : que serait devenu l'occident si Darius ou Xerxès avaient triomphé des grecs? Rome n'aurait probablement pas existé et nous non plus, qui sait, le monde aurait-il été meilleur? Rappelons que Bagdad alias Babylone, ancienne colonie Perse, deviendra plus tard le plus grand foyer culturel du monde... Mais qui étaient donc ces perses, imposants guerriers du désert à la barbe bouclée ? C'étaient ni plus ni moins les habitants de l'Iran, ce peuple dont nous ignorons tout mais que nous soupçonnons des pires intentions. Allah a pris la place d'Ahura-Mazda, et Mahommet celle de Zarathoustra. Les minarets ont remplacé les colonnes de Persépolis, mais les iraniens sont toujours perses et fiers de l'être. Alors, aujourd'hui, à l'heure où certains parlent de troisième guerre mondiale, comment ne pas s'interroger : devrons nous affronter à nouveau 25 siècles plus tard, les ennemis d'Athènes, ou aurons nous la sagesse du calife persan Haroun al Rachid* qui dès le huitième siècle, décida d'accepter la culture grecque et de la marier avec la culture orientale pour faire de Bagdad la capitale mondiale du multi-culturalisme ? Les "maisons de la sagesse" fondées par le calife, étaient d'impressionnantes bibliothèques où étaient traduits en arabe la quasi-totalité des ouvrages aussi bien littéraires, philosophiques, mathématiques, astronomiques, médicaux ou historiques, issus des différentes civilisations tant bien grecque que persane, hébraïque, indienne ou chinoise. Les savants venaient de toute part pour les consulter. Ce rayonnement dura plus de 4 siècles. Hélas, tout ceci disparut lors de l'invasion mongole de 1258...



* Le calife Haroun al Rachid, qui correspondait avec Charlemagne, est devenu plus tard un personnage des mille et une nuits (ne pas le confondre avec Haroun el Poussah qui en était un autre)

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 >